Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Les consommateurs du bétail pour les Dieux
Les consommateurs du bétail pour les Dieux Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 19-11-2023 13:46

Pages vues : 568    

Favoris : 92

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Administrateur, Aiguille, Amour, Carotte, Celtes, Conformité, Dragon, Banques, Consommateur, Dehorscratie, Eau, Ego, Fascisme, Gate gate, Gaulois, Homéopathie, Horticulture, Humain, Hiéroglyphe, Judéo-maçonnerie, Laïcité, Libération, Limite, Marxengelsisme, Nation, Or, Penser, Racine du mal, Raison, Réel, République, Robot, Saisie, Simplicité, Transparent, Trou, Utotalitarisme, Vacuité, Valeur, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Winner, Woke, World Economic Forum, Xalemme

 
ptah_logoarbre_gd1shiva.jpg
 
 
Les consommateurs du bétail pour les Dieux
ceux de la City à Londres et à Wall Street.
Les consommateurs sont identiques à des animaux
domestiqués, des consciences ou ”raison” coagulées
ligotées dans leur condition du ”droit à l’existence”
comme des animaux domestiqués enchaînés et asservis
par l’homme pour ÊTRE MANGÉS, LOI DE SUCCION
VULGAIRE OBLIGE !


Page dédiée à PTAH-SHIVA le Dieu des Vrais Ouvriers (Yoga)
 
 
Ces consciences incarnées ou coagulées, celles
des noms-les-formes, sont limitées, ont un
bonheur limité, une capacité de faire/fer
limitée, et surtout une vie très limitée.
Tous ces noms-les-formes avec une graine de
conscience qui les PROGRAMME DANS UNE
CONSCIENCE COMPLÈTEMENT DÉTERMINÉE PAR UN
TYPE PARTICULIER D’EXISTENCE (végétale,
animale ou humaine façonnant la loi de
succion vulgaire) dans lequel ils sont entrés
et sont soumis à la transmigration (samsâra,
la roue ou cycle des noms-les-formes), aux morts
et aux naissances répétées, mais seul l’humain
a une possibilité apparente de se libérer de
cette programmation s’il en prend conscience
et voyage ici-bas dans ce but.

Le capitalisme et ses banques donc ses Dieux
ne veulent pas perdre une tête de bétail :
le consommateur.
Ainsi ces Dieux dépêchent auprès des mortels
ambitieux qui voudraient s’échapper des troupeaux
des vibrations célestes, égrégoriennes, qui par
une palanquée de technologies, détournent le
téméraire audacieux de toute effort de libération.
Le scénario est aussi vieux que cette époque du
Néolithique et de sa voie de l’Agriculture.
Scénario qui s’appelle : épopée, mythologie ou
f(r)iction (histoire, mémoire).

Le social actuel, bien plus que celui du temps
de la Monarchie et de la pesante présence de
l’Église de Rome, est encore plus LOURD, et celui
d’avant comme celui de maintenant tient en un mot :
LIEN.
On ne peut comprendre le mot de LIBER-ation que
par le sens du GATE GATE : LE FLUX : rien n’est
pareil d’un Instant à l’Autre, tel le SAINT CHAOS.

La Connaissance est toujours changeante, d’où le
sens du ZÉRO INDIEN.
Mais procéder comme actuellement avec le sens
SÉCURITAIRE du Dieu Capitaliste et son CHIFFRE,
sa QUANTITÉ en une connaissance cumulative, cela
implique que des ”vérités de base” seraient à
ACQUÉRIR, comme on rêve d’acheter la voiture à moteur
machin, principe d’accumulation actuel identique au
MESSIANISME :
ON PROJETTE, ON RÊVE À LA ”FIN DES TEMPS” OÙ, ENFIN,
LA VÉRITÉ ULTIME SERAIT CONNUE, POSSÉDÉE, COAGULÉE,
À LA MODE DU ”COMME SI” LE MESSIE QUI BIEN-SÛR NE DOIT
JAMAIS ARRIVER, VENAIT TOUT JUSTE D’ARRIVER.

Alors le fait même d’affirmer une constante genre
Big bang ou ”vitesse de la lumière”, soit affirmer
que n’importe quel élément de connaissance est
absolument invariant (comme tout Gate gate) revient
à fabriquer que quelque chose de permanent se trouve
dans le champ de Connaissance, et qu’il faudrait
l’acquérir.

Mais, comme TOUT semble FLUX ou GATE GATE, alors
le moindre atome de la connaissance sera, par
son propre ”Je suis ce JE SUIS”, une entité abstraite
fluidique exactement en ZÉRO INDIEN : aucune limite
possible ; cela implique qu’IL NE PEUT PAS
EXISTER DE CONCEPT DE CONNAISSANCE INVARIABLE,
(comme une ”constante”) POSSÉDABLE POUR UN GROUPE
DE CHERCHEURS QUI, FORCÉMENT À CAUSE DE LEUR EGO,
UTILISERAIT CETTE INVARIANCE DE CONNAISSANCE
POUR ASSERVIR LES MASSES HUMAINES.

Donc, Libération = SE LIBÉRER D’UN LIEN,
D’UN LIGOTEMENT, UNE LOI DE SUCCION PESANTEUR
qui consiste pour l’être lié à CONNAÎTRE DIEU :
qui consiste à PERCE-VOIR LE SEIGNEUR ou Soi,
le CHRIST, en son Être : en son CENTRUM CENTRI.
Ce qui prouve qu’il y a DEUX LOIS
DE SUCCION,
comme tout symbole est double ;
C’est pourquoi il faut les VOIR EN
FLUX, EN GATE GATE, EN MOUVEMENT, JAMAIS
EN COAGULÉ, EN FIXE. Les voir en GATE GATE
ou SUR LE SENTIER,
INSAISISSABLE.

Le fait même de se mettre en marche sur le
SENTIER soustrait l’animal domestiqué, le
consommateur à la PUISSANCE d’obscuration des
Shiva de loi de succion vulgaire ou ÉCONOMIE,
et par là même activer l’énergie inverse :
l’ÉNERGIE DE LA GRÂCE OU VRAIE LOI DE SUCCION.

Shiva, ou idem avec PTAH, se manifeste alors
comme GURU, GUIDE, PONTIF : celui qui fait passer
le PONT (situé à un moment sur le Sentier), ou
FAIT PASSER LA GATE, LA PORTE.

PTAH comme Shiva est le Dieu des ARTISANS, au
sens évidemment du YOGA : réunification du ‘je’
ou ego avec le ‘Je’ vécu dans la plénitude du
sentiment océanique (1).
Le Yoga vise à maîtriser les cinq sens et donc
les facultés mentales afin que la conscience ou
”raison” ne subisse plus le déluge du Dehors
en soucis et gloutonneries spirituelles ou non ;
n’étant plus engagée dans des fonctionnement
mentaux, agitée par des tendances perturbantes
et assoupie par l’inertie qui profite si bien
au capital et à son monothéisme unilatéral
républicain, cette conscience peut alors
REPOSER EN SA PROPRE DEMEURE ET RÉALISER
LE ZÉRO INDIEN, l’Illimité, l’inconditionné.

Ce Seigneur, ce Ptah caché (sans sa gaine et
son bonnet….) peut être connu par le Yoga, aussi
une forme d’ARTISANAT en une adoration aimante
tel l’ouvrier ou l’artisan et SA Matière.
ALORS LA GAINE-ENTRAVE DE PTAH TOMBE, également
sont BONNET qui aussi gainait sa Tête, tous les
liens se défont, et l’animal ou le consommateur
N’EST PLUS DOMESTIQUÉ PAR LE MONOTHÉISME RÉPUBLICAIN
et la palanquée de technologies.
Bonnet et gaine entraves tombés, reste alors
à Ptah le ZÉRO INDIEN sous le forme de son
BATON OUAS (sceptre en long bâton surmonté d’une
tête sethienne et d’une plume, symbolisant aussi
L’AXE, LE I DU ”UN POINT C’EST TOUT”, LE I DE
INSTANT ET DU BLANC-NOIR (de tous les possibles
sans limite, le ZÉRO INDIEN, L’ENFANT DE LA
VIERGE NOIRE…..).

BÂTON OUAS OU BÂTON OUSER : PIVOT, ISIS LA CHAISE.
L’OR ROSE DU PIVOT POINT DU JOUR : AURORE
le CHAS de l’Aiguille de la Brodeuse.
POINDRE-PIVOT : punctus : piquer, tourmenter,
pointer tel le ”N’EST PAS X”

LE SENS DE LA GAINE-ENTRAVE DU DIEU PATH
signifie : EN CONNAISSANT PTAH (ou Shiva, Osiris,
le Christ), L’ÂME EST LIBÉRÉE DE TOUS SES LIENS.

C’est très clair par la symbolique du Dieu PTAH
qui, encore une fois est LE DIEU DES ARTISANS
(non seulement des poteries, meubles, etc., mais
plus surement du sens spirituel de LA PRATIQUE
DU YOGA).
Et cette GRÂCE, cette Connaissance, ne peut être
réalisée que par la pratique d’une ascèse, tel le
sens du ”Tour de potier” : d’où là encore la
symbolique de la gaine-entrave de Ptah puisque que
tout symbole est DOUBLE, comme Shiva est fonction
de destruction et de  dissolution et donc de
transformation. Il est le Transformateur ou
l’ARTISAN des Êtres (2).
Son rôle est central dans l’existence de
Ramana Maharshi.

Par sa GAINE-ENTRAVE et BONNET, PTAH concilie en
Lui tous les contraires, pareil pour SHIVA :
destructeur et vivificateur, EAU DE VIE ET EAU DE MORT.
La gaine-entrave de Ptah signifie aussi L’ANDROGYNE
comme Shiva : l’Androgyne primordiale des
EAUX PRIMORDIALES ou du SAINT CHAOS.

Ptah le BIENVEILLANT comme Shiva le BIENVEILLANT,
parce que leur NATURE ULTIME n’est que Félicité,
Bienveillance, et qu’en tant que GURU originel et
éternel, Ils dispensent perpétuellement
l’enseignement libérateur, d’où le sens du mot
ARTISAN, OUVRIER, YOGA : CELUI QUI OUVRE OU ŒUVRE
(sur le Sentier)(2).

GAINE-ENTRAVE ET BONNET ENTRAVE DE PTAH =
comme Shiva, LE MONDE NE PEUT SE DÉPLOYER
QU’EN ÉMANANT DE CELUI, EN QUI IL
EST AUPARAVANT DISSOUS (fonction du
SOLVE-COAGULE).
SHIVA-PTAH sera l’unique Cause des activités
cosmiques.
SHIVA-PTAH = LE DIEU DES DIEUX (Devadeva)

Le Bâton Ouser de Ptah symbolise l’AXE,
le MOTEUR IMMOBILE ou LA TOUPIE, LE LINGA
IMMUABLE tenu de ses deux mains par Ptah.
Le Centre est nulle part mais la Circonférence
est partout.
Ouser ou Linga = SIGNE, FEU, VAN (3),
symbole du Centre, de l’Axe, du I.

Le Linga sera le VAN en tant que signe visible
mais non en objet antropomorphique.
I, bâton Ouser seront abstraction comme le EST
d’un corps avec ses yeux, son nombril, ses jambes,
etc.
BÂTON OUAS, OUSER = LE INNÉ-IGNÉ, LE SOLEIL
et l’inspir-expir en tant que Soleil-Lune
(introversion-extraversion) à l’image du
CYCLONE ou de la TOUPIE, FUSÉE-FUSEAU dont le
CENTRE demeure immuable (6).

BÂTON OUAS = LE PILIER, axe mundi, la POINTE
PERÇANT LE TORE POUR FORMER L’UN-INSTANT en
détruisant Passé-Présent-Futur.

Ptah-Shiva sont le EST : LA PLÉNITUDE DU
SENTIMENT OCÉANIQUE. Tous les autres
noms-les-formes, sont les animaux ou consommateurs
entraînés DANS LE MESSIANISME OU DEVENIR
ET NE SUBISSENT QUE LE « DROIT D’EXISTER » POUR
ENSUITE PÉRIR ET DISPARAÎTRE.


Comme Ptah, Shiva n’a pas de devenir car Il n’a ni naissance ni mort : TOUS DEUX OU LEURS VARIATIONS SONT LA MORT DE LA MORT ; autrement dit, L’AMOUR (du A privatif et mort privation de mort). Ils sont la GRATUITÉ, LE ZÉRO INDIEN (ou ”Énergie libre”, au sens utilitaire du Bâton de Ptah…. [le pilier Djed(4)])

PILIER DJED, BÂTON OUSER : STAVROS : la CROIX se lisait crux en latin, et stavros en grec [qui par dérivation donnera le symbole de la crucifixion, ”Stavros” ou ”Tavros” le poteau où les Anciens fixaient leurs lois] ; frigus en latin devenait en grec kyos, et ainsi de suite. Tous ces mots veulent dire « tressé », « croisé », et par extension « fil » (5).

Le Vrai Jehovah ne peut qu’être MÈRE-PÈRE ou l’inverse (Androgyne, comme PTAH-SHIVA). Son nom composé de IE (Je) indique ce qui est insaisissable : l’Instant ou Centre qui est nulle part, et de l’Eau au sens d’EVE (VIERGE NOIRE) : qui est partout, comme l’Eau (Primordiale) ou comme la Circonférence qui et partout grâce au Centre qui est nulle part (VIERGE NOIRE OU INVISIBLE).
(IER, ER : 1080, du latin heri (hier), adverbe de temps ; estre : verbe être. Le IE du Vrai Jehovah, et EVE, RE-tour à l’Eau Primordiale ou VIERGE NOIRE pouvant être symbolisée par un LIVRE SCELLÉ (LIBER), non contaminé par le Dedans-Dehors).

De là la définition du TROU, comme par exemple le moment où j’écris ces lignes est déjà loin de mon ‘Je’ et évidemment de mon ‘je’.
Ce TROU ou INSTANT, cet Ici et Maintenant est illustré par l’I (Bâton Ouser) Axe ou POTEAU-COLONNE où les Anciens gravaient leurs lois, et qu’ils nommaient tavros ou stavros (comparable au cru-ci-fix, clouer, POINT SUR LE I).
L’Instant n’est jamais fixe et donc insaisissable parce qu’il circule sur le TOUT, si bien que l’Instant est comparable à un point mathématique dont l’existence est non-mesurable à jamais car les anciennes langues et celle de l’I.A. des transhumanistes n’auront jamais de mot pour le rendre saisissable ou visible.

Il n’y a pas d’antagonisme entre l’Amour de Dieu et la Connaissance parfaite. Une personne pleine de dévotion jouit d’un bonheur continuel. Et jamais la Connaissance parfaite ne descend dans un être malfaisant et hostile à l’Amour de Dieu. (Le Shiva-purâna, chapitre 23,16. Trad. Tara Michaël).

Adorer le Soleil ou Christ, non au sens de l’incarner en objet, mais au sens de l’HONORER, de le CON-NAÎTRE, de le faire NAÎTRE (con avec : naître avec son Seigneur) : CONJONCTION FORMANT L’UNITÉ, LE SEIGNEUR, LE CHRIST, LE ROI (évidemment pas au sens du pour-voir républicain du 1789 français qui faisait des peuples français, des ”rois”, donc des consommateurs).
HONORER LE SOLEIL : ÊTRE OINT (frotté d’huile) ET AINSI PASSER LA GATE……

Notes.
1. TRANSMUTER LE PLOMB EN OR = SUPPRIMER LA PESANTEUR DU PLOMB MÉTAL, OU SUPPRIMER L’ATTRACTION, SUPPRIMER LA LOI DE SUCCION VULGAIRE.

« L’attachement est l’esclavage de l’homme. Il disparaît lors de l’élimination de l’ego ». (Ramana Maharshi, entretien 317, 6-1-1937).

– Se maintenir dans la Réalité est le samâdhi.
– Se maintenir dans la Réalité avec effort est le savikalpa-samâdhi.
– Se fondre dans la Réalité et demeurer inconscient du monde est le nirvikalpa-samâdhi.
– Se fondre dans l’ignorance et demeurer inconscient du monde est le sommeil (dans celui-ci la tête tombe, mais non en samâdhi).
– Demeurer dans l’état originel, pur et naturel, sans effort, est le sahaja-nirvikalpa-samâdhi. (Ramana Maharshi, entretien 391, 6-4-1937).

- SAVIKALPA-SAMÂDHI.
Externe (bâhya).
Dépendance de la vu.
Le mental saute d’un objet à l’autre. Il doit être gardé stable et fixé sur la Réalité sous-jacente.

Dépendant de la parole.
Les phénomènes extérieurs ont leur origine dans la Réalité unique. Cherchez-là et maintenez-vous en Elle.

Interne (antar).
Le mental est troublé par le kâma (désir), le krodha (colère), etc. Cherchez d’où iceux s’élèvent et comment ils trouvent leur existence. Maintenez-vous à leur source.

Une quantité de pensées s’élèvent de la Réalité intérieure et se manifestent. Maintenez-vous dans cette Réalité.

> Ces quatre formes de savikalpa-samâdhi sont atteint avec effort.

- NIRVIKALPA-SAMÂDHI.
Externe (bâhya).
Immergé dans l’unique Réalité, fondement de tous les phénomène, en restant inconscient des manifestations transitoires.

Cet état est comparable à l’océan sans vagues dont les eaux sont calmes et paisibles.

Interne (antar).
Immergé dans l’être le plus intime qui est l’unique Réalité et qui donne naissance à toutes les pensées, en restant inconscient de tout le reste.

Cet état est comparable à une flamme non agitée par des courants d’air et qui brille tranquillement.

> Quand ces divers nirvikalpa-samâdhi ne sont pas atteints avec effort et qu’on réalise que l’océan sans vagues du samâdhi extérieur est identique à la flamme immobile du samâdhi intérieur, cet état est appelé sahaja-nirvikalpa-samâdhi.

« Le sahaja est l’état originel. La sâdhanâ [méthode, moyen, pratique spirituelle] consiste à éliminer les obstacles sur la voie de la réalisation de cette vérité éternelle ». (Ramana Maharshi 398, 14-4-1937).
- M. : La concentration, c’est ne pas penser à quoi que ce soit. D’autre part, c’est chasser toutes les pensées qui nous cachent la vision de notre véritable nature. Tous nos efforts ne visent qu’à soulever le voile de l’ignorance. Dans l’état actuel, il semble difficile de dompter les pensées. Mais dans l’état de renaissance spirituelle, on trouvera, au contraire, qu’il est plus difficile de les susciter.
Car y a-t-il des choses à penser ? Il n’y a que le Soi. Les pensées ne peuvent fonctionner que s’il y a des objets. Mais comme il n’y a pas d’objets, comment les pensées peuvent-elles s’élever ?
(Même entretien 398).

2. Jean Coulonval, auquel est dédié le site Fangpo1 partie blogue, était un Vrai Ouvrier. Il en parle en différentes parties de ses lettres échangées avec diverses personnalités des années 1940-1978, regroupées dans Synthèse et Temps Nouveaux :

« J'étais seulement un ouvrier dont l'âme essayait de s'accoucher elle-même, pendant que les mains répétaient mille fois par jour le même geste mécanique, qui n'avait pas même besoin d'être pensé, mais seulement senti. Ce qui sauve quand même l'ouvrier, le vrai, c'est que le tact, le geste bien fait, est encore une forme de pensée. Je ne pensais pas religieusement, ni scientifiquement. Je cherchais-seulement à comprendre et, si c'est cela qu'on appelle philosopher, je philosophais ». (Lettre 6 à Aimé Michel en juin 1971).

« Mon état d'ouvrier m'avait donné une certaine expérience de la psychologie et des poncifs, style « Humanité », de ceux qui votent communiste, mais non de la doctrine. Pas plus qu'eux, je n'avais lu une ligne de Hegel, Engels, Marx ou Lénine. Tout simplement, je n'étais pas dressable, je n'ajoutais foi à rien. Aujourd'hui encore, alors que je tiens pour vrai le catholicisme romain, je ne dis pas « J'ai la foi », mais « Je sais ». Celui qui sait ne dit pas « Je crois ». (Lettre 8 à Aimé Michel le 29-9-1971).

Effectivement, le Vrai Artisan, le Vrai Ouvrier n’est pas « dressable ». Il est déjà en bonne partie dans son EST. (Il n’est pas le ”collaborateur” ou salarié dans une multinationale du capitalisme).
Il est, surement sans le savoir, sous la Grâce de Ptah, le Dieu Primordial façonnant l’ŒUF originel sur son Tour de Potier (Khnoum). Les Grecs l’assimileront à Héphaïstos et les Égyptiens eux-mêmes feront d’IMHOTEP SON FILS.

3. VAN définition
Le VAN : Dans la Vallée souffle le Vent, le Vent d’Hermès, au sens du VAN. Vent ou Van trouve son homonyme en FAN (paraître, le CELA), mis en Fêmi dont la forme enclitique signifie : rendre visible, se manifester. Le latin vanna (van) trouve dans FANOS (Phanos ou Lanterne) la signification de lumineux, brillant, que le sens figuré affirme par « manifeste », « évident », le CELA ; c’est aussi proprement le Flambeau, que le second sens de Phanos ou Fanos désigne par Lanterne (la « Lanterne » ou Lumière d’Hermès, cette Pierre nécessairement volatil revivifiant le mort et donnant la vie au Soleil et à la Lune, au « mari et à la femme »…).
FAN : paraître, avec le F de Figure, Feu, Fléau, Fantôme, Finalité, Forme, Fond, Fin, Fleuve : « Le Fleuve qui va à la Mer ne peut supprimer sa Source » (Jean Coulonval, dans Synthèse et Temps Nouveaux). Le F de Feu comme du Fléau qui détruit tout et qui donne cependant au Fer après liquéfaction, la Forme ou la Figure-Fin. Ainsi est la définition du mot VAN : LE RETOURNEMENT DE LA LUMIÈRE, au sens du Secret de la Fleur d’Or, manuel classique de méditation permettant l’accès à l’Être intérieur ; manuel incorporant la quintessence du bouddhisme et de la taoïcité. L’Or signifie la Lumière, celle de l’intellect qui « pointe » (AIGUILLE) ; la fleur signifie l’épanouissement, le jaillissement de la lumière du Soi. Ainsi, le nom même de cette technique désigne l’Éveil fondamental et inconcevable du Vrai Soi et de son potentiel caché, le « Zéro indien », appelé en Occident d’une façon utilitariste : « énergie libre »

Les énergies spirituelles sont symbolisées par la LUMIÈRE, mais aussi par le VENT : Il souffle dans la Vacuité de la Fontaine de Jouvence…..

RAPPEL :
« Pour manifester des siddhi (pouvoirs surnaturels), il faut qu’il y ait d’autres personnes pour les reconnaître (sens de la dualité : pour et voir, ou sujet et objet, Dedans et Dehors). Ce qui veut dire que celui qui manifeste de tels pouvoirs est dénué de jnana [Connaissance, sagesse].
C’est pourquoi les siddhi ne valent pas la moindre pensée. Seul le jnana mérite d’être recherché et obtenu ». (Ramana Maharshi, entretien 57a du 24-6-1935). Ah, c’est RADICAL, et le RADICALISÉ ne plait pas au Pour-Voir, ni aux faux radicalisés ou fanatiques du pouvoir…..

4. dd - "Pilier Djed" - Bilitère représentant la durée, la stabilité.
Sémantique :
Emblème religieuse ayant été assimilé à la colonne vertébrale d'Osiris (flux de vie).
Le Djed représente un espoir de renaissance. Importance de l'ombre du pilier aussi.
Le mot Djed a été absorbé par Ptah, Maître des profondeurs de la Terre (voir l'Ennéade d'Héliopolis), et vénéré à Memphis, où en temps que fétiche le Djed est associé à une importante cérémonie connue sous le nom "d'érection du pilier-djed" ; célébration au cours de fêtes données en l'honneur du dieu Sokar, comme une allusion à sa résurrection.
Le mot : Djet est le Verbe divin inné emprisonné au plus profond du corps mortel, puis réveillé, libéré, il devient le PIVOT central, la FIXITÉ indécomposable. Djet est comme une "prise de conscience", une "émission". Puisque c'est un pilier, il s'y rattache le centre, le montant et descendant et le dextrogyre et le lévogyre (Caducée, Arbre séphirotique), le canal et le fluide, le puits, l'axe, et ce qui tourne autour : une organisation, un serpent par exemple. Le serpent cosmique Ananta (sanskrit) symbolise le développement et la résorption cyclique, mais en tant que gardien du Nadir (l'opposition du Zénith) il est le porteur du monde dont il assure la stabilité [Dictionnaire des symboles, de J. Chevalier et A. Gheerbrant].
Quelques représentations de l'Axe du monde : l'arbre, la montagne, le bâton, la lance, le mât, l'essieu, la colonne de lumière ou de fumée, l'ombre du pilier.

5. Trame et toile de l’Araignée maîtresse de l’espace. L’Alchimie énonce que le Labeur ou Labour de l’Alchimiste est un « Travail de femme », donc un TISSAGE de la vie (enfantement, éducation), un « JEU D’ENFANT » (parce qu’en dehors des idées reçues et du conventionnel). Une broderie où les Traits de Fil sont appelés « points » (le stavros cité plus haut, la croix) ; broder signifie aussi amplifier une fiction (”en remettre” une couche).

6. EAU = RÊVES - PLOMB = RÊVES (les noms chinois des métaux ‘k’ien’, le plomb ’T’ie’, le fer ’Tan’, le cinabre ’T’ong’ sont très voisin. Le caractère ‘kin’ désigne le métal lui-même, tandis que ’siao’ indique l’association entre l’idée de métal et celle de fusion, ou précisément EN EAU.
ALCHIMIE = RÊVE = FONDRE.
ET FONDRE = POINT, FUSÉE-FUSEAU-AXE (en chinois le caractère ‘tchou’ indique le POINT qui figure au centre du caractère qui désigne la ‘pilule de cinabre’ et de ’tchou’ : L’ESSIEU. Tout cela ne peut que participer de ce qu’un Alchimie on appelle LANGUE DES OISEAUX, là encore : domaine du rêve, du « volatil », FLUX, GATE GATE ; VOLATIL évidemment dans le sens du Gate gate ou dans le sens de la devise alchimique : Aller vers l’obscur et l’inconnu par ce qui est plus Obscur et Inconnu encore (le contraire de ce monde en marche vers sa digitalisation, sa numérisation informatique complète…).
Par exemple Ptah est le feu corporifié, manifesté, créateur de toutes les possibilités et fonctions ; Il correspond à l’Héphaïstos (père des Cabires) ou Vulcain. Il a été conçu dans la Matière inerte, passive, dont il devient alors le « mobile », GATE, créateur de la forme corporelle (aspect ondulatoire, ASPECT DE L'EAU, ÈVE...).
 
 

Dernière mise à jour : 19-11-2023 14:34

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >