Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Dragon Estragon et Vibrations rouges-vertes
Dragon Estragon et Vibrations rouges-vertes Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 21-01-2014 17:41

Pages vues : 3920    

Favoris : 195

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
Hebergeur d'image
 
 
Dragon Estragon et Vibrations rouges-vertes
Le Dragon entre le rêve et les esprits,
entre la Science et la fiction produites par le mental
 
 
Estragon ou Tarakon (grec), Taeragon (thaïlandais), Taragon (coréen), Esdragon (danois), Taragon (israélien), Estragon (russe), etc. Estragon = Dragon. L’association des deux mots est universelle. En gaulois Druco indique quelque chose ou quelqu’un de mauvais ; ce mot est proche de Dragon ! Mais bien plus, à rapprocher de Sacré : en gaulois sacro, qui indique MAUDIT ; mauvais œil : Sacrapus, Sacrapo..., formé de sacro (maudit)... Comme déjà dit, rien de plus ambivalent que le sacré...
 
ESTRAGON (Artemisia dracunculus) : altération de targon, du grec dracontion (serpentaire ou Gigaros en gaulois, aussi Gilaros : serpolet). Bref, on a ajouté le « es » d’EStragon pour faire plus joli. Le ES, de l’anglais mi ; mais aussi de Est (point cardinal), en gaulois : are (préfixe), en anglais : verbe être (sont) ; les Gaulois s’orientaient face au Soleil levant : le Nord était donc à gauche, le Sud à droite, et l’Ouest derrière eux (en Chine c’est le Sud qui est face à soi, l’Est est donc à gauche).
ARE-Temisia, autre nom de l’Estragon.
En gaulois l’Armoise (Artémise) se dit Briginus ou Briginos ; Armoise ou Bricumum en gaulois ; en patois roman (valtellin) on dit Briaz, qui désigne l’Absinthe, issu de Brigantios. Briginus est le nom gaulois de l’Armoise. Remonte peut-être à un Gaulois Brigo (force), continué par l’italien ‘brio’ (maestria, virtuosité), que le français a adopté (réf. Dictionnaire Français-Gaulois, de Jean-Paul Savignac). Le mot Brigand n’est pas loin : brigade, de l’italien brigante (force de l’ordre ou assemblée de gens, ou force du désordre ou pillards).
Si Armoise ou Briginos donne force, c’est à rapprocher de l’Ambroisie que s’envoyaient les Dieux grecs sur leur Olympe, cette boisson qui rendait « immortel ». En gaulois ça pourrait donner Titumen, de Teuh (être fort) ; du gallois Twf (croissance) ; du sanskrot tu-tuma (fort) ; le suffixe -men est latinisé au lieu du gaulois -man.

Entre les 15è et 16è siècles l’Estragon devient une plante aromatique : comme Artemisia dracunculus, surtout comme condiment dans les viandes rôties, surtout l’oie. Artemisia est connue pour ses propriétés magiques et thérapeutiques. Qui dit serpentaire ou serpent dit vibrations...
Dès l’antiquité, l’Artemisia est dédié à la déesse qui préside aux naissances : Artémis. Fille de Zeus, elle a été mise au monde sans douleur ; elle sollicite de son père l’éternelle virginité, et est associé à une tunique rouge. Sous le nom d’Artemisia les Anciens associaient à l’Armoise commune des plantes du même genre botanique, plus odorantes. On les brûlait sur les autels. L’Armoise comme l’Ortie aime les habitations humaines, on l’appela « Mère de toutes les herbes ». Chez les Bretons ce titre donne « Mam lezeu ». Un jeu de mots provençaux donnera « l’erbo de la maire », maire signifiant « matrice » et « hystérie ». L’Armoise vulgaire comme l’Ortie est répandue dans les lieux riche en nitrates, au voisinage des lieux habités, sur les terrains vagues et les décombres, au bord des voies ferrées, dans les friches récentes. Plante vivace elle dépasse souvent 1 mètre de haut. L’Armoise se récolte en juillet, sur terrains secs en se méfiant des influences polluantes de l’humain et des animaux.

En Orient l’Armoise est beaucoup utilisé en médecine : feuilles séchées, roulées-tassées dans un cornet de papier, elles servent de moxas (cautères antihémorragiques et thermopuncture) où elle excelle avec son pouvoir de combustion lente et haute température. Donc ici l’Armoise a un rapport directe AVEC LE DRAGON puisqu’il y a stimulation des énergies du corps : « Les moxas honorent les traces des Dieux en nous » dit un proverbe. L’ancien nom français de la plante était « HERBE DE FEU », ce qui rejoint l’Ambroisie des Dieux grecs s’envoyant en l’air avec leur sorte de Haschich de leur temps : Cannabis gallica ; mais bien avant ces Dieux si ballonnés d’orgueil, les simples petits enfants des campagnes fumaient déjà l’armoise !

Le rouge, comme le feu du Dragon ou le sang des mammifères, ceux aux mamelles, coule en longs filets sur les tiges de l’Armoise, ce qui fait de cette plante, par analogie, un remède contre les troubles associés à la menstruation. Dans les douleurs des règles : aménorrhée, c’est le remède connu de toutes les femmes du passé et encore conseillé par des mères de nos jours. En Provence on dit : « Si tu savais la vertu de l’Artémise, tu en garnirais l’ourlet de ta chemise (Se sabiés li vertu de l’Artemiso n’en garniriés l’orle de ta camiso) ».
En Chine l’Armoise est utilisé dans les hémoptysies, les dysenteries hémorragiques. À l’extérieur, l’Armoise sert à toutes sortes de plaies et d’ulcères, contre les morsures de serpents et les piqures d’insectes ; il y a de très nombreuses variétés d’Armoises en Chine. L’Armoise commune sert aux moxax. L’espèce Armoise borealis est utilisée comme tonique après l’accouchement chez les femmes des tribus indienne de la Colombie Britannique. Bref, l’Armoise est la plante des femmes, la médecine gynécologique traditionnelle étant au premier plan avec les remèdes végétaux. Antispasmodique, l’Armoise entrait dans les « potions hystériques ».  Elle était employé contre les convulsions de l’enfant au moment de la poussée des dents. De bons résultats on été observés dans des états épileptiformes à dose de 4 g chez un adulte. Le pollen de l’Armoise est cause du « rhume des foins ».
L’Armoise aide à la circulation du sang, surtout chez la femme. pour brûler les verrues on brûle à leur emplacement une boulette de feuille sèche d’Armoise (cautérisation à la chinoise sur les plaies par les moxas, tradition médicale véhiculée de l’Asie jusqu’aux Alpes, voici bien des siècles, par les « barbares aux yeux bridés »). Les steppes sont des paradis à Armoises. Les soins médicaux possibles avec cette plante remontent probablement au temps des Chasseurs-Cueilleurs où la technologie tournait autour du FEU, symbolisé par le DRAGON : découvrir comment faire bouillir de l’eau, puis faire cuire des aliments : la modernité naissait... avec la déferlante et guerrière thermodynamique jouxtée avec l’Âge du fer et faire.

L’Armoise évoque donc le sang, et le goût amère en rapport avec le FOIE, lieu d’élaboration du sang dans beaucoup d’ancienne pensées du corps (Homéopathie ou médecine antique des SIMILITUDES).
L’Estragon, lui, est conseillé à ceux qui n’ont pas d’appétit, qui souffre de l’appareil digestif, ainsi qu’aux rhumatisants. Là encore analogie avec le Dragon : estomac et ses troubles comme les brûlures, donc VIBRATIONS ou RÉSONANCE avec le feu brûlant craché par tous Dragons qui se respectes. Donc l’Estragon est l’inverse du Dragon lui-même, offrant une défense contre le mal que le Dragon peut infliger à la chair. Comme dit plus haut le problème du sang est associé aux menstrues, donc relié à la fécondité féminine. Alors, pourquoi la fécondité est-elle associée au Dragon ?
Il faut simplement CROISER, et bien comprendre que TOUT EST LIÉ, donc TOUT EST VIVANT, évidemment quand l’humain ne s’était pas encore coupé de la Nature, de SA nature. Ainsi un humain pouvait s’accoupler avec un Élémental ou Esprit de la Nature : énergie ou puissance génératrice. Par exemple une jeune fille vierge livrée aux esprits des Eaux reçoit de ceux-ci une puissance génératrice accrue et sans comparaison possible avec celle des hommes. Aussi le Dragon peut prendre une forme ailée (Ciel et air), ou terrestre (sans ailes et pouvant être souterrain), ou aquatique (les Nâgas ou Dragons aquatiques de l’Orient, photo en haut de page, les Mangkorn thaïlandais venus de Chine).


LES DEUX DRAGONS : LE ROUGE ET LE VERT ou Dragon ailé (Solve ou Sperme féminin) et Dragon sans aile (Coagule ou Sperme masculin, le Fixe).


La fécondité des femmes.

RAPPEL : Sang et Sperme sont deux grands pôles attractifs chez les Païens ou spiritualité cosmique en accord avec la Nature. Les Chrétiens ont réduit ça à la symbolique de la « communion » à la messe avec l’Hostie : c’est moderne, c’est le progrès !
Le Dragon conduisant à l’UNITÉ : l’Ouroboros ou Serpent, ou Dragon qui se bouffe la queue indique que le commencement est identique à la fin : LES CYCLES où les choses se suffisent à elles-mêmes puisque naissant d’elles-mêmes : « Remarquez donc que nostre Airain est le commencement de nostre œuvre, nostre or et nostre olive, d’autant qu’il est la première matière des métaux, de mesme que l’homme [Adam] est l’origine de l’homme et de la femme » (George Ripley, Traité du Mercure et de la Pierre des Philosophes).
L’Ouroboros peut se transformer en deux Dragons Rouge et Vert qui sont les Gardiens du Jardin des Hespérides.
Il y a du ROUGE dans le VERT des arbres. Le Vert de la Chlorophylle est un peu le Sang des Arbres.
VERT OPAQUE il s’appuie sur le ROUGE.
ROUGE TRANSPARENT il soutient le VERT.
Le Rouge est transparent sinon, on ne verrait pas le vert !
Le sang est caché, le vert est visible ! Et il est le Sang des Plantes.

Eau du Ciel ou Sang Céleste : nettoyage (masculin).
Eau première ou Sans menstruel (féminin).
Le Dragon représente la force double de l’eau : fertilisation par la pluie, destruction par les inondations. (Les déluges).
 
 
 

Vibrations : le Dragon ou Serpent de la Lumière Astrale (Principe premier). Le DRAGON IGNÉ est le Soufre des Adeptes devant s’unir au Mercure, ce sang igné devant se mêler avec le Sang du Dragon vert. Chez les chimistes vulgaires le « sang du Dragon » est la teinture d’Antimoine. L’Antimoine est un grand symbole alchimique représentant la matière « mercurielle », soit une « Eau Permanente » ou Eau Céleste (moteur Mercure). Le supposé Alchimiste ou auteur portant le pseudonyme de Basile Valentin est le grand spécialiste de l’Antimoine.

Un autre très grand Dragon plus du tout symbolique est LA SALAMANDRE : elle se nourrit de son feu est en symbolique Alchimique la Pierre fixée au ROUGE, soufre incombustible.
L’oiseau Phénix, le Benou (bnw en Hiéroglyphes) qui renaît de ses cendres est aussi le symbole du soufre incombustible ou auto-création.
L’oiseau Benou est peint en rouge. Qui dit rouge dit Cinabre, le Phénix est appelé en Chine par les Taoïstes : Oiseaux de Cinabre. (Le cinabre vulgairement, c’est le sulfure rouge de Mercure). Quand le Benou sent/sang sa faim/fin approcher, il se construit un bûcher et se brûle en offrande ; alors apparaît un ver dans les CENDRES, qui se développera en un nouveau Benou, ressuscité des cendres de son prédécesseur (symbole de l’Ouroboros : le début est identique à la fin).
Benou a un rapport avec Vénus la deuxième compagne de Rê qui remplit une double fonction : assister soit au levé, soit au couché de Rê. À son levé, Vénus le précède et s’identifie au Benou. Cet oiseau porte l’âme d’Osiris, il représente le Divin Ego de l’homme (le Soi ou Instant, donc le mental purifié).
Symbole de cycles : retour de la lumière sortant des ténèbres, et le cycle des crues du Nil (là encore on retrouve l’Ouroboros).

Le rouge, le sang, en Hiéroglyphes de l’Égypte ancienne : snfw, racine ce snf : année dernière, délivrer, connaître (son passé ou origine), et snm : nourrir, nourriture. Ce qui est passé, conséquence : accumulation, usure. Les courants ne circulent plus : Snn : document, le s spécificateur du feu sifflant et les 2 joncs du bilitère nn.
Nnt : ciel inférieur – nny : être fatigué – nnyw : défunts.
Le Rouge indique le Passé. Le sang est caché, les Premières Ténèbres sont cachées ; en hébreu Adam veut dire rouge et homme. Le Rouge de la Basse Égypte, le rouge Sethien (le Roux), le Rouge du Soufre Philosophique.
L’animal Sethien jongle avec le rouge caché et sa complémentaire le vert visible (aussi important que Yin et Yang). Le Sacré est ambivalant...
RAPPEL : le Dieu Seth étant duel, c’est le côté obscur d’Osiris, l’adversaire, on a donc le mal : les choses rouges (colère, passion, danger, sécheresse du désert).
Le bien : les choses vertes, le végétal nourricier, le sang chlorophyllien, la fraicheur, l’ombre et la détente (se mettre au vert), la croissance.
ROUGE : le rouge du feu du Dragon, le rouge de la lave d’un volcan – feu terrestre, intérieur Bas > Haut, début.
Tout cela compose les deux Dragons vert et rouge.

Pour moi le Dragon est le Gardien du Point Focal ou GRAIN-FOCAL : CECI DEVIENT CELA.
 
 
schema_coulonv_focal_humain.jpg
 

Explication : le Grain (prt en Hiéroglyphes) et Hiver (prt) sens de faire des provisions pour cette saison difficile ; C’est un bel exemple pour le Croisement dans le Caducée évolution-involution, et en plus situé dans le mot Grain (cause) ! Ici c’est donc l’effet produit de l’Hiver, et pas la caractéristique de froideur.
Homonyme de Grain : anxt avec anx la Croix de Vie Ankh.
À rapprocher de qd : construire, forme, Nature, caractère, tout entier, réunir.
Le Grain-Focale : fixer ou Grain Fixe ou Fixation cavalante ! Il est indiqué dans l’œil irt. Irtt est le Lait : le Blanc de l’Instant composé des sept Couleurs de l'Arc-en-Ciel.
Fixer la cavalcade ou fixation au Rouge (sens de résister au feu) : c’est-à-dire l’union avec l’Un.
Nier les corps et la séparation est donc une négation de l’être actuel du monde de la Manifestation.
Trop de fixation tue (analyse et synthèse) ; Éros, désir suprême, ni tout amour terrestre et par là s’asservit à la mort. Donc il importe de dépasser ce stade, c’est-à-dire de dépasser et vaincre cette négation, cette mort. Il faut réussir à rendre cavalant ce Fixe. D’où l’accompagnement par les deux Dragons.

Maintenant les deux Dragons vert et rouge sont du même thème que les deux LIONS VERT ET ROUGE, surtout en Orient : Lion et Dragon se confondent, à la différence importante que le Dragon peut être HYBRIDE (genre Chimère ou d’aspect composite). Tous les deux sont des GARDIENS. Je dirais que le Lion est plus terrestre que le Dragon (il rugit), terrestre surtout à cause de la notion de pouvoir ou d’autorité ou de justice trop gonflé d’orgueil : on l’appelle d’ailleurs « le roi des animaux », donc un patriarche, un « Père-des-peuples ». Combien de blasons et d’armoiries comportent des Lions dans leur dessin !!! Le Dragon n’est que Gardien (remarquez le lion aussi...). Il ne m’étonne plus que le Yahviste Ezéchiel (1, 4-15) voyait la « voiture de Yahvé » montée sur quatre animaux ayant chacun quatre faces dont une face de Lion... Je ne sais trop ce que bouffe un Dragon, par contre le Lion est un GOINFRE.
Le Lion est surtout terrestre en Égypte ancienne : Chou (le Dieu solaire représentant le sec) est adoré sous forme de deux Lions à Léontopolis.

Donc l’Estragon et ses propriétés emménagogues ont permis de réunir la femme et le Dragon sous le cycle fécondité/fertilité (Terre-Chair), grâce à la médiation du sang et de l’eau (Dragon ou Lion rouge et vert).
Le Dragon en tant que Gardien représente l’Instant, donc l’INCONNU, ET ÇA FAIT PEUR, ÇA PEUT PRENDRE LA FORME D’UN MONSTRE NAISSANT DANS LE MENTAL, SANS POSSIBILITÉ DE RECUL, D’OÙ LA PANIQUE. La Panique survient en une Douleur Absolue quand le Blanc des sept Couleurs de l’Arc-en-Ciel surgit brusquement dans le corps ou mental qui en devient Conscience pure. Douleur et Couleur sont comme le Dragon, ils n’appartiennent pas à la matière vulgaire, mais sont le résultat du traitement que subit la lumière, ce qui amène aux Esprits de la Nature : les Elémentals, comme ceux de l’Éther, du Feu, de l’Air, de l’Eau, de la Terre. Les quatre derniers éléments recevant les noms de Salamandres, Sylphes, Ondines et Gnomes. Ces êtres ont pour rôles la mise en œuvre des activités qui se rattachent à leurs éléments respectifs. Ils constituent les canaux à travers lesquels les énergies opèrent dans ces divers milieux naturels. Ils sont, dans chaque élément, l’expression vivante de la loi cosmique. À la tête de chacune de leur division se trouve un Être élevé (un Deva comme Agni, sorte de chef des Elémentals du Feu).

Précision importante sur la Panique : elle survient quand la seule réalité possible pénètre subitement le mental, d’où l’explication ci-dessus du Blanc de l’Instant en une Douleur Absolue créant la Panique. Il n’y a plus présence de l’Espace-Temps : impossibilité de « se retourner », de « prendre du recule », le mental est comme purifié, il ne peut plus agir, ni analyser, d’où la panique. La panique est donc la représentation ou l’histoire de A à Z MOINS LE TEMPS puisqu’il n’y a plus de possibilité d’idéation ou d’espace entre A et Z. Il manque le DÉCALAGE que permet le DÉROULEMENT DE L’HISTOIRE OU IDÉATION. Le manque de recul a été approché au cinéma par un des rares films intéressants de S. Spielberg : Duel, sur un scénario de R. Matheson.
Il y a catastrophe chaque fois que l’histoire ou déroulement des faits est impossible, celui qui est engagé là-dedans est « pris de court » et REFUSE DE VIVRE L’INSTANT, en sorte qu’il ne lui reste plus qu’à agir de manière inconsidérée : en catastrophe, donc sans « avoir le temps d’aviser » (du A-privatif et Viser...). Le Dragon représente bien le GARDIEN DE L’INSTANT. Pour éviter la catastrophe ou la panique, il faut APPRIVOISER LE DRAGON, jamais le tuer... La Panique de l’Instant est comparable à l’ouverture de la Stargate dans la série télé du même nom : quand la Porte s’ouvre, un flot « d’eau » surgit brutalement à l’extérieur de l’anneau en une distance d’environ 5 mètres, et ce flot désintègre tout ce qu’il touche ; ensuite « l’eau » se stabilise et est uniquement une surface à l’intérieur de l’anneau. La Panique c’est quand on se fait désintégrer imprudemment par le démarrage de la Stargate.
La Stargate correspond au POINT FOCAL, à L’INSTANT GARDÉ PAR LE DRAGON, donc à l’atteinte d’une autre dimension intemporelle et non matériel : l’eau ou dématérialisation de la Stargate, cela est figuré aussi par les Saints et tous les Héros et les Rois importants. La vibration figurée par l’eau de la Stargate représente le Serpent ou Dragon Gardien du Seuil et pouvant effectivement provoquer la PANIQUE si le Héros n’est qu’un être cupide et profiteur atteint du cancer du pouvoir : il meurt de la Panique, ou au mieux il ne tire aucun profit de sa hardiesse. Au travers de la Stargate se trouve le Corps de Lumière, le Corps d’Immortalité...

Les Yahvistes étant les grands spécialistes des histoires, avec les Grecs, ils sont tous éloignés de l’Instant, ils restent dans le confort de la thermodynamique en ayant élagués soigneusement toute Panique en un système justement bâtit sur un déroulement de A à Z, ou plutôt de Adam à la « fin des temps ». Ceux qui ont perdu le sens de l’histoire ou de la mémoire : maladie d’Alzheimer, sont momentanément délivrés du mental, puisque quelques instants avant de quitter notre dimension spatio-temporel, TOUT LEUR SAVOIR LEUR REVIENT (des études ont été faites en connaissance de cause avec des recherches sur les EMI).

Le Dragon s’il n’est pas « réel » du point de vue de notre dimension spatio-temporel, il illustre pourtant la seule RÉALITÉ, puisque nous vivons dans l’illusion : LE VRAI CESSE D’ÊTRE VRAI QUAND IL EST VU, puisqu’il se trouve dans le mental et qu’alors il y a la dualité sujet-objet ! Le Dragon semble invisible parce qu’on ne peut pas identifier ce qui est réel : problème binaire du sujet-objet ! Et pour observer l’Univers il faudrait pouvoir en sortir ! Chose impossible l’Univers étant le mental !!
Le réel EST SANS DOUBLE, unique comme l’Instant, comme ce que certains appellent Dieu, ainsi Il demeure à l’abri de toute « identification » (on ne trouvera jamais « le Nom de Dieu », n’en déplaise à toute la judéo-franc-maçonnerie jouant à Dieu). La quête de sa propre identité personnelle ? (Connais-toi toi-même), mais c’est plus difficile que les Travaux d’Hercule.... Seul le cheminement aux côtés d’un Dragon bienveillant peut aider, parce que le réel est étranger à toute caractérisation, il est comme le Dragon : une hybridité infinie et éternelle comme le mouvement de la flamme d’un feu de bois, comme l’ondulation vibratoire de l’eau au centre de la Stargate, mais qui, elle, « rematérialise » à un autre endroit, mais c’est une autre histoire...
 
 

Dernière mise à jour : 21-01-2014 18:34

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2017 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >