Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Projet de Supermen - 1
Projet de Supermen - 1 Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 07-02-2010 22:44

Pages vues : 8487    

Favoris : 203

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Cerveau, Conditionnement, Contrôle, Esprit, Losers, Militaire, Peur, Pouvoir, Robot, Sectes, Winners


barnum_money1.jpg
 
Projet de Supermen - 1
Une victime des Illuminati
Projet de super race et expérience de Montauk


ATTENTION : typiquement américain !
 
 
Comment mettre des souvenirs dans le cerveau d'une personne, ou la programmer. Comment FABRIQUER un WINNER. Faire attention avec la langue de nos amis anglo-saxons et américains avec leur langue du business, c’est justement une langue de pub, destinée à emballer, comme un bon packaging, pour mieux vendre ; et les mots Montauk, Superman, Mind Control, en mettent plein la vue à la façon des medecin-men et de leur boisson gazeuse et autres pros de l’entertainment comme Phineas Taylor Barnum (photo du haut : Art de nous soutirer de l’argent). Les USA sont remplit de professionnels qui se prennent pour des winners, et accrochent sur les murs de leurs bureaux leurs diplômes de ceci ou de cela.
 
Traduction maison d'après un récit autobiographique anglais, très intéressant malgré son aspect si matérialiste, rappelant un peu Howard Phillips Lovecraft, mais surtout le mécaniste du bidouilleur Lafayette Ronald Hubbard.

puce2ab.gif
 
Ceci est mon histoire, et c'est ma vie. Il s'agit de la ligne de temps dans lequel les événements sont survenus, ainsi que je me souvienne.
J'ai retrouvé lentement la mémoire et je peux me souvenir maintenant. Ce n'est cependant qu'un aperçu sommaire, et beaucoup de calendriers d'événements parallèles qui coexistent au cours de ma vie ont été écartés de ce document. Comme le temps passe de plus en plus les pièces du puzzle se mettre en place.

Voici ma ligne chronologique :
- Mon père diplômés de la classe US Academy de la classe de 63 (Michael A. Pero Jr.).
- Août 1966-novembre 1968 - Ma famille est en poste au Bataillon de construction de l'OC Center à Hueneme, Californie.
- Novembre 1968 - Ma famille déménage à Fallon, Nevada. Mon père est le LT. Commandant de la Force aérienne Navel Fallon Station de Fallon, Nevada.
- 25 novembre 1969 - Je suis né, à Fallon, Nevada. Je suis Michael Andrew Pero III.
- 12 juillet 1971 - Mon père, il démissionne comme LT. Commandant à la Station aérienne de la Navel Fallon et quitte la Marine. Nous nous déplaçons dans le New Jersey, et il commence à travailler dans le secteur privé.
- Juin 1974 - Juillet 1976 - Mon père commence un nouvel emploi à l'étranger, et nous nous apprêtons à partir à Munich en Allemagne. (Note : capitale de la Bavière, comme dans les "illuminati de Bavière" - Branton). J'ai 5 ans. J'ai été à deux différents écoles différents à cette époque, le jardin d'enfants allemand le matin, puis l'école maternelle anglaise (de la maternelle après-midi et puis 1ère catégorie A). C'est là que les divergences ont commencé entre ma mémoire et mes parents.
Je me souviens vivant en Allemagne. Je me souviens de notre appartement, et comment notre chat "twinkee" ne voulait pas entendre toute personne qui l'appelait en allemand. Mais si quelqu'un, peu importe qui il a été, l'appelait en anglais le chat accourait. Je me souviens de ma meilleure amie qui était une petite fille aux cheveux longs bruns et les yeux bruns. J'ai dîné dans sa maison et je me souviens qu'après le dîner, elle a pris deux bières sur le réfrigérateur de ses parents et nous les avons bu dans son entrée. J'étais tout inquiet que nous allions avoir des ennuis, mais elle a dit qu'elle avait bu de la bière tout le temps. J'ai pris environ trois gorgées et je me sentais vomir.
Je me souviens de ma soeur essayant de m'apprendre à danser et elle me jeta dans l'appartement si vite que j'ai été jeté dans le coin du mur et j'ai été blessé à la tête ce qui nécessita des points de suture. Je me souviens de tout cela.
Mais surtout je me souviens de la maternelle allemande. Je me souviens de l'enseignante et comment elle était.
Elle était très gentille avec moi et avec des cheveux ondulées brun et gris, et ressemblait comme si elle avait avalé un pneu autour de sa taille, elle était lourde. Je me souviens d'être présenté à mon premier "gummy bear" et comment j'ai pensé qu'ils étaient la chose la plus "cool". Être un Américain et être le plus grand gosse en taille dans la classe à fait que je suis devenu une célébrité et le centre de l'attention. Je me souviens de la mini piscine qu'il se trouvait à l'extérieur, qui avait environ un pied de profondeur.
Je me souviens de toutes ces choses, mais quand il s'agit de l'école américaine où j'allais l'après-midi. I DON'T REMEMBER ANYTHING ! Je n'ai aucun souvenir d'un autre salle de classe, je n'ai pas de souvenirs d'un autre bâtiment, je n'ai pas de souvenirs de tous les amis, des personnes, des enseignants, aucun souvenir de même aller à une autre école. Mais rappelez-vous de la BASE AÉRIENNE.
Rappelez-vous que je me promenais à la hauteur de la grande clôture, située tout autour de cette immense base. Il y avait des avions et des miles et des miles de ciment. Et je ne me souviens pas de l'homme qui se promenait avec moi, mais je me souviens seulement de lui demandant me demandant : « Pourquoi tu me prends ici ? », et il a répondu : « en raison de ton père ! ». Mais mon père était dans la marine, pourquoi me prend pour une base aérienne, demandai-je à nouveau. Et l'homme répond : « Les fils de toutes les branches du domaine militaire sont une très étroite collaboration ». « Mais il n'est plus dans la marine ? » répondis-je. Et il dit : « Nous faisons cela comme une « faveur particulière » pour votre père ». PARCE QUE NOUS PRENDRE SOIN DE VOUS ! il dit que son ton a changé, et puis il a déclaré : « vous posez beaucoup de questions pour remuer la merde ». Je me souviens de ce heurt de mes sentiments, je voulais juste savoir pourquoi il me conduisait à ce lieu étrange. Je n'aime pas cela.
Rappelez-vous, étant à l'intérieur de la base aérienne, tout ce que je me souviens est l'intérieur de la chambre d'un médecin. L'examen d'une chambre. Ils m'ont fait déshabiller en bas de mes sous-vêtements et de s'asseoir sur cette table en métal brillant. Je me souviens de la table très froide, si froide que j'ai demandé si je pouvais me déplacer ou en descendre.
Une voix forte cria : « NE BOUGE PAS ET NE PARLE ». Alors je me suis assis là avec la chair de poule sur mes jambes. J'entends un mouvement derrière moi et je l'entends dire : « c’est ce gamin là », et un homme s'approche et commence à me scruter avec ses mains, avec un stéthoscope et frappe mon genou avec un marteau en caoutchouc.
C'est tout ce que je me souviens. J'avais 5 ans.
Je n'ai jamais vraiment pensé à beaucoup de choses, mais comme j'ai commencé à écrire tout cela, j’ai négligemment demandé à ma mère le nom de la base aérienne en Allemagne, où je suis allé à l'école dans les après-midi.

Elle a dit : « vous n'avez jamais été à une base aérienne militaire à l'école en Allemagne ». Vraiment dis-je. Je lui ai demandé : « Alors, où ai-je pu aller à l'école en Allemagne ? je suis allé à une base militaire à l'école anglaise, parce que Papa était dans la marine, non ??? ».
« Ne soyez pas ridicules, je suis votre mère et je sais où et quand vous êtes allé à l'école ! » dit-elle. OK, je demande ensuite : « qu’elle était le nom de l'école en Allemagne maman ! ». Et elle ne se souviens plus du nom. Nous avons ensuite procéder à avoir un énorme argument à ce sujet. Elle est finalement loin et dit qu'elle ne veut pas parler à ce sujet non plus.
J'ai toujours supposé que je suis allé à l'école maternelle allemande dans la matinée et à la base aérienne l’après-midi, en raison de la relation par mon père et c'est pourquoi j'étais là. Si je n’avais jamais demandé à ma mère le nom de la base aérienne, je n'aurais jamais pensé à deux fois avant de tout cela. Maintenant que je pense à cela, je n'ai jamais vraiment réfléchi beaucoup. Je me rappelle clairement l’école maternelle allemande et, manifestement, je me souviens de la base aérienne et de la salle d'examen. Je me souviens de la conversation avec l'homme quant et pourquoi on voulait me prendre, et je me souviens de la salle d'examen.
C'est comme un clip de 5 secondes d'un film de 10 minutes. Juste quelques secondes, puis il s'arrête, et pourtant vous on sait que ça dure beaucoup plus longtemps.

Quand j'ai demandé à mon père s'il savait où j'allais à l'école en Allemagne. Il a répondu « bien sûr » dans McGraw Caserne de l'Armée de l’air. Quand je lui ai posé des questions sur les examens. Il a répondu :  nous avons été informé par un médecin que vous avez eut un souffle au cœur, ce n'était rien de grave, mais ils ont voulu vous examiner quand même ».
Sur cette chose, plus tard après mes études collégiales, je suis allé voir un cardiologue. J’avais eu des douleurs à la poitrine pendant des années suite à des injections massives de stéroïdes, j'avais développé de l'arthrite dans le cartilage entre mes côtes de ma cage thoracique.
Quand j'ai demandé le cardiologue au sujet de mon souffle au coeur, il m’a montré un papier comme quoi mon cœur était absolument parfait, et il n'y a absolument aucun signe de souffle au cœur !
En Août 1976 - Nous sommes revenus au New Jersey, je commence le 1er grade, à nouveau, dans le système scolaire local. Ma mère me laisse entendre que je ferais mieux mes études en étant le plus anciens de la classe, plutôt que le plus jeune.
Septembre 1979 - Mes parents ont été des belligérants vers l'autre camp pour un certain temps maintenant, et décident d'obtenir un divorce (en ce moment ils se séparent). J’ai maintenant 9 ans et je suis entré dans la 4ème année scolaire. Comme les enfants, les tests de QI du système scolaire s’appliquent à tous les enfants, je me souviens avoir dit que j'étais un génie "absolu". Je n'aime pas connaître mon QI,  mais j’ai été classé comme une « grosse bête à performance ». Car j’ai été de loin le plus grand enfant dans la classe, et le meilleur athlète. Cependant j'ai eu un problème de bégaiement sévère. J'étais considéré comme l'idiot de la classe, parce que je n'ai jamais parlé correctement à l'école. [NTMR : je résume un peu : Michael Andrew Pero est donc une sorte de génie mais qui bégaye]

J'avais eu le problème du bégaiement aussi longtemps que je me souvienne, et tout au long de mon enfance, littéralement je ne prononçait pas une phrase complète, le temps que je pourrais même pas parler un mot. La chose est que je ne me souviens pas quand ni pourquoi j'ai commencé le bégaiement, mais je me souviens être capable de parler couramment l'allemand sans aucun problème ; tous en n'ayant pas de problèmes d'élocution en allemand ou en anglais. J'ai bégayé fortement, jusqu'à l'âge de 25 ans.
Mars 1981 - Ma mère m'inscrit dans le Silva « Mind Control ». Bien sûr, et c'est là que j'ai le souvenir d'avoir rencontré « les hommes en uniforme ». Le Silva Mind Control est une méthode, une sorte de cours d’auto-hypnose, où on apprend à plonger dans les différents niveaux de votre esprit. On apprend des choses comme la façon de soigner votre corps avec votre esprit, les techniques de relaxation, les moyens d'axer votre concentration, et de fondre des cuillères avec votre esprit (des choses comme ça). Un état de relaxation de l'esprit sont les bases de la méthode Silva. [NTMR : dans le lien sur cette méthode, on nous dit qu’elle a faite ses preuves sur « des millions de personnes », et c’est là que je commence à avoir de grosses inquiétudes, ça fait : "Demain on rase gratis" ou : gagner beaucoup d'argent, ou retour d'affection, effacement de vos soucie, etc. Bref, sorcellerie de chaman New Age de banlieue ; car ça recoupe simplement un conditionnement par un système de plus, qu’on prétend fondé sur des études dites « scientifiques », le tout étant d’améliorer les facultés mentales ; bref de passer du côté des winners et du « demain on rase gratis ». ATTENTION, la méthode Silva est classé comme secte dans la liste du rapport parlementaire français de l’Assemblée Nationale, ce qui n’est pas non plus un gage de référence ni une Bible, mais peut juste donner une indication pour se forger son opinion. Cette méthode me fait d’ailleurs à la Landmark education, et plus lointain à la Soka Gakkai]

Les autres élèves de ma classe avaient regardé mes mouvements rapides des yeux, mon corps et ma technique de Silva. Comme je suis sorti de celle-ci, ils se sont tous mit à rire de moi. L'instructeur me louait comme si j’étais le sauveur de l’humanité.
Pendant une des pauses (environ six semaines après le cours de huit semaines), l'instructeur me demande d'aller à l’extérieur pour répondre à certains de ses «amis». Je sors avec lui. Nous passons les doubles portes et il y a deux hommes qui attendent pour me parler.
Les deux occupants portaient des uniformes militaires, une portait le vert armée, et l'autre le bleu (armée de l'air possible, mais je ne peux pas en être sûr). [NTMR : on le prend pour le Kid].
Pour être honnête, je ne fais vraiment pas beaucoup attention à eux (je regardais d'autres enfants sur le terrain de jeu et me demandait pourquoi je suis ici et non là-bas).
Mais voici le point essentiel : l'homme à l’uniforme vert me dit : « J'ai entendu dire que vous avez des capacités spéciales » et j'ai répondu confusément : « j’ai ? ».
Le militaire me répond : « Ce fut une très agréable rencontre, vous savez, après votre départ, travaillez pour moi un jour. En tant que jeune de 11 ans vous ne savez pas à saisir ce qui se passe vraiment », et je me souviens en riant et en lui disant que je ne comprends pas bien, mais c'était sympa le rencontrer, et je courus à la cour de récréation. Mais quand j'ai regardé en arrière, trois adultes ont été encore debout là à me regarder, a parler de moi, et me jauger. [NTMR : comme une marchandise]

J’ai maintenant 11 ans et sur le point d'entrer dans la 6e.
Septembre 1981 - Je rentre dans la 6e. J'avais joué plusieurs sports organisés depuis quelques années déjà, mais le moment était venu pour le premier vrai défi : un essai au football dans l’équipe au 8è grade de l’école.
L'entraîneur était contre cela parce qu'il ne pensait pas que je pourrais jouer avec les garçons plus âgés, mais il me laisse essayer de toute manière. Eh bien, j'ai été dans l'équipe, mais j'étais tellement bien que j’ai été le meilleur kid de l'équipe, et nous étions la meilleure équipe dans le comté. J'ai juste eu une incroyable capacité à faire ce que l'entraîneur m'a demandé de faire.
Par exemple, le premier jour du camp d’essai, l’entraîneur envoi le ballon vers moi et me dit en plaisantant : « Je veux que vous preniez cette balle, descendez sur le terrain et marquez un but ». Le truc, c'est que je me représentais mentalement descendre la stade et marquer un but. Puis j’ai pris la balle et je j’ai fais. Je n’ai pas pensé que je ne pourrais pas, j’ai juste fais. C’était comme si l’esprit faisait partie avec la matière.

[NTMR : ici l’auteur exprime un point fondamental : l’osmose avec l’espace, les éléments, il est en ACCORD, SYNCHRONE, ce qui correspond avec les enseignements taoïstes, les arts martiaux des pays asiatiques. C’est ce qu’exprime aussi très bien Tanis Helliwell dans son livre : Un été avec les Leprechauns : il faut visualiser au-delà des trois dimensions connues de nos cinq sens, et faire intervenir notre autre dimension ou plan, le corps éthérique. Tanis à travers le récit de son Leprechaun explique que, pour réaliser une chose, il faut la visualiser et se voir en train de l’accomplir, mais surtout former un ensemble, car si une partie de l’esprit dit qu’on n’y arrive pas, alors c’est le loser qui gagne. Mais je pense qu’il y a d’autres techniques que cette méthode Silva, et d’autres recours que la volonté : l’affectif ou Amour ou ACCORD de privation de mort, et le lâcher-prise, celui de la réalité que nous croyons connaître, ce qui permet une SINCÉRITÉ. Ce mot s’approche de SAINT, et ce n’est pas un hasard ou des légendes si un Saint peut accomplir des miracles ! Cette « force » rappelle le Chi, l’Archée, de Archétype, le principe de vie. Reste qu’il est difficile de « trouver le bon accord », et qu’effectivement on peut facilement tomber dans le côté matérialiste ou côté plus ou moins obscure. Pour en revenir à l’Archée et à l’exemple du ballon de foot que nous donne Michael Andrew Pero, ce n’est pas le désir de marquer un bit, un but qui compte ou est important, c’est SENTIR LE BALLON, mais surtout pas avec ses cinq pauvres sens physiques, avec sa VISION INTÉRIEURE SPHÉRIQUE ET INTEMPORELLE, et naturellement le marquage du but viendra ensuite puisqu’il en est l’intention]

Il faut le voir pour le croire [NTMR : citation que je complète par : ou le croire pour le voir]. Voici comment, honnêtement, je ne connais pas mieux. Je croyais que je ne pourrais pas juste prendre le ballon sur le terrain pour mettre un score.
Mais dans mon esprit, je pouvais le faire, alors je l'ai fait en temps réel dans notre réalité à tous.
Lorsque les entraîneurs des équipes adverses ont demandé quel âge j'avais, quand je leur ai dit qu'ils ne me croyaient pas.
C'est comme ça que j'ai été bon et je n'ai pas de bandes vidéo des jeux pour le prouver !
J'ai non seulement fait l'équipe mais j’ai commencé à l'aile gauche, et j'ai été exceptionnelle. Plus tard dans l'année, j'ai également fait le 8è grade de l’équipe de l’école de basket-ball et l'équipe de baseball. Je ne démarre pas comme un élève de 6e en basket-ball ou Baseball mais je n'ai pas jouer.
Faire partie des équipes comme élève de 6è est presque un exploit incompréhensible, nous dominions de loin presque toutes les équipes du comté. J'ai été très bon pour mon âge au baseball et au basketball, mais pour quelle raison, j’étais intouchable quand j'étais sur le terrain de football.
C'est drôle, comment quelqu'un peut-il faire les choses qu’ils ne sont pas censé faire ? Que ce soit un exploit de force physique ou de technique, ou un exploit de grande intelligence ou de volonté, comme un acteur ou d'un athlète professionnel, quand tous les autres ont dit qu'elle ne pouvait pas être fait.
Tout ce que nous faisons en tant qu'êtres humains, que ce soit un événement sportif, démarrer une entreprise, aller à l’université, ou décider tout simplement de vous aventurer hors de votre propre foyer pour la première fois.
Pour toute tâche vous choisissez de vous battre (le winner). 90% de votre objectif sera atteint.

Note : Ensuite Michael Andrew Pero explique que la peur de perdre commande la réussite, et que cette peur est la clef de tout et commande votre vie. Dans un sens il a raison, puisque la peur cachée et instinctive permet de vivre et d’échapper à une mort terrestre, mais comme clef je ne suis pas d’accord, et reste à savoir ce qu’il entend par peur.
Curieusement un origine du mot PEUR vient du latin PAVOR, lequel est très proche de POUVOIR ; et dans certains cas la peur donne des ailes !
En Égypte de Pharaon le mot peur s’écrit nrw (nerou) et indique aussi la terreur ; nrj (nerej) indique être terrorisé ; et nr (ner) indique curieusement l’énergie, probablement consécutive à une peur, comme notre mot moderne nerf (du latin nervus), et son contraire est RN (ren, comme le son reine, épouse du roi) indiquant l’ÉNERGIE ENFERMÉE DANS TOUT.
 
Suite du récit de Michael Andrew Pero : Pour moi, en utilisant en quelque sorte le contrôle de l’esprit de la méthode de Silva, j'avais la capacité de me représenter moi-même accomplir des exploits extraordinaires sur le terrain de jeu, puis en quelque sorte les accomplissant dans la réalité avec une facilité, comme si c’était naturel. Ne croyez pas, faites juste.

Juin 1982 - Mes parents, quand ils étaient encore ensemble, avait investi dans plusieurs maisons dans la région, et ils les louaient comme moyen de revenu supplémentaire. En Juin 1982, ma mère et moi déménagions dans l’une des maisons que nous avions l'habitude de louer à Ramsey, et de mettre la maison que nous venions de quitter sur le marché pour la vente (en gros mon père a déménagé dans une maison que nous possédions en Waldwick, nous avons emménagé dans l'autre maison à Ramsey).
Notre nouvelle» maison de Ramsey est situé à seulement 10 minutes de la vieille maison à Ho-Ho-Kus, mais elle était dans un district scolaire différente. J'ai 12 ans et entre dans la 7ème classe dans la nouvelle école.
11 juillet 1983 - Ma mère avait fréquenté un homme qui s'appelait Walter Johnson. Ils s’étaient vu pendant les 2 dernières années et ont été engagés pour se marier. Ma mère avait mis au point son divorce plus tôt dans cette année, il avait été séparé de sa femme pendant environ 4 ans. Le 11 Juillet 1983, M. Johnson s'approcha de la maison qui sera bientôt celle de sa femme.
Note : l’auteur explique que M. Johnson avait volé un révolver 357 Magnum à son frère !

Voici ce qui s’est passé ensuite : M. Johnson était penché sur son bureau au sous-sol de son ancienne maison afin de signer les papiers du divorce. Sally Johnson (sa femme) est arrivé derrière lui et lui dit : « Si je ne peut pas être ton mari, alors personne d’autre ne le sera », et elle lui tire une balle dans la tête.
Il est mort instantanément, et quand les policiers ont finalement retrouvé le corps deux jours plus tard, sa tête avait été complètement arrachée de son corps. Chaque mot de ce drame est malheureusement exacte. Son nom a été à nouveau Walter Johnson. Il était le directeur pour Senior Executive personnel en matière de l’EXXON Oil Corp. du bureau de New York. Il a été tué le 11 Juillet 1983 à Ridgewood, New Jersey. Il était le fiancé de ma mère.
Ma mère, pour les années à venir a été au-delà de tout moyen rationnel de description en termes d'hystérie et de deuil. Son amie allemande Astrid a été d'une grande aide dans ses temps de besoin. Ce que cela m'a fait cependant était le suivant. Pour un garçon de 12 ans, rentrant de l’école, et voir et entendre tous les jours sa mère pleurer, et toute la journée, puis toute la nuit et tous les soirs, c’est très dur pour un garçon de 12 ans. Elle a été au-delà du mot dévastée. Alors, évidemment à l'époque, je ne suis pas trop désireux de rentrer à la maison après l'école. Pendant un moment j'ai eu des ennuis (jouer avec les mauvaises fréquentations, ce genre de choses). Puis j'ai découvert ma nouvelle passion, working out et l'haltérophilie ! C’est devenu un obsession. Dans la 7ème année j'ai commencé à travailler ces sports tous les jours. Je voulais monter mon vélo jusqu'à l'école secondaire tous les jours et avec des heures d'entraînement, je veux dire 2 à 3 heures chaque jour (rien que pour éviter d'aller à la maison) !
Décembre 1983 - Dès le début j'étais un gamin exceptionnellement fort. Encore une fois, d'une certaine manière, je viens d'avoir la capacité d’imaginez faire quelque chose dans mon esprit (voir mon auto le faire), puis faites-le dans la vie réelle. Utilisation de la méthode Silva du contrôle de l’esprit, je me mettais dans mon lit, et mentalement je passais pour la séance d'entraînement du lendemain. Par exemple, je voudrais aller à mon "niveau" et me concentrer. Je me figure que j'ai couché en combinaison 195 pour 10 répétitions, puis 205 pour 8, 215 pour 6, etc.
J'ai 14 ans et suis en 8e année. J'ai également été à l'école champion pour le saut.
Août 1984-1987 - Mes trois premières années au lycée n'étaient pas typiques. J'ai joué au football à l'automne.
Plus précisément je n’ai pas joué de basket-ball pendant l'hiver afin que je puisse suivre la séance d'entraînement quotidien. J’ai fais de l’athlétisme, du lancer de poids, puis suivait la séance d'entraînement comme un fou pendant l'été pour être prêt à nouveau pour le foot.
J'ai excellé dans tous les sports auxquels j'ai participé.
En tant que Freshman, j'ai été l'un des meilleurs running back dans le comté. Nous avons été champions de division, et le chef entraîneur de football universitaire (Coach Hyman) m'a demandé de pratiquer avec l'équipe universitaire pour le jour du match de Thanksgiving.

Note : j’abrège un peu la traduction car Michael Andrew Pero continu de parler de ses prouesse sportives, ce qui lui vaut l’inimitié des autres joueurs, et surtout de son entraîneur qui le traite de merde et veut le virer, parce qu’il n’aurait jamais dû jouer dans l’équipe du lycée. Mais Michael ne veut pas démission ni quitter l’équipe, ce qui excite encore plus son entraîneur !

Cela a continué tout au long de nos études secondaires. Le truc, c'est que de temps en temps, si l’entraîneur allait dans le vestiaire à la mi-temps ou après le match pour revenir sur le but, ou sur la piste, je répondais JE ME SOUVIENS, (les deux mêmes hommes militaires   M. Green et M. Blue »). Je jouerais dix matchs de football par an. En repensant, je n'ai vu que ces hommes, 2 ou 3 fois par an. Pour être honnête, je me souviens avoir vu ces hommes à deux reprises lors des matches de football pendant mes quatre ans au lycée. Les deux fois, je me promenais hors du terrain après le match et j'ai commencé à chercher mes parents et j'ai regardé dans la foule, et ils étaient, planté là me cherchant au milieu d'une foule de personnes. Et j'ai dit la même chose « c’est curieux, qu’est-ce que ces deux gars font ici ? ». Et encore, je voudrais simplement les rejeter. Je voudrais surtout les voir réunit sur la piste. Permettez-moi d'expliquer : dans le domaine hiérarchique de l’école, il y a deux types de rencontres. Le calendrier de l'équipe d'athlétisme composée de rencontre de 10-12 Bi ou Tri, quand notre école elle est en concurrence avec une autre école, ou deux autres écoles, dans ce cas, il s'agit d’une rencontre à trois.
Les autres types de rencontre sont avec le comté : rencontre de relais, et répond à l'Etat. Ces rencontres se composent de 20 à 30 équipes.
Comme tels, ces événements sont énormes. Je dirais entre 5000 et 10000 personnes y assistent (je veux dire certaines de ces choses étaient d’énormes manifestations). En tout cas, comment ai-je retenu ces deux hommes auprès de 10.000 personnes ?

Honnêtement, je me suis convaincu qu'au moins l’un d'entre eux (des deux militaires costume vert et costume bleu) devait avoir un fils qui a été dans la compétition. Il n'était pas rare de voir des hommes en uniformes sur la piste de rencontre parce que d'autres enfants allaient à l'école dans les académies militaires, et que la rencontre est apparu. J’ai parfois vu d'autres hommes en uniforme se promener et parler aux gens. Par exemple, le lanceur de poids de Lodi allait entrer à West Point, et j'ai vu un autre homme dans un uniforme vert lui parlant. Ce qui a rendu tout cela si bizarre, c'étaient ces deux hommes dont je parle qui me regardaient, et je ne savais pas pourquoi. Je n'ai pas mis le tout ici ainsi que des années plus tard.

Mai-1987 - Saison sur piste en junior, à l'un des principaux relais de rencontre, il a été annoncé la semaine avant qu'il y aurait une rencontre d’haltérophile parrainée par un gars dont ne n’avait jamais entendu parler.
J’étais tout excité, et ai amélioré ma technique cette semaine.
Note : Michael à 17 ans et on peut se douter qu’il excelle aussi en haltérophilie ! Du style : « Il peut le faire, il va le faire, il le fait !!! », avec ou sans l’aide de ses deux mystérieux militaires « vert et bleu ».

Décembre 1987-Mai 1988 - mes entraînements continuent très bien. Cependant je développe une « idée nouvelle ». Maintenant grâce à mon entraînement mental, la nuit j’en ai ajouté un tout "nouveau". Quand je suis à mon "niveau" dans mon esprit, j'ai ajouté un immense fauteuil dans la chambre où je suis debout. En utilisant mon contrôle de l'esprit méthode Silva, je suis assis dans la chaise. Sur le côté gauche de la chaise se trouvent quelques « tuyaux d’air » comme ceux que vous trouveriez dans un garage automobile. J’imagine que sur deux de mes bras il y a ces tuyaux d'air qui sortait de mes bras. Voici mon "Pump Up chaise". Dans mon esprit, je me connecte les tuyaux sortant de mon esprit sur le côté de la chaise. Je pousse un bouton situé sur le bras droit du président de mon index droit et le président s'active. Comme une station d’air, je peux sentir les vibrations sur le siège où je suis assis.
Comme je suis assis là, je vois mon corps tout entier commencer à gonfler. Comme pour faire sauter un ballon. Je dis mentalement à mes muscles de croître et ils se gonflent comme des ballons, et ils le font ! Je fais cela pendant environ six semaines. [NTMR : on peut appeler ça aussi de l’auto-hypnose et ou sophrologie, variations médicales du domaine psychiatrique. On jongle avec le domaine dangereux de l’imagination (se faire son cinéma dans la tête), du rêve, et de ce qu’on appelle réalité. Un pionnier en France de l’auto-hypnose fut ce brave docteur Émile Coué].

Note : on accuse Michael de prendre des stéroïdes pour gonfler ses muscles et on lui fait passer des tests médicaux. Hors il n’a JAMAIS pris de stéroïdes. Un prêtre l’accuse aussi et ne crois pas à ses explications de méthode Silva.

Il s’ensuit une explication un peu fumeuse d’étude du code génétique et de l’ADN de Michael, et selon un chercheur il pourrait créer un « être humain supérieur ». Là on tombe dans le Terminator au super pouvoir. Encore le Phineas Taylor Barnum et son Cola Coca. Super winners qui vont s’en mettre plein les poches.
POUVOIR QUAND TU NOUS TIENT !

Rambo, Superman, Spiderman, where are you when we needed you ?


M.R.
 
 

Dernière mise à jour : 08-02-2010 00:43

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2022 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >