Accueil arrow Spécial Russie arrow Russie arrow Raspoutine et la fin du monde... Russe
Raspoutine et la fin du monde... Russe Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 05-05-2011 23:28

Pages vues : 12609    

Favoris : 462

Publié dans : Nouvelles Spéciales, Russie

Tags : Amour, Anarchie, Argent, Banques, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Église, Esprit, Europe, Inquisition, Justice, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Monarchie, Mondialisme, Nature, Nucléaire, Opinion, Politique, Pouvoir, Prisons, Pyramides, Religions, République, Révolution, Russie, Sagesse, Satan, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Temps, Terreur

 
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
 
 
Raspoutine et la fin du monde... Russe

mais aussi prochainement de la civilisation actuelle
 
 
On ne sortira pas de la décadence actuelle sans tirer un trait sur notre actuelle civilisation. L’Œuvre alchimique démarre par la destruction de la Matière pour en construire une autre, étape qui passe par la putréfaction. Notre civilisation suivra le même chemin et comme tout est cyclique, c’est ce qui est arrivé à l’Empire russe qui s’est effondré pendant pratiquement 75 ans (1916-1991) ; mais dans le cas de notre civilisation, c’est une autre affaire ! Mais pour renaître elle ne peut que passer par une phase de destruction, ainsi est la régulation de Nature.
 
La civilisation Égyptienne a tenue presque 4000 ans, sa raison de vivre basée sur l’éternité ne sera qu’en partie réussit. Quant à l’Empire romain effondré à l’avènement du christianisme, il est en train de renaître sous la forme de ce qu’on appelle maintenant : « Nouvel Ordre Mondial », mais il va bientôt s’effondrer à peine né, en entrainant l’orgueil américain et le monde anglo-saxon. Car plus la technologie sera élevé et plus elle est soumise à une fragilité, la technologie actuelle fonctionnant À L’ENVERS ou contre-nature et pollue la Terre pour des milliers d’années si ce n’est des millions.

Le « sauveur », ou l’extraterrestre, qui proposera le « Demain on rase gratis » et la sécurité à la mode pour soi-disant fondre tout ça en Paix, ne sera qu’un LEURRE. La Paix ne peut provenir que d’un ENSEMBLE.

Raspoutine à sa manière a fait œuvre de PUTRÉFACTION, il en est mort trop tôt et avec lui il entraîna l’effondrement de l’Empire Russe, rien que ça. Peut-être que sans Raspoutine la Russie du Tsar eut put tenir des décennies en plus.


La mort de Raspoutine, bien plus mystérieuse que celle de Ben Laden !

Si nous avons des preuves de la mort de Raspoutine, pour le plus récent, nous n’avons aucune preuve de la mort d’Adolph Hitler en son temps, aucune preuve de la mort de Ben Laden quoiqu’en puisse brailler le pouvoir américain, et même si ce pouvoir avance des « preuves », C’EST TROP TARD, nous sommes entré dans le MONDE DU FAUX et des escroqueries en tous genres (surtout avec la technologie actuel).

D’ailleurs le faux qui est le propre de ma politique depuis des millénaires maintenant était déjà à l’œuvre même pour l’assassinat de Raspoutine : celui-ci ne mangeait jamais de sucrerie, or son assassin ‘en bande organisée’ comme on dit, raconta qu’il lui avait donné des gâteaux bourrés de cyanure ; c’était faux, seules quelques boissons alcoolisées contenaient du cyanure cependant en trop faible dose pour tuer un type aussi hors du commun que Raspoutine.

En 1916 le gouvernement russe était totalement corrompu et Raspoutine y était pour beaucoup beaucoup. Cela ne l’a pas empêcher de faire la prédiction suivante :
J’ai peur pour le peuple et pour la famille impériale. Parce que, quand on m’assassinera, cela ira mal aussi pour le peuple. Et le tsar ne sera plus là. Effectivement il s’ensuivra 75 ans de communisme à la soviétique.

En 1916 en Europe la première guerre mondiale fonctionnait à plein et Raspoutine et la tsarine furent les seuls a réclamer que la Russie cesse cette guerre. Si la famille Romanov, la cour, la bourgeoisie russe, le bloc progressiste de la Douma avaient comprit qu’il fallait conclure à la Paix à tout prix, la monarchie aurait durée nettement plus longtemps. D’un autre côté, les services secret britanniques qui s’étaient déjà intéressé à H. P. Blavatsky quelques décennies plus tôt s’intéressent à Raspoutine. C’est ce projet d’accord de paix entre Russie et Allemagne qui inquiétait les Anglo-Saxons, et Raspoutine risquait gros pour sa vie.

La Troïka tsariste de 1916 : la tsarine Alexandra Fiodorovna, sa dame d’escorte Anna Vyroubova, et Grigori Efimovitch Raspoutine ; qui furent aidés par le nouveau ministre de l’intérieur. Tous les membres du gouvernement étaient des marionnettes dont les fils étaient tirés par Raspoutine et l’impératrice, qui « était resté allemande sur le trône russe et étrangère au pays et au peuple » exprime un membre de la Douma (V. M. Pourichkevitch). Toute malveillance, pensée de travers envers « Notre Ami » (Raspoutine) étaient punies. A ce moment le tsar fut obligé de choisir entre son trône ou sa femme... Il choisit sa femme et attendit sa fin prochaine...
Fin 1916 ce n’était pas les obus allemands, mais l’existence d’une seul homme qui menaçait de détruire l’un des plus grand empire de cette planète. La cour, l’opposition, tous lutaient désespérément contre Raspoutine. Raspoutine prépara obscurément la révolution de 1917. Le ministre de l’intérieur Vassili Maklakov déclara que la révolution russe serait de bas étage : née des couches les plus basses et les plus ignorantes (la masse), et qui ne peut être que primitive, convulsive et chaotique ; ce que confirme Ferdynand Ossendowski dans : Bêtes, Hommes et dieux.
Le tsar baisse beaucoup dans l’opinion du peuple, il est représenté par des milliers de graffitis, en époux pitoyable, trompé par sa femme et par un moujik lubrique.


Le mort vivant.

Pour sauver la Russie quand il fut décider par quelques personnes de tuer Raspoutine, le prince Félix Youssoupoff décide de jouer au malade (douleurs dans la poitrine) afin de se faire introduire chez le « grand guérisseur Raspoutine », lequel surnommait Félix : « le petit ». Ensuite il fallut réunir les assassins. Félix avait pour ami intime (amant) le grand duc Dimitri Pavlovitch, et la décision de l’assassinat vient s’en doute de Dimitri, qui détestait Raspoutine. De plus à cause de la politique il était difficile à Félix de participer directement à l’assassinat, et Félix n’aurait pas fait de mal à une mouche, en revanche de par ses ancêtres tatares il devait s’y entendre en matière de traquenards.


Raspoutine bi-sexuel


Dans son appartement Raspoutine fait des passes magnétiques au-dessus de Félix : « Puis il fit légèrement glisser sa main sur ma poitrine, mon cou, ma tête.... Le pouvoir hypnotique de Raspoutine était sans limite ». En résumé il se passe un amour entre Félix et Raspoutine, celui-ci en ayant une passion charnelle qui lui a obscurcit l’esprit le conduisant ainsi à la mort. Le sadisme de Raspoutine de fait aucun doute écrit un protagoniste de l’époque, et il ne connaissait pas les « perversités charnelles » de Félix car bien des rumeurs avaient largement circulé dans la société, jusqu’à son mariage.
Donc il fallait comprendre la « guérison » de Félix à la façon des Khlysty : exorcisme du démon de la fornication. On se pose bien des questions sur cette première relation et au cours des séances suivantes, mais le résultat est bien là, ce n’est pas Raspoutine qui hypnose Félix, c’est le contraire, puisqu’il lui accorda une entière confiance qui le conduira à la mort.

Depuis plusieurs années déjà Raspoutine était surveillé par la police, aussi bien pour le protéger que pour l’espionner ;  mais en 1916 les agents qui se trouvaient sur le palier de l’appartement de Raspoutine, et ceux de la rue, quittaient leur poste à minuit. Ainsi Félix apprit-il qu’on pouvait emmener Raspoutine à minuit passé, sans craindre une filature. De la est serait née l’idée de tuer Raspoutine pendant la nuit du 16 au 17 décembre 1916 (calendrier Grégorien, le calendrier Julien étant en usage en Russie jusqu’en 1918 mais reste en usage dans l’Église orthodoxe).
Si Félix se paye des « séances » chez Raspoutine, il lui parle aussi de sa femme Irina, et bien-sûr elle devrait aller chez Raspoutine pour se faire « soigner » (comprendre exorciser le démon de la fornication).

C’est le palais du prince Youssoupoff qui servira de décor au meurtre. Devant le palais se trouvait un poste de police, alors difficile de tirer un coup de feu sur Raspoutine. Donc restait la méthode silencieuse : l’empoisonnement.
On se procure du cyanure. Il suffisait de le réduire en poudre et d’en mettre dans le vin (et les gâteaux selon les dires de Félix, mais se souvenir que Raspoutine ne mangeait jamais de sucrerie). Ensuite à faut construire le décor : aménager une pièce au sous-sol. Or comme le fait remarquer justement Edvard Radzinsky dont je fais référence pour Raspoutine, et comme tout est CYCLIQUE, ces préparatifs sont quasiment identiques à ceux de la maison Ipatiev pour l’assassinat de la famille impériale quelques années plus tard.

Entre-temps Raspoutine était de plus en plus amoureux de Félix, il lui racontait des plans difficiles : faire  une paix séparée avec l’Allemagne... Si Raspoutine était dans une phase ‘gay’, depuis 1915 il était devenu ivrogne, mais un spécial, capable de se dégriser quasiment instantanément, les tsars ne le virent jamais ivre ; et son alcoolisme n’entamait pas ses capacités intellectuelles et même au contraire : ce qu’il disait alors était encore plus passionnant.

Comme pour Ben Laden, au matin du 18 décembre 1916 on ne savait pas ce qu’était devenu le cadavre de Raspoutine. C’est la Nature qui montra le cadavre le 19 décembre, en le faisant remonter à la surface de la rivière dans lequel il avait été jeté.

La nuit du meurtre Raspoutine en compagnie de Félix était littéralement hypnotisé par lui. Ce qui amena Félix à se poser des questions sur la clairvoyance de Raspoutine : À quoi lui servait son don de clairvoyance et de prémonition en ce moment qui va devenir dramatique ? C’est probablement son amour pour Félix qui a perdu Raspoutine.

Donc passons sur le mensonge de Félix à propos des gâteaux bourrés de cyanure, puisque Raspoutine n’y toucha pas, ou qu’il n’y eut jamais de gâteaux, mais uniquement du vins. Les meurtriers s’apercevant que le cyanure versé dans le vin n’avait aucun effet sur Raspoutine, l’un d’eux s’arma d’un revolver et tira sur lui.


« Félix, Félix, je vais tout dire à la tsarine ! »


C’est ainsi que le « mort » menaça Félix en se sauvant de la maudite cave du palais Youssoupoff où on avait tenté de le tuer. A un passage rocambolesque du massacre de Raspoutine, Félix le bourra de coups de pieds et de barre de fer recouverte de caoutchouc. Des soldats arrachèrent Félix du mort-vivant, lequel poussait des râles, la pupille de son œil droit roulait et le regardait d’un air hagard et terrible... Aujourd’hui je vois encore cet œil sur moi, expliquait Vladimir Pourichkevitch, lequel fit envelopper le corps au plus vite.

Ensuite on transporte le mort toujours vivant en voiture avec un soldat assis dessus. Puis dans une trouée de glace, en oubliant de lui accrocher des poids au moyen de chaînes, on le balance dans l’eau glacée.
Oui, à ce moment là, Raspoutine était toujours vivant ! L’autopsie prétend l'avoir démontrée. Ainsi on l’avait d’abord empoisonné, il était toujours vivant. Puis on lui avait tiré plusieurs balles dans le corps, et il avait continué à vivre.

Pour le poison il est évident qu’il était insuffisamment dosé, et c’est Félix Youssoupoff qui inventa plus tard l’épisode des gâteaux, pour étoffer son histoire de diable éliminé héroïquement par de simples mortels.
Donc Raspoutine ne mangea aucune pâtisserie empoisonnée, et de plus bu modérément. Comment peut-on expliquer qu’un homme aussi nerveux et impatient que Raspoutine ait pu attendre trois heures Irina, la femme de Félix ?
Autre chose : Félix ne tua pas Raspoutine. Il perdit connaissance. On tâta son pouls (même chose à la maison Ipatiev pour la famille impériale), et on en déduisit que ces gens étaient mort. Mais Raspoutine reprit connaissance.

Celui qui a tué Raspoutine est « probablement » Pourichkevitch. Car un facteur politique entrait en jeu : le prince impérial Félix ne pouvait avoir les mains tachées de sang, quant au grand duc Dimitri, en cas de coup d’État, même s’il avait participé à l’assassinat, ses mains n’étaient tachées de sang que par la manipulation du corps du mort-vivant.
Il faut savoir aussi qu’il y a eut un acharnement et une sauvagerie inouïe envers Raspoutine, et qu’aucun des meurtriers et ni même complices n’ont été inquiétés ni inculpé pour quoi que ce soit !!! D’après les photos de Raspoutine mort, les récits de Youssoupoff et de Pourichkevitch ne tiennent pas la route. Raspoutine (nom de code : ‘Forces obscures’) a été tué À BOUT PORTANT, mais avec quelle arme ??? car le modèle ne correspond pas aux récits. De plus il existait deux autres personnes mystérieuses, des espions anglais ? Selon des chercheurs ce sont bien des espions anglais. Et ce serait un des espions anglais qui tua à bout portant ‘Forces obscures’. Pour les britanniques qui eux aussi voulaient la mort de ‘Forces obscures', le meilleur moyen de le tuer était de faire croire qu’il le serait par des Russes.

Comme de nos jours, déjà un traquenart Américano Anglo-Saxons ? En tous cas c’est une version qui tient la route, plus que celle des deux principaux protagonistes, dont Félix...

Quant à Raspoutine lorsqu’il était transporté en voiture pour y être précipité dans la rivière, il avait dû retenir son souffle dans l’espoir de se détacher plus tard dans l’eau ; mais les forces lui avaient manqué.

(Référence à : Raspoutine l’ultime vérité, de Edvard Radzinsky)
 
 

dead_rasputin400.jpg
 
Raspoutine mort avec un trou dans le front.
 
 
Je vois que l’acteur français Gérard Depardieu se propose d’incarner à l’écran le personnage de Raspoutine, à mon avis ça ne correspond pas à cet acteur... surtout qu’il a une tête maintenant rondouillarde ! et en plus réalisé par la réalisatrice à l’emporte pièce Josée Dayan... Le danger de jouer Raspoutine dans un excès outrancier est maintenant grand, surtout avec l’apport des moyens techniques actuels. Pour jouer ce personnage, il faudrait un acteur qui ne joue pas dans l’excès pour justement le sublimer. Sinon ça va faire guignol.....



Partie 1 | Partie 2
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 06-05-2011 00:17

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >