Vous ne posséderez rien et vous serez heureux
 

Ecrit par Sechy, le 08-08-2021 04:11

Pages vues : 251    

Favoris : 47

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Aiguille, Carotte, Chaos, Croyance, Dictature, Feu, Guerre, Messie, Montagne, Nostalgie, Peur, Pointe, Raison, Résistance, Silence, Vie, Virus

 
 
frise_fresq_itali.jpg
 
 
Vous ne posséderez rien et vous serez heureux
modèle Davos-Klaus Schwab, modèle de ce
monde mutualisé syndrome égalitariste républicain
écologique et capitalisme vert qui veut emprisonner
dans un MUTUALISME comme « une machine à
laver pour 20 personnes »
, variation du socialisme
de l’URSS et de l’échangisme commercial de l’idolâtrie
de la marchandise et équivalant de la Stance
16,9 de Nagarjuna qui met en garde :
« ”Un jour je m’éteindrai libre de toute
appropriation, le ”nirvana” m’adviendra”
.
Prendre les choses ainsi,
C’EST LE COMBLE
DE LA POSSESSION »
.
 
Le « monde inclusif » (qui enferme, qui socialise
comme le Nouvel Ordre Mondial) participe du même
mutualisme ou même « Vivre ensemble » socialiste
républicain et capitaliste.

Klaus Schwab est un sale gosse ignorant qui
rêve à la « délivrance », c’est-à-dire  qui
est ATTACHÉ À LA CROYANCE SUBSTANTIELLE laquelle
peut avoir deux aspects :
- l’ego,
- et ce qui est à l’ego,
donc la dualité sujet et objet.
Klaus Schawb est totalement dans la CAROTTE,
le MESSIANISME pour faire avancer l’âne dans
le style « Un jour mon prince viendra », ou
Demain On Rase Gratis (DORG), ou
DÉSIR D’ÉTERNITÉ dans la nostalgie du Paradis.

Par l’ego, et la proposition de Schwab
de ne rien posséder concerne l’ego, il n’existe
pas de délivrance individuelle !!!
Vouloir une délivrance individuelle qui formerait
plus tard un « social », c’est comme vouloir
SORTIR de l’Univers pour « voir comment c’est fait ».
La délivrance individuelle ou citoyenisme est ce
truc de consommateur et utilisateur (l’usager)
inventé par le 1789 républicain !


Délivrance, Liberté, Bonheur ne sont que des concepts.
Monsieur Schwab, si vous dépossédez l’individu de
tout, il ne peut ajouter la Vacuité à quoi que ce
soit, ni supprimer le samsara [cycles des naissances
et des morts, monde des noms-les-formes (1)],
QUE RESTE-T-IL ALORS, EN PROPRE, À CET INDIVIDU,
QUELLE IDÉE DE LA VACUITÉ RESTE-T-IL ?
Évidemment la Vacuité [état naturel ou le CELA des
choses qui n’existe ni en soi ni par soi] est par
nature insaisissable, indiscernable.

Mais arrêter le flux du samsara ou courant existentiel
est impossible, car un flux à l’arrêt n’est pas un flux.
Que reste-t-il alors dans le mental dont un samsara
ou possession dont un Schwab voudrait mettre fin ?
Que reste-t-il d’un nirvana ou Félicité naturelle
qui serait l’objet d’une possession ?
Et de nos jours l’objet d’une TRANSACTION ou ÉCHANGISME ?

L’extinction ou non-possession ne peut être un
complément d’objet direct ou d’un verbum :
ON NE L’ATTEINT PAS (2).
Car l’extinction ou délivrance est la dualité
possesseur-possédé. La délivrance est bien
une dépossession.
Et QUI EST ENCHAÎNÉ, QUI EST LIBÉRÉ ?
Klaus Schwab se situant dans le flux transhumaniste
ou vos organes défaillants seront remplacés demain
par des organes imprimés par une imprimante 3D,
CES GENS PRENNENT LE PERMANENT POUR L’IMPERMANENT,
PRENNENT BIEN-ÊTRE (possession par la non-possession)
CE QUI EST MAL-ÊTRE, PRENNENT POUR PUR CE QUI EST
IMPUR, PRENNENT LE CORPS POUR LE SOI OU CONSCIENCE
INFINIE.
Il y a donc MÉPRISES permanentes.
Connaître ses méprises ou ne pas les prendre,
C’EST ÇA LA DÉLIVRANCE.
La délivrance ne concerne pas un événement du
monde objectif comme le « Vous ne posséderez
rien et vous serez heureux »
, elle est affaire
d’ÉVEIL et non de consommation ou de « mise en
valeur du temps »
selon le modèle juif (page 18,
Jacques Attali, Les Juifs le monde et l’argent).
Personne n’est lié (par l’horreur du tout connecté
technologique et du social), et par conséquent
personne n’est libéré. Car quand la Connaissance
est RE-trouvée, son sens est inexistant ou son
objet de saisie s’évanouit. On ne possède pas
non plus la Connaissance, Monsieur Schwab !
Elle EST, ou elle n’est pas.

Le concept de liberté est bien un concept du mental.
Si bien que le mot « Bienheureux » n’a aucun sens,
comme si le Bienheureux n’existait pas, ou existait,
ou ni l’un ni l’autre.
Le Réalisé ou Bienheureux, ou le Buddha n’est pas
« quelqu’un », ou un « individu », et personne
n’est « Bouddha ». Se faire une solide idée du
Bouddha ou Bienheureux c’est opinioner et partager ça
sur le tout fauxnnecté !
Le Bouddha n’est pas un « Je suis ce JE SUIS »,
C’est pourquoi le PARADOXE de Lin-Tsi en Chine
au 9è siècle avance : « si vous rencontrez le Buddha
[ou le messie], tuez le Buddha [ou tuez le messie] »
.

MONSIEUR SCHWAB, MONTREZ-MOI LA
NON-POSSESSION QUE JE VEUX POSSÉDER ?
DANS LE TOUT FAUXNNECTÉ, DANS LE BONHEUR,
IL FAUT BIEN POSSÉDER QUELQUE CHOSE !
Monsieur Schwab, vous êtes un apôtre du Malin, vous
calculez et donc vous possédez des opinions, et vos
autres possessions comme joie et souffrance, ou
concept duel heureux-malheureux n’est qu’une CROYANCE.
vous et vos paroissiens vous vous MÉPRENEZ ET DONC
VOUS POSSÉDEZ AU MOINS CETTE MÉPRISE, VOUS NE
POSSÉDEZ PAS RIEN !
MONSIEUR SCHWAB, MONTREZ-MOI LA FÉLICITÉ QUE
VOUS VOULEZ VENDRE, car tout se vend maintenant ?


La Vraie non-possession est de passer du concept
de libération à celui de la libération du concept
de libération par non-possession !
Ce qui rejoint Lao-tseu, Verset 56 (5+6=11) :
« Celui qui sait ne parle pas,
celui qui parle ne sait pas ».
Ou encore :
« Si vous ne parlez pas, qu’aurons-nous à transmettre,
demandent les disciples à leur maître.
Celui-ci leur répond : le ciel parle t’il ? ».
En Égypte pharaonique, THOT est le maître du
Langage/Verbe ou langue de PTAH, c’est
un Souffle (onde, flux). Sous son être côté du
symbole THOT peut être comparé au Dieu SETH,
représenté par un animal chimérique (opinionesque).

Monsieur Klaus Schwab dans son immense POSSESSION
en singerie de non-possession semble ignorer
la mise en garde de la Tradition :
« Les Maîtres de Sagesse mettent en garde leurs
Disciples contre une loi inexorable. Quiconque
aspire ardemment à fouler le sentier de l’Occultisme
déchaîne en lui de véritables tempêtes. Ces cyclones
intérieurs, provoqués par sa nouvelle orientation,
sa sincérité et son altruisme [de non-possession],
renforcent tout en lui, le mal comme le bien ».
(Salomon Lancri, Le Lotus bleu, revue
Théosophique de février 1999).
C’est pourquoi il faut contrôler très fermement
ses pensées.
- Pureté
- Désintéressement
- Compassion
- Service impersonnellement accompli
- Maîtrise de soi. (Notamment ne pas attacher
d’importance à des insultes, les rejeter)

Mais Klaus Schwab dépossédé de tout ne doit
plus avoir aucune pensée, et il doit devenir
comme le maître et son SILENCE face à ses
disciples en interrogation ?
Mais si c’est SON silence, c’est encore une possession !
Si vous prenez ou buvez les paroles de X ou Y, surtout
dans les médias, dans la propagande politique du
régime républicain et du tout connecté, vous
possédez bien encore quelque chose !

POSSÉDER = ÊTRE CONDITIONNÉ : le parapluie
même s’il ne vous appartient plus dans le
monde de Monsieur Schwab, est tout de même
conditionné par son maître du moment !
Et, dès qu’il y a naissance, il y a LOI DE SUCCION,
OU EUCHARISTIE, SOMMET DE LA POSSESSION.
Lao-tseu semble le rare cas de non-possession quand
au Verset 20 il termine par :
« Moi seul, je diffère des autres hommes
parce que je tiens à téter ma Mère [Divine ou TAO].

Dans les paroles de Vérité toujours PARADOXALES
il n’y a rien à saisir !

La Vraie NON-POSSESSION passant par la GRATUITÉ OU
AMOUR, LE RIRE EN EST LE FUSIBLE PRINCIPAL.
Mais le rire de l’ignorant, lorsqu’il entend
la Vérité, il rit aux éclats ou vous
traite de « complotiste » ou de « fake new »,
s’il ne riait pas, la Vérité ne serait pas
la Vérité (ou Cérité : cécité le non Pour-Voir…)

FAKE NEW = LA VÉRITÉ EST MINÉ PAR LE COVID-19 ET SES
« VARIANTS », UNE VRAIE P(L)ANDÉMIE !

Étant tous dans l’Eau Primordiale,
Monsieur Davos-Klaus Schwab, je vous dis :
OM TAT SAT (3)




Notes.
1. Dans un monde libéré des « Hommes en noir » ou de toutes « forces de l’ordre » dans l’étatisme, aucune logique ou concept du mental oblige à poser l’apparition ou l’effet avant la disparition : dans la chronologie pépère ou tout confort dans la mise en valeur du temps suivant sa flèche dans un sens unique, une naissance en premier, un vieillissement puis une mort, la naissance aurait lieu sans vieillissement ni mort, et l’on naîtrait sans être mort auparavant, en annulant carrément le samsara, En Occident si « raison » et « droit de l’Homme », la naissance est automatique en premier et « Circulez ya plus rien à voir ! ». C’est le même dogme que le Big Bang censé fabriquer « la naissance de l’Univers » donc aussi la naissance de l’humain !!!
Pour le principe de raison cher à 1789 et à ses perruques poudrées philo-sophistes ou opiniophiques ; nihil fit sine ratione ; dire qu’« Un tel est né » est une contradictio in terminis : ON A L’AIR DE SE PRÉCÉDER SOI-MÊME : MAIS APRÈS-VOUS CHÈRE MADAME ! Cependant, c’est IGNORER LE PRINCIPE FONDAMENTAL DE PUTRÉFACTION OU FLÉAU : on pourrit ou on meurt avant de renaître…
- Question : La réincarnation existe-t-elle ?
- Maharshi : La réincarnation n’existe que si vous êtes incarné. Mais là vous n’êtes même pas né. (Entretien 164 du 24-2-1936)
Idem pour l’espace-temps : « Mais qu’est-ce que la réincarnation ? L’ego reste toujours le même. De nouveaux corps apparaissent et se l’approprient. L’ego ne change pas. Il ne quitte pas un corps pour en chercher et en trouver un autre. Regardez ce qui arrive à votre propre corps physique. Supposez que vous alliez à Londres. Comment faites-vous ? Vous prenez une voiture qui vous emmène au port, puis un bateau qui vous transporte jusqu’à Londres en quelques jours. Que s’est-il passé ? Ce sont les moyens de transport qui se sont déplacés, non pas votre corps. […] Les mouvements des véhicules ont été transposés à votre corps. Il en est de même pour votre ego. Les réincarnations sont des transpositions. Par exemple, quand vous rêvez, que se passe-t-il ? Rentrez-vous dans le monde onirique ou bien est-ce ce dernier qui se déroule en vous ? La dernière hypothèse, sûrement. Il en va de même pour les réincarnations.
L’ego reste inchangé au cours de celles-ci ». (Entretien 311 du 2-1-1937).

2. Sentiment = le policier du mental : « En cherchant si le mental existe ou non, on s’aperçoit qu’il n’existe pas. C’est là le contrôle du mental. Autrement, si on admet l’existence du mental et qu’on cherche à le contrôler, cela équivaut à obliger le mental à se contrôler lui-même, à l’instar d’un voleur se transformant en policier pour procéder à sa propre arrestation. De cette manière, le mental continue à subsister, mais échappe à lui-même », explique Ramana Maharshi à l’entretien 43 du 28-3-1935.
De la même manière, même entretien : « Chacun connaît le Soi [ou l’Instant], et pourtant ne le connaît pas. Étrange paradoxe ».
Et à l’entretien 615 du 24-1-1939 : « Un voisin avait anticipé la visite d’un voleur dans sa maison. Il avait pris des précautions pour l’attraper en plaçant des policiers en civil pour surveiller les deux bouts de la rue, l’entrée et la sortie de sa maison. Lorsque le voleur s’était présenté comme prévu, les hommes de guet s’était précipités sur lui pour l’attraper. Le voleur, jugeant d’un coup d’oeil la situation, s’était mis à crier : « Au voleur ! Attrapez-le, attrapez-le ! Il court par là ! là ! » Et ce faisant, il était parvenu à s’enfuir.
Il en est ainsi avec l’ego. Partez à sa recherche et vous ne le trouverez pas. C’est la meilleure façon de s’en débarrasser ». (Entretien 615).

Le seul inconscient collectif possible est énoncé dans l’entretien 92 du 7-11-1935 :
« Les perceptions sensorielles ne peuvent donner qu’une connaissance indirecte et non une connaissance directe. Seule notre propre conscience est connaissance directe : c’est l’expérience commune à tout le monde. Aucune aide n’est nécessaire pour connaître son propre Soi, c’est-à-dire pour être conscient.
L’unique totalité, infinie et indivisible (le plenum), devient consciente d’elle-même en tant que ‘Je’. C’est son nom originel. Tous les autres noms, tels que OM, ne viennent qu’après. La Libération consiste uniquement à rester conscient du Soi. Le mahâvâkya « Je suis le brahman » en est l’affirmation qui fait autorité. Bien que l’on ait toujours l’expérience du ‘Je’, l’attention doit y être dirigée [Retournement de la Lumière]. Alors seulement, la Connaissance émerge. C’est pourquoi l’on a besoin de l’enseignement des Upanishad et des Sages » (entretien 92 du 7-11-1935).
« Le mental changeant (c’est-à-dire le mental associé à rajas = activité et à tamas = obscurité) est communément connu comme le mental. Dépourvu de rajas et de tamas, il est pur et brille par lui-même. C’est la réalisation du Soi. C’est pourquoi on dit que le mental est le moyen pour l’atteindre » (entretien 100 du 19-11-1935).

Dans le même entretien 615 : « Saisissez d’abord l’ego et demandez ensuite comment il peut être détruit. Qui pose cette question ? C’est l’ego. L’ego serait-il d’accord pour se détruire lui-même ? Cette question est la meilleure façon d’entretenir l’ego et non pas de le détruire [comme dans l’exemple du policier ci-dessus]. Si vous cherchez l’ego, vous constaterez qu’il n’existe pas. Voilà la façon de le détruire.
PAS DE MEILLEUR VACCIN QU’AVEC AUCUN VACCIN… COMME PAS DE MEILLEURE LIBERTÉ AVEC AUCUNE INVENTION DE LIBERTÉ, OU PAS DE MEILLEURE VALEUR SANS AUCUNE INVENTION DE LA VALEUR.

Bref, LA CAUSALITÉ C’EST LA GUERRE COMME LA DUALITÉ SUJET-OBJET, ET L’ANALOGIE (forme de dualité comme par exemple « la colère de Dieu et la colère de l'homme ») EST UNE PARFAIT SOURCE DE MÉPRISES. C’est pourquoi il est salutaire d’utiliser par exemple deux choses simultanées n’ayant entre elles aucun lien de causalité, comme le mariage : « les cornes gauches et droites d’un bœuf »… ou « la soupe de la soupière », qui d’une certaine façon rejoignent la TAUTOLOGIE… Ou la non-logique du Rien du Tout.

3. OM TAT SAT : dans la Bhagavad-Gîtâ, chapitre 17, 23-28 : « La formule OM TAT SAT est la triple définition du Brahman [l’Absolu], par qui furent jadis créés les Brahmanas, les Védas et les sacrifices.
Aussi est-ce en prononçant AUM (OM) que ceux qui connaissent le Brahman commencent toujours les actes de sacrifices, d’offrande et d’ascèse tels que les prescrivent les règles.
En prononçant TAT et sans désir d’aucun fruit, les chercheurs de libération accomplissent les actes variés de sacrifice, d’offrande et d’ascèse.
SAT signifie bien et SAT est signifie existence ; de même, ô Partha, le mot SAT s’emploie dans le sens d’action bonne.
Demeurer fermement dans le sacrifice, l’offrande et l’ascèse, faire les œuvres avec cette vision centrale, comme sacrifice, comme offrande, comme ascèse, est SAT.
Tour ce qui est accompli sans foi, que ce soit oblation, offrande, ascèse, ou toute autre action, est appelé asat [irréel, non existence], ô Partha, et c’est néant, dans ce monde et dans l’au-delà ».
 
 

Dernière mise à jour : 08-08-2021 04:40

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved