Ce monde des banques refuse la GRATUITÉ
 

Ecrit par Sechy, le 26-09-2020 03:13

Pages vues : 88    

Favoris : 11

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Accident, Adam, Alchimie, Allégeance, Banques, Bêtise, Blanc, Bombes, Bouche, Capitalisme, Catastrophe, Chaos, Chimère, Christ, Clown, Commodités, Conflit, Confort, Conscience, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Douleur, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Feu, Fléau, Foi, Forêt, Gratuit, Grégaire, Guerre, Haine, Humain, Histoire, Information, Instant, Intelligence, Intérêt, Jardin, Jehovah, Juif, Karma, Langage, Langue, Liberté, Logique, Masque, Matrice, Méditation, Mental, Messianisme, Montagne, Morale, Mort, Mot, Mystère, Narcisse, Nature, Noir, Occident, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Pied, Pierre, Poids, Porte, Pouvoir, Privilège, Race, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Serpent, Sexuel, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Tautologie, Temps, Vérité, Vide, Vieux, Virus, Viscères, washingtonisme, Yokaï

 
110802w_roudakoff.jpg
 
 
Ce monde des banques refuse la GRATUITÉ
Il y a une histoire soufie au sujet
d’un éboueur qui s’est retrouvé au
milieu du bazar de parfum à Istanbul.
Englouti dans une atmosphère de purs
parfums, il s’est soudainement effondré,
et personne ne pouvait le ramener à la
conscience. Un sage qui passait par là
a trouvé quelque chose qui était pourri
et sale, et l’a mis sous le nez de
l’homme effondré. Quand l’homme l’a senti,
il s’est immédiatement réveillé et le
sage a pu l’escorter hors du bazar
de parfum.
 
L’histoire, bien sûr, parle de nous et
de notre attirance pour les niveaux
inférieurs de vibration. La tendance est
tellement ancrée qu’en l’absence de la
grossièreté à laquelle nous nous
sommes habitués, nous devenons
insensibles – dans l’histoire (opinions
et temps qui coule), l’humain
s’enfonce dans l’ignorance.

Nul doute que le refus du GRATUIT ne soit
qu’un aspect principal parmi d’autres du
refus du Seul Réel, un des nombreux
mécanismes de défense qui entre en jeu dès
que le Gratuit, ou dès que le Réel est
perçu comme Cru-EL (trop cru par rapport
au Divin : EL ou AL).
Le Seul Réel sera considéré comme FAUX.
C’est pourquoi il a besoin d’être rempli
d’HISTOIRES, DE TEMPS, D’OPINIONS.

Le refus du Gratuit est comme le pot qui
fuit. Il reçoit l’eau, mais on a beau le
remplir sans arrêt il ne retient rien.
Nos habitudes d’inattention et de distraction
cultivées par une vie uniquement tournée vers
l’extérieur dans nos activités quitodiennes
d’une banalité insensée, ne nous quittent pas
dans l’Instant quand Nous sommes en présence
de quelque chose de sublime, de transcendant.

La Gratuité se situe dans le « Reste tranquille
et sache que je suis Dieu », c’est-à-dire
NE PAS PENSER, soit la Libération (moksha).
Se prendre pour une naissance est déjà de la
possession et de l’asservissement.
C’est le corps qui est né, et qui doit en mourir.
« La conscience n’est jamais née ; elle reste
éternelle. Mais l’ego prend naissance
[l’ego de la conscience ou raison] ; de même
que toutes les pensées. Ils ne peuvent exister
qu’en étant associés à la conscience absolue ;
pas autrement » (R. Maharshi, entr. 131).


Le contraire de Gratuit c’est la POSSESSION : être possédé par le désir, par l’argent, par le winnerisme, par atteindre un but, etc.
Il y a l’histoire d’un des maîtres bouddhistes nord-indiens, Asanga, du 4è siècle de nôtre ère. Il est allé dans une retraite de méditation dans une grotte pendant neuf ans, avec une formule qu’il pensait ne pas pouvoir échouer afin d’établir une sorte de connexion avec le Bouddha Maitreya, soit atteindre la Libération, l’Éveil. Au bout de trois ans de méditation rien ne s’est passé. Alors il quitte sa grotte, et comme il marchait il vit un corbeau sortir de son nid sur le flanc d’une montagne. Il remarqua que là où le corbeau volait, entrant et sortant, la pierre autour du nid avait été légèrement usée par ses plumes. Il se dit : si cet oiseau peut user une pierre avec ses ailes, je peux retourner en confiance à ma méditation. Il médita à nouveau pendant trois ans et toujours aucune Libération, aucun lien avec Maitreya (Christ ou Soi).
Il quitte sa grotte à nouveau et en sortant il voit de l’eau couler et à l’endroit où elle coule il remarque que la pierre a été usée par l’écoulement. Alors il décide de méditer à nouveau trois ans. Finalement au bout de neuf ans, il ne trouvait toujours pas la Libération en la personne de Maitreya, son Seigneur. Désespéré il s’en va pour de bon en abandonnant tout idée de grotte et de méditation.

Quelques temps après sur le bord de la route il voit un chien gravement blessé à tel point que sa chair commence à être rongée par les asticots. Quand Asanga voit le chien, il veut le guérir, mais il ne veut pas non plus blesser les asticots se nourrissant du chien, les voyant comme d’autres êtres vivants qui apprécient aussi leur vie (selon la loi de succion), alors il essaie de les emporter un par un. Il constate qu’essayer de le faire avec un bâton leur fait du mal. Puis il essaie de le faire avec ses doigts et cela leur fait aussi du mal.
En fin de compte, un par un, il enlève les asticots avec sa langue. Mais à ce moment-là, ce qu’il avait pensé être un chien blessé apparaît soudainement comme le Bouddha Maitreya, et la réponse donnée à Asanga a été LA GRATUITÉ, LA NON POSSESSION, qui s’est traduite par une extrême compassion, alors qu’Asanga DANS L’INSTANT envers l’ensemble chien-asticots ne possédait plus rien puisqu’il ne pensait ni à la méditation ni au DÉSIR d’obtenir coûte que coûte quelque chose, comme la Libération, sous forme de rencontrer le Bouddha Maitreya. Bref, Asanga était devenu un ÉVEILLÉ ; IL ÉTAIT DANS UNIQUEMENT DANS L’INSTANT, DANS LE TOUT, DANS LA NON-DUALITÉ. Dans l’histoire, Asanga fut le SERVITEUR de l’ensemble chien-asticots. « Serviteur », notion disparue depuis l’avènement de la machine et surtout du politisme de 1789.

GRATUITÉ = ABSENCE DU « MOI JE ».
GRATUITÉ = AUCUN CHOIX, AUCUNE ATTENTE EN RETOUR, PAS D’ÉCHANGISME NÉCESSAIREMENT COMMERCIAL ET DONC INTÉRESSÉ. ON N’ATTEND RIEN EN RETOUR DE L’AMOUR QUE L’ON RAYONNE.
Qu’est-ce que c’est la KARMA ? C’est LA POSSESSION, L’ATTACHEMENT, L’ÉGOÏSME QUI NOUS POUSSE À RENAÎTRE SANS ARRÊT, LE DÉSIR DE SENSATION : S’ENVOYER EN L’R, LE BESOIN D’ÊTRE STIMULÉ PAR UN EXTÉRIEUR AVEC LE PIÈGE DE LA ROUE DES COUCHES-CULOTTES SANS FIN, comme les polémiques, comme l’évolutionnisme…

Concernant la référence, l’extérieur : aucune expérience intérieure subjective ne peut être empruntée à autrui.
L’Éveil doit se faire chez chaque individu à la suite de la préparation et du travail auxquels il s'est livré lui-même : « Connaître toi-même par toi-même », aussi une bonne définition de l’Alchimie.
De plus en plus souvent, les gens tournés vers l’extérieur cherchent des références-gurus, comme s’ils n’avaient rien à faire, comme s’ils n’avaient qu’à toucher les pieds de la référence ou du guru, et que référence ou guru prendra la responsabilité sur lui. Les gens font de même avec l’État-Providence État-provende, surtout quand cet État leur a vendu de la sécurité. C'est là une attitude de survie très commode car elle permet aux gens de poursuivre dans le siècle leur vie d'ambition, de jalousie, de recherche de l'argent, de désir de puissance et ainsi de suite.

Parce qu'il y a tellement de personnes qui trouvent cette façon d'être à leur goût, notamment à travers les élections, il y en a d'autres qui sont prêtes à jouer le rôle complémentaire : les fameux spécialistes qui pullulent. Aussi il y a des imposteurs qui se disent Gurus, les spécialistes, et qui donnent un sentiment de sécurité à ceux qui le leur demandent. Tournez vos pensées vers moi, dit celui qui s'est lui-même instauré Guru ou spécialiste, et vous serez protégé de tout ennui. Le politisme du régime républicain et capitaliste procède de même, comme la publicité commerciale : la propagande ou la réclame RÉPÈTE À L’ENVI POUR CONDITIONNER LE MENTAL DE L’ÉLECTEUR ET DE L’ACHETEUR.

La croyance, comme toutes religions-béquilles, crée la rigueur et le fanatisme et est cause de mal et non de bien. LA RÉPUBLIQUE ET SES BANQUES EST DEVENUE CETTE RELIGION-BÉQUILLE.
LE RÉGIME RÉPUBLICAIN EST LE GRAND GURU ABSTRAIT ACTUEL (il dit même aux écoliers comment s’habiller…). Or le véritable Instructeur NE DIVISE PAS : il n'établit pas de division entre celui qui reçoit l'enseignement et celui qui le dispense.
RELIGIONS, RÉPUBLIQUES-BÉQUILLES-SÉCURITÉ : « Car en vérité, ce qui fait la douceur de ta vie est ton ennemi. Si ton œil voit toutes choses, ton oreille entend toutes choses et ton cœur se rappelle toutes choses, en vérité, dans toutes ces choses, ton âme est détruite ». (Maître Eckart).
L’Éveillé ne puise ses enseignements que dans sa propre culpabilité, pas dans les problèmes des autres. Il se demande : « Qui suis-je, pour que tout cela m’arrive, pourquoi je suis né ? ». Et il plonge son regard, il retourne la Lumière dans ses propres profondeurs pour y chercher la réponse à ces questions fatidiques.
CROYANCE = LE CHAOS HUMAIN DU N’IMPORTE QUOI COMME LA LAÏCITÉ : religions et yoga indien ou arts martiaux d’orient, on suit des régimes alimentaires, on apprend la théosophie par cœur, on répète machinalement les textes mystiques de toute la littérature mondiale, on suit des développements personnels, tout cela parce qu’on se tourne uniquement vers l’extérieur et qu’on ne croit pas le moins du monde qu’il puisse provenir quoi que ce soit de libérateur de son Soi. Alors peu à peu le mental devient ce Nazareth dont rien de bon ne peut venir, et c’est pourquoi on recherche son bien aux quatre coins du monde, maintenant en phase de digitalisation par la 5G etc., : plus ça vient de loin et mieux ça vaut, selon le principe de l’évolutionnisme !
Maître Ecart disait encore : « Ce n’est pas au-dehors, mais à l’intérieur : TOUT À L’INTÉRIEUR ». LE ROYAUME DES CIEUX EST EN VOUS, dit la Bible. « Les choses ne fructifient que dans leurs propres fruits », dit Senior Zadith.
« Si vous vous considérez comme étant le corps [donc le consommateur], vous éprouverez quelques difficultés à comprendre cette affirmation. Si, en revanche, vous savez qui vous êtes réellement, vous découvrirez que le Royaume des Cieux et tout le reste sont inclus en votre Soi véritable. Tous ces concepts prennent naissance après que l’ego s’est manifesté [soit dès la naissance inscrite dans le registre civil de l’État] ». (Ramana Maharshi, entretien 311 du 2-1-1937).
« L’état de l’être réalisé [et libéré] est le Royaume des Cieux. « Le Royaume des Cieux est en vous ». Ce Royaume est Ici et Maintenant [dans l’Instant] ». (Entretien 487a du 3-5-1938).


« Reste tranquille et sache que je suis Dieu » = cela vaut la peine d’observer tranquillement ce qui se passe en SILENCE dans le mental, dans l’ego, et le plus important et le MEILLEUR se passe lorsqu’il n’est pas réglementé par des lois à l’extérieur et d’en « haut », ni d'ailleurs celles de l'intérieur.

Retour sur le chien aux asticots d’Asanga.
Le chien, c’est le métal ; les asticots (les petiotes chouses comme des virus… au sens de CHAQUE CHOSE EST UNE : ELLE EST), ce sont la rouille, le vert-de-gris ou la lèpre du métal, mais cette lèpre est du même coup, comme dans l’histoire d’Asanga, LA VERA PRIMA MATERA, LA BASE DE LA PRÉPARATION DE L’OR VÉRITABLE.
Le Rosarium dit à ce propos : « Nostre Or n’est pas l’Or vulgaire. Mais tu as questionné sur le vert [certainement le vert-de-gris, le VIRIDITAS], pensant que le bronze était un corps lépreux, du fait de la verdeur qu’il a sur lui. C’est pourquoi je te déclare que s’il y a quelque chose de parfait dans le bronze, c’est ce vert [cette lèpre, ces asticots] et seulement lui, parce que ce vert est changé sur-le-champ par nostre Magistère en nostre Or le plus vrai ». Citation tirée de Senior Zadith.

AZOTH, PLOMB, VIRIDITAS, VERT = LA PIERRE.

Également dans le Traité appelé « Rachidibid » : le second ferment, l’Or : « Donne-lui le quart. Icelui devra cependant avoir été préalablement calciné et dissout dans l’eau. Cette eau, en effet, est l’eau élémentaire par tous les éléments par égalité. Donne-lui à nouveau le second ferment. Lorsque je parle du second, j’entends parler du deuxième lien en lequel la teinture est sulfureuse, qui est appelée : « l’huile qui se trouve dans les liens ». C’est un vitriol très vert et très purifié, très brillant, qui doit être changé en eau.
Donne-lui encore l’eau safranique faite avec enducato comme l’eau du cuivre vert, qui est le venin (ou la teinture) du mercure. Et donne au mercure de l’eau préparée dans son esprit, que tu as extrait de son corps. Tu auras ainsi mortifié ce corps pour préparer l’eau d’argent vif ».
Thalès de Milet (celui du théorème) dit la même chose du vert-de-gris : « C’est en vérité ce que l’on recherche le plus : C’est la rouille seule qui donne sa valeur à la pièce » (Rouille, la Merde-énergie....).
ROUILE = CE QUI EST CACHÉ, DONC RETOURNER LA LUMIÈRE….. Rien ne fonctionne sans PETIOTE CHOUSE, bien illustrée par le BÂTON DU DIEU DES ARTISANS : PTAH (Bâton surmonté d’une tête sethienne, d’un lien à Seth DANS LE SENS DE LA DUALITÉ, ÉQUILIBRÉE (la Plume)…. DE PUR-IMPUR OU DE L’ADVERSAIRE ; le Bâton comporte donc aussi une Plume). C’est-à-dire que la Vie a besoin du EST, au sens de PLEIN, TOTALITÉ, TOUT, LE SANS POURQUOI.
Ce « pur-impur équilibré », cette « Balance » se retrouve dans l’Eau de Mort-Colle (Nephtys) et l’Eau de Vie (Isis) favorisant la Chute et Seth. Isis en Passivité agissante, et Nephtys en Passivité négative. On a donc là la « COLLE DU MONDE » (Glutinuum mundi) médiateur du ‘Je’ et du ‘je’ formant l’ANDROGYNE (non-dualité, l’EAU PRIMORDIALE, en ce sens je suis en accord avec Thalès puisque l’Eau est nécessaire dans la Putréfaction liée au sec). Voir la Brihadaranyaka Upanishad (Grand Traité de la Vie en Forêt). I-iv-1 à I-iv-2 : « Au temps des origines, cet Univers était uniquement l’Atman [Soi et soi-non encore], sous la forme d’un homme (Purusha). Il regarda autour de lui et ne vit rien d’autre que lui-même [pas de temps pas d’idéation]. Sa première parole fit : « Je suis Lui [Soham, ou Jéhovah] ». Pour cette raison, on lui attribua par la suite l’épithète de Aham, « Je suis ». Et c’est pour cela qu’à ce hui encore, lorsqu’on appelle une personne, elle répond d’emblée « Je (c’est moi) », avant d’ajouter les autres noms qui l’identifient [socialement]. Parce qu’il n’avait pas brûlé tous ses actes négatifs antérieurs, on l’appelle le Purusha (2). Qui possède cette connaissance brûle tout ce qu’il a pu désirer auparavant [je l’appel le COUR] ».

« Il connut la peur. C’est pour cela qu’à ce hui encore on a peur lorsqu’on est seul. Il se dit : « S’il n’existe rien d’autre que moi, de quoi donc ai-je peur ? » Cette réflexion chassa sa peur, en effet, qu’y avait-il à craindre ? CAR LA PEUR NE SURGIT QU’EN PRÉSENCE D’UNE SECONDE PERSONNE [dès que le social est inventé] ». Voir par exemple le cas d’un attentat à Paris ce 25 septembre 2020….
Évidemment le Purusha désira un « second lui-même » (son Seigneur : « Je est un autre »)…

ROUILLE : le Second Œuvre qui est fait de l’Or seul, dit La Tourbe des Philosophes. Rouille ou SANGSUE : car cachée dans l’Or sulfureux comme la sangsue cachée dans l’eau ; « faire la rouille est donc faire le rouge, et il faut blanchir dans le Premier Œuvre. Rouge qui ne va pas sans le Vert, comme le Cuivre et le Vert-de-Gris formant une POUSSIÈRE (cendre)….. Le Rouge du Cuivre comme du Sang qui TEINTE…

Les êtres humains de 2020 n’ont rien compris ; ils combattent le plus précieux, les petiotes chouses… Et ce depuis Louis Pasteur autre tueur de petiotes chouses ; de ces tristes personnages « sauveurs du monde » comme tous les Bill Gates qui veulent TUER LA VIE POUR EMPÊCHER DE MOURIR…..
Les petiotes chouses sont ainsi : Hamlet dit que, qui accepterait de vivre s’il n’y avait cette crainte de quelque chose après la mort, Pays d’où nul voyageur ne revient ? Alors on s’accroche à notre dimension du spatio-temporel À CAUSE DE LA PEUR, LE VERT-DE-GRIS, le Vert de l’Eau Primordiale, la Grande Verte (nom égyptien ancien de la mer Méditerranée). Le vert de la vie du bourgeon au printemps et le vert de la MOISISSURE ÉMETTRICE COMME PAS POSSIBLE (Aspergillus noir MAIS AUSSI SYMBOLIQUE SENS ALCHIMIQUE DU « TRAVAIL DE FEMME ET JEU D’ENFANT » rejoignant le « RESTE TRANQUILLE » cité plus haut, c’est-à-dire soumis à la Putréfaction, et non l’inverse de la part de l’opérateur)…. SOIT LA BALANCE VIE-LA-MORT ; rejoint les ENZYMES (1).
« La sécurité est la plus grande ennemi des mortels », dit Hécate dans Macbeth…. Et surtout depuis 2001, terrorisme et virus sont MONTÉS EN ÉPINGLES, VOIR FABRIQUÉS ARTIFICIELLEMENT, SONT MONTÉS EN PHARE PUISSANT, MÊME EN SOLEIL PAR LE REGIME POUR NOUS EMPÊCHER TOUTE LIBÉRATION. Le phénomène sanitaire fictionnel mondial des masques obligatoires covid-19 en est une bruyante démonstration, surtout si à cela s’ajoute une prochaine vaccination obligatoire pour tous.
LE CONFORT COMME LE SÉCURITAIRE EST DESTRUCTEUR DE L’HUMAIN. (Dans ce confort il faut inclure Big Pharma et Big Agribiz et bien-sûr le tout connecté informatique inhérent au capitalisme et au salariat en dépendant).



Notes.
1. ENZYMES : dans le Levain. Ferments produit par les cellules. Ce sont eux qui activent les échangent chimiques ; ils font tout le labeur dans la Matière, en accord avec les forces lunaires. Ils s’occupent de la « Digestion ». Deux atomes peuvent se réunir sous un effet enzymatique (d’après S. Györgyi).
Les enzymes exercent des forces physiques électro + et électro - pour pénétrer jusqu’au coeur de l’atome. (Louis Kervran. Voir aussi ce pdf sur la nutrition). Attention à la cristallisation qui peut tuer les enzymes !
Alcool du vin + Oxygène = Acide acétique (favorisé par une levure ou champignon microscopique).

2. Purusha : la Personne Suprême, parce que signifiant « qui a brûlé le mal du contact extérieur » ; cette Conscience brûle tous les maux, et l’on Nous dit que les maux en question sont consécutifs à l’extérieur,  c’est-à-dire à la dualité intérieur-extérieur. Et en cet ÂGE D’OR il n’existait pas de dualité intérieur-extérieur mais seulement un état d’indifférenciation. L’Upanishad dit, comme le Maharshi, que toute personne peut devenir le Purusha (le Seigneur, l’Homme dépourvu de passion, de désir ; le Purusha est l’Être réel : Il est à l’intérieur dit également le Maharshi à l’entretien 456).
« Ô Maître, qui as toujours été en moi dans toutes mes incarnations passées et qui t’es manifesté sous forme humaine à seule fin de parler le langage que je comprends, et de me guider », stance en tamoul cité par le Maharshi. Stance qui correspond au « Seigneur » dans le soufisme d’Ibn’Arabi. Le monde des phénomènes appelé « faits » ou « événements », appelé aussi « réalité objective » ce piège parfait de la dialectique et de la causalité historique et de raison. Le « Seigneur » c’est encore le Christos Angelos du Prophète et d’Ibn’Arabi sous la forme de la vision d’un adolescent (3).
« L’Éveil véritable est au-delà des trois états de veille, rêve et sommeil profond », dit la Maharshi à l’entretien 476 du 21-3-1938.
« Conscience du Christ et Réalisation du Soi sont une seule et même chose » (entretien 88 du 6-11-1935).
Si nôtre Nature Véritable était Ici et Maintenant, il n’y aurait ni besoin de « social » ni besoin de désir de quoi que ce soit ! Le Soi peut rester sans le corps mais le corps ne peut pas exister sans le Soi (entretien 396 du 12-4-1937).
« Le corps est la croix. Jésus, le fils de l’homme est l’ego ou l’idée [l’opinion] « Je suis le corps » [et le consommateur]. Après avoir été crucifié, il est ressuscité comme le Soi glorieux - Jésus fils de Dieu !

RENONCE À CETTE VIE SI TU VEUX VIVRE ». (Ramana Maharshi, entretien 396).

LE DESIR DU CONTACT EXTÉRIEUR, L’ÉCHANGE, PEUT ÊTRE MIS AU COMPTE DE LA CROYANCE EN LA RÉALITÉ DES PHÉNOMÈNES EXTÉRIEURS, SOIT LA FICTION OÙ TOUT SAUTE COMME UN CABRI, D’OÙ L’INJONCTION DE MÉDITER SUR LE PURUSHA SUPRÊME.

3. Faire attention qu’il y a un DOUBLE PÉRIL : la fixation ou i’impasse sous forme de dogme, qui peut être un Dieu du monothéisme, une constante scientifique donc une opinion genre la « vitesse de la lumière » ; et l’objet d’amour qui condamne au nihilisme sous forme d’un ascétisme comme ces gens qui se flagellent eux-mêmes jusqu’au sang avec un fouet. On a donc une coagulation inconditionnelle genre « la République une et indivisible », soit le piège de toutes les idolâtries y compris celle de la marchandise et son capitalisme et de sa démocratie ; et le piège d’une coagulation fonctionnelle ou machine genre évolutionnisme qui jamais ne coagulera mais sera toujours dans le solve : la flèche unique du temps, une sorte « d’aspirateur » genre « la fin des temps », bref : une carotte, cette « nostalgie du Divin ».

[En haut de page : aquarelle de Michel Roudakoff]
 
 

Dernière mise à jour : 26-09-2020 05:51

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved