Un très joli jeune Homme
 

Ecrit par Sechy, le 29-08-2021 23:03

Pages vues : 192    

Favoris : 43

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Aiguille, Argent, Comète, Croyance, Feu, Guerre, Images, Nostalgie, Peur, Pointe, Raison, République, Silence, Spirale, Vie

 
keanu1_330.jpg
 
 
Un très joli jeune Homme
« Ce n’est qu’à nous qu’il apparaît comme
un être vivant. Il n’existe en lui aucun
concept susceptible de générer du karma »
(Yoga Vasistha III,2). La conscience est
reflétée dans la Conscience ; et le reflet
s’arroge une indépendance. Cette existence
supposée n’est pas réelle ; et ce saint connait
cette vérité. De même que la liquidité est
naturellement présente dans l’eau, ce saint
vit dans l’Esprit suprême.
 
Sa manifestation n’a pas été déterminée par
une cause, et il s’est donc créé lui-même.
L’insensé qui se prend pour ce corps fait
de terre [boue adamiste] se trouve empêtré dans
la matière, et tu peux le terrasser [au sens
de ”Tu peux organiser la matière et foutre le
chaos partout”
].
Puisque ce saint n’a pas d’idée pareille, il
se tient hors de ta porté et t’échappe.

Ce saint homme n’est jamais née. Il est pure
Conscience qui n’a subi aucune modification.
Dans l’Etre infini, à l’aube d’une ère nouvelle,
s’élève une vibration due à l’ignorance latente
[plein pot sur nostre époque d’après 1789] ; et
icelle se manifeste  sous forme d’êtres divers
comme dans un rêve cosmique. Mais, dégagé de
tout cela, saint demeure pure Conscience ».
(Yoga Vasistha)

Ce « joli jeune homme » est Ptah, Osiris ou encore
son avatar Adam ; Il se situe aussi dans le
Thème du Christ. Et ce « saint demeure pure
Conscience »
n’est certainement pas un
spiké aux injections-injonctions ARNm
MAGNÉTISÉES lesquels AUGMENTENT le corps et
la matière du chaos qui va avec bien dans la
prison du productivisme et de la quantité
inhérente au régime $ et républicain.

APPARAÎTRE, OU NE PAS APPARAÎTRE ?

Page dédiée à Keanu Reeves.
(Attention : page très dense)


RAPPEL : Le causisme genre « B(i)og Bang » est-il égale au PREMIER AMOUR ? Car l’Amour véritable devrait être SANS SECOND : « Le Vrai cesse d’être vrai dès qu’il est vu ».
Le causisme genre Big ou plutôt Bog (bug et Great Reset) Bang et la création (adamisme) d’un besoin dont le principe est appliqué à la terre ou à la lettre (hébraïque) par des frères Oppenheim de toute cette planète repose effectivement sur le principe premier du judaïsme mâtinée d’un certain paganisme frelaté : créer un désir, un besoin. Car, contraint de reconnaître la réalité du Soi, notamment par le fameux « Je suis ce JE SUIS » ou réalisation du Soi, mais ne voulant pas non plus abandonner le SÉCURITAIRE de l’existence en une croyance de vie autonome et dans le sentimentalisme des choses finies - les religions abrahamistes ont inventées à partir du Soi une OPINION ABSOLUTISTE, TYRANNIQUE, MONDIALISTE, AU SENS ACTUEL DE LA TYRANNIE DE L’OPINION ET DE SA « LIBERTÉ D’EXPRESSION » EN UN MONOTHÉISME MONDIALE TOTALEMENT STÉRILE QUI PEUT AUSSI S’APPELER « RÉPUBLIQUE » ET « DÉMOCRATIE ». Ce qui en premier lieu faussa dans sa base la notion de Divin, de sacré, et lui a conféré un caractère arbitraire, duel, de bien et de mal, qui infecte tout leur système religieux : qui ensuite a renversé pour des millénaires la fameuse « raison » et l’a transformée en pensée vagabonde dans une idéation toujours plus évolutionniste aboutissant fatalement au concept de multinationales du capitalisme et du transhumanisme et de la chimie aux ARN messagers, qui ne sont tous ni plus ni moins QUE LA NOSTALGIE DU PARADIS (sens de LEVER LE VOILE QUI MASQUE LE SEUL RÉEL).

Quelle monstruosité ce mental d’avoir PENSÉ une création ! Une pure imbécilité, une maladie mentale surement. Car comme l’indique le Maharshi à propos du mental : « En cherchant si le mental existe ou non, on s’aperçoit qu’il n’existe pas. C’est là le contrôle du mental. Autrement, si on admet l’existence du mental et qu’on cherche à le contrôler, cela équivaut à obliger le mental à se contrôler lui-même, à l’instar d’un voleur se transformant en policier pour procéder à sa propre arrestation. De cette manière, le mental continue à subsister, mais échappe à lui-même », explique Ramana Maharshi à l’entretien 43 du 28-3-1935.
De la même manière, même entretien : « Chacun connaît le Soi [ou l’Instant], et pourtant ne le connaît pas. Étrange paradoxe ».
Et à l’entretien 615 du 24-1-1939 : « Un voisin avait anticipé la visite d’un voleur dans sa maison. Il avait pris des précautions pour l’attraper en plaçant des policiers en civil pour surveiller les deux bouts de la rue, l’entrée et la sortie de sa maison. Lorsque le voleur s’était présenté comme prévu, les hommes de guet s’était précipités sur lui pour l’attraper. Le voleur, jugeant d’un coup d’oeil la situation, s’était mis à crier : « Au voleur ! Attrapez-le, attrapez-le ! Il court par là ! là ! » Et ce faisant, il était parvenu à s’enfuir.
Il en est ainsi avec l’ego. Partez à sa recherche et vous ne le trouverez pas. C’est la meilleure façon de s’en débarrasser ». (Entretien 615).

Le fait d’opinioner une création ou un Big Bang, une « création de l’univers » ne peut qu’être une PREUVE DE MENSONGE, DE FAUSSETÉ, COMME SI LE TYPE ET SA CRÉATION SE TROUVAIT EN DEHORS DE SON UNIVERS.
Ces créationnistes sont des fabricants de causes comme leurs usines fabriquent des automobiles et des armes, donc comme s’ils se plaçaient EN DEHORS de l’univers car création signifie quelque chose EN DEHORS DE SOI. Ainsi le création est un ACTE DE MAGIE, UN APPEL À UN ACTE DE POUVOIR SIDDHI (1) OU PIRE, DE MAGIE NOIRE.
La création implique la dualité sujet et objet ; elle implique un DEHORS sous forme d’une puissance surnaturelle qui serait désireuse de FAIRE quelque chose ! Bidouillage du mental entre Être et non-Être totalement anti-confort (anti-conformisme ou anti-conventionnel… ) et timide questionnement sur l’utilitarisme du FAIRE/FER qui ne peut que rouiller, car naissance puis mort, comme la mode !


Il est de plus en plus clair que ce monde est divisé en deux :
- Le monde Occidental Luciférien et judaïque abrahamiste à visé évolutionniste avec une naissance… et nécessairement une fin. Monde Luciférien des « ismes » : leur oligarchie de cancéreux du Pour-Voir concluent à partir du sensible (matière visible) de ce qui doit être l’éternel immuable (le fixe). Il y a inversion du rôle. C’est la pièce coulée (l’ego de l’humain) qui décide de ce que doit avoir la forme du moule où il a été coulé/formé ; c’est la Matière ou l’ego, le corps, qui donne un sens au Soi. C’est une métaphysique en creux, renversée. Le chirurgien devant un organe s’exclamant qu’il ne voit pas d’Âme dans cet organe est un matérialiste, un simple mécanicien dans le sens de l’utilitarisme qui fait actuellement fureur (par la technologie sans limite). Monde du « isme », monde de l’étiquette sociale : ouvrier, policier, ministre, juge, boulanger, pianiste, etc., dans la logique du « votre député, votre santé, votre voyante, votre boulanger, maintenant ”votre injection”, etc. », et en contradiction du Great Reset et son « Vous ne posséderez rien et vous serez heureux ».
- Le monde oriental sans visé parce que naturel, sans naissance, sans fin, que Nous appelons ici peut-être naïvement « FIXATION CAVALANTE », car PÉRIODES INFINIES DE CRÉATIONS ET DE DISSOLUTIONS, processus de sans commencement et de sans fin absolu, où chaque commencement n’est qu’un commencement relatif, et qui, suppose toujours l’existence d’une certaine graine, d’un certain vide qui ne peut pas être un néant puisque TOUT EST DANS TOUT, FRACTAL (“Le Fleuve qui va à la Mer ne peut supprimer sa Source”, écrit Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux).

L’univers, c’est comme la respiration chez un mammifère, dont l’humain doté de poumons : inspire, expire ; et involution-évolution (”Dieu brasse dans les deux sens d’évolution et d’involution”, écrit Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux, lettre n°22).
Mais encore : « Râma répondit : “Nous ne sommes tous que des aspects de Shiva, adorant Sa forme visible et nous souvenant de Lui quand il est invisible”. », cité par le Maharshi à l’entretien 218 du 30-6-1936.
Tout étant dans Tout, il y a la variation d’un univers qui, n’ayant ni commencement ni fin, ne peut pas par conséquence avoir une dissolution puis une reconstitution à la façon de Shiva ayant fonction de dissolution et de destruction ; MAIS CES DEUX VARIATIONS DE CONCEPTS D’UNIVERS SONT UN MÊME THÈME (symbolise la destruction du mental par le feu de l’illumination [karpûra-ârati dont la CENDRE symbolise Shiva l’Être absolu]). Ne pas oublier non plus la pensée chinoise, car elle s’inscrit à l’opposé absolu aussi bien du créationnisme de l’abrahamisme que du modèle hindou en ceci, que la logique du concept de « cosmos auto-régulée » (ce qui est en DEHORS du Saint Chaos) refuse absolument toute cause première genre Big Bang, et par conséquent tout « créateur » et toute « création », mais ne peut que proposer le concept de la LIBERTÉ INCONCEVABLE OU LE « GATE GATE PÂRAGATE PÂRASAMGATE BODHI SVÂH » (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil, ainsi), du Soûtra de la Connaissance transcendante, inhérent au monde himalayen et sino-japonais et au monde du chan-zen et du bouddhisme tibétain (dont s’inscrit Nagajurna, moine indien, IIè-IIIè siècle de nostre ère).

Le créationnisme est évoqué, tout du moins en forme de paradoxe sous le Thème moderne de « liberté d’expression » et donc de création possible : « D’après l’expérience faite quand vous dormiez, vous n’étiez pas le corps. Pourquoi ne seriez-vous pas la même maintenant – c’est-à-dire sans le corps. Même sans corps, vous étiez heureuse pendant le sommeil. Vous êtes aussi la même maintenant. Seul ce qui a un caractère durable constitue la nature réelle. Dans le sommeil, il n’y avait pas de corps, il y avait seulement l’expérience de bonheur [ni plaisir ni son contraire la douleur]. Elle subsiste toujours. Le Soi est sans corps. Si vous êtes donc sans forme, comment Shiva peut-il avoir une forme ? Si vous avez un corps, Shiva a un corps également. Si vous n’en avez pas, Il n’en a pas non plus ». (Ramana Maharshi, entretien 304 du 26-12-1936).

Voir aussi la page précédente et son introduction critiquant les « créationnistes » qui dirigent ce monde du commerce :
Lila (7) Les chercheurs ou les exposés
arguments destinés aux sots qui cherchent
la genèse des choses et des faits.
Les mêmes qui disent : « Je suis le corps,
ceci est le monde » et ainsi de suite,
CE SONT EUX QUI LE DISENT, ET QUI EN FONT
LEUR CONCEPTION.

Création en contradiction avec PRÉ (matière) : l’exemple du tour de Jean Coulonval. Principe ou essence : conjonction de deux mouvements.
La pièce à usiner (circulaire). La translation ou déplacement de l’outil sur la pièce. Cette possibilité/conjonction, existe de toute éternité dans les essences de la Création, avant même qu’aucun humain ait eu l’idée dans le Temps et l’Espace de construire un tour (état latent).
Les variantes du tour (perceuses, fraiseuses etc...) ne sont que les accidents. S’il n’y a pas Respect de l’ordre des choses, c’est la cassure de quelque chose, ou blessure.

Cet actuel monde Luciférien de l’utilitarisme fait donc dans le déploiement ou évolutionnisme : L’ÉCHANGISME FAÇON COMMERCE AVEC SON « Au commencement il n’y avait rien », puis « VINT LA RELATION » (dualité), qui annonçait le TROC ou échangisme jusqu’à l’actuel Wall Street ! Comment un Dieu pouvait avoir le pouvoir absolu de toute relation genre cause et effet ou sujet et objet ? aussi pour ce Dieu il entré Lui aussi dans la relation face à un objet : Sa création, OU S’ENFANTER LUI-MÊME, comme le Dieu égyptien PTAH mais qui en est protégé puisqu’IL EST EMMAILLOTÉ COMME POUR SE PROTÉGER DE TOUT CAUSISME.
Existe-t-il alors un Dieu sans désir ? car L’humain fabrique un Dieu et ce Dieu fabrique l’humain (en réf. de l’entretien 264 du Maharshi).

SHIVA étant tantôt le destructeur ou L’EAU DE VIE, LE VAUTOUR, LA CHUTE et la passivité agissante, comme Isis double de Nephtys, Shiva ne peut fonctionner qu’avec l’autre aspect : L’EAU DE MORT-COLLE (recoller par exemple les morceaux du corps d’Osiris…), Eau de mort-colle, le corbeau, le noir de la passivité négative (corrompre pour donner vie) et le NOIR de la PUTRÉFACTION. Isis et Nephtys les deux pleureuses, tout étant une question d’EAUX PRIMORDIALES, OÙ IL N’Y A « RIEN DU TOUT OU TOUT DANS LE RIEN ». Car, existe-t-il un univers sans désir ? Donc SANS LOI DE SUCCION ?
Et DÉSIRER suppose une perte ou chute !
Et DÉSIRER suppose un BESOIN !
Et DÉSIRER contient : SIDÉRER, SIDÉROS, SIDÉRURGIE (découverte du feu vulgaire qui produira de la flèche en passant par l’épée jusqu’au moderne obus) et CHIRURGIE ; SIDÉRAL, SIDÉRIS (étoile constellation) et on fait un vœux ou un DÉSIR en voyant passer une COMÈTE (2), ou « on tire des plans sur la comète ». On peut être SÉDUIT, SIDÉRÉ, CON-SIDÉRÉ, CON-SIDÉRABLE, INCON-SIDÉRÉ, etc.

DANS LA VIE VULGAIRE ALTERNENT L’INVOLUTION-APOCALYPSE ET L’ÉVOLUTION-ANTI-CHAOS : LES DÉMOLISSEURS QUOTIDIENS COMME CEUX DE LEURS ARNm.


PTAH le né de Lui-même en rapport avec un extrait d’un texte de François Chenet, dans : Psychologie et cosmogonie selon le Yoga Vasistha, Collège de France, volume 1, fascicule 67.
« … mais déploiement de l’Être cosmique en Lui-même, différenciation par incandescence croissante à l'intérieur de l’Être cosmique originel se repliant d'abord sur lui-même concentrant son énergie pour porter graduellement a l’état luminescent et amener à l'existence les possibilités éternellement latentes qui existaient en lui, les potentialités préexistantes comme dira Schelling : le premier Principe, dirigeant son esprit sur lui-même et « méditant en lui-même (ou sur son âtman, ou Soi et soi) » (comme Ie note le verbe parfois usité abhidhyiâ], était censé se muer en une énergie principiante appelée à rayonner en monde, selon le schéma d'une auto-contemplation créatrice aboutissant à une résolution opérant sa promotion dans la lumière de la manifestation. Tant il est vrai que, si l'originaire est nécessairement l'Inconditionné, ce qui ne renvoie plus qu’à soi, à l’abime inexhaustible de son énergie manifestatrice, alors la circularité [circulus] de la causa sui est bien ce cercle de l'Origine qui se précède Elle-même. En contexte brahmanique, cette spontanéité auto-affirmative de la causalité de soi par Soi est  précisément personnifiée par Ie premier Principe « Né de soi-même » (svayambhû), c'est-a-dire autogène [Ptah] - scandale logique que celui du premier Principe ingenitum genitum, c'est-a-dire a la fois père et fils de lui-même [rejoint le désir de ou de ne pas…] ; cercle qui est le cercle de l’Être en tant qu’Esper se, celui-là même de l’Être divin originel (âdi purusa) qui, selon un schéma d’évolution interne et circulaire, « naquit à l’être, se transforma lui-même, (et/ou) se fit lui-même un Soi » [Tattirrîya Upanishad II,7], et qui vint à se manifester, dès lors que le dynamisme interne de sa relation à soi se traduisit dans le dynamisme extrinsèque de sa causalité émettrice » ou créatrice.
Reste que ces divers mythes cosmogoniques, pour suggestifs qu’ils fussent, ne parvenaient pas à répondre aux interrogations abyssales suivantes, qui, si elles ouvrent sur l'insondable, nous semblent néanmoins fondamentales à tous égards :

Étant donné que l'originaire est source, si l’Être cosmique primordial est gros de possibles qui attestent la puissance de l'insondable Réel auquel ils sont immanents, l'ultime possible de l’Être, n'est-ce pas alors l'apparaître ? Dès lors, la relation de l'Absolu avec quelque chose d'autre que soi apparaît-elle comme constitutive de l'essence même de l'Absolu ? En d'autres termes, nonobstant le fait que le premier Principe ou Dieu jouit d’une plénitude éternellement satisfaite (nitya-trptatva) telle que se trouve exclu tout « motif » de création (puisque rien ne lui manque qu’il ait à désirer ou à chercher hors de Lui-même). L’aséité de l’Absolu privé de relation est-elle ou non exclusive de toute vocation à entrer en relation avec une altérité ? D’où vient donc que l’Absolu ait dû exprimer son essence ? [Essence chère à Coulonval]. Comment se peut-il, pour reprendre une sentence aussi admirable qu’énigmatique attribuée à Pythagore, que « le commencement soit la moitié du Tout » ? Enfin se pourrait-il que l’Absolu, simultanément et sans fin, se crée Lui-même ? [là encore, les bandelettes de Ptah et la couleur bleu [du futur] du bonnet de Ptah].

Toujours est-il que, s’agissant de la première question, les mythes se contentaient d’invoquer pour ressort, sinon pour motif, de la création les affres que connut l’Unique retourné sur Lui-même en son esseulement initial, l’Unique « s’ennuyant » et « n’étant pas heureux » [là on est dans le concept du mental et à l’état de veille même si le Maitry Upanishad II,6 écrit qu’Il n’aima pas rester seul et médita en Lui-même…..], du fait qu’esseulé en Sa muette solitude d’inconnaissance [?], Il était privé de moyens d’exprimer Son essence [et d’entrer ainsi dans une dualité…] ».
LE VIDE AURAIT-IL PEUR DU VIDE ? QU’IL LUI FASSE FAIRE « LE PLEIN » ???
OU : FAUT-IL LE CROIRE POUR LE VOIR, OU LE VOIR POUR LE CROIRE ??


Précision sur le Soi ou âtman : c’est la dimension de l’intériorité et seule non-dualité sans le concept de Dedans-Dehors, sur laquelle s’adossent et se manifestent les destinées individuelles : le Soi ou Seul Réel est LA SIGNATURE, selon le sens de Jacob Boehme, dont le sens du SEIGNEUR chez Ibn’Arabi s’en approche ; le Soi est donc ce qui EST, la signature ou intimité même de tout ce qui EST, le Soi ou « soi-même » (signature) de toute chose ; Il ne peut pas être confondu avec l’ego qui correspond au mental et aussi à une forme de signature dans le sens vulgaire d’une naissance et d’une mort, c’est-à-dire au corps consommateur et aux cinq sens (s’il est confondu avec le corps ou le mental, c’est le drame, le chaos humain, les guerres, maladies, le commerce, les souffrances, etc.)

EST ou INNÉ-IGNÉ : un arbre est d’une certaine façon TOUS LES ARBRES, à tous les âges, mais il conserve sa Signature comme un caillou est d’une certaine façon TOUS LES CAILLOUX tout en conservant sa SIGNATURE.
Les problèmes évoqués sur cette page concernent DIRECTEMENT LE PROBLÈME DE L’ÉVOLUTIONNISME ET DU RÉGIME ÉTATIQUE QUI CONDUIT L’HUMANITÉ DANS LE MUR (3) !

ÊTRE À LA FOIRE ET AU MOULIN EN MÊME TEMPS rejoint le problème : DÉSIR, CAUSALITÉ, VIDE ET PAS VI(D)E. Soit ÊTRE EN ALEPH ou en EAUX PRIMORDIALES : être à la fois à la foire et dans toutes les foires et au même INSTANT dans tous les moulins quels qu’ils soient, passé et futur. Le Centre est nulle part et la Circonférence est partout. Ézéchiel parlait de quatre animaux : Chacun d'eux avait quatre faces, et chacun avait quatre ailes. (Ézéchiel 1,6). C’est-à-dire qu’ON NE PASSE PAS PAR LE LANGAGE QUI NÉCESSAIREMENT FABRIQUE LE TEMPS, et donc le passé et le conventionnel partagé par un minimum de deux humains qui sont d’accord sur la même opinion (et à partir de là ils forment une ”société”) !
ÊTRE À LA FOIRE ET AU MOULIN EN MÊME TEMPS = ÊTRE EN ALEPH : le Centre est nulle part où se confond, SANS SE CONFONDRE, tous les noms-les-formes et les NON noms-les-formes de l’univers et en conscience sous tous les angles possibles et impossibles. C’est aussi une définition cité plus haut du EST. Une ÉTOILE, SIDÉROS cité plus haut (2), s’en approche de façon éclatante….
Il n’est pas étonnant que le Maharshi dans ses derniers Instants terrestres ait pu dire : « Ils disent que je vais mourir. Mais je ne pars pas. Où pourrais-je aller ? Je suis là » (2), IL EST EN ALEPH. Ce qui rejoint d’une certaine façon le côté utilitarisme et de pouvoir siddhi (1) des OVNIS (voir le vidéo de 5mn de Jean-Pierre Petit qui évidemment prêche pour sa paroisse rationnelle : son « model cosmologique » (Janus) de masse négative, pourquoi pas l’involution mentionné plus haut, mais il est encore prisonnier du concept de temps qui coule… dans un seul sens….).

Être et non-Être ou causalité sans causalité dans le Mathnawî : « Puisque toutes les formes sont esclaves de l’Informel [sans cause ou le Centre nulle part] : que signifie donc leur négation de Celui qui leur a donné l’existence [par son Désir] ? L’incroyance du sceptique est en réalité manifestée pare Lui ; en vérité, de sa part cet acte n’est tien d’autre qu’un reflet.
Sache que la forme des murs et du toit de chaque édifice est un reflet de la pensée de l’architecte (2 et Ugo Morichini), même si là où siège sa pensée il n’y a point de pierres, de bois, de briques visibles. Assurément, l’Agent absolu est sans forme : la forme est comme un outil dans sa main. Parfois, l’Informel montre par grâce Son Visage aux formes, hors du voile de la non-existence, afin que chaque forme puisse être ainsi emplie de quelque perfection, beauté ou pouvoir.
Lorsque, de nouveau, l’Informel a caché Son Visage, elles viennent mendier dans le domaine des couleurs et des parfums. Si une forme recherche la perfection en provenance d’une autre forme, c’est là le summum de l’erreur [comme le transhumanisme cherchant à « augmenter » la forme…].
Pourquoi donc, ô homme vil, soumets-tu ton besoin à une autre créature qui elle aussi est démunie ? Étant donné que toutes les formes sont esclaves de Dieu [causalité abrahamiste], ne dis pas, et ne pense pas, que la forme est applicable à Dieu : ne Le recherche pas par le tashbîth (en Le comparant à Ses créatures). Cherche-Le dans l’humilité et l’anéantissement de toi-même [sens de Putréfaction ou Renoncement, à l’ego], car la pensée ne produit rien d’autre que des formes [et des noms]. Et si tu ne tires de réconfort que dans la forme, sache que la forme qui naît en toi sans que tu y sois pour rien est la meilleure [cas de la SPONTANÉITÉ].
Si par exemple, c’est la forme d’une ville où tu vas : tu es attiré là par un sentiment sans forme de plaisir. Par conséquent, tu vas en réalité là où il n’y a pas de lieu [voir l’entretien 78 du 29-9-1935 du Maharshi à propre de voyage et d’illusoire déplacement d’un point à un autre], car le plaisir est quelque chose qui est autre que le lieu et le temps [là encore, voir (2) à Ugo Morichini, la Comète Ramana Maharshi].
[…]
Ayant tout perdu, ils ont tout gagné : en se réduisant à rien, ils se sont hâtés vers le Tout [rien dans le Tout et tout dans le Rien] ». (Mathnawî, Livre sixième 3737-52 et 3758).

IL NE PEUT PAS Y AVOIR CRÉATION ET UTILITARISME DE CRÉATIONNISME… SEULS LES SOTS OU LES CROYANTS, LES UNIFORMES OU CONVENTIONNELS PEUVENT S’Y LAISSER PRENDRE PAR LOI DE SUCCION….


Notes.
1. Concernant les facultés surnaturelles, en Inde elles se nomment pouvoirs Siddhis, et elles sont « huit siddhis » attribués au Seigneur Shiva que l’ascète est censé pouvoir acquérir par ses austérités :
- Anima : se rapetisser soi-même ou toute autre chose, jusqu’à la taille d’un atome.
- Makima : pouvoir augmenter indéfiniment son volume corporel.
- Ilakima : pouvoir se rendre léger ou pouvoir alléger n’importe quoi, donc vaincre la gravité ou poids.
- Karima : pouvoir augmenter le poids de son corps et sa solidité.
- Piratti (en sanskrit prapti) : le pouvoir d’obtenir tout ce que l’on désire.
- Pirakamiyam : pouvoir vaincre les obstacles naturels et aller n’importe où.
- Icattuvam (en sanskrit ishatva) ou icitai : domination suprême sur la nature animée ou inanimée.
- Vacittuvam (en sanskrit vashitva) ou vicitai : le pouvoir d’enchanter, de changer le cours de la nature ou de prendre n’importe quelle forme (fait très « Merlin l’enchanteur » ou sorcière de contes de fées… fait très SPECTACLE…).
En fait, les pouvoirs siddhis même s’ils font très Hollywood et Superman, ou eyes candy, ils sont comparable à la gourde qui flotte sur l’océan : le mental du jnani égaré peut être assimilé à une gourde qui, plutôt que de s’enfoncer, de se MÉLANGER dans l’Océan du Soi ou EAU PRIMORDIALE, flotte à la surface des illusions renforcées par ces pouvoirs, continuellement ballotés de-ci de-là au gré des mouvements du mental et donc des OPINIONS. Mouvements du mental : cosmopolitisme ou nomadisme du monde-hôtel commercial à la Jacques Attali… Mouvements du mental   mirage du monde et du créationnisme productivisme en usines du virtuel informe-atique à illusions.

RAPPEL : « Pour manifester des siddhi, il faut qu’il y ait d’autres personnes pour les reconnaître (sens de la dualité : pour et voir, ou sujet et objet, Dedans et Dehors). Ce qui veut dire que celui qui manifeste de tels pouvoirs est dénué de jnana [Connaissance, sagesse].
C’est pourquoi les siddhi ne valent pas la moindre pensée. Seul le jnana mérite d’être recherché et obtenu ». (Ramana Maharshi, entretien 57a du 24-6-1935). Ah, c’est RADICAL, et le RADICALISÉ ne plait pas au Pour-Voir, ni aux faux radicalisés ou fanatiques du pouvoir…..

2. Comète : « Quand la fin [de Ramana Maharshi] approcha toute l’assemblée se mit à chanter l’Akshara-mana-mâlai avec le refrain « Arunâchala Shiva, Arunâchala Shiva »… Les yeux de Bhagavan s’ouvrirent un peu ; sur ses lèvres apparut un léger sourire ; le long d’une joue coulèrent quelques larmes de félicité ; et à 8h 47, une expiration… et aucune inspiration. Pas de lutte, pas de spasme, aucun signe qu’il mourait. À ce moment même, une comète d’une lumière éclatante traversa lentement le ciel, se dirigea vers Arunâchala et disparut derrière le sommet.
La forme visible de Bhagavân s’était absorbée dans la Réalité suprême d’Arunâchala.
La comète a été vue dans toute l’Inde du Sud. Des fidèles à Madras se doutèrent alors de ce qui s’était passé et se précipitèrent à Tiruvannâmalai ; Henri Cartier-Bresson, qui avait pris les fameuses photos des derniers jours du Maharshi, accourut pour vérifier si l’heure de la comète coïncidait bien avec le mahanirvana de Shrî Rāmana.
« Ils disent que je vais mourir. Mais je ne pars pas. Où pourrais-je aller ? Je suis là ». (Présentation de L’enseignement de Ramana Maharshi). Cette phrase des derniers moments terrestres du Maharshi [sage] est copiée - inconsciemment ou non - dans la dernière séquence sinon un des derniers plans du film de Spilberg : E.T.

COMÈTE, CONSTELLATION, INNÉ-IGNÉ = MÊME THÈME comme devait l’avoir compris Ugo Morichini pour qui la SPIRALE était TOUT, comme les deux serpents du Caducée, comme Involution et Évolution. Dans toutes les cultures la Spirale est constante. Dans une importante Divinité vaudou symbole de sans commencement ni fin, au Dahomey sous forme d’un Ouroboros se mordant la queue, qui assimile aussi l’ARC-EN-CIEL, est considéré comme un être double bisexué ET JUMEAU DE LUI-MÊME : LES DEUX EN UN, enroulé en spirale. Spirale et Involution-Évolution = LA ROUE OU TORE ET SYMBOLE COSMIQUE (aussi gravé par les Celtes les Dolmens et monuments mégalithique). Involution-Évolution aussi évoqué par l’emmaillottement de PTAH.
Pour Ugo Morichini, voir les pages Outrage au Seul Ré-EL, et Non État, Non débat-opinion, Non lieu. (Il y a d’ailleurs à propos de « Comète » de fortes probabilités qu’il se trouve de réels « Stargate » ou « Porte » pour franchir naturellement diverses « dimensions », notamment en forêt accompagnée de masses rocheuses ou pierreuses, comme par exemple dans la Plaine de la Limagne dans le massif rocheux du « Massif central »).

 
anu_trous_bulles.jpg



RAPPEL : Il devient clair, que la f(r)iction covid-19 EST UNE ARME BIOLOGIQUE ARTIFICIELLE DESTINÉE À MANIPULER LES TERRIENS (par des injections-injonctions expériementales), c’est aussi simple que cela puisque la liberté de pensée est morte en devenant « libre » en Occident à partir de la Renaissance avec notamment l’invention de l’imprimerie, ainsi il devient IMPOSSIBLE à un gouvernement étatique de gouverner en reconnaissant à chacun le droit de ne pas être d’accord. Lire et relire cette phrase située plus haut : « car le plaisir est quelque chose qui est autre que le lieu et le temps », totalement dans le Thème Bug Bang ou Great Reset et « Comète » de Ugo Morichini et Ramana Maharshi : NOUS SOMMES EN PLEINE PÉRIODE DE MAGIE NOIRE : LA FRICTION COVID-19 EST DE LA MAGIE NOIRE….
Dans les périodes prochaines il y aura des MILLIONS DE MORTS, victime de cette arme de MAGIE NOIRE à ARN messagers : « Si c’est la forme d’un ami que tu veux aller voir : tu y vas par désir de jouir de sa compagnie. Donc, en réalité, TU TE RENDS VERS CE QUI EST SANS FORME, bien que tu sois inconscient que c’est là l’objet de ton voyage ». (Mathnawî, Livre sixième 3753-54). LA MAGIE NOIRE comme le sens de NOIR l’indique, c’est jouer avec l’invisible (1) sans connaître l’Informel (décrit dans le Mathnawî cité). L’arme à ARNm est identique à la THAUMATURGIE INVERSÉE la plus folle technologiquement et mentalement parlant pour faire des MIRACLES : en 2021 ce ne peuvent qu’être des drames sans fin et avec faim totale !!! « Or vous sçavez, Messieurs, que de tous les animaux il n’y a que l’homme seul dont l’âme soit assez noire pour s’adonner à la Magie, et par conséquent celuy-cy est homme ». (L’autre Monde. Le Soleil : Le Parlement des oyseaux, de Savinien de Cyrano de Bergerac). A l’origine, À PARTIR du langage écrit la magie y sera liée : noms-les-formes, ou nommer l’objet par le verbe, l’orale, le fait, créait cet objet en le nommant, puis l’animait en lui donnant le mouvement (voir le Golem…). Voir aussi cette pure forme de MAGIE NOIRE : LE « LEAY VACCINE » : le virus avec ça se transforme, SE DEFEND, et devient plus dangereux de variation en variation et infecte les non-injectés beaucoup plus facilement. Plus les malheureux humains se feront spiker et plus ils deront diminués ; les injections-injonctions ARNm armes biologiques seront de plus en plus virulentes et effectives sur un temps long.
Les Terriens sont donc soumis par une oligarchie financière et républicaine de ce monde Occidental Luciférien et judaïque abrahamiste à visé évolutionniste avec une naissance CONDUISANT À UNE LUTTE À MORT : les ARNl NE SONT PAS DES VACCINS MAIS DE LA PURE MAGIE NOIRE AUGMENTÉE DE TECHNOLOGIE POUR ÉVOLUTIONNER OU AUGMENTER LE PROFIT ÉGOÏSTE NÉCESSAIREMENT FINANCIER D’UN PETIT GROUPE ATTEINT DU CANCER DU POUR-VOIR, ET CELA NE PEUT PASSER QUE PAR LE CRIME, comme l’économie de la drogue, de la chimie et des armes de ces mêmes cancéreux.


3. Le Great Reset et son covidisme politique à ARN messager ou Surfeu du Régime ACCÉLÈRE L’ÉVOLUTIONNISME :
« Avez vous réfléchi aux conséquences fatales qui résulteront d’un progrès illimité ? […] Aux désirs satisfaits succèdent d’autres désirs inassouvis. Nous y insistons, l’homme veut aller vite, toujours plus vite, et cette agitation rend insuffisantes les possibilités dont il dispose. Emporté par ses passions, ses convoitises et ses phobies, l’horizon de ses espoirs recule indéfiniment. C’est la course éperdue vers l’abîme, l’usure constante, l’activité impatiente, forcenée, appliquée sans trêve ni repos ». (Fulcanelli, Les Demeures philosophales).

[En haut de page : Keanu Reeves jeune, avec une coiffure très manga…]

 
fullmetalalchi_eric.jpg
 
 

Dernière mise à jour : 30-08-2021 00:37

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved