Kimi ni Shika Kikoenai
 

Ecrit par Sechy, le 28-10-2008 22:43

Pages vues : 8515    

Favoris : 43

Publié dans : Flash sur films, Sommaire films du Japon

Tags : Clairvoyance, Films, Japon, Kimi ni Shika Kikoenai, Télépathie

 
Kimi ni Shika Kikoenai
You do not hear only
きみにしか聞こえない Calling You
 
 
http://www.kimikoe.jp/index.html
http://kawaiidramasland.oldiblog.com/?page=lastarticle&id=1760306
http://www.imdb.com/title/tt0997163/

Kimi ni Shika Kikoenai sur : http://www.guba.com/watch/3000118062

Film du Japon réalisé en 2007 par Tatsuya Hagishima, scénario de Tatsuya Hagishima et Otsuichi. Le film parle de communication à l’aide de téléphones portables symboliques, il s’agit de télépathie.

Qu’elle réalité ?
On ne peut pas saisir ce qui sépare sans être aussitôt séparé de ce qu’on saisit !


Je me souviens du temps ou il existait un téléphone portable gros comme une valise de bonne taille, et coûtant le prix d’une grosse voiture, et le prix de chaque communication devait être exorbitant. Technologiquement on miniaturise exactement comme dans le beau film de Robert Dhéry : La Belle Américaine, où dans une usine un ouvrier tourne une grosse manivelle. Une dizaine d’années plus tard, modernisation : la manivelle est devenue minuscule... mais existe toujours. Le téléphone portable de la valise est passé à un petit boîtier, mais il est toujours aussi dangereux avec ses micros ondes. A quand le téléphone Nphone, ou téléphone instantané à non localité. Téléphone instantané car la chronologie (temps) n’a rien a voir là-dedans. Et il n’y aura plus d’ondes dangereuses.
Pour en revenir au film, ça commence dans la sempiternelle classe de lycée, le téléphone portable d’un élève sonne, le prof le lui ferme, et une jeune fille d’apparence timide et solitaire est persuadé qu’elle est la seule élève du lycée a ne pas posséder un téléphone portable. Et en toute logique, si elle n’a personne a qui parler, pourquoi avoir un portable et en plus payer l’abonnement téléphonique. Un portable qui ne sonne pas, une boîte mail qui ne reçoit rien (sauf des spams ou pourriels), c’est déprimant. Le fille sans portable s’appelle Ryo Aihara (joué par Narumi Riko). En rentrant chez elle en traversant un parc pour enfants, une sonnerie retentit. Le son vient d’un portable posé au sol. Ryo le trouve kawaï, et surprise, c’est un jouet ! Elle l’emporte tout de même chez elle.

Dans la réalisation de Tatsuya Hagishima on a une caméra très mobile, mais c’est supportable par rapport à l’insupportable The Bourne Ultimatum. Pour les deux comédiens principaux, cela ne dû pas être facile de jouer « dans le vide », et parler sans la personne en face de soi. Alors bravo à Narumi Riko et Koide Keisuke.
Dans sa chambre tôt le matin, le portable jouet sonne à nouveau et sur sa table. Enfin c’est ce qu’elle croit ! puisque ce petit portable est sagement rangé dans un tiroir. Mais dans une autre chronologie, un jeune homme trouve un vieux portable HS. Jusque là ces objets ne sont que des symboles... On entre peut-être dans le monde mystérieux des Ondes de Formes, chères aux Anciens Égyptiens, et chères à certains chercheurs en radionique (magie et technologie)(1). C’est-à-dire que les portables sont de simples supports.
 
 
 
A nouveau en classe, Ryo entend sonner un portable, dans sa tête... Elle se fait examiner à l’infirmerie : fièvre, donc on lui conseille de se reposer. Allongé sur un lit dans l’infirmerie, Ryo entend à nouveau la sonnerie et elle voit aussi le portable jouet près de l’oreiller du lit. Elle « décroche », et entend une voix masculine heureuse que : ça ai marché ! A ce stade, on est bien obligé de parler de télépathie. Car encore une fois ces portables sont symboliques. Télépathie : transmission par la pensée, et là on se fiche du temps et de l’espace, il y a donc non localisation, comme cité plus haut. La télépathie, ou clairaudience, ou le terme bien matérialiste actuel de téléphone mental (le pouvoir d’entendre ce qui échappe à l’oreille physique ordinaire) est associé à la clairvoyance (le pouvoir de voir ce qui est caché à la vue physique ordinaire). Comme le théosophe Charles W. Leadbeater, je préfère le terme générique de clairvoyance, (la lumière allant plus vite que le son...)
La clairvoyance est une affaire de sensibilité, puisque on nous avons a faire à des vibrations : de sons, de couleurs, de formes. Mais le sujet est fort complexe, car il peut regrouper le channelling, les fantômes, etc. Tout est vibration... En plus il y a plusieurs plans ou niveaux de vibration...
 
 
 
Pour en revenir à Ryo et au jeune homme, leur portable ne sont là que pour « fixer » des COÏNCIDENCES de chronologies : les entrelacs ou deux courants (évolution et involution) du Caducée d’Hermès.
Ainsi Ryo et le jeune homme communiquent : leur fréquence est SYNCHRONE. Et Ryo a enfin quelqu’un a qui parler ! A eux deux ils utilisent des Nphones, mais ici fictifs, et comme c’est dans la tête, c’est instantané. Le plus mystérieux dans le film : Ryo et le jeune homme communiquent à leur insu, sans le faire exprès. Au bout d’un petit moment, et toujours dans l’infirmerie, Ryo apprend par clairvoyance le nom du jeune homme : Shinya Nozaki (joué par Koide Keisuke). Un doute s’installe chez Ryo : est-elle victime de son imagination ? est-ce une hallucination ? Aussi Ryo et Shinya se livrent à une expérience. Comme résultat ils s’estiment réels et se trouvent une heure de décalage entre eux ! Ryo est en avance.
Shinya travaille comme réparateur en électroménager. Il est exactement comme moi : nous voyons les choses comme si elles nous appelaient. Nous sommes les médecins de ces choses. Et à notre époque où les objets sont calculés pour une durée de vie précise (sinon que feraient les ouvriers dans leurs usines ?), il est agréable de penser à ces objets et de leur donner une vie longue et sans « rhumatismes ». Si Shinya communique si facilement par clairvoyance, et s’il prend tant soin des choses, c’est qu’il y a une raison, mais je ne vais pas vous raconter toute l’histoire !

Pratique ces échanges par clairvoyance, ça permet d’avoir des sacrés antisèches indétectables par les profs lors des examens ! Et avec leur décalage d’une heure, Ryo et Shinya peuvent ruiner la sinistre France des Jeux en raflant tous les Lotos possibles en quelques mois.
 
Par la suite Shinya fait donner un petit magnétophone à cassette à Ryo. Bien-sûr il l’a réparé lui-même et il demande à Ryo d’enregistrer sa voix (2). Par l’habilité de génie que possède Shinya pour réparer les objets, on entre dans l’âme des objets. Ici on qualifierait ça d’animisme, ou d’enfantillage ! mais allez savoir pourquoi un objet tombe toujours derrière un gros meuble, et qu’il faut déménager la moitié de la pièce pour pousser ce meuble et récupérer l’objet. Si cela arrive, c’est une vengeance de l’objet, mais pas seulement, c’est une intention insondable, indétectable par quiconque. On a à faire aux entrelacs du Caducée. L’objet quel qu’il soit a la faculté d’aller loin dans le passé, et de se souvenir de toutes les maladresses ou négativités que l'on a eu à son égard. Mais vous n’êtes pas obligé de me croire... C’est en ce sens que la « machine » du Padre Ernetti Pellegrino (1) possède un fond de vérité... Mais là encore, vous n’êtes pas obligé de me croire...
 
 
 
Ryo et Shinya ont enfin décidé de se voir, réellement, c’est-à-dire dans la même chronologie. Ça va être difficile puisque l’un est en avance d’une heure sur l’autre, de plus ils ignorent tout du physique de l’autre. Pendant le trajet vers le rendez-vous dans Tokyo, chacun continu de se parler par clairvoyance. Il faut en profiter, car lorsqu’ils se trouveront face à face, finit la transmission de pensée. Je ne veux pas vous raconter l’histoire pour ne pas gâcher, mais Ryo et Shinya se rencontrent d’une façon extra-ordinaire ! A ce propos, la localisation a quelque chose de terrible et de pas naturelle ! Elle fait donc partie de « la chute dans la matière ». Mais en y ajoutant le décalage de chronologies, ça peut donner des surprises. Ainsi les deux scénaristes ont du beaucoup lire de documents sur... les chronologies... et sur : TOUT SE TRANSFORME RIEN N’EST PAREIL À CHAQUE INSTANT. Donc il est presque impossible d’établir une certitude, une vérité ; on est dans la même famille que l’OPINION. Seul compte L’INSTANT.
Alors le décalage entre la chronologie de Ryo et celle de Shinya, s’il ne concerne pas encore la découverte d’un numéro gagnant de Loto, il permet l’astuce scénaristique de continuer une supra clairvoyance entre nos deux héros, mais en même temps c’est un amour impossible, donc un amour absolu ! Enfin si leur rencontre s’avère vraiment impossible. Ce décalage de chronologie est aussi très pratique pour éviter de gros désagréments. Donc ici c’est Ryo avec son avance d’une heure qui peut prévenir Shinya...

La vie est un mystère : ça apparaît, ça disparaît mais c’est ailleurs... donc toujours là, comme les objets ; c’est pour ça qu’il faut en prendre soin.

Oui effectivement, sans raconter, vers la fin du film, nous apprenons que ce qui semble disparaître, est toujours là ; c’est d’ailleurs illustré dans le film d’une jolie manière. Pour moi c’est une évidence. Si vous voulez faire l’expérience simple d’allumer une bougie, de l’éteindre 2 ou 3 minutes après, et de surtout observer le mince filet de la flamme transformée en fumée s’en allant vers un autre plan, vous pourrez peut-être vous rendre compte que tout forme un ENSEMBLE DE DISCONTINUITÉS.

Film sur un sujet complexe, métaphysique, pour ne pas dire aussi tordu que les entrelacs du Caducée ! ou les spirilles de l’Atome ultime, analysé par clairvoyance par Annie Besant et C.W. Leadbeater.
Cinq étoiles...


Michel Roudakoff



Notes.
1. Voir également la caméra radionic de George De La Warr. La radionic étant une sorte de radiesthésie moderne, avec tentatives de construire à l’aide de quelques composants électroniques des capteurs d’ondes sophistiqués, donc plus matérialiste. Ces deux techniques sont attaqués par les rationalistes de toutes sortes, car c’est tout de même du domaine de la bonne vieille magie... Blanche ou noire : PRUDENCE.
George De La Warr est un pionnier de la radionic de par la synchronicité de sa naissance avec la naissance, ou plutôt renaissance de l’électronique, et du tube à vide genre tétrode avant l’invention du transistor. On ne sait pas, ou on ne veut pas dire ou se trouve la caméra de George De La Warr. Comme s’il y avait une censure, qui semble sévir aussi sur le web, car tout ce qui touche aux vibrations, donc à l’essentiel, est dangereux si tout le monde peut y avoir accès.
Les Anciens savaient utiliser des forces de la Nature et des propriétés physiques que nous avons perdues maintenant.
Consultez également la page sur l’intéressant et beau drama Long love letter, qui aborde les mystères de différentes chronologies.

2. La communication par bande magnétique de magnétophone actuel fait penser au Docteur Konstantin Raudive et à ses expériences de transcommunication ; ce qui est dans le même domaine des recherches du Padre Ernetti Pellegrino.
Sites sur la transcommunication :
http://www.outre-vie.com/contacter/channels/tcitech.htm
http://pagesperso-orange.fr/casar/Transcom.htm
http://alain.gilfort.free.fr/menhiroj/Lettre.htm
http://gerp.free.fr/PA10_Belanger.htm
http://www.transcommunication.org/

 
[ Cliquez sur les vignettes, puis pour afficher l’image suivante : cliquez sur suivant ou précédent ou sur la partie droite ou gauche de l’image, ou utilisez les flèches du clavier ]
kimm1.jpg
kimm10.jpg
kimm12.jpg
kimm13.jpg
kimm14.jpg
kimm15.jpg
kimm16.jpg
kimm17.jpg
kimm18.jpg
kimm2.jpg
kimm20.jpg
kimm21.jpg
kimm22.jpg
kimm23.jpg
kimm24.jpg
kimm25.jpg
kimm26.jpg
kimm27.jpg
kimm28.jpg
kimm5.jpg
kimm6.jpg
kimm7.jpg
kimm8.jpg
kimm9.jpg
 
 

Dernière mise à jour : 28-10-2008 23:24

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved