Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Tout est lié
Tout est lié Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 03-10-2009 19:16

Pages vues : 6379    

Favoris : 120

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Connaissance, Conscience, Esprit, Mort, Science, Tout est lié, Vie, Yôkai


scarabee_jo1.jpg
 
Tout est lié

« Plus la connaissance avance, plus l’inconnu grandit »
 
 
Tout est lié, tout est question d’informations et donc de symboles et de conventions comme le langage dépendant de celui qui l’émet, tout est vivant ; l’individu n’est apparemment rien, une fois parti « ailleurs » l’espèce lui survit, et le principe de vie survit à l’espèce. Des milliards d’espèces se sont éteintes aussi bien que des milliards d’individus et la vie continue.
Dans la mort d’un être, on ne sait pas ce qui est détruit et ce qui subsiste. Certaines parties détruites d’un être se régénères. Mais si on détruit complètement un organisme, comment savoir ce qu’il advient de l’ensemble de la conscience et de la mémoire organique, ou de « l’agent inconnu encore qui est au-delà de la conscience » ?
Qu’est ce qu’il y a au-delà de la mort ? Car il est certain que notre présence ou incarnation dans le monde matériel ne saurait être le Tout de ce qu’on appelle « réalité » (et nous n’avons que cinq sens). Il y a comme une « liaison » entre un avant, un pendant, un après. Tout est Trinitaire, même en politique ! (Les trois pouvoirs : politique, économique, spirituel. La dualité n’amenant que des contraires guerriers).
 
Comme tout est lié, difficile de ne pas faire de l’anthropomorphisme à propos d’EBE [Extraterrestrial Biological Entity], si nous essayons de penser sérieusement à une forme d’intelligence extérieure à notre planète Bleue, nos idées se limitent à ce que nous sommes : des humains, ainsi nous imaginons des humanoïdes dans d’autres planètes, même si on leur colle un seul œil, ou aucun, ou des antennes, etc.

Ne pas oublier non plus que le temps tel que nous le concevons n’existe que s’il y a quelqu’un pour l’observer ! Un cadran solaire ne sert que si on le regarde, après l’avoir construit ! L’arc-en-ciel, à rapprocher des Diranna (Portes des étoiles sumériennes), dépend de la position de l’observateur, mais du fait qu’il regarde cet arc-en-ciel !
Même combat pour la « machine à voyager dans le temps » : on part à une date  et un lieu donné, sans possibilité de remonter au delà de ce point de départ, sans compter que le point de départ bouge lui aussi... quelque soit la planète sur lequel on « voyage dans le temps ». Rien n’étant pareil d’Instant en Instant, d’où le si juste terme de « Temps philosophique », employé par tous les auteurs alchimistes. Seul existe l’INSTANT.
Comme chez les indiens Hopi, le temps pourrait se résumer en : Manifesté (l’objectif, ce qui est observable et sans distinction de passé ou de futur, notamment à savoir si le passé a laissé des traces dans le présent) ; et le Manifestant (le subjectif, qui comprend aussi le futur, mais aussi le cœur ou conscience de toutes choses). Pour le Hopi il n’est pas de futur temporel, pas des séries naturelles en liaison avec les distances : des choses situées dans un village éloigné existent au même instant du présent que celles situées dans le village où l’on se trouve. (Raymond Ruyer, La Gnose de Princeton)
Le temps a à voir avec quelque chose de courbe (par exemple les wormholes ou trous de vers), il serait donc fluide de penser que la conscience persiste après la mort, mais pas en tant que survit, mais selon le terme du Livre de Sortir au Jour (ou Livre des Morts), des Anciens Égyptiens : sortir au jour possédant le sens d’un retour fondamental de l’être. Le temps de notre univers « sous-lumineux » s’écoulant de façon illusoire par rapport à celui d’un univers superlumineux qui serait hors du temps. Ainsi comme Arthur Rimbaud l’écrivait : « La vraie vie n’est pas de ce monde. » (le langage n’étant pas nécessaire à la connaissance) ; l’être humain en vie est déjà mort et la « véritable vie » ne nous sera donnée qu’un moment de notre mort ! D’ailleurs les Anciens Égyptiens ne faisaient que passer leur vie à préparer leur « mort », ou leur « après vie ».

Enfin la « science » actuelle part du visible vers l’invisible, elle se coupe du SENS. Elle se trompe bien-sûr, puisque elle considère que les types les plus élevés, sont un résultat de l’évolution de types inférieurs. Un peu comme le jeu qui consiste à prononcer une phrase à mi-voix à l’oreille de son voisin, qui doit à son tour la répéter à un autre, et ainsi de suite. Cela peu donner au départ : « L’esprit est prompt et la chair est faible », lequel peut devenir : « Le vin était bon, mais la viande était gâtée ». Ou bien encore par le passage du français à l’anglais, puis au chinois, puis de nouveau au français : « Loin des yeux, loin du cœur » peut devenir : « L’invisible est une folie ».
C’est bien pour cela qu’il y a des témoins dans les Tribunaux humains, mais des témoignages si fragiles... d’où la tentative de mesurer, d’enregistrer, etc. Bref de rationaliser. Tout science qui se dit exacte est par la force des choses « limitée » !
Le conformisme intellectuel est presque de rigueur dans les groupes structurés, dans le travail en équipe, où chacun doit se plier aux règles imposées par la majorité. Donc rien à attendre comme découverte majeur de la part de ces structures. Les grandes découvertes viennent d’un seul individu. La vraie science est remplie de terribles doutes, elle nécessite des tonnes d’humilité ; toutes ces choses qu’on ne peut trouver dans des structures de recherches financées par des banques, ou par les contribuables, et donc contraintes à un rendement, à une rentabilité.
Les choses de l’invisible sont tout aussi concrète, mais d’un ordre différent. Hélas, les dogmes ont la vie dure, comme par exemple ceux qui sont inscrit dans la Bible, dans le style : « La Terre a été créée telle qu’elle, et pour l’éternité », etc. D’où l’héritage conventionnel dans les écoles : « Dans une éprouvette fut versée... », plus tard cela donnera : « Il a été observé que... », etc. Ce ne sont que des affirmations-prisons.

Et à propos des EBE et des engins volant de façon incohérente à nos yeux humains, il ne faut pas oublier aussi que tout est vibrations et donc résonance, accords. Les couleurs, la lumière font partie du phénomène EBE et ovnis. Que sait la recherche actuelle qui s’appelle pompeusement « science », sur les transmutations naturelles, sans aller jusqu’à celle des Alchimistes ? Des transmutations à faibles énergies s’effectue journellement dans la Nature, notamment dans des minéraux, des plantes. Des bactéries sont de grands Alchimistes. Il existe donc des transmutations non radioactives, sans désintégration. Voir par exemple le livre : Preuves en Géologie et Physique des Transmutations à Faible Énergie, de Corentin Louis Kervran.

M. R.
 

Dernière mise à jour : 03-10-2009 19:22

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >