Accueil arrow Yôkai arrow Dernières news arrow Quoi de plus dangereux que la mort ?
Quoi de plus dangereux que la mort ? Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 16-12-2021 00:51

Pages vues : 1411    

Favoris : 92

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Aiguille, Argent, Artifictiche, Atlantide, Autorité, Banque, Christ, Commerce, Convention, Croyance, Diable, Dragon, Égrégore, Enfer, État, Feu, Guerre, Images, Jardin, Marchandise, Marxengelsisme, Nostalgie, Paradis, Peur, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Serpent, Silence, Social, Spirale, Transhumanisme, Vie, Vierge

 
logo_repub_franc_oligar_radical_autorite.jpg
 
 
Quoi de plus dangereux que la mort ?
Mais, le Pour-Voir ou Saisie.
Il y a encore plus dangereux :
L’INCONNU, L’ÉTRANGE(R), CE
QUI NE RENTRE PAS DANS UN UNI-FORME,
QUI NE RENTRE PAS DANS LE CONVENTIONNEL,
QUI NE RENTRE PAS DANS UN MASQUE,
DANS UN SPECTACLE, DANS L’HISTOIRE (mémoire),
QUI NE RENTRE PAS DANS L’INCONSCIENT COLLECTIF.
 
L’inconnu, le non-identifiable,
L’INCERTITUDE, LE NON-CALCULABLE,
L’ABSENCE DE VALEUR, L’ABSENCE DE LA
DUALITÉ SUJET-OBJET produisant la PANique,
la non-saisie dans le « Gate gate pâragate
pârasamgate bodhi svâhâ »
du Soûtra du
Cœur de la  Connaissance transcendante

(Allé, allé, allé au-delà, allé complètement
au-delà, l’Éveil, ainsi), il n’y a pas de
Big Bang ou cause première, car comme dans
L’EFFET SUCRES (ou dominos), chaque Instant
est autant cause qu’effet car cet effet
deviendra lui-même une cause : principe
alchimique avec le Thème qui deviendra une
Variation, qui a son tour deviendra un
Thème-cause, et ainsi de suite.


LA VALEUR N’EST PAS NORMALE,
ELLE EST LE FRUIT DU MENTAL HUMAIN.
DANS LE SOMMEIL PROFOND IL N’Y A PAS DE
VALEUR. L’AUTORITÉ N’EST PAS NATURELLE.
UNE LOI N’EST PAS NATURELLE, ELLE OBÉIT
À LA DUALITÉ CAUSE-EFFET ou SUJET-OBJET.
IL N’Y A RIEN DE PLUS FRAGILE QUE
L’AUTORITÉ CAR ELLE REPOSE SUR
LA CROYANCE, ce que la judéo-maçonnerie
spéculative française appelle « laïcité »(1),
elle repose sur L’AUTO-CENSURE,
L’AUTO-CONDAMNATION : LE BOURREAU,
C’EST SOI-MÊME, PRINCIPE DE LA DÉMOCRATIE :
VOUS VÔTEZ POUR UN PRÉSIDENT D’UNE RÉPUBLIQUE
ET VOUS VOUS RETROUVER SOUS LE POUR-VOIR D’UN
IMBÉCILE AU GROS EGO ET AUX GROS FRIC/FLIC.


LAÏCITÉ = CRÉDIT-CRÉDO-CROYANCE-CRÉANCE,
COMME LES BANQUES (marchands de confiance,
ancien nom de la banque, et dans une banque
VOUS LUI FAITES NÉCESSAIREMENT CONFIANCE POUR
GARDER « VOTRE » ARGENT ET MÊME MIEUX :
POUR LE FAIRE FRUCTIFIER !)
De même vous faites confiance en L’AUTORITÉ,
DONC AU DEHORS, pour l’injection répétitive
aux ARN messagers pour vous « protéger » comme
vous faites CONFIANCE à l’État pour vous
protéger des « méchants » (terroristes…).

L’AUTORITÉ LA RACINE DU MAL PAR ESSENCE
LA SOCIAL, DEPUIS LE NÉOLITHIQUE = L’AUTORITÉ
(de certains : la chefferie ou hiérarchie laquelle
est directement liée à la croyance au TEMPS :
le rang, l’administration ou organisation chère au
Diable le Divin administrateur ou Architecte
de cet Univers).
- Quelle est donc la racine du mal ?
- La « saisie » [loi de succion ou Eucharistie].
- La saisie de quoi ?
- La saisie du triple monde [de la Forme, du
Désir, du Sans-Forme].
- Comment arrêter cette saisie ?
- En recourant à l’introuvable, car dans
l’introuvable il n’y a pas de saisie.
- Qu’est-ce que l’introuvable ?
- La fin du dualisme.
- Qu’est-ce que le dualisme ?
- La vision d’un dedans et d’un dehors,
lesquels sont introuvables.
(Soûtra de la Liberté inconcevable,
chapitre V, 14)


« En recourant à l’introuvable » = AMOUR OU
GRATUITÉ = APESANTEUR


Quoi de plus dangereux que la mort ?
LE REMPLISSAGE, SOIT LE REFUS DE L’AMOUR
(du A privatif ou Mort : privation de mort)
LE REFUS DU GRATUIT, LA PANique DEVANT LE
NON-NÉCESSAIRE QUI ENGENDRE LA RÉSIGNATION
DE SA PROPRE LIBERTÉ, DE SA VRAIE NATURE,
AU PROFIT D’UN DEHORS EN UNE ORDRE ARTIFICIEL,
IMPOSÉ OU EN UNE NORME, UNE LOI IMPOSÉE.
NUL DOUTE QUE LE REFUS DE L’AMOUR,
LE REFUS DE L’INTROUVABLE, LE REFUS DE L’A-MORT
OU ABSENCE DE MORT SOIT LE REFUS DU RÉEL.
LE REFUS DU RÉEL PAR LA SAISIE, LES LOIS ET
LE REMPLISSAGE APPELÉ « HISTOIRE » EST LE
PRINCIPAL SYMPTÔME DU MÉCANISME DE DÉFENSE
QUI ENTRE EN JEU DÈS QUE LE RÉEL EST PERÇU
COMME CRU-EL, LE DIVIN OU EL PERÇU COMME CRU,
DIRECT (sans le doigt qui montre la lune mais
la lune directe sans le doigt qui la montre).


« Absence de Mort » signifie : Réalisation du
Soi, le « Je suis ce JE SUIS » (voir encadré).

L’Univers étant dans le mental,
Nous sommes tous des Kouachi,
Paix véritable pour eux.
Nous sommes tous des Adolphe Hitler,
Nous sommes tous des terroristes,
Nous sommes tous des criminels en puissance
et en actes toujours possibles (voir
l’expérience de Milgram),
Nous sommes tous des sionistes et des yahvistes,
Nous sommes tous des Alexandre le Grand
ou des Macron-Rothschild.
PAS DE SAISIE quand il n’est pas fabriqué
de dualité Dedans-Dehors qui fait fabriquer
des lois qui engendre obligatoirement la SAISIE
EN LA DUALITÉ : AUTORITÉ-SOUMISSION (et non pas
« anarchie » comme l’indique le dic. Le Robert
parce que l’absence de chef est un concept venant
des Grecs : anarkhia : absence de chef, et que
ce peuple ne détient pas la vérité mais engendra
un gros paquet de l’inconscient collectif mondial…).

AUTORITÉ = dualité vendeur-client, ou OPINIONS :
le sujet émission vers l’objet réception :
on dit qu’il suffit de deux Anglais pour faire
un match de football, et de trois pour faire un
Empire. Si bien qu’il suffit de deux ego humains
ayant une même opinion suffisamment solide pour
fabriquer le « réel ». C’est dire la fragilité de
ce « réel » chez les humains, à cause de leur ego !!!

L’AUTORITÉ REPOSE SUR LE MASQUE, L’ARTIFICE,
L’UNIFORME : par exemple celle du juge ou de
la blouse blanche, ou de la couleur KAKI (couleur
de poussière ou de terre) est l’autorité même, et
pour le kaki ce sera la couleur du crime
légal en bandes organisées et administratives,
en cas de guerre, VOUS TUEZ LÉGALEMENT SUR ORDRE
COMME LE BOURREAU COUPE DES TÊTES OU PEND
DES GENS SUR ORDRE (il est devenu la manifestation
ou le Dehors de l’autorité, du pouvoir, qui de ce
fait en devient « dilué », divisé, comme amoindri
ou tempéré… et d’autant plus redoutable !).


AUTORITÉ = LA MATRICE DU FABRICANT D’ÂMES,
LE DRESSAGE D’ANIMAUX HUMAINS.


Mazu Daoyi (709-788), un des grands maîtres chan (Zen) où il décrit l’essentiel de la vie ici-bas : l’Instant : « Ce qui m’interroge à l’Instant présent constitue ton trésor. Toutes choses sont parfaites en soi, rien ne manque. Utilise-les spontanément, à quoi bon rechercher vers l’extérieur [s’il n’y a pas de loi à l’extérieur, il n’y en a pas non plus qui puisse être saisie au-dedans de vous-même] ». Mazu est en quelque sorte contre l’État, contre tous les royaumes possibles qui sont seuls faiseurs de lois en gros ! De nos jours Mazu Daoyi serait traité, au mieux : d’anarchiste, au pire : de complotiste.
« Je ne suis ni mes pensées, ni mes émotions, ni mes perceptions sensorielles, ni mes expériences à l’empirisme anglais d’un John Locke. Je ne suis pas le contenu de ma vie [ou opinion]. Je suis la vie. Je suis l’espace dans lequel tout se produit. Je suis la conscience. Je suis le Présent ou Instant. Je suis ».

Par conséquence aucun étatisme n’a a m’imposer une quelconque laïcité qui n’est qu’une opinion judéo-maçonnique monté en flèche après la révolution française de 1789.

L’incertitude, le imprévu = PANique de l’humain, surtout celui de la finance internationale.
L’incertitude est du même Thème que LA VALEUR, LE CALCUL, L’ÉVALUATION. Dans l’incertitude il n’y a pas de saisie et donc aucune valeur, aucun calcul, aucune évaluation, ET BIEN-SÛR AUCUNE AUTORITÉ POSSIBLE.
LE CANCER DU POUR-VOIR ET DE LA NORMALISATION FORCÉE, ARTIFICIELLE :
- La création du SRAS-CoV-2 dans les laboratoires américains de l’université de Caroline du Nord [et qui va ”miraculeusement” se retrouver à Wuhan en Chine à la fin 2019], en même temps que le commencement de l’étalement de la communication par ”électromagnétisme” sans fil par ondes de la 5G. Le problème du chaos de l’électromagnétisme du domaine de la thermodynamique sera probablement un des gros effets de la disparition possible de la race humaine (vers 2040-2100), sous sa forme actuelle.
- La fraude des tests PCR.
- Les dangers des faux vaccins, vraies injections OGM à ARNm [le transhumanisme anglo-américain en marche].
- La falsification des données chiffrées de la “pandémie” grâce à la fraude des tests PCR
- La relation COVID-Biosécurité-dictature technotronique et le Nouvel Ordre Mondial en devenir via ce qui est appelé le “Grand Reset”.
- Mythe et statistiques du COVID19 [dans ce monde du calcul et de la « raison »].
- Questions très importantes à poser aux “pro-vax”, aux promoteurs du cauchemar du programme en cours de l’injection OGM :
- Les injections OGM ARNm comme arme biologique.
- La création d’une fausse crise sanitaire planétaire purement à des fins de contrôle POLITIQUE [ingénierie sociale].
- Comment dire NON à l’injection OGM [l’empoisonnement OGM].
- La fraude pandémique et les patentes, le gros business sous-jacent.
- Les chiffres du crime pseudo-vaccinal.
- Big Pharma = technique et magouilles en tous genres : Pourquoi cette obsession “vaccinale” ?…
- La seule réponse possible : le capitalisme est mourant par son cancer en phase terminale et avec lui il entraîne : l’État, le salariat et sa chère et chair(e) marchandise quantitative ou en diversité.


Être dans le Gate Gate et dans une certaine géométrie de la ligne droite (effet sucres ou dominos).

D’autre part, celui qui voit en ce moment les problèmes « dans le monde » et celui qui ne les voit pas en sommeil profond est toujours le même individu. Pourquoi devriez-vous remarquer des différences maintenant à l’état de veille et en être troublé ? Restez comme vous étiez dans le sommeil (un sommeil éveillé, mais pas une marche de somnambule…) (2).
Est-ce vous qui dites que le monde et les objets existent, ou est-ce eux qui viennent à vous pour annoncer leur existence ? Est-ce que le monde vient vous dire qu’il existe ? C’est vous qui dite à l’état de veille qu’il existe. (En réf. à l’entretien 507 du 22-8-1938).

Dans Homère, Apollon-Phœbus est un Dieu double, comme Jéhovah-Élohim dans l’Ancien Testament. Marier ensemble ils sont le Soi ou réunion de Soufre et Mercure. Mais quand ils se dédoublent (Involution-Évolution) pour demeurer actif : manger, marcher, parler, etc.
ATTENTION AU BRANCHEMENT DES « COURANTS ÉLECTRIQUES » : RISQUE DE COURT-CIRCUIT ÉNORME.
YHWH-Elohim qui veut empêcher le Soi, qui serait gardé par des Chérubins armés de glaive, laser tournoyant…. Donc l’Univers et les Univers n’ont ni naissance ni mort.
(Elohim-YHWH = DES Dieux et non pas un Dieu…). Ce qui se traduit par LE CENTRE ET NULLE PART (et la Circonférence est partout) : concernant Moïse, c’est Elohim-YHWH qui parle à Moïse du sein du buisson ardent, où il est personnifié par la flamme, et où il se définit Lui-même : « Éheiéh ashèr Eheièh » (Je serai celui qui sera », ce que la version des Septante défigure complètement par : « Je suis celui qui suis ».
Comme le Centre est nulle part, la Gate est évidemment nulle part et avec sa Circonférence est aussi partout, à chaque Point ou Instant de « l’espace ».
Le CENTRE EST NULLE PART doit bien signifier que l’INSTANT, LE ICI ET MAINTENANT EST NULLE PART : ESSAYEZ DONC DE « SAISIR » L’INSTANT, à l’Instant où vous le saisiriez, il n’est déjà plus l’Instant puisque le VRAIE cesse d’être vrai dès qu’il est vu ou possédé. C’est pourquoi l’Instant ou le Présent n’existe dans aucune langue primitive, PARCE QU’IL N’EST QU’UNE FICTION EN NOMS-LES-FORMES, UNE OPINION.
En réalité, on sera, on a été, on n’est « point » : l’Instant ou Ici et Maintenant est aussi insaisissable que le Vrai cesse d’être vrai dès qu’il est vu.
Comprenons, surtout ceux qui croient à l’opinion transhumaniste, ET À VOULOIR À TOUS PRIX « SE SAISIR », ce qu’implique : « Si on mourait, ce serait ”pour longtemps” »… Quand vous mourrez, où voulez-vous aller ? Seuls les transhumanistes veulent aller quelque part (pour consommer) !

Le nom Élohim veut dire « puissance du jour » ; il correspond à Phœbus (Apollon) le fauve ou l’orangé, jaune sombre du FAUVE (du grec xanthos : jaune). Le nom de JEHOVAH se compose en deux temps du verbe Être (ou vivre), en hébreu : Éheiéh (il vivra) ; havah (il a vécu). Quant au point de jonction entre passé et futur, IL RESTE COMME LE CENTRE NULLE PART : l’insaisissable Blanc de l’Instant formant les sept Couleurs de l’Arc-en-Ciel tout aussi insaisissable.

Hélas, s’il y a bien une distinction entre l’Élohim et le Jéhovah concernant le buisson ardent, ça reste de la géométrie euclidienne de la ligne droite…

Comme déjà souvent écrit, les Univers sont FRACTALES, et nous sommes ces Fractales, nous sommes dedans. Le Point est ce qui « relie » les Univers. Le Point ou SOI, CENTRUM CENTRI ou PILIER-AXE-STARGATE d’où l’Eau jaillit. C’est-à-dire que rien n’est fixe, il n’y a pas de naissance et son corollaire la mort. Par exemple il n’y a pas une « naissance de la Terre », il ne peut y avoir qu’une PRÉ-TERRE, BIEN AVANT LA « NAISSANCE DE L’UNIVERS » (théorie du Big Bang), ou sa « création » par un-des Elohim-YHWH, à distinguer du malade sanguinaire YHWH monothéiste Jéhovah : Yahvé Sabaot, celui qui veut ravager tout le pays (Isaïe 13, 4-6). Donc l’Univers et les Univers n’ont ni naissance ni mort.
(Elohim-YHWH = DES Dieux et non pas un Dieu…).


AMOUR OU GRATUITÉ = CRU-EL : L’HORRIBLE PANique DE NE PLUS CROIRE-CONFIANCE-CRÉDIT-CRÉANCE, AU DOGME IMPOSÉ OU AU DEHORS IMPOSÉ, DE NE PLUS AVOIR DE RAISON DE VIVRE ; ALORS IL FAUT UNE HISTOIRE, UN CONTE, COMME LA MÈRE-MATRICE EN RACONTE UN À SON PETIT ENFANT POUR LE FAIRE DORMIR, OU « MOURIR », EN CONFIANCE….. C’EST ENCORE ET TOUJOURS LA LOI DE SUCCION QUI SUCE JUSQU’AU TROGON OU JUSQU’À L’ÂME. Loi de succion = avoir raison (saisie, possession)….
Le Vrai Réalisé n’a pas à craindre cette PANique, parce qu’il NE CROIT PAS AU DOGME, il LE SAIT puisqu’il SAIT qu’il est l’Univers ; ET C’EST POURQUOI, S’IL A DES DOGMES, IL N’EST PAS DOGMATIQUE, IL N’EST PAS SOUMIS AU CONFORMISME DE L’ORDRE IMPOSÉ D’UN DEHORS QUELCONQUE : ceux qui recherchent une loi à l’intérieur d’eux-mêmes ne font qu’augmenter leur mental ; car comme il n’y a pas de loi au Dehors, il n’y en n’a pas non plus qui puisse être saisie au-dedans de vous-même !
CROIRE C’EST « JOUER LE ‘JE’, LE JEU » ET EN TIRER SON ÉPINGLE ! ET SURTOUT PAR PEUR DU RÉEL, DE L’INSTANT, FAIRE DANS L’HISTOIRE : MÉMORISER (mettre I, l’Axe, le TOUT du Point c’est Tout), mettre I à mort : mé-mor-I-sation. L’HISTOIRE entre nécessairement dans la dualité du OUI par rapport à Non ou du Bien par rapport au Mal, ou de la culture par rapport à la Vie, etc., d’où cette mémorisation si chère à nostre époque capitaliste de l’après 1914-1945…

FAIRE CONFIANCE = LA RACINE DU MAL (énoncée plus haut).
FAIRE CONFIANCE = OBÉIR : à l’État, à l’argent, au fétichisme des marchandises et au salariat ; OBÉIR AU DEHORS, OBÉIR À LA LOI DE SUCCION LA RACINE DU MAL :
MON DIEU, DÉLIVREZ-MOI DE VOUS-MÊME ! (équivalent de la PUTRÉFACTION ou : Faire silence : laver son mental : "Je prie Dieu de me libérer même de Dieu" [Maître Eckhart]).
FAIRE CONFIANCE = CONFORMISME À L’ORDRE IMPOSÉ = ABANDON DE SA VRAIE NATURE AU PROFIT DE CET ORDRE OU DE CE DEHORS SOCIAL IMPOSÉ.



Notes.
1. La laïcité est une culture, un système dominant français issue de 1789 et de la franc-maçonnerie spéculative matérialiste, qui s’impose à l’ensemble de la population. Or tout ce qui impose à l’ensemble n’est qu’une dictature. Mais la laïcité française à ceci de plus sournois, voir de plus monstrueux, de plus diabolique, c’est qu’elle fait semblant de ne pas s’imposer, afin de profiter à « l’intérêt général », d’être en accord avec l’ensemble, mais en postulant que cet accord existe déjà, comme s'il était issue de Dieu.
La laïcité française est un killer en forme de neutralité qui déniera ce qu’elle fait à l’instant où elle le fait, afin de pouvoir en faire plus sans avoir à s’expliquer, puisqu’elle a dénié ce qu’elle était en train de faire !
La laïcité publique française possède un code non écrit d’une extrême subtilité (puisque c’est judéo-maçonnique spéculum) qu’il faut, premièrement, maîtriser et, deuxièmement, décoder. C’est exactement le principe de l’INQUISITION et de la Tchéka qui copie l’Inquisition. Car en URSS (et en Chine actuelle) comme en république il s’agit de défendre un DOGME, appelé aussi ‘Valeur’, c’est-à-dire une position du mental qui, pour l’accusation ou le pouvoir, est censée être implicitement acceptée par tout le monde, comme la laïcité, comme un centre dont on ne doit pas s’écarter sous peine de raisonnement faux. Tout accusé qui se reconnaît lié à la foi d’une religion (par exemple c’était le cas de Galilée, et c’est le cas de tous membres d’un parti, surtout communiste ou socialiste ou d’une république) est supposé avoir parfaitement conscience d’avoir contrevenu au dogme, sauf dérangement mental…

2. Un sommeil éveillé en état de « veille », sens de : « Soi tranquille et sache que Je suis Dieu » [Être], du Psaume 46,11.

« Maintenez fermement votre mental en état de méditation. Si vous n’avez ni la force ni la patience d’endurer les piqûres de moustiques, comment pouvez-vous espérer obtenir la réalisation du Soi ? La Réalisation doit exister parmi tous les tourments de la vie. Si vous vous étendez sur votre lit dans une position confortable, vous ne tarderez pas à vous endormir. Faites face à vos ennuis mais maintenez-vous fermement en méditation ». (Ramana Maharshi, entretien 150 du 28-1-1936).
- Maharshi : Vous existez. Vous dites « Je suis » ; cela signifie existence.
- Question : Mais je ne suis pas du tout sûr de cela, c’est-à-dire de mon existence.
- Maharshi : Oh ! Et qui donc parle en ce moment ?
- Question : Moi, bien entendu. Mais que j’existe ou non, je n’en ai aucune certitude. De plus, le fait d’admettre mon existence ne me conduit nulle part.
- Maharshi : Même pour la nier il faut qu’il y ait quelqu’un. Si vous n’existez pas, il n’y a pas de questionneur ni de question.
- Question : Admettons alors que j’existe.
- Maharshi : Comment savez-vous que vous existez ?
- Question : Parce que je pense, je sens, je vois, etc.
- Maharshi : Ainsi, vous pensez que votre existence découle de tout cela. Mais dans le sommeil profond, il n’y a pas de sensation, de pensée, etc., et cependant vous continuez d’être.
- Question : Mais non. Je ne peux pas affirmer que j’existais durant le sommeil profond.
- Maharshi : Niez-vous alors votre existence dans le sommeil ?
- Question : Peut-être que j’existe dans le sommeil, peut-être que non. Dieu seul le sait.
- Maharshi : À votre réveil, vous vous rappelez bien ce que vous faisiez avant de vous endormir.
- Question : Je peux dire que j’étais avant et après le sommeil, mais je ne peux pas dire si j’étais pendant le sommeil.
- Maharshi : Dites-vous maintenant que vous avez dormi ?
- Question : Oui.
- Maharshi : Comment pouvez-vous le savoir sans en avoir conservé le souvenir ?
- Question : Ce souvenir n’implique nullement que j’existais quand je dormais. Admettre une telle existence ne mène nulle part.
- Maharshi : Pensez-vous donc qu’un homme meurt chaque fois qu’il s’endort et qu’il ressuscite à son réveil ?
- Question : Peut-être. Dieu seul le sait.
- Maharshi : Alors demandez à Dieu de venir et de donner la solution à ces énigmes. Si on devait mourir en s’endormant, on aurait une peur du sommeil tout comme on s’effraie de la mort. Or, c’est l’inverse qui se produit, on recherche le sommeil. Pourquoi désirerait-on le sommeil s’il ne procurait aucun plaisir ?
- Question : Il n’y a pas de plaisir positif dans le sommeil. On recherche le sommeil seulement pour se débarrasser de sa fatigue physique.
- Maharshi : Oui, c’est vrai, « être libre de toute fatigue »… Il existe alors quelqu’un qui est libre de fatigue.
- Question : Oui.
- Maharshi : Ainsi, vous existez durant le sommeil et aussi maintenant, à l’état de veille. Vous étiez heureux en dormant, sans sensations, sans pensées, etc. Vous êtes le même maintenant, pourquoi n’êtes vous pas toujours heureux ?
- Question : Comment peut-on dire qu’on est heureux dans le sommeil ?
- Maharshi : Tout le monde dit sukham aham asvâpsam (« j’ai bien dormi » ou « j’ai dormi comme un bienheureux »).
- Question : Je ne pense pas que ces gens aient raison. Il n’y a pas sukha (félicité), il y a seulement absence de souffrance.
- Maharshi : Votre Être essentiel est Félicité. C’est pourquoi chacun dit qu’il était heureux en dormant.
Ce qui veut dire que dans le sommeil on demeure dans son état originel, non contaminé. Quant à la souffrance, elle n’existe pas. Où est-elle pour que vous puissiez parler de son absence dans le sommeil ? Toutes ces erreurs proviennent de la fausse identification du Soi avec le corps (le dvaita ou dualité).
- Question : Ce que je désire, c’est la Réalisation. Je ne sens pas le bonheur inhérent à ma nature.
- Maharshi : C’est parce que vous identifiez maintenant le Soi avec le non-Soi. Ce dernier n’est pas séparé du Soi. Cependant, l’idée erronée que le corps existe séparément subsiste et le Soi est confondu avec le corps. Cette fausse identification doit cesser pour que le bonheur puisse se manifester.
- Question : Je suis incapable de m’aider moi-même.
Bref, cet entretien 295 du 16-12-1936 se termine par le mot ABANDON (sens de RENONCEMENT, PUTRÉFACTION), parce que Nostre Nature est la Paix, la Félicité, soit : RESTER TRANQUILLE [du Psaume 46,11].
« Le médecin doit alors avoir les mains libres et le malade doit rester tranquille sans intervenir. Faites-en autant et restez tranquille. Aucun effort n’est nécessaire ». Et le questionneur finit par conclure lui-même : « C’est aussi la thérapie la plus efficace ».
 
 

Dernière mise à jour : 16-12-2021 01:33

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2022 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >