Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow À nouveau : l'invisible vers le visible
À nouveau : l'invisible vers le visible Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 24-08-2010 20:29

Pages vues : 6424    

Favoris : 183

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Espace, Flux, Instant, Invisible, Temps, Visible, Yôkai

 
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
 
À nouveau : l'invisible vers le visible
Et pas l'inverse
 
Tout comme le temps, les objets existent parce que celui qui les voit en prend connaissance. Ainsi le temps n'existe pas s'il n'y a personne pour l'observer.


En effet, il faut un minimum de bon sens : en examinant la Nature, c'est-à-dire son soi (vulgaire), on s'aperçoit que le centre de ce soi ou ego s'appelle le Cœur, l'Instant, le Soi (divin). Et nous ne sommes JAMAIS éloigné du Centre ou Instant, par la force de la Nature, puisque de l'Instant source Tout, de seconde en seconde, et de tierce en tierce, etc.
 
Ramana Maharsi illustre le Soi avec l'image bien connu de la chrétienté : "Le corps est la croix. Jésus, fils de l'homme, est l'ego ou idée "Je suis le corps". Après avoir été crucifié, il est ressuscité comme le Soi glorieux - Jésus, le fils de Dieu !" Enseignement 396, du 12 avril 1937. On ne pouvait pas mieux résumer.

Dans ce même enseignement 396 est abordé la question de la réincarnation. Extrait.
"Qu'est-ce que la vie ? La vie est existence, laquelle est votre Soi. C'est la vie éternelle. Ou bien pouvez-vous imaginer un instant où vous n'êtes pas ?
Cette vie est maintenant conditionné par le corps et vous identifiez faussement votre être à celui du corps. Mais vous êtes la vie inconditionnée. Ces corps s'attachent à vous en tant que projections mentales et voilà que vous êtes affligé par l'idée "je suis le corps". Si cette idée cesse, vous êtes votre Soi.
...
La pensé "Je suis le corps" est ignorance ; la pensée que le corps n'est pas séparé du Soi est connaissance. Voilà la différence entre connaissance et ignorance".
Ainsi, à propos de l'Instant ou source perpétuelle :
"De même, les eaux de l'océan s'évaporent, forment des nuages qui sont poussées par le vent, puis se condensent encore en eau qui retombe en pluie sur les montagnes pour ensuite dévaler les pentes formant des torrents et des rivières jusqu'à ce qu'elles atteignent leur source originelle, l'océan, leur lieux de paix. Vous voyez donc que chaque fois qu'il y a une sentiment de séparation, il y a de l'agitation et du mouvement jusqu'à ce que le sens de la séparation ait disparu. Il en va de même pour vous. Maintenant que vous vous identifiez avec le corps, vous pensez que vous êtes séparé de l'Esprit, le vrai Soi. Il faut que vous regagniez votre source pour que cette fausse identité cesse et alors vous serez heureux.
L'or n'est pas un ornement, mais l'ornement n'est fait que d'or. Quelle que soient les formes des ornements et aussi différents soient-ils, il n'y a qu'une seule réalité, l'or. Il en est de même des corps et du Soi".
Nous avons le même sens avec : "Le Fleuve qui va à la Mer ne peut supprimer sa Source". (Jean Coulonval)
C'est la même chose qui est illustré par ce conte : Le Chat au Miroir, où il est question d'un "bannissement du Ciel". Comme je suis l'auteur de ce conte, et une admirateur de Jean Coulonval, je me sens proche de lui et de Ramana Maharshi.
Dans la même famille se trouve le mot TRANSMISSION, qui signifie : "abolition du sentiment d'être un disciple. Le maître s'en occupe. Cela ne signifie pas que l'homme se métamorphose en un autre".

Ramana Mahashi s'attaque au philosophisme et à son dogme étouffe humains.
"Les philosophies des différentes écoles - un labyrinthe compliqué - sont censées clarifier les choses et révéler la Vérité, mais en fait elles créent la confusion là où la confusion n'a pas besoin d'exister. Ce n'est que le Soi qui permet de comprendre toutes choses. Le Soi est évident. Pourquoi ne pas toujours demeurer dans le Soi ? Quel besoin y a-t-il d'expliquer le non-Soi ?
...
A quoi bon tout cela ? Pourquoi nommer, classifier, énumérer les fonctions, etc. ? N'est-il pas suffisant de savoir qu'un seul prâna (énergie vitale) fait tout le travail ?"
...
Maharshi accuse la philosophie de tout compliquer.
"Un homme sous l'eau ne peut parler sinon sa bouche se remplirait d'eau. N'est-ce pas tout simple ? Mais le philosophe ne se contente pas d'un fait aussi simple. Il explique que le feu est la divinité qui préside au langage, qu'il est antinomique avec l'eau et qu'en conséquence le langage ne peut pas fonctionner. Cela est appelé philosophie , et les gens se démènent pour l'étudier. N'est-ce pas une pure perte de temps ."
(Enseignement 392, 6 avril 1937)

"La force de l'habitude nous pousse à croire qu'il est difficile de cesser de penser. Quand cette erreur est découverte, personne ne serait assez stupide pour s'efforcer à penser inutilement".

Le Silence est le langage le plus élevé et le plus efficace... Le Silence parle sans cesse ; il est un flot incessant de langage ; il est interrompu par la parole. Les mots [maux] entravent ce langage muet. Imaginez l'électricité dans un fil. Grâce à une résistance sur le courant, l'électricité alimente une lampe ou fait tourner un ventilateur. Mais dans le fil, l'électricité reste sous forme d'énergie. Il en va de même pour le silence, c'est l'éternel flot de langage, obstrué par les mots [maux]. (Enseignement 246). Oui, car le Silence sort du dogme-prison de l'opinion.

M. R.
 
 

Dernière mise à jour : 24-08-2010 20:39

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2022 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >