Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Mental contre Divin
Mental contre Divin Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 05-11-2016 23:29

Pages vues : 3807    

Favoris : 101

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : ADN, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Behaviorisme, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Communisme, Conte, Daesh, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Égrégore, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Génocide, Histoire, Humain, Illusion, Image, Impur, Inquisition, Instant, Islam, Jardin, Jeu, Judaïsme, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Nomade, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Ptah, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Pur, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Science, Sécurité, Sédentaire, Serpent, Sexe, Silence, Social, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Vide, Volonté, Yokaï

 
3pommes.jpg
 
 
Mental contre Divin
 
 
Civilisation = encombrement provoqué par les données sensorielles de l’ego, donc par la raison ou opinion et le vagabondage mental. Encombrement surtout provoqué par la chefferie de l’étatisme. Cela peut rejoindre : vil (ignoble, infâme, etc.) et villes qui sont des encombrements de tout
Encombrement = artifice, obstruction, non transparence. La nourriture industrielle encombre le Vaisseau corps. Les médias, la politique du républicanisme encombrent les masses.
Transmission : se veut transparence car utilisant portes et fenêtres ou ouvertures entre intérieur et extérieur. La transmission actuelle par « réseaux » ou « tout connecté » du binaire informatique et d'une certaine judéo-maçonnerie spéculative à pour-voir est encombrement, blocage, non transparence ou même soupe pour tous, donc chaos. Autrefois un coursier à cheval transmettait, ou un héraut, de nos jours même les postiers disparaissent car tout passe par le binaire de l’informatique, et les médias transmettent des informations manipulées afin de tromper les masses (si ces transmissions étaient authentiques, elles seraient interdites par la chefferie du républicanisme !).
Dans les vils villes il y a plein de murs, donc encombrement-obstruction. Dans les vils villes il y a plein d’objets de la société de consommation, donc source de discrimination, de division, de ségrégation, de RACISME. Nullement d’égalité, de fraternité, de liberté, dans les vils villes du citoyens (notamment voir l’organisation du chaos par le phénomène « migrants »).
La Claire Lumière ne vient que de la Clarté (Lumière de l’Essence). Dans les vils villes : très peu de clarté.
L’Obscurité ne vient que de la Lune Noire (Sidéros, fondre métal) et influence, unir, fluidifier, fluer-fluir : COULER DANS, ENGENDRER. « C’est de l’obscurité que peut naître la Lumière » dit une sentence de la Tradition. C’est bien dans les caves, les grottes sombres que l’on trouve les “ Trésors ” !
« Aller vers l’obscur et l’inconnu par ce qui est plus Obscur et Inconnu encore » dit cette superbe devise alchimique évoquant une Stargate ou Point Focal, le Tout, PAN.
 
L’étatisme installé depuis l’ère de la voie de l’Agriculture, soit depuis près de 10.000 ans, a été remplacé depuis l’ère du capitalisme commençant en Europe vers Louis 9 (les croisades), soit près de 8 siècles : ce sont les Couilles en Or ou financiers et multinationales qui dirigent les États. Idem : depuis des millénaires les humains se sont éclairés avec des flammes naturelles genre bougie et lampe à huile, et depuis environ un siècle ils s’éclairent à l’artificiel (ampoule électrique et actuellement leds qui font mal aux yeux). Il y a là un problème ! tournant évidemment autour de l’énergie pour alimenter ces ampoules, alors que les bougies marchaient toutes seules (leur fabrication était simple et presser l’huile pour alimenter les lampes à huile ne demandait pas l’énergie gargantuesque de notre époque). Maintenant que l’on ne me reproche pas de vouloir revenir à l’éclairage à la bougie, le problème n’est pas là, IL EST INTÉRIEUR et pas extérieur ; l’éclairage et l’énergie pour faire « tourner » n’importe quoi est un détail, qui à ces jours n’est pas à sa place car source de violences et de meurtres de masse en tous genres et dans les trois Règnes.

À notre époque prétendument si moderne mais si complexe, on peut s’interroger sur « Pourquoi il existe encore un étatisme comme le républicanisme et sa chefferie, ou identiquement une monarchie déguisée ou non ? », car nous serions si « avancés », alors nous serions comme CHACUN UN ÉTAT, car chaque être humain du nom-la-forme, soit de la Chute, est maintenant à lui-même absolument son propre législateur, soit son propre État, le dispensateur de sa liberté ou de ses problèmes, l’arbitre de sa vie, de ses hauts et de ses bas. On ne peut pas faire société avec les autres sans, avant, avoir fait société avec soi-même dans les profondeurs les plus intimes. Un « commandement de Dieu» dit d’ailleurs : « Aimer son prochain comme soi-même », mais ça a été mal interprété… vue ce qu’il se passe actuellement.
Ainsi la société est au service de la personne, et non la personne au service de la société (comme l'actuel « vivre ensemble »). Bref, c’est la personne (Père-Sonne) qui donne un sens à la société, et non pas le contraire comme le fait le républicanisme présent et ses « droits de l’homme ».
Donc le problème vient avant tout de chacun de nous, et l’étatisme et son républicanisme s’écroulera de lui-même car devenu inutile et gaspilleur d’énergie. C’est simple, soit lutter contre cet étatisme et ce système capitalo-socialiste de la City de Londres représentant le cancer du pouvoir, donc ce qui EST EXTÉRIEUR À NOUS-MÊME, et LE SOCIAL (SON « VIVRE ENSEMBLE ») AUSSI EXTÉRIEUR À NOUS-MÊMES. Ne compter que sur les autres fera de nous de plus en plus des robots téléguidés par une oligarchie de plus en plus cachée et puissante grâce à sa technologie et sa croissance financière puisque elle est devenu articifielle.

Le processus de l’ego qui consiste et manipule pour se tourner uniquement vers l’extérieur, vers les autres, pour déterminer le cours et la direction de nos vies est très dangereux. Aussi chacun de nous en porte la responsabilité s’il se laisse manipuler par les autres (le social et ses réseaux… la folie du connecté, etc…).
Alors, si nous sommes responsables, comme le prétendent quelques membres de l’oligarchie républicaine et leurs « valeurs », cela implique que nous fassions des choix sur ce à quoi nous nous exposons. Mais tout le monde ne fonctionne pas sur ce plan, alors nous en sommes réduit à une guerre de tous contre tous, et ça s’appelle la « démocratie » et c’est le chaos et sa laïcité !


La mauvaise nourriture industrielle renforce cet état de dépendance à la chefferie du républicanisme et de ses multinationales et de la City. On dit « Vous êtes ce que vous mangez », ce qui bien-sûr s’applique aussi au mental, donc aux types d’émotions auxquelles nous accordons de l’importance. Nous nous nourrissons en permanence à tous niveaux et surtout d'opinions, et maintenant surtout pas de façon consciente ! D’ici à 2050, 80% de la population mondiale seront « citoyennisées » : ils vivront dans des villes, les campagnes deviendront des musées du républicanisme (si ce système existe encore à cette date).
À chaque Instant nous projetons nos opinions, surtout maintenant facilité par la technologie, dans l’inconscient-collectif. Alors, quelle sera la nature des influences qui seront exercées dans ces futures usines humaines urbaines en expansion comme le cancer ?

Depuis la révolution industrielle au 19è siècle, c’est le « Struggle for life », soit l’American way of life qui triomphe en Zombieland, pays du narké et du narcissisme, (le moi-je du social en réseaux). Cela indique une profonde frustration, une perdition totale qui déclenche des épisodes de colère jusqu’au désespoir d’être tenu à l’écart des besoins les plus essentiels, et accélère la puissance des désirs de consommations. Voilà ce que vivent actuellement ceux qui sont nommés par l’oligarchie : « citoyens » (les ci-villes-isés), soit la majeur partie de la population mondiale.

Comme j’écris souvent ici, nous ne sommes que des Voyageurs sur cette planète, alors nous devrions la laisser aussi propre que nous l’avions trouvé en naissant. En tant que Voyageur, chacun de nous est responsable du fragment unique de la Création qu’il représente, puisque chacun EST, donc chacun repose exclusivement sur le Soi ou Instant éternel ; ce que les Taoïstes appellent « Garder le UN », par exemple : « Si tu veux avoir Longue vie, garde le UN bien lumineux ; si tu penses au UN dans la faim extrême, le UN te donnera du grain » (réf. Méditation taoïste, d’Isabelle Robinet).


Encore quelques mots/maux sur ce mental qui détruit ce monde.

« L’essence du mental n’est que conscience ou conscience éveillée. Quand cependant l’ego le domine, le mental fonctionne avec les facultés de raisonner, de penser ou de sentir. Le mental cosmique [celui comme chez les Païens et chez Baal (1)], qui n’est pas limité par l’ego, n’a rien qui soit séparé de lui et il est donc UNIQUEMENT CONSCIENT. C’est ce que la Bible veut dire par « Je suis ce JE SUIS ». Le mental dominé par l’ego, a les forces sapées et devient trop faible pour résister aux pensées qui le torturent. Débarrassé de l’ego, le mental est heureux comme dans le sommeil profond, sans rêve [ou dans le cas de représenter à l’aquarelle sur le papier un paysage on fait un avec le paysage, et c’est merveilleux, il n’y a plus de dualité sujet-objet]. Il est donc clair que la félicité et la souffrance ne sont que des modes mentaux ; mais il n’est pas facile de remplacer le mode faible par le mode fort [à cause du vagabondage mental]. L’activité est faiblesse et rend donc malheureux [elle est identique à l’opinion et attend perpétuellement des fruits, des bénéfices, il y a absence de gratuité] ; la passivité est force et procure de la félicité. La force latente n’est pas apparente, et n’est donc pas utilisée.
Le mental cosmique, se manifestant en de rares individus, est capable d’effectuer chez autrui la jonction entre le mental individuel (faible) et le mental universel (fort) [les Essences de Jean Coulonval] des profondeurs de l’homme. Un tel être rare est dénommé GURU ou Dieu manifesté ». (Ramana Maharshi, entretien 188).

Par exemple, quand je dors en sommeil profond, il n’y a pas de mental. Le monde n’existe-t-il pas pour les autres pendant « ce temps là » ? Ou, le monde est-il un produit d’un mental universel ? Comment pouvons-nous dire que le monde n’est pas matériel, mais semblable à un rêve ?
« Le monde ne vous dit pas qu’il provient d’un mental individuel ou d’un mental universel. Il n’y a que le mental individuel qui voit le monde [c'est moi qui souligne]. Quand ce mental disparaît, le monde disparaît aussi.
Un homme, un jour, vit en rêve son père, décédé depuis trente ans. Dans ce rêve, il avait quatre frères et son père avait partagé son héritage entre eux tous. Une dispute s’ensuivit lors de laquelle ses frères se jetèrent sur lui pour le tuer. Il se réveilla en sursaut, terrorisé. Il se souvint alors qu’il était fils unique, qu’il n’avait aucun frère et que son père était mort depuis longtemps. Sa terreur se transforma en contentement.
Vous voyez bien que, quand nous prenons conscience de notre Soi, le monde disparaît, mais lorsque nous perdons de vue notre Soi, nous nous trouvons enchaînés dans le monde ». (Ramana Maharshi, entretien 556).

Essences ou Mental cosmique, aussi appelé Lumière de l’essence en taoïcité, ne dure que DANS L’INSTANT : « Il se particularise ou se différencie avec l’intrusion de l’ego. C’est alors que la personne commence à dire ‘je’ ; et cela toujours en association avec une entité (ici le corps). Le corps est donc identifié comme étant ‘je’ et tout le reste suit » (Ramana Maharshi, entretien 510).

Comment le monde peut-il être une imagination ou une pensée ? La pensée est une fonction du mental. Le mental est localisée dans le cerveau. Le cerveau est à l’intérieur du crâne qui n’est qu’une partie infinitésimale de l’Univers. Comment alors l’Univers peut-il être contenu dans les cellules du cerveau ?
Maharshi répondit (à l’entretien 451) : Tant que le mental sera considéré comme une entité de ce genre, les doutes persisteront. Mais, qu’est-ce que le mental ? Réfléchissons-y. Quand l’homme sort de son sommeil, il perçoit le monde. Cette perception vient après la pensée ‘je’. Puis, la tête se soulève et le mental devient actif. Qu’est-ce que le monde ? C’est un ensemble des objets répandus dans l’espace. Qui contient cet l'ensemble ? Le mental. Mais le mental qui contient l’espace (âkâsha ou éther) ne serait-il pas lui-même espace ? L’espace est l’éther physique (bhûtâkâsha). Le mental est l’éther subtil (mano’ kâsha) qui est lui, contenu dans l’éther transcendantal (chidâkâsha). Le mental est donc le principe éther (âkâska-tattva). L’éther étant le principe de la connaissance (jnâna-tattva), la métaphysique identifie le mental à l’éther. Le considérant comme tel, il ne devrait plus y avoir de difficulté à réconcilier la contradiction apparente contenue dans la question. Le mental pur (shuddha-manas) est éther. Les aspects dynamiques (rajas) et engourdis (tamas) du mental se manifestent sous forme d’objets du monde grossier. Par conséquent, l’Univers entier n’est que mental.
Prenez encore l’exemple d’une personne qui rêve. Elle s’installe dans une pièce dont les portes sont fermées de façon à ne pas être dérangée durant son sommeil. Elle ferme les yeux pour ne voir aucun objet. Et pourtant, lorsqu’elle rêve, elle voit tout un monde dans lequel des gens se meuvent et elle-même parmi eux. Tout ce monde est-il entré par la porte ? Non, il lui a simplement été présenté par son cerveau. Mais s’agit-il du cerveau du dormeur ou du cerveau du personnage du rêve ? Bien entendu, de celui du dormeur. Comment se peut-il alors qu’un monde aussi vaste puisse être contenu dans des cellules aussi minuscules ? L’explication en est que l’Univers entier n’est qu’une pensée ou une série de pensées ».

« Les modes du mental prennent la forme des objets extérieurs et la lumière, réfléchie sur eux, illumine ces objets. Il faut se désintéresser des modes du mental et regarder la lumière qui les illumine. Le mental s’apaise alors et la lumière resplendit par elle-même. Le mental changeant (c’est-à-dire associé à rajas = activité et à tamas = obscurité) est communément connu comme le mental. Dépourvu de rajas et de tamas, il est pur et brille par lui-même. C’est la Réalisation du Soi. C’est pourquoi on dit que le mental est le moyen pour l’atteindre ». (Entretien 100). Ainsi, la Lumière n’est perceptible qu’à condition d’être reflétée par son reflet sur un objet.
 
Aucune libération, aucune paix ne pourrait être apporté de l’extérieur par l’opinion et l’administration d’une quelconque tête d’œuf ou oligarchie étatique. Ce qui libère ne peut qu’être intérieur, sur notre être le plus intime. Ce que nous prenons pour « vérités » ne sont que conditionnement et relativité.

Différence énorme entre l’être vertueux et le pécheur. Mais différence encore plus énorme entre l’être vertueux et le Réalisé à la Connaissance ! C’est pourquoi à ce moment de connaissance il est folie de croire que l’on ne fait plus partie de la masse et que l’on devient un winner ! (On n’est pas aux « jeux olympiques » de la spiritualité comme le voudrait l’époque actuelle où tout n’est plus que compétition et que je t’écrase l’autre, pour le toujours plus… d’argent… !!!. On n’est pas dans la cour de récréation où un enfant crie à son camarade : « Je suis plus saint que toi ! ».


Note.
1. Concernant Baal et les Païens : Baal est symbole cosmique, de la vie totale, alors que le Yahvé des Hébreux ou Israélites n’admet pas cela ; tous combattirent Baal, je peux dire : jusqu’à ce jour. Les Yahvistes envahisseurs combattent Baal et ses adeptes appelés « Canaanéens ». Ces envahisseurs se sédentarisent conformément à la mode des 10.000 ans en pratiquant l’agriculture et l’élevage et développeront une civilisation urbaine qui depuis nous plombe un peu plus chaque siècle. Ce sera en Palestine qu’un nouveau type de croyance et d’expériences religieuses se heurtera (comme de nos jours), aux centaines de millénaires de la spiritualité cosmique, le Tout, PAN.
La spiritualité cosmique prolonge le plus élémentaire rayonnement du sacré, donc aussi de l’ambiguïté car le sacré est double comme le winner-loser actuel ou l’activité dualiste du mental. La spiritualité cosmique étant le Tout, PAN, le divin peut se manifester partout : dans un Arbre, une Fleur, un Caillou, une Fontaine, une Montagne, etc. Or c’est cette croyance qui a été dénoncée par les prophètes extrémistes Yahvistes comme « idolâtrie », et ceci depuis leur envahissement de la Palestine (parallèle avec ce qu’il se passe depuis l’invention de « l’État hébreux » en 1948). Jamais la spiritualité cosmique ne fut assaillie aussi sauvagement par ces extrémistes prophètes yahvistes. Cet envahissement et ces destructions seront continué par le christianisme et son Église : COLONISATION (destructions des Païens et de leurs édifices, les Croisades, mais surtout la main-mise des Conquistadors espagnols et portugais et leur royaume s’appropriant l’Amérique du Nord, le Pérou, etc., évidemment pour l’Or métal…)
Le plus important, et que l’on retrouve de nos jours (urbanisation de la planète) : LES YAHVISTES DÉSACRALISENT LA NATURE, DONC REJETTENT VIOLEMMENT ET TOTALEMENT LA SPIRITUALITÉ COSMIQUE. LÀ EST LE DRAME QUE NOUS VIVONS ENCORE À NOTRE ÉPOQUE (voir l’invention des noms « éco », « écologie », « développement durable », « sauver la planète », « croissance verte », etc.).
Ce sont les Yahvistes qui inventent l’Histoire-Opinion-Temps qui coule en inventant une valeur à des faits, donc en pratiquant l’idolâtrie des faits. Ces faits ou événements devenaient une valeur dans la mesure où ils étaient déterminés par « la volonté de Dieu », donc par l’opinion de quelques uns, et comme tels ils acquéraient une croyance que rien jusque là ne pouvait leur assurer. Alors les Yahvistes inventent bien l’Histoire-Opinion-Temps qui coule puisqu’ils en font « apparition »Donc UN DIEU TEMPOREL PUISQU’IL APPARAÎT À CETTE ÉPOQUE PRÉCISE ET EN PLUS EN UN LIEU PRÉCIS !!! CE « DIEU » N’EST QU’UNE OPINION DE PLUS, UNE MANŒUVRE POLITIQUE !

[En haut de page : 3 Pommes, aquarelle de M. Roudakoff]
 
 

Dernière mise à jour : 06-11-2016 00:24

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2022 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >