Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Notre Nature
Notre Nature Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 17-08-2010 18:03

Pages vues : 4724    

Favoris : 42

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Humain, Nature, Terre


temps_coul_gp400.jpg
 
Notre Nature
 
 
Je n'ai jamais compris toutes ces choses sur l'écologie et autre économie "durable" (sic) ! Toutes ces choses qui coupent, analysent, etc.
Ça vient comme des cheveux dans la soupe, ou c'est une idiotie de plus. Nous sommes la Nature, comment peut-on la voir séparée en fabriquant des trucs écologiques, en prônant sa défense. Il faudrait nécessairement prôner d'abord sa proche défense, sa propre et pauvre Nature humaine !
 
Par exemple, voici ma définition d'un jardin : c'est un lieu en partie clos où l'on apprivoise les plantes. Un horticulteur est bien celui qui les apprivoise, et non pas comme écrit dans le Wikipédia : "production intensive de plantes". D'ailleurs, Dieu sait si les Orties aiment les humains !


Question : D'après J. C. Bose, la Nature ne fait aucune différence entre un ver et l'homme.
Maharshi : Qu'est-ce que la Nature ?
Question : Ce qui existe.
Maharshi : Comment connaissez-vous l'existence des choses ?
Question : Grâce à mes sens.
Maharshi : Le "mes" implique votre existence. Mais vous parlez d'une autre existence. Vous devez bien exister pour pouvoir parler de "mes sens". Il ne peut pas y avoir de "mes" sans 'je'.
Question : Je suis une pauvre créature. Je suis venu vous demander, à vous le grand Maître que vous êtes, qu'est-ce que cette existence. Le mot existence n'a pas de signification particulière pour moi. J'existe, il existe, et les autres existent. Et alors ?
Maharshi : Le fait d'admettre l'existence d'un autre prouve votre propre existence. L'EXISTENCE EST VOTRE NATURE.
Question : Il n'y a rien d'étrange dans le fait que quelque chose existe.
Maharshi : Comment pouvez-vous connaître l'existence des choses, plutôt que votre propre existence ?

(Extrait de l'enseignement 380, du 2 avril 1937, de Ramana Maharshi).


Tout le problème vient bien de cette dernière réponse de Maharshi. Nous sommes tous des cet état : prétendre connaître les choses sans se connaître. Tant que nous continuerons comme ça le monde ira à vau-l'eau et de pire en pire avec les bêtises technologiques(1).

Et à Propos de J.C. Bose, Maharsi qui le reçu le 2 avril 1937, année où Bose décéda, et il lui explique le monde perçu n'est qu'apparence, ce qui nécessite une localisation pour son existence et aussi de la lumière. Cette existence et cette lumière apparaissent en même temps dans le mental. Si bien que l'existence physique des objets et leur éclairage font partie de  l'existence et de l'éclairage du mental. Cet éclairage n'est pas absolu puisque le mental apparaît et disparaît. Le substrat du mental est le Soi [Note : même chose que l'humain (je) et la Nature (Je)], qui est évident, c'est-à-dire dont l'existence et la lumière sont une évidence. L'Être absolu continue toujours d'exister, que ce soit pendant l'état de sommeil profond, de veille ou de rêve.
Le monde est diversité, ce qui est une fonction du mental. Le mental brille par la Lumière réfléchie, c'est la lumière réfléchie du Soi. (D'après le début de l'enseignement 381 de Maharshi).


Un seul monde a été créé, mais la chair sensible et la création est indéfiniment diverse. Ainsi, le 'Je' ou Soi divin n'est jamais nouveau. Il est éternellement le même. C'est la même chose pour l'Instant éternellement le même, comme une source qui alimente un fleuve. C'est aussi simple que cela.

Jagadish Chandra Bose prouva que chez les plantes, les mouvements, l'ascension de la sève et la croissance sont dus à de l'énergie qui a été emprunté à l'environnement, emmagasinée et gardée en réserve. Ces idées révolutionnaires et tout particulièrement la découverte d'un système nerveux chez les végétaux (je pense au flux nerveux et à sa circulation dans la circulation du basculement des sucres ou dominos) furent accueillies par les botanistes avec une hostilité à peine voilée.

Et en parlant plus haut d'os métaphysique les même pour tous, on a la même chose dans l'expérience de Bose avec la mort d'une plante ou celle d'une braise : c'est identique. En mourant, une plante se spasme de la même façon que les animaux, que la braise, elle dégage une énorme quantité d'énergie "Cinq cents petits pois peuvent produire cinq cents volts" déclara Bose, de quoi électrocuter n'importe quel cuisinier, si ce n'est que les petits pois sont rarement reliés entre eux".
Pareil pour une feuille et la rétine de l'œil animal qui réagissent à la lumière de façon semblable. On sait qu'il n'est pas bon pour une plante d'être éclairer la nuit, elle aussi à "besoin de dormir".
Bose à opéré comme un chirurgien un grand pin. Pour le transplanter sans choc, il prit la précaution de le tranquiliser avec du chloroforme.
Bien sûr le métal réagit aussi à l'environnement ; le plus visible est la rouille du Fer, l'oxydation du Cuivre, l'acier qui bouge sous la chaleur, etc. Le métal fatigue aussi ! Tous sont composé de mailles qui peuvent fatiguer, alors il faut les laisser se reposer. En résumé : comme pour l'homme qui se sépare maladroitement de la Nature, l'autre fossé que l'on a créé entre l'animé et l'inanimé n'a pas lieu d'être.
Enfin, c'est Bose qui écrivait à la fin de sa vie qu'aucune nounou n'aurait été plus douce que le chef de bande de "hors-la-loi" qui s'occupait de lui. Bien qu'il n'eût que railleries pour les contraintes judiciaires de la société, il respectait profondément la loi MORALE NATURELLE. Malheureusement dans nos sociétés qui se disent modernes (sic), on a presque perdu ces précieux enseignements. (Source sur Bose : La vie secrète des plantes, de P. Tompkins et C. Bird)

M. R.


Note.
1. Bose, découvreur du semi-conducteur (transistor) déclarait : "J'aimerai que vous puissiez voir le terrible attachement que l'on a dans ce pays pour le profit... cette convoitise pour l'argent... Si je mettais le doigt dans cet engrenage, il n'y aura plus d'échappatoire pour moi". (Source : Wikipédia). On ne peut pas être plus lucide à propos de technologie et de brevets... et de tout le reste !
Regardez ce qu'on fait de la terre : les fermiers du monde entier utilise des engrais et des produits de la criminel industrie Monsanto et d'autres, uniquement pour le rendement et le profit de l'utilisation des licences de l'utilisation de semences ; au lieu d'être en harmonie avec nous-même, donc avec la Nature. En asservissant la Nature, on s'asservie en même temps, ça donne l'esclavage. Esclavage et Inquisition sont pour moi deux choses qui existent toujours, quoi qu'on dise.
 
 

Dernière mise à jour : 17-08-2010 18:09

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >