Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Vie = Mort, Mort = Vie
Vie = Mort, Mort = Vie Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 13-10-2019 00:46

Pages vues : 94    

Favoris : 8

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Alchimie, Amour, Apocalypse, Apparence, Asservissement, Banques, Capitalisme, Carotte, Catastrophe, Chimère, Christ, Confort, Contrat, Corps, Démocratie, Dépendance, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Héros, Histoire, Humain, Idolâtrie, Information, Innocence, Inquisition, Instant, Intérêt, Intérieur, Jardin, Juif, Langage, Liberté, Lucifer, Magie, Maux, Méditation, Mental, Messianisme, Miroir, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Oligarchie, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Paradoxe, Pèlerin, Peur, Pierre, Plume, Porte, Ptah, Race, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Silence, Simple, Social, Soi, Sophisme, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Vérité, Vide, Vieux, Viol, washingtonisme, Yokaï, Zéro

 
pyrite_triangl_equilat.jpg
 
 
Vie = Mort, Mort = Vie
Isis et Nephtys les deux Pleureuses
L’Eau de Vie du mental ou Passivité agissante
et l’Eau de Mort-Colle de la Passivité négative
(elle corrompt pour donner la vie,
provoque la Putréfaction)
 
 
Agni le Feu a besoin de manger (Loi de Succion ou Eucharistie), sinon il meurt pour renaître « un jour ou l’autre » ; l’Univers se divise en mangeurs et en mangés comme depuis un moment il se divise en vendeurs et en acheteurs.
 
Putréfaction, la Mort-Colle ou Colère de Rudra : « la flèche qui colle » (qui clou comme le mot « fin »), dans la TRINITÉ Passé (Brahma), Présent (Vishnu), Futur (Rudra et la Mort). Émergence, Croissance ou Amplification, Dissolution ou Putréfaction, Trinité universelle inéluctable de tous ce qui est manifesté, quels que soient des cycles temporels quelconques.
Rudra Dieu du Rig-Véda est bien l’équivalent de Nephtys (Vénus) le Feu qui donne la vie et qui est immanente à Isis-Brahma par l’intermédiaire de Vishnu.

Rudra de la Nuit obscure de Saint Jean de la Croix, le PANique ou l’effroi suscité par la Catastrophe ou Apocalypse : ce qui dévoile dans l’Instant et flanque la PANique, le numineux de Rudolf Otto, numineux qui va faire frissonner ou pisser dans sa culotte : le mysterium tremendum. Il peut aller du léger comme l’onde d’un petit vent favorisant la contemplation jusqu’à la violence de l’ivresse comme la convulsion des possédés et des maniaques (maladie mentale qui se traduit par des accès de surexcitation (manie) alternant avec des périodes de dépression). C’est PAN et sa frayeur PANique : deima panicon, la PANique ou « frayeur de Dieu », la terreur du sacré : ORIGINE = SINISTRE, INSTANT = SINISTRE. LE REFUS DE L’INSTANT OU DU GRATUIT SERA PERÇU COMME REFUS DU SEUL RÉEL, SOIT UN MÉCANISME DE DÉFENSE QUI ENTRE EN JEU DÈS QUE LE GRATUIT SERA VU COMME ÉPOUVANT-ABLE, CRU-EL DE LÀ VONT SE DÉVELOPPER LES HOTC (Histoires-Opinions-Temps qui coule) et avec Toutes les religions et sectes. Transe et extase religieuses furent à l’origine de toute folie. Aussi je n’hésite pas à comparer les HÔPITAUX PSYCHIATRIQUES COMME DES NOUVELLES ÉGLISES : le lit et les contentions et drogues seront le confessionnal horizontal qui remplace le confessionnal vertical des églises de Rome nettement moins douloureux et surtout moins barbare….

PANique ou terreur numineuse (pavor sacer) constitue l’émotion de base de toute religion primordiale : le Saint Chaos est considéré comme démoniaque, inconfortable et évidement « primitif » et sinistre (gauche : appellation d’une personne maladroite ou « primitive », non apprivoisée). Chaos = non-raison, pas de « rationalité ». Dieux et Élémentaux sont NEUTRES mais totalement ambivalents.


SACRÉ = INNÉ-IGNÉ.

AGNI EST IGNÉ ET INNÉ : ELLE SE RECOMPOSE (énergie vitale).

La PANique de la Nuit Obscure se retrouve dans le Rig-Véda n, 32 :
Tu es par le prestige, ô Rudra porte-foudre,
le plus prestigieux des êtres, le plus fort d’entre les forts :
conduis-nous avec bonheur sur l’autre rive de l’angoisse,
repousse toutes les agressions de la malfaisance !
Grâce aux remèdes donnés par toi, ô Rudra,
très salutaires, puissé-je atteindre cent hivers !
Je sais que tu es le médecin entre les médecins.
Où est ta main compatissante, remède et baume, ô Rudra ?
À bon droit tu portes les flèches et l’arc,
à bon droit la parure adorable aux aspects infinis,
à bon droit tu prends part à tout ce qui est mystère :
Nul, ô Rudra, n’est plus puissant que toi !


PUTRÉFACTION MORT-COLLE DE NEPHTYS :
Le Destructeur a un visage de grâce, comme un jeune homme magnifique. Il est Seigneur de la Mort et de l’Immortalité. Nephtys est l’Eau de Mort-colle parce que comme Rudra si elle se présente comme anéantissement en réalité elle transcende la mort ; elle « tue la mort », pour employer l’expression du transhumaniste juif et évidemment winner Arthur Levinson, qui se prend peut-être pour Rudra !
Nephtys ou Rudra la maîtresse de la Mort avec son Eau de Mort-Colle qui recolle les morceaux ou qui MARIE LES CONTRAIRES. Eau de Mort-Colle ou Amrita, le Nectar d’immortalité issu de la MER DE LAIT (issu des deux Pleureuses Isis et Nephtys en Égypte ancienne).

Rudra et Agni du Inné-Igné : Rig-Véda n, 1, 7 : « Ô Agni, tu es Rudra ». Cet Igné est comme les deux Eaux des deux Pleureuses à la fois vie et à la fois mort, ou les deux en même temps quand « ça colle » (dans l’Instant). CAR FEU = PRINCIPE DE VIE. Les Eaux des deux Pleureuses est principielles : mère ou génitrice : délivrance du principe de vie. Ces hautes Eaux portent l’Univers en germe pour donner naissance à Agni, qui va en émaner, « unique principe de vie des Dieux » (Rig-Véda x, 121, 7).
Ce Feu cosmique est alors appelé « Fils des Eaux » ou de « la Race des Eaux » puisqu’elles sont libérées par la Cause, l’ŒUF, qui va éclore. Agni sera le Taureau qui engendra le Germe (Rig-Véda n, 35, 13).


PTAH  et son âme ou Ba sacré : Apis le Taureau sacré de Mur-Blanc.
Le Taureau symbolise l'assise, la puissance vitale, la stabilité ; il est à la fois lunaire et solaire ! (Ba et Ka).
Quand est associés Osiris à Apis : Osiris-Apis, cela donne le Feu réalisateur de Ptah.
Osiris-Apis était plus connu à l'époque grecque sous le nom de Sérapis.
Dualité :
Taureau Apis : actif.
Boeuf Apis : passif.

Le culte de Ptah à Mur-Blanc inaugura l'époque organisatrice du Taureau. Le message du Ciel est résumé ainsi : il est donné à Iounou (Héliopolis), Répété à Mur-Blanc, écrit en caractères de Thot et envoyé à Nout-Amon (Thèbes), d'où est donné la "réponse" par Amon à Ouast (même son que le mot Thèbes) qui peut tuer ou faire vivre.
« Tout est Amon-Rê-Ptah », Un en Trois (comme la Trinité Chrétienne et celle de Shiva cité plus haut).

Ba et Ka parmi les 4 composés de l'humain (vus très très grossièrement).
Ba : le Lune, dans le sens de Mercure. Le Souffle-animation (sorte "d'Énergie") comportant 3 degrés : âme cosmique, âme naturelle (cycles), âme humaine. Dans l'être humain, Ba est à la fois universel et particulier.
Les Dieux aussi ont des Ba ou Baïs. Le Ba est représenté par une sorte de cigogne.
Ka : le Soleil, dans le sens de Soufre. Le Point d'appui pour toutes manifestations. Il y a un Ka supérieur et un ka inférieur. Ka le Taureau est l'incarnation animale du Feu de Ptah : ardeur, stabilité, etc...
Le Ka est le Principe réalisateur de la Création continu. Par exemple, les qualités vitaminiques, vitalisantes de toutes nourritures sont leur Ka. Le Ka est triple : actif, neutre, passif. Il est représenté par 2 bras relié entre eux. Parmi les composés humain que sont Ba et Ka il y a en a 2 autres, la troisième composante : AKH (Ibis), ou i répété, l'oiseau du dieu Thot dans la Manifestation à l'image identique d'elle-même. AKH est la Vie principielle ou Pré-matière ; et elle se situe juste avant la croix ANKH (résurrection de l'Esprit). La quatrième composante est l'Ombre, liée avec le Ka ; elle ne quitte jamais son maître. Elle est le milieu où est inscrit ce qui est la mémoire émotionnelle et instinctive (sorte de deuxième mémoire, la première étant mémoire cérébrale ou apprendre par coeur). C'est une sorte de corps illusoire. (Réf. : "Her Bak disciple" d'Isha Schwaller de Lubicz,
et de "Hymnes et prières de l'Égypte ancienne" par André Barucq et François Daumas).

Rudra est fréquemment comparé à un Taureau, qui dans la mythologie classique devient sa monture. Agni devient la semence, les Eaux sont fécondées, « enceintes » quand elles s’écoulent. Leur force de vie devient le PRÂNA ou Souffle viral (Shiva souffle de vie), qui anime les plantes, les animaux et les humains. Agni est aussi le feu produit par deux morceaux de bois frottés l’un contre l’autre pour donner le feu vulgaire, signe concret du principe invisible.
LE FEU QUI EMPORTE : rejoint le VAN. Dans la Vallée souffle le Vent, le Vent d’Hermès, au sens du VAN. Vent ou Van trouve son homonyme en FAN (paraître), mis en Fêmi dont la forme enclitique signifie : rendre visible, se manifester. La latin vanna (van) trouve dans FANOS (Phanos ou Lanterne) la signification de lumineux, brillant, que le sens figuré affirme par « manifeste », « évident » ; c’est aussi proprement le Flambeau, que le second sens de Phanos ou Fanos désigne par Lanterne (la « Lanterne » ou Lumière d’Hermès, cette Pierre nécessairement volatil revivifiant le mort et donnant la vie au Soleil et à la Lune, au « mari et à la femme »…).
FAN : paraître, avec le F de Figure, Finalité, Forme, Fond, Fin, Fleuve : « Le Fleuve qui va à la Mer ne peut supprimer sa Source » (Jean Coulonval). Le F de Feu qui détruit tout et qui donne cependant au Fer après liquéfaction, la Forme ou la Figure-Fin. Ainsi est la définition du mot VAN : LE RETOURNEMENT DE LA LUMIÈRE. Le Feu qui charrie les offrandes comme en RETOUR.

Agni-Inné parce qu’il est celui qui s’est « avancé » le premier : « Au commencement était…. »

Agni le Feu a besoin de manger (Loi de Succion ou Eucharistie) : à peine né, le bébé réclame son lolo. Comme si la vie se nourrissait de ce qui est mort, selon le principe des deux Pleureuses. Si le bébé n’a pas son lolo, il va pleurer et crier, la PAIX ne sera pas dans l’Instant, pas dans Shiva… Privé de « terroriste » (sens de nourriture) Agni devient Rudra (PANique) prêt à consommer même son corps, son FOURNEAU, SON VASE.

Le secret de la Fleur (épanouissement) d’Or et son Retournement de la Lumière pour apporter l’ENFANÇON (de la Taoïcité) ou Embryon d’Or diffuseur de Lumière : Shiva a 3 yeux, le Feu Igné-Inné est l’œil central. Le Retournement de la Lumière signifie l’éveil fondamental du Soi caché. En terme de Taoïcité ce Retournement consiste à retourner le mental par le « Qui suis-je ? » pour retrouver sa nature originelle et se réaliser comme être humain authentique, vierge de tout conditionnement par l’hérédité, le scolaire et l’extérieur en général. Le Secret de la Fleur d’Or vise ainsi à recouvrer et purifier le mental qui alors n’existera pas. Le Secret de la Fleur d’Or traite de l’Éveil qui se trouve naturellement en chacun.
« La Lumière n’est ni en soi ni en dehors de soi. Les montagnes, les rivières, le Soleil, la Lune et toutes les terres participent aussi de cette Lumière qui ne se trouve donc pas seulement en soi. Toutes les opérations de l’intelligence, la connaissance et la sagesse, participent également de cette Lumière qui ne se trouve donc pas en dehors de soi. De même que la Lumière du Ciel et de la Terre emplit l’Univers, la Lumière d’un seul être s’étend aussi naturellement aux cieux et embrasse la Terre. Voilà pourquoi si l’on retourne la Lumière, le monde entier se retourne également », dit le Secret de la Fleur d’Or.

RETOURNÉ : Les confucianistes appellent cela « Tendre la main vers la Connaissance » ; les bouddhistes « Observer le mental » ; les taoïstes « l’Observation intérieure ». La Lumière ou Centrum Centri qui contient l’Univers entier, comme l’exprime la Fleur d’Or. Retourné veut dire : porter son attention sur, ce qui ne veut pas dire : se fixer là-dessus !
Le Retournement de la Lumière n’a rien à voir avec une quelconque psychanalyse ou introversion à la C.G. Jung : le Retournement de la Lumière dans la méditation du chan/taoïste ne vise pas à couper le Réalisé du monde extérieur et certainement pas à l’intéresser aux f(r)ictions qui surgissent depuis son « inconscient ».

[En haut de page : croquis de la première Figure fermée flottant en différents endroits sur l’Eau de la Mer de la Pyrite de Fer, et confirmant que la Conscience infinie est partout et nulle part, et en tout cas elle se manifeste sous le nom-la-forme de cette Pyrite à partir du Triangle équilatéral]
 
 

Dernière mise à jour : 13-10-2019 01:21

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >