Accueil arrow Musiques arrow Sommaire Musiques arrow Hervé - Les Turcs
Hervé - Les Turcs Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 30-06-2011 19:05

Pages vues : 5624    

Favoris : 496

Publié dans : Musiques - OST, Sommaire Musiques

Tags : Musiques

 
cover_turcs.jpg
 
Hervé - Les Turcs
(Ouverture)
 
 
Opéra Bouffe en 3 Actes de M.M. Hector Crémieux et Jaime Fils. Musique de HERVÉ.
Représenté pour la première fois sur le Théâtre des Folies-Dramatiques, le 3 Décembre 1869. Chef d'Orchestre M. Bernardin. (Éditions Au Ménestrel et Heugel & Cie. Paris)
Arrangement et orchestration de M. Roudakoff (révision de septembre 2018). Diapason LA 432.

Page Mam'zelle Nitouche
 
Pour : Piccolo, Flûte, 2 Hautbois, 2 Clarinettes, Clarinette basse, 2 Bassons, 2 Cors, 2 Trompettes, 2 Trombones, Timbales, Percussions, Célesta, Violons A-B, Altos, Violoncelles, Contrebasses.

Partition en pdf - Sheet of music
 
Hervé (Florimond Rongé, ou Ronger) musicien français, né à Houdain en 1825, mort à Paris en 1892. Il fit ses études musicales à la maîtrise de l'église Saint-Roch et devint organiste de diverses églises. Dès 1848 il jouait à l'Opéra National (avant le palais Garnier), le rôle de don Quichotte dans une saynète dont il avait écrit les paroles et la musique. En 1851 il devint chef d'orchestre au théâtre du Palais Royal, et vers 1854, il fondait, sur le boulevard du Temple, les Folies Concertantes, qui devinrent les Folies-Nouvelles (devenues le théâtre Déjazet). C'est là qu'il représente ses premières opérettes, dont souvent il écrivait les paroles et la musique :
Vadé au cabaret, un Drame en 1779, la Perle de l'Alsace, la Belle Espagnole, la Fine Fleur de l'Andalousie, le Compositeur Toqué, Fifi et Nini, Toinette et son Carabinier, Femme à Vendre, la Dent de Sagesse, le Pommier ensorcelé.
C'est Hervé qui créa le genre de l'opérette, où il précéda Offenbach.
 
Après une tournée en province, comme second ténor, il rentra aux Délassements Comiques, puis à l'Eldorado comme comédien, comme chef d'orchestre et comme compositeur. Il écrivit là une foule de chansons, de saynètes et d'opérettes, tout en composant la musique de nombreuses pièces jouées un peu partout : le Toréador de Grenade, le Joueur de Flûte, une Fantasia, la Revue pour rien, les Chevaliers de la Table Ronde.
Après un court séjour à la Porte Saint-Martin, Hervé écrivit les paroles et la musique d'une opérette fantasque : l'Œil crevé, dont le succès fut prodigieux, puis Chilpéric, le Petit Faust et les Turcs.
Il fit jouer encore : le Trône d'Écosse, le Nouvel Aladin, la Veuve du Malbar, le Hussard persécuté, Alice de Nevers, Estelle et Némorin, etc.

Hervé fut un musicien d'instinct plus que d'instruction, mais il avait une fraîcheur dans les idées et un sens du comique et de la comédie. Comme librettiste, il avait une imagination débridée, une exubérance qui le fit tomber parfois dans l'incompréhension, ce qui lui causa des échecs à côté de succès éclatants.
(D'après un dictionnaire du début du 20è siècle)

J'ajoute que c'est une musique de qualité, riche en invention mélodique, ce qui en fait par exemple un maître pour André Messager, qui viendra plus tard et sera plus connu qu'Hervé grâce à ses opérettes. Hervé fut donc le père de l'opérette, qui se propulsa de façon fulgurante en Espagne pour donner presque un siècle de zarzuelas, jusqu'à la dictature du général Franco.
 
 

Dernière mise à jour : 17-09-2018 02:10

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >