Le langage qui détruit tout
 

Ecrit par Sechy, le 16-06-2019 23:18

Pages vues : 214    

Favoris : 32

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Apocalypse, Apparence, Banques, Capitalisme, Carotte, Catastrophe, Chimère, Christ, Confort, Contrat, Corps, Démocratie, Dépendance, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Étoile, Gnostiques, Gratuit, Héros, Histoire, Humain, Idolâtrie, Information, Innocence, Instant, Intérêt, Jardin, Juif, Langage, Liberté, Lucifer, Maux, Méditation, Mental, Miroir, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Oligarchie, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Pèlerin, Pierre, Plume, Porte, Ptah, Race, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Simple, Social, Soi, Sophisme, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Tore, Vérité, Vide, Vieux, Viol, washingtonisme, Yokaï

 
copyright_bleu_pasavaler.png
 
 
Le langage qui détruit tout
l’opinion qui détruit tout,
la « liberté d’expression » qui détruit tout.

« Ce sont des signes dénués de signification,
reliés à des sons qui n’en ont pas davantage qui
donnent sa forme et son sens à l’homme occidental »
(McLuhan, La Galaxie Gutenberg, cité par D.R. Olson
dans L’univers de l’écrit)(1)

LE LANGAGE ABSOLU ET LE MEILLEUR : LE SILENCE.
« Les mots sont les arrières-petit-fils de la
Source originelle. Si les mots peuvent produire
un effet, combien plus grande sera alors la
prédication par le Silence !
Jugez par vous-même ». (R. Maharshi, entr. 285)
 
 
Au 13è siècle en Occident les humanistes (plus tard la Réforme) commencent à systématiquement développer l’opinion de sens littéral, déjà une forme de digitalisation ou de « chiffrement » qui interdit de plus en plus la liberté de « lire entre les lignes ». Le Merveilleux allait reculer terriblement pour faire place à la « raison » et donc à la future industrialisation de ce monde.
 
L’humain engrenage devient un engrenage auto-régulateur ou « intelligence artificielle » : ce qui va faire passer du taylorisme à la « directive objective » (selon Peter Drucker) : les gens deviennent des « rouages pensants » (singerie du corps mystique), ce qui implique le CHIFFRE, LA QUANTITÉ OU FAMEUSE MESURE (2) permettant de VOIR LA QUANTITÉ PRODUITE. Logique, tous les êtres humains sont devenus rois ! Action, rétroaction, soit monde de l’opinion industrialisée, cybernétisée ou digitalisée. Le monde se digitalise, se virtualise.

INSTITUTION : 1190 du latin institutio : créer, établir, fonder, comme « l’institution d’un couvre-feu » ; comme l’institution familiale ; bref, la loi, la convention, le concept ou le contrat passé. Une banque est une institution qui s’appelait naguère « Marchand de confiance ». Une constitution étatique est une institution, tout comme son régime politique étatique. Une école, un collège et une université est une institution ; le « maître d’école » est un instituteur, une institution à lui tout seul : apprendre au jeune à fonctionner en rouage autonome pour aider à faire fonctionner la société industrielle, donc un lavage de cerveau pour y insérer des règles communes, de la pensée unique, du conventionnel édicté par on ne sait qui pour on ne sait quoi on ne sait quand, si ce n’est pour uniquement de la production industrielle mercantile !!!

Donc une personne va fabriquer une convention et l’imposer à beaucoup ; elle va imposer son opinion : cas de toute chefferie, monarchique ou républicaine ou tyrannique ; c’est la même chose en usines du CAC 40. Il y a donc un pouvoir qui invente UN GRÉGARISME, UN ÉGRÉGORE. Dans la soi-disant démocratie, puisque tout le monde est devenu le roi, chacun, en théorie, peut élaborer l’égrégore ou le CONTRAT, LE CONVENTIONNEL qui va s’imposer à tous. Cela suppose QUE CHACUN SOIT COMME UN DIEU, QU’IL POSSÈDE LA CONNAISSANCE DE L’UNIVERS ET DONC DE LUI-MÊME POUR CONNAÎTRE LE BESOINS DES AUTRES ET MÊME DE TOUTES LES AUTRES FORMES DE VIE, CAR NOUS SOMMES TOUS SUR LA MÊME PLANÈTE. CELA SUPPOSE QUE CHACUN ABANDONNE SON EGO OU SA POSSESSION (son intérêt personnel) et SOIT TOTALEMENT TOURNÉ VERS LES AUTRES, AU SERVICE DES AUTRES.

OR LE DOGME DU RÉGIME CAPITALO-RÉPUBLIQUE ET DE SON LIBÉRALISME FAIT QUE CHACUN DOIT RECHERCHER UNIQUEMENT SON INTÉRÊT PRIVÉ, conformément à ce dogme formidablement énoncé par Percy Barnevik, PDG d’ABB, 1995 :
« Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe de s’implanter où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales ».
Logique, puisque, encore une fois : NOUS SOMMES TOUS DEVENUS DES ROIS.
L’intérêt privé est donc le NOUVEAU ROUAGE DE L’ENSEMBLE DE LA MACHINE DU LIBÉRALISME CENSÉ AVOIR APPORTÉ LE BONHEUR OU LIBERTÉ SUR TERRE. ÉVIDEMMENT C’EST LE CONTRAIRE QUI S’EST PRODUIT ! LA MATIÈRE (qui compose le cerveau humain) SE VENGE.
Aucune communauté humain ne peut s’harmoniser sur la constitution du puzzle de 1789 et de son libéralisme composé uniquement d’ego, donc d’intérêts privés.

L’oligarchie fabricante d’âmes ne parlent plus de gouvernement mais de « gouvernance » (ça ferait moins « roi ») ; on ne parle plus de règlement mais de « régulation » (comme pour une machine, ou une tension du sang trop élevée) ; on ne parle plus de morale, ça fait trop chrétien, on parle « d’étique » (étique, de 1256, fièvre hectique, qui amaigrit ; étique avec un H comme éthique devient, du bas latin ethica, du grec êthikos, de êthos : mœurs, soit une « science » de la morale, ou un ensemble de valeurs ou de culture propre à un milieu). Toute cette langue de bois politicarde renvoie des chaînes pour enfermer les masses sous déguisement : obtenir le consentement de l’acceptation de leurs chaînes par les illusionnés eux-mêmes ; ce sera le propre des « neuro-sciences » ou de « l’ingénierie sociale » (le bon vieux béhaviorisme à la Edward Bernays, le neveu de Freud).
Piloter les comportements comme on programme des ordinateurs. Par exemple pour votre pouvoir d’achat, vous devez vous adapter aux SOLDES ET PROMOTIONS fabriqués par les grandes surfaces marchandes, les temples de la consommation, qui vous proposent, qui vous programment toute l’année tels des robots pour soi-disant vous faire faire des « bonnes affaires », donc application du principe des frères Abraham et Simon Oppenheim déjà ici si souvent cité : créer un besoin alors que vous n’en aviez pas besoin et vous ne le désiriez pas !
 
Diriger-digérer le monde PAR LES CHIFFRES, certainement le rêve des Google transhumanistes qui veulent « mettre la conscience dans une puce informatique ». Comme pour l’invention de la ligne droite, c’est la croyance en un monde organisé par les nombres, donc par le digital ; voir par exemple la dernière pub pour le iMac Pro, un « outil » à partir de 5500 euros, et complet qui dépasse les 15.000 euros ! Alors que dans des bidonvilles les gens n’ont même pas de chiottes à cinq euros pour se vider correctement le ventre…. Mais place au libéralisme et aux EYES CANDY anglo-américain, POUR ÉVIDEMMENT EN FOUTRE PLEIN LE POUR-VOIR, comme l’indique indirectement la présentation publicitaire du iMac Pro. Le chiffre, les nombres qui vont même, vous allez voir, aller prochainement jusqu’à réinventer Dieu, L’Univers, déjà que les capitalistes ont inventé la pub : « la particule de Dieu » !

Vrai que les Chinois avec le Yi King avaient déjà inventés ce monde en chiffres… Aussi rêve pythagoricien, le rêve du billet de banques… et évidemment le rêve en chiffres de tous Talmudistes et leur Gematria. Ces gens ne pensent que GÉOMÉTRIE (ou ordre opposé à un supposé « chaos », à une supposé cacophonie). Dans la dualité, l’opposition à une supposée cacophonie va succéder l’harmonie musicale, la résonance et l’acoustique vont suivre aussi ce chiffrement en vibrations imposées : nœuds, ventres, avec les cordes et leur longueur de vibrations ; l’harmonie va inventer ses « quintes montantes » et « quintes descendantes » en « mineur » comme en « majeur », selon l’observation conventionnelle de la « résonance complexe des corps sonore » ; à y ajouter l’octave, la quarte, la tierce majeur, etc…

Nombre et chiffres et lettres sont tous bidouillage du mental. Soit disant le nombre par rapport à la lettre formant un mot peut se partager, du moins SEULEMENT en comptant sur des doigts de mains et de pieds, chez les humains ça fait 20, et en comptant aussi les phalanges ça fait 28 pour les mains et 20 pour les pieds… Valable chez les humains, mais chez les autres formes de vie ??? La dualité va faire que du sujet apparaissent l’objet, ce qui fait déjà 2, le 1 additionné au 2 va former le 3. Comme déjà écrit, au-delà, ça devient problématique et la machine actuelle n’a rien résolu du tout, vu l’état cancérisé de l’ensemble de l’humanité !!!

Il est frappant qu’avec l’apparition de la comptabilité moderne, en Occident au Moyen-Âge, commence à apparaître le TABLEAU : une image dans un cadre, dans une LIMITE ; et à la Renaissance les tableaux de peintres vont exploser, de même que les fresques dans les églises et autres constructions institutionnelles. On commence à avoir « une image fidèle », invention de la perspective, image photographique, comme celle du « photographe » Vermeer, comme le « tableau » reflétant le progrès d’une entreprise liée à une banque de la City de Londres. Le « photographe » Vermeer reflète admirable le matérialisme montant, le Pour-Voir, le tout mesurer le tout analyser et le Big Brother à venir…

AINSI COMMENCE L’ÉPOQUE DU « RENDRE COMPTE », soit disant rendre « transparent » votre mercantilisme et sa comptabilité, évidemment c’est le contraire qui s’est produit depuis longtemps et surtout depuis l’informatique et Wall Street où JAMAIS la comptabilité et l’économie mondiale n’a été aussi opaque, cachée, souterraine, comme la judéo-maçonnerie spéculative à Pour-Voir… À ce hui il n’y a pas pire dérèglement que l’économie mondiale, libéralisme oblige selon le principe énoncé ci-dessus par Percy Barnevik.

COMPTABILITÉ = CROYANCE, donc prudence, comme le nom ancien des banquiers le laisse entrevoir : Marchands de confiance, on est DÉJÀ DANS LE MODE SÉCURITAIRE ET HYGIÉNIQUE… À ce hui, l’économie mondiale fait comme dans l’informatique : le speed, la « valeur instantanée », comme le Soi, comme le Ici et Maintenant…. Nous sommes dans une PRUDENCE INVERSÉE, COMME LES ACCIDENTS ENGENDRENT LES ESSENCES : renversement des rôles, un universel inversé, comme l’envers d’un cuivre repoussé. Bref, la comptabilité de l’économie mondiale a cessé depuis longtemps d’être prudente, parce qu’elle a oubliée, comme dans tout, sa Vraie Nature : la graine de cancer qu’elle contenait à l’origine finit par avoir raison d’elle : l’Empire va s’écrouler.

Vrai qu’avec l’invention du béhaviorisme va s’inventer la statistique si présente dans les médias de la capitalo-république. Ça démarre avec la folie matérialiste de l’après Encyclopédie de Diderot et 1789 : mode du social et règne de la science des systèmes, légitime seulement en mécanique mais pas chez les humains. En politique, cette mécanisation issue de l’Encyclopédie et de 1789 va donner la mécanisation des âmes et le viol des foules, l’apparition du Big Égrégore ou gros Grégarisme. Il est un fait historiquement que l’ingénierie sociale a progressé parallèlement à la mécanisation industrielle facilitée et construite par les banques. Il était logique que l’ordinateur avec la folie « fée électricité » au début du 20è siècle allait nous tomber dessus. On entrait dans un monde quantifiable et de la quantité de la production industrielle, et au diable la qualité et la Vraie Science (qui englobe le Divin et l'Art de Vivre).


Héritage de l’URSS et des Juifs bolcheviques.
Le capitalisme anglo-américain ne pouvait qu’être en couple avec le capitalisme d’État de l’URSS. Le communisme ou socialisme ne pouvait pas combattre le capitalisme, CAR IL LUI DOIT SON EXISTENCE : c’est la révolution de 1917 qui se dévore elle-même… « Rejeter le communisme [donc aussi en Chine] et garder le capitalisme, c’est rejeter le fleuve et vouloir garder sa source », écrit Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux. L’URSS FUT LE PRINCIPE MÊME DU GOUVERNEMENT PAR LES NOMBRES, tout par statistiques qui devaient réguler le productivisme jusque dans l’institution économique du GOULAG, car les opposants au régime devaient être productivistes, même pendant quelques jours, tant le régime les faisaient crever rapidement puisque ces « rouages » étaient aussitôt remplacés pour de nouveaux opposants à cette nouvelle religion de la « liberté ».

Si l’ego est encore en place dans une communauté humaine, et s’il n’existe plus de chefferie, sous prétexte d’un autonomie pour tous, il risque de se développer les « liens d’allégeance », comme d’ailleurs nous pouvons le voir dans la série post-apocalyptique Into the badlands, où ceux qui veulent survivre font allégeance à des barons qui se sont emparés du pouvoir, les survivants ont d’ailleurs chacun les uniformes d’allégeance ou d’appartenance à ces barons, car apparemment il n’existe plus d’État. Dans l’épisode 11 saison 3, il y  une vraie singerie de la Réalisation du Soi émise par un faux réalisé possédant un ego gros comme une montagne, il se prend pour un Dieu, et déclare : « La foi [croyance] c’est pour les mortels. Un Dieu ne croit qu’en lui-même », donc une singularité ACTUELLE transformée en une possible monstruosité pour les besoins de l’historicisme spectacle de la dualité enfantine bon-mauvais, un exemple flagrant du pouvoir siddhi (les pouvoirs surnaturels siddhi n’existent qu’en rapport avec le corps, car leur manifestation concerne le corps ou mental…) ; dans l’épisode 11 le type qui se prend pour un Dieu grâce au pouvoir siddhi appelé dans la série « don noir » est bien-sûr un attrape-couillons… Il y a toujours à se méfier du « sauveur » qui dit comme dans la série qu’il est là pour « nous libérer »….
ALLÉGEANCE, de l’ancien français li(e)jance, de lige : fidélité, vassalité de l’homme lige, comme SIGNER UN CONTRAT (pacte d’allégeance), mais à ne surtout pas confondre avec l’Imagination créatrice selon Ibn’Arabi et Henry Corbin avec le couple Seigneur-Vassal ou Créateur-Créature. Dans le républicanisme actuel nous sommes tous sous allégeance au régime républicain français (carte d’identité, et autre chiffrement en passant par celui de nôtre numéro de sécurité sociale, etc. Nous sommes déjà digitalisé en chiffres informatiques).

L’économie en Chine est devenue LEUR RELIGION : vous pouvez troubler l’ordre social tant que vous ne troublez pas l’Ordre économique, principe du sociétisme de l’URSS, comme au spectacle, si un artiste se casse la jambe le spectacle doit continuer, par un remplaçant, ou par une autre attraction. C’est-à-dire que l’oligarchie règne en maître sur l’économie d’un pays : en France la noblesse d’État (les « serviteurs de l’État ») s’est converti au « marché » évidemment avec les bénéfices qui vont avec : pantouflage avec passage du salaire de haut fonctionnaire au salaire nettement plus élevé d’une entreprise du CAC 40 ou de Wall Street : une perméabilité étonnante entre le pouvoir politique et le pouvoir économique… singerie du pantouflage à la soviétique…

La dialectique ou langage matérialiste parlé, puis écrit et donc forcément historique, dans le temps qui coule et l’opinion nécessairement, prétend par grégarisme, égrégore, convention, imposer à des masses, à une nation, puis finalement au monde entier, la manière de se comporter et de penser comme un seul individu : l’égrégore, le grégaire, le grumeau ou AMALGAME : un seul corps physique, un seul corps intellectuel, un seul corps spirituel, ces trois corps n’en faisant qu’un, engendré par un principe unique : la Matière (corps ou mental). Chaque individu ne serait alors qu’une cellule de ce corps, soit la singerie DU CORPS MYSTIQUE.
Il est évident qu’en triomphant, la liberté d’expression ou libre pensée signait sont arrêt de mort, car il est évidemment impossible pour n’importe quel État et son gouvernement de gouverner en reconnaissant à chacun le droit de ne pas être d’accord. LA SEULE LIBERTÉ QUI RESTE NE PEUT ALORS QU’ÊTRE LIÉE À DES CALCULS DU POUVOIR AU SOMMET : LE MARCHÉ ET LES CONTRATS ou CONSTITUTION. LÀ ENCORE : GRÉGARISME. Comme depuis l’après 1789 le pouvoir économique et le pouvoir politique sont devenus indissolubles (forme de « New public management » : gestion de l’État et de l’économie sont kif-kif : VISION DU MONDE SOUS FORME DE COUVERTURE, DE PLATITUDE, TOUT DANS LE SUPERFICIEL DU SOCIAL, JAMAIS DANS LA PROFONDEUR ET QUALITÉ). Cela va obliger les mécanismes privés à prendre en charge ce qui n’est plus pris en charge par l’État, c’est-à-dire L’INCALCULABLE (la responsabilité sociale des entreprises, lesquelles ne fonctionnent que sur le système du PROFIT, donc SUR L’ÉVOLUTIONNISME, le TOUJOURS PLUS et sur l'éternité rêvée ici-bas).

À partir du moment où l’État n’existe plus, les entreprises deviennent confrontées de chiffres et d’ingénierie sociale… Privatisation de la chose publique et publicisation de la chose privée et industrielle (voir EDF-GFD, les PTT, la Banque de France, etc).


LANGAGE PARLÉ = CONVENTION, CONTRAT, on passe convention sur le mot « feu », en France, en Chine ou ailleurs, et ainsi on CROIT savoir ce qu’est un feu, le poncif faisant que effectivement ça peut « brûler », autre mot conventionnel ; et tout est comme ça. Je prend cet exemple du « feu » chez Savinien de Cyrano de Bergerac, qui lui aussi s’interrogeait sur ce qu’était vraiment un « feu ».

NORMALEMENT CHACUN EST AUTONOME : comme l’expose le philosophe Alain Supiot sur le travail au XXIè siècle et l’organisation de la société par les nombres, il explique au chapitre 4 de sa conférence du Collège de France que si chacun devient autonome sans une loi commune, donc sans un « contrat » commun, chacun ayant encore un ego va faire en fonction de son POUVOIR SUR L’AUTRE : le plus fort au gros ego aura raison sur le plus faible, Supiot emploie le mot « liens d’allégeance ». IL IGNORE DONC L’ABSENCE D’EGO, il procède comme le juriste et psychanalyste Pierre Legendre qui écrit (Crime du caporal Lortie, page 51) « qu’aucun humain, en tant que sujet de la parole, n’a le pouvoir de se soustraire à son propre statut de l’espèce ». Donc : concept, étiquette, division, non vue de l’ensemble… Supiot semble ignorer la SINGULARITÉ et que l’Univers se situe dans le mental de chacun, ainsi ignorer la Réalisation du Soi, qui justement, seule, permet l’absence de TOUTE LOI, comme l’exprime si bien Mazu Daoyi (709-788), un des plus grand maîtres chan/zen de la dynastie des Tang (618-907) : « Toutes choses sont parfaites en soi, rien ne manque [puisque tout EST]. Utilise-les spontanément [Ici et Maintenant], à quoi bon chercher vers l’extérieur » (”pas de loi au dehors, pas de loi non plus qui puisse être obtenue au dedans de vous-même”). Pourquoi ? Parce que sinon, effectivement en fonction de la « loi intérieur de chacun » (de l’ego de chacun), on tombera immanquablement dans le système de Supiot du « lien d’allégeance » et de la chienlit évoqué plus haut dans la série télé Into the badlands où le système de l’État a disparu.

« L’autonomie » moderne : fonctionne dans la dualité dominant-dominé, le dominant étant celui qui a, ou qui fait la règle, qui établit le contrat. Là encore ne pas confondre le couple « Seigneur-Vassal » ou Créateur-Créature comme indiqué plus haut !
L’autonomie dans le tout connecté reste le degré de réactivité à des « signaux » DU GRÉGARISME : vous devez vous ajuster à iceux pour réaliser votre programme (dixit A. Supiot). Ici la liberté disparaît, votre comportement sera programmé. IL N’Y A PLUS QUE DES GENS AYANT PASSÉ CONTRAT QUI SONT MÛ PAR DES CALCULS D’UTILITÉ INDIVIDUELLE ; C’EST CE QUE J’APPELLE « GRÉGARISME » AVEC AMPLIFICATION NON SEULEMENT DE L'OPINION MAIS SURTOUT DE L’EGO (par ce calcul d’utilité ou de matérialisme égoïste, l’intérêt de l’intéressé, l’amour du sujet pour l’objet).

Démocratie, technologie du consentement : s’assurer de la bonne réalisation du programme par le salarié. Ainsi, nouvelle technique de gestion (voir les entretiens d’évaluation ou « mesure de la performance réalisée » conformément au winnerisme capitaliste ; dans « l’entretien d’évaluation » vous êtes à confesse, principe de laïcité ou tribunal de l’Inquisition modèle URSS. Mais énorme différence entre la confession chez le curé où vous devez reprendre possession de votre Vraie Nature, dans l’entreprise URSS et du CAC 40 VOUS DEVEZ VOUS SOUMETTRE À L’AUTRE, AFIN QU’IL PUISSE VOUS AMÉLIOREZ OU VOUS « REPROGRAMMER » À VOTRE PLACE PUISQUE C’EST LUI LE SPÉCIALISTE ET PAS VOUS).
Page sur Alain Supiot avec ses derniers cours au Collège de France en vidéo, sur le travail au 21è siècle.


L’entente ou convention, contrat collectif.

Le mondialisme, l’étatisme, se veulent le « réel » : l’organe appelé à « rendre compte » (mesure, CHIFFRE, résultat et Pour-Voir) qui sera suffisamment institutionnalisé, grégarisé, pourra s’estimer « autorisé » (genre « les milieux autorisés », donc les « spécialistes » et conventionnés de tous poils) à opposer une fin de non-recevoir à toute information indigeste en provenance du Seul Réel. Cette faculté humaine d’ignorer le Seul Réel est autant le privilège des partis dits d’« opposition » que de l’État et de ses partis « majoritaires », c’est aussi le problème de tous contrats ou ententes collectives, qui impliquent d’emblée un accord du mental, de l’ego, de l’opinion, sur un certain nombre d’objets (donc un accord des plus flou à cause de l’ego, à cause de l’opinion (3)).
On dit qu’il suffit de deux Anglais pour faire un match de football, et de trois pour former un Empire. Donc une société humaine peut se fabriquer à partir de deux êtres humains qui seront du même avis sur une opinion considérée comme « forte » pour ainsi fabriquer le « réel ». C’est dire la fragilité de ce réel tel qu’il est vu par un être humain, « humain » selon la dénomination d’un Pierre Legendre ou d’un Alain Supiot, tous deux ne considérant que l’ego.



CONCLUSION : « Vous devez simplement ”vous voir vous-même d’abord, et voir ENSUITE le monde comme étant le Soi”. Si vous pensez être le corps, le monde vous apparaît comme extérieur. Si vous êtes le Soi, le monde vous apparaît comme le brahman [Être absolu] » (R. Maharshi, entr. 272).

 
Notes.
1. « Mais il semble peu douteux que l’écriture et la lecture aient joué un rôle essentiel dans la genèse d’un bouleversement, par lequel nous sommes passés d’une pensée sur les choses à une pensée sur les représentations des choses, c’est-à-dire à une pensée sur la pensée. Notre conception moderne du monde et de nous-mêmes est, pourrait-on dire, un sous-produit de l’invention du monde sur le papier », dernière page de L’univers de l’écrit, de D.R. Olson ; et page 220 : « Les signes ont été considérés au Moyen-Âge comme faisant intrinsèquement partie des choses, tout comme leur nom ; au XVIIè siècle, les signes deviennent des ”modes de représentation”. Les représentations finissent par être radicalement distinguées des choses représentées. Pour représenter de manière fidèle, la langue doit être amenée le plus près possible des mots ». Alors que dire de l’informatique et de son artifice de plus en plus criant !!!
Le virtuel ou difficulté de distinction entre réel et artifice commence avec l’arrivée du langage écrit, puis imprimé ; de même que l’État commence avec le langage écrit (les lois, les institutions, le commerce).

2. MESURE : invention du temps. Ce qui sépare 2 points (définition du dictionnaire Le Robert). L’endroit des choses/intuition/induction ou leur Vraie Nature, NE PEUT PAS se mesurer avec des instruments techniques construits par d’autres humains (qui tendent toujours à ce passage de contrat entre individus…).

3. Adhérer à un parti politique c’est se fondre dans un moule, un corps mental ou égrégore différent d’autres égrégores de partis politiques dont on se fait l’ennemi. C’est donc participer à la DIVISION LA PLUS PROFONDE DE LA COMMUNAUTÉ HUMAINE, nourrir et entretenir cette division. C’est consentir à se faire programmer par les maîtres à penser du parti (Macron a pris le chemin d’un maître à penser : voir le choix de son symbole de pyramide le jour de son « coup d’État », Napoléon-Pharaon c’est Dieu sur Terre, le Patriarche ; ”On ne gagne pas un bataille sans roi ”, dit un aphorisme moyen-irlandais).
L’opinion est par principe toute conception de l’Être en soi issue de l’expérience de l’existant (dans le spatio-temporel, donc uniquement par l’extérieur, par le corps ou mental), en suivant la bonne définition de Jean Coulonval. « Dans cette vision des choses, aucune doctrine ne peut être immuable parce qu’elle a sa source dans le temps ».
L’opinion est toujours instable, jamais en sécurité, d’où l’obsession actuelle du sécuritaire, elle porte en elle l’angoisse de pouvoir être remise en question. Alors elle est toujours en position d’attaque ou de défense. Aussi l’opinion est nécessairement sectaire, intolérante, chacun voulant par son ego posséder sa petite vérité. Tout ce qui n’adhère pas collectivement sous le nom de « valeur de la république » est ennemi. Bref, l’ennemi est celui qui n’a pas signé le contrat avec cette république… Toujours ce problème criant du LANGAGE….. que bien-sûr ne résoudra pas l’informatique….. Seulement l’humain !
 
 

Dernière mise à jour : 17-06-2019 00:33

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved