Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow La PANIQUE de la SIMPLICITÉ et de DIEU
La PANIQUE de la SIMPLICITÉ et de DIEU Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 18-03-2014 14:40

Pages vues : 3362    

Favoris : 409

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
plume_symboljapo.jpg
 
 
La PANIQUE de la SIMPLICITÉ et de DIEU
L'Instant qui SAISIT
 
 
Pour contrer cette Panique, depuis la Chute, la civilisation invente le CONFORT (découverte du Métal et du Feu), et aujourd'hui cette civilisation en est à sa folie technologie. De nos jours on dirait que la Simplicité, et par la même le Silence font peur, alors on meuble, comble par un bruit incessant (les médias, la culture de masse et mercantile), violence du bruit notamment par les explosions du moteur du même nom dans la diablerie thermodynamique.
 
Qui dans sa vie n'a jamais éprouvé cette émotion qui est l'effroi lors d'un cauchemar ou d'une terreur nocturne étant encore enfant ?
Cette peur panique de celui qui doit traverser un pont étroit, ou même pénétrer dans le métro parisien ou d'une autre grande cité, prendre un ascenseur, etc. Autant d'objets numineux suscitant l'effroi de la manière la plus irrationnelle. "L'Être originel est naturellement phobique, hystéro-phobique. Observez un enfant apprivoiser un nouvel objet".
 
"À l'effroi suscité par l'objet numineux s'adjoint le sentiment du mystère qui fait frissonner : le mysterium tremendum. Il peut être léger comme une onde de faible amplitude qui va favoriser le recueillement et la méditation. Il peut être violent jusqu'à l'ivresse, les transports, l'extase ou les convulsions sauvages des possédés et des maniaques [le mystère est un puissant 'aimant', comme l'amour, un amant]. Il peut se dégrader dans la répulsion et l'horreur du spectre halluciné. C'est "la frayeur panique" (deima panicon) des Grecs. C'est la frayeur de Dieu que Yahvé envoie tel un démon pour pénétrer les membres de l'homme et les paralyser [le Divin qui "saisit" ou surgit dans l'Instant ou Douleur absolue]. C'est la "terreur sacré" dont la peur des "esprits" n'est que la dégradation. "De cette 'Terreur' qui est apparue à l'origine comme le sentiment de quelque chose de 'sinistre' et qui surgit comme une étrange nouveauté dans l'âme de l'humanité primitive, procède tout le développement historique de la religion. là est l'origine des démons et des Dieux" [d'après Rudolf Otto : Le Sacré]. Pour les Grecs, la maladie mentale était maladie sacrée (hiera nosos) envoyée par les Dieux. La transe et l'extase religieuses étaient à l'origine de toute folie [voilà peut-être pourquoi avec notre "rationalité" et notre "raison" issues du siècle des lumières nous avons dérivé vers la 'laïcité'].

La "terreur numineuse" (pavor sacer) constitue l'émotion de base de toute religion primitive. Le "sentiment numineux" constitue l'évolution de cette terreur démoniaque primitive vers des formes de plus en plus affinées, purifiées et sublimées ; valorisées positivement, mais sans jamais faire cesser totalement les caractères démoniaque, spectral, sinistre primitifs. Il s'agit en somme de séquestres irrésorbables de l'objet numineux archaïque.
La "colère de Yahvé" a toujours frappé les fidèles du judéo-christianisme. Elle s'enflamme comme un produit éminemment ignigène [Inné-Igné]. Elle est arbitraire comme une passion ou un caprice, incalculable, imprévisible, comme un coup de tonnerre dans un ciel serein. Aucun élément rationnel là-dedans. Elle est le tremendum par excellence. Tous les Dieux, en tant qu'objets numineux suprêmes, possèdent l'ambivalence qui est inhérente à ces derniers [le Sacré est toujours double].

Au tremendum et à l'effroi il faut ajouter la souveraineté absolue : la tremenda majestas, la majesté qui fait frissonner. Avant d'être le fondement de l'humilité religieuse, il est celui de l'anéantissement et du vide, de l'infériorité et de l'indignité. Celui que le mélancolique (dans la psychose mélancolique notamment) invoquera pour justifier son incommensurable indignité, son extrême culpabilité, son infinie tristesse, son désarroi absolu, son suicide enfin.

À l'horreur indicible du tremendum, il faut ajouter la splendeur insigne du fascinans qui captive et fascine de manière à réaliser autant que faire se peut la réduction des antinomies, la coïncidence des opposés. Le fascinans correspond aux formes enivrantes du sacré, à l'enthousiasme et à l'extase dionysiaques, au hiéro-gamos (union sexuelle sacrée métamorphosante). En pathologie mentale, lui correspondra la saturnale maniaque (psychose maniaque, versant élationnel de la mélancolie précédente)". (Réf. au Psychiatre jungien le Docteur Pierre Solié : Médecines initiatiques, aux sources des psychothérapies).

À cela ajoutons que l'objet numineux est une véritable "pile atomique", chargée d'énergie, comme par exemple les assiettes dans lesquelles mangeait le Mikado, et qu'on devait briser après son repas de peur qu'un de ses sujets, s'en servant par mégarde, voit sa bouche s'enflammer et se gangrener. Ainsi tout ce qu'une personne sainte désigne, ou touche ou nomme est consacré, et ne peut plus dès lors servir qu'à elle, car son contact est mortel. Tous les mystiques connaissent bien ce "Feu sacré" de l'Amour divin qui les consume au point qu'ils sont souvent tenus d'en demander la délivrance afin de ne pas mourir !

La Douleur, la Panique est comme la Couleur, elle n'appartient pas à la matière mais est le résultat du traitement que subit la lumière. La Douleur absolue est la survenue DANS L'INSTANT de toute la Conscience, de toute la Réalité. Douleur si on n'y est pas préparé, parce qu'il n'y a plus aucune possibilité de RECUL (de mettre de l'idéation ou de l'espace-temps). Tout est devenu DIRECTE, MAÂT.
Le Dieu grec Pan donne dons l'étymologie du mot Panique : trouble du mental qui n'est autre que la re-découverte de la Réalité. La Réalité est la définition même de la Panique, c'est pourquoi depuis la "Chute" l'humain s'ingénie à trouver partout du confort pour se protéger de la Réalité ; il invente même de la chimie mortifère pour soigner ce qu'il nomme "dépression nerveuse". L'instant étant la Réalité, Dieu, la Conscience, la Vérité, le Centrum Centri, il créé la terreur-panique parce que se présentant DANS L'INSTANT à l'ego ; il tue l'ego, d'où cette Panique, cette dépossession. Il n'y a plus d'idéation, plus de recule, plus de possibilité d'aviser ou d'analyser donc de se faire piéger par son mental, donc plus d'espace-temps, il ne reste que l'éternel Instant et la Spontanéité, la Stargate.
La Panique est alors la représentation du Réel puisqu'il n'y a plus de "temps" ou de spatio-temporel ; il manque le "décalage" si habituel depuis la Chute de retrouver ce que nous nommons le "réel" par le biais de la représentation, naturellement tardive, ou anticipée et sujette à erreurs.


SIMPLICITÉ : [SIMPLECE] contraire de Complexité.
Ce que tout le monde cherche et que bien peu trouve. Simplicité est bien-sûr synonyme de VÉRITÉ.
Simplicité s’apparente à l’Origine. Elle vient dès la première fois en un seul coup, dans l'Instant, selon certaines Circonstances ; sinon il faut tout démêler pour retrouver la Source de la Simplicité en passant par le piège du mental et de son idéation.
Bible : Livre de la Sagesse : "Ce qui est à notre portée nous ne le trouvons qu’avec effort".
- Nature ne connaît que la Simplicité. (Elle est directe, Maât).
Avec la Simplicité, on peut enrichir, mais avec le compliqué c’est difficile.
- La Vie est un abîme de simplicité. Un abîme, c’est-à-dire une infinité de possibilités.
Par là, plus une chose est simple plus elle est compliquée, puisqu’elle offre une infinité de possibles, ou de variations.
"Seule l’abondance mène à la clarté, et c’est dans l’abîme que demeure la Vérité". Vers de Schiller, cité par Werner Heisenberg dans "la Partie et le Tout".
Simplicité sonne comme SINCÉRITÉ, comme SINGULARITÉ, c'est le même thème. Singularité ou Terreurs inconnues remontant au début de la Création du Monde. Ne pas s’interdire des possibles... H.P. Lovecraft dans sa poésie des Grands Anciens, a très certainement puisé sa Source d’inspiration dans l’anthropogenèse, développé dans la Doctrine Secrète, vol 3, de H.P. Blavatsky.

La possession est anti-Simplicité.
La POSSESSION OU CRÉATION : folie humaine, ou des Dieux "d'arranger" le Saint Chaos, le VIDE, donc symboliser un Imaginaire chaotique ; métamorphoser le Chaos "insensé" en Genèse créatrice. Oui ! FOLIE HUMAINE, FOLIE DE L'HOMO-RELIGIOSUS ou DIEU FOU, pathogène, à travers la cure rituelle faite de chants, rythmes, danses, poèmes, et va se plier peu à peu à cet "Ordre", cette "Norme" ; et, ou bien s'intégrer de la sorte aux règles de la communauté, ou bien se laisser transférer à une autre personne, ou animal, ou objet dans un rituel d'expulsion ; ou bien dans un rituel fécondant la personnalité du Chaman appelant Dieu pour servir aux desseins de la communauté.
POSSESSION ou apparition de l'ego : ça dégénère en Verbe intellectuel : le Logos. L'humain venait de créer Dieu et Dieu venait de créer l'humain (comme dirait Ramana Maharshi). C'est là que commença le désastre ou ANTI-CRÉATION, car Dieu ne possède pas, ne créé pas. Ni Dieu ni l'homme ne furent créés (comme dirait Ramana Maharshi). Le Logos (Verbum) tue le Silence et tue à la fois Dieu et l'humain.

Le Logos Verbum ou anti-Création, c'est pourquoi le Non-Agir (le Wou-wei ou Wuwéi), le "Lâcher-prise" est préférable, parce qu'il n'y aura pas le piège du mental, de la volonté ; aussi, tout ce qui se fait spontanément est supérieur à ce qui se fait volontairement. Faire le vide pour faire le plein ! Le Wuwéi est l'état de celui qui a atteint l'Union mystique. Le Wuwéi ou Négatif-Positif, ou Vrai Négatif devenant Vrai Positif ! "L'Être donne des possibilités, c'est par le non-être qu'on les utilise" dit le Tao tö king au Verset 11.
Parce que dans une vie de longs tristes jours tels que la vie semble sans intérêt, mais en réalisant l'Instant tout peut, dans cet Instant, devenir Lumière, et apporter naturellement aux autres la Vraie Fraternité : "Ainsi le saint discipline sans blesser, purifie sans vexer, rectifie sans contraindre, éclaire sans éblouir" dit le Tao tö king au Verset 58.
Tout être est fait pour DONNER. Or le monde actuel est possédé non seulement pas Satan le Grand Administrateur, mais par 5 à 10% des propriétaires des richesses de notre planète qui devraient bénéficier À TOUS. Ces propriétaires qui se succèdent de PÈRES EN FILS, des EGOS DE PÈRES EN FILS, et sont accrochés à leurs "droits d'auteurs", nouveau système de la "noblesse sans la noblesse" (aucune once de noblesse dans le sens : courageux, magnanime, généreux) ; le sens du mot "noble" est aujourd'hui inversé, comme dorénavant un maximum de choses dans ce Nouvel Ordre Mondial. La nouvelle noblesse ce sont les Couilles en Or ou l'oligarchie.

Qu'est-ce encore que la Simplicité ?
Réponse : LE TAO ou le VIDE. L'Un c'est déjà l'Être. Dieu est déjà l'Être et l'Être est déjà Dieu...
Le TAO ou la Voie constante, la Grande Route, le Flux, l'INSTANT. Le TAO du rien dans le Tout et tout dans le Rien : "il y a quelque chose" (yeou) sort du "il n'y a rien" (wou) ; l'alternance Yin et Yang ou Évolution-Involution aboutissant de l'Instant : TOUTES CHOSES SONT UN ou PÈRE-MÈRE. Qu'importe ceci ou cela, car ceci est le cela de ceci, cela le ceci de cela ! Ainsi nous avons le Wuwéi ou Lâcher-prise fondamental. C'est pourquoi ici-bas nous ne sommes que des Voyageurs sur la planète Terre, donc insérons-nous dans le Cosmos, abandonnons notre prétention et notre monstrueux orgueil à exister par nous-mêmes puisque depuis l'époque de la Renaissance on refuse d'être un humain, vidons-nous de notre moi ou ego, rejetons les "lumières" du siècle des perruques poudrées, soyons heureux comme les Pierres... Ainsi seul un mort pourrait faire un bon Taoïste !


[En haut de page : 2 plumes dans une symbolique japonaise, figurant Maât ou ce qui est directe, comme la Simplicité, comme le contraire de la lourdeur ou pesanteur]
 
 

Dernière mise à jour : 18-03-2014 15:00

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >