Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow MUR-BLANC
MUR-BLANC Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 23-12-2018 01:54

Pages vues : 639    

Favoris : 127

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Alchimie, Banques, Capitalisme, Catastrophe, Chan, Chimère, Christ, Circoncision, Confort, Corps, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Gratuit, Humain, Information, Innocence, Instant, Intérêt, Japon, Jardin, Juif, Klan, Langage, Liberté, Lucifer, Maux, Méditation, Mental, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Opinion, Orient, Pagan, Panique, Paradis, Phallus, Pierre, Porte, Puce, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Serf, Simple, Social, Soi, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Vérité, Vide, Vieux, Violet, washingtonisme, Yokaï

 
jardin_agrement_egy_gp1_450.jpg
 
 
MUR-BLANC
Première nome (province, pagan) de Basse-Égypte,
sanctuaire de Ptah, ville fondée par Ménès (mn)
et aussi nommée La-Demeure-du-ka-de-Ptah
(Her-ka-Ptah) ou encore
BALANCE-DU-DOUBLE-PAYS,
Ville de To-Tjenem (Père des Dieux, ”Dieu Aîné
de la Première fois”
)), prototype de Ptah.
Demeure possible : LE PAYS-DU-RIEN-DU-TOUT.
Ptah sera ensuite prototype d’Osiris qui
sera prototype du Jésus-Christ.
Mur-Blanc le pays du Blanc de l’Instant.

To-Tjenem ”Qui fait respirer les gorges, donne
de l’air à tous les nez” (Hymne à Ptah, pap. Harris I)



Page dédiée à tous les Internautes, en cette période proche de l’Instant (Noël), tragiquement la fête principale du capitalisme et de ses valeurs d’échanges. Période qui devrait être uniquement consacrée à voyager à MUR-BLANC : VRAIE PAIX OU SILENCE EN NOUS TOUS.
 
 
 
Dans Mon Pays ou Mon Pagan, je suis un Moujik (Paysan russe, Pagi), un Paisant ou Homme du Pais, du Pagus (contrée ou canton), à la fois une « terre ferme » ou région et à la fois sans région (comme l’indique le mot PAYSAGE) ni lieu géographique nécessairement temporel (à ne pas confondre avec les nomades Juifs et Hébreux de la Jacquerie Attali, singerie de Chasseurs-Cueilleurs!)
Mur-Blanc est synonyme de JARDIN, PARADIS ou TAPIS VOLANT.

Très tôt Mur-Blanc est ma Vraie Demeure, celle du triple monde (Veille-Rêve-Sommeil) qui n’est pas limitée comme avec des parties, et en tant que Blanc de l’Instant qui rassemble toutes les couleurs elle est aussi vide que l’espace et pareil au reflet d’une montagne dans l’eau. Mur-Blanc veut dire que le Soi ou Instant, le Ici et Maintenant s’y manifeste en vain, ou même parfois Il s’y manifeste nulle part, tant c’est la Demeure du Rien-du-Tout. Si dans Mur-Blanc on affirme qu’il n’y a qu’un Dieu, ON DIVISE, ON POLÉMIQUE. Mur-Blanc : Demeure où personne ne naît ni ne meurt. Même les « plus sages » ne savent l’expérience des trois mondes et encore moins de la création. C’est la Demeure de la Réalité même, le NON-NÉE et aussi vide sinon plus que « l’Espace ». Que signifie la chaîne des Montagnes du Mont Meru et autres ? sinon quelle indique la VACUITÉ NATURELLE DU MENTAL. De nos jours on remplit cette Sainte Vacuité par des saloperies du Big data ou « inform-ation ».

MUR-BLANC signifie qu’elle n’a pas de mur, puisque elle n’est pas limitée par l’espace-temps et sa géométrie-géographie ; de même que les Libérés vivants aperçoivent comme dans l’état de rêve (du Cœur au cou), les chaînes de Montagnes et les mondes aussi durs que le Diamant.

Comme le confirme Ramana Maharshi à l’entretien 398, nous ne sommes jamais séparé de Mur-Blanc, le CŒUR, LE CENTRUM CENTRI OU INSTANT.

Chez les profanes, l’état de rêve se déroule à partir des souffles vitaux (pranâ) ; alors que chez les Réalisés le rêve se déploie à partir de leur concentration dans le Centrum Centri (anahata).

À Mur-Blanc il n’y a pas d’images ou d’objets de consommation comme de nos jours, toutes ces choses qui attachent le regard ou les sensations liées aux cinq sens. Mais Mur-Blanc n’est pas un « pauvre pays ». Car percevoir ou tomber dans le Pour-Voir, c’est s’identifier (opinioner) et en même temps tomber dans l’ego : DENSIFIER LA SUBSTANCE, LA MATÉRIALISER, et ainsi AMPLIFIER L’EGO, LE FAIRE COMME ILLIMITÉ, et ce sera ce même mental qui se croit libéré à la fois de la naissance et de la renaissance comme le rêvent les transhumanistes des Juifs et Google et Cie., SERA LEUR PLUS GRAND ET MONSTRUEUX DÉFI : plus le mental est amplifié et plus l’ego sera fort et plus la tendance à l’égoïsme sera importante, d’où la démultiplication du sens de la démocratie. En raison de cette folie de création apparente, ce mental va engendrer la destruction de nombreuses formes de vie au sein de nôtre monde naturel.
Le représenté (spectre) ou concept mental en devient une « réalité propre » (un nom-la-forme), et c’est cette densité, CE TROUBLE, qui est appelé à nos jours : « réel ». De même qu’un enfant ajoute spontanément aux fictions d’un conte sa foi ou crédit-crédo-croyance. Ainsi le propre du mental fait représenter l’irréel comme réel, ou « solide », et ce mental qui ne se sent plus va « JOUER » sur son terrain de jeux qui s’appelle TERRE, LES JEUX DES INFINIES INTÉRÊTS ÉCONOMIQUES ESSENCE DE LA DÉMOCRATIE : les choses tôles-boulons-acier-verre-béton remplacent de plus en plus la surface de la Terre ; idem pour nôtre indifférence pour la vie qui nous entoure remplacée en un unique Faire/Fer DE LAÏCITÉ.

Selon le Yoga Vasistha le triple monde consiste seulement en l’union de quatre catégories : espace, temps, activité causale, et substance, sans qu’il y ait aucune différence d’essence entre le principe de l’ego et le monde (YV VIb 18, 32). C’est dire que le monde perçu par l’être humain est le produit de son mental, qui l’engendre selon certaines formes d’objectivation définissant les formes de l’inconscient collectif à partir de l’expérience (en quelque sorte les humains ONT PASSÉ CONTRAT ENTRE EUX, FORME DE GRÉGARISME). Spinoza dans Lettre XII à L. Meyer, dit que temps, nombre et mesure ne sont rien d’autre que des manières de penser ou plutôt d’imaginer, ce qui rejoint le formidable petit livre du professeur de science cognitive appliquée à l’Institut Ontario de recherche en éducation de l’Université de Toronto, David R. Olson, souvent cité dans le site : L'univers de l'écrit).

Si on sort de Mur-Blanc, on tombe ou on retrouve ce temps élastique ou TEMPS PHILOSOPHIQUE des Alchimistes : selon l’état mental et de sa pureté, un Instant peut paraître une « éternité », et à l’inverse un Instant peut durer selon le mental des inventeurs de la « vitesse de la lumière » (selon le grégarisme ou égrégore régnant).
Shakespeare dans Comme il vous plaira, Acte II scène II parle de ce temps élastique ou « philosophique », ce temps-opinion-fiction : « Le Temps voyage à diverses allures selon les diverses personnes. Je vais vous dire avec qui le Temps va l’amble [allure d’un quadrupède], avec qui le Temps trotte, avec qui le Temps galope, et avec qui il reste immobile ».

NOUS AVONS DONC PRÉSENTEMENT, DU MOINS DEPUIS LE CAPITALISME, DEUX TEMPS (voir depuis le roi Charles V qui en 1370 ordonne l’heure unique dans tout son royaume, et départ du mondialisme ; réf. J. Le Goff : Pour un autre Moyen-Âge) : LE TEMPS VULGAIRE (”extérieur”) OU CELUI DE LA PENSÉE UNIQUE OU CAPITALISTE, ET LE TEMPS PHILOSOPHIQUE (temps intérieur ou dépendant du mental devenu ”disque dur”). Ce qui rejoint le big problème humain de dualité : Individualisme-Collectivisme ou Moi-Individuel/Moi-Collectif.
En « voyage astral » un siècle d’expériences peut se dérouler en une journée…


Le temps n’a aucune existence absolue. L’actuel « horloge atomique », cet appareil de « mesure » de fabrication humaine est une pure opinion, UNE PURE SUPERCHERIE D’ILLUSIONISTE, UN PUR ÉGRÉGORE DIGNE DE CHARLES V EN 1370 : LE TEMPS DE L’HORLOGE ET DE LA PRODUCTIVITÉ INDUSTRIELLE ET TECHNOLOGIQUE, LE TEMPS DES OBJETS-OBJECTIVITÉ. Car pour « mesurer » le temps absolu et l’imposer au monde entier il faudrait être Dieu ou la Démiurge le Créateur !!! Ce qui rejoint l’espace et par là-même le vagabondage du mental : L’ESPACE-TEMPS IMAGINAIRE. Le philosophe Kant en arriva à estimer que l’espace-temps est une fabrication du mental : « La représentation de l’espace-temps est un acte du sujet lui-même et un produit de l’imagination ; mais ce n’est pas une représentation dérivée, c’est au contraire une représentation originaire [donc philosophique] ». Espace et temps sont des productions du mental et, par suite, ce sont des intuitions auto-créées ou auto-gérées, dit encore Kant (cité dans L’Idéalisme kantien, Vrin, 1972).

Le temps et l’espace ne peuvent qu’être des constructions du mental, comme le confirmera souvent Ramana Maharshi lors de ses entretiens précieusement consignés de janvier 1935 à avril 1939. Le temps ne peut qu’être un BIG DATA : une base de données construite sur des opinions, donc sur des MOTS ; et par contrat, par convent (judéo-maçonnique et grégarisme-égrégore) il va paraître réel aux yeux du monde vulgaire ou temps vulgaire.
Pour un mental purifié par la méditation, le temps sous forme duelle jour-nuit n’existe pas.
Le mental vulgaire fonctionne en séquence, en série : LA PENSÉE HUMAINE EST ÉVOLUTIONNISTE, SÉRIELLE, sa réalité est fluente comme un fleuve au flux rapide. C’est une dualité entre ce qui est stocké en mémoire (le passif) et l’extérieur (l’actif) : d’une part, la sédimentation des résidus de conscience ou mémoire « entassés », accumulés dans son « magasin » et par espace-temps, et d’autre part, la fructification de ces derniers qui passe de « la bouche-estomac » à ÊTRE DIGÉRÉS OU PARVENUS À MATURATION sous la forme de nouveaux actes de conscience qui vont alimenter leurs propres graines. Ainsi, nous avons un perpétuel vagabondage en retour par les actes de conscience qu’elle suscite mais qui réagissent sur elle, et nécessairement perpétuellement changeante, ce qui est le principe même de l’OPINION : CAUSALITÉ CIRCULATOIRE AUTO-ENTRETENUE, fonction essentielle de la conscience analysante, ET PRISON TEMPOREL.

Le propre du BIG DATA est de produire un monde et de la connaître par simple réflexion du soi (égotisme) sans avoir besoin d’aller à sa rencontre pour le connaître, l’humain n’apercevant en fait jamais ce qui EST, IL NE VIT JAMAIS LE SANS POURQUOI, DU MOINS DEPUIS DES MILLÉNAIRES MAINTENANT ! CAR DEPUIS DES TEMPS IL NE VIT QUE DES CHOSES OU PROJECTIONS OBJECTIVÉES (d’où la matérialisation judaïque de « fin des temps », cette forme de projection qui ne pouvait que produire le capitalisme et sa société de pouvoir d’achat.




EN DEHORS DE MUR-BLANC, DANS CE MONDE VULGAIRE.

Démocratie = opinion et objets marchands (DE RÊVES À EUX)

Si vous entendez le mot « DÉMOCRATIE »……. FUYEZ !
De nos jours, si vous entendez le mot « RIC »…. FUYEZ !
SINON, VOUS RISQUEZ DE DEVENIR UN PAUVRE, UN « SANS DENT » OU UN ÉDENTÉ.
Si vous vous abandonnez au jeu de l’imagination, dans le rêve ou la veille, c’est kif-kif, votre mental s’amusera nécessairement à transformer sans tarder une petite distance, telle celle des empreintes d’une vache, en une distance considérable comme le montre notre époque capitalo-républicaine et sa « CROISSANCE » (et sa ”vitesse de la lumière”). En d’autres mots vous sortez de Mur-Blanc à cause de votre mental ou conscience conceptualisante, celle qui calcule ou qui vagabonde, qui nomadise, et par là-même vous inventez l’espace, l’objet et vous devenez conscient d’autres objets entre vous-même et le dit objet, ou autre individu. Par exemple nous observons une maison avec des jumelles, nous amplifierons la distance et à la fois nous la raccourcissons par effet d’optique trompeur. Ainsi nous tombons dans l’espace-temps, dans lequel le vulgaire incline naturellement à voir la cause et l’effet, ou le signe de nos limites par le mental et ses cinq sens, donc HORS DE MUR-BLANC.


LIMITE : La tête ou raison sur un ventre qui marche en marché vers le marché, et de l’emploi, et de l’économie ; voilà l’humain des 10.000 ans du Néolithique.

La démocratie ne peut pas exister en dehors des objets en production-vente. La démocratie ne peut donc pas exister sans le DÉSIR et évidemment sans le mental ou « raison », si mise en valeur à l’événement des perruques poudrées ou travailleurs du chapeau du 18è siècle dit « des lumières », donc dans le sens des objets à vendre. Cette démocratie commence d’ailleurs sur les forums ou marchés d’Athènes en Grèce et à Rome pendant l’Empire.
La démocratie c’est l’échange en dualité vendeur-acheteur : LE CONTRAT OU CONVENTION. Ce n’est pas pour rien que les judéo-maçons spéculum ne se sentent plus avec leur Convent (grégarisme, assemblé, réseaux sociaux, « vivre ensemble » et surtout ÉCHANGE).

Démocratie = commerce, technique en furie allant avec industrie en furie, et peu importe le résultat concernant nôtre Vaisseau la Terre !!! (C’est donc un « échange » TRÈS limité).

Le « vivre ensemble » ou convent c’est L’AGORA DES OBJETS : ON RÉSEAUTE, ON FAIT DU SOCIAL, ON LAÏCISE EN LIBERTÉ D’OPINION, ON FAIT LES SOLDES POUR S’EN FOUTRE PLEIN LE VENTRE ET LA CERVELLE. Réseauter = politiser, se faire encarter dans un parti ou mouvement politique, se faire manipuler par la tête d’œuf du parti ou mouvement politique. Réseauter : se faire judéo-maçon dans une machine politicarde genre Grand Orient de France.

Agora ou Forum = ÉCHANGE D’OPINIONS, CE QUI NE FAIT QUE TUER CETTE DÉMOCRATIE MÊME PAS NÉE. (Voir la page Démocratie société du DÉSIR).

Charles V avait bien compris l’échange et valeur des marchandises pour instituer l’heure unique dans sa France, on était alors en pleine guerre de cent ans : BATAILLES DES TERRES MARCHANDES (la Bretagne anglaise…), départs de Jacqueries des Pagans qui voulaient abattre l’État…. Avec Charles V la démocratie s’installe durablement en France. Démos = acheteurs ou clients (du grec dêmos : peuple), et arrivé à maturation du CONTRAT (tout contrat ne peut qu’être échange commercial et d'opinions, COMMERCE = MARCHÉ-MARCHAND-MARCHANDISE, ET LÀ-DEDANS L’HEURE EST ESSENTIELLE AU MARCHÉ).

IL Y A DÉMOCRATIE QUE PARCE QU’IL Y A MARCHÉ-MARCHAND DES CHOSES, et « la république en marche » (LAREM) dans son nom énonce ce principe même du capitalisme (E. Macron a appris de bonne source chez les Rothschild… et nous subissons maintenant cette république des Rothschild… dont les gilets jaunes comme les Jacques de Charle V ne veulent plus).
LE MARCHÉ C’EST LE RÉSEAU DIT « SOCIAL », LA MODE ACTUEL DU SOCIAL EST UNIQUEMENT MERCANTILE ET LAÏCITÉ : liberté d’expression et d’acheter et de Pour-Voir.

DÉMOCRATIE = ÊTRES HUMAINS ASSUJETTIS AU FRIC/FLIC ET NÉCESSAIREMENT À L’ÉTAT (voir un de ses effets dans la courte vidéo ci-dessous).
La démocratie tout comme la laïcité ne sont absolument pas neutre comme elles le rêve. La démocratie n’est absolument pas le pouvoir du peuple de décider de son existence. Elle est l’anti Mur-Blanc le plus absolu ! Je répète : LA DÉMOCRATIE ET LA LAÏCITÉ QUI VA AVEC CE N’EST ABSOLUMENT PAS LE POUVOIR DU PEUPLE DE DÉCIDER DE SON EXISTENCE.

Le DEM ou DEMAINE renvoie à DOMAINE ou POSSESSION : du latin Demanium, Seigneur de fief, grand vassal ; et DEMAINEMENT est la conduite d’une affaire, ce qui découle de DEMANCHER (s’ébranler) et DEMANDER (demandare). (Réf. Glossaire de Du Cange). Dès qu’il y eut DOMAINE il y eut État ET VALEUR MARCHANDE. De nos jours de tout connecté on parle de « nom de domaine » à propos d’adresse internet comportant ce nom, cette identité. Depuis la DEM on ne produit plus le besoin vitale humaine ON PRODUIT UNIQUEMENT POUR LE BESOIN FRIC/FLIC (marché solvable). Donc la démocratie et sa laïcité ce n’est pas le droit pour les peuples de gérer leur vie et leur liberté de pensée, c’est la capacité des humains enchaînés par l’échange et sa valeur d’organiser ou d’administrer leur vie de prisonniers, d’esclaves de leur mental et de ce Fric/Flic.
DÉMOCRATIE = ESCLAVAGISME (surtout du temps où les humains ne connaissaient pas le moteur électrique et avaient besoin de beaucoup d’esclaves et de domestiques pour faire tourner les rouages de leur société).

La première fois que la démocratie est apparue en Grèce : le citoyenisme naissait et avec lui une part de soi-disant conduite de l’État (les élections). Citoyenisme à la grecque : le social sous forme d’associations à fond religieux et civique : compagnonnages ou hétairies, à ne pas confondre avec les associations politiques d’Athènes lors de la guerre du Péloponnèse. Quand on habite une cité on s’inscrit sur le livre du Dème, soit livre d’état civile. Formalité ayant lieu lorsque le jeune homme a 18 ans et est sanctionné par un vote des citoyens composant le Dème, les DÉMOTES : après avoir été inscrit, le jeune Athénien devient éphèbe : son nom officiel est composé de son propre nom suivi du nom de son père génitif et d’un adjectif (démotique) indiquant le Dème, certifiant sa qualité de citoyen ou résidant (il n’était donc pas un « vagabond » MAIS DÉJÀ UN TOUT-BÉTON).
ATHÈNES = ÉTAT : magistrature collégiale, constitution des tribunaux, division du corps civique et militaire, dont des mercenaires. EN BREF, C’EST L’ÉTAT QUI ENGENDRE LE CITOYENISME : RAPPEL À LA SOLIDARITÉ AVEC LES MEMBRES DE SON GROUPE ÉTATIQUE : « l’exercice du pouvoir » est partagé entre l’assemblée de citoyenisés et les magistrats ou ceux d’en haut de la pyramide étatique (ceux du « conseil restreint » ou oligarchique).

Bref, bien que le mythe du « pouvoir du peuple » ait la vie longue surtout depuis 1789, et bien qu’en théorie un humain atteint de citoyenisme ne puisse avoir mieux à faire que de s’occuper du gouvernement de l’État, cet État en sera livré comme maintenant, à ceux du sommet de la pyramide : une minorité d’urbains ou citoyenisés oisifs et tout confort qu’attirent le souci des « biens du peuple », ou le prestige d’un orateur ou l’appât d’une bonne indemnité, donc tous des WINNERS par rapport aux LOSERS restés aux pieds de la pyramide.(Réf. La civilisation grecque, de François Chamoux)

Dème : unité territoriale ou subdivision territoriale de la cité athénienne, créé par Clisthène. L’assemblée du Dème élit le Démarque, chef du dème, ON COMPRENDRA ALORS LA RÉACTION EN CHAINE DU DUALISME LE PLUS DUR. ON EST DANS LE TRIBALISME OU CLANISME ABSOLU. CLISTHÈNE : tyran de Sicyone atteint de pouvoir entre 600 à 570, et législateur athénien, dualisme entre politicards aristos plutôt de SPARTE. Évincé par Isagoras, il soulève le peuple, chasse le roi de Sparte Cléomène et rétablit la constitution étatique de Solon, en la modifiant dans le sens « démocratique ». SOLON : poète et législateur (donc anti-poète…) issu d’une grande famille sans le sou ; son opinion est la première œuvre littéraire d’Athènes qui soit parvenue jusqu’à nous.
Les Anciens Grecques copiant, comme les Hébreux-Juifs, sur les Anciens Égyptiens, il est à craindre que le sens du mot PAGAN soit atrophié pour effectivement devenir un Dème dans le sens mercantile et utilitariste des Grecques. Par exemple, si un Dème a plus de 10.000 citoyenisés, c’est déjà l’État et son pouvoir.

La démocratie étant à l’origine déjà un cadavre, en modernisme et en tout connecté de technologie de la fée électricité, il faut la déguiser en « démocratie directe » pour masquer la démocratie représentative total spectre maintenant : déshabiller Paul pour habiller Pierre… ce qu’effectuèrent réellement les Juifs bolchéviques dans leur institution du Goulag.
Démocratie directe = retour à la case Athènes… 1830, 1842, 1848, Commune de Paris, 1917, 1936, 1968, le social-jacquerie face à la marchandise de la capitalo-république n’est qu’un big grégarisme toujours enchaîné au boulet de la City de Londres, SOIT GÉRER L’ORDRE OU ADMINISTRATION DE L’ARGENT (voir le phénomène du Bitcoin qui ne fait qu’amplifier l’ego et surtout amplifier la virtualité de la vie… amplifier le tout connecté typiquement marchand-marché-agora… amplifier le phénomène de laïcité qui peut s’apparenter au « logiciel libre », par rapport à la saloperie « droit d’auteur » ; ce sera toujours de la division à n’en plus finir).

Fernando Pessoa l’a bien montré dans Le banquier anarchiste : chaque fois qu’il y a une crise sociale, chez les groupes de contestataires apparaissent des forts en gueule et en concept mental pour proposer D’AUTRES ISMES, D’AUTRES SYSTÈMES DANS LE GENRE « DÉSHABILLER JACQUES POUR HABILLER ISAAC », et le RIC est un autre tour d’illusioniste. RÉGULER LES ISMES, IMPOSTURE DE TOUTES RÉVOLUTIONS ; comme souvent écrit, et comme c’est naturellement lié à l’ego ou mental :

« En cherchant si le mental existe ou non, on s’aperçoit qu’il n’existe pas. C’est là le contrôle du mental. Autrement, si on admet l’existence du mental et qu’on cherche à le contrôler [à le pointer, à le Pour-Voir ou à l’administrer], cela équivaut à obliger le mental à se contrôler lui-même, à l‘instar d’un voleur se transformant en policier pour procéder à sa propre arrestation. De cette manière, le mental continue à subsister, mais échappe à lui-même ».
De la même manière, « Chacun connaît le Soi [ou l’Instant], et pourtant ne le connaît pas. Étrange paradoxe ». (Réf. Ramana Maharshi, entretien 43).


Toute l’histoire du mouvement ouvrier a connu des palanquées de RIC ou des mirages « assemblées constituantes »…. Jean Coulonval en parle dans Synthèse et Temps Nouveaux. Le système capitaliste fera tout pour se maintenir en vie et luttera contre les tombereaux de mirages proposés par les ignorants ; au mieux il fera croire à des possibles « négociations » donc il fera croire en sa démocratie ou religion de « liberté d’expression ».
Quel est le rapport de nos vie dans ce système de marchandisation ou régime républicain ? ce questionnement fout la panique au régime. Les boîtes à idées ou opinions déposées en mairie sont du tout confort pour le régime, c’est de la parlotte  pour Paul habillé en Abraham qui peut durer en permanence et assurer le tout confort de l’État. De nos jours le régime n’a qu’un allié : l’ennemi de l’intérieur, évoqué par le Banquier anarchiste de Pessoa. Charles Maurras, Pierre Kropotkine, Clémenceau appelaient en 1914 à « l’union sacrée », singerie du corps mystique et plutôt appel à la chanson « Faut qu’ça saigne ». LE PIRE ENNEMI NE PEUT QU’ÊTRE DANS NÔTRE PROPRE PAYS OU AU SEIN MÊME DE NÔTRE GROUPE (ce qu’explique Le banquier anarchiste). ET QU’ELLE EST CET ENNEMI ? L’ÉTAT ÉVIDEMMENT ET SA TYRANNIE FINANCIÈRE. Fernando Pessoa montre bien que torpiller un mouvement de contestation se fait DE L’INTÉRIEUR, PAR DÉPLACEMENT DU PROBLÈME, DONC PAR DIVISION, PAR DUALITÉ. Le débats va donc non pas porter sur le fondement de l’être humain, mais sur des imbécilités d’administration que peuvent être les contrats usine à gaz « constitution » ou « assemblée constituante ».

   
Si vous entendez le mot CITOYEN…. FUYEZ !
Si vous entendez le mot « DÉMOCRATIE »……. FUYEZ ! OU PASSEZ À L’ACTION, LA NÉGOCIATION-OPINION AVEC L’ÉTAT C’EST TERMINÉ. Car la démocratie est le principe tyrannique du capitalisme. Tous les membres de l’étatisme républicain de tous pays qui se bombardent « république », ont ce mot là au fond de leur gorge ; et dans ces membres esclaves de l’État, surtout en France, il y a bon nombre de judéo-maçons spéculum du GODF.
PLUS UNE STRUCTURE ÉTATIQUE EST DÉVELOPPÉE ET PLUS ELLE FAIT INTERVENIR LA DÉMOCRATIE : C’EST VITALE POUR LE PRODUCTIVISME DE L’ESCLAVAGE ABOUTISSANT À UNE AUTO-GESTION DE L’ESCLAVAGE, CE QUE LE CAPITALISME APPELLE « RESPONSABILITÉ » OU « AUTONOMIE », OU ÉGALITÉ, FRATERNITÉ, LIBERTÉ
Sous la démocratie grecque, il y avait la division : citoyens-esclaves ; chez nous, L’UNIFICATION EST ACCOMPLIE : TOUS LES CITOYENS SONT DEVENUS ÉGAUX ET ESCLAVES (les machines remplaçant les domestiques qui lavaient au lavoir le linge et les esclaves qui faisaient de même).
Le citoyenisme est la forme achevée de l’oppression dans une auto-gestion directe par l’esclave ou citoyen lui-même, puisqu’il est désormais le « roi » à la place de celui auquel le régime à coupé la tête pour la remplacer par le CHEF suprême : l’argent et la « responsabilité » (appelez ça aussi : POUVOIR D’ACHAT).
LA DÉCISION OU OPINION (le choix) EST PAR ESSENCE L’IMPOSTURE ET PRINCIPE DE LA DÉMOCRATIE : DÉCIDER DANS UN RAPPORT SOCIAL ALIÉNATOIRE DE CE QUE VEUX LA CONSTITUTION ET LA DÉMOCRATIE PAR ESSENCE : C’EST L’ESCLAVAGE : QUI DOIT SE DÉSHABILLER POUR HABILLER SIGMUND ? ou mieux, QUI DOIT SE FAIRE POLICIER POUR PROCÉDER À SA PROPRE PROCHAINE ARRESTATION ?

La démocratie est la décision des humains aliénés en la valeur d’échange : ils cherchent à administrer en tout confort leur esclavage. Aucune révolution ne voudra abolir l’argent, le salariat et l’État, l’URSS de 1917 ne supprimera pas l’État mais l’amplifiera au centuple ! Idem chez Pol Pot ou chez Castro ou chez  l’halluciné et inquiétant Guevara.



Au Pays du régime Capitalo-républicain et de sa « démocratie ». Va y avoir de la bavure Fric/Flic…. « Faut qu’ça saigne ! », comme dit la chanson contre les carnivores et les capitalistes et contre leur trinité armée-police-justice…
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 23-12-2018 03:35

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >