Accueil arrow Films arrow Films hors du Japon arrow LE JARDIN DE PTAH 12
LE JARDIN DE PTAH 12 Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 25-12-2016 17:28

Pages vues : 2147    

Favoris : 318

Publié dans : Flash sur films, Sommaire films hors du Japon

Tags : ADN, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Behaviorisme, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Communisme, Conte, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Égrégore, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Génocide, Histoire, Humain, Illusion, Image, Inquisition, Instant, Islam, Jardin, Jeu, Judaïsme, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Ptah, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Science, Sécurité, Serpent, Sexe, Silence, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Vide, Volonté, Yokaï

 
monceau_web460.jpg
 
 
LE JARDIN DE PTAH 12
 
 
Suite de la publication du scénario d’un projet de long métrage. Auparavant, après la consécration du Jardin Sud de Ptah et la remise des clés de la porte du Jardin à Imhotep, il s’en va y faire un tour, mais des événements invraisemblables vont se produire.
 
Aussitôt que tous les deux ont avancé dans l’angle en se penchant la tête, ils disparaissent (effet visuel !), sauf la boîte de médecine qui reste au sol.
Ils se retrouvent chez les Atlantes (géants de 5 ou 6 mètres de haut !)
Deux Atlantes les accueillent et leur donnent des coups de pieds qui envoient Ptah et Imhotep voler au loin, passant au-dessus du lac ; Imhotep a le vertige et a envie de vomir. Cela fait rire Ptah. Quand ils atterrissent durement, ils observent 3 Atlantes piquant des aiguilles dans des humains hurlant de douleurs.
Plus loin un Atlante couché sur un gril rougeoyant, tiens dans ses mains plusieurs petits humains. Il crache par la bouche une vapeur chaude d’où s’échappent plusieurs corps humains. (L’Enfer, tableau de Pol de Limbourg, XVème siècle).
Au loin, les “ bons Atlantes “ fuient, en grimpant sur une échelle menant jusqu’à un nuage volant (sorte de morceau d’ouate avec une voile). Au-dessus, un de ces nuages volants fuit.
Proche d’Imhotep et de Ptah un Atlante fait de grosses bulles de savon.
Deux de ces bulles emprisonnent, l’une Imhotep et l’autre Ptah.
Les bulles les transportent à travers des réseaux cristallins. Imhotep essaye bien de pousser sur la paroi élastique de sa bulle, mais elle est résistante.
Au bout du réseau cristallin, c’est un espace noir d’encre sans étoiles qui les accueils.
Les bulles de savon éclatent, et libèrent leurs prisonniers sur un gros rocher en forme de cube. Il fait partie d’un ensemble d’astéroïdes cubiques plus ou moins gros.
Imhotep est sur une face à l’horizontale, et Ptah sur une face à la verticale (il n’y a pas de pesanteur).
Ptah s’accroupit, et tend son bâton-Ouser à Imhotep, pour que celui-ci vienne le rejoindre sur le côté où tous les deux seront à la verticale.
Une fois réunit tant bien que mal, Imhotep et Ptah s’avancent sur ce côté du cube, qui semble s’étendre à perte de vue !
Rapidement arrive de l’horizon les masses protoplasmiques de la troisième espèce : gelée visqueuse et transparente.
Certaines masses se transforment en vaguelettes qui s’étalent sur la plate-forme aux pieds des 2 “ visiteurs “.
Lorsque les vaguelettes ont imprégné Imhotep et Ptah, seul Imhotep se transforme en partie en eau. Il reste sa tête hurlant de peur.
Ptah n’étant pas affecté par ce phénomène se met à éclater de rire, il frappe 2 fois avec son bâton-Ouser sur la plate-forme et disparaît.
Tandis que la tête d’Imhotep roule dans une étendue de 5 cm d’eau, la tête est arrêtée dans son roulement par une masse gélatineuse colorée (plutôt un ensemble coloré orange).
La coloration verse une fiole dans la bouche hurlant d’Imhotep.

- MASSE : Tiens bois cette eau de mort pour reformer tes morceaux.

Les parties d’Imhotep réapparaissent, mais ne sont pas soudées.

- MASSE (elle tend une autre fiole) : Boit maintenant l’eau-de-vie pour recoller les morceaux de toi-même.

Le bras et la tête encore flottants l’un et l’autre, se synchronisent pour essayer de boire, et aussitôt Imhotep se recolle.
Il n’a que le temps d’apercevoir au travers de la masse gélatineuse, un petit point lumineux, comme une sorte de soleil miniature.

- MASSE : Veux-tu en connaître davantage Imhotep ?

Imhotep n’en peut plus et fait non de la tête.

- MASSE : Ainsi tu es un sage, qui a connu la douleur de la vision de l’Instant.

La masse se colore différemment ; la caméra s’avance alors vers le petit point lumineux au centre de la masse, mais le point s’éloigne au fur et à mesure que la caméra accélère sa course dans la masse colorée, jusqu’à disparaître sur un fond, couleur de la porte du jardin Sud.

SÉQUENCE 35
(Devant la porte porte du Jardin Sud. Extérieur jour)
Jeh et Oupkhetem sont toujours en faction devant la porte.

- OUPKHETEM : C’est étrange, je n’ai pas vu Imhotep ressortir !
- JEH : Tais-toi le gros, tu as trop bu hier. Il est l’heure que je huile le verrou et les charnières de cette porte, qui n’est jamais ouverte. Ça va coincer !
- OUPKHETEM : Le gros ? Je suis seulement enveloppé de muscles. Toi tu n’en as pas. Fais attention à tes boyaux !

Oupkhetem entend frapper contre le battant de la porte.

- OUPKHETEM : Qui frappe ?
- IMHOTEP (faiblement) : C’est Imhotep, aidez-moi !

La clef grince dans le serrure, Jeh accourt avec son huile pendant que Oupkhetem tire sur le battant de la porte. Le corps d’Imhotep qui était assis adossé au battant, tombe une fois la porte ouverte, ce qui à pour effet de le revigorer (pour le moment, il n’a plus sa boîte de médecine).
Oupkhetem et Jeh se précipitent et l’aident à se relever.

- IMHOTEP : Salue à vous. Pouvez-vous me dire ce que je fais ici ?
- OUPKHETEM : Maître Imhotep, il y a 3 naissances de Khepri depuis que tu es entré dans le jardin. On ne t’a pas vu ressortir. (Khepri : 3 jours !)

Pendant ce temps, Jeh impatient, s’active à huiler la serrure ; puis il veut grimper en se tenant dans les interstices bien minces des blocs de pierres, afin d’atteindre la charnière la plus haute.

- JEH (à Oupkhetem) : Aide moi un peu !

Oupkhetem le pousse sur le derrière. Jeh arrive enfin à huiler la charnière la plus haute. Imhotep s’adresse à Oupkhetem qui laisse Jeh là-haut ; il n’ose plus redescendre et finalement tombe.

- IMHOTEP : Où sont mon serviteur Khenen et ma boîte de médecine ? (et il se met à rire).

Oupkhetem se précipite et ramasse son collègue un peu sonné, mais il n’a rien de cassé et est simplement couvert d’huile.

- OUPKHETEM (à Imhotep) : Maître Imhotep, Khenen t’as quitté, il vit en ménage avec Redejet, et ta boîte tu as dû la perdre.
- IMHOTEP : Et les Atlantes, tu les connais aussi toi ? Au fait, quel est ton nom ?
- OUPKHETEM : Mais Maître, tu ne te souviens plus ? Je suis Oupkhetem, à côté, c’est Jeh ; et c'est qui les Atlantes ?

Et Imhotep s’éloigne en riant et en chantant avec une démarche incertaine.

- IMHOTEP : Les bons ont chuté, les mauvais sont dans l’île des Bienheureux…Non c’est l’inverse…Les mauvais sont bien heureux dans l’île ; les bons sont…… Non, c’est pas ça…Les mauvais ont chuté, les bons sont dans l’île des Bienheureux. Oui, c’est ça !

Oupkhetem fait signe à Jeh qu’Imhotep est devenu fou ; et déjà Jeh remis de sa chute, demande à Oupkhetem de l’aider pour huiler l’autre battant de la porte.

(Croisement de ruelles à Mur-Blanc. Extérieur jour)
Dans une ruelle Imhotep marche l’air idiot et riant. Il s’aide avec un bâton.

- IMHOTEP (marmonnant) : Les bons Atlantes ont rejoint Noun, je les ai vus !

Pendant qu’il continue ses divagations, deux habitants l’observent.

- IMHOTEP : Ils se sont divisés en deux, et leur moitié a chuté dans la matière.
- HABITANT 1 : C’est Imhotep, l’architecte du Roi !
- HABITANT 2 : Laisses-le, il a été piqué par un scorpion.

Au loin passe Sepa traînant son gros sac de pièces de cuivre volé à Hésyré (dans la scène onirique, ici le sac est supposé venir d’une autre provenance). L’un des habitants fait signe à l’autre de venir. Ils suivent Sepa en essayant de ne pas se faire voir, pendant qu’en son off on entend Imhotep.

- IMHOTEP (off) : Les mauvais Atlantes nous ont fait chuter dans la matière... et les bons sont... Non, c’est pas ça... les mauvais ont chuté, les bons...

(Près de la Grande Maison. Extérieur jour)
Imhotep s’avance devant l’entrée de la Grande Maison. Un garde le reconnaît et le laisse passer.

- IMHOTEP : Et les Atlantes, tu les connais toi ?
- LE GARDE : Non Seigneur.

(Au détour d’une ruelle de Mur-Blanc. Extérieur jour)
Devant l’étale d’un marchand deux personnes se battent : l’une d’elle envoie des pièces de cuivre à la figure de l’autre. Le marchand essaye de les calmer. Sepa passe devant eux traînant son gros sac. Les deux habitants le suivent en essayant de se dissimuler comme ils peuvent. On les suit un instant au détour d’une ruelle. Ils sautent par derrière sur Sepa. C’est la bagarre. Et au bout d’un temps Sepa tue l’un d’eux d’un coup de couteau. L’autre s’enfuie en courant. Derrière Sepa, au bout de la ruelle Ptah observe.

(Grande Maison. Intérieur jour)
Couloir éclairé par des torches, ambiance orangée. Imhotep avance l’air incertain. Anoupou suivit de ses frères et soeurs arrive en courant.

- IMHOTEP : …Et la couleur orange appartient aux Atlantes !
- ANOUPOU (l’air surpris) : Tu viens jouer à la toupie avec nous ?

Imhotep ne semble pas voir les enfants. Anoupou tire par le bras Imhotep.

- ANOUPOU : Imhotep, qu’est ce que tu as ? Qui t’a fait du mal ?
- IMHOTEP : C’est la couleur orange...

Anoupou regarde ses frères et soeurs et ils se mettent à rire.

- ANOUPOU : Tu dis des bêtises. Viens jouer avec nous !

Imhotep, comme un automate, fait tourner la toupie d’Anoupou. Mais les enfants ont arrêté leurs rires, ils ont peur, et commencent a s’en aller.

- ANOUPOU : Tu reviendras dis, tu reviendras ??

Imhotep fait oui de la tête et Anoupou se sauve pour rejoindre ses frères et soeurs. Imhotep s’allonge sur le dallage (il n’a rien mangé depuis trois jours !) Djeser, attiré par la cavalcade des enfants arrive rapidement. Il relève Imhotep.

- DJESER : Qu’est ce qu’il t’arrive mon ami Imhotep ?
- IMHOTEP : Les mauvais Atlantes ont fait chuter la matière.
- DJESER : Ce sont de vieilles légendes ! et de quels mauvais Atlantes tu parles ?... Viens, tu as l’air d’avoir faim.

Djeser prend par l’épaule Imhotep et le conduit dans une pièce.

(Pièce dans la Grande Maison. Intérieur jour)
Éclairage par des torches, ambiance orangée. Un coffre avec au-dessus une lampe à huile, des corbeilles de fruits, à côté des pliants en bois. Djeser aide à s’asseoir Imhotep, et il lui donne un plateau avec des fruits.

- IMHOTEP : Mais ils se sont divisés en deux et leur matière a chuté ; et il y avait la couleur orange.
- DJESER : Allons mange ! J’aurais dû te nommer enfant ministre ; tu perds le coeur ! (la tête !).
- IMHOTEP (la bouche pleine) : Tu ne connais pas la couleur orange ?
- DJESER : Non, mais je n’ai pas le temps de te servir de nourrice, ma charge royale m’appelle, je te laisses à ton orange.

Djeser se lève et s’en va. Imhotep après avoir bu du vin se lève en titubant un peu et chante (il possède une belle voix).

- IMHOTEP : Les bons ont chuté, les mauvais sont dans l’île des Bienheureux... Non c’est l’inverse... Les mauvais ont chuté, et les bons sont dans l’île des Bienheureux. Oui c’est ça !

Il renverse une petite jarre qui se casse, étalant ainsi son contenu de vin. Ensuite il prend des fruits, les lance en l’air et s’exclame :

- IMHOTEP : Qu’avons-nous fait aux Dieux pour qu’ils nous unissent seulement dans la mort ?

Un garde attiré par le chahut entre, et saisit Imhotep par le bras pour le reconduire dehors.

- IMHOTEP (au garde) : Et toi, tu ne connais pas la couleur orange ?
- GARDE : Oui, les oranges bien juteuses de Mur-Blanc.
- IMHOTEP : Mais non, ce n’est pas de la couleur orange !

Le garde le met dehors en douceur.

(Mur-Blanc, proche de la maison de Hâpy. Extérieur jour)
Un petit carrefour de ruelles faiblement éclairées par deux lampes à huile au bout de perches. Imhotep met un genou au sol et un pied sur le sol, ses bras sont repliés et ses mains sont levées en signe d’adoration. Un habitant avec sa lanterne l’aperçoit dans cette attitude de prière et continu son chemin. Un deuxième habitant avec sa lanterne vient se placer devant Imhotep. Il pose sa lanterne et le salue les deux mains sur les genoux tout en restant un moment incliné. Imhotep en prière n’a plus l’air d’un fou, il a un regard intense avec un sourire délicat et tendre. Un troisième habitant avec sa lanterne vient voir ce qu’il se passe et se place à côté du deuxième habitant. Il pose sa lanterne et salue Imhotep avec le même respect.

(Mur-Blanc , proche de la maison de Hâpy. Extérieur matin)
Dans le renfoncement de l’une des ruelles menant au petit carrefour, Imhotep se réveille, baille et possède à nouveau un regard vide. Il a froid et il est seul. Il se met a marcher.

- IMHOTEP : Les mauvais Atlantes ont chuté dans la matière, et c’est eux qui ont inventé ce jeu cruel.

La fin de la phrase, Imhotep l’adresse à Hâpy (il ne le reconnaît pas), Hâpy va faire ses activités d’usurier.

- HÂPY : Salut à toi Seigneur Imhotep, comme tes habits sont sales, viens chez moi.

Sur le trajet vers la maison de hâpy, Imhotep poursuit ses divagations.

- IMHOTEP : …Et les bons Atlantes ont rejoint Noun.
- HÂPY : Je ne connais pas les Atlantes dont tu me parles. Ils sont du pays de Khemet ?
- IMHOTEP : Oui, enfin toi tu as compris. Mais quel est ton nom ?
- HÂPY : Oh Seigneur Imhotep, qui ne connaît pas l’usurier Hâpy à Mur-Blanc.

Ils entrent dans la maison.

(Maison de Hâpy. Intérieur matin)
Intérieur luxueux. Hâpy fait asseoir Imhotep qui a toujours son regard vide. Hâpy saisit une tunique de belle étoffe dont-il couvre les épaules d’Imhotep.

- HÂPY : Tiens, c’est pour toi, je te la donne.
- IMHOTEP : Py... eux... Hâpy... que peuvent les lois, ou l’argent est le seul Maître. Réponds Hâpy ?

Hâpy lui tape sur l’épaule.

- HÂPY : Attends ne bouge pas, je vais te chercher à manger.

Imhotep seul continue :

- IMHOTEP : L’argent est bien le maître, puisque toi Hâpy tu vends du temps. (Il crie). Tu voles Atoum.

Hâpy revient avec un plat de mouton rôti et une petite jarre de vin.

- HÂPY : Voyons Imhotep calmes-toi, qu’est ce qui te mets dans ces états ?
- IMHOTEP (en mangeant) : C’est la faute aux jeux des Atlantes, et toi (il met son doigt sur la poitrine de Hâpy) tu sais qu’ils sont du pays de Khemet.
- HÂPY : Oui, oui, manges.

Hâpy se frotte le crâne et se demande bien ce qui a pu arriver à Imhotep.

- HÂPY : Dis moi, ce sont les parfums du Jardin Sud qui te sont descendus dans le coeur (le cerveau).
- IMHOTEP (toujours en mangeant) : Non c’est Ptah qui m’a entraîné dans les parfums de la Matière. Pas les parfums, la couleur. Dis Hâpy, tu connais la couleur orange ? (et il se met à jeter de la nourriture en l’air). Tu la connais ?
- HÂPY : Voilà qu’il s’énerve. Non Imhotep, je connais les oranges juteuses de Mur-Blanc c’est tout !

Puis Imhotep veut s’allonger et dormir sur le sol, alors Hâpy veut le relever.

- HÂPY : Non ne restes pas ici, des clients peuvent venir. Viens, prends ta tunique. Je te donne un bol, des fruits et je dois te mettre dehors.

Il attrape les fruits et le bol et il entraîne Imhotep qui résiste un peu.

(Autre endroit proche de la maison de Hâpy. Extérieur jour)
Dans une ruelle Imhotep est assis. Sa tunique est pliée devant lui, à ses côtés le bol de Hâpy sert de sébile. Arrive un premier habitant qui lui jette une pièce de cuivre en rigolant. Alors Imhotep chante (il a une belle voix, chose nécessaire pour être Grand Prêtre !).

- IMHOTEP : Que peuvent les lois, où l’argent est seul maître, et où la pauvreté ne peut avoir raison ?... tu peux me le dire passant ?

Le premier habitant le prend pour un idiot, et se moque de lui en faisant des grimaces. Il continue sa route. Arrive un deuxième habitant. Celui-là observe la tunique.

- HABITANT 2 : Salut à toi, elle est belle ta tunique. J’aimerais l’avoir pour moi, tu veux me la vendre ?

Imhotep continue sa chanson sur l’argent.

- IMHOTEP : Ceux qui vont chargés de la méchante besace, plus d’une fois, ils vendent la Vérité.
- HABITANT 2 : Mais, tu ne vends pas la Vérité, apparemment tu vends ta tunique !

Et sans attendre une réponse d’Imhotep, le deuxième habitant prend la tunique, et met dans le bol 10 pièces de cuivre.

- HABITANT 2 : Vie, Santé, Force à toi.

Et il continue sa route. Imhotep reprend son chant mélodieux.

- IMHOTEP : Que peuvent les lois, où l’argent est seul maître, et où la pauvreté ne peut avoir raison ? Ceux qui vont chargés de la méchante besace, plus d’une fois, ils vendent la Vérité.

Puis il chante la mélodie sans les paroles, lorsque l’aperçoit Hâpy venant de sortir. Imhotep se lève, Hâpy le rattrape et le prend par le bras. Il voit que la tunique à disparue.

- HÂPY : Dis donc... Et ta tunique ?... Oh ! tu es plus rapide que moi dans le négoce. Tu es fou, mais tu es doué !

Tout en marchant, ils arrivent sur une petite place.

- IMHOTEP (s’adressant à Hâpy) : Atoum a créé le temps, par conséquent il ne peut donc être vendu. Et toi tu es usurier, tu vends du temps ; tu voles Atoum.

Il saisit Hâpy par les deux bras, Hâpy se dégage.

- HÂPY : Oh je fais mon métier, laisses-moi tranquille. J’ai a faire avec un riche marchand.

Pendant qu’Hâpy se sauve, Imhotep lui lance :

- IMHOTEP : Tu voles Atoum !

Trois habitants le regardent et le prennent pour un idiot.


À suivre… Si Ptah, Père des Dieux, le permet…

[En haut de page : Parc Monceau à Paris, aquarelle de M. Roudakoff]

Distribution, pour les séquences ci-dessus :

IMHOTEP (35 ans) : architecte du Roi Djeser
PTAH : Dieu honoré à Mur-Blanc (Memphis)
ATLANTES BONS
ATLANTES MAUVAIS
LA MASSE
JEH (hurleur) (40 ans) : graisseur de serrures (le maigre)
OUPKHETEM (ouvrir, fermer) (40 ans) : gardien de la porte (le gros)
HABITANTS 1 (de Mur-Blanc)
HABITANTS 2 (de Mur-Blanc)
HABITANTS 3 (de Mur-Blanc)
SEPA (Mille-pattes) (22 ans) : l’ingénieur et Chef des travaux
HÉSYRÉ (50 ans) : le Chef des Juges du troc
DES GARDES (de la Grande Maison)
UN MARCHAND (à Mur-Blanc)
ANOUPOU (9 ans) : un des 5 enfants de Djeser
4 ENFANTS DE DJESER
HABITANTS DE MUR-BLANC
DJESER ( 45 ans) : Roi de la troisième Dynastie de l’Ancienne Égypte
LE GARDE AUX ORANGES
HÂPY (crue) (40 ans) : l’usurier
 
masse_d90.png
 
 

Dernière mise à jour : 28-12-2016 18:36

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >