Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Le Sans Demeure de la Vraie Demeure
Le Sans Demeure de la Vraie Demeure Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 19-06-2024 22:35

Pages vues : 122    

Favoris : 16

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Administrateur, Aiguille, Amour, Anarchie, Archange Michel, Bolchevik, Carotte, Celtes, Conformité, Dieu, Dragon, Banques, Consommateur, Dehorscratie, Dragon, Eau, Ego, Fascisme, Gate gate, Gaulois, Homéopathie, Horticulture, Humain, Hiéroglyphe, Histoire, Intelligence artificielle, Judéo-maçonnerie, Laïcité, Libération, Limite, Logibriquet, Logiquopinion, Marxengelsisme, Miviludisation, Nation, Noël, Or, Paix, Penser, Pierre, Pont, Ptah, Racine du mal, Raison, Réel, République, Robot, Saisie, Simplicité, Temple, Temps, Transparent, Trou, Utotalitarisme, Vacuité, Valeur, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Winner, Woke, World Economic Forum, Xalemme

 
lingam_shiva_dionysos.jpg
 
 
Le Sans Demeure de la Vraie Demeure
La ”Fin des temps” ou le transhumanisme
pour qui ? pour quoi ?
Y aurait-il un MANQUE dans la Nature
qu’il faille « l’améliorer » ?


Le mot ”Mode” (et son industrie) est une preuve de la Réalisation
du Soi.
 
 
Suivre la mode c’est faire comme les autres,
en une sorte de ”Vivre ensemble” avec les
mêmes ”valeurs”, et paradoxalement, c’est
vouloir se distinguer des autres : dilemme
du Moi-Individuel et du Moi-collectif, et en
même temps être remarqué des autres dans la
mode actuelle de l’”influenceur”, puisque
”être à la mode” c’est faire comme BEAUCOUP.
Alors l’effet de MONDE est un SIGNIFIANT
de la Réalisation du Soi : être l’UN,
tel le Centre est nulle part, et la
Circonférence est partout.

On retrouve le même phénomène de l’UN,
dans les ARGOTS DE MÉTIERS, dans les BANDES,
les CLANS, chez les jeunes qui veulent
échapper à la sclérose des adultes et à leur
« État-Salariat-Marchandise », comme des
UNIFORMES, des VALEURS, comme des ORIFLAMMES,
comme des BANNIÈRES, des TOTEMS, de
l’urine qui marque le territoire chez
certains mammifères…..
De là, on rejoint le « pipi », le « zizi »,
le sexe ou le corps identifié par erreur
au Soi (d’où les ambiguïtés sans fond
mais dans un puits où il n’y a point
d’eau…….).

La « mode de l’UN » renvoie au TEMPS SACRÉ
ou atemporel, sans le Plomb-peseanteur,
le SAINT CHAOS, qui encadre le temps vulgaire
celui qui coule.
C’est le sens figuré ou Temps Sacré qui
gouverne le sens « propre », spatio-temporel
géométrique et conventionnel.
Les expériences de drogues hallucinogènes
(LSD. Mescaline, Ayahuasca, Iboga, etc.)
nous montrent à l’évidence cette même ”présence”
de l’UN ; tout comme les expériences
pathologiques : syndromes confuso-oniriques,
particulièrement la schizophrénie, bouffées
délirantes polymorphes, ou simplement
nos phantasmes et rêves à la Dionysos,
qui,
évidemment, ne seront pas bon pour le
COMMERCER SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN et sa
DÉMOCRATIE.


Dionysos ou Christ renvoient à la Tradition
de Naissance-Mort-Renaissance (Surfeu).
Dionysos génie de la SÈVE, du JUS, du COURANT,
et des jeunes pousses.
Il est aussi dénommé Phallen ou Phallénos et
la procession du PHALLUS est une part
importante dans l’Initiation.

Question sociale, Dionysos représente le Dieu
de l’affranchissement : les interdits ne sont
pas encore inventés, surtout ceux des Hébreux :
les ”Commandements”.
Dionysos = l’Âge d’Or, le Saint Chaos ou
porter à son comble le mental afin de le
purifier…


Comme Osiris, prototype du Christ, on retrouve
Dionysos dans le Thème des Dieux morts et
ressuscités, Thème commun à toute spiritualité
à MYSTÈRES, totalement oublié dans les trois
religions du Salut : judaïsme, christianisme,
islamisme, lesquelles n’ont pas de doctrines
secrètes et sacrifient le métaphysique au
côté moral et politique, ce qui en fait
DES PRÉMICES DE LAÏCITÉ, DES PRÉMICES
ÉTATIQUES AU SENS MODERNE.

Tout fervent de Dionysos aspire à sortir de son
ego par l’extase afin de se mettre en rapport
avec son Seigneur (être soumis à son Soi).
Le mouvement dionysiaque a été chez les Grecs
une source principale de leur spiritualité.

Dionysos symbolise l’absence de refoulement,
l’absence d’inhibition. Il symbolise l’absence
d’ego vers le Saint Chaos de tous les possibles,
évidemment jusqu’aux orgies.
Comme tous Dieux Paradoxales ou simplement
comme tout le SACRÉ, Dionysos est AMBIGUÏTÉ :
LA LIBÉRATION DIONYSIAQUE SERA SPIRITUELLE,
OU MATÉRIALISTE (comme actuellement), donc
aspect ÉVOLUTIF, RÉDEMPTEUR, ou INVOLUTIF
(là encore, comme tout actuellement(2)).
Dionysos symbolise au plus profond l’Énergie
de la Vie tendant à surgir de toute contrainte
et de toute limite.
ET NOUS Y SOMMES TOUS EN PLEIN DEDANS !
NOUS SOMMES TOUS À L’ÉRE DU CHRIST-DIONYSOS,
qu’on le veuille ou non.


ISIS-IOSIS-JESUS = DIO-N-YSOS, LA TRIADE DE
LA COULEUR NOIR-BLANC-POURPRE.



- Le Major Chadwick(1) remit encore une fois le mantra qu’il avait traduit et versifié à Shrî Bhagavân afin qu’il le lise. Shrî Bahgavân s’exprima avec délicatesse sur l’interprétation qu’en avait faite le bhâshyakâra [le commentateur] et l’expliqua ainsi : « On peut aussi considérer le brahmaloka comme une région. C’est ce que disent les Purâna [Écritures sacrées], et beaucoup d’autres écoles soutiennent implicitement le même point de vue lorsqu’elles décrivent la kramamukti (libération par degrés). Mais les Upanishad parlent de sâdhyamukti (libération immédiate) quand elles disent Na tasya prânā utkrâmanti [BAU IV4,6] ; ihaiva praliyante ; (les prâna [énergie] ne s’élèvent pas ; elles se dissolvent ici). Alors, le brahmaloka serait la réalisation du brahman (brahma-sākshātkâra). Il s’agit donc d’un état et non d’une région. Dans le cas où il s’agirait d’une région, parâmritât [qui est au-delà de la mort] doit être compris correctement. Il est d’abord para [au-delà], dans la mesure où il est l’avyâkrita [le non-manifesté], l’Énergie causale qui transcende l’Univers, et ensuite amrita [immortel], parce qu’il dure jusqu’à ce que le Soi soit réalisé. De sorte que parâmritât veut dire avyâkrita. L’école de la kramamukti (Libération par degrés) affirme que l’upâsaka [l’aspirant] rejoint la région où se tient son ishta-devatā [la déité choisie], qui, pour lui, est le brahmaloka [monde de Brahma]. Les âmes qui passent par tous les autres loka [monde, région, ce qui est visible] doivent revenir pour renaître. Mais ceux qui ont atteint le brahmaloka [monde de Brahma] ne reviennent plus. De plus, ceux qui désirent un loka particulier peuvent atteindre celui-ci par des méthodes appropriées. Tandis que le brahmaloka ne peut être atteint tant que demeure le moindre désir dans la personne. L’absence de désir suffit à elle seule à accéder au brahmaloka, car cela signifie qu’il n’y a plus rien qui incite à renaître [le scribe de la page souligne].

L’âge de Brahmā est pratiquement incalculable. On dit que la divinité qui préside à un loka a une durée de vie limitée. Quand cette divinité meurt, son loka se dissout. Ceux y ayant séjourné obtiennent l’émancipation au moment de cette dissolution, indépendamment de leur état de conscience individuel précédant leur réalisation du Soi.
L’école de kramamukti s’oppose à l’idée de sadyo-mukti (libération immédiate) en se basant sur le fait que le jnanî est supposé perdre la conscience du corps au moment où son ignorance est dissipée, mais qu’il continue néanmoins à vivre dans son corps. Ils se demandent : Comment le corps peut-il fonctionner sans le mental ? La réponse est quelque peu complexe :
La connaissance (jnana) n’est pas incompatible avec l’ignorance (ajnana), étant donné que le Soi, à l’état pur, demeure avec les germes de l’ignorance (ajnana-bîja) en sommeil profond.
L’incompatibilité du jnana et du ajnana ne se produit que durant les états de veille et de rêve.
L’ajnana présente deux aspects : l’âvarana (l’obscurcissement) et le vikshepa (la multiplicité).
L’âvarana constitue le voile recouvrant la Vérité. C’est l’aspect qui prévaut durant le sommeil. Le vikshepa est l’activité à différents moments. Il donne naissance à la diversité et est l’aspect qui prévaut en rêve (svapna) et durant l’état de veille (jâgrat) ; si le voile (âvarana) est levé, la Vérité est perçue. C’est ce qui se passe pour un jnani dont le corps causal (kârana-sharîra) cesse alors d’exister. Seul le vikshepa continue pour lui, mais d’une manière qui est tout de même différente de celle de l’ajbanî.
L’ajnanî a toutes sortes de vâsanâ (tendances), notamment celles de penser qu’il est l’auteur de ses actes (kartritva) et qu’il est celui qui jouit de leurs fruits (bhoktritva), tandis que le jnanî a cessé de penser qu’il est l’auteur (kartâ). Il ne lui reste plus qu’une seule sorte de vâsanâ. Celle-ci est très faible et ne le subjugue pas, étant donné que sa conscience est toujours tournée vers sat-chit-ânanda [Être-Conscience-Félicité], la nature du Soi. La faible bhoktritva-vâsanâ est le seul vestige du mental qui reste encore au jnanî et c’est la raison pour laquelle il semble continuer à vivre dans un corps.

Cette explication, quand on l’applique au mantra, revient à dire ceci : un jnanî a son kâranasharîra [corps causal] détruit ; le sthûla-sharîra (corps physique) n’a pas d’effet sur lui et, dans la pratique, c’est comme s’il était détruit lui aussi. Seul le sûkshma-sharîra (corps subtil) demeure. On l’appelle également âtivâhika-sharîra. C’est celui qui est conservé par tous les individus quand le corps physique a été abandonné. Et c’est avec lui que ceux-ci traversent d’autres loka jusqu’à ce qu’un autre corps physique approprié soit pris. Le jnanî est supposé se rendre au brahmaloka avec ce sûkshma-sharîra. Puis, celui-ci est dissous aussi et le jnanî passe à la libération finale.
Toute cette explication n’a de signification que pour celui qui est dans la dualité. Le jnanî ne posera jamais de telles questions. Il sait, par expérience, qu’il n’est lié par aucune limitation ».

- Q. : Qu’est-ce que « l’émancipation finale » selon cette explication ?
- M. : L’âtivâhika- ou sûkshma-sharîra [corps subtil] correspondent à la pure lumière dont on fait l’expérience juste après le sommeil et avant la montée de l’ego. C’est la conscience cosmique.
Mais cette lumière n’est encore qu’un reflet de la lumière du Coeur. Lorsque ce reflet disparaît et que seule la lumière originelle demeure dans le Coeur, c’est l’émancipation finale.
- Q. : Cependant, dans le Yoga-vâsishtha il est dit que le chitta (mental) d’un jîvan-mukta [libéré] est achala (sans mouvement).
- M. : C’est juste. L’achala-chitta (le mental sans mouvement) est la même chose que le shuddha-manas (le mental pur). On dit donc que le manas du jnanî est le shuddha-manas. Le Yoga-vâsishtha déclare aussi que le brahman n’est autre que le mental du jnanî. Par conséquent, le brahman n’est rien d’autre que le shuddha-manas.
- Q. : La description du brahman en tant que sat-chit-ânanda convient-elle au shuddha-manas ?
Car celui-ci sera aussi détruit lors de l’émancipation finale.
- M. : Si l’on admet le shuddha-manas, on doit aussi admettre que la Félicité (ânanda) du jnanî n’est qu’un reflet. Ce reflet doit à la fin se fondre dans son origine. C’est pourquoi l’état du jîvan-mukta est comparé au reflet d’un miroir sans tache dans un autre miroir semblable. Que peut-on trouver dans un tel reflet ? Le pur âkâsha (éther). De même, la félicité reflétée du jnanî représente la véritable Félicité (ânanda).
Ce ne sont là que des mots. Il suffit que la personne devienne antarmukhi (tournée vers l’intérieur). Les shâstra [Écritures] ne présentent pas d’intérêt pour ceux dont le mental est tourné vers l’intérieur. Ils sont destinés aux autres.
(Ramana Maharshi, entretien 513 du 16-9-1938).

« Grandis et sois un adulte ! ». Voilà une phrase totalement ANTI-DIONYSOS (voir la page précédente : Le ‘moi’ du votre ceci et du social) .

ANTI-DIONYSOS parce que dans le sens de la géométrie euclidienne de la ligne droite : la mise en valeur du temps, l’évolutionnisme, et non l’Éternel Retour.
ÊTRE PROCHE DE DIONYSOS = ÊTRE IMPRÉDICTIBLE (l’arme suprême contre la finance qui déteste plus que tout l’imprévisible, l’incalculable).
Surtout que le TEMPS QUI COULE est complètement variable d’un individu à l’autre : certains commencent leur vie à 90 ans, alors que d’autres la finissent à 25 ans dans le sécuritaire du conformisme de l’ordre établi et de la ”raison”….. À 20 ans les illusions, et à 40 les préjugés à la mode en plus du commencement d’un gros bide, à cause de la nourriture industrielle ; bref à 40 ans l’adulte devient « ordinaire », électeur, salarié et contribuable…… Est-ce ça la vie du ”Gros bide”, après ”la vie universitaire” (surtout dans les pays anglo-américanisés tel le Japon), la vie du salarié dans les bureaux de béton-tôles-boulons-verre, la vie ANTI-DIONYSOS, la vie d’ANTÉCHRIST ???

ISIS-IOSIS-JESUS = DIO-N-YSOS, LA TRIADE DE LA COULEUR NOIR-BLANC-POURPRE, LA COÏNCIDENCE, LE POINT FOCAL (Point sur le I du ”Un Point c’est Tout”).
Dans tous phénomènes à DEUX FRÉQUENCES, il y a possibilité de suppression de la dualité sujet-objet. Ce peut être dans des dispositifs mécaniques ou matériels : deux horloges à balanciers au voisinage l’une de l’autre, sur une même étagère par exemple, ont tendance à se synchroniser ; phénomène très utilité en électronique et informatique notamment, et phénomène qui peut parfois provoquer une gène quand on veut écouter une autre station radio, l’ancienne persiste malgré le changement de réglage et cela, jusqu’à la désynchronisation brusque.
Et à propos de FRÉQUENCE, il y a la Pesantueur : on TOMBE amoureux !
Roméo à sa Juliette : « O mon unique amour né de ma seule haine », chez Shakespeare, du genre « Je l’aimais trop, je l’ai tué ». Ainsi rien n’est plus proche de l’amour que la haine (si interdite dans le régime républicain, et pour cause maintenant très visible de VRAIE HAINE, DE NON-AMOUR : TOUT DEVIENT INHUMAIN, VIOLENT, SPEED, POSSESSIF OBÈSE.
Dans le relationnel, il en sera de même de deux circuits oscillants. Plus le couplage ou la relation sera intense, plus les non-linéarités seront fortes, plus deux oscillateurs auront tendance à se SYNCHRONISER sur le rapport de leur fréquence (1/2, 4/5, 11/23…) qui est le plus proche de leur rapport naturel, de leur Soi… Et si les conditions d’accrochage, de couplage ou de non-dualité ne sont pas exactement remplies, on risque fort d’entrer dans L’IMPRÉDICTIBLE, cas de l’actuel chaos humain, dont le seul prédictible semble fonctionner DANS LA FINANCE, qui ne peut faire autrement, l’imprédictible étant son meilleur ennemi !
L’actuel ”Vivre ensemble”, de même que l’égrégore, entre dans le phénomène de synchronisation au-delà de deux entités vibrantes, voir par exemple en MUSIQUE dans un orchestre l’utilisation de la fréquence de la note LA, à 440 Hz, afin que les instruments de l’orchestre soient tous SYNCHRONES par rapport à une même référence, la note LA 440 Hz.
La laïcité du régime républicain ne pouvant en aucune façon SYNCRONISER ses électeurs, ses salariés, ne peut que conduire au CHAOS PERMANENT, LEQUEL ENGENDRERA DE PLUS EN PLUS DE LOIS LIBERTICIDES pour contenir ce chaos.

Notes.
1. Major A.W. Chadwick (Sâdhu Arunâchala) : Anglais arrivé à Tiruvannâmalai en 1935 et proche disciple du Maharshi ayant vécu à l’ashram jusqu’à sa mort en 1962.

2. « Dieu créa l’homme ; et l’homme créa Dieu. Ils sont tous deux les créateurs des noms et des formes. Mais en réalité, ni Dieu ni l’homme n’ont été créés ». (Ramana Maharshi, entretien 264, du 20-10-1936).
L’actuelle Création est donc AVORTÉE. Il y a PENDULE, BALANCIER, entre la dimension de la matière-corps, puis dans l’autre sens dans la Matière-Transcendante ; bascule qu’il ne faut pas confondre avec la BALANCE DE LA JUSTICE qui « pèse les âmes » entre le ’bien’ et le ‘mal’, dont l’Origine est  « l’Originel dévié » par la faille ou « chute » et non la Transcendance qui s’est fait Chair : Dionysos, Ptah, Osiris, Christ, Shiva. C’est-à-dire que l’on confond la dimension matière-corps qui fait partie du Plan Créationnel INVOLUTIF, et l’incarnation (Christ, Dionysos, etc.) qui fait partie de la dimension du Plan Créationnel ÉVOLUTIF. L’INVOLUTION matière-chair particulièrement remarquable dans cette ”civilisation” du capitalisme et du régime républicain.
 
menhir_carrefour_shiva_christ.jpg
 
 

Dernière mise à jour : 19-06-2024 23:03

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >