Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Le Vrai Progrès
Le Vrai Progrès Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 19-11-2020 22:35

Pages vues : 439    

Favoris : 16

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Accident, Alchimie, Allégeance, Banques, Bêtise, Bouche, Capitalisme, Catastrophe, Chaos, Chimère, Christ, Commodités, Conflit, Confort, Conscience, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Feu, Foi, Gratuit, Grégaire, Guerre, Haine, Humain, Histoire, Image, Information, Instant, Intelligence, Intérêt, Jardin, Juif, Karma, Langage, Langue, Liberté, Matrice, Maux, Méditation, Mental, Messianisme, Mieux, Morale, Mort, Mot, Mystère, Narcisse, Nature, Occident, Opinion, Orient, Panique, Panoptique, Paradis, Pied, Pierre, Poids, Poisson, Porte, Privilège, Puce, Religions, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Serpent, Sexuel, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Tautologie, Temps, Vérité, Vide, Vieux, Virus, Yokaï

 
tore_couleurs_amourdivin.jpg
 
 
Le Vrai Progrès
n’existe que dans la personne et par la
personne : le non-ego :
PER-SONNE : parce que je serais débarrassé
de toi, de l’autre, alors je serais libre de
me RETOURNER DANS LA LUMIÈRE (1), pour vivre
en Harmonie avec la nécessité cosmique,
libéré des conflits qu’engendre sans arrêt
cette démocratie marchande et de ses marchands
qui imposent leur masque, donc libéré des
souffrances qui me sont tombés dessus dés le
berceau à cause de tes frictions et fictions.
Je serais alors libéré de la relativité,
libéré de l’autre et de son social collant.
 
Le masqué de persona et covid est incapable de
comprendre que VIVRE, ou EXISTER, comporte le
concept de dualité, et de temps, car tout
opinion et concept sont fabriqués par la
dualité sujet-objet avec l’idéation :
alors que ÊTRE est toujours dans l’INSTANT
dans le SPONTANÉ, c’est-à-dire dans LA NON
POSSESSION, AUCUN CALCUL TOUS LES CALCULS.
Or depuis des siècles Nous sommes dans
L’AVOIR ET DONC L’EGO (du « votre ceci,
votre cela…»
)
Rien de duel ou relatif n’est : le Vrai
cesse d’être vrai dès qu’il est vu :
LE RELATIF DE SITUE DANS L’AVOIR DU
SUJET ENVERS SON OBJET, ou DU DEHORS
ENVERS SON DEDANS (ou l’inverse).

Ce « vu » par l’autre, de ce masque SOUS,
ou SUR LE NEZ, peu importe car purement ARTIFICIEL,
n’est qu’une fiction hollywoodienne construite avec
la mémoire et dualité cause-effet issue de
l’environnement DEPUIS UNE NAISSANCE.
Dans ce concept issue d’une conscience calculatrice,
analytique, l’ignorance de la Réalité est totale,
elle semble seulement une impermanence en forme de
petits bouts de machins souvent contradictoires
d’éléments de l’ego, faisant croire à une
persona-lité : une personne a-lité… privé de
son lit, pas dans ses pompes… Donc une persona
masqué, une personnalité, UN ROBOT, UN HOMONCULE
création de la SOUFFRANCE.

Si je devais ôter mon masque de l’ego ou de la
persona, à l’Instant où je me réaliserais,
où je me totaliserais, je mourrais dans l’Ici
et Maintenant de ma PERTE, PREUVE ÉNERGÉTIQUE
SUPRÊME ET PREUVE ABSOLUE DE MON EXISTENCE.

Souffrir, dans la Chute, n’est que la chaîne
sans fin de causes et effets sur laquelle et
au moyen de laquelle la persona crée son existence
illusoire et limitée par la croyance en cette
personnalité de f(r)ictions imposé à ce mental,
imposé à ce corps, surtout par le social grégaire.
S’identifier à l’ego = souffrance.
Pas besoin de virus et d’hôpital pour cela.

Le FAUX PROGRÈS : L’ACTUELLE TECHNOLOGIE DANS
SA TOTALITÉ (informatique, avion fusée, etc.), NE
REFLÈTE QUE LE MONSTRUEUX ORGUEIL ÉCONOMIQUE
DE LA MARCHANDISE DES MARCHÉS « WALL-STREET ».
CE PROGRÈS CHER AUX JUIFS (voir Attali : Les Juifs,
le monde et l’argent
) est destructeur DES MONDES
au possible.
CE « PROGRÈS » DE LA MARCHANDISE QUI ENGENDRE
VIOLENCES, GUERRES PAR CONVOITISES SANS FIN.


CIVILISATION = MATÉRIALISME ET LES MASQUÉS DOUBLES
(covid et persona) : les gens « cultivés » (dans l’urbain du béton) manquent de la plus élémentaire civilisation ! Civiliser veut dire « rendre poli » comme l’âge de la pierre polie ou âge tendre, caressé, celui de la souplesse du pinceau alors que la pierre taillée est l’âge de la dureté, l’actuel âge du fer et l’âge du feu de la thermodynamique qui explose, cisaille (la brute casse et frappe le silex, il ne le taille pas). Pierre polie = frottement et donc caresse et sexe….

L’âge de la Pierre taillée c’est la division État en haut et masses des peuples en bas ; la division en winners-losers.
Une civilisation essentiellement UTILITAIRE, donc productiviste avec naturellement une naissance et une mort ; tout ce qui est fabriqué artificiellement a une date de péremption….

Deux citations empruntées au souvent intéressant site Résistance 71 :
« La machine de l’État est oppressive par sa nature même, ses rouages ne peuvent fonctionner sans broyer les citoyens, aucune bonne volonté ne peut en faire un instrument du bien public ; on ne peut l’empêcher d’opprimer qu’en le brisant ».
(Simone Weil)

« La vaste majorité des humains est déconnecté de la terre et de ses produits, de la terre et des moyens de production, de travail. Ils vivent dans la pauvreté et l’insécurité. […] L’État existe afin de créer l’ordre et la possibilité de continuer à vivre au sein de tout ce non-sens dénué d’esprit (Geist), de la confusion, de l’austérité et de la dégénérescence. L’État avec ses écoles, ses églises, ses tribunaux, ses prisons, ses bagnes, l’État avec son armée et sa police, ses soldats, ses hauts-fonctionnaires et ses prostituées. Là où il n’y a aucun esprit et aucune compulsion interne, il y a forcément une force externe, une régimentation, un État. Là où il y a un esprit, il y a société. La forme dénuée d’esprit engendre l’État, L’État est le remplaçant de l’esprit [ce qui forme une soumission à cet État devenu Providence] ».
(Gustav Landauer, 1911)

« Le peuple de France a toujours eu la nostalgie de ses rois. On y joue à la royauté, mais c'est une royauté noire, comme il y a des messes noires. Son apparente indépendance cache en réalité sa dépendance des puissances économiques mondiales et occultes », écrit Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux, lettre 1 de 1960. C’est-à-dire que les Français attendent tout de l’État-providence, cette nouvelle mentalité grégaire, ce social collectiviste en tout connecté, SOIT TOUT ATTENDRE DES AUTRES, TOUT ATTENDRE DE L’EXTÉRIEUR ET JAMAIS DE SON INTÉRIEUR. Compter toujours sur le sécuritaire et protection de l’État est dangereux et transforme les masses en robots, en moutons, qui escomptent toujours que leurs bergers les conduiront sur les verts pâturages…
L’État de droit est ainsi SYNONYME DE DANGER, DE DIVISIONS À N’EN PLUS FINIR, D’ALIÉNATION DE L’INDIVIDU : voir l’étonnante augmentation de dépression nerveuse en France relevée par les psychiatres en ce temps de second confinement covidesque… L’État par principe participe À UNE DÉMISSION DE LA PERSONNE ET À L’AVÈNEMENT DE RÉGIMES TOTALITAIRES EN SOCIÉTÉS FOURMILIÈRES.
Là où règne l’étatisme et son « droit », bientôt la houlette devient le taser électrique des berges qui se changent en loups technologiques à 5G….


Nous le subissons dans la f(r)iction covid-19 : sous la mode du sécuritaire fabriquée depuis le 11 septembre 2001, l’extension continuelle de la prévoyance étatisante et de la logique du « présumé », supprime la responsabilité individuelle et produit des caractéristiques infantiles et moutonnières tels son « vivre ensemble » et son « tout connecté ». Cette provende étatique permet aussi à des gens irresponsables d’exploiter finalement des gens capables.

Extraordinaire lucidité de cet extrait de René Gillouin dans la Revue des deux Mondes, (15 juillet 1960), article Pour une civilisation du travail : « La bourgeoisie, en effet, en substituant sa prépondérance à celle de la monarchie, de l'aristocratie et de l'Eglise, assume l'héritage de leur culture, et le fera valoir avec plus ou moins de bonheur.
Mais sur tous les autres plans elle modifie leur table des valeurs et parfois de fond en comble. Élevée, en France du moins, à l'école de l'Encyclopédie anticléricale, anticatholique, antichrétienne [Encyclopédie des Diderot et Cie…], elle s'empresse de rompre l'étroite union du trône et de l'autel qui était la loi fondamentale de l'ancien régime, pour le remplacer, par celle de l’État et de l'Argent, qui sera la loi fondamentale du nouveau [de « nouveau » dont un splendide représentant est le Emmanuel Macron-Rothschild] ; elle est individualiste et égalitaire, en ce sens qu'elle détruit le cloisonnement de la Société en Ordres et qu'elle l'atomise en individus, entre lesquels ne subsistera plus d'autre hiérarchie que celle de la richesse [le winnerisme éclatant sur toutes les latitudes de la planète] ; elle est démocratique enfin, et libérale, et ploutocratique, en ce sens qu'elle introduit dans le nouveau régime une valeur nouvelle, la valeur-travail [et son pouvoir d’achat et de consommer], que l'ancien régime n'avait point connue, et qui, subordonnée à la puissance de l'argent dont elle est la grande dépositaire, va lui permettre, grâce à la liberté d'entreprendre et de commercer [le libéralisme, la démocratie] que lui apporte la Révolution politique, d'utiliser à fond les immenses possibilités économiques que lui ouvre la Révolution industrielle ».
« Et il est troublant de penser que la même Révolution qui élève politiquement le sujet, pris comme individu, au rang de citoyen [et de citoyenisme], et pris en corps, au rang de souverain [l’individu est devenue le roi lui-même dans son culte du narcissisme], va le précipiter économiquement, dans sa majorité, au rang de prolétaire (2) ; car c'est alors que le mot entre dans l'usage avec sa signification tragique d'homme de néant, n'ayant pour tout bien que sa progéniture [donc son AVOIR, sa propriété ou son ”droit d’auteur”], ce qui le réduit en effet, dans les circonstances de l'époque, à moins que rien [condamné à consommer…] ».

Comme le rappel René Gillouin, la révolution de Février suite à la grande insurrection de Juin 1848 fut noyée dans le sang, mais elle fit beaucoup peur dans l’essence de la conscience bourgeoise, « et ce fut cette impression qui inspira à Adolphe Thiers, représentant typique de la bourgeoisie et pour lors Ministre de l'Intérieur, la phrase fameuse adressée à ses collègues : « Et maintenant, Messieurs, il ne nous reste plus qu'à nous jeter dans les bras des évêques ».

RAPPEL ; C’est l’Angleterre qui rentra la première dans la révolution industrielle à partir de 1825 ; « elle sera aussi la première à essayer d'en sortir, et d'intégrer la classe ouvrière dans les cadres de sa civilisation traditionnelle, dûment assouplie et élargie pour la recevoir. L'opération sera d'ailleurs facilitée par l'apparition, contemporaine de l'Encyclopédie, d'un nouveau surgeon de la Réforme, le méthodisme de Wesley, qui trouvera dans la classe ouvrière son terrain de prédilection.
Même évolution aux États-Unis, mais simplifiée et accentuée parce que les États-Unis, n'ayant connu ni la monarchie ni la féodalité s'en sont tenus à une ploutocratie éclairée, qui n'a pas craint d'ailleurs, récemment, de refaire du Christianisme, sinon une religion d’État, du moins la religion de l’État, en inscrivant Dieu dans la Constitution elle-même.
Peut-être est-ce ici le lieu de remarquer que le capitalisme dans les pays protestants n'a pas eu, ou n'a pas conservé longtemps, l'implacable dureté qu'on lui a vue ailleurs. Ce fut sans doute, entre autres raisons, parce que l’Église protestante avait gardé le contact avec la richesse, et l'avait même resserré, au lieu de le relâcher comme l’Église catholique. Et on pourrait dire, avec une pointe de paradoxe, que Calvin, en relevant, jusqu'à un certain point, l'argent de la condamnation évangélique, en dilatant la sphère du sacré jusqu'à lui permettre d'englober la quasi-totalité de la vie civile, en imposant à la propriété des devoirs corrélatifs à ses droits….. », écrit René Gillouin.

Le plus important sur l’étatisme et sa civilisation est ici écrit par R. Gillouin :
« L'essence, c'est une ambition prométhéenne ou luciférienne de fabriquer de toutes pièces une civilisation complète [mondialiste], avec sa religion, sa culture, son code moral et sa structure sociale.
Cette religion, qui mettra l'homme à la place de Dieu, sera un humanisme athée, qui, débarrassé des vestiges de christianisme qui encombrent encore l'humanisme occidental, mériterait d'être appelé un hominisme plutôt qu'un humanisme, en tant qu'affirmation
de l'autosuffisance de l'homme, maître et seigneur d'un nouvel âge non seulement géologique, mais métaphysique, et responsable d'un nouveau monde issu de son pouvoir créateur [qui verra poindre le transhumanisme lié aux technologies en progrès]. Et à cette religion prétendument rationnelle ne manqueront même pas les dogmes ni les mystères, tels que la vocation messianique du prolétariat, l'immaculée conception de la classe élue, la philosophie matérialiste de l'histoire, et la création de l'homme par lui-même, le plus insondable de tous [”la création de l'homme par lui-même” : ce culte du narcissisme si présent dans les pays occidentaux et surtout aux USA] ».

Importance relevée par R. Gillouin : « …le régime industriel confine les ouvriers [les prolétaires en leur ensemble (2)], pendant le plus clair de leurs jours, dans un cadre entièrement artificiel, qui a certes, depuis quelques années, gagné en confort et en hygiène, mais qui n'en élève pas moins un « rideau de fer » entre l'homme et la nature et à plus forte raison son auteur.
Or, de temps immémorial, la nature avait toujours été pour lui la grande, l'inépuisable, l'indispensable source de poésie et même de cette pré-religion qu'on appelait, précisément, la religion naturelle [ou cosmique, le Paganisme, la spiritualité originelle sur laquelle reposent les religions abrahamistes].
Et l'événement qui l'en a séparé date sans doute de la première Révolution industrielle, mais celle-ci, tout en assurant la maîtrise de l'homme sur la nature, laissait subsister entre lui et elle un certain équilibre, au sein duquel pouvaient encore trouver place, à côté de la volonté de puissance, des sentiments de piété, de respect et d'amour. Avec la deuxième Révolution industrielle [de l’après 1914-1945], dont ceux qui en seraient curieux trouveront l'impressionnant tableau dans l'ouvrage posthume, récemment paru sous ce titre, du professeur Pasternadjian, cet équilibre est rompu, ces sentiments disparaissent, la séparation tourne au divorce, et la maîtrise en asservissement. La nature n'est plus un objet de piété, mais d'indifférence ; de respect, mais d'agressivité ; d'amour, mais d'une sorte de haine [par la pollution de l’environnement et les destructions d’espèces animales]. Comment serait-il question, désormais, de poésie ? »

Alors, puisque l’humain actuel ne jure que par la technique et le matérialisme, son sort devient celui des TRAVAUX D’HERCULE : DÉSORMAIS ET JUSQU’À LA FIN DES TEMPS ET POUR PROBABLEMENT LA PREMIÈRE FOIS DANS L’HISTOIRE HUMAINE DU NÉOLITHIQUE, L’HUMAIN A PLACÉ SA VIE SOUS LE SIGNE DE LA BASE SPIRITUELLE : LA RÉALISATION DE SON SOI. Quand la technique a abondé, l’Essence et la Réalisation de l’Humain surabondera….. (pour référence à ce qu’écrit en dernière page René Gillouin).

Depuis le premier trimestre de l’année 2020, la persona de l’humain est doublé par du PAPIER (masque en papier ou tissus) correspondant en SYNCHRONISME AVEC LE MONDE DE L’ÉCRIT SUR LE PAPIER DEPUIS LA RENAISSANCE EN OCCIDENT ET L’INVENTION DE L’IMPRIMERIE QUI, À CE HUI, EST L’ORDINATEUR QUI FABRIQUE CE MONDE VIRTUEL :
REFRAIN : « Mais il semble peu douteux que l’écriture et la lecture aient joué un rôle essentiel dans la genèse d’un bouleversement, par lequel nous sommes passés d’une pensée sur les choses à une pensée sur les représentations des choses, c’est-à-dire à une pensée sur la pensée [donc le RE et une distance entre comme la RE-présentation, la COPIE]. Notre conception moderne du monde et de nous-mêmes est, pourrait-on dire, un sous-produit de l’invention du monde sur le papier », dernière page.
Page 220 : « Les signes ont été considérés au Moyen-Âge comme faisant intrinsèquement partie des choses, tout comme leur nom ; au XVIIè siècle, les signes deviennent des ”modes de représentation” (naissance de la société du spectacle). Les représentations finissent par être radicalement distinguées des choses représentées. Pour représenter de manière fidèle, la langue doit être amenée le plus près possible des mots ». David R. Olson, L’univers de l’écrit - Comment la culture écrite donne forme à la pensée.

PAPIER = ÉCRAN : LE SPECTACLE ou REPRÉSENTATION, comme énoncé ci-dessus ; toujours plus éloigné du Seul Réel pour toujours se virtualiser, se digitaliser de plus en plus. Le masque sanitaire en papier ou tissus est la traduction en variation du Thème de l’univers de l’écrit depuis l’époque de la Renaissance en Occident à partir des Conquistadors espagnols et portugais au 16è siècle. Les masques sanitaires mondialisés, c’est LA PENSÉE SUR LA PENSÉE, un sous-produit de l’invention du monde d’abord sur le papier et depuis quelques décennies dans l’ordinateur et sur un écran lumineux.
L’ÉCRAN : « C’est comme une séance de cinéma. La lumière est projetée sur l’écran et les ombres qui y passent donnent l’impression aux spectateurs d’une représentation de film. Et ce serait pareil si dans ce même film on montrait aussi des spectateurs. Celui qui voit et ce qui est vu ne seront alors rien d’autre que l’écran. Appliquez cela à vous-même. Vous êtes l’écran, le Soi a créé l’ego et l’ego a ses formations de pensées qui se manifestent comme le monde, les arbres, les plantes, etc., dont vous parliez. En réalité tout cela n’est pas autre chose que le Soi. Si vous voyez le Soi, vous trouverez le Soi en tout, partout et toujours. Rien d’autre que le Soi n’existe » (Ramana Maharshi, entretien 13a du 7-1-1935).
Idem à l’entretien 65 du 13-7-1935 : « Des images bougent sur l’écran. Essayez de les attraper. Qu’attraperez-vous ? Rien que l’écran. Laissez disparaître les images. Qu’est-ce qu’il reste ? Encore l’écran. Il en va de même ici. Même lorsque le monde apparaît, voyez à qui il apparaît. Tenez le substrat du ‘je’. Une fois que vous le tenez fermement, qu’importe que le monde apparaisse ou disparaisse. L’ajnani [l’ignorant, le non-réalisé] considère que le monde est réel ; alors que le jnâni [le Réalisé, le Bienheureux] voit qu’il est seulement la manifestation du Soi. Cela n’a aucune importance que le Soi se manifeste ou cesse de le faire ».



Notes.
1. « Lorsqu’on utilise cette technique pour la première fois, on a l’impression d’un non-être dans l’être. Mais une fois le travail achevé, quand on a un corps au-delà du corps, on a l’impression d’un être dans le non-être [le « sentiment océanique » de Coulonval] ».
« Ce n’est qu’au bout de cent jours de travail concentré que la lumière est réel, qu’elle est le feu du mental. Car au bout de cent jours, la lumière jaillit spontanément : de même que le rapport entre une femme et un homme forme l’embryon, soudain, d’un point d’authentique énergie positive, surgit une perle. Il convient de l’observer, calmement, tranquillement. Le retournement de la lumière est le processus de « mise à feu ». […] La Lumière n’est ni en soi ni en dehors de soi. Les montagnes, les rivières, le soleil, la lune et toute la Terre participent aussi de cette Lumière qui ne se trouve pas seulement en soi. Toutes les opérations de l’intelligence, la connaissance et la sagesse, participent également de cette Lumière qui ne se trouve donc pas en dehors de soi. De même que la Lumière du ciel et de la terre emplit l’univers, la Lumière d’un seul Être s’étend naturellement aux cieux et embrasse la Terre. Voilà pourquoi si l’on retourne la Lumière, le monde entier se retourne également », dit si clairement le Secret de la Fleur d’Or. Centrum Centri, se concentrer là-dessus « pour passer la Porte [Stargate] », pour vivre le Point Focal…
Riplée (Ripley) définit la Putréfaction, la mort des corps et division de la Matière, comme la conduisant à la division, donc au démontage, soit LA CORRUPTION SUIVIT DE LA GÉNÉRATION (voir plus haut la recomposition de la Barque du Passeur) : « la Putréfaction est l’effet de la chaleur des corps entretenue continuellement, et non d’une chaleur appliquée manuellement. Il faut donc se donner garde de pousser la chaleur excitante et extérieur au-delà d’un degré tempéré : la matière se réduirait en cendre sèche et rouge, au lieu du noir, et tout périrait », dit fort à propos Dom Antoine-Joseph Pernety à l’article Putréfaction dans son Dictionnaire Mytho-Hermétique ».

2. Définition du mot PROLÉTAIRE donnée par Résistance 71 :
« C’est quelqu’un qui ne possède que sa force de travail à vendre pour pouvoir vivre en société capitaliste et reproduire par le biais de l’exploitation, les schémas capitalistes de cette exploitation [le prolétaire se définit alors comme un SALARIÉ ou un « COLLABORATEUR »]. La société humaine aux XXème et XXIème siècles est constituée de 99% + de prolétaires. Il est important de ne pas assimiler un “prolétaire” à un seul “ouvrier” comme bien des gens le font. Un paysan / agriculteur, un petit patron de PME et un gérant d’agence bancaire sont des prolétaires tout comme l’ouvrier, qu’ils le sachent et l’admettent ou non, là parfois réside le problème…
Tout salarié est prolétaire car dépendant de son salaire, nouvel forme d’esclavage, pour (sur)vivre. Seuls les grands rentiers, spéculateurs du capital, qui ne travaillent pas et ne vivent que de rentes spéculatives, fictives ou réelles dans un système où l’argent lui-même est devenu une fiction [un e virtualité, une numérisation], constituent la “classe capitaliste”, tout le reste est prolétaires assemblés dans un vaste prolétariat mondial, corvéable à souhait. Certes il existe des strates dans le prolétariat, comme par exemple ce qu’on appelle les “classes moyennes”, “inférieures” et “supérieures” [classes ouvrières, classes bourgeoises et leurs variations : cadres, agriculteurs, cols blancs, etc.], mais ces strates artificielles ne sont en rien des “classes” sociales, il n’y a que deux classes sociales : les “capitalistes” qui vivent richement de spéculation sans travailler (sans doute moins de 1% aujourd’hui de la population mondiale), sans avoir à vendre leur force de travail, et les “prolétaires” stratifiés mais qui tous dépendent de revenus salariaux et constituant quelque 99% ++ de la population mondiale.


De 2020 à 2026 ça va être difficile pour le monde entier (vidéo à 24.00) et surtout TRÈS difficile au début de 2021 avec le ”TRÈS” JUSQU’EN 2026 (il est possible que Macron et Castex ne terminent pas leur mandat vers la période de l’été 2021 ; il semble que Biden ne terminera pas non plus ; il semble évident qu’il n’y aura jamais de jeux olympiques à Paris, et que Notre-Dame de Paris reste en ruine annonçant la mort des religions abrahamistes…).
Sans se baser sur les prédictions ci-dessous de Geneviève Delpech, l’auteur de cette page se rappel de son premier entretien en consultation astrologique chez Monsieur de Souzenelle, le mari d’Anick de Souzenelle qui résidait alors à Paris rue Tronchet… prédictions astrologiques ressemblant à ce qu’évoque Geneviève Delpech : en astrologie il était question de « froid »… (immobilisation, fixe… paralysie…) ; un « froid » pouvant dans le social effectivement « geler » voir détruire le régime républicain, tant le Thème du symbole du Froid est riche, surtout associé à l’Eau et au Feu… De plus, sur le site, il a déjà été évoqué le problème du MANQUE D’EAU POTABLE, LAQUELLE DEVIENDRA L’OR BLEU ; c’est d’ailleurs pour ça qu’il a été écrit la page Pierre Philosophale ou EAU EN POUDRE (pourquoi pas une « Eau en poudre », surtout, SURTOUT si c’est insensé, absurde ! aussi absurde que la Pierre [selon certains]… mais, « les choses sont faites de la même substance que les rêves », écrivait Shakespeare)

CERTAIN QUE NOUS SOMMES ENTRÉ, À FOND, DANS LE TEMPS DU GRAND CHANGEMENT, COMME JAMAIS DEPUIS LES 10.000 ANS DU NÉOLITHIQUE ET DE LA VOIE DE L’AGRICULTURE, ET L’ÉLITE OLIGARCHIQUE PLOUTOCRATE LE SAIT (prise de conscience qui ne sera jamais dit dans un média officiel). L’HUMANITÉ ENTRE DANS UN BOULEVERSEMENT TOTAL, à côté, 1789 ne fut qu’un pet de libellule en conformisme révolutionnaire… Les Gilets Jaunes ne peuvent que revenir, sous une forme ou sous une autre, peu importe ; Nous sommes effectivement sur un volcan qui va exploser. L’ÉTAT, LE SALARIAT, LA MARCHANDISE LIÉE À L’ARGENT DOIVENT DISPARAÎTRE : LE POUVOIR POLITICO-ÉCONOMIQUE ET SON MONDE MATÉRIALISTE URBAIN-BÉTON-ACIER-VERRE DOIT DISPARAÎTRE TEL QUE CONSTRUIT DEPUIS LES 10.000 ans ; il n’est plus possible qu’un ego humain et sa bande d’administrés décide du sort des habitants d’un pays entier. Désolé d’écrire cela, mais un grand nombre de Juifs ont apporté l’Enfer sur Terre. Alors : « attachez vos culottes », comme on dit !
- 2021 : inondations, peste, épidémies (au sens symbolique… ou matériel, comme les faits nous le font vivre et nous le feront vivre encore plus durement…)
- 2026 : accalmie…
- 2030 : Eau/Air, problèmes avec le riches (problème avec l’Eau potable manquante) ; selon G. Delpech, les humains seront débarrassé de cet infernal culte du narcissisme et culte de l’individualisme hérité du citoyenisme de la bourgeoisie de 1789. Phénomènes extraterrestres ??? OUI, PUISQUE TOUT EST EAU PRIMORDIALE…
- 2036 : astéroïde d’un diamètre de 400 mètres tombant sur la Terre.
- 2040 : nouvelle astéroïde.
- 2060 : l’auteur n’ose pas le dire…
- 2100 : astéroïde…
Évidemment, TOUT CELA DÉPEND DE L’APTITUDE DE L’HUMAIN À « ROULER L’UNIVERS SUR LUI-MÊME » DONC AU RETOURNEMENT DE LA LUMIÈRE (comme énoncé ci-dessous).

Svetashvatara Upanishad 6, 20 : « Seulement lorsque les hommes seront capables d’enrouler le Ciel comme un parchemin, verra-t-on alors la fin de leurs misères sans qu’ils aient besoin de réaliser la Divinité [disparition des religions] ».
Idem dans Romains 8, 19-23 : « Car la création en attente aspire à la révélation de fils de Dieu : si elle fut assujettis à la vanité, - non qu’elle l’eût voulu, mais à cause de celui qui l’y a soumise, - c’est avec l’espérance d’être elle aussi libérée de la servitude et de la corruption pour entrer dans la liberté de la gloire des enfants de Dieu. Nous le savons en effet, toute la création jusqu’à ce jour gémit en travail d’enfantement. Et non pas elle seule : nous-mêmes qui possédons les prémices de l’Esprit [la Conscience infinie], nous gémissons nous aussi intérieurement dans l’attente de la rédemption de notre corps ».

Svetashvatara Upanishad 6, 20 = GRATUITÉ ou AMOUR… NOUS NE SOMMES PLUS AU TEMPS DES CROYANTS, MAIS DES SACHANTS : LA TRANSCENDANCE DU CONFLIT DE L’INDIVIDUEL ET DU COLLECTIF, UN SACHANT EST LE CHRIST OU LE JNANI. Amour signifie : privation de mort.
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 19-11-2020 23:22

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >