Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Gagner sa vie
Gagner sa vie Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 03-05-2012 23:35

Pages vues : 5722    

Favoris : 99

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Amour, Anarchie, Argent, Banques, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Eau, Église, Esprit, Europe, Goulag, Gouvernement, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Peur, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Volonté, Yokaï

 
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
 
 
Gagner sa vie
C’est horrible comme expression !
Cela fait partie de la Comédie humaine
Cette situation est LE DRAME, le GOULAG
 
 
 
Gagner sa croute à la sueur de son front (photo ci-dessus)
Mais il ne fallait pas inventer et choisir « l’agriculture » autrefois !
Il fallait choisir la voie de l’Horticulture. Voilà le drame.
 
« Il faut aider ceux qui veulent travailler à trouver un emploi », écrit un tâcheron de la politique, inconscient et adepte des « valeurs républicaines », comprendre le fric et ce qui va avec : la police et la mode du sécuritaire emballée sous le nom « Autorité de l’État » ou sous packaging « La France Forte ». Et c’est bien là le problème... En ce mai 2012 on peut choisir entre la guillotine ou la pendaison. Mais effectivement, il faut y passer : le CHANGEMENT. C’est un bon slogan.

COMÉDIE :
Avoir un petit coin à soi pour observer la Comédie Humaine, et avoir un peu d’argent pour pouvoir entretenir le petit coin à soi.
Pour observer, il faut disposer d’un peu de temps, et hélas d’un peu d’argent. Et gagner sa vie, cela ne laisse pas beaucoup le temps d’observer.
Pour durer, il est ainsi nécessaire de s’organiser un COIN *Angles*
Recevoir et donner, s’insérer dans une société ; sinon il y a très fort danger.

Là-dedans sonne le DIGÉRER.
DIGÉRER : Faire le vide pour apprendre (abandon/laché prise). Cligner des yeux pour voir, ou ne pas concentrer son regard pour voir la chose (regarder à côté de la chose).
Être rien pour apprendre. DIGÉRER. Perdre sa Vie pour la gagner.
Transformer la tentation de savoir pour savoir. Avoir l’appétit de comprendre (qui n’est pas l’appétit de savoir).
COMPRENDRE QUI JE SUIS.
Quand on cherche une idée elle ne vient pas, il est bien d’abandonner l’idée et elle viendra bien à un moment où l’on ne l’attend pas.
CHAUD = digestif et Chaud et Humide résout. (Bernard le Trévisan)
[Deux extraits d’un projet de Glossaire, par M.R.]

Temps de travail :
Pour gagner du temps, aller lentement. Qui veut gagner du temps en perd ; qui sait prendre son temps en gagne.
• Pour chercher, ne pas penser mais faire le Vide.
• Pour être en avance sur son temps, puiser dans le Passé, car rien de nouveau sous le Soleil. Être à la mode c’est : vouloir se particulariser en faisant comme tout le monde, mais dans le style du moment !

Les couleurs de l’Arc-en-Ciel se décomposent en sept couleurs (sept Douleurs) et réunies elles donne l’Instant, le BLANC. Ramana Maharshi fait la comparaison des Couleurs/Douleurs en plusieurs aspects du mental. Le Soi se décompose en mental, corps, monde, etc. Il est perçu en tant que mental, « corps du monde ». Alors il prend la forme de tout ce qu’on peut percevoir.

Gagner sa vie ! Quelle horrible expression qui tâche : la tâche du tâcheron ou ouvrier agricole « à la pièce » ! Comme la tâche sur un beau tissus, la tâche possède un connotation négative : travail ingrat, comme celui du bourreau... Tâcher c’est gâcher, c’est-à-dire laver, selon le sens du 14è siècle ; on dit gâcher du linge. Au siècle des lumières ça devient : bâcler, saloper, gaspiller, manquer ; on parle alors de gâchis. La gâche est aussi la pièce d’une serrure, mais aussi remuer le plâtre ou le ciment. La gâche signifie aussi un aviron ou une rame. De là peut-être l’expression : « Il n’en fiche pas une rame », donc sabote la tâche..
TÂCHE : de 1420 : travail rémunéré ; 1175 tasche, du latin médiéval : taxa : prestation rurale, donnant : taxe, taux. C’est donc un travail déterminé que l’on doit exécuter : besogne, ouvrage, pièce, pige et pigiste. C’est le devoir, la mission, le rôle (où actuellement les gens s’identifient en y perdant leur personnalité). Ainsi, pour certains, la mission c’est la présidence d’une république avec des mots/maux ne voulant rien dire. Aussi on meurt à la tâche, surtout dans le Goulag.

Pour se sortir de ce merdier de la tâche qui tâche et perdre sa vie à la gagner, on peut appliquer le précepte du Yoga-vâsishtha qui correspond à la loi des Croisements : Détachement à l’intérieur et attachement en apparence (cité par Ramana Maharshi à l’entretien 495).

La Tâche appartient à l’humain : il a deux mains très habiles ; le singe aussi mais il ne détruit pas son environnement.
Tâche appartient à l’OPÉRATION, à celui qui œuvre ou OUVRE : OUVRIER. Celui qui agit, qui connaît, qui sait les choses.

MANŒUVRE : de MAIN [Manovrier] ouvrier manuel ; de BRAS [Braceor] celui qui charge quelque chose avec ses bras.
De nos jours avec le passage par la société industrielle le mot Manœuvre est devenu péjoratif, mais il était déjà méprisé au Moyen-Âge !

Le Vrai Ouvrier, qui somme toute est aussi un Artiste, œuvre pour le plaisir, le goût de la Matière ouvrée.

Le « Temps c’est de l’argent » n’a jamais été aussi juste de nos jours : la technologie qui gonfla gonfla gonfla depuis le 19è siècle devait apporter un CONFORT à l’être humain, or elle n’apporte que du fric à un petit nombre et ne soulage absolument pas l’esclave, pardon, le travailleur, productivité oblige !
Le Confort ici grâce à la technologie devrait se comprendre comme TEMPS LIBRE pour SE CONNAÎTRE, SE CO-NAÎTRE, DEVENIR UN ÊTRE HUMAIN. Bien-sûr tout est fait par les pouvoirs pour qu’il se passe le contraire, c’est notamment l’œuvre des matérialistes francs-maçons et des écoles du franc-maçon Jules Ferry, ajoutons à cela les médias, le cinéma et surtout la télévision transformée désormais en drogue dure. Jules Ferry parfait pour avoir inventé les usines à fabriquer les esclaves. Une fabrique à faire le contraire d’être un vivier à ÉLITE.
ÉLITE : ceux qui ont la capacité, l’aptitude naturelle ou par apprentissage la plus haute dans leur domaine d’activité, ce qui se conçoit par GLOBALITÉ, sinon ce n’est pas une élite. Par exemple un voleur très habile n’est pas une élite de la cambriole ! ÉLITE, de choix, de élire. Un Saint est une élite : il rayonne (voir l’auréole autour de sa tête). Élection sonne comme élite. Donc il ne peut pas y avoir ÉGALITÉ, sauf si TOUTE la population est une élite, et ça, ce n’est pas pour demain ! Mais à n’en pas douter ça a dû exister dans un passé très lointain.

Qui dit travail (torture) dit INTELLECT de celui qui travaille (torture). Travailler c’est torturer, tourmenter, malmener, agiter, troubler, battre (monnaie). Le policier travaille sa victime. On soumet à un travail intellectuel pour améliorer : notre fameuse croissance. Le cultivateur travail la terre.
Ramana Maharshi dit dans l’entretien 112 que l’intellect est un instrument du Soi, lequel l’utilise pour évaluer la diversité. L’intellect n’est qu’un phénomène. l’intellect a toujours été là : une araignée possède une forme d’intellect n’ayant rien à voir avec un côté instinctif et mécaniste. Par contre Ramana Maharshi a raison de dire que chez l’enfant humain l'intellect est absent et se développe avec l’âge tout en développant son individualité ; l’enfant humain devenant adulte vit tout de même énormément plus longtemps qu’une araignée. Pour Ramana Maharshi l’intellect étant dans le Soi il est aussi éternel.
Dans ce même entretien Ramana Maharshi dit une belle vérité à propos de l’Histoire, ce qui fait réfléchir sur celle pondue dans les livres des écoles du franc-maçon Jules Ferry : « Le degré de vérité de l’Histoire ne correspond qu’au degré de vérité de l’individu ».

L’intellect est l’instrument de connaître des choses inconnues. Mais comme TOUT se situe dans l’Instant, l’être humain est déjà connu puisque il est le Soi, qu’il est lui-même connaissance. Comme le dit Ramana Maharshi dans l’entretien 618 : vous ne pouvez pas devenir l’objet de la connaissance. L’intellect permet de voir des choses à l’extérieur, et non pas ce qui est sa propre source. Maharshi précise que l’intellect permet simplement de s’analyser ; et sa finalité est de se résorber dans l’ego, et c’est la source de l’ego qui doit être recherché. Ainsi il disparaît. En restant dans la source l’ego ne se manifeste pas.
L’intellect, le mental fonctionnent pour l’ego : les pensées : ‘je sais’, ou ‘Je ne sais pas’ sous entendent un sujet et un objet, alors que le Soi-Instant est pur et absolu, seul et unique.
Il ne peut pas y avoir « deux Instants », la dualité est synonyme d’ego : en Haut comme en Bas est la dualité des ‘pensées qui s’élèvent’. Le travail alchimique consiste, à l’aide d’une Matière, à chercher la Source ou fusion Alchimiste-Matière.
Les obstacles à tout cela sont les PENSÉES. « Le progrès se mesure d’après le degré de déblaiement des obstacles qui empêchent de comprendre que le Soi est TOUJOURS RÉALISÉ », explique Ramana Maharshi dans l’entretien 618. Quoi que l’on fasse l’Instant est là !!!

L’intellect et le mental amènent à confirmer que la « théorie de l’évolution » n’est qu’une théorie : elle est une OPINION puisque dans le MENTAL. Ramana Maharshi et Jean Coulonval disaient cela en leur temps. Une théorie n’est pas une Science !

Jean Coulonval disait aussi qu’une « science humaine » ne pouvait pas être une Science et n’était qu’une forme d’opinion de plus. Pour observer l'Univers il faudrait pouvoir en sortir.

« Le mental ne peut pas chercher le mental. Vous ignorez ce qui est réel, et vous vous accrochez au mental, qui lui, est irréel, tout en essayant de trouver qui il est. Le mental existait-il dans votre sommeil ? Il n’y était pas. Maintenant il est là. Par conséquent, il est impermanent. Pouvez-vous trouver le mental ? Le mental n’est pas vous. Vous pensez être le mental et c’est pourquoi vous me demandez comment le contrôler. S’il existe, il peut être contrôlé. Mais il n’existe pas. Comprenez cette vérité par la recherche. La recherche de ce qui est irréel est infructueuse. Cherchez donc la Réalité, c’est-à-dire le Soi. C’est la manière de maîtriser le mental. Il n’y a qu’une seule chose qui sot réelle ». (Ramana maharshi, extrait entretien 238)

L’homme parfait est sans moi [idéal de sa perfection], l’homme inspiré est sans œuvre [il créé les êtres sans laisser de trace, tel un véritable Alchimiste], l’homme saint ne laisse pas de nom. (Tchouang-tseu, Liberté Naturelle).

L’homme saint ne laisse pas de nom : il fait partie de l’élite absolue en atteignant la postérité mais son nom est inconnu. Donc l’homme ayant la compréhension globale universelle a pu laisser des traces de son influence et son nom est inconnu. Comme le dit le traducteur de l’œuvre de Tchouang-tseu : Liou Kia-Hway, le Saint Taoïste n’a qu’à se perfectionner sans relâche pour que le monde entier s’améliore de lui-même et que tous les peuples s’entendent.

Celui qui parvient à faire oublier au monde sa propre perfection, celui-là atteint la béatitude, explique Tchouang-tseu dans : La vertu surabondante et authentique. Pour le traducteur Liou Kia-Hway : celui qui oublie ou fait oublier son corps, c’est déjà bien ; celui qui oublie ou fait oublier aux autres sa vertu d’ordre spirituel, celui-là atteint le vrai oubli, c’est-à-dire l’immatérialité absolue de la béatitude en tant que spiritualité suprême.
 
 

Dernière mise à jour : 04-05-2012 00:04

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2022 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >