Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow La divinité juive et l’Origine
La divinité juive et l’Origine Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 01-06-2010 16:30

Pages vues : 7180    

Favoris : 457

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Dieu, Eau, Mort, Origine, Philosophie, Religions, Tao, Vie


accident400.jpg
 
La divinité juive et l’Origine
Ou, Jehovah, l’Origine, le Soi
 
 
Il s’agit aussi de « Je suis celui qui suis », ou le Centrum Centri, ou la Voie (Tao). Cela correspond à : « Le fleuve ne peut pas se couper de sa source, sinon il n’y a plus d’eau ».

Pour Celui qu’on appelle aussi l’Éternel, il y a tellement de noms possibles, qu’aucun ne semble convenir ! D’où noms de Dieu et noms ou signification du TAO : MÊME COMBAT, sinon, le fait de nommer Dieu, ou Tao, c’est déjà MENTIR, ou les faire pénétrer dans le monde des ACCIDENTS (le notre, celui où l’aspect des choses varie selon le point de vue de la personne). Un minimum de bon sens et de simplicité fait comprendre cela.
 
Jehovah, la divinité juive, selon le Glossaire de Théosophie de H. P. Blavatsky, semble composé de deux mots : Jah (y, i, j, Yod) et hovah (Hâva ou Eve).
Le mot Jehovah, ou Jah-Eve, peut posséder le sens de : origine de l’être ou premier être (un mâle-femelle). Je pense que la description de H. P. Blavatsky est exacte. On tourne autour des Eaux primordiales de l’Égypte ancienne, du RÊVE.

Rappel autour du mot RÊVE.
(Les mots entre-crochets sont en Français du Moyen-Âge)
[Eve] : eau, proche d’Isis, la source de toute fécondité.
[Endeviner] : devin.
En langue de l’Égypte ancienne :
Le Hiéroglyphe R (air, errer) indique : ce qu’il faut faire, la voie à suivre (suivre la musique, le rythme).
Rswt (Resout) : Rêve.
Rsw (avec un accent sur le ) : se réjouir.
Rs : être éveillé, vigilant.
Rsw : vent du Sud.
En Sumérien :
Rà : aller, venir, guider, conduire.
Ra : déluge, inondation.

A l’origine les sexes n’étaient donc pas différenciés. Cela a commencé lorsque on appelé Jehovah : le Seigneur (à la fois sens phallique, et sens agressif : saigneur (celui qui saigne les porcs, d’où aussi l’apparition du POUVOIR destructeur). « Alors les mâles-femelles commencèrent à s’appeler eux-mêmes par le nom de Jahovah, car ils étaient séparés en deux sexes... »

L’eau semble la source, ce qui est logique ! comme l’indique le sens du mot ORIGINE.

ORIGINE.
[ORINE / ORINAL] [RAIS] (Les mots entre-crochets sont en Français du Moyen-Âge)
Dans ORigine il y a OR, le ROI des Métaux !
OR : [ORIS] [ORIEN] : Soleil levant. [ORIN] *Temps : Instant.
[ORINE] : Origine à ne pas confondre avec [ORINE] / URINE, l’eau des reins.
Il y a deux origines :
- L’une, manifestation (le Premier), Dieu.
- L’autre, non-manifestation. (Voir Feu de Nature, plus loin).
EAU : À l’Origine Tout était EAU. *Nuit* *Feu*
Chercher une trame, un squelette, une construction, l’élémentaire, le germe. Prendre du recul (Dessin/Peinture), mais aussi pour éviter PAN et sa panique.
LA PREMIÈRE FOIS. Retrouver l’Origine (ce qui n’a pas encore été établi arbitrairement) pour mieux visualiser, pour conserver la fraîcheur de la Source. C’est aussi la pose de la Première Pierre.
Le plus terrible c’est de commencer : le vide effrayant de la PAGE BLANCHE.
Ne retenir que LA PREMIÈRE CHOSE QUI VIENT À L’ESPRIT.
[INITION] commencement, source. De ce qu’on a sous les pieds, et ce qu’on a au-dessus de la tête. (Début de la dualité).
ORIGINE : de l’un il y a division en deux qui sont les contraires (le chaud et le froid, le feu et l’eau, le mâle et la femelle).
Par exemple l’enfer est un mal pour les Anges, car ce n’est pas leur pays d’origine ; et l’enfer sera un bien pour les démons puisque c’est leur pays. Les Semblables par les Semblables. (D’après Jacob Boehme : de la Signature des Choses, De signatura rerum).

L’Origine c’est là où il n’y avait pas de temps profane, mais un TEMPS SACRÉ. L’Origine s’apparente à la Pureté, à la Perfection ; il n’y avait pas encore de corruption (désir, etc...)
D’après ORPHÉE : “ Un est le Tout ”. Et comment aboutirai-je à faire que l’Univers soit un et chaque chose en même temps séparée ?
Embrasse toute chose dans le Cercle de l’Éther indicible, qu’au milieu de ce Cercle, Tout soit placé, le Ciel, la Terre sans bornes, la Mer.
Et toutes les Constellations qui font au Ciel une couronne.
« Quand tu auras étendu sur tous les êtres un lien puissant, un lien qui a suspendu à l’Éther une chaîne d’Or ».
L’Origine est l’opposé de l’Aboutissement, entre les deux c’est l’INSTANT.
Pour FIXER son FEU intérieur ou Base, comme Parménide (philosophe Grec considéré comme le père de l’ontologie), il est bon d’admettre la permanence de la substance primordiale. Tout se réduit à une essence unique, éternelle, immobile. (UN est le TOUT).
Mais TOUT en perpétuel changement, (FIXE en perpétuel changement). Le TOUT, qui est infini, ne peut être immobile qu’a un INSTANT donné.
Chercher la Source pour nourrir l’avenir ; le fil rouge viendra ensuite. Comme la circulation de la sève de la racine à la feuille, et retour de la sève élaborée par le LIBER.
Recherche de l’innocence : O : eau sans forme RIGINE/PRINCE/PRINCIPE (tirer de soi-même un principe estimé
certain “ le PREMIER ”, la partie contient l’ensemble, ainsi on peut le cultiver) /PREMIER/ RACINE/DÉPART/ÎLE/Le BLANC.
Les graines des végétaux se développent dans la Terre qui les nourrit.
Racine des mots : difficile à trouver, comme les racines qui courent dans la Terre ; c’est plein de surprises !

LE FEU DE NATURE OU RACINE
Il se compose de :
- Racines/branches : monde cosmique visible.
- Racines/terrestres : monde invisible, l’Esprit.
Le *Point*, le “ fond ” du Cosmos qui engendre le Tout, se situe donc dans : mais ce n’est pas un centre, il équivaut au “ RIEN ” de “ il n’y a point ”
Toutes choses a bien pour Origine l’Esprit.
Le Dragon ou *Serpent* de la Lumière Astrale/Principe Premier, le Tout. *Éther*
(D’après la Doctrine Secrète. Vol 1, page 52. H. P. Blavatsky)
 
 
Au-delà de ce que l’on appelle chez Carl Gustav Jung l’inconscient collectif : Source de l’Esprit (selon l’enseignement Bouddhique et Taoïste) ou Chambre de l’Origine : Esprit Originel - vivre au milieu du monde sans être affecté par ses tourments/accidents.
Notion de distance : “ prenez ce que vous avez sous la main ” (ou ce qui est le plus proche). Car on va chercher bien loin ce que l’on a effectivement sous la main, ou sous les yeux ou très proche de soi !
Dans ce cas le Temps étant aussi Espace, le “ ce qu’il y a de plus proche ” a un Temps à peine visible, d’où ce qui est proche de l’Origine n’a presque pas de temps/vieillissement.
Un exemple d’Origine banale concernant le commencement de fumer du tabac : ORIGINE/VIERGE. Mais si l’on associe l’idée avec la réaction physique comme un “ plaisir ”, le pli est pris dans l’attraction avec le tabac : *Mémoire* du tabac + plaisante situation donnera RE - FLEXE/FLÉCHIR ou nouveau FLUX/COURANT (Teinture).

[Extrait d’un projet de Glossaire, par M.R.]


A propos de DIEU

Selon Ramana Maharshi, dans l’Enseignement 112, du 17 décembre 1935, Dieu signifie samashti (en sanskrit : Tout, totalité, collectif, entier), c’est-à-dire tout ce qui existe plus l’Être - de la même manière que ‘je’ désigne l’individu plus l’Être, et que le monde comprend la multiplicité plus l’Être. Dan chacun des cas, l’Être est réel. Le Tout, la multiplicité et l’individu sont tous irréels. De même, l’union du réel et de l’irréel, leur mélange ou fausse identification, constitue une erreur. Cela revient à dire : sad-asad-vilakshana, transcender le réel et l’irréel (le sat et l’asat).

La Réalité est ce qui transcende tous les concepts, y compris le concept de Dieu. Dans la mesure où le nom de Dieu est employé, il ne peut pas correspondre à la Vérité.
Le terme hébreu Jehovah (Je suis) exprime Dieu correctement. L’Être absolu est au-delà de toute expression.
Le mot Dieu ne peut ni n’a besoin d’être remplacé.

Je renvoie à l’Enseignement 106, du 29 novembre 1935 sur : Qu’est-ce que le Soi ?
Réponse de Maharshi : Le Soi est connu de chacun [Note : Comme le fleuve qui ne peut supprimer sa source], mais pas clairement. Vous existez toujours. [Note : ça correspond à l’exemple de Jean Coulonval : Le MOT est comme le NID, le sens est l’OISEAU]. Le fait d’être est le Soi. « Je suis » est le nom de Dieu. De toutes les définitions de Dieu, nulle n’est mieux exprimée que celle de la Bible (Exode, 3) : « Je suis ce que je suis ». Il y a d’autres déclarations.... mais aucune n’est aussi directe que le nom de Jehovah : Je suis. L’Être absolu est ce qui est [Note : comme le Tao, la Voie]. C’est le Soi. C’est Dieu. En connaissant le Soi, on connaît Dieu. En fait, Dieu n’est rien d’autre que le Soi. [Note : là encore nous avons la référence à la maxime grecque : Connais-toi toi-même et tu connaîtras l’univers]

Donc l’appellation de « peuple élu » à propos de ceux qui pratique la foi de Moïse est une insanité satanique, ni plus, ni moins. Le pouvoir, toujours lui, débouche sur un pouvoir satanique : « droit divin », permettant le n'importe quoi ; le divin se transformant si facilement en horreurs. On voit ce qui se passe actuellement avec l’envahissement de la Palestine et les massacres qui en découlent, avec le drame des navires ravitailleurs de la fin mai 2010 suite au blocage de Gaza par l’actuel gouvernement de l’État d’Israël (État d’Israël dont il faudrait peut-être se poser la question de sa légitimité)

Pour terminer momentanément, un point intéressant dans l’Enseignement 107, du 29 novembre 1935 : comment élever le niveau spirituel des gens ?
Réponse de Maharshi : Les instructions spirituelles diffèrent selon le tempérament des individus et leur maturité spirituelles. il n’est pas possible d’instruire en masse. [Note : j’ajoute que cela dépend aussi du bagage culturel, héréditaire, et d’une foule d’autres choses qui font que l’on adhère à tel ou tel courant de pensée].

Ainsi on voit que si les Américains, les Juifs, ou un quelconque Maitreya fabriqué de toutes pièces, se pointent pour instituer une nouvelle religion mondiale, il y aura de quoi prendre les « jambes à son cou ».

Ramana Maharshi comprend la Voie (Tao) dans le sens d’une réalisation, donc d’un flux. Je pense qu’il est juste dans son approche, surtout pour expliquer le pourquoi Dieu nous laisse patauger dans notre merde.
Réponse de Maharshi : La souffrance [Note : monde des accidents] est la voie de la Réalisation de Dieu [Note : tout de même... comme s’il avait raté sa Création !]
Question : Ne pourrait-Il pas ordonner différemment ?
Réponse : C’est la Voie.
Question : Pourquoi doit-il y avoir souffrance ?
Réponse : Qui souffre ? Qu’est-ce que la souffrance ?

Bien-sûr celui qui posa la question n’eut pas de réponse, mais fut très ému de son entretient avec Ramana Maharshi.

M. R.
 
 

Dernière mise à jour : 01-06-2010 18:05

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >