Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Vibration créatrice
Vibration créatrice Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 27-06-2018 23:06

Pages vues : 903    

Favoris : 142

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Accident, Alchimie, Allégeance, Banques, Bouche, Capitalisme, Catastrophe, Chan, Chimère, Christ, Circoncision, Confort, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Fétiche, Gordiasade, Gratuit, Grégaire, Guerre, Humain, Information, Innocence, Instant, Intelligence, Intérêt, Japon, Jardin, Juif, Klan, Lait, Langage, Langue, Liberté, Lucifer, Matrice, Maux, Méditation, Mental, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Phallus, Pierre, Poisson, Porte, Puce, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Temps, Vérité, Vide, Vieux, Viscères, washingtonisme, Yokaï

 
tour_potier.jpg
 
 
Vibration créatrice
et après la création :
Le créateur a plus d’un Tour dans son Sac,
voir le régime républicain qui se prend pour l’universel…
 
 
Seul le Soi étant indivisible. En conséquence je refuse de faire la partie de ce régime républicain ou grégarisme d’ego forcené qui se dit « universel » et par la même aussi « indivisible ».
Le Vrai Indivisible, ce n’est pas toi, régime républicain. En Essence, Je suis la Seule Réalité et par conséquence C’EST MOI l’Indivisible car Je suis le Soi : « Je suis ce JE SUIS », je n’ai pas d’opinion car j’ignore la dualité. Alors, aussi longtemps que je serais gêné par toi par ta dualité, régime républicain, je serais prisonnier du social et de sa prison du mental (espace-temps ou idéation), je serais prisonnier de TA raison issue des opinions de gens riches au 18è siècle ; je serais prisonnier de ton monde des apparences maintenant uniquement marchandes. Pour se re-retrouver, pour se Ré-aliser, il devient urgent de se débarrasser de toi, régime républicain, pour enfin vivre en accord avec le Soi, pour être enfin libéré de tes conflits et de tes compromissions inhérents à ta démocratie et donc à ta tyrannie de l’opinion, libéré de toutes les souffrances qui me sont tombés dessus à cause de ton cirque monté en 1789 ! C’est toi, régime républicain, qui a accentué la relativité par L’INSTITUTION DE TON RÉGIME D’OPINION et TON OUTIL LES ÉLECTIONS, PARFAITE DUALITÉ GUERRIÈRE COMME TOUTE DUALITÉ. Tu veux nous faire avaler ton « universalité » ou unité d’opinions généralisées en ton slogan publicitaire : « Unité dans la diversité » puisque effectivement il y a autant d’opinions qu’il y a de Terriens sur la planète Terre. Ainsi régime républicain, tu es totalement illusoire de chez illusion !
 
Régime républicain, tu ne peux pas être « universel », tu veux « exister » de tout ton COURANT D’OPINION, de tout ton sang si abondamment répandu depuis plus de tes deux siècles de vie, mais tu es incapable de comprendre qu’« exister » fabrique la dualité, toute opinion est duelle, la création comprise ! C’est pourquoi régime républicain TU N’EXISTES PAS comme rien n’existe dans la Seule Réalité ! RÉGIME RÉPUBLICAIN TU N’ES QU’UNE ILLUSOIRE OPINION COMME TOUTE CETTE CRÉATION, DONC TU N’ES PAS UNIVERSEL PUISQUE TU ES CONSTITUÉ D’UNE DIVERSITÉ QUI N’EXISTE PAS.
Régime républicain, tu es duel : un sujet et un objet, un observateur : toi, et un observé : tes citoyens, et l’inverse. Or, nous ne sommes pas DANS ton régime qui n’est qu’une opinion. Tu ne peux pas singer le Soi qui est nous, et nous nous sommes lui ; ton régime N’EST PAS à l’intérieur de nous ! (Sinon, c’est du lavage de cerveau, c’est robotiser un humain, le programmer…)
UN SEUL UNIVERSEL : ÊTRE est toujours UN, rien de relatif « n’est ». Rien n’existe en dehors du Soi. Donc DEHORS RÉGIME RÉPUBLICAIN, TU N’ES QU’UN EGO DE PLUS, UNE ILLUSION DE PLUS QUI N’APPORTE QUE SOUFFRANCE SUPLÉMENTAIRE ET DÉSOLATION. Avec l’annihilation de ta chère « raison » d'État de droit, tu disparais et tous les phénomènes avec toi, y compris tes banques…
Régime républicain, tu es non Uni-vers-EL (EL le Divin (1))
Par conséquent, quoi que certains puissent dire, la laïcité inhérente à ce régime républicain qui se bombarde « universel » EST une religion DU CAPITALISME (pouvoir d’achat à défaut du gigantesque mensonge « pouvoir du peuple » à la place de celui du Roi). C’est avec des « indivisibles » en quantité industrielle depuis au minimum les 10.000 ans de la voie de l’Agriculture que tous les êtres humains se tapent sur la gueule et s’éventrent ! Politisme doublé d’économisme, et de religions, sont des sources de souffrance et de désordre en évolutionnisme sans fin.

Vibration : de virer (agiter, brandir, lancer), mais aussi : TOURNER :
CHNOUPHIS/KHNOUM : « Oh Divin Chnouphis sur ton TOUR de potier, tu donnes vie à l’Argile ». ADN-Argile vibration…
Le Potier des Formes, le Logo manifesté, le mâle phallique qui féconde la Nature-Temps.
Chnouphis/Khnoum est :
1) le Potentiel
2) l’Ouvrier/Potier avec SES 2 MAINS (invol-évol…).

Ainsi, il n’existe qu’une Conscience, qui n’est pas né et demeure tranquille (« Reste tranquille et sache que je suis Dieu » (Je suis ce JE SUIS), et « rester tranquille » signifie « ne pas penser ».
La création provient d’une légère vibration. « C’est ce que Je suis. Je suis de la nature essentielle du pur espace. Je repose dans le Soi. Puisque j’ai surgi sans raison ni matière, on m’appelle Celui qui est né de Lui-même », ce qui donne une bonne définition du Dieu égyptien PTAH, par le Créateur au sein du Rocher (Yoga Vasistha : Le monde dans le Rocher). Les bandelettes qui enserrent Ptah symbolise le « j’ai surgi sans raison ni matière » et le fait : « Je n’ai pas du tout été créé et je ne vois rien [les bandelettes qui empêchent] ». ”Ce qui est vu ici en tant que toi et moi, et ce qui est perçu en tant que ce dialogue entre nous, sont comme deux vagues entrant en collision dans l’océan en rendant un son” (YV VI, 2-69). Nous sommes pareils aux vagues de l’océan, et ne différons en rien de l’océan de l’infinie Conscience. Nous ne sommes qu’opinions qui voyons le jour spontanément en ton sein. Cette dame qui se trouve ici et semble différente de l’océan n’a jamais été créée, n’a jamais vu le jour : elle n’est qu’une opinion, un concept, une vague du nom de pensée, ou un conditionnement psychologique », exprime le créateur au sein du Rocher.


IL N’Y A PAS DE CRÉATION, PAR DE BIG BANGISME.

Le Réalisé vivant qu’était Ramana Maharshi donne cette CLÉ de la Connaissance, synonyme du mot Conscience infinie : « L’étincelle de jnana [sagesse] consumera aisément toute création comme si elle était un immense tas de coton. Tous les millions de mondes échafaudés à partir de la faible (ou inexistante) fondation de l’ego, s’effondrent quand la bombe atomique de jnana leur tombe dessus… Savoir que rien d’autre n’existe hormis Dieu ou le Soi, que ‘je’ et ‘mien’ sont absents et que seul existe le Soi, est jnana ». (Ramana Maharshi, 22 novembre 1945, après-midi).

Nag Hammadi, Évangile selon Thomas (NH II, 2), Logion 66 : Jésus a dit : « Montrez-moi la pierre qu’on rejetée les bâtisseurs, c’est elle la pierre d’angle ».
Logion 67 : Jésus a dit : « Celui qui connaît tout en manquant d’une chose, il a manqué le tout ». On a là le parfait avertissement prémonitoire envers les transhumanistes et autres politismes et leur rêve d’immortalité ici-bas en stockant des informations pour en faire une singerie de la Conscience infinie.
Transhumanisme = désir de libération, parce que ces gens sont bourrés d’ego et donc de tendances (vasana). Tendances ou vasana = pratiques diverses dont la méditation mais sans parvenir à réaliser le Soi.
Quant à la Pierre d’Angle elle est bien-sûr le Soi « qui ne peut être perçue que lorsque le mental est prêt à abandonner la perception de la diversité, pas pendant qu’il est lié à pareille perception. À tout moment d’innombrables mondes existent au sein de mondes à l’intérieur de tous ces objets et éléments, comme s’ils se trouvaient dans ce rocher. Son apparence en tant que « le monde » est bien-sûr une illusion, car il est pure Conscience. Cette vision illusoire du « monde » disparaît pour qui en a compris la vraie Nature ; mais perdure aux yeux des autres », dit le créateur au sein du Rocher.

La Pierre ou Rocher.

”Temps, espace, matière, mouvement, mental, intellect, etc., ne sont que des parties de la Conscience, comme les parties du Rocher” (YV VI, 2-70). Seule l’infinie Conscience existe en tant que Rocher de conscience ; ses membres figurent les mondes. Cette masse de conscience se pense en tant que monde. Bien que dépourvue de début et de fin, elle croit posséder un début et une fin ; bien que dépourvue de forme, elle prend la forme d’un Rocher. Aucune matière ne subit de changements et de transformations. Ce ne sont là qu’apparences dans l’espace ou plan de l’infinie Conscience », dit le créateur au sein du Rocher.

De même l’espace ne se coupe pas avec un couteau, ne se divise pas comme l’indique le Verset 11 du Tao-tö king (nombre 11 celui du TAO ou Soi) :
Trente rayons convergent au moyen
mais c’est le Vide médian
qui fait marcher le char.

On façonne l’argile pour en faire des vases,
mais c’est du Vide interne
que dépend leur usage.

Une maison est percée de portes et de fenêtres,
c’est encore le Vide
qui permet l’habitat.

L’Être donne des possibilités,
c’est par le non-être qu’on les utilise.
(Trad. Liou Kia-hway)

Quant Tout devient infinie Conscience : ”Alors que les opinions commençaient à s’éteindre dans le mental cosmique du Créateur, au même moment la Terre, avec ses montagnes, ses continents et ses océans, commença à disparaître” (YV VI, 2-71). L’herbe et les arbres cessèrent d’être. La Terre est l’un des membres de la personne cosmique, le Créateur. Par conséquent, quand la personne cosmique en retira sa présence, la Terre cessa d’être ».
C’est alors qu’il existe un possible parallèle avec notre époque :
- Les scélérats sont brûlés par le feu.
- La Terre perd tout son charme et sa fertilité.
- Les femmes deviennent impudiques et les hommes n’ont plus de dignité.
- Les gens sont affligés par les couples de contraires (dualité totale et totalisante), auxquels, dans leur délire, ils s’étaient soumis.
- L’humanité est décimée à cause des inondations et de la famine, des guerres et des maladies de toutes sortes.
- À cause de la souffrance endurée, les gens sont devenus barbares et incultes.
- À cause de la soudaineté de ces calamités, les sages périrent et la Terre ne fut plus que désolation.
- L’eau vint à manquer, on se mit alors à creuser des puits profonds.
- Hommes et femmes entretiennent des rapports anarchiques et l’ordre social n’existe plus.
- C’est le règne du « Exploitez-vous les uns les autres », où règne du plus fort et du plus riche.
- C’est l’époque de l’injustice totale.
- Les dirigeants ou chefferie se drogues.
- Les dirigeants torturent les hommes de sciences et les saints.
- Les humains adoptent d’autres façons de vivres et d’autres croyances que celles qui leur étaient naturelles.
- Les hommes éminents deviennent violents et agressifs.
- Toutes les religions sont délaissées à cause de la paresse généralisée.
- Les villes sont réduites en cendre par le feu qui s’est déversé du ciel…
- Il s’en suit qu’il n’existe plus de saisons, elles sont complètement déréglées.
« C’est ainsi que l’élément-Terre en arriva à se détruire, parce que le Créateur s’était fondu à l’infinie Conscience », dit Vasistha, qui rejoint le Maharshi et ci-dessus sa réflexion du 22 novembre 1945.

Puis ce fut le tour de l’élément Eau de retourner par sa dissolution dans l’infinie Conscience. ”En s’agitant, l’eau dépassa ses propres frontières naturelles et les océans, transgressant leurs côtes, débordèrent dans toutes les directions” (YV VI, 2-71).
Les vagues gigantesques envahissent les forêts, puis submergent les montagnes. Affolés, les créatures aquatiques sont en pleine débandade.
« À un moment on eût dit que les montagnes riaient en découvrant leurs dents car, mises à nu par les immenses vagues, les pierres précieuses et semi-précieuses restées enfouies se trouvèrent exposées à flanc de montagne », explique Vasistha.

Comme le Créateur avait retiré sa conscience du monde, « les démons et autres furent lâchés pour ravager tout à leur guise ».
”Quand Brahma, le Créateur, retira son prâna (forces vitales), l’air qui se déplace dans l’espace abandonna sa fonction naturelle de mouvement dans l’espace” (YV VI, 2-72).
Sans prâna, les étoiles commencent à quitter leurs orbites comme des fleurs qui tombent des arbres ; les satellites naturels se désintègrent, etc. Les Dieux commencent à tomber comme des mouches.

QUI DIT CRÉATION DIT DUALITÉ : une naissance et une mort, avec un « truc » entre les deux.
« Au commencement, ô Râma, il n’y avait que la pure Conscience dont on ne pouvait dire si elle était existence ou inexistence. En son propre sein elle devint consciente d’Elle-même en tant que son Objet. Sans quitter sa position de Sujet, elle semble également devenir l’Objet. C’est le jiva [l’individu] d’où procède le mental, etc. [c’est moi qui souligne]. Cependant tout cela ne diffère en rien de la pure Conscience. Quand le mental pense « Je suis l’espace », il fait l’expérience de l’espace, bien qu’un tel espace soit inexistant. Le Soi ou pure Conscience est vide et immatériel. tant que perdure l’opinion d’un univers physique, la conscience en fait l’expérience comme s’il était réel ; lorsqu’elle le souhaite, elle dissout cette création qui alors arrive à son terme », explique Vasistha.

Absence d’ego = unité ou Libération (moksa) : « C’est la nature de Brahma. C’est ainsi que le monde existe en tant que Corps de Brahma, la personne cosmique. L’opinion qui voit le jour au sein de cette personne paraît être cet univers. Il est pur Vide ; en fait, il n’existe rien de tel que le monde ni rien qu’on puisse considérer comme ‘tu’ ou ‘je’. Dans la pure Conscience indivisible, qu’est-ce que le monde, et comment et par qui est-il créé, et avec quels matériaux ou la collaboration de quelles causes ? Il apparaît, mais ce n’est rien de plus qu’une apparence illusoire. Il ne fait pas davantage un avec l’infinie Conscience qu’il n’en diffère en rien. Il n’y a ni unité ni diversité. L’infinie Conscience indivisible est la Seule Réalité. Par conséquent, vis libre de tout conditionnement, en agissant spontanément et comme il convient à chaque situation », dit Vasistha.

À suivre…

[Voyage en cette dimension en compagnie de Vasistha (ou Vasishtha), un des grands Sages de l’ère du manvantara. Énorme merci à son traducteur le Swami Venkatesananda (1921-1982). Hymnes composés par Vasishtha dédiés à Agni (Igné-Inné…)]


Note.
1. Comme AL-QUIMIE = AL le Soleil EL (voir ci-dessous), principe Divin qui mit E ou tridents du E Trinité. Rassembler le Tout dans le Principe/Origine à partir de ce Principe/Origine.
La Bible : « Depuis le premier chapitre jusqu’au dernier, les traducteurs des livres sacrés des Juifs ont faussement interprété le sens des textes. Ils ont changé l’orthographe du nom de Dieu, comme le prouve Sir William Drummond. Ainsi EL, correctement écrit, devrait se prononcer AL car dans l’original il y a AL. Or,  d’après Higgins, ce mot signifie le dieu Mithra, le soleil, le conservateur, le sauveur. Sir W. Drummond montre que Beth-El signifie la maison du Soleil, en traduction littérale, et non de Dieu. « El, dans la composition de ces noms Chananéens, ne signifie pas Deus mais Sol » (note : W. Drummond, Œdipus judicus, p. 250). C’est ainsi que la Théologie a défiguré la Théosophie antique et la Science l’ancienne Philosophie (note : Les premiers Pères de l’Eglise et les théologiens qui les ont suivis se sont trouvés dans l’absolue nécessité de commettre ces pieuses fraudes. C’est évidemment parce que, s’ils avaient laissé subsister le mot AL tel que le donne l’original, il devenait trop clair, sauf pour les initiés, que le Jéhovah de Moïse et le Soleil étaient identiques. Les multitudes ignorant que les anciens hiérophantes ne considéraient le soleil visible que comme un emblème du soleil central invisible et spirituel, auraient alors accusé Moïse, comme l’ont fait d’ailleurs beaucoup de commentateurs, d’adorer les corps planétaires et, en un mot, de s’être rendu coupable de Sabianisme [Sabéisme ?]).
Faute d’avoir compris ce grand principe philosophique, les méthodes de la science moderne, quoique exactes, n’aboutiront qu’au néant.
(Isis dévoilée, de H.P. Blavatsky, page 70, volume 1)
 
 

Dernière mise à jour : 29-06-2018 00:49

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >