Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Le ’N’est pas X’ du X nombre plastique
Le ’N’est pas X’ du X nombre plastique Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 28-02-2024 23:25

Pages vues : 234    

Favoris : 71

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Administrateur, Aiguille, Amour, Anarchie, Archange Michel, Bolchevik, Carotte, Celtes, Conformité, Dragon, Banques, Consommateur, Dehorscratie, Dragon, Eau, Ego, Fascisme, Gate gate, Gaulois, Homéopathie, Horticulture, Humain, Hiéroglyphe, Histoire, Intelligence artificielle, Judéo-maçonnerie, Laïcité, Libération, Limite, Logibriquet, Logiquopinion, Marxengelsisme, Miviludisation, Nation, Noël, Or, Paix, Penser, Pierre, Pont, Ptah, Racine du mal, Raison, Réel, République, Robot, Saisie, Simplicité, Temple, Temps, Transparent, Trou, Utotalitarisme, Vacuité, Valeur, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Winner, Woke, World Economic Forum, Xalemme

 
 
 
Le ’N’est pas X’ du X nombre plastique
Plastique : du grec plastikos : relatif
aux noms-les-formes : leur donner nom
et forme (comme dans les ”arts plastiques”).
La SPIRALE est le - +X du ’N’est pas X’.
 
Le X ou Singularité, le ”Venant de Nulle part”
tel le Centre est nulle part et la
Circonférence est partout.
Le X du ”Aller vers l’obscur et l’inconnu
par ce qui est plus Obscur et Inconnu encore”
.
Le X des OBJETS SACRALISÉS : en plus d’être
eux-mêmes, ILS SONT AUTRE CHOSE.
Le X du ”En notre absence, nous ne savons pas
ce que font les objets”.

Ce qui engendre le ”COMME SI”, le monde,
le temps, existaient s’il n’y avait aucune
conscience pour les voir, ”COMME SI” le
Vrai DEVENAIT vrai dès qu’on l’observe et
le possède : l’observateur détermine où et
comment (utilitarisme) la particule va être
perçue (donc en fonction de l’ego du moment).
L’observation ne peut qu’affecter la finalité
de cette observation, parce que TOUT EST
DANS TOUT, en Haut comme en Bas et l’inverse.
Ainsi il n’existe pas le winnerisme appelé :
« objectivité ». Tout observation de la ”réalité”
est subjective, en ”Comme si”, puisque le
mental de l’observateur par son ego et ses
sens détermine ce qui va être vu et pris pour
« la réalité ». Et lorsque 2 observateurs sont
d’accord, ça forme déjà une société par concept
d’inconscient collectif.
Rejoint ci-dessous : ”En notre absence,
nous ne savons pas ce que font les objets”
.



Les phénomènes sont en interaction, chacun d’eux contient en lui tous les autres. Si le dispositif est modifié, les propriétés du Composé observé par la conscience changeront à leur tour, d’où le sens du ”Gate, gate”. Le temps n’existe que s’il y a une personne pour l’observer. Mais si personne n’observe le temps, icelui existe-t-il malgré tout, AU DEHORS ?
Cela sera À JAMAIS impossible à réaliser car se si-tuant en contradiction avec le l’impossibilité de SORTIR de l’Univers pour l’observer et ainsi FAIRE comme si on le possédait.

Le phénomène du ”COMME SI” sera alors : « En notre absence, nous ne savons pas ce que font les objets, les noms-les-formes. Sont-ils toujours là ? Ou ailleurs ? Il n’y a aucun moyen de le vérifier, et c’est bien ainsi, SAUF, SI, le mental intervient, à l’état de veille…. »
Ainsi LE MONDE, LES TERRIENS ET AUTRES NOMS-LES-FORMES QUI Y SONT DEDANS, NE SONT NI RÉELS NI IRRÉELS : TOUR DE PASSE-PASSE « COMME SI », DONC DE L’ORDRE D’UNE HALLUCINATION, DE L’ORDRE D’UNE ILLUSION. Ce sont les nombreux exemples de l’écran de cinéma donné par Ramana Maharshi qui n’a probablement jamais mis les pieds dans une salle de cinéma, où il a seulement assisté à une projection en pleine air avec un drap blanc en guise d’écran : on voit des images défilées sur l’écran, une séquence d’incendie ne brûle pas l’écran, pourtant cette séquence composée de plans et de personnages fait QU’ON Y CROIT, images, plans, situation, mouvement, font que TOUT SE TIENT, ALORS ON Y ADHÈRE, ON SUBIT LA LOI DE SUCCION ET VULGAIRE, ET SACRÉE. Telle : « Quand une magie parle toutes les magie parlent, quand une se tait toutes se taisent ». Dans un tel concept le monde est une SUITE D’INFORMATIONS ET DE SIGNAUX, SANS PLUS, SANS RÉFÉRENT AU DEHORS À DES SIGNIFIANTS.
Comme le précise Ramana Maharshi, pour ne subir que la Vraie Loi de succion, celle de l’Écran qui n’est pas affecté par ce qui lui est envoyé dessus, IL FAUT RESTER COMME LE Soi-Écran, neutre, en état de N’EST PAS X, le X étant l’Écran, le Soi, rester en état de Maât, Cour, direct, a-temporel.

En notre absence, nous ne savons pas ce que font les objets. Sont-ils toujours là ? Parfois, comme les chats, un des objets fait des “bêtises”. Celui dont on a instantanément besoin se cache, il tombe derrière la lourde commode ; on ne le récupère qu’au bout de longs efforts et d’apparition de rhumatismes.

Le X du ’N’est pas X’ sera l’ambiguïté du Sacré-Valeur : l’objet sacré quel qu’il soit est investi du énergie prodigieuse, comme le mana des Polynésiens, autant cette énergie peut être bénéfique, dans son côté Divin, autant et proportionnellement cette énergie peut d’une seconde à l’autre se transformer en son contraire comme énergie destructrice et mortelle.
C’est l’ambiguïté-ambivalence fonda-et-mental de l’humain.

RETOUR AU « COMME SI » AVEC LES ANGLES TEL LE NOIR DE L’ALCHIMIE-PUTRÉFACTION.

ANGLE [ANGLEE] : Coin, passage, Gate Gate resserré. Sous certains angles l’aspect change : dans un paysage, dans la vision d’un objet, l’angle de l’éclairage, le point de vue.
Les fleurs repliant leurs pétales : l’angle des pétales par rapport à la lumière qui baisse le soir. Point Focal ou foyer : pas de réalité concrète, c’est la Vraie Demeure du Sans Demeure, le SANS POURQUOI. Le Foyer contient la totalité de l’image, comme l’écran de cinéma cité plus haut.


 
 
coquillage60degr.jpg
 

 
spirale90.jpg
 
Deux séries de carrés et de rectangles de forme psy.

Nombre d’Or (définition) : trouver entre le point A et le point B un nouveau point X tel que les 3 segments ainsi construits soient en progression géométrique ou spatio-temporelle.
L’extension du Nombre d’Or donne le X du ’N’est pas X’ consistant à chercher entre le point A et le point B 2 points X et Y tels que 6 segments réparties soient en progression d’espace-temps.
On ne place plus un unique repère X entre A et B, mais un objet X ayant une étendue X et Y (-x et +X), DANS N’IMPORTE QUELLE DIRECTION : droite-gauche, haut-bas.
 
segments_or1.jpg
 
segments_or2.jpg 


Il est bien-sût possible de placer plus de 2 points entre A et B, des points secondaires, mais il n’est plus possible de placer tous les segments additionnels SUR LA MÊME PROGRESSION que celle des segments primaires (-X et +X). La progression des 6 segments présente un maximum de perfection dans la manifestation du mouvement spatio-temporel. On peut le voir en construisant 2 progressions opposées, la source de l’une étant sur un des points de l’autre : 9 termes de chacune engendrent 8 segments égaux dont 2 ensembles de 3 segments adjacents.
 
arbre-de-vie_trig_equilat.jpg

 
cordonnier1.jpg

La progression en Nombre d’Or est telle que le segment A B est égale à la somme des 2 triangles qui le précède = BC+CD… AB est aussi égal à SC, distance de la source S au point C précédent AB. Généralités illustrée par la parallèle HLM à AS.

cordonnier2.jpg

La progression du Nombre X du ’N’est pas X’ (- + X, Nombre Radiant ou Rayonnant chez Gérard Cordonnier) est telle que tout segment AB est égal à la somme des 2 qui le précèdent en sautant un triangle, et aussi égal à SF. 2 égalités, analogues à l’aide de la parallèle HLM à AS.



triskell3rayons.jpg
 
surface_reception.jpg

232_paysage_tao.jpg


Les deux -X et +X


Le X du ’N’est pas X’ est double négation, notamment chère aux Mystiques Chiites (selon Henry Corbin, Histoire de la philosophie islamique, où l’auteur explicite l’Unité en recourant à la double négativité) ; en sanskrit ce sera neti neti : « Maintenant, vous identifiez à tort le Soi avec le corps, les sens, etc. Puis vous procédez à leur rejet et cela est neti. Mais vous ne pouvez le faire qu’en vous attachant fermement à ce qui ne peut être rejeté. Et cela est iti seul (1) ». (Ramana Maharshi, entretien 366).

Rejoint le fait décrit dans le Soûtra de l’Entrée à Lankâ : le X n’étant pas X il n’est pas non plus un Non-X. C’est cela le -X et le +X. Évidemment conditionné par Aristote, le mental surtout occidental aura de la peine à comprendre ! Ce qui ne veut pas davantage dire que la matière, le monde, ne relève ni de l’être ni du non-être, mais du X du +X et du -X VARIATION du THÈME du « COMME SI », si bien que Nous sommes effectivement dans la Devise Alchimique : ”Aller vers l’obscur et l’inconnu par ce qui est plus Obscur et Inconnu encore”.
Le bouddhisme pourrait appeler ce double X : « Vacuité », mais même ce mot est encore un concept du mental !
La réunion ou mariage des deux X ne peut que produire l’INSTANT ou l’Ici et Maintenant (qui n’est pas une super opinion formée d’une quantité indéfinissable d’opinions).

Le double X est comme la cinquième jambe d’un Tétralemme formant un XALEMME, entraînant vers la Vraie Demeure du Sans Demeure ou ”Dimension absolue”, celle de la Devise alchimique, où, en termes vulgaires, banales, la « grande production interdépendante conditionnées [depuis des millénaires : le commerce] » est DÉPASSEE par les paradoxes les plus invraisemblables et les apories les plus insolubles, ce qui ouvre effectivement LES PORTE DES PORTES VERS LA CONTEMPLATION, VERS L’EXTASE.

« Grande production interdépendante conditionnées » = LA LOI DE SUCCION ET VULGAIRE ET CELLE QUI EST AUTHENTIQUE : tous les noms-les-formes conditionnés par le spatio-temporel. Comme sur l’écran de cinéma, toutes les images ou manifestations forment l’OCÉAN INFINI, l’ÉCRAN, et se rencontrent sur le trône de l’Éveil formé par l’écran le seul et même Réel.

Le double X sera le catéchisme de l’inconcevable telle que le définie la Devise alchimique, qui dépasse la neurasthénie des contraires si flagrante en Occident guerrière :
“ Qu’est-ce qui est toujours ? “ - “ l’espace, l’éternel, le sans parents “ - “ Qu’est-ce qui fut toujours ? “ - “ le germe dans la racine “.
“ Qu’est-ce qui, sans cesse, va et vient ? “ - “ le grand Souffle “.
“ Il y a donc trois Éternels ? “ - “ Non, les trois sont un. Ce qui est toujours est un, ce qui fut toujours est un, ce qui est et devient sans cesse est un aussi : et c’est l’Espace “.........

"Explique, ô Lanou (disciple)." – "L'Un est un Cercle (Anneau) sans circonférence, car il est partout et n'est nulle part ; l'Un est le Plan sans bornes du Cercle, manifestant un Diamètre pendant les périodes manvantariques seulement ; [I LXXXVIII] l'Un est le Point indivisible trouvé nulle part, perçu partout durant ces périodes ; c'est la Verticale et l'Horizontale, le Père et la Mère, le sommet et la base du Père, les deux extrémités de la Mère n'atteignant en réalité nulle part, car l'Un est l'Anneau comme aussi les anneaux qui sont dans cet Anneau. C'est la Lumière dans l'Obscurité et l'Obscurité dans la Lumière : "le Souffle qui est éternel." Il procède du dehors au-dedans, quand il est partout, et du dedans au dehors quand il n'est nulle part (c'est-à-dire Mâyâ l'un des centres). Il s'épand et se contracte [exhalation et inhalation]. Quand il s'épand, la Mère se diffuse et s'éparpille ; quand il se contracte, la Mère se retire et se rassemble. Cela produit les périodes d'Evolution et de Dissolution, Manvantara et Pralaya. Le Germe est invisible et ardent : la Racine [le Plan du Cercle] est fraîche mais durant l'Evolution et le Manvantara, son vêtement est froid et rayonnant. Le Souffle chaud est le Père qui dévore la progéniture de l'élément aux nombreuses faces [hétérogène] et laisse ceux qui n'ont qu'une seule face [homogènes]. Le Souffle frais est la Mère qui les conçoit, les forme, les enfante et les reprend dans son sein, pour les reformer à l'Aurore [du jour de Brahmâ, ou Manvantara]."
(La Doctrine Secrète, H.P. Blavatsky, vol.1, Préface)

Page d’archive préhistorique
Un manuscrit archaïque - assemblage de feuilles de palmier rendues, par quelque procédé inconnu, inaltérables à l’eau, au feu et à l’air - se trouve sous les yeux de l’auteur. Sur la premier page l’on voit un disque blanc immaculé, sur fond noir.
Sur la suivante, il y a un disque semblable, avec un point au centre. L’étudiant sait que le premier représente le Cosmos dans l’Éternité, avant le réveil de l’Énergie encore assoupie, émanation de l’Univers en des systèmes postérieurs. Le points dans le cercle jusqu’alors immaculé, l’Espace et l’Éternité en “repos“, indique l’aurore de la différenciation. C’est le Point dans l’OEuf du Monde, le Germe qu’il contient deviendra l’Univers, le Tout, le Cosmos illimité et périodique, ce Germe étant périodiquement et tour à tour latent et actif.
Le cercle unique est l’Unité divine, dont tout procède, où tout retourne : sa circonférence, symbole forcément limité de par les limites de l’esprit humain, indique le PRÉSENCE abstraite, à jamais inconnaissable, et son plan, l’Âme Universelle, bien que les deux ne fassent qu’un. La surface du disque est blanche et le fond est noir : cela montre clairement que ce plan est la seule connaissance qui soit accessible à l’homme.
(D’après La Doctrine Secrète, H.P. Blavatsky, vol.1, début de la Préface)

Le double X s’inscrit dans L’ABSENCE DE LOI : on ne dit pas « Au nom de la loi ! » Quelle loi ? Parce que toutes lois ou conventions artificielles utilitaires ici-bas ÉLOIGNENT !!!
Tout cela n’existe pas, ce n’est que de l’opinion. Seule existe la Réalité du Sans Pourquoi : LE SILENCE, LE MOTEUR DU DOUBLE X.

Évidemment que le monde actuel depuis l’invention du nombre et du calcul est cancérisé par son UTILITARISME commencé avec la découverte du feu vulgaire et sa domestication. Mais les puissantes énergies du Vide des deux X peuvent recevoir le concept de “Vacuité”, le SANS POURQUOI : rien n’est en soi et par soi, surtout dans un univers d’opinions fictives et en frictions permanentes : tout est en « COMME SI », donc VIDE. Tout étant vide on est DANS LE TROU : rien à voir ou posséder, tout est pur, sans tache, tout est INNOMMABLE !
Seul est valable le RETOURNEMENT DE LA LUMIÈRE, la réalisation du Soi, la constatation évoquée dans le catéchisme occulte, constatation bien-sûr en forme du double X, L’IMPÉNÉTRABLE, L’INSAISISSABLE ÉVOQUÉE DANS LA DEVISE ALCHIMIQUE, IMPÉNÉTRABLE QUI N’EST AUTRE QUE LE NOM DU SEUL RÉEL, ET CELUI DE L’ÉVEIL, là où il n’y a rien qui pénètre où, et quoi que ce soit. Or là où l’on entre sans entrer, ce ne peut qu’être l’Impénétrable, autre énergie du double X et ”fruit” du Gate Gate.

VACUITÉ ET TROU DE VER PARTOUT ET NULLE PART……..
Vacuité = le CELA seulement des choses, leur EST, leur Sans Pourquoi dont aucune n’a d’essence, et dont aucune n’existe en soi et par soi, d’où le X permettant l’illimité du -X et +X. En Occident utilitariste la Vacuité est négative comme la morale en binaire dualité bien-mal, vide-plein ou une absence de « valeur » obsession du régime républicain français (par exemple la Russie de Poutine serait ”sans valeur”).
Quant au NIRVÂNA du Réalisé authentique il signifie ÉVEIL, ou NIRVÂNA SANS DEMEURE, tibétain : mi gnas myang ‘das, ssk. apratishtitanirvâna, lequel dépasse aussi bien le samsâra (cycle des naissances et des morts, monde du phénomène) des consommateurs ou citoyenisés que les Arhats (ceux qui n’ont pas encore domptés tous leurs dragons ou lois de succion successives) ; ils n’ont pas encore re-trouvé la Vacuité, ils sont au niveau du ”Petit Véhicule” inférieur au ”Grand Véhicule” des ”Nirvanés” ou Réalisés authentiques, tel Ramana Maharshi).
 
Dans cette page, se trouve le Labyrinthe de la Merde ou des Fèces, de l’Excrément Énergie Gratuite, pour tous et inépuisable des Anciens, tel que l’avait commencé à entrevoir Nikola Tesla. Depuis l’ADN-Argile inversée des Sumériens (sud de l’Irak 3000 ans avant J.-C.) de la voie de l’Agriculture et du COMPTAGE des grains, de l’huile, des animaux domestiqués, etc., c’est devenue la vraie merde depuis eux jusqu’à Wall Street ! Et ça s’appelle : ÉCRITURE, LOGOS, ÉCHANGE-COMPTABLE, COMMERCE, SOCIAL OU RÉPUBLIQUE… ÇA FORME UN FILM, UNE FICTION ET FRICTION, ÇA FORME UN VERBUM OU LOGOS, ET ON Y CROIT COMME DANS LE FILM DE HOLLYWOOD DE L’EMPIRE INDUSTRIEL DE LA FINANCE JUIVE. LE MONDE DU RÉBUS, DE LA MAGIE ET DU SIGNE ÉTAIT EN MARCHE. LES MOTS ALLAIENT DEVENIR DES MAUX ET OBJETS DE COMMERCE-OPINION : LA MERDE ET LES FÈCES DEVENUES FESSES ET PUANTEUR INVERSÉE, POLLUTION-DÉTRITUS DU NUCLÉAIRE, COMME DE TOUT MAINTENANT depuis près de seulement 250 ans.

pyrite7_430.jpg
 
pyrite_triangle.jpg

Note.

1. Iti désigne l’ainsité (ainsi), le Soi, l’Éveil, la Seule Réalité, le « JE-SUIS », tathata en sanskrit, shinyo en japonais. 
 
 

Dernière mise à jour : 29-02-2024 01:47

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >