Accueil arrow Dessins Animés arrow Alexeieff arrow Alexandre Alexeieff
Alexandre Alexeieff Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 20-07-2008 22:04

Pages vues : 13937    

Favoris : 139

Publié dans : Présentation Dessins Animés, Alexeieff

Tags : Animation, Alexandre Alexeieff, Alexandre Alexeïeff, Dessin animé, écran, Film d'animation, Russie

 
 
Ci-dessus un court extrait de : La Nuit sur le Mont Chauve, de Alexandre Alexeïeff et Claire Parker (1933)
 
http://www.russie.net/cinema/alexeieff.htm
http://www.imdb.com/name/nm0018944/
http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne_gen_cpersonne=13313.html

J'avais eu l'occasion de rencontrer personnellement le cinéaste d’animation Alexandre Alexeïeff, et sa compagne l’Américaine Claire Parker, vers 1966, dans leur atelier parisien proche de Montparnasse dans une petite impasse avec un peu de verdure. Leur accueil était très chaleureux.
Voici ce que dit Alexeïeff de sa découverte du cinéma, après avoir vu : Le ballet mécanique, de Fernand Léger, et l’Idée, de Berthold Bartosch :

" Je voulus créer des illustrations en mouvement pour la musique, et je les imaginai essentiellement différentes des dessins linéaires qui caractérisent les dessins animés. Je voulais absolument réussir à animer les formes indistinctes, dans l’esprit de mes gravures ".

" C'est en novembre ou au début de décembre 1931 que "l'Idée" de Berthold Bartosch était montré au Studio Raspail. En ce temps-là, Claire Parker et moi méditions sur la manière de construire un écran d'épingles pour faire des films qui mériteraient le titre d'animation de gravure. Je fus donc doublement frappé par le titre entrevu dans "La semaine à Paris" : "Gravures animées de Berthold Bartosch". (Entretien extrait de "Image et Son la revue du cinéma", janvier 1969, à propos d'un hommage à B. Bartosch)
Ainsi c'est Berthold Bartosch qui à servi de catalyseur aux créations futures d'Alexeieff.

alexeif1.jpg

Alexandre Alexeïeff et Claire Parker devant l'écran d'épingles

En bas de page on peut voir des captures d’écran du film La Nuit sur le Mont Chauve, réalisé en 1933, avec sa technique de l’écran d’épingles, qui avait été construit en 1931. Ce film de huit minutes a exigé dix-huit mois de travail. Cette technique tout à fait nouvelle à l’époque, démontrait l’effet esthétique qu'elle pouvait produire sur le public. C’est ce qui lui valut d’être applaudi à sa sortie et cité par la suite pendant des décennies dans tous les livres d’histoire du cinéma et du dessin animé.

Voici ce que dit d’Alexeïeff Gianni Rondolino, dans le catalogue de l’exposition qui lui est consacré en 1975 à Annecy :

Une Nuit sur le Mont Chauve exprime une conception révolutionnaire du cinéma : non plus un simple moyen de reproduire les phénomènes réels, mais un outil expressif propre à faire vivre concrètement, visiblement, « réellement » les rêves et les angoisses de l’auteur, ses réminiscences d’un monde perdu et les phantasmes d’une imagination délirante. Soit précisément l’idée qu’avaient du cinéma les surréalistes et les nombreux découvreurs qui, de Man Ray (Retour à la Raison, 1923) à Jean Cocteau (Le sang d’un poète, 1931), avaient constellé le cinéma français des années 20 d’œuvres curieuses, courageuses, provocantes qui, toutes, tendaient à donner à l’art nouveau la dimension onirique. Car quant à l’onirisme (et au freudisme), le film d’Alexeïeff en déborde. Chaque image, chaque séquence renvoie au rêve et au mécanisme des rêves, comme si l’œuvre exigeait une lecture psychanalytique et conduisait uniquement à la compréhension intérieure de l’auteur et de son univers.

alexeif2.jpg

Gros plan sur l'écran d'épingles

Alexeïeff et Claire Parker ont aussi réalisé (source partielle : Le dessin animé après Walt Disney, Robert Benayoun, J.-J. Pauvert Éditeur, 1961) :

- En passant (1943) Sur You Tube
- Fumées (1951), tournage en Technicolor pour la firme bruxelloise Van der Elst.
- Masques (1952)
- Nocturne, Pure beauté (tournage en Technicolor), Rimes (1954)
- Le buisson ardent, Sève de la Terre (1955), pour Esso.
- Bain d’X (1956)
- Quatre temps, Cent pour cent (1957)
- Cocinor, Constance, Anonyme (1958)
- L’Eau (1964), pour Evian.

De 1936 à 1939, Alexeïeff réalise une vingtaine de films publicitaires, les uns en France, les autres en Allemagne, et tous selon la technique de l’animation image par image d’objets.
Pendant la seconde guerre mondiale, Alexeïeff et Claire Parker, mariés en 1941, émigrèrent aux États-Unis. C’est à cette période qu’ils construisent un deuxième écran d’épingles, plus grand et plus perfectionné que le premier et comprenant 1 140 000 épingles !

alexeif3.jpg

En Passant (1943)

Alexeïeff a été un illustrateur, et il a acquit sa formation d’artiste à Saint-Pétersbourg, là où un professeur de dessin demandait à ses élèves de dessiner « de mémoire et d’imagination » et d’illustrer des textes. Ce qui est parfaitement original, car à cette époque et encore à la mienne (1965), les professeurs de dessins demandaient de dessiner d’après nature ou d’après un plâtre. Personnellement je préfère dessiner d’après nature.
Alexeïeff à illustré Le docteur Jivago, de Boris Pasternak, (Éditions Gallimard, 1959) de plus de 200 illustrations crées sur l’écran d’épingles.
Alexeïeff a laissé une emprunte dans l’art de notre époque, par sa poésie et sa peinture critique de la réalité et de ses problèmes. Robert Benayoun, cité plus haut, a qualifié Alexeïeff de « l’Einstein de l’animation ».

Michel Roudakoff

Une nuit sur le mont Chauve
alex1.jpg
alex10.jpg
alex2.jpg
alex3.jpg
alex4.jpg
alex5.jpg
alex6.jpg
alex7.jpg
alex8.jpg
alex9.jpg
 
 
Le Nez 
nez1.jpg
nez10.jpg
nez11.jpg
nez12.jpg
nez13.jpg
nez14.jpg
nez2.jpg
nez3.jpg
nez4.jpg
nez5.jpg
nez6.jpg
nez7.jpg
nez8.jpg
nez9.jpg
 
 

Dernière mise à jour : 02-08-2008 00:27

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2022 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved