Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Kâyasiddhi
Kâyasiddhi Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 23-10-2017 01:22

Pages vues : 1512    

Favoris : 237

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Banques, Capitalisme, Chrétien, Christ, Civilisation, Dualité, Eau, Ego, Empire, Évolution, Fractale, Gentil, Gratuit, Guerres, Histoire, Huile, Instant, Juif, Laïcité, Langage, Liberté, Loi, Loser, Lucifer, Lumières, Maçon, Mahométan, Médecine, Mental, Microbes, Multiculturalisme, Opinion, Orgie, Ouvrier, Païens, Paix, Pierre, Peste, Radicalisme, Raison, Réalité, Religions, République, Réseaux, Sacrifice, Simple, Socialisme, Spiritualité, Technique, Templiers, Terrorisme, Transhumanisme, Universel, Valeur, Vérité, Vin, Winner

 
 
frise_poliak14.jpg
 
 
Kâyasiddhi
 
 
La république « universelle » des judéo-maçons spéculum : un composé de narcissiques, les Citoyens en package d’excréments et d’urine, dont chaque individu est plongé en lui, dans son ego et son urine et ses fèces, comme dans un bain d’eau usée, si loin, si loin de l’Eau primordiale !
« Malheur à la chair qui dépend de l’âme [le Soi], malheur à l’âme qui dépend de la chair », disait il y a presque 2000 ans le Logion 112.
Que dirait-on d’Athanase qui interdit aux moines de se regarder les uns les autres pendant qu’ils mangent ; et de Jérôme (Epist., 107, 11) qui interdit aux filles de se baigner pour éviter de voir leur propre corps nu. Jérome à ce hui s’évanouirait en voyant les longues et maigres guiboles et cuisses de jeunes filles étalées sur des affiches publicitaires de cette démocratie mercantile et urbaine !
Mais, il est où le VRAI « vivre ensemble », et chez Jérome, et chez nous ?? Certainement pas chez Narcisse : qui tombe amoureux de sa propre image reflétée dans LE MONDE MATÉRIEL : Narcisse a un gros « pouvoir d’achat », bref, une grosse ambition de winner pour engrosser son ego et son exhibitionnisme en société du spectacle ! Simplement LA MATIÈRE tombe raide en opposition de la non-dualité !!! Elle tombe raide dans la DYADE du Pythagore. J’ajoute qu’elle tombe même dans le rationalisme des ergoteurs Grecs du calculeux Pythagore…
Matière = Narcisse. Voilà pour l’anti Kâyasiddhi.
 
Ramana Maharshi, entretien 334 du 20 janvier 1937.
Shri Bhagavân [R.M.] mentionna qu’il ne ressentait aucune sensation dans ses jambes bien qu’elles fussent massées régulièrement : « Si elles me permettent encore de marcher, quelle importance cela a-t-il qu’elles aient perdu leur sensibilité ? » demanda-t-il. Puis, au cours d’une conversation, il raconta que l’on avait découvert un rayon de lumière qui permettait, lorsqu’il était projeté sur quelqu’un, de le voir sans être vu. Il en est de même des siddha [celui qui est parfait, et qui a acquis des pouvoirs surnaturels]. Ils sont pure lumière et ils peuvent voir les autres sans être vus eux-mêmes.
Prabhulinga, par exemple, lorsqu’il voyageait dans le Nord de l’Inde, rencontra Goraknath qui lui démontra ses pouvoirs yoguiques : son bras fut frappé par une épée et celle-ci s’émoussa sans lui infliger aucune blessure. Ce pouvoir de préserver le corps contre toute blessure s’appelle Kâyasiddhi. Prabhulinga proposa alors de se faire transpercer. Quand le coup fut porté, le sabre transperça son corps sans rencontrer d’obstacle, comme s’il fendait l’air, et ne lui provoqua aucune blessure [ici je renvoie à la page GLANDE PINÉALE]. Gorakhnath, impressionné, s’offrit comme disciple à Prabhulinga ».
Voir aussi la page Hyperespace Microcosmique (HEMI)

On retrouve le Kâyasiddhi chez Jésus-Christ mais sous forme GLOBALE, sur la Nature entière,  sur le Tout, pensez à ses Miracles (transformés par certains en « magie » afin de le dénigrer) ; Jésus-Christ étant comme un « Soleil ». Et cela concerne évidemment le Soi, la Transparence évoqué dans la page sur la Glande Pinéale. Je remets à nouveau cet extrait de la page précédente :

L’actuel oubli ou ignorance du Soi est évoqué dans le Nouveau Testament : Luc 8, 22-25 : « Or, il advint qu’un jour, il monta dans une barque ainsi que ses disciples, et il leur dit : « Passons sur l’autre rive du lac ». Et ils gagnèrent le large. Tandis qu’ils naviguaient, il s’endormit. Et une bourrasque s’abattit sur le lac ; ils faisaient eau et se trouvaient en danger. S’étant donc approchés, ils se réveillèrent en disant : « Maître, maître, nous périssons ! ». Et lui, s’étant réveillé, menaça le vent et le tumulte des flots. Ils s’apaisèrent et le calme se fit. Puis il leur dit : « Où est votre foi ? ». Ils furent saisit de crainte et d’étonnement, et ils se disaient les uns les autres : « Qui est-il donc celui-là, qu’il commande même aux vents et aux flots, et ils lui obéissent ? »

Qu’est-ce que c’est la Félicité ? C’est la TRANSPARENCE, ce que j’appelle parfois « Vraie Télépathie », Une perle de Rosée qui glisse sur la Mer lumineuse du gazon tôt le matin d’été, comme le SAIT LE SCARABÉE (fait observé à La Jarnes). Il ne m’est plus étonnant que chez les Anciens Égyptiens le Scarabée soit un insecte divin, porte-bonheur ; le Scarabée n’a point besoin de se rappeler l’état purifié de son Origine. Le Scarabée est donc symbole de résurrection : keperer. Le Scarabée illustre l’Instant, la résurrection permanente : il s’engendre lui-même, comme un « Je suis ce JE SUIS ». Le Scarabée « glisse » sa perle de Rosée sur le gazon comme Jésus-Christ « glisse » entre la tempête et les eaux furieuses cité plus haut, c’est-à-dire que le Scarabée ou Jésus-Christ JONGLE AVEC LA MATIÈRE, ELLE LEUR EST TRANSPARENTE : l’un comme l’autre peuvent tomber de haut sur une roche qui leur paraîtra comme du coton hydrophile. Bref, l’un comme l’autre jongle avec les atomes de la Matière, ils passent la Stargate.
Je ne vois pas de différence entre le Scarabée et Bouddha ou Jésus…

Kâyasiddhi = TRANSPARENCE, [TRESPARENT] [VITRIN]/FLUIDE, Contraire d’opaque.
Traverser, passer au travers. C’est le passage, le Point Focal. La mélodie sur sa route accompagnée par la mélodie seconde ; toutes les deux AVANCENT irrémédiablement, distinctement par l’Art du Contrepoint. C’est la garantie de la beauté d’une Création. Transparence de l’Eau, Transparence d’une composition picturale. Dans une œuvre avec le “voyez l’ensemble” en Dessin, c’est également le
ENVELOPPER et CARESSER (comme le Feu). Que les événements de ce Monde prennent leurs « Places » en harmonie simplement, en parfait mélange et grande netteté.

Quelques mots sur Jésus-Christ. Il fonda comme une « assemblée » de Réalisés du Soi. « Assemblée » ou Multiple Unitif qui n’ont plus d’ego et laissent simplement agir l’Amour ou privation de mort, SANS RIEN VOULOIR APPORTER DE PLUS : ILS SONT SANS POURQUOI. Ils sont INNÉ-IGNÉ : personne ne ressemble à personne (pas de Super Grégarisme ou d’inconscient collectif à le C.G. Jung), tout en étant à l’égal du Soi. Il n’existe plus de dualité ou de rapport à ceci ou à cela : l’être humain doit faire société d’abord avec lui-même au plus intime de son être, avant de se lancer à faire société avec l’extérieur. Seuls des relations sociales authentiques peuvent s’harmoniser entre personnes authentiques, et alors pas besoin de « réseaux sociaux », et surtout PAS BESOIN DE JUSTICE HUMAINE (vouloir la justice est symptôme que l’humain n’est pas encore débarrassé du sens de la relativité !).
Le dualité ne peut qu’être guerrière, à cause de l’ego et de son orgueil, qui fabrique sans arrêt la relativité des choses, qui fabrique de l'opinions, il est donc sous la dépendance de l’orgueil. Mais hors du temps ou HOTC (Histoire-Opinions-Temps qui coule), tout devient TRANSPARENT et FLUIDE, sans résistance, sans thermodynamique.
Ce monde tourne dans une psychose collective monstrueuse. Il lui faut la seule médecine possible : L’HARMONIE DES INDIVIDUALITÉS COMPOSANT CE MONDE, CHAQUE MONDE (inné-igné, lié et délié). L’Harmonie ne pouvant être que le Soi ou le « Connaître toi-même par toi-même », le ‘Je’-‘Je’.

Depuis près de 2000 ans il existe un gouffre immense entre le Christ et l’invention de l’Église de Rome. Comme déjà écrit de nombreuses fois : Christ = le Soi (Emmanuel oui ”Dieu est en Nous” (1). Le Jésus-Christ contre les marchands du Temple est déjà en lutte, tout simplement contre le mental, l’argent des marchands n’est qu’un prétexte puisque le mental calcul et mesure tout à n’en plus finir…
L’Église de Rome n’est qu’un système politique au même titre que le Judaïsme afin de SOCIALISER DANS LE QUANTITATIF, comme le pratique la laïcité et son « vivre ensemble » et ses « réseaux sociaux ». Les trois religions abrahamistes sont des POLICES POLITIQUES COMME L’EST MAINTENANT LA LAÏCITÉ ET DÉMOCRATIE MARCHANDE (la « liberté » d’acheter et de s’envoyer en l’air : engrosser son ego).
Le Christ de l’Église de Rome est donc une singerie d’Emmanuel, ne serais que par cette autre singerie : le curée qui copie le rabbin, bien que le rabbin soit plus un « professeur » (il en confesse pas…). Par la con-fesse le curé est un genre de psychanalyste avant Sigmund Freud puisque son « divan » est à la vertical (le confessionnal) ; tout ça c’est pour socialiser, sécuriser socialement, c’est pour faire dans le SENTI-MENT, afin de contrôler les masses. L’Église de Rome est aussi hiérarchisée que l’État et les militaires. Dès le 3è siècle à Rome il y a déjà des bedeaux… L’Église de Rome est un État avec sa sécurité sociale prenant soin de la veuve et de l’orphelin et du chômeur et du vieux, donc sa politique, que la judéo-maçonnerie spéculum et sa politique de 1789 a voulu dégommer violemment (Vendée, meurtres, tortures, déportations) pour la remplacer par sa politique du libéralisme : « le pouvoir d’achat ».

RAPPEL : le mysticisme chrétien ne peut reposer que sur la base païenne.

PROBLÈME ou DILEMME INDIVIDUALISME-COLLECTIVISME : non, non, les Chrétiens ne sont pas « membres les uns des autres », sinon ils tombent dans l’actuel Super Grégarisme. Bien que « membres les uns des autres » évoque indubitablement la FRACTALE ; mais comme écrit plus haut il y a le INNÉ-IGNÉ : « personne ne ressemble à personne ». Le « personne ne ressemble à personne » DÉTOURNÉ, DISTANCÉ, va fourbir l’actuelle guerre de tous contre tous ou le « Exploitez-vous les uns les autres », soit le « citoyen » marchandise et acheteur.
L’Empereur Julien attribue le succès du Christianisme à « sa philanthropie envers les étrangers [on dirait à ce hui ”les migrants”], sa prévoyance pour l’enterrement des morts et sa sévérité dans la vie [police politique et confesse] ».
Bref, la communauté, ce n’est pas le Super Grégarisme modèle « chaleur humaine » exhalant l’ego, ni même l’égrégore qui manipule tout le monde comme dans la meute où tout le monde copie tout le monde. Ne pas oublier que les premiers Chrétiens au sens du mot « Église » sous certains Empereurs romains devaient se protéger sous peine de mort. Et qu’on s’achetait par l’intermédiaire du système du martyr : « Si le ”confesseur” survivait à ses tortures, il jouissait d’un immense prestige parmi ses frères chrétiens ; s’il mourait, il pouvait s’attendre à devenir l’objet d’un culte et à recevoir sa place de choix parmi les morts. Selon Tertullien (De anima, 55), seuls les martyrs vont au Paradis avant le retour du Christ. On est déjà là dans l’actuel monde mercantile, le martyr vend sa place-peau pour s’acheter le Paradis. « L’amour du prochain » devenait une forme de « pouvoir d’achat ».

Il y a un gros parallèle avec les 2è et 3è siècles où naissait l’Église de Rome et notre époque : dans le monde Païen du 3è siècle c’était la décomposition totale : la haine et la jalousie régnaient partout ; les Paysans ou Païens haïssaient les propriétaires fonciers et les fonctionnaires de l’État, donc l’État lui-même, alors à juste titre ; les ouvriers ou prolétaires des villes haïssaient la bourgeoisie des villes, donc les citoyens ; l’armée était détesté par tout le monde, bref en résumé c’est l’État qui était détesté. La communauté chrétienne semblait être la seule qui puisse « harmoniser » ces discordances, ce qui peut expliquer son attraction sur Constantin.

Enfin ! comment « l’amour du prochain » peut-il avoir été oublié ? parce qu’il n’a pas été inventé par le Christianisme. Cet amour a été effacé momentanément par l’arrivée de la catastrophe du néolithique : Agriculture donc urbanisme et commerce et politique et « service d’ordre » pour sécuriser le nouvel ensemble urbain. Le confort ou zombification s’installait ; on tombait dans le Faire/Fer et les marchands du Temple à venir.
Si au 3è siècle « un homme était perdu au milieu de ses semblables », de nos jours et malgré toute notre technologie et notamment par ses « réseaux sociaux », C’EST EXACTEMENT LA MÊME CHOSE !!!
Non, non, les Chrétiens n’ont pas le copyright de l’Amour, ni celui du Soi ou ici et maintenant ! Les Païens connaissaient nécessairement le Soi en un « envahissement réel de l’humain par Dieu », donc une re-découverte de leur Soi.

La conversion de Constantin au Christianisme résulte de la PANique d’État face à la déliquescence du Paganisme en perte presque totale de ses racines, à cause de l’argent, le libéralisme à la Macron était déjà En marche. Toute cette montée du Christianisme a été totalement récupérée et dévitalisée de son sens originel, le Soi, le ici et maintenant, qui ne pouvait pourtant qu’être à la base des Païens. Le bis pourra se retrouver dans mai 1968 : construction de la singerie « socialisme » que dénonçait en son temps Simon Weil, quand elle disait : « le moi et le social sont les deux grandes idoles », cité par Gustave Thibon dans Notre regard qui manque à la lumière.
Le « Moi » cité par Simone Weil correspond à cette culture du narcissisme : le personnnalisme qui met l’accent sur le personare, le masque, l’acteur introvertie de cette société du spectacle, bien-sûr au détriment du Soi.
Le personnalisme authentique ce n’est pas le culte de l’ego ou affirmation du ‘je’. Le personnalisme authentique ressemble au ‘Je’-‘Je’ : plonger de le gouffre de la Sainte Chimère afin de dompter le Dragon ou ego. L’expérience de la culture du narcissisme est celle de l’extravertie, de même que celle du cette judéo-maçonnerie spéculative qui tous regardent vers l’extérieur à travers leurs cinq sens.
ÊTRE = SANS POURQUOI, donc aucun rapport avec le « pouvoir d’achat » ou la dualité, ou les cinq sens.

Mitterand en 1970 pendant les grèves de nombreuses usines épousait l’anti-capitalisme comme Constantin épousait le mouvement chrétien, pour dévitaliser le sens originel. Pour aussi faire dans le sens de COUVERTURE SOCIALE : L’APPARENCE, L’ILLUSION. La profondeur ou le qualitatif N’EST JAMAIS SOCIAL (se rappeler du Inné-Igné). Constantin comme Mitterand faisaient dans le sécuritaire, le confort : il leur fallait socialiser par manipulations.


Note.
1. « Voici que la Vierge concevra et enfantera un fils, et on l’appellera du nom d’Emmanuel », ce qui se traduit : ”Dieu avec nous” ». (Matthieu 1, 23). Emmanuel est fêté par l’Église de Rome le 25 décembre, période plein pot du capitalisme marchand en folie !
 
 

Dernière mise à jour : 23-10-2017 01:58

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >