Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Le monde de la TENSION... pour éviter PAN
Le monde de la TENSION... pour éviter PAN Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 11-04-2012 23:29

Pages vues : 988    

Favoris : 114

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Amour, Anarchie, Argent, Banques, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, Goulag, Gouvernement, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Volonté, Yokaï

 
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
 
 
Le monde de la TENSION... pour éviter PAN
PAN ou le TOUT,
pour éviter l’INSTANT, le BLANC,
pour éviter la PANIQUE LE TOUT, le coup, l’éclatement dans tous les sens,
pour ÉVITER L’INSTANT et donc
instituer LE CONFORT,
instituer le « temps c’est de l’argent ».
Nous préparons notre Après Vie
et donc notre futur dès cet INSTANT.
 
 
 
Vivre avec la Nature, c’est la suppression du Confort diabolique dans lequel nous vivons essentiellement depuis au moins l’époque de la Renaissance, pour passer par un non confort allant vers le VÉRITABLE CONFORT, car tout est lié. Aussi il y aura bientôt un choix à faire.
Il n’y a pas de « J’ai droit à ça », et de « moi je » à la façon humaniste de philosophisme et égalitaire franc-maçonnique ou de « gauche »... Chacun a une place dans la famille et doit la garder. Il n’y a pas d’égalité ni de droit... seulement un ACCORD entre chacun, que d’autres appellent justement PRIVILÈGES (1) et qui se sont bâtis grâce à nos Anciens. Je suis responsable de vous comme vous êtes responsable de moi. Tout est lié.

Quelle entité, « esprit », forme de vie terrestre ou extraterrestre, ou dans une autre dimension MANIPULE LA PERCEPTION DU TEMPS QUI COULE ?
Parce QU’IL N’Y A PAS DE TEMPS QUI COULE, ici ou ailleurs. C’est une illusion.
 
Voilà donc plusieurs dizaines de millénaires que nous sommes prisonnier du temps coule ou chronologie tueuse : une naissance puis une mort, et entre les deux les épreuves de la TENSION IMPOSÉE NATURELLEMENT PAR LA DUALITÉ INDÉFINISSABLE.
Que faire sur un pont reliant deux néants que sont la naissance et la mort, sinon y danser comme sur le pont situé du côté d’Avignon (référence à Alphonse Allais).

Comme l’écrivait Jean Coulonval dans son livre : Synthèse et Temps Nouveaux, la CHUTE dont parle la Bible est résumé par : « Il se trouvera toujours un imbécile pour essayer de faire fonctionner la machine à l’envers, c’est-à-dire renverser l’ordre essences-accidents. Résultat : il bousille quelque chose ». Et évidemment le monde du « temps qui coule » est celui des accidents, notre monde. Coulonval ajoute : « La révolte de Lucifer, le péché originel, ce n’est rien de plus. C’est simple comme le fil à couper le beurre ». Oui, cela ne peut pas être plus simple. Donc un élément ou entité ou esprit a bousillé quelque chose en instituant le temps qui coule, donc toujours un CONFORT, UNE SÉCURITÉ puisque on peut se retourner pour éviter la PANIQUE, on met de la DISTANCE, de l’ESPACE pour prendre du recul et éviter la Panique, éviter la SURPRISE DE L’INSTANT. Alors effectivement nous sommes tellement conditionné par le « temps qui coule » depuis des dizaines de millénaires que nous EN VIVONS confortablement. Et là j’en viens à NOÉ où avant le Déluge les gens pouvaient autour de 1000 ans et APRÈS le déluge les gens ne vivent plus qu’entre 70 et 120 ans, ou pourquoi pas autour de 200 ans ?
Donc l’introduction du temps a naturellement introduit l’espace, et toute la civilisation occidentale est basée sur la pensée des ergoteurs grecs, avec notamment la géométrie euclidienne, et notre vision du temps qui coule en est infesté. De nos jours on est encore prisonnier de la vision euclidienne, à savoir « une ligne de temps » bien droite avec à gauche le passé et à droite le futur, et au milieu une infinité de petits points représentant l’Instant qui coule dans un seul sens : vers le futur. Cette géométrie est considéré de façon franc-maçonnique : un temps pour tous et identique en tout point de l’Univers et ce quelles que soient les circonstances. C’est encore le DORG (Demain On Rase Gratis) ou même soupe pour tous ! Tout cela est FAUX, ARCHI FAUX. La même soupe pour tous est un POISON baptisé "universel".

Les Alchimistes ont parfaitement compris ce qu’est le temps qui coule puisqu’ils le résume par « Temps philosophique », ou « Temps élastique », soit chaque observateur possède sa propre ligne d’Univers. Donc 1000 ans ça peut être instantané.
Savinien de Cyrano de Bergerac était véritablement un génie en avance sur son temps. L’Adepte Eugène Canseliet le disait aussi à propos de l’invention du concept de magnétophone par Cyrano qu’il appelle « Traducteur » : « Un Livre miraculeux qui n’a n’y fueillets ny caracteres ; enfin, c’est un Livre où pour apprendre les yeux sont inutiles ; on n’a besoin que d’oreilles ».

Cyrano rejetait la notion de LOCALE et de ce fait dépassait largement Albert Einstein. Il concevait déjà l’électricité : « Il est facile à juger que dans le Monde le mouvement n’augmente ny ne diminuë, puisque ce qu’un corps en perd se conçoit possedé par un autre » (Fragment de Physique, chapitre 7 : Du ralentissement du mouvement).
Cela correspond aux ions ou molécules qui deviennent positifs lorsqu’ils perdent des électrons ; et inversement les ions deviennent négatifs lorsqu’ils gagnent des électrons.
 
« - Ayant serieusement medité sur la nature du mouvement, il me semble que tout ce que nous pouvons dire pour expliquer la connoissance que nous en avons, consiste à dire qu’il est le passage d’un corps du voisinage de certains estres dans le voisinage d’autres estres. Et en cela je m’éloigne un peu du sentiment du vulguaire qui le définit le passage d’un corps d’un lieu en un autre ; car il conçoit tous les corps logez dans une étenduë ou espace de laquelle ils diferent réellement ; de sorte qu’attribuant des parties à cette étenduë, il conçoit le corps mobile appliqué successivement au lieu dont il est contenu. Cette pensée seroit raisonnable, si ce qu’il supose estoit vray : mais comme nous avons rejetté cette prétenduë extension, parce qu’elle est la matiere mesme, nous sommes obligez de considerer cette mobilité à l’égard des parties de la matiere, & non pas de ce lieu imaginaire qui n’a point de parties, puisqu’il n’a pas d’extension. Se mouvoir donc, c’est se détacher de certaines parties d’un corps, pour s’appliquer à d’autres : & parce que tout détachement est réciproque, c’est-à-dire qu’un corps ne se sçauroit détacher d’un autre, que cet autre ne se détache en mesme temps de luy ; il s’ensuit que l’on ne sçauroit concevoir qu’un corps se meuve au respect d’un autre, que cet autre ne se meuve au respect de celuy-cy ; & par consequent si je fais une piroüette dans le Monde à l’entour de mon propre centre, ou bien si je demeure sans bouger dans le mesme lieu (ce qui est encore la mesme chose) il s’ensuit à cause que les parties du Monde qui m’environnent se détachent de certaines parties de la surface de mon corps pour s’appliquer à d’autres ; il s’ensuit, dis-je, la mesme chose, si je me suis meu dans le Monde autour de mon centre, que si toutes les parties du Monde se sont meuës à l’entour de moy. Vous ne sçauriez donc prononcer que l’un se meuve plutost que l’autre, si ce n’est sous certaines considerations, dont la meilleure que vous puissiez avoir, c’est d’attribuer le mouvement au corps, dans lequel est la cause du détachement, & le repos à l’autre.
... »
(Texte d’époque mis en français actuel, chapitre : Du mouvement et du repos, dans : Le Fragment de Physique, page 530, de l’édition des Œuvres complètes de Savinien à la Librairie Belin).


Free Image Hosting at www.ImageShack.us

Donc Espace et Temps sont indissolubles : « Deux événements, survenant à des endroits différents mais qui sont pour vous simultanément ne le seront plus pour un observateur en mouvement par rapport à eux. Pour ce dernier, l’événement vers lequel il se dirige surviendra avant celui dont il s’éloigne. Vous avez tous deux raison, mais aucun de vous n’a de position absolue, prééminente sur l’autre. Vos référentiels sont simplement différents, et il est impossible de ne pas en tenir compte car chaque observateur possède sa propre ligne d’univers, dépendant de sa vitesse relative et des accélérations qu’il a subies », écrit le Dr. Jean-Pierre Jourdan dans son livre : Deadline, dernière limite.



La PANIQUE dans l’état de l’être humain est une protection de l’Instant, ou plutôt un CONFORT institué par l’être humain pour tuer l’Instant, le Soi.
L’horreur de ce monde, sa CHUTE vient de la DUALITÉ. « La dualité c’est la guerre », écrivait si lucidement Jean Coulonval. On ne sort de l'enfer de la dualité que par le TRINITAIRE.
Nous vivons dans un MONDE DE TENSION engendré par le positif et le négatif, nous donnant un potentiel en 220 Volts dans le cas du courant alternatif domestique.
Ce monde est plongé dans le CONFORT désormais synonyme d’ENFER. Un monde qui va s’écrouler, amenant le VRAI CONFORT de non coupure d’avec la nature, vrai parce que vivant et en progression réelle, alors que notre confort est mortel.

Le monde duel est formidablement entretenu par le binaire de l’informatique : ouvert-fermé, sans une infinité de graduations entre les deux contraires. Dans le monde duel il y a toujours séparation entre sujet et objet, entre le moi et non moi ou reconnaissance de l’ego ou non.
Le monde duel c’est la guerre : vide et plein, Soleil et Lune, bon et mauvais, etc., la liste est indéfinissable.
On retrouve parfaitement le mariage de la dualité pour le faire qu’UN dans les EMI : « Il n’y a pas des sens définis, cloisonnés, les notions d’espace et de temps ne sont pas cloisonnés », (témoignage dans Deadline).

« Je voudrais parler de la lumière. On se déplace, dans la lumière. Je suis toujours resté  au-dessus du bloc, j’étais dans le bloc. Mais c’est gigantesque la lumière blanche [Instant]. En fait la notion de déplacement est délicate car on y perd la notion d’espace, de distance... »
« C’était pas un endroit, c’était à la fois intemporel partout et nulle part, voilà ».
« Il n’y a pas de temps en dehors du corps [ego]. Il n’y a pas de passé. Il n’y a que le présent, pas de futur. Il y a un présent éternel »
« Il n’y a pas de temps dans la lumière car c’est une autre dimension ; la lumière est éternelle, rien à voir avec le temps qui est une notion de l’incarnation terrestre ».
(Témoignages dans Deadline).

IMPORTANT :
les témoignages d’EMI concordent avec ce qu’écrit Jean Coulonval : La vérité tout entière ne peut consister en un puzzle de vérités partielles cueillies un peu partout. Le Tout est autre chose et plus que le total des parties. Donc les « observations » dans les EMI se situent « en dehors » de l’Univers, ou tout au moins d’un point de vue extérieur, ou mieux : DANS le Point Focal ; avec la conservation de l’identité, c’est-à-dire du ‘Je’ avec un J majuscule, que décrit principalement Ramana Maharshi tout au long de ses entretiens. Le ‘Je’ qui correspond à un Point Focal ou Point de vue d’une partie du Tout. C’est essentiel et se retrouve dans les EMI.
« Mais d’une manière ou d’une autre, nous avons la possibilité « d’exister » et de percevoir notre monde depuis une distance quelconque dans une direction qui lui est perpendiculaire, nous ne sommes plus localisés où que ce soit dans cet univers. Nous pouvons cependant focaliser plus ou moins notre intérêt ou notre attention sur ce qui s’y trouve », écrit le Dr. Jean-Pierre Jourdan dans Deadline.


Le ‘Je’ et nous sommes des passants sur cette Terre.

« La vie m’apparaît aujourd’hui comme un passage pour accroitre la conscience... J’ai ressenti très vivement l’impression que je n’étais pas prête, qu’il me fallait vivre davantage avant de partir. j’ai eu une impression de nécessité de complétude personnelle (y compris au sens réalisation d’un destin personnel et amélioration de la conscience du bien et du mal) avant de pouvoir rejoindre la lumière [Instant] ».
« J’ai appris que tout est dans tout et que nous faisions partie de ce tout [allusion à l’Alchimie mais le patient ne devait en connaître une moindre ligne]. J’ai perçu une information sur l’existence d’une autre dimension. J’ai appris que je faisais partie d’un tout. Même au niveau atomique. En plongeant dans cette source de vie, j’ai pris conscience que mon âme était connectée à la source de vie et que je n’étais rien sans les autres atomes composant cette source. Tout est dans tout... »

Le ‘Je’ est la suppression de l’ego : « Oui, c’étais très beau, parce que de la même manière que je me suis sentie fondre dans la lumière, fusionner avec elle j’étais fondue et je fusionnais aussi avec ces êtres de lumière quand... quand on communiquait, c’était vraiment, je fondais en eux , c’étais pas vraiment un contact, c’était vraiment autre chose (rire). Il n’y a plus d’individualité. On n’est pas un individu en face de deux autres individus, ou de mille autres, peu importe ».
(Autres témoignages dans Deadline).


Note.

1. Le mot LOISIR est un privilège de cette civilisation du confort. Loisir repose sur l’axe du I, axe du monde, Totem transmettant le sens de PRINCIPE (Essence, Dieu, Unité) sorti de l’Infini. D’où la LOI (en vieux français : ce qui est juste, le serment, la religion) et son représentant sur Terre le ROI. Donc LOISIR veut dire : être permis. (En référence à : Hiéroglyphes français et Langue des Oiseaux, de Yves Monin). Le Loisir n’est pas un droit mais une PERMISSION.

PERMISSION : de 1404 : par la permission de Dieu, par sa volonté. C’est un consentement, un ACCORD mais aucunement un droit obligatoire.



Comment sauver le monde de la dualité et techno-mécanique en dehors de l’outil trinitaire ? Vidéo très intéressante en trois parties. Troisième parties passionnantes par les réponses de Alain Soral et San Giorgio aux spectateurs. Dans cette troisième partie ne manquez pas le dynamisme et la perspicacité d’Alain Soral. Le plus inquiétant étant le survivalisme et l’élite des riches se faisant construire des bunkers, anticipant ainsi la catastrophe inévitable à venir. Mais certains ont un instinct de conservation hyper développé... et je ne suis pas pour le survivalisme.
D’autre part, le survivalisme bien que valable tout comme l’autonomie... l’est à condition d’avoir la santé... et l’âge pour être autonome ! Parce que ça se prépare soigneusement, et qu’il faut tout de même au départ une mise de fond. Et allez chercher l’eau au puits, il ne faut pas avoir des rhumatismes... Nous avons perdu le contact avec le Cosmos. Nous nous sommes coupé de la Nature. Faire de la cuisine au lieu d’acheter des plats industriels tout fait c’est aussi se raccorder à la Nature.

AUTONOMIE :
Eau - Nourriture - Santé - Hygiène - Énergie - Connaissance et Métier - Défense et Précaution afin de survivre - Lien social.

L’Autonomie c’est échapper à la dictature de l’État et ne constituer qu’un réseau particulier à une échelle particulière comme du temps ou le temps était LOCAL. Et tout État se définit par un régime dirigeant un corps social. Le dictionnaire Le Robert ne parle pas d’à partir de quel nombre de personnes se constitue un État ; je considère qu’au-delà de 10.000 habitants un endroit de territoire devient un État, c’est-à-dire que plus il y a de gens et plus on perd en compréhension et en solidarité. Le seule endroit où l’on peut être vraiment seule : c’est dans LA FOULE. Aussi des politiques appellent bêtement et dans leur erreur « universel » ce qui n’est que du général, car la quantité est du général, et la QUALITÉ est de l’universel.
Qui dit État dit impôts... pour des raisons bien peu valables... Le mondialisme, l’État tout puissant c’est terminé. L’État futur avec sa police et sa justice et ses militaires ne restera qu’un petit domaine de gens « prisonniers de l’électromagnétisme » et de la fausse technologie, mais surtout prisonniers des Couilles en Or.

L’individu seul face au système c’est terminé. Place à l’autonomie. Place au SOI à L’INSTANT. PLACE À LA MODESTIE (10.000 habitants) et à L’HUMILITÉ et à l’ACCORD AVEC LE COSMOS. Voilà un état humain véritable et non pas humaniste.


Partie 1   Partie 2   Partie 3
 
 
 

Dernière mise à jour : 12-04-2012 17:05

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2014 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >