La Patrie du Rien du Tout est la Vraie Demeure
 

Ecrit par Sechy, le 27-04-2021 23:23

Pages vues : 371    

Favoris : 42

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Accident, Alchimie, Allégeance, Banques, Bêtise, Bouche, Capitalisme, Catastrophe, Chaos, Chimère, Christ, Commodités, Conflit, Confort, Conscience, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Feu, Foi, Gratuit, Grégaire, Guerre, Haine, Humain, Histoire, Information, Instant, Intelligence, Intérêt, Jardin, Juif, Karma, Langage, Langue, Liberté, Matrice, Maux, Méditation, Mental, Messianisme, Mieux, Morale, Mort, Mot, Mystère, Narcisse, Nature, Numérisation, Occident, Opinion, Orient, Panique, Panoptique, Paradis, Pied, Pierre, Poids, Poisson, Porte, Privilège, Puce, Religions, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Serpent, Sexuel, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Tautologie, Temps, Vérité, Vide, Vieux, Virus, Yokaï

 
1dollar_juiferran_avoir.png
 
 
La Patrie du Rien du Tout est la Vraie Demeure
Vraie Demeure : Con-templer, con : avec et
temple : la Vraie Demeure : lumière, samadhi ou
contemplation, absorption totale dans la contemplation,
expérience directe mais temporaire du Soi.


« FUYONS VERS NOSTRE PATRIE »
devrait être la devise couvrant
toutes les activités humaines.
(Devise en réf. à l’Iliade II, 140)
 
 
On EST dans sa Vraie Demeure quand la conscience relative
ou raison s’évanouit. La raison ou pensée ‘je’, l’ego
est DISCONTINUE, alors que le ‘Je’ (Lumière du ‘Je’-‘Je’)
est CONTINUE, TRANSPARENCE. Ainsi quand toutes les
pensées sont dissipées, la Lumière pénètre partout (aussi
définition de la Vraie Télépathie…)


L’état d’être COUR (sans temps, sans dualité) :
« Le samadhi avec les yeux clos est certes une bonne chose, mais il faut aller plus loin, jusqu’au point où l’on réalise qu’inactivité et activité ne sont pas opposés l’une à l’autre. La peur de perdre le samadhi pendant qu’on est en activité est un signe d’ignorance. Le samadhi doit être la vie naturelle de chacun.
Il existe un état au-delà de nos efforts et de notre absence d’efforts. Jusqu’à ce qu’il soit réalisé, l’effort demeure nécessaire. Lorsqu’on a goûté une telle Félicité, ne serait-ce qu’une seule fois, on essayera continuellement de la regagner. Quand on a fait l’expérience de la félicité de paix, on ne voudrait plus s’en passer et s’engager ailleurs. Il est tout aussi difficile pour un jnani [sage, être libéré] de se mettre à penser qu’il est difficile pour un ajnani [ignorant] d’être libre de pensées.
L’homme ordinaire dit qu’il ne se connaît pas lui-même ; il remue beaucoup de pensées et ne peut pas rester sans penser.
Aucune sorte d’activité n’a d’effet sur un jnani ; son mental reste toujours immergé dans la Paix éternelle ». (Ramana Maharshi, entretien 141 du 19-1-1936).

L’Alliance des Juifs avec leur Dieu fait la dualité du sujet, le Juif, face à l’objet : son Dieu, comme si le « peuple juif » resplendissait grâce à Sa lumière (celle de leur Dieu, puisque ce « peuple » serait « choisit » pas ce Dieu). L’Alliance ou son Arche fait bien partie de la dualité sujet-objet, et ici en forme de POLITIQUE OU D’INGÉNIERIE SOCIALE : SOCIALISER LE GROUPE À LA MODE ACTUELLE : la même soupe pour tous qui engendre échange et valeur et entrainement vers le mal absolu : la saisie, la dualité dedans-dehors, puisqu’il y a saisie et échange….
L’explication de cette dualité juive qui est son « Alliance », donc son « échange », peut correspondre à ce qu’en explique Ramana Maharshi à l’entretien 420 du 4-6-1937 :
« Il n’y a que Lui. Lui et Sa Lumière sont identiques. Il n’y a pas d’individu pour percevoir d’autres choses, car celui qui perçoit et ce qui est perçu sont Lui seul. Le soleil, la lune, etc., resplendissent. Comment ? Le soleil et la lune viennent-ils vous dire qu’ils resplendissent ou est-ce quelqu’un d’autre, séparé d’eux, qui le dit ? [Comme le temps, il fait quelqu’un pour le voir et ainsi le fabriquer…]
- Question : C’est moi, bien sûr, qui dis qu’ils resplendissent.
- Maharshi : Par conséquent, ils resplendissent en fonction de vous. Là encore, la conscience est nécessaire pour savoir qu’ils resplendissent. Cette conscience est votre Soi, c’est vous. Vous ou votre conscience sont donc la même chose que Lui et Sa Lumière, grâce à laquelle tout le reste resplendit.
- Question : Cette Lumière est-elle comparable à celle du soleil ?
- Maharshi : Non. La lumière du soleil est jada (non consciente). Vous en êtes conscient. Elle rend les objets perceptibles et repousse l’obscurité, tandis que la Conscience est cette Lumière qui rend perceptible, non seulement la lumière, mais l’obscurité aussi. L’obscurité ne peut exister face à la lumière du soleil, mais elle peut subsister face à la Lumière de la Conscience. De même, cette Conscience est pure Connaissance, dans laquelle brillent à la fois la connaissance et l’ignorance.
- Question : Si Dieu est tout, pourquoi l’individu doit-il souffrir de ses actions ? Les actions dont l’individu doit souffrir ne sont-elles pas inspirées par Lui ?
- Maharshi : Celui qui croit qu’il est l’auteur de ses actions est également celui qui souffre.
- Question : Mais les actions sont inspirées par Dieu et l’homme n’est que Son instrument.
- Maharshi : Ce genre de raisonnement est tenu lorsqu’on souffre et non pas lorsqu’on est heureux. Si l’on parvient à en être convaincu en toute circonstance, la souffrance disparaîtra.
- Question : Quand la souffrance cessera-t-elle ?
- Maharshi : Elle durera tant que l’individualité n’aura pas disparu. Si les bonnes et les mauvaises actions sont celles de Dieu, pourquoi devriez-vous penser que le plaisir et la souffrance n’appartiennent qu’à vous seul ? Celui qui fait du bien ou du mal récolte la joie ou la peine. Laissez donc la souffrance à sa place et ne vous en chargez pas.

En corrélation, autre explication complémentaire à l’entretien 561 du 15-10-1938 : « Quand vous sortez du sommeil, une lumière apparaît. C’est la lumière du Soi passant par le mahat-tattva [aspect cosmique de l’intellect]. Elle est appelée conscience cosmique. C’est l’arûpa [sans forme]. La lumière tombe sur l’ego et est reflétée de là. Le corps et le monde sont alors perçus. Ce mental est le svarûpa [forme propre à chacun, nature réelle]. Les objets apparaissent dans la lumière de cette conscience reflétée. Cette lumière est appelée jyotis [lumière] ».

LA SOI-DISANT « ALLIANCE AVEC DIEU » N’EST QU’UNE OPINION POLITIQUE DE L’ÉPOQUE, puisque Jacques Attali l’exprime même dans la page 18 qui résume toute la « Question juive » dans : Les Juifs, le monde et l’argent : « L’Alliance avec Dieu fonde la flèche du temps », donc L’OPINION, puisque le temps n’est qu’une conception du mental (entretien 462) ; ou dans l’entretien 601 : « Qu’est-ce que le temps . Le temps postule un état, la connaissance qu’on en a et les changements qui l’affectent. L’intervalle entre deux états est appelé « temps ». Un état ne peut naître que si le mental crée son existence ; le mental à son tour, repose dans le Soi. Quand on ne se sert pas du mental, il n’y a pas de concept de « temps ». Le temps et l’espace sont dans le mental, mais l’état véritable de chacun se trouve au-delà du mental. La question du temps ne se pose pas pour celui qui est établi dans sa vraie Nature ». De la flèche du temps ne pouvait que faire naître l’opinion, ce tyran moderne…

L’ALLIANCE AVEC DIEU N’EXISTE PAS : IL N’EXISTE PAS DE PEUPLE ÉLU. DEPUIS « LE TEMPS » (en fait, depuis le messianisme ou carotte), SI C’ÉTAIT LE CAS, LA VRAIE PAIX OU LE BONHEUR RÉGNERAIT DEPUIS LONGTEMPS SUR CE MONDE !!! L’objet « Arche d’Alliance » est possiblement un embryon d’ancêtre de smartphone… qui le tenait probablement d’une civilisation antérieure… Arche d’Alliance ou SMARTPHONE AVEC DIEU
Voir aussi la page : Arche d'Alliance et Pierre Philosophale

Les Juifs, communauté de marchands (les « marchands du temple »), vont surgir au Néolithique dans le cadre du « Croissant fertile ». Communauté marchande dans le futur principe talmudique de « l’altruisme juif » (selon Attali) du « Rien n’est bon pour les Juifs si ce n’est bon aussi pour ceux qui les entourent » (pages 340, 359 et 365 du livre d’Attali cité). Si ce n’est pas un slogan marchand, un slogan d’échangisme et de valeur, un slogan aussi politique, donc de commerce dans le sens de ce mot, qu’est-ce que c’est ?
ALLIANCE AVEC DIEU = MAL ABSOLU DE LA SAISIE (QUI DONNERA L’ACTUELLE SOCIÉTÉ DE CONSOMMATION) QUI DONNERA LA MARCHANDISE À SAISIR. OR DANS L’INTROUVABLE, AUCUNE SAISIE POSSIBLE ; INTROUVABLE = ABSENCE DE DUALITÉ DEDANS-DEHORS. Manger « kasher » dans le judaïsme est bien LE MAL ABSOLU DE LA SAISIE PUIS DU DEDANS-DEHORS : EUX ET LES AUTRES. Idem pour la copie du judaïsme : l’islamisme dans son interdiction de manger du porc, donc des produits de la charcuterie. TOUT CELA NE CONCERNE QUE LE POLITISME OU SOCIAL, LES ÉCHANGES MARCHANDS….
INTROUVABLE = ABSENCE DE SAISIE, ABSENCE DE CAROTTE POUR FAIRE AVANCER L’ÂNE.

L’immanence de l’ÊTRE PRIMORDIAL ou la Réalisation du Soi qui détruit la saloperie de l’extérieur qui est la Loi juive (Commandements ou dualité bon-mauvais, soit LA SAISIE, l’OPINION) et ses « droits de l’homme » (même dualité bon-mauvais et OPINION) est déjà décrit par un des plus grands maîtres chan (Zen) de la dynastie Tang (618-907) : Mazu Daoyi (709-788) où il décrit l’essentiel de la vie ici-bas : l’Instant : « Ce qui m’interroge à l’Instant présent constitue ton trésor. Toutes choses sont parfaites en soi, rien ne manque. Utilise-les spontanément, à quoi bon rechercher vers l’extérieur [s’il n’y a pas de loi à l’extérieur, il n’y en a pas non plus qui puisse être saisie au-dedans de vous-même] ». Mazu est en quelque sorte contre l’État, contre tous les royaumes possibles qui sont seuls faiseurs de lois en gros !


CHRESTOS (gr.). La forme primitive gnostique pour Christ. Elle était utilisée au cinquième siècle avant J.C. par Eschyle, Hérodote et autres. Les Manteumata pythochresta, ou les "oracles rendus par un dieu pythique" grâce à une pythonisse sont mentionnés par le premier (Choeph. 901). Chrésterion n'est pas seulement "le siège d'un oracle", mais une offrande à un oracle ou préparée pour lui. Chréstés est celui qui explique les oracles, "un prophète et un devin", et Chrésterios, celui qui sert un oracle ou un dieu. Le plus ancien écrivain chrétien, Justin Martyr, dans sa première Apologie appelle ses coreligionnaires Chréstiens. "Ce n'est que par ignorance", écrit Lactance (livre IV, chap. VII), "que les hommes s'appellent Christiens au lieu de Chréstiens". Les termes Christ et Christiens écrits, à l'origine, Chrést et Chréstiens, ont été empruntés au vocabulaire en usage dans les Temples des Païens. Chréstos, dans ce vocabulaire, désignait un disciple en probation, un candidat hiérophante. Lorsqu'il en avait atteint la stature par l'initiation, de longues épreuves et la souffrance, et qu'il avait été "oint" (c'est-à-dire, "frotté d'huile", comme l'étaient les Initiés et mêmes les idoles des dieux, en tant que dernière touche de l'observance rituelle), son nom était changé en Christos, le "Purifié", en langage ésotérique ou langage des mystères. A dire vrai, en symbologie mystique, Christés, ou Christos, signifiait que la "Voie" (le Sentier, le TAO) était déjà foulée et le but atteint, quand les fruits du dur labeur, unissant l'éphémère personnalité d'argile à l'indestructible individualité, la transformait par là en un immortel EGO [le Soi, le ‘Je’]. "A la fin de la Voie se trouve le Chréstés, le Purificateur, et une fois l'union accomplie, le Chrestos, l' "homme de douleur" [parce que PANique où la connaissance surgit dans l’Instant, sans temps] devenait Christos lui-même. Paul, l'Initié, le savait, et c'est exactement ce qu'il voulait dire, quand on lui fait dire dans une mauvaise traduction : "Je suis en gésine de nouveau jusqu'à ce que Christ soit formé en vous" (Galat. IV 19), dont le sens juste est... "jusqu'à ce que vous formiez le Christos en vous". Mais le profane qui savait seulement que Chréstos était en quelque sorte lié au prêtre et au prophète, et ne savait rien du sens caché de Christos, insistait, comme Lactance et Justin Martyr, pour être appelé Chréstien au lieu de Christien. Tout individu bon peut donc trouver Christ en son "homme intérieur" comme l'exprime Paul (Ephés. Juif, Musulman, Hindou, ou Christien. Kenneth Mackenzie semblait croire que le mot Chréstos était synonyme de Soter, "appellation réservée aux divinités, aux grands rois et aux héros", voulant dire "Sauveur", – et il voyait juste. Car, ainsi qu'il l'ajoute : "Cela fut appliqué d'une manière redondante à Jésus-Christ, dont le nom Jésus ou Joshua a la même interprétation. En fait, le nom Jésus est plutôt un titre honorifique qu'un nom – le nom véritable du Sauveur du Christianisme étant Emmanuel ou Dieu avec nous (Matthieu I, 23.)... De grandes divinités parmi toutes les nations, que l'on représente comme expiatoires ou auto-sacrificatoires, ont été désignées par le même titre" (Royal Masonic Cyclopoedia). L'Asclepios (ou Esculape) des Grecs avait le titre de Soter [Sauveur].
(Référence au Glossaire de Théosophie, de H.P. Blavatsky).

Mazu, Ramana Maharshi sont des Chrestos, des Soters ou des Réalisés.

OUI, NOUS SOMMES EN GUERRE, mais certainement pas contre un virus, ou alors, de plus en plus certain, le virus actuel SRAS-CoV-2 est un virus en partie artificielle afin d’être un outil d’ingénierie sociale destiné à foutre toute l’humanité dans la même soupe.
CETTE GUERRE EST COMMENCÉE PAR LES MARCHANDS HÉBREUX-JUIFS CONTRE LES PAÏENS-PAYSANS-PAGANS ET LE COVID-19 N’EN EST QUE LA CONTINUITÉ, à partir des prophètes hébreux qui donnèrent une VALEUR au temps comme ils ne pouvaient qu’en donner à leurs marchandises, ils valorisèrent l’HOTC (Histoire-Opinions-Temps qui Coule) ; HOTC en forme de dualité du sujet : les Hébreux, face à leur objet : Dieu. Ainsi les faits politico-historiques, surtout les désastres, prennent valeur de « situation » et donc de temporalité face à un Dieu devenu, non plus le Soi, mais un Dieu extérieur, une POLITIQUE qui doit alors assurer une valeur religieuse ou politique en des lois, nouvelle dimension que rien auparavant ne pouvait apporter à ce groupe de marchands Hébreux. Ainsi les Hébreux-Juifs furent les premiers à inventer l’HOTC en une dualité d’un Dieu extérieur et donc d’une « valeur » donné à ce Dieu EXTÉRIEUR, une VALEUR MATÉRIALISTE POUR UN DIEU MATÉRIALISTE OU MATÉRIALISÉ (cette conception sera reprise par l’islamisme). Cette conception sera reprise par l’Église de Rome et jusqu’à ce jour avec un pape à Rome singerie de ce Dieu extérieur et d’une hiérarchie sociale lourde (pouvoir) matérialité identique à celle de l’étatisme de régime monarchique ou républicain. Par sa pompe politico-hiérarchique, l’Église de Rome a définitivement défigurée le sens du mot Christ. L’Église de Rome a tué le Christ par le DOGME, par la LOI, par LA SAISIE.

Réaliser le Soi ou réaliser le Chrestos, C’EST ANTI-ÉTAT, ANTI-RÉPUBLICAIN, ANTI-CAPITALISME OU ANTI-MARCHANDS DU TEMPS, DONC ANTI-SÉMITE… COMPLOTISME… Les Marchands Hébreux-Juifs ont fait crucifier le Christ pour cela. Le Christ ou radicalité de la Réalisation du Soi, NE POUVAIT JAILLIR QU’À PARTIR D’UNE SOURCE PAÏENNE, C’EST-À-DIRE ORIGINELLE : LE CHRESTOS OU EAU PRIMORDIALE, LA MÈRE…… Cette Mère surgissant chez les marchands du temple, il fallait la crucifier. Ce n’est pas pour rien que des caricatures représentaient des premiers Chrétiens avec une tête d’âne (croquis ci-dessous) : dans la scènes des Rameaux on voit une ânesse au rôle très bénéfique car elle est le symbole de la Connaissance ou de la Science, ce qui indique un renversement total du sens initial du symbole âne lié au messianisme de la carotte. Un âne-ânesse bénéfique en haut rapport avec ce qu’ici à souvent été écrit : le GRAND PAN OU NON-DUALITÉ, L’ÂGE D’OR EST TOUJOURS LÀ : LA PREUVE : DROGUES ET EXPÉRIENCES HALLUCINOGÈNES QUI FONT TANT PEUR À TOUS LES POUVOIRS : ce qui fait peur au pouvoir serait que tous les humains facent grève sous la forme d’une monstrueuse fête dionysiaque : du délire, de l’orgie… pour détruire l’État, son capitalisme, ses marchandises et son salariat. Le Christ fait une entrée triomphante à Jérusalem monté sur une ânesse.

ane_crucifie.jpg

Jamais dans l’histoire humaine il n’y eut autant de violences de la part d’un petit groupe de marchands hébreux contre d’autres peuples, il faudra attendre l’ingénierie sociale des marchands hébreux et de leurs prophètes pour qu’ils exercent une guerre sans précédent contre ceux qu’ils qualifiaient de « prostitution ». Mais cette « prostitution » contre laquelle ils n’arrêtaient pas d’attaquer, constitue, toujours, la forme principale de la spiritualité de l’être humain originel : TOUT EST DANS TOUT, TOUT EST FRACTAL, le Divin s’incarne même dans un caillou, ou dans les rythmes de la Nature. C’est cette spiritualité du TOUT, de PAN ou de la Nature, du Soi, du Chrestos (Christ qui en fut crucifié… la Nature fut crucifiée…), qui a été attaquée et dénoncée par les paroissiens de Yahvé comme idolâtrie par excellence alors que la spiritualité du Soi prolongeait, PARTOUT, le plus élémentaire du Divin ; or il n’y a pas plus idolâtres que les Hébreux-Juifs ces marchands pour qui seule leur « valeur » compte (au 19è siècle en Europe certains fabriqueront des banques et des « ismes » : socialisme, psychanalyse, américanisme, sionisme… « matrice de la modernité » comme l’écrit Jacques Attali page 481 de son livre : Les Juifs, le monde et l’argent).

LA SOUPE MONDIALE DU CAPITALISME : le SRAS-CoV-2 et son complément inévitable : la piqure… pour tuer sournoisement une grande partie de l’humanité : c’est plus efficace que les Hébreux-Juifs contre les Païens. Comme déjà écrit, à partir de l’année 2022 Nous attendons les millions de morts suite à leur piqure « vaccinale » contre le SRAS-CoV-2 !


LA SOUPE MONDIALE DU CAPITALISME : Le mental killer de l’être humain, parce qu’il est en son être le Soi, qu’il est en son être l’Univers, par sa croyance à l’ego a un besoin invincible de synthèse ou de coagulation, de fixation sécuritaire. Ce besoin est inscrit dans son ADN depuis au minimum le Néolithique et son refuge dans l’étatisme, comme le polygone dans un cercle. Alors, ce polygone, il essaie de le voir à partir de sa spécialité, dont il fera un centre, alors que ce centre n’est qu’une face du polyèdre de la connaissance absolue. Avec cette SPÉCIALITÉ comme centre, IL CONSTRUIT DES SYSTÈMES, DES DOGMES, DES IDÉOLOGIES, DES PARTIS ET DES SECTES. Il a des OPINIONS. Il construit des trucs, et le SRAS-CoV-2 en est nécessairement un. L’OPINION EST DU MENTAL, DU CORPS, mais VOUS N’ÊTES PAS LE CORPS (Ramana Maharshi, entretiens : 32 ; « Vous n’êtes pas le mental. Vous êtes au-delà de lui […] Vous n’êtes pas le mental », « Vous n’êtes pas l’ego », entretiens 68, 97, 146, etc.).

Cette guerre des Hébreux-Juifs contre les Païens, soit contre l’humanité, est leur tentative d’enfermer l’humanité dans une face de LEUR POLYGONE QU’ILS APPELLENT : « MESSIANISME », « FIN DES TEMPS », « JOUR DU JUGEMENT DERNIER », DANS LEUR LOGIQUE DE LOI DE DUALITÉ BIEN-MAL QUI ENFERME.


 
 

Dernière mise à jour : 27-04-2021 23:58

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved