Accueil arrow Musiques arrow Sommaire Musiques arrow Raudive’s Phonograph
Raudive’s Phonograph Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 25-07-2019 01:00

Pages vues : 208    

Favoris : 29

Publié dans : Musiques - OST, Sommaire Musiques

Tags : Musiques

 
 
cover_his_master_voice.jpg
 
Raudive’s Phonograph
 
Composition de Michel Roudakoff (24 juillet 2019).
Pour Villiers de l'Isle Adam.
Peinture ci-dessus de Francis Barraud.
 
 
DIAPASON : LA 432.
Pour : Piccolo, 2 flûtes, Hautbois, Cor anglais, 2 Clarinettes, 2 Bassons, 2 Cors, 2 Trompettes, 3 Trombones, Tuba, Célesta, Percussions, Violons 1 et 2, Altos, Violoncelles, Contrebasses.

Page sur ce monde illusoire des PHÉNOMÈNES, nôtre monde SPECTRE-SPECTACULAIRE.
 
 
L’Univers étant dans le mental, les sons ou vibrations aussi : rien à « l’extérieur », que des « ondes ». TOUT EST ONDES, même pas des particules de « poussières » aussi à l’extérieur. Ces « ondes » constituent ce que nous appelons « matière ». Comme Tout se résume à l’INSTANT ou au Soi, tout ce qui est ondes N’EST JAMAIS DÉTRUIT mais SANS CESSE EN TRANSFORMATION SELON LE PRINCIPE DE LA FRACTAL mais seul le Soi est immuable, au delà de toute vibration.
« Le corps qui est né se réduit à une pensée et que l’émergence d’icelle est la racine de tout le mal.
Trouvez d’où jaillissent les pensées. Alors vous demeurerez dans le Soi toujours présent au plus profond de vous-même et vous serez libéré de l’idée de la naissance ou de la peur de la mort », dit Ramana Maharshi à l’entretien 80 du 3 octobre 1935.

VRAIE NATURE : chaque Soi a sa propre onde, ce que Jakob Boehm appelait « signature », pour au final n’en former qu’une seule, le Soi, le Tout, l’Univers, le Zéro indien ou le Plus que la somme des parties ; de plus, aussi bien le minéral, que le végétal et l’animal et l’humain ont tous leur signature. Donc au-delà de l’inconscience collectif à la C.G. Jung ou des « archives Akashiques » (que rêvent de mettre en conserve, en puce informatique, les Google-transhumanistes).

Dans cette « fractale Akashique », une sainte y avait accès : Anne-Marie Taigi. En 1790, à 27 ans, elle reçu le don étonnant de visualiser cette « fractale Akashique » sous la forme d’une petite boule de lumière, comme un soleil avec une couronne d’épines (antennes ? cavitation à la Grebennikov ?). Pendant 47 ans, jour et nuit, dans son logis, à l’église, dans la ruelle, elle voit, en ce soleil de plus en plus éclatant, toutes les choses physiques et morale de cette planète. Elle voyait les lieux, les personnes qui traitaient des affaires, leurs projets politiques, la sincérité ou la duplicité des politicards. Elle voyait les complots et réunions secrètes de diverses sectes. Bref, elle avait un don d’omniscience.
Anne-Marie Taigi dans ce petit soleil voyait aussi bien « l’avenir » que le « passé » « tantôt en images allégoriques et tantôt en images réelles ». Anne-Marie Taigi pensait à un lieu, et aussitôt la non-localisation se produisait : elle était dans l’Instant dans ce lieu, ou avec la personne à laquelle elle avait pensé. Le même phénomène se produit dans les EMI et autres « voyages hors du corps », donc en dehors de la « naissance ». Par exemple, il suffit de penser à quelqu’un pour que le corps spirituel (éthérique ou subtil) se trouve dans l’Instant, se trouve Ici et Maintenant, mais de manière invisible aux cinq sens liés au mental. Le « voyage » ou « voyageur » n’existe pas.

Se déplacer dans un éternel présent ou la non-localisation : « Vous avez quitté votre maison dans une charrette, pris le train, êtes descendu à la gare, remonté dans une charrette et vous vous êtes retrouvé dans cet ashram. Quand on vous a demandé ce que vous avez fait, vous avez dit que vous avez voyagé depuis votre ville jusqu’ici, n’est-ce pas ? Le fait n’est-il pas plutôt que vous n’avez jamais bougé et que ce sont les divers moyens de locomotion qui vous ont transporté tout au long de votre route [moyens de locomotions ou ”atomes”] ? De même que vous confondez ces mouvements avec les vôtres, vous faites ainsi pour les autres activités. Mais ce ne sont pas les vôtres. Ce sont les activités de Dieu ». (Ramana Maharshi, entretien 78).
LE MONDE PHYSIQUE OU « EXTÉRIEUR » N’EXISTE PAS ET EXISTE (si j’écris seulement qu’il n’existe pas, comment cette page a t-elle été écrite ?)
SEULE LA MATIÈRE LIMITE (et pas que la politique d’un régime politique, tout aussi matière……).

- Question : Plusieurs personnes qui regardent un objet voient la même chose.
- Maharshi : Parce qu’il n’y a qu’un seul qui voit derrière tous, et qu’il y a diversité dans les phénomènes. Percevez-vous la diversité en sommeil profond ?
- Nous pouvons voir Abraham Lincoln qui est mort il y a longtemps.
- Maharshi : un objet peut-il exister sans quelqu’un qui le voit ? Les expériences peuvent être réelles, mais les objets dépendent de celui qui les voit.
- Question : Un de mes assistants a été tué durant la guerre. Neuf ans plus tard, une photographie fut prise d’un groupe de ses amis. Sa forme apparaît sur la photo. Comment est-ce possible ?
- Maharshi : Il est possible que des pensées se soient matérialisées. Allez à la racine de cela.
- Question : Comment ?
- Maharshi : Si le chemin était extérieur, des indications seraient possibles, mais il est à l’intérieur de vous-même. Cherchez en vous-même. Le Soi est toujours réalisé. Seul quelque chose qui n’a pas encore été réalisé peut être recherché. Mais le Soi est à la portée de votre expérience.
...
- Question : pourquoi l’homme n’obtient-il pas instantanément l’illumination ?
- Maharshi : L’homme est lui-même illumination. Il illumine les autres.

- Question : La Bible enseigne que l’homme est né dans le péché.
- Maharshi : Être homme est péché. Ce sentiment d’être homme n’existe pas dans le sommeil profond. C’est la pensée du corps qui fait naître l’idée de péché. La naissance de la pensée est en soi péché.

La même [force] que celle de la limaille de fer attirée par l’aimant. La force est INTÉRIEURE et non extérieure.
(Entretien 164, du 24 février 1936).

Dans ce monde des phénomènes et « archives Akashiques », un ingénieur anglais, George de la Warr, fit construire une « caméra à enregistrer le passé », puisque tous minéral, végétal animal et humains laissent des « traces » ou phénomènes dans la dimension du phénoménal. G. de la Warr prétend avoir photographier, en janvier 1951, son propre mariage, à Nottingham en 1928. Mais il reconnaissait que ses photos du « passé » étaient encore un peu floues. Bref, la matériel de de la Warr fait la partie de ce qu’on appelle de nos jours : « radionique » (mise à la mode techno-électro et transistor de l’antique radiesthésie). G. de la Warr aurait réalisé plus de 10.000 photos de la partie éthérique de la matière et par essence de la pensée, et derrière elle l’agencement de la PRÉ-MATIÈRE. De là, il est naturel que des pensées puissent imprimer des plaques photographiques.
Du phénomène de TCI (Trans-Communication Instrumentale avec des installations et vibrations permettant la réception d’images et de sons provenant ailleurs que dans nôtre dimension), il n’y a qu’un pas : les « morts » peuvent communiquer avec le monde des « vivants », d’où le titre de cette composition musicale esquissée sur piano en 1967, sans me douter que je pouvais y glisser des « trous » ou STARGATE, afin de permettre d’entrevoir ce monde inconnu, évoqué dans le film CONTACT, sur un sujet de Carl Sagan, qui concerne un « message extraterrestre », qui lui aussi se situe évidemment dans le mental…. et dans l’invention du temps….. Voir les travaux de Fermi et von Braun, et le chant grégorien et la pré-polyphonie (le contrepoint : superposition de lignes mélodiques, lecture horizontale qui seraient en contradiction avec la lecture verticale ou « harmonie ». Là encore même problème que le dilemme Individualisme-Collectivisme). Les différentes lignes mélodiques sont par la force des choses en dualité. Dans le scolaire du contrepoint, ou ses règles, ses limites (par le mental), il est enseigné d’éviter les « fausses relations » : tons voisins, etc. Bref, il en est comme des GOÛTS ET DES COULEURS IMPOSÉS PAR LE CONVENTIONNEL… Cependant le contrepoint constitue LA TRAME de la composition musicale, sa « grille temporelle », avec repère des notes essentielles parmi les sept notes de la gamme. Fugues et canons (imitations polyphoniques à partir d’un thème) sont des contrepoints musicaux.

La phrase de Fermi (ou son « paradoxe ») est compréhensible si on prend conscience que tout est dans le mental, et sous fractal : « S’il y avait des civilisations extraterrestres, leurs représentants devraient être déjà chez nous. Où sont-ils donc ? »… Où sont-ils ? Mais ils sont NOUS, DANS L’ÂGE D’OR……. Voir aussi les Dialogues avec l’ange, recueillies par Gitta Mallasz. Un éternel Présent, car le Chute façon religions du Livre sont de l’opinion : « Les obstacles que tu sens en toi se retrouvent partout. Il n’y a pas d’obstacles sur la vraie voie. Seulement sur la fausse. Il n’y a d’obstacles entre nous que si tu marches sur la fausse voie », écrit G. Mallasz retranscrivant les paroles de l’Ange, dans l’entretien 16 avec Lili, le vendredi 8 octobre 1943.
Cet Ange dit comme la devise alchimique et le Soûtra du Cœur de la Connaissance
transcendante : « La voie qui mène à la perdition est large. Étroite est la vraie, étroite, car l’homme ne peut y passer que seul. Et c’est lui-même qui fraie le chemin. Le ”jamais-vu” éclaire la voie ». Très important, très important. Le Soûtra dit : Gate gate pâragate pârasamgate bodhi svâhâ (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil est ainsi).

Consonance et dissonance sont la même dualité qu’intérieur-extérieur, donc dualité à fuir.

Partition en pdf - Sheet of music
 
 

Dernière mise à jour : 25-07-2019 01:32

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >