Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow INNÉ-IGNÉ-STARGATE
INNÉ-IGNÉ-STARGATE Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 31-01-2018 00:17

Pages vues : 1524    

Favoris : 278

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Appareil, Banques, Brighton, Cadeau, Capitalisme, Champignon, Chimère, Chrétien, Christ, Civilisation, Diable, Dieux, Dragon, Drogue, Dualité, Eau, Égalité, Ego, Empire, Épine, Estragon, Évolution, Fractale, Gentil, Goulag, Gratuit, Guerres, Histoire, Huile, Instant, Japon, Juif, Laïcité, Langage, Liberté, Loi, Loser, Lucifer, Lumières, Maçon, Mahométan, Médecine, Mental, Microbes, Multiculturalisme, Musiques, Opinion, Orgie, Ouvrier, Païens, Paix, Personne, Pierre, Peste, Peur, Porc, Porte, Propagande, Radicalisme, Raison, Réalité, Religions, République, Réseaux, Sacrifice, Satan, Seuil, Simple, Socialisme, Société, Sommeil, Spiritualité, TAO, Technique, Télépathie, Templiers, Terrorisme, Thermodynamique, Train, Transhumanisme, Universel, Valeur, Vaisseau, Vérité, Vide, Vin, Winner

 
 
fractale_spirale2c.jpg
 
 
INNÉ-IGNÉ-STARGATE

Tout ce qui se trouve dans notre
monde actuel est la conséquence du
mental, donc de l’invisible.
Les choses viennent de l’intérieur
vers l’extérieur, et non le contraire
comme dans le marxisme ou l’existentialisme.


Rien dans le Tout et tout dans le Rien.
 
 
UN EST LE TOUT : fractale où chaque partie reflète les caractéristiques de l’ensemble. Cela va donner les hologrammes, des images en trois dimensions qui contiennent à chaque point les mêmes caractéristique de l’image entière. Comme « l’Espace » est le Circulus dont la Circonférence est partout et le Centre nulle part, puisque non duel, non localisable, non spatio-temporel ; donc pas de limite, et comme l’Espace est contenu dans le mental, de ce fait chaque être humain est comme le hologramme dont il possède toutes les distinctions, notamment LA STARGATE (TROU NOIR), POINT FOCAL. L’être humain est ce Trou Noir, cette Stargate ou PASSAGE comme l’exerce le POINT FOCAL, le MAÂT (ce qui est direct, ici et maintenant, sans espace-temps). Alors l’être humain est juste un POINT « d’espace-temps » à l’image de l’Univers infini.
 
Tout passe de l’invisible vers le visible, toutes les formes de vies sur la planète Terre viennent de « l’Espace » (Circulus) PUISQUE CHACUN DE NOUS EN SON MENTAL EST « L’ESPACE ».

À ce propos il ne faut pas tomber dans l’actuel culture du narcissisme où chaque individu serait une entité « objective ». À notre époque nous voyons l’Univers objectivement, c’est-à-dire en dualité d’un sujet examinant un objet qui serait l’Univers extérieur, comme si on voulait « EN SORTIR » POUR LE POSSÉDER !

Un physicien a dit un jour que Les êtres humains sont la manière des étoiles de se regarder, cela suggère que pour les étoiles - pour l’Univers - les humains se déplacent, évoluent, et disparaissent dans le sein de l’Univers comme des objets indépendants et finalement sans rapport les uns aux autres et aux entités de noms-les-formes autres. Indépendants puisque SINGULARITÉ.

Comme nous sommes l’Espace lui-même : toutes les étoiles, les galaxies, et nous-mêmes, sommes essentiellement identiques, non seulement en leur Essence, et aussi évidemment en leur constitution !
Les particules, les atomes et molécules de notre corps physique ont leur origine dans l’Espace, dans le mental. Savoir cela, même théoriquement comme actuellement, conduit à admettre la possibilité d’atteindre des niveaux ou DIMENSIONS DIFFÉRENTES DANS L’UNIVERS ET DANS D’AUTRES UNIVERS À L’INFINI. PARCE QUE LE FAIT D’AVOIR LA MÊME CONSTITUTION ET LA MÊME ESSENCE QUE L’UNIVERS IMPLIQUE QUE LES HUMAINS PEUVENT ATTEINDRE N’IMPORTE LAQUELLE DE SES DIMENSIONS POUR FINALEMENT, APRÈS « VAGABONDAGE » ATTEINDRE AU PLUS PROFOND (STARGATE ou POINT FOCAL CAR LE PLUS PROFOND CONSTITUE CE POINT FOCAL OU ORIGINE MÊME : LE SOI, LE ICI ET MAINTENANT).

C’est le mental qui fait des divisions comme sujet examinant un objet, grâce à son ego et grâce à ses projections en dehors de l’ici et maintenant et par son idéation EN SÉQUENCE. Ce mental agit comme un mur qui divise l’Espace, le Tout, en un objectif visible à l’extérieur et un autre subjectif à l’intérieur, invisible pour les autres. Par le mental, IL Y A DÉFORMATION de ce qui est vu parce que le sens de la vue procède à travers ce mental qui agit comme un outil, et comme toutes choses de mains d’humains il peut être imparfait. Aucun instrument ne peut être parfait et donc ne peut être « objectif ». Alors avec un instrument même sophistiqué et toujours imparfait, la perception dite « objective » sera une totale illusion additionnée de l’amplification d’erreur dû à l’ego de celui qui utilise cet instrument.

La perfection ne peut être parfaite que lorsque le mental ne sert plus de filtre, ou d’instrument ! C’est ce qu’illustre la Déesse égyptienne Maât, sorte de symbolisme figurant le TAO ou LA VOIE, il n’y a alors aucun intermédiaire, aucun « spécialiste » comme c’est la mode actuellement, donc pas d’interface entre la chose perçue et le sujet percevant. C’est ce que Huineng (638-713), école du Sud, sixième patriarche de transmission du Chan a souligné à travers son quatrain répondant à Shenhsiu, qui a affirmé l’existence du mental et la nécessité de le nettoyer.

Shenhsiu déclara :
Notre corps est l’arbre Bodhi,
Et notre esprit [mental] un miroir brillant.
Soigneusement nous les nettoyons d’heure en heure,
Et ne laissons pas la poussière s’y amasser.

Huineng réfuta alors son quatrain :
Il n’y a pas d’arbre Bodhi,
Ni de support d’un miroir lumineux.
Puisque tout est vide,
Où la poussière peut-elle se déposer ?

Huineng dit comme Ramana Maharshi : LE MENTAL N’EXISTE PAS, alors il n’existe aucune impureté de cette redoutable dualité pur-impur. Il n’existe rien qui puisse déformer la perception. Dans cet état de non dualité il n’y a plus de sujet observant un objet. Il y a MAÂT : perception directe.
« Ce que vous appelez mental n’est qu’une illusion. Elle trouve son origine dans la pensée ‘je’. En l’absence de sens grossiers ou subtils, vous ne pouvez être conscient ni du corps ni du mental. Pourtant, il vous est possible d’exister sans ces sens. Dans un tel état, ou bien vous dormez, ou bien vous n’êtes conscient que du Soi. Cette conscience du Soi est toujours présente. Restez ce que vous êtes véritablement et cette question [sur le mental] ne se posera pas ». (Ramana Maharshi, entretien 217). Il précise tout de même que le mental aide à réaliser le Soi.
Mais qu’y a-t-il DANS la Stargate ? Le ZÉRO ? Il s’y trouve différentes possibilités LATENTES : clairvoyance, clairaudience, télékinésie, marcher sur l’eau ou tomber de haut sur un rocher sans se faire de mal, ou pouvoir de retenir son souffle, etc.

Les Alchimistes et les Anciens considéraient ces Pour-Voir comme ayant peut d’importance. En Inde ces pouvoirs se nomment Siddhis, et sont le résultat de pratique stricte de la discipline, à la fois sur le corps physique et sur le mental. Pouvoirs Siddhis appelés « extraordinaires » parce qu’ils sont possédés par un nombre limité d’humains. Ramana Maharshi met en garde contre ces pouvoirs qui ne sont que des états inférieurs du mental et ne sont pas essentiels et font obstacle à la sagesse (entretien 30). « Un hypnotiseur peut se rendre tout à coup invisible. Est-il pour autant un Sage ? La visibilité ou l’invisibilité n’existent que pour celui qui voit ».
Bref, le pouvoir Siddhi est une voie latérale non comparable à la voie royale.

L’unique Pouvoir est celui D’ÊTRE MAÂT : SE SITUER DANS LE POINT FOCAL OU STARGATE, LÀ N’EXISTE AUCUNE DISTORSION.

QU’EST-CE QUI EST « DERRIÈRE » LA STARGATE ?
C’est l’abolition de la dualité sujet-objet donc l’abolition du temps ou IDÉATION : ÊTRE MAÂT dans l'Absolu.
Par exemple le gland du Chêne n’est pas considéré comme simplement une graine, mais comme un Tout : avant son état de graine, son devenir à l’état adulte; à ce moment là il n’y a pas de fin ni d'avant ni d'après ! ON N’EST PLUS DANS LE CIRCULUS… tout en ayant l’apparence d’y être…… tout en n’y étant pas………..

Comme nous sommes « Espace » ou Univers, il est évident que « la Circonférence est partout et le Centre nulle part ». Centre nulle part puisque transcendant, invisible : « Le pivot du Tao. Ce pivot se trouve au centre du cercle (« extérieur »), et s’applique à l’infinité des cas. Les cas de l’affirmation sont une infinité ; les cas de la négation le sont également. Ainsi, il est dit : le mieux est d’avoir recours à l’illumination ». (Tchouang-tseu, La réduction ontologique).

« L’illumination » : actuellement en culture du narcissisme chacun de nous se croit le centre de l’Univers. Alors tout ce qu’il juge comme vrai et comme faux doit s’appliquer à l’Univers entier, comme si ce juge humain par son ego se trouvait à l’extérieur de l’Univers. Ainsi il ne peut tolérer une opinion différente de la sienne. Son Oui et son Non représente un absolu. Bref : CHACUN VOIT MIDI À SA PORTE, c’est pourquoi l’entente entre les humains actuels est IMPOSSIBLE dans la tyrannie de l’opinion développée depuis la Renaissance. C’est pourquoi aussi les courants de philosophies opposés n’aboutiront jamais à un quelconque accord..
Mais aucune position humaine n’est ni la vérité même, ni l’erreur même ; chacun de nous a sa part de vérité objective et ses erreurs dues à sa vérité propre, donc son filtre du mental mentionné plus haut. Tchouang-tseu s’imaginait alors que les êtres humains avec leurs opinions différentes les unes des autres occupent respectivement un point de la circonférence et que personne ne peut donc représenter la circonférence dans sa totalité. Mais une illumination de Tchouang-tseu lui permet de voir que le TAO se trouve au Centre de la circonférence sur laquelle s’échelonnent les vérités et les erreurs des humains. C’est le TAO, pivot du cercle mouvant sans cesse, qui crée et recrée tous les êtres et leurs propres opinions et qui exalte leur vérité et décrie leur erreur selon la loi inéluctable de la transformation cosmique, laquelle ne s’arrête jamais. (Réf. Liou Kia-Hway, Œuvre complète de Tchouang-tseu).
 
 
Comme le Soi, comme la Vérité ou Dieu ou Conscience, il ne peut pas exister « plusieurs » infini, car chacun se limiterait l’un l’autre, de sorte qu’aucun d’eux ne serait réellement infini. Cependant, il y a une Tête qui coordonne les divers organes et endroit du Vaisseau corps, il y a donc plusieurs Dieux.
« Le corps n’est qu’un. Cependant, combien de fonctions ne remplit-il pas ? La source de toutes les fonctions n’est qu’une. Il en va de même pour les Dieux ». (Ramana Maharshi, entretien 371). Entendre « les Dieux » comme infini possibilités de dimensions… mais toutes possible par La Stargate, le Point Focal qui en fait n’existe pas, ou est comme une sorte » d’aspiration » sans fin.

Qu’est-ce que c’est l’Univers ?
C’est l’AMOUR OU GRATUITÉ, le Centrum Centri, le TAO : strate primordiale ou EAU PRIMORDIALE, le fondement de la Conscience ; donc le Centre n’est nulle part par rapport à la Circonférence qui est partout : LES DIMENSIONS À L’INFINI (voir la page Paradoxe ou Singularité ++). On parle aussi d’AINSITÉ (1)
On parle aussi de SINGULARITÉ ou d’IDIOT (du grec idiotês « simple particulier »). SINGULARITÉ ou Seul Réel, qui n’est qu’ICI ET MAINTENANT. Inutile d’aller sur la Lune ou ailleurs vers l’extérieur pour s’assurer de n’y jamais rien trouver. C’est CELA la GRATUITÉ : rechercher rien d’autre que ce qu’on y recherchait réellement : c’est-à-dire RIEN.

L’opinion ou distinction duelle entre vrai et faux chez un individu est un succès temporel mais un total échec ontologique dans lequel l’être humain perd sa Félicité originelle d’aimer tous les êtres comme ses frères et sœurs et de retrouver l’Harmonie universelle. Le meilleur exemple actuel étant l’infâme division « terroriste » et « non terroriste », ou encore winner contre loser. Tout jugement par l’opinion, qu’il soit vrai ou faux, relève du même genre : LE LANGAGE !



Note.
1. Ainsité. Iti désigne l’ainsité (ainsi), le Soi, la Seule Réalité, le « JE SUIS », tathata en sanskrit, shinyo en japonais.

AINSITÉ : ni s’enfuir, ni s’approcher. Le Centre est nulle part et la Circonférence est partout (à rectifier dans nombre de pages où c’est maladroitement inversé !!!)

Ni apparaître, ni disparaître, seulement « Je suis ce JE SUIS » ou immortalité, éternité du ‘Je’. Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux : « Il m’arrive encore de désirer le retour au Néant, l’anéantissement du ‘Je’. Mais, écrivant cela, je m’aperçois que c’est impossible. Retour au Néant ? Mais on ne peut retourner « à quelque chose » qui, par définition, ne peut être le Néant, le Rien. L’anéantissement du ‘Je’ ? Mais ce ‘Je’ est la fine pointe de mon âme, par laquelle je suis une « personne », selon la définition qu’en donne Olivier Clément, par laquelle je touche Dieu, je suis Dieu. Pouvoir tuer mon ‘Je’, ce serait pouvoir tuer Dieu. Idiot, stupide ! Le fleuve qui va à la mer ne peut supprimer sa source ».
 
 

Dernière mise à jour : 31-01-2018 00:56

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >