Lila (4) Inné-Igné
 

Ecrit par Sechy, le 25-08-2021 22:34

Pages vues : 454    

Favoris : 93

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Aiguille, Argent, Croyance, Feu, Guerre, Nostalgie, Peur, Pointe, Raison, République, Résistance, Silence, Vie

 
dollar_filtre_killer_gp.jpg
 
 
Lila (4) Inné-Igné
Pour-Voir (pouvoir) signifie bien qu’un
tel individu POSSÉDANT un pour-voir est
aveugle ou sans pouvoir sans le Dehors,
sans l’Autre.
En d’autres mots, pour qu’il y ait pouvoir
d’une personne il faut un autre individu
qui re-connaisse ce pouvoir, c’est-à-dire
que cette personne soit là pour voir
le « pour le voir » ; comme le temps n’existe
que s’il y une personne pour le voir !
LA SEULE PREUVE DU TEMPS QUI COULE
EST CELUI QUI LE VOIT, PAS LA MACHINE !

UNE HORLOGE, MÊME « ATOMIQUE », NE PROUVE RIEN,
CAR ELLE EST DE CONSTRUCTION DU MENTAL HUMAIN,
mental qui calcul, de plus cette horloge n’est
qu’une convention entre au minimum deux personnes.
Alors que dire de la « preuve de Dieu » et
autres « textes descendus du ciel » ???
Le temps qui coule c’est comme une histoire :
il faut une personne pour l’écouter, sinon
l’histoire, la cause, n’existe pas !


 
 
 
Inné-Igné.
Aussi bien que tous les éléments de cette création soient pur vide, ils conservent chacun leur traits distinctifs qui étaient les leurs au commencement, et cet ordre a perduré jusqu’à maintenant. Tout cela ne s’entend que du point de vue relatif, car l’univers n’a pas du tout été créé et tout et tout ce qui est EST la Conscience infinie et rien d’autre. Il est de la nature de l’apparence de paraître réelle alors qu’elle-même est irréelle.
L’ordre (niyati) de l’univers est tel que rien, jusqu’ici, n’a été capable de le modifier [les transhumanistes rêvent de le modifier….]. C’est la Conscience infinie Elle-même qui a pensé à tous ces éléments en son sein et en a fait l’expérience en Elle-même, et cette expérience donne l’impression de s’être matérialisé [ce que les transhumanistes veulent « augmenter »] ». (Yoga Vasistha, L’histoire de Lila).

Inné-Igné : pour l’Ouverture, au choix, des deux voies : méditation (dhyâna) et investigation ou « Qui suis-je ? » (vichâra). « Les deux reviennent au même. Ceux qui sont peu doués pour l’investigation doivent pratiquer la méditation. Dans cette pratique, l’aspirant, s’oubliant lui-même, médite sur « Je suis le brahman » ou « Je suis Shiva » ; ainsi il s’accroche au brahman ou à Shiva ; cela le conduira finalement à l’Être, qui subsiste en tant que brahman ou Shiva, et il réalisera que Celui-ci est l’Être pur, c’est-à-dire le Soi.
Celui qui adopte la voie de l’investigation commence par s’accrocher à lui-même en demandant « Qui suis-je ? » et le Soi lui apparaîtra clairement ». (Ramana Maharshi, entretien 172 du 28-2-1936).
La méditation sur « Je suis le brahman » ou « Je suis Shiva » « ne transforme pas l’homme en Shiva, mais il permet de mettre fin aux effets délétères de l’ego [ou du mental ou intellect]. C’est-à-dire que l’homme conserve son individualité, mais il reste pur et devient qualifié pour constituer une partie du corps de Shiva. Devenu tel, il peut jouir de la Félicité suprême. C’est la Libération, disent les Shaiva-siddhanti. Cela trahit tout simplement l’amour qu’ils portent à leur individualité et n’est en aucun cas la véritable expérience de la Libération » (Ramana Maharshi, entretien 339 du 23-1-1937). Entretien qui rejoint la Stance 16,9 de Nagarjuna où le comble de la possession est de se croire, un jour, libéré de toute appropriation et de devenir en Paix ou heureux, comme la promesse du capitalisme et son « Vous ne posséderez rien et vous serez heureux » ; par cela Nagarjuna et le Maharshi montrent que la Libération authentique n’est pas individuelle (1).

Shiva est le Destructeur ou le couple Isis-Nephtys : destructeur de souffrances. « Vous allez bientôt aller dormir. Quand vous vous réveillerez demain matin, vous direz : « J’ai très bien dormi ». Ce qui s’est passé durant votre sommeil est votre vraie nature. Elle subsiste en ce moment même ; sinon ce ne serait pas votre vraie nature. Soyez dans ce même état de sommeil même maintenant ; c’est Shiva.
Avons-nous une forme ? Découvrez cela avant de penser à la forme de Shiva. N’existiez-vous pas durant votre sommeil ? Étiez-vous alors consciente de quelque forme ? Aviez-vous une forme pendant votre sommeil ? Pourtant vous existiez. Ce ‘Je’ qui était durant le sommeil est également présent maintenant. D’après l’expérience faite quand vous dormiez, vous n’étiez pas le corps.
Pourquoi ne seriez-vous pas la même maintenant – c’est-à-dire sans le corps. Même sans corps, vous étiez heureuse pendant le sommeil. Vous êtes aussi la même maintenant. Seul ce qui a un caractère durable constitue la nature réelle. Dans le sommeil, il n’y avait pas de corps, il y avait seulement l’expérience de bonheur. Elle subsiste toujours. Le Soi est sans corps. Si vous êtes donc sans forme, comment Shiva peut-il avoir une forme ? Si vous avez un corps, Shiva a un corps également. Si vous n’en avez pas, Il n’en a pas non plus ». (Ramana Maharshi, entretien 304 du 26-12-1936).

« ÊTRE, c’est réaliser : « Je suis ce JE SUIS ». « JE SUIS » est Shiva. Rien ne peut exister sans Lui.
Tout a son existence en Shiva et par Shiva.
Ainsi, cherchez : « Qui suis-je ? » Plongez profondément en vous et demeurez le Soi. C’est Shiva en tant qu’ÊTRE. N’espérez pas avoir de Lui des visions répétées. Quelle est la différence entre les objets que vous voyez et Shiva ? Il est les deux, le sujet et l’objet. Vous ne pouvez pas être sans Shiva. Shiva est toujours réalisé ici et maintenant. Si vous pensez que vous ne l’avez pas réalisé, vous avez tort. C’est là l’obstacle qui empêche de réaliser Shiva. Abandonnez cette pensée aussi et vous parviendrez à la Réalisation ». (Ramana Maharshi, entretien 450 du 3-2-1938).

Retour au saint Vasistha :
Une réponse de la Déesse Sarasvati qui accorda des faveurs à Lila : « Le roi, les serviteurs de la maison royale et tous les membres de la cour ne sont tous que Conscience infinie. Cependant, ”puisque le substrat est le reflet de la Conscience infinie qui et réelle et étant donné qu’il y a croyance dans l’ordre de la création imaginaire, ils se reconnaissent les uns les autres” (YV III,53). Le mari dit : « Elle est ma femme » et l’épouse dit : « Il est mon mari ».
Elle ne put se rendre au nouveau royaume dans son corps physique car la lumière ne peut coexister avec les ténèbres et, tant que règne l’ignorance aveugle, la sagesse n’apparaît pas. Quand point la sagesse relative au corps subtil, le corps physique cesse d’être considéré comme véritable [Voie les EMI]. C’est le fruit de la grâce que je lui ai accordée. La personne qui reçoit pareille bénédiction pense : « Je suis ce que ta grâce m’a conduit à penser que j’étais ». Elle pensa donc s’être rendue à la demeure de son mari dans son corps physique. L’ignorance peut nous conduire à voir un serpent dans une corde, mais la corde ne saurait se comporter comme un serpent ». (Yoga Vasistha, L’histoire de Lila).

La Déesse Sarasvati répondit à Lila : « Ma chère, lors de la dissolution cosmique, l’univer entier ayant disparu, seul l’infini Brahman demeure en paix. Cet Être infini de la nature de la Conscience éprouve le sentiment « JE SUIS », puis « JE SUIS UN ATOME DE LUMIÈRE ». Il vit alors la Vérité de cette affirmation au sein de lui-même. Il imagine également en lui l’existence des diverses créatures ; et, étant donné que sa nature et pure Conscience absolue, cette création imaginaire semble être une création réelle avec des objets aux diverses caractéristiques en parfaite harmonie avec l’imagination de la Conscience infinie.
”Quelles que soient les choses conçues ou imaginées par la Conscience infinie lors de cette première création, et quel que soit l’endroit où elles l’ont été et la façon dont ça c’est produit, tout est resté en l’état. Même maintenant, l’endroit n’a pas changé et les caractéristiques de ces choses n’ont pas été modifiées, pas plus que la façon dont elles ont été créées” (YV III,54). Voilà comment a vu le jour ici un ordre défini.
En fait, cet ordre est naturel à la Conscience infinie. Tous ces objets et leurs traits distinctifs étaient potentiellement présents en Elle-même pendant la dissolution cosmique : en quoi d’autre pouvaient-ils se fondre ? Qui plus est, comment quelque chose peut-il devenir rien ? L’or qui apparaît sous la forme d’un bracelet ne peut pas devenir entièrement informe ». (Yoga Vasistha, L’histoire de Lila).

Le mental n’est qu’un agrégat de pensées. Les pensées ne peuvent exister que pour l’ego. Toutes les pensées sont donc imprégnées de l’ego (aham). Recherchez d’où s’élève le ‘je’ et les pensées disparaîtront.
- Question : Ce qui reste ne peut pas être le ‘je’ mais la pure conscience.
- Maharshi : Tout à fait. Au départ, vous recherchez le bonheur. Vous vous apercevez, à l’analyse, que la souffrance est causée par les pensées. On les appelle le mental. En vous efforçant de contrôler celui-ci,
vous cherchez le ‘je’ pour finalement vous établir dans l’état d’Être-Conscience-Félicité.
- Question (de quelqu’un d’autre) : Qu’est-ce que le mental alors ?
- Maharshi : Le mental est la conscience qui a posé des limitations. Vous êtes originellement illimité et parfait. Puis vous vous limitez et devenez le mental.(Entretien 473 du 15-3-1938 et même remarque que Mazu Daoyi [709-788]. Et aussi définition du Saint Chaos ou « Grand Temps », Temps sacré, Âge d’Or : quand miracles et métamorphoses étaient d’une banalité incommensurable !).

Pas de plus grande action que la non-activité, laquelle gouverne Tout. « La non-action est activité incessante. Le sage se caractérise par une éternelle et intense activité. Sa tranquillité est comparable à l’apparente tranquillité d’un gyroscope dont la vitesse de rotation est si grande qu’elle ne peut être suivie par l’oeil ; il paraît immobile et pourtant il tourne à toute allure. Il en est ainsi de l’apparente inactivité du sage. Ce point doit être expliqué aux gens car ils prennent généralement la tranquillité pour de l’inertie ». (Ramana Maharshi, entretien 599 du 21-12-1938).

La MORT IMAGINAIRE décrite par la Déesse Sarasvati : « Comment la Conscience infinie peut-elle cesser d’être ?  La personne n’est que Conscience infinie. ”Qui meurt et quand, à qui appartient cette Conscience infinie et comment ? Même quand meurent des millions de corps, cette Conscience demeure plénitude” (YV III,54).
Quand cesse le flux du souffle vital, la conscience [ou raison] de l’individu devient totalement passive. Ô Lila, n’oublie pas que la Conscience est pure, éternelle et infinie ; Elle ne prend pas naissance et ne cesse pas d’être [d’où l’Homo religiosus]. Elle est constamment là chez les créatures qui se meuvent comme chez elles qui ne se meuvent pas, dans le ciel, sur les montagnes, et dans le feu et l’air. Dans cesse le souffle vital, on dit du corps qu’il est « mort », ou « inerte ». Le souffle de vie retourne à sa source - l’air - et, libéré du souvenir et des tendances, la Conscience demeure en tant que Soi. ”Cette particule atomique subtile qui possède ces souvenirs et ces tendances porte le nom de jiva ; et lui-même demeure dans l’espace à l’endroit où se trouve le corps du défunt” (YV III,55). […] Tout ce que voit le jiva, il le vit, car, dans la Conscience infinie, il n’existe rien de tel que le temps, l’action, etc. […] Les montagnes, les forêts, la terre et le ciel ne sont que Conscience infinie. Elle seule est l’Être de toute chose, la Réalité immanente […] ”Ainsi, ce Soi universel existe dans tous les corps, avec le mouvement propre aux corps qui se meuvent, et la fixité des corps fixes” (YV III,55). Et c’est ainsi que tous ces corps continuent d’être maintenant ».

Sarasvati poursuivit :
« ”Il n’y a pas de distinction entre sensible et insensible, entre inerte et intelligent. Il n’existe pas de différence dans l’essence des substances” (YV III,55), car la Conscience infinie est présente partout de façon égale. Les différences ne tiennent qu’à ce que l’intelligence s’identifie à diverses substances. […] Semblablement, c’est la même Conscience infinie que l’intelligence identifie comme étant vers, fourmis et oiseaux. En Elle, nulle comparaison ni sentiment de différence. De même que les habitants du pôle Nord ne connaissent pas ceux du pôle Sud (et ne peuvent donc pas se comparer à eux). Chaque substance indépendante identifiée par cette  intelligence existe en elle-même sans avoir à se distinguer des autres substances. Leur attribuer des différences telles que « sensible » et « insensible », c’est comme si deux grenouilles, l’une née dans un rocher et l’autre en dehors, se considéraient comme différentes, l’une sensible et l’autre insensible ! »

Sarasvati commenta :
« En se liant au principe-ego qui habite le cœur de Padma [le roi], Viduratha se figure [un autre roi] se figure qu’il voyage dans un autre monde. Empruntons  notre propre chemin : on ne peut emprunter le chemin d’autrui [alors que le « Great Reset » et autre Agenda 2030 cherchent à foutre tous les Terriens dans LE MÊME CHEMIN, CELUI DE L’OLIGARCHIE FINANCIÈRE (qui prétend que demain « Vous ne posséderez rien et vous serez heureux »)].

Rama demanda au saint Vasistha comment un défunt peut-il obtenir le corps subtil, si par exemple ses proches ne parviennent pas à accomplir les rites funéraires correctement.
« Peu importe que les rites aient été accomplis convenablement, si le défunt croit qu’ils l’ont été, il a droit à la forme subtile, éthérique. C’est une vérité bien connue : dès que la conscience s’applique à un objet, quel qu’il soit, cet objet est. Les choses (objets ou substances) prennent naissance du fait de notre imagination, de nos envies (pensées ou idées) ; et nos envies prennent également naissance dans les choses. ”Le poison se fait nectar du fait de notre imagination (ou de notre foi) ; ainsi, un objet ou une substance irréels deviennent réels sous l’effet d’une foi intense” (YV III,56). Sans cause, nul effet ne se produit, jamais, nulle part ; et, par conséquent, il n’y a ni imagination ni pensée. Il en découle que pour l’unique Conscience infinie dénuée de cause, rien n’est jamais apparu ni n’a jamais été créé. Sois-en persuadé. Si les rites funéraires sont accomplis par les proches avec la foi qui convient, cela aide l’intelligence de l’âme défunte - à moins qu’icelle soit d’une abominable méchanceté ».


INNÉ-IGNÉ.
L’irrationnel ou le Merveilleux de l’Homo religiosus ou Être, n’est nullement un anti-rationnel comme peut le laisser entendre toute la dimension post 18è siècle français et ses « lumières » et encyclopédie étouffe-Chrétiens, mais un SUR-RATIONNEL dont le rationnel déformé ou « raison » n’est qu’un petit bout de vérité si bien organisé par le diable ou Grand Architecte De L’Univers (GADLU)….
Seul l’ego de l’Homme de l’après 1789 investie de ce rationnel des « lumières » en a fait un OBJET COMMERCIAL PAR EXCELLENCE, ce qui en fait un PUR CROYANT QUI SE CROIT LE MAÎTRE DE L’UNIVERS (qui se croit à l’extérieur de l’univers pour l’examiner investi de sa croyance en la dualité sujet d’un objet). C’est parfaitement le retour au chaos encyclopédique de cette raison aliénante : UN CHAOS TECHNOCRATIQUE MAINTENANT, UN CHAOS DIGITALE, NUMÉRIQUE, DE LA CONSCIENCE EN PETITS BOUTS DE MACHINS PRODUCTIVISTE D’OBJETS NUMINEUX FÉTICHES DE LA MACHINE (l’épisode fou des ARNm en est un exemple cinglant !). Tout se passe comme si, partis d’un éclatement de la conscience qui calcul et qui fabrique des concepts, nous arrivons à ce hui dans un chaos parfaitement artificiel, d’une pensée sur les choses à une pensée sur la pensée en une invention du monde dans l’ordinateur, dans les chiffres ; et LE FÉTICHISME EN EST LE MAÎTRE D’ŒUVRE (la machine et le chiffre, l’« intelligence artificielle » et l’ARN messager ou folie du sécuritaire commencée après la première guerre mondiale de 1914-1945, car le coup de l’ARNm en est un des symptômes, comme le fut en son temps de 1948 le coup du BCG…).
Nostre ci-vile-isation est une implosion technologique sous finance capitaliste avec pour acteur l’humain-machine qui depuis 1789 en Europe remplace l’Homo religiosus. Voilà une superbe manière de mourir comme un imbécile, peu importe si c’est par un virus, pour celui qui ne parvient pas à réaliser en lui - Moi-Individuel ou Moi-Collectif - la célèbre et traditionnelle Coïncidentia oppositorum (Union des Contraires ou non-dualité, Réalisation du Soi), QUI EST LA SEULE ISSUE, aussi bien matériellement en tyrannie de l’opinion que spirituellement. Et non plus la triade conventionnelle modèle Hegel : thèse-antithèse-synthèse encore bidouille du mental ; mais UNION DU SUJET ET DE L’OBJET. Non plus la victoire de la dictature de l’opinion ou du prolétariat, c’est la même choses puisque liée au capitalisme, mais par RE-Tour aux EAUX PRIMORDIALES synonyme de NON-DUALITÉ et de NON-ACTIVITÉ, synonyme de UN EST LE TOUT (ne pas confondre avec le récent socialisme ou le communiste, à y ajouter la récente république mercantile de 89 qui en est un synonyme, dont la pyramide en est la figure : en haut l’oligarchie (les initiés), en bas les masses (les profanes)).



À SUIVRE…

Note.
1. Ce qui renvoie à la MISE EN GARDE ou D’Anger d’une religion mondialiste telle que celle de la république (et ses « valeurs ») actuellement jouxtée avec le capitalisme : Le grégarisme de cette mode du social est tel, et amplifié par la technologie informatique du tout connecté, que cela engendre une puissance seulement phénoménale. Et paradoxalement, plus elle devient obscure et sophistiquée, sournoise, insistante, socialisante, plus elle devient terrible et plus sa prétention à la PURIFICATION DEVIENT RADICALE, CE QUI EST DEVENU TRÈS VISIBLE AVEC L’ÉPISODE SRAS-CoV-2 et ses injections-injonctions : une force qui peut agir aussi bien dans un sens curatif et évolutif qu’en sens inverse au sens destructif déchaînant la violence fanatique style charia des talibans mahométans ou fanatisme au sens maladie mentale qui détruit tout. Tout cela participe d’une formidable ouverture pour tirer profit des « fidèles » (les consommateurs), économiquement et politiquement.
La spiritualité grégaire possède un « bouton », un « reset » de la commande caché au sein du mental, et sa recherche, plutôt SA VASANA (tendance, prédispositions du mental) est essentiel pour s’en protéger et l’éliminer. Ces connaissances de la tendance communautaire forment la balance de la tendance ou vasana de l’individu, qui sera la condition pour s’en libérer, afin de s’affranchir des conditionnements organisés intentionnellement par le DEHORS COMME CEUX QUE PRODUIT LA STRUCTURE OU GÉOMÉTRIE DU MENTAL SOUS SES VASANA INTÉRIEURES. Bref, en dualité c’est toujours la guerre des initiés contre les profanes (jamais l’inverse).

Cette religion du mondialisme telle son prochain « Vous ne posséderez rien et vous serez heureux », se présente comme une programmation des masses À L’INTÉRIEUR D’UNE FAUSSE REPRÉSENTATION DE LA RÉALITÉ QUI EST DÉJÀ CONSTRUITE À CE HUI ET DEPUIS LONGTEMPS PAR LES RELIGIONS ABRAHAMISTES, PUIS PAR LES MÉDIAS DEPUIS L’INVENTION DE L’IMPRIMERIE, de manière à porter les masses où le régime et le capitalisme veulent ; là encore c’est très visible dans l’épisode SRAS-CoV-2 jusqu’à ses variants en évolutionnisme avec leurs « vagues » aussi en évolutionnisme…..
 
 

Dernière mise à jour : 27-08-2021 23:09

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved