Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Seuil et Xatemme
Seuil et Xatemme Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 01-02-2020 00:32

Pages vues : 509    

Favoris : 74

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Accident, Alchimie, Allégeance, Banques, Bouche, Capitalisme, Catastrophe, Chimère, Christ, Circoncision, Conflit, Confort, Conscience, Corde, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Duoversel, Eau, Ego, Fétiche, Gratuit, Grégaire, Guerre, Humain, Ignocratie, Information, Innocence, Instant, Intelligence, Intérêt, Japon, Jardin, Juif, Langage, Langue, Liberté, Lucifer, Marsyas, Matrice, Maux, Méditation, Mental, Messianisme, Migrant, Morale, Mort, Mot, Narcisse, Nature, Nihilisme, Occident, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Phallus, Pied, Pierre, Poids, Poisson, Porte, Privilège, Puce, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Tautologie, Temps, Trouvère, Vérité, Vide, Vieux, Viscères, washingtonisme, Xatemme, Yokaï

 
 
 
Seuil et Xatemme
 
 
COMMENT VOULEZ-VOUS OBTENIR LA « LIBERTÉ » OU LE SALUT… POUR VOUS SEUL ? (1)
C’EST IMPOSSIBLE, SAUF DANS LE CAPITALISME-LIBÉRALISME ET SA DIMENSION DU MARCHÉ ET SA FIÈVRE DE L’ÉGALITÉ AFFÉRENTE.


Voir aussi les pages :
Xatemme : à l’infini
Xatemme et Lankâvatâra
 
Les idées fausses qui chassent les idées fausses, n’est-ce pas ça qui construit l’extra-ordinaire de la Vérité ? et son Paradoxe ? Bref, la Seule Vérité valable se résume à un mot : INTÉRIEUR (étymologie de entrer [Seuil, voir plus bas]), TOUT uniquement DANS le mental. Intérieur qui s’éclaire de deux niveaux : le Soi et le relatif, donc le ‘Je’-‘je’, accompagnée de la Trinité (Circulus) accompagnée de mots/maux servant de VAISSEAU ou de PONT du Pontife jusqu’à la fin de la traversée où tout s’écroule en une merveilleuse absence de principe d’où le principe a jaillit pour connaître sa belle mort.

Le Pentatemme était la partie « immergé de l’iceberg », ailleurs se trouverait le Xatemme : à l’infini.
1 - Infini entre oui et non.
2 - Infini entre ni oui ni non.
3 - Infini entre ni non-oui et ni non-non.
4 - Circulus par le 5 :
5 - Les quatre sont en circulus entre eux à l’infini, source du Zéro indien qui dépasse la totalité des paradoxes possibles.

ou :
1 - La Réalité est une (monothéisme).
2 - La Réalité est multiple (diversité… marchande).
3 - La Réalité est une et multiple (le « uni dans la diversité », du slogan de l’Union européenne, cette entité mercantile).
4 - La Réalité n’est ni une ni multiple (nihilisme).
La plupart des humains font dans la thèse, genre seule existe la Liberté, fabriquant ainsi son contraire : la soumission ; de même qu’affirmer que seule existe la Matière c’est fabriquer son contraire : « atomes, ondes, vibrations, esprit, essence, fantôme, probabilité, etc. » Ce qui sera de la bonne bouffe à opinion parce qu’il se trouvera toujours quelqu’un pour s’opinioner à prouver le contraire. Si vous affirmez une chose, en dualité winner-loser il se trouvera toujours un individu pour affirmer un jour son contraire et alimenter ainsi une chaîne sans fin de causes et d’effets.

Dans le 5 du Xatemme se trouve une seule Réalité au-delà de toutes les opinions car DANS l’Ici et Maintenant unique et transparent résumant-incluant les 5 parties du Xatemme : l’Inconcevable par le mental, l’Absolu Réel, l’Instant.
Le 5 du Xatemme est comme le SEUIL : pas de but à atteindre, on reste ENTRE-DEUX : NI DÉFINITIF, NI RATIFIÉ, NI ACCEPTATION, NI RENIEMENT (rejeter quelqu’un c’est rejeter son adhésion ou son social, mais se placer sur le Seuil c’est se mettre sous la protection du maître de la maison).
SEUIL = ENTRE-DEUX, « FRONTIÈRE » SANS ÊTRE FRONTIÈRE, et participation de la PORTE : PASSAGE, INVITATION À FRANCHIR (aller vers un au-delà).
Dans la Tradition le Seuil est intouchable, sacré ; il faut prendre garde à le franchir d’une enjambée, sans que le pied ne le souille. On se prosterne devant le Seuil. Coutume étendue au Seuil de la maison familiale et de la tente en Asie centre et en Sibérie.

SEUIL = « Aller vers l’obscur et l’inconnu par ce qui est plus Obscur et Inconnu encore », dit la devise alchimique, ce qui correspond à la Connaissance transcendante : « Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil est ainsi », exprime le mantra à la fin du Sutra du Cœur de la Connaissance transcendante ET MÊME CATÉCHISME QUE LA DEVISE ALCHIMIQUE : « Gate gate pâragate pârasamgate bodhi svâhâ » Grande Formule de l’Éveil.

Le SEUIL a toujours un GARDIEN, ET POUR CAUSE QU’IL N’Y A PAS DE CAUSE ! COMME IL N’Y A PAS DE « LIBERTÉ » SANS AUSSITÔT INVENTER SON CONTRAIRE ET FAIRE COMMERCE DE CETTE DUALITÉ LIBERTÉ-SOUMISSION. Comme le Seuil, le Gardien ou Dragon est neutre : ni bon ni mauvais, mais il reste accordé selon l’état de celui qui l’aborde…. Le Serpent est souvent un Gardien du Seuil.
Les Gardiens du Seuil veillent à une possible Réalisation du Soi.
Se rappeler de l’expression : « Il faut montrer patte blanche », le Blanc de l’Instant ou Ici et Maintenant, Le BLANC DE LA RÉALISATION DU SOI, LE BLANC-VIDE EFFRAYANT DE LA PAGE BLANCHE, ce qu’exprime le christianisme par « dépouiller le vieil homme » pour le revêtir de l’Homme nouveau (mais pas "l'homme augmenté” des Juifs Google).
Le Seuil correspond au VASE du Saint Graal. Voir le pur Galaad devant qui toutes les portes s’ouvrent et pour qui tous les gardiens du Seuil disparaissent pour le laisser traverseR ce Seuil, ces Seuils-Portes.
SEUIL = FLUIDITÉ ET TRANSPARENCE, AUCUN BUT À ATTEINDRE ; LE SEUIL EST UNE INVITE.

L’INVITE DU SEUIL, CETTE « PORTE DU SIMULTANÉ » (FRACTAL : chaque phénomène, ensemble avec tous les autres, les contient tous et résonne avec tous).
« Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil est ainsi » : Sentier, Chemin, Sentios, Sentinus en gaulois, du vieil irlandais sét, pluriel séotu, de sentu (chemin, voie), etc. Marcher : Thème kengh- (marcher).
Voir cingues (guerrier) et cingid en vieil irlandais : il avance, il marche en avant. Allé, allé : matéo (fouler), Mantoue (en Italie)…
A-Me : départ = arrivé : pas de mental mais Maât (direct, spontané, atemporel) : le Vrai ou Original ne se donne à con-naître qu’une fois « FEU » (pas de copie).
La vie, ou quoi faire sur le pont d’Avignon ? Mais danser pour la queste de sa propre identité : le « Connaître toi-même par toi-même », soit connaître ou naître avec : le non-identifiable ou non-dualité.
FRACTAL : Tout dans l’Instant, tous processus issus d’autres processus comme l’effet dominos ou sucres où chaque sucre individu s’incorpore avec son suivant dans la mesure où il résonne nécessairement avec chacun de TOUS LES SUCRES et les RÉFLÉCHIT (miroir) absolument.
Cette production en effet domino ou sucre, et dans les deux sens, est la nature même de tous les processus du Seul Réel (observé à l’hôpital sur le bras de mon père une heure avant sa disparition de cette dimension : l’effet domino ou sucre filant sur son avant bras et assez lentement pour que j’en prenne conscience, c’était un de ses ultimes courants nerveux qui allait cesser une heure après). En conséquence, toutes choses peuvent être perçues selon ce formidable effet sucre ou « production corrélée », comme si les choses ou sucres-dominos obéissent à ce même O-céan d’Eau Primordiale, mais chaque sucre ou domino conserve son individualité (Inné-Igné) qui alors s’appelle ÉVEIL, soit UN SEUL ET MÊME RÉEL, mariage parfait du ‘Je’ et du ‘je’.

SEUIL (Suel [solum], Sol, Suele, Seule : poutre, solive ; G, de Ground) = LE CINQ DE L’XATEMME : INTÉGRATION NON CONTRADICTOIRE DES 4 AUTRES PARTIES OU DEGRÉS. (De nos jours le mot « seuil » se réduit à une « barre »).
SEUIL =  même Thème que METTRE À LA MASSE (le G de Ground et de la note de musique Sol et déploiement de la game à partir de la clé de Sol. Sol ou base de la Terre, le G de Glèbe et Geb…).

Le Seul Réel : ce qui EST, non trompeur, sans masque, sans f(r)ictions, sans opinions ou interprétations (HOTC Histoire-Opinions-Temps qui coule), le non-mensonge aussi rare que l’Or métal. Ce qui Est = PRENDRE LES CHOSES DE FAÇON SPONTANÉE, COMME ELLES SONT, SANS SE « RACONTER D’HISTOIRE » OU SANS OPINIONER DANS LE TEMPS.
Tout ce qui est du Seul Réel rejoint le « Gate gate pâragat…. » de l’Éveil, car aucun mot, aucun mental ne peut l’appréhender par une « réalité ordinaire ». PARADOXE puisque c’est cette réalité ordinaire qui engendre le Seul Réel apparaissant à l’être humain réalisé délivré de toute souffrance et de toute ignorance.

Le Seul Réel est ce qui paraît impossible aux humains de cette époque des 10.000 ans du Néolithique et de la voie de l’Agriculture. Ces humains ont besoin des « spécialistes » qui leur fabriquent du merveilleux. Ces humains ne savent plus « réaliser le Réel » c’est d’ailleurs pour cela qu’ils parlent « d’éveil » pour échapper aux pires effets de l’ignorance : la souffrance.
Comme l’indique le « Gate gate pâragat…. », ce n’est qu’une INDICATION, concernant un mental pur, sans pensée, ni même sans rien de spirituel, car ce mot y invite son contraire comme l’invite aussi laïcité et son contraire.

Sans frictions et fictions tout est pur et réel dans le VIDE : ALORS, QUEL ÉVEIL CHERCHER ? En inventant le concept d’éveil on invente nécessairement son contraire : sommeil, abrutissement, engourdissement, ignorance, etc.

FRANCHIR LE SEUIL = RETOURNEMENT DE LA LUMIÈRE (Inition [qui donnera initiation] ou CE QU’ON A SOUS LES PIEDS, ÊTRE BIEN DANS SES POMPES, OU DANS SON JUS) : retour à la Conscience infinie issue du Réalisé vivant. « Retournement » parce que la Lumière (LA PREMIÈRE FOIS ou PREMIÈRE PIERRE) n’est pas quelque chose à acquérir à l’extérieur, même si des textes appellent « acquis de sagesse » un certain espace recouvré à mesure que les pollutions du mental cessent. Le Retournement de la Lumière signifie simplement la constatation ou l’éveil au Soi ou à l’Ici et Maintenant, l’Instant.
Ce « Retournement » est aussi du Thème que Seuil : le paradoxe de la Réalisation comme si c’était un Seuil « impénétrable ». Le Seuil ou « l’entrée dans l’impénétrable » si impénétrable que le Seuil est gardé par un Dragon ou un Serpent.

Renvoie aussi au Pays du Rien du Tout de la page précédente : Ainsi-Venu en non-dualité, la Dimension absolue : le Soi ou substance première de tous les êtres, même « avant » l’Eau primordiale.

EAU PRIMORDIALE = CE QUI EST, LE SANS POURQUOI OU LA SUPER TAUTOLOGIE « JE SUIS CE JE SUIS » : de par leur EST source de leur ZÉRO INDIEN, les choses tissent entre elles des liens (énergie du Zéro) en formant une « dimension-vague » où le principe absolu et les faits relatifs n’entrent plus dans la tyrannie de l’opinion (plus aucune contradiction). En d’autres mots : Tout être humain doit d’abord faire société avec lui-même, au plus intime de son être, avant de se lancer à faire société avec les autres. Des relations sociales réelles ou authentiques ne peuvent avoir lieu qu’entre personnes réelles ou authentiques. Autrement, ça donne le chaos actuel et les « réseaux sociaux » et la tyrannie de l’opinion…

Ainsi, dans le EST de l’Eau Primordiale, les choses naissant en interdépendances tels les sucres ou dominos dans l’effet domino, les sucres ou choses ne naissent à proprement parler. Ce Sans-Naissance imprègne chaque choses et chaque chose le partage avec toutes les autres, ce qui traduit le Pays du Rien du Tout ou Dimension absolue : les choses relatives ne s’opposent jamais les unes les autres et jamais ne se contraries.
Correspond au ‘Je’, le Soi, et au ‘je’ l’ego actuel si limité puisqu’il se définit par rapport à un ‘toi’, qu’il est donc limité par ce qui le différencie de ce ‘toi’. La théologie chrétienne exprime cela en disant qu’il ne peut y avoir qu’un seul Dieu car, s’il y en avait deux, chacun serait limité par ce qui le différencie de l’autre et ne serait donc pas infini. Il en va ainsi du ‘je’ de chaque individu (consommateur…) qui ne peut pas être un Tout, un infini.
Mais le ‘Je’ vécu dans l’O-céan (ici, dedans), dans le VIDE, le PUR, ne sera plus un ‘je’ déambulant cahin-caha aux côtés d’autres ‘je’ comme actuellement, comme il ne sera plus perception d’une collectivité et nécessairement de son contraire une individualité. Il sera au-delà des accidents et de la dualité unité-diversité. Ce ‘Je’ est évidemment la non-différenciation entre le sujet et l’objet qui efface la dualité moi-individuel/moi-collectif, cette division moi-autrui qui ronge les êtres humains depuis le Néolithique. Ce ‘moi’ inventé UNIQUEMENT POUR FAIRE DU COMMERCE, DONC POUR POSSÉDER, POUR POUR-VOIR…..

EAU PRIMORDIALE, TRANSPARENCE : dans cette Dimension absolue ou ‘Je’, pas d’opinions ou de contradictions chez les ‘Je’ relatifs : les EST, s’intègrent les uns les autres d’abord du fait de leur commune Essence : le Vide, le Soi, ensuite parce en ce Vide, l’un est multiple et le multiple est l’un (absence du dilemme moi-individuel/moi-collectif), de même que le grand et le petit se contiennent l’un et l’autre et que chaque Instant se trouve en permanence en Zéro Indien… EN RÉSUMÉ ÇA SE TRADUIT PAR LE BLANC DE L’INSTANT : Lumière du Vide exprimant la Dimension absolue ou Pays du Rien du Tout (« dimension » pouvant s’exprimer par un TORE…).

Le Seuil est aussi insaisissable que le Soi ou Ici et Maintenant : dans la course d’Achille et la Tortue, figurant le Paradoxe de la Réalisation du Soi, ou : « on ne possède pas l’Instant », ou « Il n’y a pas de but à atteindre », car le but n’existe pas, le Ici et Maintenant ne sera jamais atteint puisqu’il est « là-bas », et qu’aucune route ou espace-temps ne mène à cet ici. Dans sa course, Achille ne rattrape jamais la Tortue, car il n’atteint jamais d’abord que le point où ÉTAIT la Tortue, et il a toujours à atteindre le nouveau point où elle EST, qui devient le point où elle ÉTAIT.

Le ‘Je’ et le ‘je’ forment dualité. Et paradoxalement le mental ne peut s’identifier sans tomber aussitôt dans la dualité sujet-objet, comment trouvera-t-on ce qui est introuvable ? en plus que c’est nôtre état naturel ? C’est-à-dire comment trouve-t-on ce qui n’est pas l’ego ? FAUX PARADOXE puisque celui qui voit l’Essence des choses du ‘moi’ ne fabrique plus de dualité et accède à la non-dualité sans même le savoir. Car forme et vide sont duel. Une forme par essence est naturellement vide, comme le blanc de l’Instant et de la page. Idem pour les sensations et les consciences (idéation). ESSENCE DE LA CONSCIENCE = LE VIDE ET LE ZÉRO INDIEN EN DILATATION INFINIE.

Cessation du ‘je’ = cessation de la personne ou ego : celui qui par Retournement de la Lumière voit l’apparence réelle de la personne ne croit plus à la personne ni à sa cessation, comme pour la « liberté » il ne fabrique pas aussi son contraire. Ainsi la personne et sa cessation d’état de personne ne sont point une dualité comme winner et loser. Rester dans cet état je l’appelle FLÉAU, l’état naturel (Fléau parce que ça fait un moment que ça fait PANique…).
FLÉAU comme pour le non-reflet dans le miroir : le ‘moi’ et l’autre forment dualité, mais celui qui a conscience du Seul Réel ne produit pas le reflet face à une autre miroir clair. « Que peut-on trouver dans un tel reflet ? Le pur akasha [éther, ou Lumière de la Conscience]. De même, la Félicité reflétée du jnâni [Sage, Bienheureux] représente la véritable Félicité (ânanda).
Ce ne sont là que des mots. Il suffit que la personne devienne antamukti (tournée vers l’intérieur). Les shâstra [écritures sacrées] ne présentent pas d’intérêt pour ceux dont le mental est tournée vers l’intérieur. Ils sont destinés aux autres ». (Ramana Maharshi, entretien 513 du 16-9-1938)
« Que peut-on trouver dans un tel reflet ? » dit le Maharshi : le Rien du Tout, le rien dire de la moindre chose, en conséquence n’en rien expliquer, n’en rien montrer, n’en rien connaître, n’en rien demander ; bref, NE PAS OPINIONER AFIN DE PERMETTRE D’APOCALYPSER OU RÉVÉLER DANS LA FÉLICITÉ NATURELLE !


Note.
1. TOUT est lié et délié (Inné-Igné). Ce « salut » pour soi (jouxté nécessairement aux « autres »), pour « sauver » son ego est une monstruosité inhérente au régime capitalo-républicain et mercantile, et entre dans la dimension actuelle de la dualité guerrière des contraires comme winner-losers, comme le « bien » et le « mal », on en arrive facile au pyrrhonisme et des biens qui sont bien pour les uns tout en n’étant pas bien pour les autres qui eux aussi achètent du bien qu'ils croient bien : pyrrhonisme ou rationalisme en forme de doute ou scepticisme censé déboucher sur la Félicité ! Comme si l’égale valeur ou l’équilibre des contraires devait être positif… On en a un exemple chez Jacob Boehme, par exemple l’enfer est un mal pour les Anges, car ce n’est pas leur pays d’origine ; et l’enfer sera un bien pour les démons puisque c’est leur pays d’origine (De la Signature des Choses). Les Semblables par les Semblables…. Mais chez Boehme en contraire d’un genre de winnerisme qui serait autant winner pour les uns, ou aussi peu, que le winnerisme des autres ; histoire de couper des cheveux en quatre…….
Dans le problème des contraires et des semblables, l’analogie est « casse-gueule » ou source de grosses confusions…
 
 

Dernière mise à jour : 01-02-2020 01:25

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >