Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Labyrinthe-Mandala-Miroir
Labyrinthe-Mandala-Miroir Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 19-03-2015 21:17

Pages vues : 3239    

Favoris : 441

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Complot, Chronologie, Cinéma, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Humain, Illusion, Image, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Lumière, Maffia, Magie, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Occulte, Opinion, Pagan, Paradis, Pétrole, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Tradition, Transformation, Vide, Volonté, Walt Disney, Yankee, Yokaï

 
Hebergeur d'image
 
 
Labyrinthe-Mandala-Miroir

LA RÉVÉLATION DU SOI-INSTANT.
 
 
MIROIR : EAU, REFLET (Rébus, Son, Écho/Ego), image chirale et non chirale.
IMAGE-INATION :
- Émission maladive du cerveau :
1) produit de l’Esprit qui boucle sur lui-même (pas de contact avec l’extérieur).
- Émission saine du cerveau :
2) produit de l’Esprit en face (miroir) de ce qu’il y a au-dehors ou rapport petit monde/grand monde (micro/macro).

MIROIR ou REDIRE : ÉVIDENCE.
MIR – OIR
MIR – ACLE : s’étonner
MIRER – MIREOR – MIRER : réfléchir deux moitiés.
MIRAVILE : Merveille
MIROIR/REFLEXE/RÉFLEXION – MI : DEMI – MILIEU – MOI
MI en parts égales et ROIR [MIREOR] : modèle.
MEI = DEMI, réfléchir la pensée et alors on perd de sa spontanéité.
Matière et lumière (non polarisée) : des MIROIRS, se MI-RÉ dans l’autre moitié, regarder son image.
C’est la surface qui réfléchit : l’Eau, le Soleil.
La Lumière solaire se reflète bien sur la Lune et les 2 rayons éclairent la Terre, tantôt le jour, tantôt la nuit.
Le CIEL sert de Miroir à ce qu’il y a sur TERRE. Ce qui existe sur TERRE, existe aussi dans le CIEL.
Les miroirs ont-ils une mémoire ?
Miroir de l’Eau, miroirs et Narcisse.
REFLET : faire du neuf avec du vieux !
 
MIROIR ou SPÉCULUM : spéculation (observer le ciel et les mouvements relatifs des étoiles, ce qui donnera l’Astrologie).
Le Miroir reflète la sincérité, le contenu du Cœur. CRÉER À SON IMAGE : LA RÉVÉLATION DU SOI-INSTANT, ce qui veut dire que « Dieu » est « insaisissable » ! Mais laisse cependant la liberté de CRÉATION (à ses risques et périls). « À l’image de Dieu » : la Lumière se reflète seulement dans l’Eau car elle ne la pénètre pas ; ainsi fait Çiva. Et le Miroir donne une image INVERSÉE : Ce qui est en Haut est comme ce qui est en Bas, dit la Table d'Émeraude, mais en sens inverse. Le monde des Accidents ou spatio-temporel est le REFLET INVERSÉE DU PRINCIPE (ce qu’exprime les deux triangles inversés de l’Hexagone étoilé). Chez les Taoïstes le Miroir reflète le Ciel et la Terre.
Notons que le Vampire ne se reflète pas dans un Miroir (il ne fonctionne que sur un seul pôle ! Il lui manque un fluide permettant de l’animer !)

L’être humain se sert de l’être humain comme Miroir.

MANDALA : il se rapproche du LABYRINTHE. Mandala ou « cercle » dans une enceinte carré, comme un Jardin dont le principe est d’être entouré d’un enclos, avec une Porte, et dans le Jardin on y apprivoise les Plantes, puisque le Mandala est un condensé, un résumé du monde spatio-temporel, donc une image du rêve et de l’éveil qui ne font qu’un. Le Mandala avec son Centrum Centri ou Soi-Instant au centre. Le Mandala étant un résumé, il tend à dépasser les oppositions du multiple et de l’un, du différencié et de l’indifférencié, de l’extérieur et de l’intérieur, du diffus et du concentré, du visible et de l’invisible ; bref, il tend à effacer la dualité : l’ego est dompté et réintègre le TOUT ou non-dualité.

LABYRINTHE (Mercure alchimique) : Le Fil Rouge ou Fil d’Ariane. FIL ROUGE : Dans la marine Anglaise, pour contrôler l’usure d’un cordage et son appartenance, il était tissé dans icelui un fil rouge, permettant ainsi de visualiser la CONTINUITÉ DU CORDAGE. (Pour ne pas se perdre, pour éviter d’aller au fil de l’eau, d’aller à vau-l’eau).
Le fil de l’eau/fil rouge/fil d’Ariane du mythe de THÉSÉE, qui retrouve, reconstitue son chemin dans le labyrinthe, grâce à une pelote de fil que lui avait donné ARIANE, fille du Roi MINOS ; ainsi au départ, essayer de trouver la bonne direction, et commencer par le commencement, ou la fin, ou les deux en même temps (peu importe…).

Le Labyrinthe est à la fois un ANTI-INSTANT et un INSTANT se situant « à l’Instant » dans un entrecroisement de chemins, dont certains sont sans issue (cul-de-sac). Le Vrai Instant ou Centrum Centri se trouve bien-sûr au Centre du Labyrinthe, évidemment depuis longtemps les humains ont perdu la direction du Centrum Centri ! à cause principalement de l’IGNORANCE.
Nombre de Labyrinthe sont gravé sur les dalles de cathédrales chrétiennes.

En fait, comme la Chute l’Ignorance n’existe pas. « Il n’existe rien de tel que l’ignorance. Elle ne se produit jamais. Chacun de nous est la Connaissance même. Quand l’ignorance est dissipée, la sagesse, qui est toujours là, se révèle. Rappelez-vous l’exemple du collier, supposé perdu, mais resté autour du cou de la femme ; ou celui des dix individus insensés, chacun oubliant de se compter et ne comptant que les neuf autres. De qui est-ce la connaissance ou l’ignorance ? » (Ramana Maharshi, entretien 199).
 
Par là même, je ne vois pas le Labyrinthe comme « une figuration d’épreuves initiatiques discriminatoires », genre concours réservé aux plus aptes à parvenir au Centre. Le Labyrinthe ce n’est pas les jeux olympiques ni un concours de 'grandes écoles' ! Certains avancent que les labyrinthes gravés sur le dallage des églises étaient à la fois la signature de confréries initiatiques des constructeurs, et les dérivés du pèlerinage en « Terre sainte ». Ainsi le réalisé, ou celui parvenu au Centre serait « l’élu », le héros, le Superman !!!
C’est avec de telles opinions que nous sommes arrivés dans le monde actuel si complexe et si tendu ! Et naguère le Labyrinthe fut utilisé en « vrai » comme arme ou moyen de défense aux portes de villes fortifiées. Avec ses mêmes opinions qui font déjà du Labyrinthe une chose matérialiste on en ajoute si on fait du Centrum Centri du labyrinthe une « caverne d’Ali-Baba » où se trouverait un trésor ! Un trésor accessible seulement à ceux qui ont le Fil d’Ariane ou assez de roublardise. Ainsi le centre ne serait réservé qu’aux initiés de telles ou telles sectes, ou aux supermen du coin seuls dignes d’accéder à « la révélation mystérieuse » ; là où Superman doit garder le secret. On est toujours dans l’infecte opinion winner-loser conduisant le monde à sa perte, et aux relents de sectes à religions à mystères avec leur division initiés-néophytes. Tout cela pue le POUVOIR. Non le Centre du labyrinthe n’est pas une « loge invisible » ! Le Labyrinthe n’est pas un symbole de religion du Salut ni le sommet de la pyramide !

Le Labyrinthe est bien un symbole de la réalisation du Soi-Instant, puisqu’il conduit à l’intérieur de soi-même, un « temple » dans lequel siège la PERSONNE HUMAINE, soit l’Unité momentanément perdue de l’être humain, unité dispersée, divisée par la multitude des désirs en dualité sujet-objet.


Le FIL D’ARIANE OU ARC-EN-CIEL (ARCHE-EN-CIEL CÉLESTE), complémentaire de « ARCHE-EN-CIEL TERRESTRE ».

En effet, les deux relient le Haut et le Bas, et l’inverse. Le Fil est à la fois le Soi et l’énergie ; il est donc une variation du thème Centrum Cantri. Bien-sûr le Fil évoque le tissage, la trame (dans la dualité cause-effet) et aussi les fils de la marionnette. Quant à l’énergie, le souffle, dans le Taoïsme il est associé au va-et-vient de la navette sur le métier à tisser.
L’Arc-en-Ciel est aussi le Fil, le CHEMIN reliant Haut et Bas, le PONT (on parle de pontife qui faut passer le Pont ou l’initiation). L’Ancien Testament en fait l’Alliance (symbole Arche d’Alliance, la STARGATE). Précision : les Yahvistes copiant tout, l’Arche d’Alliance n’est pas leur copyright ! Les Arches d’Alliance ou de symbolisme païen avaient à l’origine, et ont encore, une seule et même source : la Stargate (Union des contraires). Une Stargate parce que l’Arche (Arc) symbolise l’AILLEURS, les VOYAGES et les NAVIGATEURS en général. Bien-sûr la plus connue est celle de Noé naviguant sur les eaux du déluge et contenant tous les éléments au redémarrage d’un cycle (pour reconstituer comme le fait la Stargate de la série télé : Stargate SG1). Stargate, Germe, c’est kif-kif. Mais pour la Stargate il s’agit d’un « Ailleurs négatif » (Eaux inférieures), et pour l’Arc-en-Ciel il s’agit d’un « Ailleurs positif » (Eaux supérieures). En fait les deux se confondent… à certains moments, rien n'est fixe...

Stargate, Christ, Foi, Vérité, Connaissance, Centrum Centri, Graal, Cœur, Vase-Vaisseau, et une foule d’autres noms selon le point de vue de chacun sont une seule chose : LE TROU.
Arc-en-Ciel ou Arche en forme de coffre sont bien symbole de TRÉSOR : la résolution de l’ego ou FÉLICITÉ. Arc-en-Ciel ou Arche sont les SOURCES DES ORIGINES ou « exemplaires premiers » de toutes les formes et noms dans les trois règnes. Aussi il n’est pas étonnant que le « coffre-arche » contienne « les Tables de la Loi », la source de toutes les énergies d’un cycle. D’ailleurs une légende veut que l’Arche soit cachée par Jérémie « au retour de la captivité » et qu’elle doive réapparaître à l’aube d’un nouvel âge.

Le Fil d’Ariane est aussi le cordon ombilical reliant l’enfant à sa mère, mais aussi le lien, et dans ce cas cela devient la CHAÎNE par laquelle les êtres humains demeurent attachés à ce qu’ils appellent « la réalité », soit l’ARTIFICE. L’artificiel ou Irréel, soit ce qui est véritablement réel : manifestation ou unification à partir de ce qui est dans le spatio-temporel (« Les choses sont faites de la même substance que les rêves », écrivait Shakespeare). Sommeil et éveil sont identiques. Ce qui peut laisser penser que « le meilleur des mondes » n’est pas celui de la société de consommation où l’on obtient moyennant paiement ce qu’on désire, mais un monde où on désire quelque chose, on rêve de quelque chose ; ce qui rappel Aladin et sa « Lampe merveilleuse » ! Aladin en arabe signifie « la foi élevée ». Car dès qu’il y a acquisition, le rêve est terminé ! Dès que le mystère ou le merveilleux est résolu, il est tué. Seule la recherche de l’irréel est seul réel et seul absolu !

Pour terminer, le Nouvel Ordre Mondial déjà bien en fonction (voyez les événements politique ici en France depuis ce début de 2015) s’ingénie à fabriquer les âmes des peuples pour en faire un machin de pensée unique, soit transformer les humains en « duplication d’eux-mêmes », privant ainsi toute personne de sa réalité vivante, c’est-à-dire DE SA SINGULARITÉ, par une réduction totalitaire à la condition de double, de dupliqué. L’humain dupliqué et privé de lui-même est le thème du film de Don Siegel : L’invasion des profanateurs de sépultures. Être privé de soi-même c’est se perdre dans le Labyrinthe. La perte de soi, et donc l’ignorance du Soi, n’est pas une menace extraterrestre, mais est ici-bas sur Terre, et bien plus dangereuse ; non pas dans l’autre que moi (un autre avec lequel je finirais toujours par m’entendre, sous réserve qu’il existe) mais dans le moi ou « je » en tant qu’autre virtuel, soit un autre qui se réveillerai à ma place ! Un double qui prendrait possession de mon être original, devenu comme obsolète ! Or l’original, comme l’explique souvent Ramana Maharshi, c’est celui qui est immortel (l’être sans double, le Brahman ou Absolu…). Ce qui me rappelle les transhumanistes qui veulent faire un peu la même chose : dupliquer ou transférer un individu dans un ordinateur afin de le rendre « immortel » ; un comble, quand on connaît l’obsolescence et la volatilité ou fragilité de l’informatique actuelle !!!

S’évader du Labyrinthe ou s’évader du quotidien ? C’est le contraire : s’évader du quotidien c’est s’enfermer dans le Labyrinthe ou agrandir ses circonvolutions à n’en plus finir. Comme actuellement, tomber dans la culture de masse, cinéma, musées et médias de toutes sortes, lire un roman ou regarder un film ne relève pas de l’évasion du Labyrinthe mais son contraire : un enracinement dans le Labyrinthe. Puisque loin d’être mis dehors le labyrinthe, on est ramené par cette « évasion », ou plutôt a-musement (du A privatif : privation des muses) dans un dedans labyrinthique inexpugnable ; labyrinthe forteresse imprenable dont l’effet sera de se protéger du réel et de l’incertitude, du spontané (seul le Réel est imprévisible, d’où la naissance de la PANIQUE à l’égard de quelque chose qui n’est ni loin ni ici, mais loge en une indéterminable proximité. Ainsi la Réalité est-elle PAN ou la PANIQUE. Le Big Brother du Nouvel Ordre Mondial symbolise au plus haut point le symptôme de cette panique. Tout ce qui est invisible est virtuellement redoutable, d’où l’actuelle mode du terrorisme liée aux mensonges et désinformation des médias et de l’étatisme ! La peur ne peut survenir que lorsque « le monde est tout près », c’est-à-dire lorsqu’il sera délivré).

[En haut de page : Labyrinthe à la cathédrale d’Amiens]
 
 

Dernière mise à jour : 19-03-2015 21:42

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >