Accueil arrow Dessins Animés arrow Japanimation arrow Naruto - Film 1
Naruto - Film 1 Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 23-06-2009 22:11

Pages vues : 8822    

Favoris : 390

Publié dans : Présentation Dessins Animés, Japanimation

Tags : Dessins animés, Films, Naruto, Japon


narut_pst.jpg
 
Naruto ナルト
Film 1
Les Chroniques ninja de la princesse des neiges
 
Le Ninja le plus célèbre du monde, et le plus professionnel
 
 

Japanimation de 2004 en film de long métrage, sur une réalisation de Tensai Okamura, d’après le manga de Masashi Kishimoto.
 
Ça commence mal : il y a du vent, il fait froid le temps est gris et à la neige, et des gens sont à la fin d’un conflit destructeur. En ce groupant pour exercer une forme de magie, les combattants mal en point envoient balader dans une autre dimension le méchant qui a déclencher tout le vent. Ainsi commence le film avant l’intertitre.

On retrouve les personnages principaux : Sasuke (le beau) qui ne sourit jamais et a l’air d’un intellectuel et d’un déprimé, Sakura (la fille), et Naruto (le gamin) : petit tigre tout fou et inconscient ; les voix n’arrangent rien avec le doublage en français. Un peu après on découvre le moniteur de la colo, pardon, le sensei Kakashi Hatake.
Graphiquement c’est très quelconque, voir même bâclé, y compris les personnages, beaucoup de parlote ; ça ressemble à la série. Les décors n’ont aucun style et peuvent ressembler à ceux des dessins animés des années 1940, ils ne sont pas particulièrement soignés, c’est-à-dire qu’il n’y a pas d’éclairage, et pas d’harmonie des couleurs ; et le layout (mise en place des éléments) est très banal et même bâclé. La stylisation des personnages est déséquilibrée : par rapport à celle des héros, celle des personnages secondaire hésite entre une stylisation et une copie de la réalité façon rotoscope ou décalque image par image d’un acteur qui sera ensuite dessiné et filmé.
 
 
Après juste l’intertitre, Naruto rêvasse devant l’affiche du film qu’il vient de voir : les combattants pris dans le vent et la magie, bref : une histoire de la princesse des neiges. Comme tout ninja qui se respecte, lui et ses amis attendent une MISSION. Et c’est là que surgit une femme poursuivit par des cavaliers. Bien sûr Naruto est là pour la sauver, et il utilise sa magie faisant croire à l’adversaire qu’il est plusieurs. Sasuke dégomme le méchant et Sakura assomme quelques cavaliers. Ils sont très fort ! il faut les envoyer à Tsar Kozy ! Bien-sûr quelques secondes après apparaît le sensei Kakashi se posant des questions sur l’emploi du temps de ses élèves.... qui une fois de plus ont fait une belle bourde.
 
 
Naruto c’est le naïf et sincère pragmatique qui se lance avant de réfléchir ; d’ailleurs, ça se voit dans ses yeux, comme injectés de quelque chose. Il peut aussi se révéler chiant et collant ! quelque fois la bonne volonté outré ça peut causer des problèmes... Avec la volonté qu’il possède, Naruto poursuit celle qu’il prend pour la princesse de son film, ce que ne manque pas aussi de reconnaître comme tel une bande de gamins, qui lui demandent d’ailleurs un autographe. Cette « princesse des neiges » est donc l’actrice principale qui tourne dans le film portant le titre de Princesse des neiges. La séquence dans le studio de cinéma accumule les poncifs déjà anciens sur la profession cinématographique : un jeune assistant à casquette, le scénariste à lunettes et barbichette, et le metteur en scène dans le style de celui des années 1930 à Hollywood avec casquette, porte voix, fume cigarettes, et lunettes teintées et pantalons de golfe. Et ce metteur en scène en plus d’espérer faire un « film génial » connaît bien-sûr Kakashi.
 
 
Sasuke à force de faire une sale gueule mélangée d’un air sérieux en devient drôle et mignon.
En attendant, la princesse se conduit en salope avec Naruto, allant jusqu’à lui balancer à la figure du gaz lacrymogène anti-agression ! Quelque temps après, Naruto retrouve sa princesse, enfin l’actrice vidant verre sur verre d’alcool selon le stéréotype de certaines actrices américaines des années 1940 - 1950. Donc cette actrice se saoule, fait un caprice et ne veut plus jouer le rôle de la princesse dans le film. Mais c’est sans compter sur le scénariste qui veille au grain en compagnie de Kakashi, celui-ci « fera de l’œil » à l’actrice... qui tombe, non pas ivre morte, mais dans les pommes.
 
 
Mais attention, si toute cette scène dans le bistro a été observé par nos trois héros, elle n’a pas échappé au méchant de service... qui en vient informer son patron et ses sbires : de vieilles connaissances de Kakashi !
En attendant, l’actrice capricieuse se remet lentement de sa « gueule de bois »... sur un bateau ! avec toute l’équipe de tournage du film au complet, plus nos trois héros et leur sensei ; lequel leur apprend qu’ils sont dans une mission de « rang A ». Le lendemain le bateau se retrouve coincé devant une muraille de glace. Le metteur en scène veut profiter de cette situation exceptionnelle : tout le monde débarque sur la glace et on commence à filmer. Mais on avait oublié les méchants... Patience, ils s’invitent tout seul. Du boulot en perspective pour Kakashi.... et c’est parti pour la bagarre. Nos quatre héros y vont à fond de leurs tours de magie, puisque c’est bien connu : tout n’est qu’illusion... Malheureusement, les méchants portent des armures de chakras spécialement conçues pour le pays de la neige, et en plus : modèle amélioré, avec démultiplicateur de puissance. Nos héros vont passer un sale moment, ou ils sont foutus si on écoute bien les méchants. Mais comme ça se passe à la vingt-septième minute du film, on se doute qu’ils ne vont pas mourir là, ni ailleurs, sinon il n’y aura pas de second film !...
 
 
Et c’est reparti avec la batterie de cuisine habituelle : dragon de ceci, dragon de cela, baleine blanche, baleine à corne, en sauce et aux petits oignons. Mais comme je l’ai écris plus haut, Naruto d’après son regard, on se doute bien qu’il a une volonté à toutes épreuves et se moque des chakras des méchants.

Je ne vais pas tout raconter pour pas gâcher, mais l’actrice qui joue la princesse est plus qu’une actrice... et elle a un rapport directe avec le pays des neiges ; tout comme le type à lunettes et à barbichette de l’équipe du film, qui s’avère plutôt comme une sorte de général, ou un serviteur du pouvoir officiel. Comme le pouvoir hante tous les humains de cette planète, des méchants ont voulut avoir ce pouvoir au pays des neiges et ils incendièrent le magnifique palais. La princesse du pays des neiges a réussit a s’échapper, elle a grandit... et pourrait bien ne faire qu’une avec l’actrice !...
 
 
Au cours de la progression du convoi de l’équipe de film dans un pays de montagnes enneigées, l’actrice-princesse s’enfuit à pieds dans la neige. Mais c’est sans compter sur Naruto et sa mission... et nous ne sommes qu’à la quarantième minute du film. Le méchant à l’origine de l’incendie du palais du pays des neiges se retrouve face à la princesse et actrice, et devant Naruto et l’équipe du film ; comme si deux groupes de chronologies coïncidaient à un moment donné. En attendant, l’équipe du film en planque n’en perd pas une miette et tourne, en espérant que le mécanisme de la caméra à pellicule argentique tienne le coup, à cause du froid du pays des neiges.
 
 
Ah le pouvoir ma brave princesse, c’est terrible... que de morts pour l’obtenir, n’est ce pas camarades Staline Lénine Trosky !
Je me demande là, si le culte de la personnalité de Staline n’est pas reporté sur cet épisode de Naruto, pardon, ce film : car le type à lunettes et barbichette devient mal en point suite à une bagarre avec les méchants, et il dit à l’actrice ou princesse : qu’elle est sa raison de vivre et celle de son peuple. Comme culte de la personnalité on ne fait pas mieux.
Patience, à la cinquantième minute l’actrice ou princesse est enlevée dans les airs par une sorte de zeppelin ou ballon dirigeable. Mais souvenez-vous de Naruto si collant et parfois chiant... ça peut toujours servir... au moins dans le scénario. En parlant de scénario, on dirait qu’il est écrit selon le principe de la pelote de ficelle : on sait quand on commence... et on déroule au fur et à mesure l’histoire, avec des risques de perdre la cohérence de l’ensemble. Ainsi on découvre une pierre de Jade sous forme de clef, permettant bien-sûr l’accès à un immense trésor. Tout ça n’est pas bien passionnant ni original comme intrigue, seul le timide jeu et le caractère des trois héros m’accroche. Surtout que l’argument de la richesse est le pouvoir : avec tout le fric, le méchant va pouvoir s’acheter des pistolets à eau et des soldats de plomb ! Quelle originalité !
 
 
Pour impressionner les petits nenfants : un peu de torture de Naruto à la cinquante-deuxième minute : un instrument  de torture lui bouffe sa réserve de chakras, ainsi s’il lutte pour s’en débarrasser ce sera comme lutter contre ses propres chakras... et il ne sera plus « qu’un sale gamin » enchaîné, et pour faire pipi et caca, je me demande comment il va se débrouiller. Mais pas de panique, il y a un deuxième film et même un troisième... Et notre Naruto est doublé de MacGyver... aussi il pourra faire ses besoins naturels comme à son habitude.
En attendant, la princesse a l’air de se comporter comme une gourde et une aquoiboniste. Mais il ne faut pas oublier qu’elle est toujours une salope, tout au moins selon ce qui arrange le scénariste.
 
 
Deux étoiles pour ce premier film, ou plutôt long épisode de Naruto. Ça peut marcher quand on connaît un peu les quatre héros, et la foi ou réservoir à chakras et la drôlerie de Naruto ; sinon c’est fade et un peu industriel. Le mélange film dans le film est mal dosé ou le scénario ne prend pas assez parti pour l’un ou l’autre, on s’y perd avec un manque de fluidité narratif évident. Et les bagarres sur la fin ressemblent à celles de Goldorak. Le méchant en chef est exaspérant, tout comme le réalisateur du film (celui dans le dessin animé).
Je n’ai même pas fait attention à la musique ! Sur le générique de fin il y a une chanson avec une chanteuse à la voix un peu nasillarde.

Il n’en est pas moins vrai qu’il y a des forces mauvaises qui volent de par les mondes.

M. R.
 
 
[ Cliquez sur les vignettes, puis pour afficher l’image suivante : cliquez sur suivant ou précédent ou sur la partie droite ou gauche de l’image, ou utilisez les flèches du clavier ]
narut1.jpg
narut11.jpg
narut13.jpg
narut14.jpg
narut15.jpg
narut17.jpg
narut19.jpg
narut2.jpg
narut20.jpg
narut21.jpg
narut22.jpg
narut23.jpg
narut24.jpg
narut26.jpg
narut3.jpg
narut4.jpg
narut6.jpg
narut9.jpg
 
 

Dernière mise à jour : 25-06-2009 16:30

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >