L’humain n’atteint pas
 

Ecrit par Sechy, le 30-04-2021 22:27

Pages vues : 758    

Favoris : 80

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Accident, Alchimie, Allégeance, Banques, Bêtise, Bouche, Capitalisme, Catastrophe, Chaos, Chimère, Christ, Commodités, Conflit, Confort, Conscience, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Feu, Foi, Gratuit, Grégaire, Guerre, Haine, Humain, Histoire, Information, Instant, Intelligence, Intérêt, Jardin, Juif, Karma, Langage, Langue, Liberté, Matrice, Maux, Méditation, Mental, Messianisme, Mieux, Morale, Mort, Mot, Mystère, Narcisse, Nature, Numérisation, Occident, Opinion, Orient, Panique, Panoptique, Paradis, Pied, Pierre, Poids, Poisson, Porte, Privilège, Puce, Religions, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Serpent, Sexuel, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Tautologie, Temps, Vérité, Vide, Vieux, Virus, Yokaï

 
eau_logo_ys.jpg
 
 
L’humain n’atteint pas
puisque A-teint, du A privatif et
teindre = NE PAS TEINDRE.
Youri Gagarine, premier cosmonaute moderne,
a dit, surtout en son époque athée socialiste,
qu’il n’avait pas rencontré Dieu,
tout comme le médecin Claude Bernard
s’exclamant : « Je n’ai pas trouvé l’âme
sous mon scalpel ».
 
 
Or, ce n’est pas l’humain qui atteint Dieu,
c’est Dieu qui Nous atteint : l’humain étant
l’Univers lui-même, étant sans double, ne
peut se voir comme objet extérieur à l’Univers,
Le Soi étant unique, sans double, demeure
réfractaire à toute tentative d’identification,
le Soi ne peut être perçu comme un objet
extérieur à atteindre comme s’il y avait
une distance (un ”moteur en avant”) entre le
sujet et l’objet ou entre la cause et l’effet.

Pourtant, surtout en Occident depuis la Renaissance,
l’humain a voulu se faire exister par lui-même
(la croyance à être « propriétaire de soi-même »
donc l’amplification de l’ego et culte du
narcissisme et de la consommation), c’est-à-dire se
faire exister pas des opinions, par la « réussite »
ou le « développement personnel », la réussite
par le mental qui s’appellera « raison » (calcul)
surtout au 18è siècle français, et jusqu’au triomphe
de cette raison en 1789 établissant le culte de
l’opinion comme critère politique et de vie.

La croyance à l’ego, tant qu’on y croit, il existe,
il ne subsistera plus lorsqu’on en viendra à
comprendre qu’il n’est pas là !

Aucun virus n’en est la cause, parce que depuis
le début du 20è siècle, Nous vivons une époque de
révolution mondiale qui pose comme problème
primordial la mise en lumière de la connaissance
que l’être humain a de lui-même.
Le gros problème, C’EST QUE CE PROBLÈME
CONTIENT TOUS LES AUTRES,
y compris celui des petiotes chouses !

Plus que jamais la devise suivante devrait
couvrir toutes Nos activités humaines :
« FUYONS VERS NOSTRE PATRIE ».
Car la seule Liberté ne peut qu’être un
ARC-EN-CIEL entre un agissant qui est ‘Je’
ou Soi divin et un agi qui est le ‘je’ ou
la croyance en l’ego, en la possession,
selon le pont formé par l’Arc-en-Ciel.
Hors de là, parler de « responsabilité »
comme le fait souvent le régime capitaliste
et républicain n’a aucun sens :
« Mon Père, pardonnez-leur, car ils ne
savent ce qu’il font ».
Hors de la Seule Liberté, la « liberté »
extérieure, sociale, juridique et
politico-étatique n’est qu’une palanquée
de réglementations codées de manifestations
passionnelles du ‘moi’ appelées à ce
hui : « démocratie » (l’opinion).

Démocratie = loi de succion : vous acceptez de
CROIRE (à la propagande, à la pub…)


L’existence, le monde ou l’Univers n’a d’existence qu’en fonction de l’Être à partir duquel il est projeté et c’est valable aussi pour un virus, de la même façon que c’est le Centre qui confère sa définition à la circonférence, et non l’inverse. Cependant, si c’est le mental et les sens qui sont prit pour le « commandement » ou pour la source de toutes choses, alors la matière peut très bien être tenue pour la source de toutes choses, et l’Être ou le Soi comme une simple création de la terre (style poussière Adam et Eve et création en 6 jours). Mais alors, la raison est nécessairement conduite à introduire dans le concept de matière [maintenant et depuis longtemps : la marchandise] des prédicats de l’Être, que les Chrétiens voient en Dieu.
Si bien que toutes opinions ne peuvent naître que par un concept de l’Être, du Soi, seulement issu de l’expérience de l’existant (dans le spatio-temporel lui-même concept du mental). Dans ce concept du monde, aucune doctrine ou aucun dogme ne peut être immuable, le concept de « république » ne peut être « universel », car ce concept du monde prend sa source dans le temps qui coule. C’est pourquoi le concept mondialiste grâce maintenant à la technologie du « tout connecté » ne peut qu’être constamment fluant, souple, se pliant aux circonstances ; de là ses permanentes contradictions surtout flagrantes depuis l’ingénierie politique du 11 septembre 2001 et le virus covid-19.

Le mondialisme et sa « Grande réinitialisation » ne peut que toujours tourner autour d’un postulat : « Nos sens physiques et l'expérimentation scientifique étant les seules voies par lesquelles l'homme prend conscience de tout ce qui existe, et étant donné comme vérité de sens commun qu'il ne peut y avoir contradiction dans la vérité, les schèmes abstraits par lesquels nous intellectualisons le connu ne doivent pas être contradictoires. Là où deux opinions sont contraires, une seule est bonne et l'autre doit disparaître ; ou toutes deux ont tort et une troisième doit les éliminer par dépassement dialectique ». La méthode par laquelle s'accomplit cette sélection des opinions s'appelle le « matérialisme dialectique historique et scientifique ».

- Pourquoi historique ? Parce que la perception de l'existant s'accomplit dans le temps, dans l'histoire. C'est le temps qui a créé l'univers.
- Pourquoi scientifique ? Parce que la matière étant la source de toutes choses, l'homme est nécessairement, lui aussi, issu de la matière. La méthode scientifique qui vaut pour la matière, vaut donc également pour la connaissance de l'homme. L'homme devient donc un objet pour l'homme. L'homme qui possède comme objets un ou d'autres hommes est celui qui est reconnu comme possédant le mieux la doctrine, et l'homme-objet possédé est celui qui se reconnaît ignorant de la doctrine et qui consent à se laisser former, fabriquer, par son possesseur qu'il reconnaît comme ayant pénétré plus avant dans les arcanes de la matière et du temps. Ainsi, le communisme [socialisme ou sociétal, république, démocratie, grégarisme, ou simplement « le pouvoir » : la trinité armée-police-justice (le Fric/Flic) aux ordres du politico-financier] ne fait que conduire à ses dernières conséquences logiques le règne de l'opinion, aboutissant à une religion et une mystique renversées, en creux, au renoncement volontaire de l'homme à sa liberté propre ». (Jean Coulonval, Synthèse et Temps Nouveaux).

C’est-à-dire que le socialisme ou le républicanisme est une foi, ce que disait encore il y a peu le judéo-maçon Vincent Peillon pour qui la république devait être une foi. Et, dans certains pays, même si maintenant ils se disent tous « république », on pratique la torture pour provoquer des « confessions », qui peuvent être vécues comme une purification (1) et qu’elles peuvent faire naître, non pas de la haine, mais de l’amour pour le bourreau. « ”Les lavages de cerveau” ne sont rien d'autre que l'application d'une science psychologique qui, par des procédés qui ont beaucoup à voir avec la méthode des réflexes conditionnés de Pavlov, dissout la tessiture logique du complexe intellectuel, des accidents-connaissance qui ont pris corps sur l'intellect-essence, des « noumènes » comme dirait Kant. Cela produit véritablement un « déluge » de l'âme, un véritable déluge de la vision cosmique. Et sur ces ruines peut alors se bâtir un nouveau corps, une nouvelle chair d'opinions et de pensées ». (Jean Coulonval, Synthèse et Temps Nouveaux). C’est l’application stricte de la mise en œuvre DANS UN SENS TRÈS PERVERS, INVERSÉ, de la connaissance des lois naturelles.
RAPPEL : la Vraie Foi, ou simplement la Vérité (le Soi), n’a pas à être défendue, elle est invulnérable par nature, et surtout n’est pas une opinion (personne ne peut « posséder » la Vérité comme il ou elle possède un compte en banque ou un chien…).


L’humain n’atteint pas, puisque A-teint, du A privatif et teindre = NE PAS TEINDRE.

Ainsi, il semble peu plausible que la prospérité matérielle actuelle, souvent nommée par les médias « niveau de vie élevé » dans leur logique du winnerisme à l’anglo-saxon, ait une quelconque existence dans le Seul Réel. Pour cette raison, ce winnerisme ne peut avoir d’importance dans la Vraie Libération du « FUYONS VERS NOSTRE PATRIE » (par la Réalisation du Soi). Il faut être un matérialiste pour parler de « droit » et « d’État de droit » (entendre : le consommateur ou l’usager, celui soumis à la loi de succion ou de la croyance). Autrefois on parlait de « devoir », de servir, cela semble bien oublié à l’ère du virtuel par la machine, fabricante de « droit » à la possession !

Depuis la « raison » des perruques poudrées et de leurs « lumières », Nous sommes des choses pensées (noumènes), alors que Nous ne sommes que des phénomènes, des ombres sur le mur de la Caverne.  

NE PAS TEINDRE : FUYONS VERS NOSTRE PATRIE : accomplir à chaque seconde chaque action de façon COUR : absolu et de façon à être libre de tout attachement quant aux plus petits résultats. C’est cela la Gratuité, l’Amour. Vous avez le droit de travailler, mais seulement par égard pour ce labeur ou labour. VOUS N’AVEZ PAS DROIT AUX FRUITS DU TRAVAIL, C’EST-À-DIRE VOUS N’AVEZ PAS DROIT À UN SALAIRE, car le désir ou loi de succion des fruits du travail ne doit JAMAIS être une raison de travailler.
CEUX QUI TRAVAILLENT POUR LA SAISIE D’UN SALAIRE SONT MISÉRABLES.
L’être humain moderne qui uniquement travail pour un salaire est un misérable : il ne travaille que pour ce qu’il peut gagner par ce biais. Or, depuis des millénaires, le droit de travailler et le paiement de n’importe quelle sorte de travail ou de service a acquis un caractère sacramentel, c’est-à-dire que ce n’est pas le travail MAIS SA RÉMUNÉRATION qui a maintenant ce caractère sacré. L’erreur manifeste de cette mode de vie est voilée par le dogme de la propagande du régime capitalo-républicain qui, comme Nous le savons, ne peuvent du même coup être vrais.

L’être humain est le TOUT, l’Univers ; l’organisation du travail dans cette civilisation industrielle et technologique n’est pas l’Univers, parce que le commerce ou l’échangisme marchand a été inventé par l’Homme et non l’Homme pour le commerce comme actuellement dans l’Homme-objet ! Le monde du salariat, de l’État et de la marchandise est une totale illusion infernale.
Le commerce ou échangisme est la pire illusion, CAR RIEN NE SE TRANSMET, tout au plus on peut regrouper des circonstances favorables : se disposer à accompagner l’autre dans ses POMPES ou son PIED (Padam, pied en sanskrit, synonyme du Soi), mais impossible de comprendre l’autre sans soi-même chausser chaussure-à-son-pied. Là réside le Paradoxe de la Réalisation : « se disposer » veut dire : « NE PAS FAIRE », ÊTRE DANS LE NON-AGIR ou NE PAS INTERFÉRER (pas d'opinion), l’action devant résulter d’une non-action comme dans l’exemple du travail qui ne doit pas être effectué pour un salaire, mais seulement pour le travail lui-même, donc MAÂT, DIRECT. Il y a le mystère de « l’ailleurs » : voir par exemple l’histoire du rabbin de Cracovie qui découvre un trésor par l’intermédiaire du rêve d’un autre.
  
Un autre exemple d’Éveil par l’autre ou par une circonstance favorable est donné par Mazu Daoyi (709-788), un des grands maîtres chan (Zen) de la dynastie des Tang (618-907) : Le Moine Shuiliao : « Lorsque le moine Shuiliao de la préfecture de Hong rendit visite pour la première fois à Mazu, il lui demanda : « Quelle était l’idée de celui qui est venu de l’Ouest ? » Mazu dit : « Prosternez-vous ». À peine le moine s’était-il prosterné que Mazu lui donna un coup de pied. Shuiliao eut aussitôt l’éveil suprême. Se relevant, il se frotta les mains, éclata d’un grand rire et dit : « Comme c’est merveilleux ! Comme c’est merveilleux ! Dans la racine d’un seul poil, on peut apercevoir la source et l’origine des centaines et des milliers de samâdhi [absorption totale dans la contemplation, expérience directe temporaire], des vues merveilleuses et innombrables ! » Après s’être prosterné, il se retira. Par la suite, il disait souvent à l’assemblée de ses auditeurs : « Depuis le coup de pied de Mazu jusqu’à maintenant, je n’ai cessé de rire ».
Évidemment, le rire ou Félicité est notre état naturel. Le Buddha ne peut que rire de joie par tous les pores de sa peau, et ce rire ne peut que rayonner partout comme l’auréole des Saints chez les Chrétiens !
(Extraits de Les entretiens de Mazu, traduit par Catherine Despeux).


Quand l’ego s’aperçoit qu’il n’existe pas ou quand le feu, quand le pouvoir se retourne enfin contre lui-même, l’Être devient le TOUT dans l’Instant de sa perte, l’Instant de sa PUTRÉFACTION ou de son RENONCEMENT apportant la preuve absolue de la réalité de son existence. Ce qui peut faire penser à un « effet Casimir » (le vide qui attire) est la Fontaine de Jouvence, soit les transformations ou jonglerie d’atomes sans fin. André Ruellan dans son Manuel du savoir-mourir le précise même : « La mort est un rendez-vous avec s(S)oi : il faut être exact au moins une fois ». Là, Ici et Maintenant, aucune tromperie ou illusion possible…

L’être humain actuel dans sa recherche constante de sa sécurité, ici-bas, court à sa perte : la sécurité est le piège parfait qui achève de lier le winner transhumaniste à son destin en l’enfermant en lui-même, dans son corps-ego, dans sa mise à l’abri, dans sa voie de garage : c’est en voulant à tout prix être un autre que l’humain se confirme depuis des millénaires (surtout depuis la Renaissance) en lui-même. De sorte que la sécurité dont il se croit protégé pour éviter son destin constitue le moteur même de sa perdition tragique…
Tout ceux doutant d’eux-mêmes, se font « vacciner » ou entreprennent de chercher le salut dans un MODÈLE, un EXTÉRIEUR MESSIANIQUE, pour échapper à leur sort, alors que ce modèle, ce vaccin, cette sécurité, cette carotte, les enferme inexorablement en leur corps-ego.

L’ego est un artifice, une croyance FABRIQUÉE PAR LA SOCIÉTÉ ET SES CONVENTIONS QUI RENDRONT POSSIBLE LE PHÉNOMÈNE DE L’INDIVIDU OU DE L’USAGER. Ce qui garantit l’identité ne peut qu’être le DEHORS, À COMMENCER PAR LES PARENTS DE LA CIVILISATION MODERNE QUI NOMMENT LEUR PROGÉNITURE. Ce qui garantit l’identité a toujours été un ACTE EXTÉRIEUR (extrait de naissance, carte d’identité, numéro de sécurité sociale et sur une fiche de police et d’électeurs, ou de poste à l’usine). Cela veut dire que L’EGO N’EXISTE QUE SUR LE PAPIER, SUR DU VIRTUEL INFORMATIQUE.
Sans papier, maintenant sans ordinateur, vous êtes rien… Imaginez une coupure d’électricité mondiale et subite, l’ego des milliards de Terriens disparaît en un Instant… Le DOUBLE DE L’UNIQUE disparaît subitement.



 
Note.
1. Voir par exemple l’illustration d’une confession communiste dans un régime politique hautement étatique dirigé par la « foi » : première moitié de l’épisode 3 de la saison 4 de la Servante écarlate.
Nous nous dirigeons vers la république de Gilead (Galaad) où le sujet premier est la rareté d’engendrer des enfants de manière naturelle. Projet de remplacer la race blanche par une race mixe négroïde, le migranisme actuel en prend le chemin… La société de Gilead (dans la servante écarlate) est totalement patriarcale : l’homme qui engendre, pays dirigé par des mâles, la femme est réduite à un « outil » comme une pelle ou une balayette, et bien-sûr outil de reproduction, de « pondeuse », paradoxe de cette société qui se voudrait vivre « en Dieu » mais qui créée l’enfer dans son spatio-temporel.
Notez que GILEAD est aussi le nom d’une multinationale chimico-pharmaceutique (Big Pharma) dont Donald Rumsfeld (Pentagone) fut un ancien dirigeant (chairman).
 
 

Dernière mise à jour : 30-04-2021 22:49

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved