Padam Saint Chaos Psélion Loi Vraie
 

Ecrit par Sechy, le 01-02-2023 18:59

Pages vues : 2449    

Favoris : 112

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Addiction, Aiguille, Amour, Argent, Artifictiche, Atlantide, Autorité, Banque, Christ, Collectifictif, Commerce, Convention, Croyance, Démocrapitaliste, Diable, Dragon, Echo, Egopinion, Egorgueil, Égrégore, Empire, Enfer, Essence, État, Feu, Guerre, Hararielisme, HOTC, Images, Jardin, Loi, Marchandise, Marxengelsisme, Masque, Messianisme, Métal, Mieux, Nostalgie, Paradis, Peur, Pierre, Pinceau, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Russie, Scalaire, Serpent, Silence, Social, Spirale, Spontacratie, Tore, Transhumanisme, Utotalitarisme, Verbopinion, Vie, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Yi King, Yokai

 
padam_vase_aqua20100107.jpg
 
 
Padam Saint Chaos Psélion Loi Vraie
sont tous du même Thème : l’Ainsité,
tathata en sanskrit [la Réalité telle qu’Elle
EST : ”Je suis ce JE SUIS”], shinyo en japonais,
le CELA en termes bouddhistes (1).
Si vous voulez réaliser le UN, cela n’est
possible que dans le NON-DEUX : seul un
TOTAL peut connaître un TOTAL.
 
Un TOTAL ou le VRAI (Loi Vraie) : la lunula,
Lunel, la Psélion que les patriciens arcadiens
portaient au PIED, pour la raison universelle
que le PIED est l’endroit de l’Âme ou du Soi
dans toutes les traditions : en sanskrit le pied
s’écrit PADAM, synonyme du Soi l’Être véritable.

Psélion = lunula. Grasset d’Orcet écrit fort
justement en citant Apocalypse 12,1-6 annonçant
ainsi la GUERRE DES OPINIONS ENTRE
CRÉATIONNISTES ET ÉVOLUTIONNISTES CHRÉTIENS
AVEC UN DIEU DEHORS, LES LUCIFÉRIENS ;
ET ORIENT AVEC UN DIEU NI DEHORS,
NI DEDANS, ceci à propos de cette Déesse grec
Psélion la Femme qui accouche dans
Apocalypse 12,1-6 :



« Un signe grandiose apparut dans le ciel : une Femme ! le soleil l’enveloppe, la lune est sous ses pieds et douze étoiles couronnent sa tête ; elle est enceinte et crie dans les douleurs et le travail de l’enfantement. Puis un second signe apparut au ciel : un énorme Dragon rouge feu, ayant sept têtes et dix cornes, chaque tête surmontée d’un diadème. Sa queue balaie le tiers des étoiles du ciel et les précipite sur la terre [Dragon illustrant Seth ou l’Opposant, l’Adversaire, l’Étranger, le DEHORS donc]. En arrêt devant la Femme en travail, le Dragon s’apprête à dévorer son enfant aussitôt né. Or la femme mit au monde un enfant mâle [la carotte-messie pour faire avancer ou mettre en valeur le temps], celui qui doit mener toutes les nations avec un sceptre de fer [n’y a-t-il pas ici prophétiquement allusion au NOUVEL ORDRE MONDIAL, AU TRANSHUMANISME ET À L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE ET À CE MONDE ANGLO-AMÉRICAIN IMPÉRIALISTE ?], et son enfant fut enlevé jusqu’auprès de Dieu et de son trône, tandis que la Femme s’enfuyait au désert, où Dieu lui a ménagé un refuge pour qu’elle y soit nourrie mille deux cent soixante jours.
Alors il y eut une bataille dans le ciel : Michel et ses Anges combattirent le Dragon (l’ego]. Et le Dragon riposta, avec ses Anges, mais ils eurent le dessous et furent chassés du ciel »

Grasset d’Orcet (Œuvres décryptées, vol.1) précise que Psélion veut aussi dire chaîne, ou destinée ; en français ce sont les phases de la lune (passe-lunes) qui servent à mesurer les mois. Sur les tombeaux de l’époque gothique elle a pour hiéroglyphe un lion sous les pieds du défunt [Padam…] et ce hiéroglyphe indique une affiliation lunaire [lunel]. « S’il est solaire, le lion tient un écu ou Cuir, d’où Carléon, homme de Carle [carne]. Quand le défunt ayant à ses pieds un lion gît à côté d’une défunte avec un lévrier, on a la formule complète : « Psélion Loi vraie », écrit Grasset.

Grasset explique que la Femme de l’Apocalypse 12 enfante le mâle Arren qui doit gouverner les humains d’une main de fer, et l’Église de Rome en a fait l’antéchrist [TOUT SYMBOLE EST DOUBLE ET JAMAIS FIXE CAR LIÉ À L’INSTANT… D’OÙ L’ESSENTIEL DU ”N’EST PAS X”], et par là-même l’Église de Rome et une des GROSSES USINES À RACINE DU MAL PAR LE DEDANS-DEHORS ou WINNERS-LOSERS (le Winner étant TANTÔT Christ et son contraire Loser comme la dualité PUR-IMPUR base PREMIÈRE DE LA VULGAIRE LOI DE SUCCION : L’OPINION QUI MANGE, OU QUI CRACHE, REJETTE en la loi de succion).

L’Église de Rome winneriste un temps va faire du Serpent le méchant de service, le séducteur ou créateur de besoins.
Apocalypse 12,13-16 : « Se voyant rejeté sur terre, le Dragon se lança à la poursuite de la Femme, la mère de l’enfant mâle. Mais elle reçut les deux ailes du grand aigle pour voler au désert jusqu’à son refuge où, loin du Serpent, elle doit être nourrie un temps et des temps et la moitié du temps. Le Serpent vomit alors de sa gueule comme un fleuve d’eau derrière la Femme pour l’entraîner dans ses flots [sens de vibrations…]. Mais la terre vint au secours de la femme : ouvrant la bouche, elle engloutit le fleuve vomi par le gueule du Dragon [dualité Pur-Impur et humide-sec] ».
Dans Apocalypse 13 il sera question du winner appelé ”La Bête” et du nombre 666 [symbole des noms-les-formes [monde créé en 6 jours à partir des Eaux Primordiales], symbole du corps-mental. 666 peut AUSSI signifier LE FLÉAU, RENONCEMENT, SILENCE, PUTRÉFACTION comme son nom et sens l’indique au sens de ”médiateur”, au sens de silence. Tout symbole est DOUBLE et JAMAIS FIXE : il n’est ”valable” que dans l’Instant, dans le Point Focal…].

”En DEHORS de l’œil [et des autres sens], il n’y
à rien à voir. Pour que les objets soient vus,
il faut un voyant [un voyeur], ainsi que l’espace
et le temps, etc. Mais si seul le Soi existe, Il
est à a fois Celui qui voit et ce qui est vu
[non-dualité], et Il dépasse les faits de voir
et d’être vu” (Ramana Maharshi]

C’est alors que la FONTAINE DE JOUVENCE a la ”forme” du VASE, VALLÉE, ENCLOS, JARDIN, TAPIS VOLANT, BOUTEILLE OU CONTENANT-CONTENU, LA DIVINE BOUTEILLE, que Nos Anciens nommaient la fon Gouvin ou Jouvin (d'après Grasset). Divine Bouteille au sens de contenant les pensées, avec l’avertissement de ne l’écouter que d’UNE OREILLE (sans dualité sujet-objet] par la loi de succion ou attraction ”universelle” copiée par Newton : le premier geste de toute forme de vie jusqu’au marmot de l’humain est de sucer tout ce qu’il peut SAISIR. Mais, LA VRAIE LOI (de succion) correspond au ”Qui suis-je ?” ou Réalisation du Soi (appelée Eucharistie chez les Chrétiens au vrai sens d’Universel), ”Qui suis-je ?” le Retournement de la Lumière (2).

Certain, le TROU EST UN FLÉAU, UN 666 POUR LA SAISIE OU ATTRACTION ”UNIVERSELLE”.
TROU = LE FLÉAU DE LA DISPARITION DU DEDANS-DEHORS, DE L’IMMANENCE ET DE LA TRANSCENDANCE ET DANSE EN ROND.


Saint Chaos, Psélion, Padam, ce qu’avaient cachés les Anciens Égyptiens : le VASE-VALLÉE-ENCLOS-JARDIN contenant naturellement le ZÉRO INDIEN ou ÉNERGIE LIBRE synonyme du Seul Réel, et techniquement, matériellement qu’avait approché Nikola Tesla: tout dans le « Gate gate pâragate pârasamgate bodhi svâhâ » du Soûtra du Diamant (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil, ainsi), et le « N’EST PAS X ».
« N’EST PAS X » : « Vous devez apprendre à réaliser le sujet et l’objet comme UNITÉ, car dans la méditation sur un objet, concret ou abstrait, vous détruisez ce sentiment d’Unité et vous créez la dualité. Ne méditez que sur le Soi (Ramana Maharhi).

CONTENANT-CONTENU, INNÉ-IGNÉ : SPHURANA :

« Le sphurana est ressenti en diverses circonstances, lors d’une grande peur, d’une excitation, etc. Bien qu’il existe de tout temps et en tout lieu, il est ressenti en un certain endroit et dans certaines conditions. On l’associe aussi à des causes antécédentes et le confond avec le corps.
Alors qu’il est seul et pur ; c’est le Soi. Si l’attention se fixe sur le sphurana et si on le ressent de façon continue et automatique, c’est la Réalisation.
Aussi le sphurana est-il un avant-goût de la Réalisation. Il est pur. Le sujet et l’objet procèdent de lui. Si l’homme se prend par erreur pour le sujet, les objets doivent nécessairement apparaître différents de lui. Ils sont alternativement retirés et projetés, créant le monde et la jouissance qu’en a le sujet [et un définition de la TYRANNIE DE L’OPINION]. Mais si l’homme parvient à se sentir lui-même comme l’écran sur lequel sont projetés le sujet et l’objet, il ne peut y avoir confusion. Il peut observer tranquillement leur apparition et leur disparition, sans que le Soi en soit troublé ». (Ramana Maharshi, entretien 62).
À l’entretien 160 : « Le sphurana exige un support pour se manifester…  Comment peut-on décrire cela par des mots ? Le sphurana inclut tout, c’est le Soi. Fixez votre attention sur lui et n’abandonnez pas l’idée de son caractère ultime ».

(La lumière du ‘Je’-‘Je’)
« Le ‘Je’ n’est pas connu dans le sommeil. Ce n’est qu’au réveil qu’il est perçu, associé avec le corps, le monde et le non-Soi en général. Ce « je associé » est appelé aham-vritti. Et lorsque l’aham ne représente que le Soi, on le nomme aham-sphurana. C’est l’état naturel des jnani [celui qui a réalisé le Soi] ; il est appelé jnana par les jnani ou bhakti [dévotion] par les bhakta. Bien que cet état soit toujours présent, même pendant le sommeil, on n’arrive pas à s’en apercevoir. Il ne peut pas être connu pendant le sommeil ; il doit être réalisé à l’état de veille. Il est notre vraie nature, sous-jacente aux trois états [le scribe de cette page souligne]. Les efforts ne peuvent être faits qu’à l’état de jâgrat (veille) et le Soi doit être réalisé ici et maintenant. Ce n’est qu’après que le chercheur comprendra et réalisera qu’il s’agit du Soi permanent, que ni le jâgrat, ni le svapna (le rêve), ni la sushupti (le sommeil) ne peuvent interrompre. Cette expérience ininterrompue est donc l’akhandâkâra-vritti. Là, le mot vritti est utilisé faute d’une meilleure expression. Il ne faut pas l’entendre dans le sens littéral de vritti [mode du mental], sinon cette vritti ressemblerait à « une rivière semblable à l’océan [lune : eau…] ». La vritti est de courte durée ; c’est la conscience qualifiée et dirigée ; ou la conscience absolue, troublée par des pensées, des sens, etc. La vritti est la fonction du mental, tandis que la conscience continue transcende le mental. C’est l’état naturel et primordial du jnani ou de l’Être libéré. C’est l’expérience ininterrompue. Elle se produit dès que la conscience relative [la raison qui calcul] s’évanouit. L’aham-vritti (la pensée ‘je’) est discontinue [l’idéation en séquences], alors que l’ahamsphurana (la lumière du ‘Je’-‘Je’) est continue, ininterrompue. Quand toutes les pensées se sont dissipées, la Lumière resplendit ».
« Si l’on demeure ainsi sans la quitter [l’ahamsphurana], même le ’Je’-‘Je’ - qui a entièrement annihilé le sens de l’individualité, la forme de l’ego, ”Je suis le corps” [l’actuel ”Votre ceci, votre cela”] - finira par se résorber de lui-même, à la façon d’une flamme qui allume le camphre. Cela seul, les grandes Âmes et les Écritures l’appellent Libération ». (Ramana Maharshi).

Notes.
1. OM : le ‘Je’ ou « nom originel » : « Tous les autres noms, tels que OM, ne viennent qu’après. La Libération consiste uniquement à rester conscient du Soi », dit le Maharshi à l’entretien 92, du 7 novembre 1935. Le ‘Je’-‘Je’ : l’océan infini. Comme pour le temps, il faut bien une personne pour « entendre » le nom originel OM. Sinon, OM n’existe pas… « Il doit y avoir quelqu’un pour entendre ces sons et voir ces visions. C’est le ‘je’ [ego]. Si vous le cherchiez en posant la question « Qui suis-je ? », le sujet et l’objet se fondraient l’un dans l’autre. À ce stade, la quête [du Saint Graal] s’achève. Jusque-là, les pensées s’élèvent, les choses apparaissent et disparaissent et vous vous demandez ce qui s’est passé et ce qui va se passé [surtout à nôtre époque de manipulations tout azimut]. Quand le sujet est connu, les objets se fondent en lui. À défaut de cette connaissance, l’homme oriente le mental vers les objets ; ces objets apparaissent et disparaissent et il ignore que sa propre nature véritable est ce qui reste inchangé, c’est-à-dire le Soi [le scribe de la page souligne]. Quand les objets disparaissent, l’homme prend peur. Autrement dit, le mental est lié aux objets [à l’extérieur], l’homme souffre quand iceux sont absents [et c’est pas bon pour le commerce ni pour le confort…..] Mais tout objet est transitoire, seul le Soi est éternel. Si le Soi éternel est connu, sujet et objet fusionnent et l’UN sans second resplendit », Ramana Maharshi, entretien 634 du 23 février 1939.

2. « Lorsqu’on utilise cette technique pour la première fois, on a l’impression d’un non-être dans l’être. Mais une fois le travail achevé, quand on a un corps au-delà du corps, on a l’impression d’un être dans le non-être [le « sentiment océanique » de Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux] ».
« Ce n’est qu’au bout de cent jours de travail concentré que la lumière est réel, qu’elle est le feu du mental. Car au bout de cent jours, la lumière jaillit spontanément : de même que le rapport entre une femme et un homme forme l’embryon, soudain, d’un point d’authentique énergie positive, surgit une perle. Il convient de l’observer, calmement, tranquillement. Le retournement de la lumière est le processus de « mise à feu ». […] La Lumière n’est ni en soi ni en dehors de soi. Les montagnes, les rivières, le soleil, la lune et toute la Terre participent aussi de cette Lumière qui ne se trouve pas seulement en soi. Toutes les opérations de l’intelligence, la connaissance et la sagesse, participent également de cette Lumière qui ne se trouve donc pas en dehors de soi. De même que la Lumière du ciel et de la terre emplit l’univers, la Lumière d’un seul Être s’étend naturellement aux cieux et embrasse la Terre. Voilà pourquoi si l’on retourne la Lumière, le monde entier se retourne également », dit si clairement Le Secret de la Fleur d’Or (trad. Thomas Cleary).
Centrum Centri, se concentrer là-dessus « pour passer la Porte [Stargate] », pour vivre le Point Focal…
Riplée (Ripley) définit la Putréfaction, la mort des corps et division de la Matière, comme la conduisant à la division, donc au démontage, soit LA CORRUPTION SUIVIT DE LA GÉNÉRATION (voir plus bas la recomposition de la Barque du Passeur (a)) : « la Putréfaction est l’effet de la chaleur des corps entretenue continuellement, et non d’une chaleur appliquée manuellement. Il faut donc se donner garde de pousser la chaleur excitante et EXTÉRIEUR au-delà d’un degré tempéré : la matière se réduirait en cendre sèche et rouge, au lieu du noir, et tout périrait », dit fort à propos Dom Antoine-Joseph Pernety à l’article Putréfaction dans son Dictionnaire Mytho-Hermétique.

a. La MAIN VIVE EST DU THÈME DU PASSEUR, DU PONTIFE, CELUI QUI FAIT PASSER LE PONT, CELUI QUI OUVRE, comme l’Égyptien ancien qui arrivé à un cours d’eau aurait besoin de le traverser, il appellerait alors un passeur et lui demanderait de lui amener la barque et de le faire traverser, comme le Pontife, comme la Main vive.
 
dmain1_tr_direct_mainvive.png
 
[En haut de page : aquarelle de Michel Roudakoff : deux vases russes en bois, orange et citron]

 
vase_amathonte_1789inversion.jpg
 
 

Dernière mise à jour : 01-02-2023 19:30

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved