Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Qu’est-ce que le Seul Réel ?
Qu’est-ce que le Seul Réel ? Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 20-07-2023 02:26

Pages vues : 600    

Favoris : 46

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Aiguille, Amour, Conformité, Ego, Gate gate, Humain, Libération, Marxengelsisme, Racine du mal, Réel, République, Robot, Simplicité, Utotalitarisme, Vacuité, Valeur

 
 
 
Qu’est-ce que le Seul Réel ?
C’est la SIMPLICITÉ :
ne pas se raconter d’histoire (ne pas
se faire des idées comme le disait ma Mère)
”Accéder” au Seul Réel est donc ne pas se
raconter de fictions ce qui évitera les
frictions ou les opinions con-frontées avec
le Dehors.
SIMPLICITÉ = CE QUI EST.
 
SEUL UN TOTAL PEUT CONNAÎTRE UN TOTAL
et par conséquent Il ne peut en parler
car parler de ce Total ou Seul Réel exige
une telle perfection naturelle si haute
de celui qui l’entend, que la chose du
Seul Réel est inexprimable dans la réalité
COMMUNE ou CONVENTIONNEL ordinaire.
Cependant comme de TOUT EST DANS TOUT,
nécessairement le Seul Réel n’est autre
que Nous-mêmes, Tous, tel qu’Il apparaît
dans le mental purifié de l’humain libre
de toute souffrance émotionnelle et de
toute ignorance.

Le Seul Réel est la Lumière du Blanc de
l’Instant au Cœur du Saint Chaos de ce
que NOUS CROYONS : LE ”COMME SI” dans le
ni réel ni irréel.
La Réalisation du Réel ou du Soi dépasse
naturellement la ”raison” ou ”compréhension
intellectuelle”
et ne se situe donc pas
dans un ”lieu” sous un crâne ! Réalisation
comparable au Blanc de l’Instant : aucune
pensée comme le Blanc contient les couleurs
de l’Arc-en-Ciel mais il faut un prisme ou
la pluie formant prisme pour voir ces
couleurs, donc il faut un ”COMME SI”,
UN ”COMME SI” QUI POURRAIT PORTER LE
NOM DE « SPIRITUALITÉ » (l’immatériel
pour un matérialiste).

SAINT CHAOS : pourquoi saint ?
Parce que TOUT y est pur, Tout y est
vide de fictions, Tout étant Vide ou
Chaos de ”Rien dans le TOUT et tout
dans le RIEN”
, tout y est pur ou saint,
réel, alors le mot Éveil n’y a aucun sens.
Le Blanc de l’Instant est comme l’ABSENCE
de Réel en soi et par soi, le BLANC
indique le Réel absolu quand de ce Blanc
jaillit sa blancheur ROSE DORÉ de l’éclat
de tous les possibles du Saint Chaos dont
Il est le ”côté” (aspect) absolu.

Pour les Adeptes du Saint Chaos ou de
la nuit obscure, de l’Univers DANS le
mental, la Réalisation a ”lieu” par le
Retournement de la Lumière (1)
Ce Retournement au Seul Réel n’est pas
une nouvelle acquisition, il n’est que
le POINTAGE, LA PIQUE, PIQURE, SPIKE,
SUR LA NATURE ORIGINELLE PURE :
L’ÉVEIL PRIMORDIALE OU LES EAUX PRIMORDIALES.
Les EAUX-ESPACE pures à mesure que les
pollutions et fictions disparaissent.

EAUX PRIMORDIALES : O-CÉAN, du O-rigine
Ici et Maintenant (céan[s], à l’intérieur
et le S horizontal pour l’infini mais aussi
le S de Songe, Silence, Sécure, Souple…
sans oublier eSSence, et Essentiel…).


Il est important de comprendre le sens de NUIT OBSCURE, la VIERGE NOIRE ET SON ENFANT : le Principe absolu est comme les sucres ou dominos dans l’EFFET DOMINO : RIEN N’EST FIXE UNE FOIS POUR TOUTE : en naissant, comme l’enfant de la VIERGE NOIRE, les noms-les-formes NE NAISSENT PAS À PROPREMENT PARLER : ELLES SONT SANS NAISSANCE, D’OÙ LE SENS DE LA VIERGE NOIRE ET DE SON ENFANT : le sucre ou domino bascule sur le domino suivant qui bascule sur le suivant et ainsi de suite, comme le SANS NAISSANCE, LE NOIR (”la Matière Noire”) imprègne chaque nom-la-forme et chacun le partage avec tous les autres, PUISQU’IL N’EXISTE PAS D’ESPACE-TEMPS (sens du mot ”NOIR”) ; L’ENFANT NOIR EXPRIME L’EFFET DOMINO OU SUCRE : LES NOMS-LES-FORMES EN RELATIONS LES UNS AVEC LES AUTRES NE S’OPPOSENT JAMAIS LES UNS LES AUTRES ET JAMAIS NE SE CONTRARIENT. (La chrétienté parle de ”Communion des Saints”)(4) PUISQUE LE PRINCIPE OU EAUX PRIMORDIALES, LE SAINT CHAOS, PERMET SEUL TOUS LES POSSIBLES À L’INFINI, AINSI, PAR LÀ-MÊME, SAINT CHAOS ET FAITS S’AUTO-DISSOLVENT (comme les sucres basculés ne basculent plus à l’Instant…).

L’ENFANT NOIR DE LA VIERGE NOIRE exprime quatre aspects :
- Le TOUT composé de l’effet sucre ou domino.
- Le Noir (matière) principiel de leur commune ESSENCE.
- L’atemporalité ou absence de loi de succion faisant que les faits ne se contredisent ou ne se contrarient jamais, puis les faits ne sont que des ”COMME SI” ou APPARENCES du Principe, lequel Principe est aussi le Principe de tous les possibles du Saint Chaos, et ainsi, par là-même, Principe et faits s’entre-dissolvent comme dans l’effet domino ou sucre illustrant ”L’INSTANT SE BALADANT SUR LE TOUT”.
- Dans le Noir des Eaux Primordiales, les noms-les-formes en relations ne se contrarient jamais, parce qu’il a la résolution du dilemme MOI-COLLECTIF/MOI-INDIVIDUEL : les noms-les-formes ou apparences s’intègrent les unes aux autres du fait de leur commune pureté ou essence de vacuité, puis parce que, en vacuité, le ‘Moi’ est collectif et le ‘Moi’ est unique, de même que le grand et le petit se contiennent l’un l’autre et que chaque Instant se trouve comme ”dédoublé” ou AMPLIFIÉ à l’infini (Zéro Indien).
BLANC DE L’INSTANT : le TOUT des noms-les-formes, leur Lumière.
BLANC DE L’INSTANT OU ÉVEIL TEL LE SURFEU AU SENS DU SEUL RÉEL DANS L’INSTANT ET ABSOLUMENT IN-DIFFÉRENCIÉ, CE UN, CE SURFEU OU EXPÉRIENCE UNIQUE DE L’HUMAIN D’INSTANT EN INSTANT SUR LE TOUT.


XATEMME

1 - Production à partir de soi-même ou du Dedans.
2 - Production à partir d’autrui ou du Dehors.
3 - Production à partir du Dedans et du Dehors.
4 - Production de ni du Dedans ni du Dehors.
5 - Production en circulus des 4 par le 5 ou évacuité des 4 (ni plein ni vide entre les 5).

Le cinquième bras du XATEMME n’est autre que le VIDE ou le BLANC DE L’INSTANT, que le Soûtre de l’Entrée à Lankâ appelle ”Nature de bouddha”.
Dans le Lankâvatâra, le Réalisé, le Bouddha met en garde Mahâmati contre les opinions limitants tous les tétralemmes (2) possibles, il ne POINTE pas une réalité genre ”vérité ultime” qui existe au-delà du temps de toutes les opinions possibles fabriquées par la raison, mais plutôt l’INSTANT unique et transparence absolue qui intègre les quatre bras du tétralemme dans LA VÉRITÉ INCONCEVABLE PUISQUE LE VRAI CESSE D’ÊTRE VRAI DÈS QU’IL EST VU OU POSSÉDÉ.

La plupart des cerveaux humains consiste dans l’erreur à limiter, par confort, par ego, ses opinions d’existence et de valeur à l’unité, voir à deux, ou à trois membres de n’importe quel tétralemme. Évidemment erreur fatale puisque privant la Liberté naturelle en plongeant son mental dans un gouffre sans fond de souffrances (chaînes sans fin de causes et effets qui ont toujours faim….).
La perfection de l’opinion est la vue d’ensemble des quatre bras du tétralemme dont chacun pris isolément est faux, car on coagule ou fixe, et c’est vrai dès lors que la Vérité des trois autres est avérée, donc en MOUVEMENT (un symbole n’est jamais fixe), car elle devient le BLANC DE L’INSTANT (ou le EST, le ”Je suis ce JE SUIS”).
1 - Par exemple il y a la COUPE DE LYCURGUE (3) composé d’Instant(s) de matière et de consciences réels : ce qui peut être vrai tant que la proposition suivante ne vient pas au mental et emporte sa conviction.
2 - Ces Instant(s) sont irréels puisque le Vrai cesse d’être vrai dès qu’il est vu et ainsi entre dans le temps qui coule, donc ils dépendent d’un nombre illimité de chaîne sans fin de causes et effets.
3 - Bien qu’irréels, ces Instant(s) de matière-conscience compose l’ILLUSION d’une coupe qui peut être vue, touchée, etc. IL N’Y A RIEN mais quelque chose apparaît, qui est ceci ou cela, une coupe et non un mouton.
4 - Or le Réel, comme l’illusion, de même que leur commune négation (le neti neti : en sanskrit ni ceci ni cela, et méthode d’élimination exhaustive de l’illusion), NE SONT QUE DES OPINIONS, DU VIDE, RIEN, AUCUN CENTRUM CENTRI OU AUCUN BOUCLAGE TEL L’OUROBOROS.

Mais la vérité du RIEN peut naître dès lors que les trois propositions précédentes font couler leur vérité : L’UNION DES QUATRE BRAS DU TRÉTRALEMME PRODUIT L’XATEMME EN UN CINQUIÈME BRAS : L’ABSOLUE PERFECTION DU SEUL RÉEL, QUI PAR DELÀ TOUTES LES OPINIONS POSSIBLES, INTÈGRE TOUS LES POINTS DE VUE TEL L’ALEPH (le Point où se trouvent tous les Points, le TOUT), LESQUELS NE PEUVENT ÊTRE VRAI QUE DANS LEUR ENSEMBLE, COMME LA ”COMMUNION DES SAINTS” (4), COMME UNE COMPOSITION PICTURALE DOIT SE VOIR D’ENSEMBLE, COMME QUAND UNE MAGIE PARLE TOUTES LES MAGIES PARLENT ET QUAND UN SE TAIT TOUTES DE TAISENT, À L’IMAGE DE LA « FIBRE QUANTIQUE » EN HAUT DE PAGE PAR L’EFFET DOMINO. Le Tibet appel ce ”phénomène“ : ”Union des apparences et de la vacuité”.
Cinquième membre du tétralemme donnant naissance à l’XATEMME et dépassement de tous les tétralemmes possibles par le : « Gate gate pâragate pârasamgate bodhi svâhâ », du Soûtra du Diamant (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil, ainsi). GATE GATE signifiant ici l’INTÉGRATION NON CONTRADICTION, NON OPINIONESQUE DE TOUTES LES PARTIES : ”La vérité tout entière ne peut consister en un puzzle de vérités partielles cueillies un peu partout. Le Tout est autre chose et plus que le total des parties”.

Nous avons donc le cinquième bras pouvant porter le nom de DISPARITION (double négation [porte-porte ou Gate-Gate ou TOUR DE POTIER : TOUT CE QUI OUVRE ou ŒUVRE], et PERFECTION (validation ou authentification des quatre autres bras, extrêmes dans leur Centrum Centri : « l’espace » ramené à un seul POINT, TOUT est dans tout).
TOUT DANS LA DISPARITION ou TOUT DANS LE SURFEU….


DISPARITION ou GATE GATE DU TOUT : chaque phénomène simultané à tous les autres les contient tous par le TOUT est dans tout et résonne avec le TOUT.
Par son Centrum-Centri, chaque processus (de l’effet domino ou sucre) est simultané avec tous les autres, lesquels sont indispensables à son mouvement ; au même Instant de cette apparence de simultanéité, chaque ”sucre” s’incorpore aux autres (en ”basculant”) sur tous les autres dans la mesure où IL RÉSONNE avec chacun d’eux.
TOUS LES « ACCÈS » AU SEUL RÉEL FORMENT UN OCÉAN INFINI (5), ET SE RENCONTRENT DANS LE GATE GATE DE L’ÉVEIL DU SEUL ET MÊME INSTANT POUR TOUS.



Notes.
1. « Lorsqu’on utilise cette technique pour la première fois, on a l’impression d’un non-être dans l’être. Mais une fois le travail achevé, quand on a un corps au-delà du corps, on a l’impression d’un être dans le non-être [le « sentiment océanique » de Jean Coulonval, Synthès et Temps Nouveaux] ».
« Ce n’est qu’au bout de cent jours de travail concentré que la lumière est réel, qu’elle est le feu du mental. Car au bout de cent jours, la lumière jaillit spontanément : de même que le rapport entre une femme et un homme forme l’embryon, soudain, d’un point d’authentique énergie positive, surgit une perle. Il convient de l’observer, calmement, tranquillement. Le retournement de la lumière est le processus de « mise à feu ». […] La Lumière n’est ni en soi ni en dehors de soi. Les montagnes, les rivières, le soleil, la lune et toute la Terre participent aussi de cette Lumière qui ne se trouve pas seulement en soi. Toutes les opérations de l’intelligence, la connaissance et la sagesse, participent également de cette Lumière qui ne se trouve donc pas en dehors de soi. De même que la Lumière du ciel et de la terre emplit l’univers, la Lumière d’un seul Être s’étend naturellement aux cieux et embrasse la Terre. Voilà pourquoi si l’on retourne la Lumière, le monde entier se retourne également », dit si clairement le Secret de la Fleur d’Or. Centrum Centri, se concentrer là-dessus « pour passer la Porte [Stargate] », pour vivre le Point Focal…
Riplée (Ripley) définit la Putréfaction, la mort des corps et division de la Matière, comme la conduisant à la division, donc au démontage, soit LA CORRUPTION SUIVIT DE LA GÉNÉRATION (voir plus bas la recomposition de la Barque du Passeur (a)) : « la Putréfaction est l’effet de la chaleur des corps entretenue continuellement, et non d’une chaleur appliquée manuellement. Il faut donc se donner garde de pousser la chaleur excitante et extérieur au-delà d’un degré tempéré : la matière se réduirait en cendre sèche et rouge, au lieu du noir, et tout périrait », dit fort à propos Dom Antoine-Joseph Pernety à l’article Putréfaction dans son Dictionnaire Mytho-Hermétique.

a. La MAIN VIVE EST DU THÈME DU PASSEUR, DU PONTIFE, CELUI QUI FAIT PASSER LE PONT, CELUI QUI OUVRE, comme l’Égyptien ancien qui arrivé à un cours d’eau aurait besoin de le traverser, il appellerait alors un passeur et lui demanderait de lui amener la barque et de le faire traverser, comme le Pontife, comme la Main vive ou la Main Ouverte (rien à cacher).

2. Tétralemme :
1 - Le Réel est un (unité).
2 - Le Réel est multiple (diversité).
3 - Le Réel est Un et multiple (slogan de l’Union européenne : ”Unie dans la diversité”).
4 - Le Réel n’est ni un ni multiple.
ÉVIDEMMENT À PARTIR DE CES ”QUATRE BRAS” SEULEMENT ON TOMBE DANS TOUS LES PIÈGES POSSIBLES….. Et la plupart des opinions issues de la raison s’en tiennent à une THÈSE (comme par exemple le Marxengelsisme et sa ”dialectique historique matérialiste” où seule existe la matière). Cette façon de voir les noms-le-formes appelle nécessairement son contraire et on tombe dans la dualité pur-impur ou bon-mauvais, oui-non. D’autres, surtout en ”nucléaire”, parleront d’”ondes et de particules”, donc rien d’extraordinaire dans cette façon d’opinioner en un extrémiste (radicale, radialisme) jugement qui finira par être pris en défaut.

3. Remède homéopathique selon le principe antique des HAUTES DILUTIONS TELLES CELLES CONTENUES DANS LA COUPE DE LYCURGUE :
Homéopathie : coupe de Lycurgue :
Nous avons la composition suivante :
Analyse, exécutée par le Dr. Brill :
Silice Si O2 : 73,5%
Sodium oxyde Na2 O : 13,0%
Potassium oxyde K2 O : 0,9%
Calcium oxyde Ca O : 6,0%
Magnésium oxyde Mg O : 0,8%
Aluminium oxyde Al2 O3 : 2,9%
Fer oxyde Fe2 O3 : 1,5%
Bore oxyde B2 O3 : 0,1%
Manganèse oxyde Mn2 O3 : 0,56%
Antimoine oxyde Sb2 O3 : 0,5%
Plomb oxyde Pb O : 0,2%
Phosphore pentoxyde P2 O5 : 0,2%
Argent Ag : 0,05%
Or Au : 30-50 parties pour 1 million, donc cette coupe est à très haute dilution : 0,05% ou 50 parties d’Or métal pour 1.000.000 de parties de verre. Cela correspond à notre Or colloïdal que l’on peut trouver en oligo-élément chez son pharmacien en France par le laboratoire Labcatal, ou celui des Granions (qui ont récemment fusionnés)

4. Communion des Saints dans la tradition chrétienne : le ‘Je’ réalisé par triangulation qui transcende le ‘toi’ et le ‘moi’ :

    Je
Moi - Toi

Le ‘Je’ ou Soi étant le Blanc de l’Instant (et en conséquence aussi le Noir : Vierge Noire, Kali ; dans la Bhagavad-Gîtâ c’est Krishna l’immortel qui est le Noir et Arjuna est le Blanc comme perspective du Soi la Conscience infinie mélangée au Moi-Individuel. L’initié hindou, tel Ramana Maharshi sur une photo de Lui le montrant assis sur une peau à poils blancs et noirs signifiant le non-manifesté et la manifestation.

5. Le « sentiment océanique » par Ramana Maharshi dans l’entretien 92 du 7-11-1935 : « Le ‘Je’-‘Je’ ininterrompu est l’océan infini ; l’ego, la pensée ‘je’, n’est qu’une bulle à la surface de cet océan ; on l’appelle jîva ou âme individuelle. De même, la bulle d’eau, lorsqu’elle éclate, ne fait que se mêler à l’océan ; et quand elle est bulle, elle fait toujours partie de l’océan. Dans l’ignorance de cette vérité simple, d’innombrables méthodes, sous différentes dénominations, telles que yoga, bhakti [dévotion], karma, etc., ont été enseignées. Chacune apportant de nombreuses modifications, elles ont été enseignées avec beaucoup d’habileté et des détails compliqués seulement pour séduire les chercheurs et semer la confusion dans leurs esprits. Il en va de même pour les religions, les sectes et les dogmes. À quoi servent-ils ? Uniquement à faire connaître le Soi. Ce sont des aides et des pratiques dont on a besoin pour connaître le Soi ».

 
sucre_parrticule.jpg 
 
 

Dernière mise à jour : 20-07-2023 03:01

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >