Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Socialisme et dictature des ismes
Socialisme et dictature des ismes Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 30-09-2010 15:53

Pages vues : 5720    

Favoris : 59

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Dictature, Guerres, Laïcité, Politique, République

 
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
 
Socialisme et dictature des ismes
 
« La paix n’est que la continuation de la guerre par d’autres moyens ». Georges Clemenceau. Un bouffeur de curés, illustrant le texte ci-dessous, et qu’on a osé appeler « Le père la victoire », comparaison avec Staline le « Le petit père des peuples ».

Toujours de Clemenceau : « Ma politique étrangère et ma politique intérieure, c’est tout un. Politique intérieure ? Je fais la guerre. Politique étrangère ? Je fais la guerre. Je fais toujours la guerre »
 
Dans un pays totalitaire, comme un pays communiste, la police d’État a remplacé l’Inquisition de l’Église. De part et d’autre il s’agit de défendre un DOGME, c’est-à-dire la position intellectuelle qui, pour l’accusation, est censée être implicitement acceptée par tout le monde, comme un centre dont on ne doit pas s’écarter sous peine de raisonnement faux. C’est pourquoi je dis que la laïcité française issue de la Révolution de 1789 est une forme d’Inquisition, d’ailleurs exercée par le Ministère de l’Intérieur français.
Exemple : si la pointe du compas dérape, la circonférence, le raisonnement et les actes qui les suivent, sont nécessairement faux. Tout accusé qui se reconnaît lié à la foi d’une religion (c’était le cas de Galilée et c’est le cas de tout membre d’un parti, tout spécialement du parti communiste), de la laïcité, est supposé avoir parfaitement conscience d’avoir contrevenu au dogme, sauf dérangement mental. Il est donc normal qu’un tribunal lui demande : « Sais-tu pourquoi tu es là ? » S’il le sait, il ne subit pas une condamnation imposée, une injustice, il se condamne lui-même par auto-critique. S’il ne le sait pas, c’est qu’il est fou. Pour ce genre de fous, le post-stalinisme a institué des hôpitaux psychiatriques spéciaux (tortures physique et chimique). L’Inquisition les brûlait comme possédés de Satan. C’était moins barbare que les hôpitaux psychiatriques. La police politique, la pensée unique, la laïcité inquisitrice ne copient pas l’Inquisition. La similitude vient de configurations mentales identiques. C’est une question d’arrangement géométrique du mental.

La laïcité française, le laïcisme, est aussi barbare que les hôpitaux psychiatriques soviétiques, puisqu’elle est un killer en forme de neutralité qui déniera ce qu’elle fait à l’instant où elle le fait, afin de pouvoir en faire plus sans avoir à s’expliquer, puisqu’elle a dénié ce qu’elle était en train de faire ! Les révolutionnaires de 1789 ont inventé le Tao à l’envers ! Dieu à l’envers, en creux ! Un truc digne du secret des loges maçonniques bouffeuses de curés. Depuis 1789 des bourgeois de la franc-maçonnerie et du fric, la laïcité est une institution, une culture dominante en France, comme les hétérosexuels sont dominants dans le monde.
Ainsi c’est le Ministère de l’Intérieur qui décide ce que doit être une bonne chose, une mauvaise, une bonne religion, une moins bonne ; s’occupe de la zone secte, se permet de donner une définition de ce qui est religieux ou pas ; il fabrique des étiquettes, etc. Et bien-sûr une fois l’opinion fabriquée, tout le monde ou presque suit le mouvement, et ça devient comme une évidence : l’hypnose a fonctionné. Tous ont fait correctement leur travail de killer : les fonctionnaires républicains, les laïcs, les trois religions monothéistes, les médias alignés sur les banques. Bref, la laïcité c’est l’horreur, le diable qui a mélangé pouvoir politique et pouvoir spirituel.
Comme pour le tabac, le pinard, l’État français a le monopole de l’éducation. Vous pensez, si quelque chose lui échappait pour le formatage...

Tout « parti », en religion, en politique, en science, ou en économie, tend à imposer ses lois à l’ensemble. C’est pourquoi tout « parti », tout libéralisme, tout « isme » est un genre de dictature. L’ordre social doit être le reflet de la Création. Le marxisme en général, le communisme en particulier, ne sont que la maturité de l’opinion conçue comme critère de vérité politique, ce qui est historiquement récent puisque datant de la Révolution de 1789. Le règne de l’opinion à sa maturation prend le masque de l’Universel en renversant les rôles : Ce sont les accidents qui engendrent les essences, ce qui est la marque du satanisme absolu.

Un dernier pour la route :
« La dictature, c’est « ferme ta gueule » et la démocratie c’est « cause toujours ». (Woody Allen)

« La dictature est une forme autoritaire de la démocratie dans laquelle tout ce qui n’est pas obligatoire est interdit ». (Léo Campion)

« Les dictatures militaires sont comme le supplice du pal : elles commencent bien, mais elles finissent mal ». (Georges Clemenceau). Mais Clemenceau précise bien : dictatures militaires. Je ne sais pas ce qu'il entend par : elles commencent bien !
 
 
 
 
Europe soviétique et pensée unique, sinon : goulag ou hôpitaux psychiatriques.
Le nouveau Moscou : Bruxelles.
 
 
 

Dernière mise à jour : 30-09-2010 16:05

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >