Accueil arrow Yôkai arrow Dernières news arrow Le ”Comme si” survient quand
Le ”Comme si” survient quand Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 19-08-2023 03:16

Pages vues : 515    

Favoris : 29

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Administrateur, Aiguille, Amour, Celtes, Conformité, Banques, Consommateur, Dehorscratie, Ego, Fascisme, Gate gate, Gaulois, Horticulture, Humain, Libération, Limite, Marxengelsisme, Or, Racine du mal, Réel, République, Robot, Saisie, Simplicité, Trou, Utotalitarisme, Vacuité, Valeur, Washingtonisme, Westminsterisme, Winner, Woke

 
croisel_tr_ptah_christ_soi_c1.jpg
 
 
Le ”Comme si” survient quand
de gros ego et gros comptes en banques
s’aperçoivent qu’ils peuvent inventer
un DEHORS, un SOCIAL : faire ”Comme si”
ce Dehors permettrait le sujet du Dedans
face à l’objet du Dehors, soit LE COMMERCE,
l’A-doration : fabriquer du temps et de la
valeur, la DORATION, la DORURE de l’échangisme.
 
Celui dont la Vraie Nature est pure
Connaissance, Conscience infinie,
ne peut pas, par définition, se connaître
soi-même. IL NE PEUT QU’ÊTRE SOI-MÊME.
La recherche de sa propre identité est
franchement ridicule, le Seul Réel étant
précisément ce qui, pour être UNIQUE,
sans copie, demeure réfractaire à toute
entreprise d’identification et maintenant
de numérisation.
Ramana Maharshi dans Ulladu Narpadu l’exprime
dans la strophe 33 :
”Il est ridicule de penser "je me connais" ou
"je ne me connais pas, moi", admettant ainsi
deux moi, l'un l'objet de l'autre. Que le Soi
ne soit qu'un est l'expérience de tous”.

La Vraie Nature fait qu’il n’existe pas de
dualité Dedans-Dehors : le Réalisé ne ”connaît”
quoi que ce soit en Dehors de Lui-même.
”Puisqu’Il brille sans rien connaître que
Lui-même, ou rien d’autre qu’Il le connaisse,
le Soi est [authentique] connaissance”.
(Ulladu Narpadu, strophe 12).

”Si vous affirmez que vous [le sujet] voyez
les objets ou que vous ne connaissez pas l’Unité
réelle, vous devez en conclure qu’il y a deux
soi : le connaisseur [le sujet] et l’objet
”connaissable. (Ramana Maharshi 144, 23-1-1936).
”Lorsqu’on parle de Réalisation, cela implique
l’existence de deux soi : l’un qui réalise, et
l’autre qui doit être réalisé. On cherche à
réaliser ce qui n’est pas encore réalisé.
Une fois que nous admettons notre existence,
comment se fait-il que nous ne connaissions
pas notre Soi ?” (Ramana Maharshi 146, 26-1-1936).
”On cherche à réaliser ce qui n’est pas encore
réalisé” = L’ÉVOLUTIONNISME.

C’est pourquoi la connaissance par l’humain de
sa nature humaine ne peut être une connaissance
puisque toute connaissance naît de la dualité du
sujet qui étudie et un objet étudié, donc la
racine du mal : le Dedans-Dehors engendrant
LA SAISIE, LE COMMERCE ; de plus, l’humain étant
ontologiquement, en ses essences, le résumé,
l’Univers Lui-même, le TOUT, le TAO,
il est de ce fait dans l’impossibilité de se
poser comme sujet étudiant « l’objet Univers »
qui de cette façon lui serait extérieur.

”Les gens, les arbres, les plantes, les animaux,
tout était mien, comme apparenté, je trouvai en
toute chose l’image du Nom de Jésus-Christ”.
(Le récit d’un pèlerin à la recherche de la
Prière
, de l’Archimandrite Michel Kozlov).

Si l’humain était doué de Vraie Pensée, ce
serait l’absence de pensée, l’OUBLI.
(Il ne POSSÈDE donc pas de pensée ou d’opinion].
Pour Lui, pas de naissance ni de mort.
”Les cinq opérations divines ont lieu en sa
simple Présence :


la création, le maintien, la destruction, la mise en place d’un voile et l’octroi de la Grâce. Création, préservation et destruction de tous les mondes par l’intermédiaire de la maya [illusion, ce qui fait obstacle, les désirs ou loi de succion vulgaire, la souffrance], la divinité est comparable au SOLEIL, lequel par son simple EST, donne naissance à toutes les activités TOUT EN DEMEURANT DÉTACHÉ D’ELLES.
CE QUE N’ONT PAS COMPRIS LES HUMAINS DU DÉBUT DU NÉOLITHIQUE allèrent jusqu’à adorer le Soleil qui les fait vivre au lieu de simplement l’honorer pour son EST (Tout est dans TOUT et ”Rien dans le TOUT et tout dans le RIEN”), commence alors le MIEUXA, l’A-mélioration : du A privatif et rendre meilleur, c’est-à-dire MOINS BON.
On peut ajouter la remarque suivante : dans la tradition de l’Église de Rome, l’ostensoir a la forme d’un soleil de métal doré entouré de rayons d’inégales longueurs. Il comporte en son centre une lunule (boîte de cristal) destinée à recevoir l’hostie consacrée… ”Le Centre est nulle part et la Circonférence est partout”… Bref, tout a été objectivé, maintenant numérisé !

L’humain doit donc tourner ses regards vers le SOLEIL, c’est-à-dire VERS LUI-MÊME, LE CŒUR : le ”QUI SUIS-JE ?”, L’ÉTERNEL RETOUR. (Les tribus judaïques et républicaines et GAFAM veulent faire le contraire : « aller de l’avant » !)

Dans le DEDANS-DEHORS.
« Les êtres qui, de très longue date, se complaisent dans le désir passionné et se livrent à l’ardeur de leurs désirs sont incapables de concevoir, d’inférer ou d’apprécier le bonheur de vivre dans la solitude la plus intime, libre de tous les attributs de la forme, du son, de l’odeur, de la saveur des textures.
De même, c’est parce qu’ils se complaisent dans les discours [les opinions] depuis fort longtemps, parce qu’ils prennent un plaisir évident à discourir [que les êtres ordinaires] sont incapables d’imaginer, d’inférer ou d’apprécier le bonheur des êtres sublimes qui jouissent du Silence intérieur.
C’est parce que les êtres ordinaires depuis fort longtemps se complaisent dans les désignations conventionnelles de ce qu’ils voient, entendent, distinguent et connaissent séparément, et parce qu’ils prennent un plaisir évident à user de ces désignations conventionnelles qu’ils sont incapables d’imaginer, d’inférer ou d’apprécier l’Au-delà de la Souffrance [la Félicité], lequel coupe court à toutes les désignations conventionnelles et met un terme définitif à tous les agrégats périssables [les coagulations ou fixations, les ”constantes” de physiciens].

Éminent par la Doctrine, il en va comme de ceux qui, du fait de leur vieille et tenace croyance au ‘moi’, prennent un plaisir évident à débattre et à disputer : ils sont incapables d’imaginer, d’inférer ou d’apprécier l’absence de ferme croyance au ”mien” et l’inexistence de la contradiction chez les habitants du continent septentrional appelé ”Cacophonie”.
[…]
Alors, le Bienheureux prononça cette Stance :
« Le domaine du clair discernement
Est inexprimable et totalement libre des désignations conventionnelles.
La Réalité absolue n’apparaîtra jamais au terme d’un débat [ou d’une élection].
C’est là une caractéristique transcendant toute argutie [chicane, subtilité, preuve, référence].
(Soûtra du Dévoilement du sens profond, fin du chapitre 2).

Ici la Vraie Loi de Succion :
”Accroche-toi à ton attachement
pour Celui qui est sans attachement [sans loi de succion vulgaire].
Cramponne-toi à cet attachement [de Vraie Loi de Succion]
pour être libre de l’attachement [au monde et à sa loi de succion vulgaire appelée  ”valeur”]”
Vers 30 du Tirukkural. Le mot ”attachement” est comparable à la bhakti (dévotion) et chez les Chrétiens à l’Eucharistie.
VRAIE ATTACHEMENT = LE « QUI SUIS-JE ? » D’INSTANT EN INSTANT, de telle façon que cet attachement ne relâche jamais sa mainmise sur le jiva [âme individuelle], et au sens vulgaire relatif à l’illusion ou au ”Comme si” du monde spatio-temporel.
VRAIE ATTACHEMENT = avoir conscience que le Soi n’est autre que Nous-mêmes, et ainsi demeurer immobiles : « ”Reste tranquille et sache que je suis Dieu”.
Rester tranquille veut dire ne pas penser. Ce qu’il faut, c’est savoir et non pas penser » (Ramana Maharshi 131, 6-1-1936). Si bien que, inaffectés par tout facteur d’assombrissement, Nous ne faisons plus qu’Un avec Lui, de même que le Cristal demeure clair et brillant quand on l’enlève de devant le fond coloré où il se trouve. Dans cette analogie le Cristal limpide est le Soi, et le Cristal placé devant un fond et le Soi lorsqu’il reflète les 36 tattvas [vérités, essences], l’illusion du monde de maya.

VRAIE ATTACHEMENT = LE « QUI SUIS-JE ? » D’INSTANT EN INSTANT, parfaitement résumé dans le japa [en sanskrit la répétition d’un nom divin ou d’une formule), tel celui de l’Archimandrite Michel Kozlov : « Seigneur Jésus-Christ, Fils de Dieu, prends pitié de moi », répété 3000 fois dans les 24 heures d’une journée.
« Que tu sois debout ou assis, en marchant ou couché, prononce continuellement ces paroles : « Seigneur Jésus-Christ, Fils de Dieu, prends pitié de moi » - ni à voix haute ni à la hâte. Fais cela exactement trois milles fois par jour, sans de toi-même en ajouter ni en retrancher aucune. De cette façon, Dieu t’aidera à atteindre l’action incessante du Cœur [le Soi, le SOLEIL] », dit le starets page 29 de l’édition du Cerf, dans la nouvelle traduction du russe de Chantal Crespel-Houlon, le vrai texte du Pèlerin russe.
Répétition, japa, identique au « GATE GATE PÂRAGATE PÂRASAMGATE BODHI SVÂH » (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil, ainsi) dans le Soutra du Diamant.

Cette Grande Prière répétée indéfiniment, inlassablement, EST LE PRINCIPE MÊME DU « QUI SUIS-JE ? », ainsi ELLE EST la preuve qu’il n’existe pas de laïcité (à la française judéo-maçonnisée). Prière valable, en marchant, au travail, au smartphone, au supermarché, dans l’ascenseur, aux chiottes, en automobile, dans un RER bondé de banlieue, etc.

Ce japa est ainsi LE NON-CONFORT DE CE MONDE MÉCANISTÉ PAR LA TECHNOLOGIE ALIÉNANTE : en rêve, l’Archimandrite vit son starets : « C’est pour toi une leçon de détachement des choses terrestres [ui rapportent tant à certains] afin d’atteindre aisément le Ciel. Tu as été mis à l’épreuve pour ne pas tomber dans la volupté spirituelle [la gloutonnerie spirituelle et autres ”développement personnel” à travers un business de yoga frelaté]. Dieu veut que tout Chrétien RENONCE [le scribe de la page souligne] pleinement à sa propre volonté [au sens de la bhakti ou dévotion], à tout désir et à toute passion y attenant [donc à tout DEHORS] et se soumettre entièrement à Sa Divine Volonté [telle la bhakti ou dévotion]. Il organise tout événement dans l’intérêt de l’homme et pour son salut, Il veut que tous soient sauvés ! [puisque la Félicité est nostre état naturel, et : ”Le Royaume des Cieux est en Vous”, sans condition et pour tous]. C’est pourquoi, prends courage, croit qu’avec la tentation Dieu te donnera le moyen d’en sortir. Bientôt ton réconfort sera bien plus grand que ta peine actuelle ». (Page 38, du Récit d’un pèlerin ou pérégrin (pèlerin en ancien français qui donnera pérégrination) à la recherche de la Prière [ou de la Vérité].
Le japa telle cette Grande Prière permet d’échapper à la racine du mal la dualité Dedans-Dehors et la saisie ou tentation ; cette prière intérieure permet de garder son MENTAL VIDE POUR NE PAS ÊTRE TENTÉ PAR LE DEHORS ET SA LOI DE SUCCION VULGAIRE, SON PLOMB OU ATTRACTION, SA LOURDEUR !

La Prière à Ptah sous forme d’un ”Appel aux Vivants” se rapproche de la Prière du Pèlerin russe.
[…]
Ptah, mon cœur [Centrum Centri] est plein de Toi,
mon cœur est paré de ton Amour [bhakti ou dévotion]
comme un marais l’est de bouton de Lotus.
J’ai fais ma maison [au sens de la Vraie Demeure] à côté de ton temple,
comme le serviteur qui adore son Seigneur sur sa terre.
Le prêtre funéraire, le prophète Pakhroef, dit :
Je me suis placé sous tes pieds […] [soumission absolue dans le sens du japa, dans le sens de la Prière d’un Pèlerin russe].
(Extrait d’un texte d’une statuette, dans : Hymnes et Prières de l’Égypte ancienne, par André Barucq et François Daumas, Éditions du Cerf, 1980).
De nos jours, le ”Seigneur sur sa terre” ce sont les ”valeurs de la république”, c’est LE BUSINESS DU MARCHÉ ET DE LA BOURSE…..

POUR-VOIR ou POUVOIR = se faire une idée ou opinion du monde sous l’emprise ou sous la loi de succion vulgaire qu’est l’ego, le ‘je’ du « Votre ceci, votre cela », de la RAISON OU CONSCIENCE ÉGOÏQUE, CELLE QUI CALCUL SON FRIC, CELLE DE LA « VALEUR DE LA RÉPUBLIQUE ».


Le citoyen ou consommateur du régime républicain donc le consommateur du TEMPS HISTORIQUE ne peut plus se penser comme un ‘je’ ou corps de chair qui recouvre un squelette telle la Conscience infinie. Ce NOUVEAU SQUELETTE, QUE TENTENT NOTAMMENT DE CONSTRUIRE LES TRANSHUMANISTES ET WOKISTES DU PROTESTANTISME ANGLO-AMÉRICAIN, SERA CONSTITUÉ PAR LE DOGME ARTIFICIEL DE L’ÉVOLUTION DE L’HUMAIN AU COURS DU SPATIO-TEMPOREL, PAR L’INVENTION DE LOIS QUI DOIVENT CONDUIRE CE NOUVEL HUMAIN À LA NORMALISATION DES FAÇONS DE SENTIR ET DE PENSER (appelées ici en France : « Valeurs de la République »). Ce sera un darwinisme du Soi. Le squelette ontologique ou la Vraie Nature de l’humain ne serait plus DEDANS, mais DEHORS, comme celui des Insectes, et les sociétés d’humains seraient alors à l’image des sociétés d’Insectes. Ainsi, c’est le Dehors, la chair, le ‘je’ de l’ego qui fabrique son Soi ou squelette dans l’évolution historique, ce sont les accidents dans le spatio-temporel qui fabriquent les Essences (1). Bref, pour le régime républicain, le transhumaniste et le judéo-protestantisme, hors de la vie sensible ou de la « vie laïque » et historique, il ne peut rien exister, il ne peut y avoir un « Dieu », ALORS L’HUMANITÉ S’UNIFIERA AUTOUR DU « PARTI », LE « NOUVEL ORDRE MONDIAL », LA SYNTHÈSE DES PARTIS SOUS FORME DE LA SYNTHÈSE DES RELIGIONS, QUI DÉFINIRA LES FAÇONS JUSTES DE SENTIR ET DE PENSER, PUISQUE CE SONT LES « VALEURS RÉPUBLICAINES ». Et le « parti », c’est finalement LA PENSÉE D’UN SEUL DIVIDU : LUI SEUL A DROIT AU ‘Je’, au Soi, et quiconque ne se soumet pas à ses « valeurs républicaines » est schismatique, hérétique (il n’y a qu’une seule reine dans une ruche ou une termitière….). (En réf. à Jean Coulonval, Synthèse et Temps Nouveaux, lettre 31 à Aimé Michel, le 10-9-1974).
Avec le macronisme en France, Nous entrons dans la phase active du TOTALITARISME ANGLO-AMÉRICAIN : les ”valeurs d la République” FABRIQUENT le dividu, le consommateur dont la ”valeur” lui fait croire qu’il serait ”libre”, or le consommateur ou citoyen n’est qu’un DIVIDU, et son régime étatique avec ses ”valeurs” lui fait croire qu’il est un ”individu” : un INDIVISÉ, UN TOUT, UNE SINGULARITÉ, LE Soi, L’ORIGINAL, LA VRAIE NATURE. Or le consommateur ne peut être un TOUT, une Globalité, puisque dans son social il se définit par rapport à un ‘toi’, et qu’il est donc limité par ce qui le différencie de ce ‘toi’. Il est donc un DIVIDU, un DIVISÉ, une PARTIELLITÉ, un OBJET-OBJECTIF FINALEMENT.

En France le régime républicain est sur la sellette avec la demande de dissolution de l’association de Catholiques traditionnels : CIVITAS, le régime apportera, ou non, LA PREUVE DE SON ÉTAT DE NON DROIT, DE SON ÉTAT DEVENU STALINIEN, OÙ SEUL LE PRÉSIDENT ET SES BANDES ORGANISÉES A DROIT au ‘Je’ et l’interdit aux fabriqués.

RIEN DANS LE TOUT ET TOUT DANS LE RIEN, c’est-à-dire : RIEN N’EST SOI-MÊME.
« Toutes choses sont vides », écrit le Soûtra de l’Entrée à Lankâ, « Voilà une construction mentale relativement vraie, que je destine aux sots du commun. Il ne s’y trouve aucune vérité absolue. Les réalités produites pas le langage donnent leur sens à un champ d’expérience, mais à bien regarder les produits du langage, on finit par n’en trouver absolument aucun ».

MÊME L’INSTANT EST UN CONCEPT.
”L’être et le néant sont [de] faux [concepts],
De même que l’instantanéité et les [autres] caractéristiques :
Dans l’Esprit-Seulement, il est impossible
De trouver rien de réel ou d’irréel”.
(Soûtra de l’Entrée à Lankâ, Stance 64, extrait).


Note.
1. ESSENCE : dans le sens par exemple du principe de l’outil appelé tour : déplacer un outil coupant sur une pièce qui tourne, produisant des copeaux. N’existerait-il rien au monde, pas même la Création, que ce principe SERAIT, Essence éternelle du tour ; mais ce qui ne serait pas, c’est le tour concret, et on peut en réaliser une infinité de modèles à partir du principe ou Essence : l’ex-istant. Un tour ne peut engendrer son principe, ni aucun machine, même construite par un transhumaniste : la recherche ou le bricolage peuvent éveiller l’idée d’un principe, elles ne le créent pas.…. Quand un humain découvre un principe, c’est qu’il le portait déjà en lui, comme une plaque photographique non révélée, dans les structures intimes de son être.

ESSENCE: ce qui existe de toute éternité à l’état latent, en Vraie Télépathie, et qu’on a appris à connaître au fur et à mesure de l’évolution de notre cerveau. Ce qui n’a pas l’Essence ne peut produire l’Essence. « L’essence qui voit est la seule chose qu’on ne puisse attribuer à rien » dit Le Secret de la Fleur d’Or. « Mais, lorsqu’on voit le voir, si ce voir n’est pas le voir, l’essence qui voit est alors aussi attribuable à quelque chose. Cela renvoie à l’essence qui voit, telle qu’elle s’exerce dans la continuité répétitive de la conscience habituelle - ce que les Écritures bouddhiques évoquent en ces termes : « Faire usage de la conscience habituelle et répétitive [la raison], c’est faire erreur ». L’AVERTISSEMENT TRADITIONNEL : « NE POINT ATTACHER UN INSTANT QUI PASSE À UN AUTRE INSTANT ».

Le mot « Essence » peut se définir à travers l’entretien 363 du 20-2-1937 de Ramana Maharshi, le guide : « Par « guides spirituels », nous entendons ceux qui sont « spirituels » [entre guillemets parce que ce mot est un fourre-tout] par opposition à ceux qui sont « matériels ». L’Esprit est illimité et sans forme. Il en est de même du centre spirituel. Il n’y a qu’un seul centre de cette sorte. Que ce soit en Occident ou en Orient, il ne peut être différent ; ni être localisé d’aucune manière. Étant illimité, il inclut les guides, les hommes, le monde, les forces de destruction et de construction. Il n’y a pas de distinction. Vous parlez d’établir des contacts parce que vous pensez que les guides spirituels sont des êtres incarnés. Mais les hommes spirituels ne sont pas des corps ; ils n’ont pas conscience de leur corps. Ils ne sont qu’esprit, sans limite et sans forme. Ils sont toujours en unité entre eux et avec tous les autres ; bien plus, ils englobent tout.
L’Esprit est le Soi. Si le Soi est réalisé, ces questions ne peuvent pas s’élever ».

ESSENCE = CE QUE NE PEUT JAMAIS ÊTRE ILLUSOIRE, PARCE QUE LA SEULE RÉALITÉ.
« Le Soi ne peut jamais être illusoire. Il est la seule Réalité. Ce qui apparaît doit également disparaître, ce n’est pas permanent. Le Soi n’apparaît jamais et ne disparaît jamais, il est donc permanent ». (Entretien 363).

ESSENCE-MIROIR : le Libéré Vivant ou Réalisé Vivant est comparé au reflet dans un miroir sans tâche [miroir clair] dans un autre miroir semblable. « Que peut-on trouver dans un tel reflet ? Le pur akasha [éther, ou Lumière de la Conscience]. De même, la Félicité reflétée du jnâni [Sage, Bienheureux] représente la véritable Félicité (ânanda).
Ce ne sont là que des mots. Il suffit que la personne devienne antamukti (tournée vers l’intérieur). Les shâstra [écritures sacrées] ne présentent pas d’intérêt pour ceux dont le mental est tournée vers l’intérieur. Ils sont destinés aux autres ». (Ramana Maharshi, entretien 513 du 16-9-1938)

[En haut de page : la Croisel, lampe à quatre lobes rappelant la forme de la Croix. La vision de la Source des structures codifiées pour la compréhension MAIS QUI, COMME TOUT CONCEPT, TOUT ENSEIGNEMENT QUI VIENT AINSI D’ÊTRE SAISI comme quelque chose en soi, quelque chose de concret, l’enseignement DOIT ÊTRE DÉPASSÉ. PAR CONSÉQUENT, LE CONCEPT, LA STRUCTURE CODIFIÉE QUI VIENT D’ÊTRE CRÉÉ DOIT IMMÉDIATEMENT ÊTRE DÉTRUITE, DÉ-passée (suppression de la manifestation du concept par le ‘E’ ; dépassement par la vision de la source du concept, depuis le CENTRUM CENTRI DE LA CROIX QUI RE-présente ce concept).
Le support des mèches pour les lampes à huiles en période de ”méditation” a la même forme que la Croisel, la flamme en est alors expressive. De plus, le TROU aménagé sur ce support cruciforme représente le INNÉ-IGNÉ de l’Éternel Retour du « QUI SUIS-JE ? » La flamme de la Croisel RE-couvre (découvre) la Vérité. LE SURFEU…
Nostre monde actuel est bourré de concepts, de ”constances” et autres ”valeurs” : TOUS DES CONCEPTS SENTI-MENTAUX ET DONC MORAUX, Nous le voyons bien avec le slogan du monothéisme républicain : ”l’ordre républicain” qui remplace la VRAIE ÉTHIQUE (E tu es HI) ou MORALE (MOR-AL) IMPERSONNELLE pour en faire une ESTHÉTIQUE ET MAINTENANT UNE NUMÉRISATION, UN CONTRÔLE ALIÉNANT DE LA VIE DE TOUS LES JOURS (LA SENSATION, DONC PERSONNELLE LIÉE À L’EGO DU CORPS MENTAL ET SES CINQ SENS, ne jamais oublier que de plus en plus par les « réseaux » du tous connectés NOUS SOMMES EN RE-PRÉSENTATION…..).
ACTUEL CONTRÔLE ALIÉNANT DE LA VIE OU LE BÉHAVIORISME NUMÉRIQUE : LA RAISON-RÉACTION « OBJECTIVEMENT CONTRÔLABLE » PAR LA TECHNOLOGIE, ET DONC SUSCEPTIBLE D’ÊTRE REPRODUITE TELLE « L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE ». Nous allons entrer dans la VIE ORGANISÉE PAR LA RAISON, DONC PAR LE CALCUL, PAR LE « RATIONNEL », C’EST-À-DIRE RENDRE LA VIE INVIVABLE EN L’ORGANISANT SOUS LE PRESSION DE « SEIGNEURS ET MAÎTRES » DE L’OLIGARCHIE DU CAPITAL. Ainsi ce seront les ingénieurs et autres informaticiens qui appliqueront à leur entourage vivant (famille, collaborateurs, etc.) des « principes », des concepts, des constantes. Le psychiatre A. Stocker, dans : Folie et santé du monde, décrit page 104 le cas d’un jeune polytechnicien dont il eut à soigner la femme qu’il avait rendue à moitié folle par « l’organisation scientifique » de son comportement… ]
 
ptah_26d_lecaire120.jpg
 
 

Dernière mise à jour : 19-08-2023 03:55

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >