Ne pas avoir peur
 

Ecrit par Sechy, le 17-03-2012 01:57

Pages vues : 5280    

Favoris : 71

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Amour, Anarchie, Argent, Banques, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Église, Esprit, Europe, Goulag, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Peur, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Volonté, Yokaï

 
Hebergeur d'image
 
 
Ne pas avoir peur
 
 
 
Il n’y a rien à perdre, même pas la vie ! alors la peur n’existe pas. Seul le pouvoir en général veut inoculer la peur. Naissance et mort ne doivent plus engendrer la terreur qu’entretien tous pouvoirs. De plus, naissance et mort est notre SEULE ÉGALITÉ À TOUS.

La peur de la mort se présente seulement après que la pensée ‘je’ est née. La peur ne peut provenir que de l’identification du Soi avec le corps. Tant qu’elle existera, il y aura peur. Toutes les pensées proviennent du ‘je’ irréel, c’est-à-dire de la pensée ‘je’. Tant qu’il y aura pensée, il y aura peur. (D’après l’entretien 202, de Ramana Maharshi).
 
Maharshi : Réfléchissez à ce qui doit être perdu. Y a-t-il quelque chose à perdre ? Ce qui importe vraiment, c’est seulement ce qui est naturel [dans l’Instant]. car c’est éternel et ne peut faire l’objet d’une expérience. Ce qui et né doit mourir. Ce qui est acquis doit être perdu [et rapidement à notre époque]. Êtes-vous né ? Vous existez depuis toujours. Le Soi ne peut jamais être perdu.

Maharshi : Demeurer dans le Soi est solitude. Car il n’y a rien qui soit étranger au Soi. Pour se retirer, il faut quitter un lieu pour aller dans un autre. Ni l’un ni l’autre ne sont en dehors du Soi. Toute chose étant le Soi, se retirer est impossible et n’a aucun sens.

(Fin de l’entretien 20 du 30 janvier 1935, et fi de l’entretien 42 du 24 mars 1935, par Ramana Maharshi).

Ainsi la Vraie Foi ne se perd pas ! car elle naît du contact avec l’Instant. « Ce qui se perd, c’est l’attachement sentimental à ce qu’on a entendu de la part de gens qu’on a crus dignes de foi. Cette foi qui n’est qu’adhésion du sentiment se perd comme un porte-monnaie parce qu’il est dans la nature du sentiment d’être mouvant au gré des influences extérieures... La Vraie Foi est connaissance ». (D’après Jean Coulonval : Synthèse et Temps Nouveaux).


La peur naît dans la DIVISION. Ainsi les ennuis ne surgissent que lorsqu’il y a un autre que soi-même. Lorsque l’on réalise qu’il n’existe que l’Instant et donc l’unique, comme il n’y a plus de second il n’y a pas de raisons d’avoir peur. Dans le Soi l’Instant plus de doute ni de peur.

Le Soi l’Instant c’est le vrai ‘Je’. Il n’apparaît ni de disparaît jamais. Ce qui EST doit perdurer à jamais.
La cause des peurs et de tous les malheurs et souffrances est la fausse croyance : « Je suis le corps ». Cette fausse croyance disparaît dans la Réalisation, qui n’est pas une nouvelle chose, mais la disparition de tous masques (faire le Vide). Et c’est le mental, l’ego qui construit ces masques.

Réaliser la Soi l’Instant c’est être dans l’état originel.

Maharshi : Qu’est-ce que la peur ? Ce n’est qu’une pensée. S’il y avait quelque chose d’autre que le SOi, il y aurait lieu d’avoir peur. Qui est celui qui voit quelque chose d’autre, extérieur à lui-même ? C’est l’ego qui s’élève en premier et considère les objets comme extérieurs. Si l’ego ne s’élève pas, le Soi seul existe et reste sans second (sans manifestation extérieure). Toute chose extérieure suppose un spectateur intérieur. En cherchant à l’intérieur, tout doute, toute peur - non seulement la peur, mais toutes les autres pensées centrées autour de l’ego - disparaîtront en même temps que celui-ci.
...
Toutes les mauvaises qualités gravitent autour de l’ego. Quand l’ego a disparu, la Réalisation se produit d’elle-même.
...
Le Soi est libre de toutes qualités. Les qualités ne relèvent que du mental [les qualités sont produites par l’opinion].

(Extraits de l’entretien 146, du 26 janvier 1936).

Pour contrer la peur de la mort il faut d’abord se connaître !
Seul celui qui est né peut mourir (c’est comme une condamnation !).
- Question : La peur provient d’une possibilité de non-existence. Elle appartient au corps. Dans le sommeil on n’a pas conscience de son corps. On ne craint pas le sommeil, au contraire, on le recherche, alors que l’on redoute la mort. Pourquoi cette différence de points de vue ?
- Maharshi : Le désir de dormir et la crainte de la mort naissent quand le mental est actif, et pas dans les deux états en question. Le mental sait très bien que le corps persiste pendant le sommeil et réapparaît à l’état de veille. Aussi le sommeil est-il accueilli sans crainte et la joie de l’existence non corporelle est-elle recherchée. Par contre, le mental n’est pas sûr de réapparaître après la soi-disant mort, d’où son appréhension de celle-ci.
(Entretien 397, du 12 avril 1937).

La quête libératoire s’achève quand sujet et objet se fondent l’un dans l’autre. C’est ce que résume l’alchimie par l’hermaphrodite à double couronne : le REBIS (re bis) ou la jonction du Soufre et du Mercure, la fontaine où se baigne le Roi et la Reine. Là est la Pierre Philosophale ou Fixation Cavalante : l’éternité des deux inséparables.


On comprendra facilement que le pouvoir des Couilles en Or fera tout pour entretenir et fomenter la peur afin de faire croître l’ego du peuple comme jamais auparavent. Ce qui donnera une source énergétique gigantesque pour des arrangements géométriques diaboliques de basses dimensions.
L’entretien de l’ego à n’en plus finir passe notamment par le culte du winner, du succès et des médailles ou diplômes. Seul le loser, l’échec permet de connaître ses limites et prépare à vivre le Vide, à l’abandon. L’abandon de soi est synonyme de bonheur éternel.
ABANDON : du A privatif et bandon : au pouvoir.
BANDON : (mot d’origine germanique) pouvoir, autorité, libre disposition ; liberté, licence ; en toute liberté, avec excès.
BAN : (mot d’origine germanique) étendard, bannière ; proclamation publique ; levée des troupes, rassembler ; ordre, interdiction (bannir, exiler) ; rendre public un ordre.
BANDER : lier, entourer, galonner.
BANLIEUE : (en français du Moyen-Âge, mot du 13è siècle) espace d’un lieu autour d’une ville où s’exerçait le droit du BAN. BANIR c’est convoquer par ban, rassembler, lever des troupes.
Donc seul le loser est important car : « Celui qui apprend vise quelque chose qu’il ne peut apprendre ; celui qui agit agit sur quelque chose sur lequel il ne peut pas agir ; celui qui discute vise quelque chose qui échappe à toutes discussion. Ainsi, qui sait s’arrêter là où tout homme ne peut plus connaître atteint la connaissance suprême. Si quelqu’un n’accepte pas cette limite naturelle, le cours du ciel le tiendra en échec ». (Tchouang-tseu, 23) C’est à dire que par exemple dans toute discussion il y a quelque chose qu’on ne parvient jamais à éclaircir.
La spontanéité de l’Instant ne peut pas venir d’un effort humain, elle ne peut venir que d’origine transcendantale. Ainsi le ciel, ou le vide est insaisissable ; il est transcendantale car échappant à tout pouvoir humain.
Notons que Tchouang-tseu est proche de Ramana Maharshi.


RAPPEL :
L’écran de cinéma n’est pas conscient et a donc besoin d’un spectateur, alors que l’écran du Soi, de l’Instant inclut le spectateur et le spectacle, ou mieux : il est tout lumière. (D’après l’entretien 636).

Seul l’Instant le Soi peuvent porter le nom d’INFINI, et donc de RÉALITÉ. Le reste n’est que le monde des accidents (spatio-temporels). Notamment ce monde de compas et d’équerre qui prétend à la « justice, à la libération, à la communion ou fraternité »... C’est ce que prétend en tous cas le communisme !!! Parce que qu’elle justice ? Quelle libération ? Quelle communion ou fraternité ? Cette trinité franc-maçonnique grand orientesque est purement démagogique, et de propagande électorale ne visant que les sentiments.

Le TAO est un autre nom du Soi, de l’Instant : Le Tao est sans nom puisqu’il est UN et indivisible (comme le Rebis) ; or pour que toute action se répande dans le monde des accidents, il faut un sujet et un objet (le monde des accidents ou de l’action). Le Tao étant synonyme de l’Instant, du Soi, puisqu’il n’a pas de dualité il n’agit pas. « C’est lorsque le Tao opère de façon spontanée et interne que tous les êtres du monde se réalisent selon leur perfection intrinsèque ». (Notes du traducteur Liou Kia-Hway des œuvres complètes de Tchouang-tseu)


(En haut de page : Rome, aquarelle de M. Roudakoff)
 
 

Dernière mise à jour : 17-03-2012 02:08

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved