Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Le monde du FAUX du FAUX
Le monde du FAUX du FAUX Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 05-01-2011 01:32

Pages vues : 1642    

Favoris : 143

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Anarchie, Argent, Banques, Chaos, Communisme, Crimes, Dieu, Démocratie, Dictature, Église, Esprit, Inquisition, Justice, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Mensonges, Mots, Nature, Nourriture, Opinion, Paix, Paroles, Pouvoir, Prisons, République, Sagesse, Sexe, Supplices, Synarchie, Terreur, Tortures, Travail, Yôkai

 
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
 
Le monde du FAUX du FAUX
C’est-à-dire un monde de morts
Tel est le passage de notre monde actuel


La FAUX de la mort, la FAUX de la chronologie tueuse
 
 
 
Encadré qui montre bien l’état de la mort, donc du FAUX, dans lequel nous sommes tous plongé, même les « élites », ou politiques fabricants du FAUX.

Packaging pour mieux vendre la sauce. Les nouveaux Princes de ce monde.

« Wikileaks présente les caractéristiques essentielles d’un processus de « contestation fabriquée ». Il cherche à exposer les mensonges du gouvernement. Il a publié d’importantes informations sur les crimes de guerre US. Mais une fois que le projet a été intégré dans le moule du journalisme de masse il est utilisé comme un instrument médiatique de désinformation.

« C’est dans l’intérêt des élites et des multinationales d’accepter la contestation et les protestations comme un élément du système tant qu’elles ne menacent pas l’ordre social établi [démocratie trompeuse]. L’objectif n’est pas d’interdire toute forme de contestation, mais au contraire de la façonner et de la modeler afin d’en établir les limites. Pour maintenir leur légitimité, les élites favorisent une opposition limitée sous des formes contrôlées… Cependant pour être efficace le processus de la « fabrique de la contestation » doit être prudemment régulé et contrôlé par ceux-là même qui sont visés par le « mouvement de protestation »
 
 
Donc pour nous y retrouver dans ce merdier, il va falloir s’accrocher au vrai sens des mots/maux ! Lutter contre ce « confort intellectuel » issu du libéralisme de 1789. « Ce que l’examen de ce projet Wikileaks suggère aussi, c’est que les mécanismes de la propagande du Nouvel Ordre Mondial sont devenus de plus en plus sophistiqués, surtout en ce qui concerne son agenda militaire », écrit le site mondialisation.ca.
Bien se rendre compte que « la même soupe pour tout le monde » que nous crache à la gueule les médias des Couilles en or représente de la pensée mâchée, disponible 24h sur 24, 7 jours sur 7, 365 jours par année.

Un bel exemple de FAUX, c’est celui des soucoupes volantes !

Le vrai sens des mots/maux peut se trouver dans le plaisir, le jeu, si essentiel, car facile ou recherché, le jeu de mots/maux est toujours plein de signaux valables, c’est-à-dire plus ou moins universel.
Rien que dans MOT il y a le son MAUX, proche de FAUX. Le M indique une chose bien terrestre : Mur, Mort, Mûr, Mal, Mare, Marre, Métal, Miroir, Milieu, Morale, Maison, Mère, Maman, Modèle, Matrice, etc... Le sanctuaire, le lieu sacré, et secret, en Hiéroglyphes de l’Égypte s’écrit khem (aime) ; et ignorer, ne pas savoir s’écrit : khem... Seul le déterminatif dans le sens de secret dessine la maison.
Et le F de faux indique : Fe de Fer, Feu, Foudre, Fort, Forage, Froid, Fin, Flèche, Fil, Fendre, Fusée, Fuseau, Fatal, Forme, Fête, etc. Tout cela indiquant un mouvement vertical centré sur l’émotion et le sensible, le mouvement dans le cas de la flèche est propulsé plus ou moins à l’horizontale.
Alors un MOT peut devenir un OM-S (Organisation Mondiale du Commerce, pardon, de la Santé) ; le commerce c’est OMC ! MOT c’est aussi OM ou Homme...

A notre époque des Couilles en or en forme d’élites, donc de hiérarchie, celle-ci est souvent contesté, et pour cause. Par le son AR, que relève joliment Baudouin Burger dans son livre : La Langue des Oiseaux, on retrouve les mots ignare (l’ignorant), le faiblard (pire que faible), le richard (moins bien vu que le riche), il en est de même du soudard.

Le mot élite ne veut plus rien dire à notre époque, car ces gens en tête de la « hiérarchie » (l’œil sur la pyramide) se veulent détenir la vérité : les « bien-pensants », alors celui qui ne pense pas pareil est le délinquant, le terroriste. Ces bien-pensants ne pensent effectivement qu’à leur bien propre, ou il pensent leurs biens ! À ce propos, penser, dépenser, indique : dé, élément du latin dis, qui indique l’éloignement, la séparation, la privation ; alors dépenser, c’est s’éloigner de la pensée, tout comme amuser c’est s’éloigner de la muse ou de l’inspiration. Alors ces deux mots/maux indiquent bien le matérialisme ignorant totalement le spirituel. Les « bien-pensants » s’appuient sur la « science » et le rationnel en se confortant sur un autre mensonge : les statistiques, ou art du mensonge par des chiffres qui ne veulent rien dire, surtout sous forme de graphiques et autres ‘camemberts’ digitaux.
Comme le précise lucidement et clairement, Baudoin Burger écrit que le « bien-pensant », l’élite donc, est la source de tous les poncifs, de tous les règlements et lois possibles, bref de tous les trucs qui privent effectivement de Liberté, la vraie. Alors ces « bien-pensants » nous bombarderont de leur vertu puante... ce qui est en train de se passer avec l’exemple donné ci-dessus sur le traquenard Wikileaks. Se rappeler que « L’enfer est pavé de mauvaises, pardon, de bonnes intentions ».
Évidemment l’élite, et donc les « bien-pensants » ne peut être que « politiquement correcte » (politique et ment), ce qui traduit non seulement le mensonge mais surtout l’angoisse de la vertu, façon pureté des franc-maçons ! Ainsi les politiciens jouent à Satan, ils changent le sens des mots, ils se comportent comme des simoniaques en changeant  le « réel », comme les pays pauvres qui deviennent des pays en voie de développement, puis des pays émergeants, etc.

La langue officielle des politiciens et des élites « bien-pensantes » s’appelle la langue de coton, ce qui est propre, hygiénique, encore une fois sécuritaire (pas de microbes dans le coton aseptisé), alors encore bonjour le killer Louis Pasteur, car le résultat, c’est effectivement une langue qui ne circule plus, c’est une langue morte, comme la NORME (le MOR-NE, mort-né), avec ses lois et règle-ments.
Normal sonne comme nord, norme et mal ! comme nORMAL qui devient MORAL. Donc une mauvaise norme, ce qui est ‘normal’ puisque nous sommes désormais entré dans le monde du FAUX. Alors une poule ne reconnaît plus ses poussins, elle se suicide. D’ailleurs les oiseaux en perdent le NORD, et NORD à l’envers ça donne DRON, DRONE : FAUX BOURDON en anglais, donc un petit avion de reconnaissance sans pilote et télécommandé ou programmé... toujours le binaire de la dualité du digital... et du FAUX. L’équerre et le compas du symbole des franc-maçons évoque la ligne droite, les angles, donc ce qui n’existe pas dans la Nature. Tout ça évoque : être bien élevé ! être dressé à l’école, au bagne pour enfants, dans les maisons de redressement, comme la ligne droite mais aussi comme les cathédrales de la chrétienté, issues de la géométrie des ergoteurs Grecs. Les autorités nous parlent de « règles de vie »...

Vouloir fixer c’est tuer, une norme tue, empêche la libre circulation, ce qu’on bien comprit les jeunes en général et ceux des banlieues des grandes villes avec leurs différents langages argotiques. Il existe aussi un langage particuliers chez certains artisans.
En employant ce système du FAUX, de la mort, on remplace bien-sûr : faire caca par défécation, race par ethnie, chômage par rupture d’emploi, sexe par sexualité, etc. On agit donc sur le Packaging.
Comme désormais tout se vend vent, c’est pareil en politique. Pouvoir économique et pouvoir politique sont mélangés depuis au moins 1789.

Rappel : le siècle des lumières, modèle de la révolution de 1789, en a « jeté de la poudre » aux yeux du pauvre peuple. L’EXPLOIT des bourgeois de 1789 est devenu celui des patrons du cac40 et autres Couilles en or, ainsi ces élites pourris maintenant EXPLOITENT LE PAUVRE PEUPLE DEVENU LEURS ESCLAVES.

Comme écrit dans la page précédente sur la criminelle Liberté, l’autonomie recouvrant cette liberté est totalement fausse, donc c’est le piège ; en fait d’autonomie issue de 1789, nous nous sommes fait roulé dans la farine, à défaut d’essence pour faire rouler sa bagnole à cause du prix qui deviendra de plus en plus élevé ! Ce qui nous conduit, comme l’écrit B. Burger, à ne pas « marcher bien », donc à l’époque où l’automobile n’existait pas, on s’aidait à la marche avec un bâton, or 1789 nous l’a supprimé pour la remplacé par la liberté de l’autonomie, alors le bâton de marche est devenu des béquilles comme les drogues, soit légales comme celles de Big Pharma (le confort), soit illégales par cette même maffia, soit par la drogue de l’esclavage par le travail et autres addictions modernes.

Non seulement la révolution de 1789 a foutu le bordel dans le monde, elle nous a fait perdre le NORD, et en plus, tels les Vandales, elle a détruite beaucoup d’œuvres d’art privant les générations futures d’enseignements essentiels.
Le chercheur en Alchimie qu’était Eugène Canseliet écrit dans Études diverses de Symbolisme hermétique et de pratique Philosophale, que « Si l’on voulait avoir la preuve ‘scientifique’ et irréfragable, que le collectivisme est le pire ennemi de l’homme, qu’il est le plus opposé à sa progression spirituelle comme à son bien-être physique, l’Alchimie la produirait d’éclatante et forte manière, jusque dans ses positives opérations ; elle qui n’obéit qu’à des lois par excellence aristocratiques et demeurant celles-là mêmes de l’immuable et sourcilleuse Nature ».

Par exemple quand est-ce que l’on comprendra que la mémoire, la conscience n’est pas fixé dans le petit cerveau d’un individu, comme nous le font croire les « scientifiques ». Ce fait de « conscience ailleurs » résoudrait le paradoxe : individu/collectif et nation/monde. Ce n’est pas le cerveau de l’individu qui « produit de la conscience » mais bien un ENSEMBLE, alors que par exemple « Le fait de retrouver la lucidité au dernier stade d’une maladie d’Alzheimer est en soi un énorme caillou dans la chaussure du matérialiste réductionniste. Si le cerveau « produit » la conscience, le modèle tient tant que la conscience s’étiole à mesure que le cerveau s’abîme », écrit le journal Nexus du mois de janvier 2011. Nexus explique qu’un proche assistant aux dernières minutes du mourant assiste à la revue de vie complète et détaillée du mourant. Il paraît même que ces expériences sont relativement fréquentes parmi les accompagnants proches des mourants. J’ai vécu une variation de cela à la mort d’un proche, mais sous forme flou et plutôt « électrique ». Dans les rêves aussi se passe des relations avec la personne décédé. On comprendra mieux les pyramides des Anciens Égyptiens si on sait que ceux-ci passaient leur vie à préparer leur « mort ».
Alors je répète que la propriété intellectuelle est une des plus vastes escroqueries de l’après 1789.

Tout comme 1789, l’urbanisation est aussi une catastrophe. Urbanisation, urbanisme comportent le mot bani (banni, de bannir : exilé, donc exiler les gens de campagne vers les cités). Bien-sûr urbain, urbanus vient du latin, donc de Rome et de son empire... déjà le collectivisme ! l’empire et sa colonisation.

On devient très fin
Mais on meurt de faim
A jouer de la guitare

Ainsi la bohème, les errances, que certains appellent délinquance, marginaux ou SDF ou autrefois vagabond (celui qui fait des vagues de bonds, et donc ne suit pas le règlement), ne cache pas toujours la paresse et l’incapacité, que certains appellent handicape ou maladie mentale et soigne avec des drogues légales de Big Pharma. La bohème, le bohémien, les Roms sont devenus des délinquants en France du criminel Sarkozy. Le bohème c’est donc l’artiste, le fantaisiste, celui qui ne suit pas les règles ou les normes. Le bohème, le nomade fuit bien-sûr l’urbanisme des villes... Le bohémien préfère sa maison roulante, sa caravane, mot venant du persan au temps des croisades et signifiant : « chameau », un excellent moyen de transport dans les endroits sec.

[En haut de page, différents modèles de serpette d’une taillanderie du début du 20è siècle dans l’Yonne]

M. R.


Les oiseaux perdent le Nord. Mais qui a inventé le Nord ?
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 05-01-2011 03:23

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2014 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >