Accueil arrow JDramas arrow Dramas hors du Japon arrow The Pillars of the Earth
The Pillars of the Earth Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 19-09-2010 19:57

Pages vues : 1850    

Favoris : 188

Publié dans : Sommaire JDramas, Sommaire Dramas hors du Japon

Tags : Dramas, Guerres, Histoire


pilla_pst.jpg
 
The Pillars of the Earth
 
 
Sur AlloCiné

Série de 2010 de John Pielmeier en 8 épisodes de 45 minutes, produite par les Canadiens et les Allemands, sur une réalisation de Sergio Mimica-Gezzan. L'argument se situe au 12è siècle : amours et drames dans l'Angleterre des années 1100. Les comédiens sont bons et ont retrouve Donald Sutherland qui a été le Casanova dans le film de Fellini.
 
Il y a un joli générique début en dessin animé, dont les images peintes, façon peinture acrylique, sont des reprises rotoscopiques de prises de vues réelles.
Le préambule de la série s'ouvre par l'incendie et le naufrage d'un bateau de la flotte royale, transportant le seul héritier du royaume anglais. Il s'ensuivit une période de guerre civile pour le pouvoir, période nommée Anarchie.
 
 
 
Au premier épisodes le décor est en place : ambiance sombre puisque l'électricité que nous connaissons n'existait pas, seules les bougies donnaient vie à l'espace intérieur, où peut d'ouvertures existaient et permettaient un éclairage naturel. Ce côté sombre et lourd se retrouve dans les costumes et accessoires comme les rôles secondes : chiens, figurants, etc.
 
 
 
En 1138, un artisan architecte-maçon, Tom, se voit remercié par un seigneur pour lequel il était engagé pour une année, afin de lui construire une demeure à l'occasion de son mariage. Comme il y a un problème avec la marié, le seigneur le chasse, et il est contraint de quitter son modeste foyer avec sa famille. Il doit trouver de quoi "gagner sa vie" ailleurs. Dans un bois il est attaqué, sa fille blessée est recueillit par une sorcière bienfaisante (ancienne nonne) et un jeune homme. Pour un architecte-maçon, errer comme ça sur les routes, sans toits ni sièges pour s'asseoir ! je comprend le désespoir momentané de son épouse. Il lui faut trouver un endroit où l'on construit une cathédrale, afin de se faire engager sur le chantier. Pour le moment, sa seule cathédrale c'est la forêt.
Chez les nobles, les disputes se règles à coups d'épées ; pendant que qu'une jeune filles noble accouche dans son lit devant tous les courtisants. Pour les gens comme l'architecte-maçon, pour le moment c'est l'accouchement de sa femme sur le sol dans la forêt. Le drame continu, car il faudra nourrir l'enfant, et avec quoi ? Cette séquence est tragique. Mais à notre époque, pour quelques raisons, des mères abandonnent encore leur nourrisson dans la rue d'une grande ville, faute de pouvoir matériellement les élever.
 
 
 
Chez les nobles, le Roi a été empoisonné. Certainement des "intrigues de palais", toujours le drame du pouvoir. Un nouveau Roi va prendre la place du Roi décédé. Autrefois comme maintenant, quoique c'est plus difficile, on vole aussi des enfants. Tom l'architecte-maçon avait donc abandonné son bébé sur la tombe de sa mère, quand un inconnu, un moine, s'en empare. Tom pris de remord décide de le récupérer...
Par la suite dans un village où en théorie Tom devrait trouver du travail, il retrouve la sorcière bienveillante et le jeune homme. Celle-ci souhaite aider Tom.
Chez les moines, les intrigues aussi vont bon train...
 
 
 
Côté réalisation, je n'apprécie pas le changement de plans continuel façon spot publicitaire, c'est saoulant et ça n'apporte rien sinon d'étourdir le spectateur, et ça devient de l'imagerie plutôt que du cinéma, disons de la télévision. Même dans les scènes d'action je ne suis pas convaincu, tant il manque une originalité. Dommage pour les comédiens. La musique symphonique qui accompagne souvent les scènes est classique, un peu quelconque, mais soutient bien le rythme de l'ensemble.
La production s'est déroulée en Hongrie, ce qui se sent un peu dans les décors naturels et les paysages. Il y a au générique de fin beaucoup de comédiens et techniciens hongrois. Un nouvel Hollywood se développerait-il en Hongrie ? et en Pologne ? Main d'œuvre moins onéreuse ?
 
pilla10_pst.jpg
 
 
Trois étoiles sur quatre, à cause de la réalisation du style presse-boutons de régie de télévision, qui est en contradiction avec l'époque traitée, et qui devient frustrante en mâchant tout pour le spectateur ; mais l'intrigue et le jeu des comédiens valent la peine de regarder cette série sur une période humainement si riche, et qui selon la flèche du temps donnera en partie notre société actuelle. La musique de la bande son est intéressante, avec une orchestration à la mode américaine.

M. R.
 
 
[ Cliquez sur les vignettes, puis pour afficher l’image suivante : cliquez sur suivant ou précédent ou sur la partie droite ou gauche de l’image, ou utilisez les flèches du clavier ]
pilla1.jpg
pilla11.jpg
pilla12.jpg
pilla13.jpg
pilla2.jpg
pilla3.jpg
pilla7.jpg
pilla9.jpg
 
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 19-09-2010 20:25

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2014 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
Suivant >