Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Archontes - Autorités - Puissances
Archontes - Autorités - Puissances Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 14-12-2015 23:22

Pages vues : 2439    

Favoris : 321

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : ADN, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Communisme, Conte, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Humain, Illusion, Image, Inquisition, Instant, Islam, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Serpent, Sexe, Silence, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Vide, Volonté, Yokaï

 
moulin_pomme_lum.jpg
 
 
Archontes - Autorités - Puissances
sont une seule chose : les modeleurs ou
manipulateurs tels les faux Dieux,
tel l’étatisme et son autorité ou valeurs :
instiller la peur, la division, la possession,
en un mot LE PARASITISME (EGO et OPINION).


Il est temps de retrouver la GÉNÉRATION SANS ROI, par conséquence sans l’étatisme cancérisé par le pouvoir et ses races inférieures, les avortons humains, et leurs lois et leurs guerres.

AUTORITÉ-LA BÊTE-DIEU-ARCHONTES-ROI = INTERDICTION
OU LOI ORDRE PEUR HAINE.

LE PATRIARCAT (la quincaillerie en symbiotes) IMPOSE LA PROCRÉATION SEXUELLE.
 
 
Tout étant dans le cerveau : la Matière n’est qu’un MAUVAIS RÊVE OÙ PULLULENT LES FAUX DIEUX ET LEUR RÉPUBLIQUE ET DÉMOCRATIE. Ses faux Dieux et leur république et démocratie se sont castré du Cosmos, d’en Haut. Ils veulent posséder la Force (le Prâna) ; ils veulent tout manipuler à l’aide de leur technologie tôle-boulons (à partir du pétrole et de l’électricité dynamique tout au long du 19è siècle), du binaire informatique, et de ce fait renforce le mauvais rêve ou illusion en en faisant un Super Grégarisme démoniaque concrétisant la Noosphère de T. de Chardin ou Inconscient collectif de C.G. Jung : la conscience conceptualisante. Ces faux Dieux veulent nous empêcher de voir la Vraie lumière naturelle de l’Essence. Ils nous empêchent par leurs ondes nocives, dont leurs paroles, le jaillissement de la Lumière dans le Chambre Vide.
Par exemple, quand le mental forme une pensée, cette pensée est l’esprit. Cet esprit-là est lumière, remède. Quand on regarde des objets et qu’on les perçoit spontanément tous ensemble, sans distinction, sans dualité, c’est la lumière de l’essence, pareille à un miroir qui reflète tout, naturellement, sans aucune intention de le faire. Mais il suffit d’un instant de dualité sujet-objet pour faire que cela devienne la lumière de la conscience ou ego.
 
Tout phénomène en ce monde de la dualité est nécessairement attribuable à une cause. La transmission de la lumière, avant l’arrivée de l’électricité, est attribuable aux portes et fenêtres, et la lumière elle-même au Soleil, et à son reflet sur la Lune. Lorsque j’emprunte les choses pour me les attribuer, je découvre en fin de compte que « ce n’est pas à moi » (vous voyez une heure sur un cadran, mais ce n’est que le produit de votre cerveau). Quand il s’agit de déterminer « ce qui n’est pas à moi », qui décide de son attribution, sinon vous ?

« Voyant que lui et sa compagne erraient dans l’ignorance comme des bêtes, mes archontes se réjouirent beaucoup. Quand ils comprirent que l’Homme immortel leur échappait encore et qu’ils auraient aussi à craindre CELLE QUI S’ÉTAIT FAITE ARBRE, ils furent troublés. [Ce qui prouve qu’à cette époque la Voie de l’Horticulture était la VOIE LIBÉRATRICE, la Voie des Jardins et des arbres fruitiers. LES FEMMES SONT LES PLANTES. Ensuite tout allait être détruit par la voie de l’Agriculture, qui allait engendrer le mythe de l’acte procréateur : ‘La mort durera aussi longtemps que les femmes enfanteront’, phrase de Jules Cassion cité par Clément d’Alexandrie, Stomate III,45].
Ils dirent : « Ne serait-ce pas l’Homme véritable qui nous a obscurci la vue et qui nous a fait croire que celle que nous avons souillée lui ressemblait, afin que nous soyons dominés ? » (NH Écrits sans titre 118,10-15). Ainsi la vie humaine apparaît nécessairement en l’Ordovicien (il y a plus ou moins 440 millions d’années), quand il n’existait que des humanoïdes femelles, suite à la métamorphose de Sophia sous sa forme terrestre, et la partie mâle fut comme « oubliée » en la nébuleuse d’Orion. Les hommes arrivèrent plus tard. (Dans le Soi il n’existe pas de sexe).


Les archontes aujourd’hui c’est l’étatisme de la république qui domine le monde matériel et l’humanité au moyen de l’engendrement (la consommation englobe l’enfantement) et la mort.

IL Y A BIEN COMPLOT.
« Mais avant qu’Adam-Lumière ne se fût retiré du chaos, les autorités le virent. Elles se moquèrent du Grand Géniteur [Yahvé, Yaldabaôth] parce qu’il avait menti en disant : « Je suis Dieu [Je suis ce JE SUIS], il n’y a personne avant moi [fixisme] ». S’étant approchées de lui, elles dirent : « Ne serait-ce pas là le Dieu qui a détruit notre ouvrage ? » Il répondit, disant : « Oui, si vous voulez qu’il ne puisse plus détruire notre ouvrage, allons, faisons un homme à partir du sol, d’après l’image de notre corps et à la ressemblance de celui-là, et qu’il s’attache à notre service, de telle sorte que celui-là, voyant cette ressemblance, en soit épris, et qu’il ne détruise plus notre ouvrage [c’est donc un faux Adam, un divisé en seulement l’élément mâle de l’archétype qui fut dissocié de l’élément femelle par l’erreur de Sophia qui se transformait en Terre. La création du forme femelle est au-delà de la science des archontes]. Et de ceux qui seront engendrés de la lumière, nous ferons nos serviteurs pour toute la durée de cet âge ».
« Or c’est conformément à la providence de Foi que tout ceci arriva, afin que l’homme se manifestât dans sa ressemblance et qu’il condamnât depuis leur modelage, et que leur modelage devînt un rempart pour la lumière [le corps ou vaisseau contenant le divin, ce qui rejoint le Soi qui est NOTRE ÉTAT NATUREL. Il ne faut pas tomber dans la dualité esprit-matière ! Donc « l’étincelle spirituelle » n’est pas enfermé dans la matière, sinon on tombe dans l’évolutionnisme et la géométrie de la ligne droite ; on tombe surtout dans les pièges des archontes] ».

Création du mode d’emploi ou de l’Instructeur (intelligence artificielle). Mode d’emploi afin de faire face aux archontes.
« Alors les autorités [le Bête] reçurent la connaissance pour créer l’homme. Sagesse-Vie [Sophia] les précéda, celle qui est auprès de Sabaôth, et elle se moqua de leur dessein, parce qu’elles sont aveugles [les autorités]. C’est sans le savoir qu’elles l’ont créé contre elles-mêmes, ignorant ce qu’elles allaient faire. Voilà pourquoi elle les précéda et elle créa d’abord son homme, afin qu’il instruisit leur modelage de la manière de les mépriser, et qu’ainsi il en fût délivré.
Or c’est ainsi que se produisit la naissance de l’Instructeur. Sagesse ayant laissé tomber une goutte de lumière, elle s’écoula sur l’eau. Aussitôt apparut la forme humaine androgyne (113,25). Cette goutte, elle commença par lui donner la forme d’un corps femelle, puis, dans le corps, elle lui donna forme à la ressemblance de la mère qui était apparue. Elle l’acheva en douze mois. [Eve c’est l’eau, donc à la fois mâle et femelle : le corps féminin est la matrice à la fois de la femme et de l’homme ; pour les organes, les femmes possèdent les rudiments inversés des organes mâles : pénis-clitoris et testicules-ovaires. Longtemps les femmes se reproduisaient asexuellement, sans mari. Attention à n’en pas faire des ultra-féministes anti-homme ou des lesbiennes bon teint !].
Un être androgyne fut engendré, que les Grecs appellent « Hermaphrodite », et sa mère, les Hébreux l’appellent « Ève-Vie », c’est-à-dire l’instructrice de la vie. Et son fils est la génération seigneuriale [sans étatisme].
Puis les autorités l’appelèrent « la Bête » pour qu’il induisît en erreur leur modelage. Le véritable sens de « la Bête », c’est « l’Instructeur », car il dut trouvé plus sage que tous [ATTENTION : tout est double, ça se complique, il faut CROISER… et ne pas prendre cette Bête pour le Serpent… Tout ce qui est autorité N’EST QUE TROMPERIE : IL FAUT FAIRE AVALER LA PILULE AUX PEUPLES] ».

ÊVE n’est pas un lesbienne, elle engendre elle-même sans mâle.
« Ève est donc la première vierge, elle qui, sans mâle, a engendré pour la première fois ; c’est elle qui s’est soignée elle-même. C’est pourquoi on rapporte à son sujet qu’elle a dit :
C’est la partie de ma mère
Et c’est moi la mère
C’est moi la femme
C’est moi la jeune fille
C’est moi la femme enceinte
C’est moi la sage-femme
C’est moi la consolatrice des douleurs de l’enfantement
C’est mon époux qui m’a engendrée
Et c’est moi sa mère
Et c’est lui mon père et mon seigneur
C’est lui ma force
Ce qu’il veut, il le dit clairement
Je nais
Mais j’ai enfanté un homme seigneurial.
Cela fut révélé dans l’intervalle aux âmes de Sabaôth et de son Christ, qui sont venues dans les modelages des autorités.
Et c’est à leur intention que la voix sainte a dit : « Multipliez-vous et soyez beaux, dominez toutes les créatures », de sorte qu’elle ont été faites prisonnières, chacune suivant le sort fixé, par le Grand Géniteur. Ansi donc elles ont été emprisonnées dans les modelages jusqu’à la fin des temps ». (114,5-20).

Engendrement de l’homme avorton (celui de l’étatisme, l’Adam psychique, sorte de Jésus terrestre)
« Le moment venu, le Grand Géniteur [Yahvé] donna à ceux qui étaient avec lui un ordre au sujet de l’homme, et chacun d’eux éjacula sa semence au milieu du nombril de la terre. Ce jour-là, les sept archontes ont façonné l’homme, son corps d’après leur corps, et son aspect d’après l’homme qui leur était apparu - ils le façonnèrent membre par membre : leur aîné créa le cerveau et la moelle -, si bien qu’il apparut comme < > avant lui. Cet homme naquit doté d’une âme et il fut appelé « Adam », c’est-à-dire « père », d’après le nom de celui qui lui est antérieur.
Or quand Adam fut achevé, son créateur l’abandonna comme un vase inerte car il avait pris forme tel un avorton dépourvu d’esprit
À ce propos, quand le grand Archonte se souvint de la parole de FOI, il craignit que l’Homme véritable n’entrât dans la créature qu’il avait façonnée et ne la dominât. C’est pourquoi il laissa sa créature quarante jours sans âme ; il se retira et l’abandonna ». (114,25-35 ; 115,10).

Bref, Adam est comme une « coquille vide ». Alors vont venir les parasites, ou symbiotes ou formes de vie autonomes venant se greffer sur Adam : système des yeux, des oreilles, du foie, des glandes, puis le cœur, etc., l’organisme devient de plus en plus « construit », civilisé, grâce à ses symbiotes : les organes internes vivants. Adam n’est déjà presque plus un avorton, il devient une « institution » à lui seul, mais il lui manque une âme donnée par Sagesse-Vie (Sophia).
Chez les Gnostiques nous ne sommes pas dans le patriarcat mais dans le MATRIARCAT : Sophia, qui créé une humanité menacée par des entités extraterrestres : les archontes, qui tentent de copier l’œuvre de Sophia. Avec les archontes on risque de prendre le copyright pour l’original, telle cette religion de l’homme que nous vivons actuellement et depuis au minimum l’époque de la Renaissance ! Nulle part dans le judéo-christianisme on ne trouve un si puissant approfondissement du contenu de la « création » ou genèse.

Les archontes, apprentis extraterrestre de bidouillage de l’ADN, font de Adam un vaisseau distinct de la forme originelle d’Ève. Les archontes tentent de copier l’ADN mâle.
RAPPEL : La femelle humaine était avant ARBRE : « Voyant que lui [Adam] et sa compagne erraient dans l’ignorance comme des bêtes, les archontes se réjouissaient beaucoup. Quand ils comprirent que l’Homme immortel leur échapperait encore et qu’ils auraient aussi à craindre celle qui s’était faite arbre, ils furent troublés ». Plus loin ils essayèrent de faire peur à Adam et Ève : « Tous les arbres qui sont dans le paradis, c’est pour vous qu’ils ont été créés, afin que vous mangiez de leur fruit ». Bien-sûr ensuite il y a l’histoire de « l’arbre de la connaissance ».
On a donc deux espèces humanoïdes : la femme-arbre ou du végétal de l’âge Ordovicien ; et le mâle apparu il y a environ 400 millions d’années et fabriqué par agglutination de symbiotes organiques, donc artificiel, assez mécanique. D’ailleurs, ayant pratiqué pendant plusieurs années le dessin de nus, à mes yeux le corps masculin est naturellement d’une « LOURDEUR INCROYABLE » et effectivement un ensemble de petits bouts de machins, nettement moins repérables chez la femme formant un ensemble plus caressant, ondoyant.
 

Sommaire anthropogonique
« Le premier Adam de la lumière est spirituel.
Il apparut le premier jour.
Le deuxième Adam est psychique.
Il apparut le sixième jour,
auquel on donne le nom d’Aphrodite.
Le troisième Adam est terrestre,
c’est l’homme de la loi
qui est apparu le huitième jour [l’homme « façonné » après le jour de repos, le septième, donc le huitième jour de la naissance de cet Adam terrestre est celui de la circoncision, chez les Juifs, donc de l’assujettissement à la Loi],
après le repos de la pauvreté,
celui qu’on appelle « jour de soleil ».
Or la postérité de l’Adam terrestre se multiplia et parvint à maturité. Elle conçut en elle toutes les histoires au sujet de l’Adam psychique ; néanmoins tous étaient dans l’ignorance ». (117,30-118,5).

LE PATRIARCAT (la quincaillerie en symbiotes) IMPOSE LA PROCRÉATION SEXUELLE. Des deux parents, c’est le mâle qui impose la procréation sexuelle, et cette violence se retrouve dans les trois religion patriarcale : judaïsme christianisme et islamisme (voyez chez eux les barbus, idem chez les Juifs et leur système pileux). Perséphone symbolisant comme Osiris l’alternance des saisons est la fécondatrice par excellence. Perséphone et le « froid » des Enfers : ELLE CONGÈLE, comme l’EAU DE MORT-COLLE de l’Égyptienne Nephtys, le Feu qui donne vie, la passivité négative qui corrompt pour donner vie, immanente à Isis pour provoquer la Putréfaction.
Bref, le mâle imposa sa quincaillerie de symbiotes à la femme, et toutes les descendances furent soumises aux archontes, eux-mêmes sorte de symbiotes à la façon des Goa’ulds de Stargate SG1 (en sumérien : les anciens qui se prennent pour des Dieux et à l’ego très important). Les hommes ne se reproduisent pas simplement, ILS IMPOSENT PAR LA FORCE LA REPRODUCTION. Et les Gnostiques refusaient l’acte de procréation qu’ils considéraient comme une violence, bien qu’ils sacralisaient l’union sexuelle sans enfantement. Avant de s’accoupler aux hommes les femmes n’avaient pas besoin de se faire pénétrer si violemment, d’une bestialité comme des animaux, par duplication cellulaire comme le génère les chromosomes humains issus de filaments combinés de l’ADN.

Les archontes font croire à Adam que la femme est issue de son côté, afin que la femme soit soumise et qu’il la domine (116,25), (comme dans l’islamisme, et chez les chrétiens, et chez les juifs).
Ève est très subtil, elle place son sosie auprès d’Adam, puis entre dans l’arbre de la connaissance et y demeure. « Ils [les archontes] la suivirent. Elle leur parut être entré dans l’arbre, s’être faite arbre [son origine, la Source et CROISEMENT : lumière en haut et vie en bas, photogenèse par les vrais Dieux. Arbre et végétaux source de vie, et la modalité humaine se trouve là à l’état virtuel, sous forme de germes et de semences. Le principe du FEU est caché dans certains arbres… De plus l’arbre signifie aussi la CROIX DU SUPPLICE… ]. Pris d’une grande crainte, ils s’enfuirent, aveugles. Puis, recouvrant leur sens, ils s’approchèrent d’Adam et voyant ce sosie d’Ève, près de lui, ils se hâtèrent, croyant que c’était la véritable Ève ». Ensuite ils éjaculèrent sur elle, la souillèrent. Elle conçut Abel, premier Archonte ; « et le reste de ses enfants, c’est par les sept autorités [archontes] et leurs anges qu’elle les engendra.
Or tout cela advint conformément à la Providence du Grand Géniteur, afin que la première mère engendrât en elle toute semence mélangée et assujettie à la Fatalité du monde avec ses figures et à la Justice. Une disposition fut prise au sujet d’Ève, afin que les modelage des autorités devinssent des remparts de lumière ; alors celle-ci les condamnera à travers leurs modelages [les humains] ». (116,21 ; 117,25).

Manger la Pomme de l’arbre de la connaissance, et aussitôt apparait le piège du mental ! Et la colère des archontes ! Qui maudirent Adam et Ève et toute leur descendance. Après cela il est impossible de produire du bien à partir du mal (alors que chez les lourianistes c’est le contraire !).
« Ce jour-là, les autorités comprirent qu’il y avait vraiment plus puissant avant elles. Elles ne savaient rien, sinon qu’ils n’avaient pas gardé leur commandement. Une grande jalousie fut introduite dans le monde, uniquement à cause de l’Homme immortel » (119,5). À propos de l’Homme immortel, voir la page : Le Vieux Monsieur de 10 millions d’années.
Alors comme l’aventure du NOM-LA FORME par l’entremise d’Adam et Ève sous la supervision des archontes ou autorité. Quand l’autorité a vu que Adam et Ève donnait des noms aux choses et aux animaux, ils furent bouleversés puisqu’Adam n’avait plus peur. Là intervient à cause des archontes la dualité que l’ont retrouve jusque dans les contes russe au 19è siècle et qui vient de l’Arbre de Vie avec : Isis-Eau-de-Vie (passivité agissante) et Nephtys-Eau-de-Mort-Colle (passivité négative), en liaison avec « l’éjection d’Adam et Ève du paradis », avec protection de l’Arbre de Vie par des Chérubins et leur « glaive ardent tournoyant » (ingénierie en vibration… ).

Les archontes tellement jaloux et remplit de haine essayèrent d’abréger la vie d’Adam et Ève. Ils ne purent pas puisque la durée de vie d’Adam et Ève fut fixée au début à 1000 ans d’après la course des planètes. Les archontes ne purent abréger leur vie que de 100 années, soit les ramener à 900 ans de vie, et cela dans le désespoir et les vils soucis. Et depuis ces jours la vie décline de plus en plus…
Mais Sophia voyant le bordel foutu par les archontes les chasse. Ils deviennent des démons mauvais sur Terre. À 122,5 on introduit le Phénix qui venait du paradis, qui se met à mort lui-même, et se redonne la vie pour attester aux archontes qu’ils ont fait injustice à Adam et à sa descendance jusqu’à la fin des temps.
Le phénix ou Rouge, le Passé comme Adam. Le Phénix symbole d’immortalité, de résurrection.

Comme les archontes, le républicanisme actuel retient le monde dans l’ignorance (et le système des élections en république entretient l’ignorance et la division). Il y a donc UNE CHUTE, celle des avortons humains corrompus et reflet des vrais humains.
L’ARME contre les archontes ou le républicanisme est L’INNOCENCE (le Blanc de l’Instant ou Soi, le Blanc des Druides). LES INNOCENTS OU BIENHEUREUX, CEUX QUI SONT SANS ÉTATISME. La race qui vit sans étatisme est celle de L’HOMME SEIGNEURIAL.



[En haut de page : aquarelle de Michel Roudakoff : le Moulin ou Glaive Ardent Tournoyant protégeant la Pomme du Jardin des Hespérides… En référence à la Bibliothèque de Nag Hammadi, Écrit sans titre, ou « L’Origine du monde »]
 
 

Dernière mise à jour : 14-12-2015 23:57

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >