Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Paradis Perdu
Paradis Perdu Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 21-01-2010 23:33

Pages vues : 6874    

Favoris : 147

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Humain, Paradis, Nature, Sacré, Terre


paradis_perdu_tigre.jpg
 
Paradis Perdu
 
 
Perdu, sans repère, car le développement, la civilisation voulue essentiellement par les sempiternels banquiers et en particulier la « Banque mondiale », ce n’est pas raser des forêts, construire des routes et tout détruire à coups de bulldozers et de tsunamis déguisés, mais c’est travailler ensemble et échanger avec les populations autochtones, ou peuples racines, pour que le milieu profite à tous. Dans ce sens c’est un bon point pour le film Avatar qui véhicule ce message, et je peux comprendre que des spectateurs puissent avoir le désir de le voir plusieurs fois.
 
Je m'empresse d'écrire pour ceux qui associent Gaïa (la Terre) au New Age qu'ils ne sont pas bien futés. Ce n'est pas parce que le business du New Age a récupéré le nom Gaïa qu'il faut prendre tous ceux qui emploient ce mot pour des vendus au New Age et au mondialisme galopant et à la « mode écologique et du réchauffement planétaire ». Pareil pour le mot Chakras et même le mot Bouddhisme. Pareil pour le nom de H.P. Blavatsky trop souvent associé avec un quelconque culte sataniste, voir nazi et mondialisme, voir secte, et bien-sûr associé souvent au New Age comme on peut le lire dans le Wikipédia français, à cause de l'association au courant théosophique du 19è siècle de H.P. Blavatsky, dont elle a déclenché la renaissance. Le New Age n’est qu’une « chapelle » prison de plus : un isme comme dirait Jean Coulonval, un système. Le fumeur de shits est souvent associé au New Age, voir aussi à une secte... Comme pédophilie, le mot secte est le killer de celui qui ne pense pas comme tout le monde, et permet au pouvoir de fomenter « un crime d’État » ; comme si une secte pouvait avoir le pouvoir de « renverser » la trop jeune république ! En France, les sectes font très peur au pouvoir en place.

Avant tout, aborder les choses de la Nature, dont nous faisons partie, relève du Sacré, ce qui nous éloigne un peu du système New Age, car supposer un esprit dans un arbre, un Élémental de l’eau ou du feu relève du Sacré. Ce n’est ni moins digne ni moins mystérieux que la manifestation du sacré dans un dieu. Le processus de sacralisation est le même, comme écrivait Mircea Eliade dans : Le Chamanisme et les Techniques Archaïques de l’Extase.

Paradis : du Grec : paradeisos, de l'avestique : paridaiza : soit un enclos, un édifice.
Avant d'aller plus loin je renvoie à la page JARDIN et PARADIS.

Ainsi à l'époque du néolithique, ou récent âge de pierre, de chasseur-cueilleur les hommes sont passés directement à l'agriculture, perdant ainsi le Paradis. S'ils avaient choisit l'HORTICULTURE, ils seraient en osmose avec le règne végétal, avec le règne animal, et tout irait pour le mieux puisque le matérialisme serait à peine naissant en 2010 ou 30500 + 142, sans bien-sûr aucune économie et une industrialisation aberrante et une urbanisation comme nous les connaissons si tragiquement. Monde devenue sexué, où les choses deviennent mortelles, où les humains sont obligé de travailler pour manger et sont en conflits avec ce qu’ils appellent la Nature et les animaux. Monde moderne où les animaux sont pucés et élevés pour être mangé, ou pour être au zoo ou dans des réserves africaines pour touristes.

Car avoir loupé le choix de l'Horticulture, fut une perte non seulement pour les humains mais surtout pour le règne végétal. Une perte du langage originel digne des dieux peut-être, illustré par la parabole de la Tour de Babel de la Bible judaïque. Ainsi nous sommes tombé dans « la condition humaine ». Nous somme devenus mortel.

Sous terre le métal fut transformé d'abord en outil utile, mais hélas ensuite en pointe de flèches jusqu'aux obus modernes. Le bois vivant des arbres fut transformé en planches et en meubles et maintenant en papier.
Avant la perte de ce paradis, l’homme était en communion avec le ciel et le cosmos, d’où déjà des symboles d’habitants d’autres mondes et planètes. Non seulement à cause du choix décrit plus haut, mais peut-être à cause d’un mauvais rituel, les communications entre ciel et terre, entre esprits ou Élémentals et les humains ont été interrompues. Seuls quelques chamans et initiés parviennent à remettre en marche ces communications.
Ainsi l’Arc-en-Ciel en tant que pont entre ciel et terre permet la libre circulation des dieux vers la Terre. Le trône de Dieu est entourée d’un Arc-en-Ciel (Apocalypse 4, 3). Penser aussi aux sept notes de la gamme musicale.

Pour retracer un peu cette perte du Paradis il faut plonger dans la jeune science de l'ethnobotanisme ou étude de la relation plante-humain. Pour la relation minéral-humain il faudra attendre encore un peu ! mais on y viendra aussi. en attendant nous avons aussi l'ethnoentomologie (difficile de se mettre à la place d'un insecte ! Sauf peut-être ceux qui en mangent)
Voir le site Art Ethnobotanique.
Voir le site Plantes sauvages comestibles et médicinales
On ne peut pas parler d'ethnobotanique sans évoquer le travail et les livres de Jean-Marie Pelt, et de Pierre Lieutaghi.

Avec cette perte du Paradis, seules encore quelques personnes et des Chamans (sortes de « moines » guérisseurs spécialistes de l’âme) peuvent communiquer avec des propriétés de la plante qui se révéleront dangereuses voir mortelles pour ceux qui n'ont aucun rapport avec le monde végétal ; des plantes peuvent faire délirer et conduire rapidement le violeur en hôpital psychiatrique. Violeur car pour bénéficier des bienfaits d'une plante, il faut lui avoir demandé la permission. Autrefois l'herboriste qui cueillait une herbe mettait des graines enrobées de miel dans la terre en remerciement des futurs bienfaits de la plante recueillit.
Cela peut paraître très naïf ce que j’écris, mais selon les chamans, on apprend de la plante en s’entretenant avec elle par l’intermédiaire des Élémentals ou esprits de la Nature. Il n’y a pas d’autre solution pour découvrir les propriétés médicinales des plantes. Un chimiste ou un « spécialiste » restera encore trop rationnel et ne comprendra pas.

Beaucoup de plantes ont un grand pouvoir de mimétisme : couleurs, formes, texture et pilosité, et surtout odeur. Tout cela fonctionnant comme émetteur récepteur, donc Accord. Et c'est bien là le mot ACCORD, car les exophéromones annuleraient les barrière entre espèce, comme le suppose l'ethnobotaniste Terence Mckenna. Mais il conçoit cela uniquement du point de vue mécaniste : message chimique, comme celui de la plante et de son « accouplement », comme la chimie de la plante pénétrant dans le système nerveux humain et produisant des visions fantasmatiques bien précises (accord).

Comme le précise Romuald Leterrier dans son livre : Les Plantes psychotropes et la Conscience, en toute logique, si la plante Ayahuasca (Liane des morts, en langue Quechua) imite, en pénétrant dans l’organisme humain et dans son cerveau, la « partie mécanique, chimique et électrique » sera perturbé par l’échange avec la « pensée » de la plante, qui comme le dit R. Leterrier ne possède pas de « personnalité », (ce qui est encore à voir, surtout à cause de sa situation et date de germination), mais possède « un psychisme » bien dans le sens de l’ENSEMBLE, comme le nuage d’éphémères volant un soir d’été et cité de nombreuses fois sur ce site.

Comme il y a échange entre la pensée de l’humain et de la plante, celle-ci s’adapte au langage de l’humain et « mime » sa forme humanoïde, toujours selon R. Leterrier. C’est son hypothèse. En allant plus loin il suggère le phénomène de symbiose (voir notamment Stargate SG1) entre l’Ayahuasca et l’humain. Qui choisit de s’associer ? l’humain ou la plante ? La plante ne bénéficiant pas de mobilité, tout au moins sans ses graines. Leterrier prend le parti de la plante et non de l’homme en citant l’exemple du Cannabis Sativa, lequel en échange de son pouvoir de donner divers plaisirs aux humain, grâce à eux poussent maintenant partout dans le monde. Aux humains de savoir équilibrer pour ne pas se retrouver prisonnier du Cannabis ! Quand aux autorités c’est une autre histoire et évidemment une entrave au déploiement de la vie.

Pour le cerveau humain, selon les anciens Chinois il est situé dans le ventre, c’est pourquoi il doit être purifié. Ainsi la prise du breuvage à l’Ayahusca commence par donner ses effets dans le ventre, avec des diarrhées et des vomissements.

A ce stade de contacte décrit dans le livre de R. Leterrier, cela reste encore mécanique : il y a besoin du breuvage de l’Ayahasca pour entrer en contact avec la plante. Peut-être que pour communiquer sans contact avec la plante il faut passer par les Élémentals, qui eux sont les esprits de la Nature. On peut passer aussi par les chants, comme l’écrit Leterrier, chants que chantent les peuples du bassin amazonien puisque pour eux chaque plante est un être vivant censé posséder un chant qui lui est propre (Accord).
L’humain ne communique pas avec la plante peut-être parce qu’il est plein de contradictions et de rationalités ; mais surtout il n’est pas synchrone avec l’Instant.

Un nombre important de chercheurs ont fait des expériences avec les plantes et la musique, dont Joël Sternheimer, cité dans le livre de Leterrier, où Joël Sternheimer a remarqué que des plants de tomates poussaient mieux à l’exposition de musique quelques minutes par jour.

Pour en revenir au chamanisme et à l’émission-réception, des chamans sont souvent atteint de troubles nerveux, de déséquilibre mental, voir épileptique, selon le livre de Mircea Eliade cité plus haut. Des peuples d’Indonésie choisissent de préférences des personnes maladives ou faibles pour l’office de magicien. Dans d’autres contrées le parfait magicien est généralement neurasthénique ou au moins excentrique, bref : pas comme tout le monde.
Mircea Eliade explique que le malade mental est un mystique raté, ou simiesque. Je peux confirmer les dires de M. Eliade, ayant côtoyé des personnes soufrantes de problèmes psychologiques plus ou moins importants. Il faut « un cerveau particulier » pour voir au-delà des apparences et avoir un contact intime avec le surnaturel.
Et la maladie mentale grave survient généralement et en coïncidence avec l’atteinte de la maturité sexuelle ; ce qui prédispose à la pratique de certains chamans. Ces prédispositions permettent des concentrations et des contacts non réalisables par les profanes.
Mais la plupart des chamans contrôlent leur maladie, ainsi ils peuvent soigner les autres parce qu’ils connaissent le « mécanisme » ou la théorie mieux que les autres.

Rappel sur le Sacré :
« Les hiérophanies (manifestation du sacré) les plus élémentaires ne sont autre chose qu’une séparation radicale, de valeur ontologique (de ce qui est), entre un objet quelconque et la zone cosmique environnant : telle pierre, tel arbre, tel endroit, par le fait même qu’ils se révèlent comme sacrés, qu’ils ont été en quelque sorte « choisit » comme réceptacle d’une manifestation du sacré, se séparent ontologiquement des autres pierres, des autres arbres et des autres endroits, et se situent sur un plan différent, surnaturel », d’après Mircea Eliade. Ainsi on a aussi un échange, mais ici avec une notion d’espace.
La quête du sacré est le comportement normal de l’être humain. Mais il a une attitude ambivalent vis à vis du sacré : il ne croit pas assez fort en ses capacités, il pense qu’il doit travailler dur pour « gagner sa vie » (nourriture, logement et habits).

Alors avec le passage vers l’agriculture et l’industrialisation et la perte de tout repère, nous essayons de dépasser notre condition d’humain, et atteindre un au-delà du temps terrestre, pour échapper à la tragique et si violente illusion charnelle. Il reste à retrouver la source perdue de la vie spirituelle : la vie et la vérité, ou la « fixation cavalante » de la Pierre Philosophale.

Les Élémentals comme les fées, nymphes, ces femmes demi-divines jouent un grand rôle auprès des aventures des héros dans les contes et légendes. Elles les aide et les instruit dans les épreuves plus ou moins initiatiques. Ne pas oublier la toute puissance de la femme-mer/mère, l’océan nourricier comme la mère.

M.R.
 
 

Dernière mise à jour : 22-01-2010 00:05

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2022 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >