Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Désinformation sur France 2
Désinformation sur France 2 Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 02-10-2009 14:25

Pages vues : 10785    

Favoris : 81

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Argent, Banques, Désinformation, Médias, NDE, Télévision


1dollar_france2.jpg
 
Désinformation sur France 2
 
 
Voici un exemple flagrant, outré, et tellement grossier, de désinformation des médias sous la poigne des banquiers et donc de l’État français ; puisque désormais et depuis déjà longtemps le pouvoir politique est mélangé avec le pouvoir économique, les grandes banques pouvant s’acheter le pouvoir en place. Cet exemple reflète aussi le peu de professionnalisme et de manque de conscience du travail bien fait dans certains médias ! et vous comprenez, il « faut que ça passe à l’antenne, peu importe si ce n'est vrai ! ».
 
Ici il s’agit de France 2. Le Docteur Jean-Jacques Charbonier, Anesthésiste-réanimateur, dénonce très clairement cette désinformation de France 2 dans son livre : Les preuves scientifiques d’une Vie après la vie, Éditions Exergue.
Je mets ici cet extrait de désinformation, parce qu’il est particulièrement grave, en espérant que l’éditeur ne m’en voudra pas.

Donc il y eut un grand congrès à Martigues le samedi 17 juin 2006 : Les Premières Rencontres internationales consacrées à l’expérience de mort imminente (EMI ou NDE pour Near Death Experience).
« Environ une semaine après le congrès de Martigues, une équipe de France 2 fit le voyage Paris-Toulouse pour venir m’interviewer (le Docteur Jean-Jacques Charbonier) sur les lieux de mon travail. Je reçus dans mon bureau avec grand plaisir une jeune journaliste, Julia Dessage, un preneur de son (le détail a son importance) et un cameraman. Après quelques échanges de politesses et d’indispensables réglages techniques, nous débutâmes le tournage. Trop habitué aux coupures « aléatoires » des montages, je fus volontairement bref et synthétique pour que l’information qui réfutait la théorie hallucinatoire des NDE puisse être diffusée. À la fin de mon intervention, Julia Dessage paraissait comblée par ce qu’elle venait d’entendre. Elle me félicita pour la clarté de mes propos et promit de me contacter pour me dire à quel moment mon interview passerait. Une chose était certaine, l’information serait diffusée au cours d’un des prochains journaux de 20 heures. Effectivement, Julia Dessage tint parole en me téléphonant quelques jours plus tard, une dizaine de minutes avant le 20 heures de David Pujadas. Mais je compris tout de suite au son de sa voix qu’elle n’était pas aussi enthousiaste que lors de notre première rencontre. Dépitée, elle m’annonça qu’à son grand regret mon interview était inexploitable parce qu’il y avait eu une « panne de micro » lors de la prise de son qui rendait tout ce que je disais inaudible... que c’était la première fois qu’une chose se produisait... qu’elle n’avait jamais connu ça avant...qu’elle était profondément désolée et terriblement déçue, mais qu’elle avait été dans l’obligation de faire appel à un autre médecin qui parlerait à ma place. (NTMR : on se demande où France télévision recrute ses techniciens ! et pourquoi n’y a-t-il pas eu un minimum de contrôle, sur place, à la fin de l’interview de J.J. Charbonier ?)
Et moi, naïf, de répondre pour tenter de la consoler : « Ce n’est pas grave si je ne passe pas à l’antenne, je n’en ferais pas un problème d’ego. L’essentiel est de pouvoir communiquer l’information de Martigues ».
Je sentis la gêne de Julia Dessage à l’autre bout du fil et quelques minutes plus tard j’en compris la raison en écoutant la fameuse interview de substitution.
En fait; le médecin qui m’avait remplacé au pied levé - et qui, soit dit en passant, n’était même pas présent à Martigues - travaillait au CNRS et semblait avoir une connaissance du phénomène NDE équivalente à la mienne pour la recette de l’omelette norvégienne... Il raconta trois banalités sur la question qui n’avaient absolument rien à voir avec le consensus de Martigues, et son intervention ne dura pas plus de dix secondes. Vint ensuite l’interview de Philippe Labro, journaliste et expérienceur bien connu en France. Lui non plus n’était pas à Martigues et n’avait pas la moindre idée de ce qui s’y était dit... mais ce fut pourtant lui qu’on interrogea, alors que son collègue journaliste Dominique Bromberger qui était intervenu dans ce congrès pour nous faire part de son expérience de NDE, ne fut même pas consulté.
Dans ce reportage on donna des informations aussi poussiéreuses que fausse sur le phénomènes NDE, des notions vieilles de trente ans qui ne dérangeaient personne ! Mais rien, absolument sur ce fameux consensus de Martigues. Le comité de rédaction de la chaîne avait décidé de ne pas diffuser l’interview dans lequel je précisais que les NDE n’étaient pas consécutives à un processus hallucinatoire.
J’ai malheureusement l’habitude d’être censuré. Je ne peux faire partager mes idées et les expériences professionnelles que dans des conférences, des émissions en direct, des livres ou des journaux édités par des gens courageux.

Il n’y a pas si longtemps, je devais intervenir dans l’émission de Delarue « Ça se discute » pour parler des comas, mais lorsqu’on apprit que je désirais aussi m’exprimer au sujet des possibilités télépathiques des comateux, on m’écarta sans ménagement du plateau des invités ! Le même phénomène eut lieu quelques semaines plus tard chez Stéphane Bern dans « L’arène de France » consacré au paranormal. Dans ce genre de show télévisée, il est bien plus facile de se moquer publiquement d’un charlatan ou d’un « escroc-gourou », cibles idéales de la vindicte populaire, que d’un médecin spécialiste en réanimation qui prétend pouvoir communiquer avec les comateux ! Plus récemment encore, mon intervention dans une émission télévisée sur France 2 dédiée à la mort fut remplacée par celle d’un médecin qui traita le sujet des NDE avec des fausses explications (NTMR : avec la culture du jeunisme et de la mode sécuritaire où il faut être beau et en bonne santé, il est évident que parler de la mort tout court sur une chaîne publique, c’est l’horreur pour les pouvoirs en place !).
Il faut toujours servir la même soupe aux médias sans faire de vagues, en étant un docteur bien sage et bien gentil ; ça je ne sais pas faire ! »
 

Dernière mise à jour : 02-10-2009 15:44

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >