Accueil arrow Dessins Animés arrow Japanimation arrow Gravitation
Gravitation Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 24-05-2008 00:34

Pages vues : 12569    

Favoris : 236

Publié dans : Présentation Dessins Animés, Japanimation

Tags : Dessin animé, Gravitation, Japanimation, Yaoi


Gravitation
de Murakami Maki
村上真紀
 
 
Trognon cette japanimation de 13 épisodes des histoires du groupe Rock « Bad-Luck ». Car il s’agit de l’amour platonique (sauf les baisers) entre un bel écrivain de 22 ans : Eiri Uesugu, dit Yuki avec le petit Shuichi Shindou âgé de 19 ans, parolier et chanteur de Rock. C’est une adaptation du manga de Murakami Maki.
On range Gravitation dans la boîte : Yaoi, amour entre beaux garçons pour le plaisir des jeunes filles, mais ça doit aussi plaire à des garçons. Il n’y a rien de choquant dans Gravitation car tout reste platonique, c’est le héros Shuichi Shindou qui le dit lui même à son ami guitariste Hiroshi Nakano : pas de coucheries ! Je parle ici de l’anime, il en est peut-être autrement dans le manga que je connais peu.
Le monde actuel étant plus tourné vers les amours hétérosexuels, en fonction de leur éducation et de leur opinion certaines personnes peuvent considérer l’amour entre deux hommes ou deux femmes comme anormal !... Surtout il n’y a pas a juger, c’est juste une question d’amour, comme le dit le titre du joli film avec Cyrille Thouvenin, et c’est à respecter bien-sûr.

 
Tout semble opposer l’écrivain déjà célèbre à 22 ans et Shuichi, assez infantile et narcissique. Yuki a l’air prétentieux de son talent d’écrivain, il fume, il se sait tout de même un peu pervers et est arrogant du haut de sa beauté piège à filles ; alors que Shuichi est naïf, exubérant et extraverti. Les deux sont des artistes à leurs façons. Yuki, avec parfois sa chemise ouverte sur son torse « musclé sec », laisse deviner sa perversité ou ses intentions peu claires, alors que Shuichi avec son sac à dos d’écolier et le nounours du générique début laisse éclater la fraîcheur naïve de celui qui peut être croqué à tous moments ! Et pour un bout de semblant de bonheur, il va se faire croquer par Yuki... Faut d'ailleurs qu’il insiste lourdement auprès de Yuki, alors il a ce qu’il voulait dès leur première rencontre la nuit dans le parc.
 
 
Mais le mot artiste prête à grande confusion, car dans le monde du show business (industrie du divertissement) il est question de 99 % d’argent pour 1 % de talent ! Et surtout, il est question de « compétition » entre les chanteurs et musiciens, mot horrible et incompatible avec le mot artiste. Je me crispe à chaque fois que j’entends ce mot de compétition au Festival de Cannes, lequel doit plutôt être une foire aux films et aux sexes, comme le laisse entendre Jean-Pierre Mocky ... La palme d’Or du Festival est l’estampille pour faire entrer plus de sous dans le coffre du producteur. Même si le cinéma est une industrie à plus de 90 %, ce n’est pas une raison cette course à la compétition et à la rentabilité, deux mots cauchemardesques qui gangrènent notre civilisation toute entière.
Monde du divertissement où il faut être « dans le temps » ou être à la mode, sous peine d’être jeté comme une vieille chaussette.
 
 
  yuki.jpg
 
Ce qui reflète bien notre époque en longue maladie, c’est l’entrée du sport dans la boîte show business. Avec des sommes folles dans le jeu du football par exemple, c’était logique puisque c’est devenu une industrie...

Mais je suis frappé par le charme de Gravitation, il y a de la naïveté tout de même dans ce monde de brute du show business, de la fraîcheur, de la caricature aussi. La musique a son caractère et peut paraître un peu lancinante par sa ritournelle charmeuse. L’introduction visuelle de l'épisode un est captivante, car on y voit en prise de vues réelles un peu truquées, un Shuichi réel avec de ravissantes socquettes blanches courant à travers une foule. Avec le style de dessin un peu pointu, l’animation est par moments limites, mais ça peut passer ; sauf quand la mise en scène ne nous épargne pas des marches malhabiles de sorties de champs. Certains décors font bâclés ou comme inachevés.
La rencontre la nuit dans un parc entre Shuichi et Yuki ne manque pas d’originalité : un coup de vent sur le texte de sa chanson que tient dans sa main Shuichi, le papier vole au loin et c’est Yuki qui le reçoit : les paroles s’envolent malgré les écrits !...
Mais ce n’est pas la vraie rencontre entre Shuichi et Yuki. Je n’en dis pas plus pour ne pas gâcher !
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 [ Cliquez sur les vignettes, puis pour afficher l’image suivante : cliquez sur suivant ou précédent ou sur la partie droite ou gauche de l’image ]
 
grav1.jpg
grav10.jpg
grav11.jpg
grav12.jpg
grav13.jpg
grav14.jpg
grav15.jpg
grav16.jpg
grav17.jpg
grav18.jpg
grav19.jpg
grav2.jpg
grav20.jpg
grav3.jpg
grav4.jpg
grav5.jpg
grav6.jpg
grav7.jpg
grav8.jpg
grav9.jpg
 
 

Dernière mise à jour : 12-01-2009 22:17

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2014 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >