Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Synagogue de Satan
Synagogue de Satan Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 10-10-2013 01:22

Pages vues : 5792    

Favoris : 88

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
menorah_isra.jpg
 
 
Synagogue de Satan
celle de la « république universelle » et « intemporelle », comme c’est écrit sur le site du Grand Orient de France, ce qui fait de cette république UNE RELIGION
 
 
Le protestantisme, la Synagogue de Satan : sa FED, son Wall Street, sa City de Londres. Les Rothschild et les Rockefeller (Rocs fêlés), soit la finance juive internationale, se sont achetés Yahvé. Facile : avec de l’argent on peut tout acheter et on se prend pour un Dieu, on est alors cancérisé par le pouvoir. Donc le mérite et le courage, l’honneur, la conscience, la connaissance n’existent plus, tout ce pouvoir financier devient comme une drogue très dure, mortelle, et laissant pour plus tard dans le total oubli. La « Terre promise » c’est tout de suite : les Rothschild et les Rocs Fêlées l’achètent : Israël.
 
 
L’argent s’apparente à un Dieu, car il s’apparente à l’Instant : LA VITESSE, de qui est directe, comme Maât. Avec l’argent on a tout et tout de suite. Yahvistes et Protestants de la finance internationale triomphent dans l’immédiat bien dans notre folie technologie où tout est en réseaux, mais paradoxalement ILS MEURENT TOUT ENTIERS... dans l’oublie. Car la pauvreté terrestre est souvent bien plus rapide : un raccourci vers le ciel, en vue de sa fin éternelle.

Le pouvoir est l’éteignoir de la chandelle, c’est le pouvoir qui ronge l’être humain. Donc le péché de l’humain est sa révolte contre l’infini.

Synagogue de Satan parce que l’usure est du domaine presque exclusif des Yahvistes, le reste étant du domaine des Protestants.
La bourgeoisie du 19è siècle installée tout au long du 19è siècle suite à la révolution de 1789, a tendu à substituer la réserve-argent (profit unique) aux réserves vitales et spirituelles des siècles précédents. C’est le renversement des valeurs : la réserve-argent - chose en soi fictive - devient maintenant une source de décadence et de catastrophe. Ainsi pour les humains la faim et le froid leur imposent l’usage de manger et de se vêtir, mais le goût et le choix du restaurent et le choix de l’étoffe dépend de notre opinion ou caprice, ou mode du moment. Aussi le luxe et le confort commence avec la Synagogue de Satan : l’opinion, soit le choix et l’arbitraire, dont fait la partie la mode du « mariage gay », c’est-à-dire bien en deçà de ce qu’on appelle aujourd’hui le minimum vital. Aujourd’hui nous sommes sous la religion du Fric, alors cette mode du Gender n’est pas étonnante.

Comme exposé sur la page Religion du Salut mais surtout de la DETTE, notre nouvelle religion universelle est celle de l’argent, et probablement de la politique qui va avec : la « république universelle » franc-maçonnique, ce qui nous donne une religion À L’ENVERS, SATANIQUE, que la franc-maçonnerie spéculative nomme « laïcité », mais comme déjà écrit, la laïcité ça n’existe pas en « république », c’était du domaine de l’Ancien Régime. Parce que si un athée intégrale genre André Malraux ou le laïcard Vincent Peillon refuse Dieu en tant que personne (un Dieu extérieur), il reste attaché au divin en tant que perfection (réalisation du Soi ou Instant). Par exemple ce système de la carotte et du bâton est représenté par la Cité future ou « fin des temps » des judéo-marxistes ou francs-maçons en général teinté du judaïsme.
Cette fin des temps des Yahvistes ou rêve, non pas d’Unité, mais de NOMBRE ; non pas du bien mais DES BIENS, soit la dilatation du soi étiré à l’infini. C’est la folie des possessions (pour un petit nombre seulement). Mais seul le vide des Chemins est Amour : on échappe à l’ego et ses limites par l’accueil (faire le vide), et non par le quantitatif judéo-maçonnique : la boulimie du possesseur, la quantité ou conquête conduisant à une obésité mondiale : l'Empire, le Nouvel Ordre Mondial.

La Synagogue de Satan c’est le socialisme, teinté de démocratie, même le national-socialisme allemand se disait démocratie. Socialisme destructeur des réserves, des traditions et lentes réserves dormantes, la patience conservatrice des organes profonds. Là où se trouve la vie, la tradition et l’autorité, l’expérience, le socialisme y voit des parasites et des obstacles. Il confond réserve et inutilité. Tout ce qui conserve, dans le monde des corps comme dans celui des âmes, provoque son aversion : aussi ce n’est pas un hasard s’il a une haine contre la propriété et la religion, sauf évidemment celle des judéo-francs-maçons.
Le socialisme à la phobie de l’épaisseur, de la densité des puissances intérieures. Le socialisme c’est la platitude : aucune tête ne doit dépasser des rangs, sinon c’est la Guillotine. Une platitude nécessaire pour la vitesse de circulation de l’argent, donc la rapidité dans la production et les échanges financiers et sociaux, d’où la grande bénédiction du téléphone portable pourvoyeur de cancers, tout bénéfice pour Big Pharma.
Le Socialisme c’est « morne plaine » parce que l’horizon est dégagé et que c’est rapide, d’ailleurs Albert Einstein avec son opinion fantaisiste de relativité ne s’y était pas trompé !
Avec le socialisme, plus de lest, plus de poids mort, plus de réserves paralysantes, plus de nations pour laisser passer les « grands principes » maçonniques et sa trinité républicaine : place à la rationalisation de l’humanité ! Place à la Synagogue de Satan. Mais gare au Vent contraire qui fera crever à jamais la baudruche infiniment rapide, infiniment plate.

L’orgueil de l’humain se révolte contre un Dieu extérieur, mais la soif de l’humain reste suspendue aux attributs de la divinité : voir le succès et le piège dans lequel tombent les humains avec la Française des Jeux, ou la messe des fins de semaines avec les sports à ballons plus ou moins ronds. Les athées voudraient ces dons sans donateur, dans le confort, un peu comme un fermier voudrait chasser son propriétaire et garder sa terre et sa ferme.
En un sens nous sommes tous des détenteurs arbitraires et presque les usurpateurs de biens que nous possédons et que nous dispensons aux autres : en démocratie c’est exploitez-vous les uns les autres.

L’athéisme est tout simplement de croire à un Dieu extérieur, et évidemment de le refuser ! Ainsi l’athéisme tombe dans « l’humanisme athée », soit la tentative insensée de l’humain pour ‘reconquérir le divin sur Dieu’. Exactement comme si le divin n’était pas « l’être » même de Dieu, mais un simple avoir comme une voiture qui peut changer de possesseur, comme si l’idée de Dieu n’épuisait pas en elle tout le divin !
Depuis 1789 et le lavage de cerveau par la république maçonnique, soit la contre Église ou nouvelle religion, l’athée sent une menace de tyrannie dans l’existence d’un Dieu personnel (le Soi). Il est alors trompé par son mental, le soi (avec un petit s) ou ego, et conçoit un Dieu extérieur sur le modèle du soi de l’humain ; comme un être infini, extérieur à chacun, et qui veut nous manipuler comme une marionnette.
Mais Dieu est intérieur, c’est le Soi ou Instant, le Centrum Centri, le Cœur, la Vérité, la Foi, le Tao, la Connaissance, et d’une foule d’autres noms selon le point de vue de chacun.
Ce qui est de la dynamite, du nucléaire, c’est l’ego, le moi et son orgueil et appétit de conquête.
Les athées reprochent à Dieu de ne pas être « Dieu » suivant leurs opinions, c’est-à-dire d’être vraiment Dieu ! (ou le Soi Instant).

On peut toujours défier la force, et depuis des millénaires ça se passe ainsi ; mais on ne défie pas l’innocence, voir par exemple toute la littérature légendaire sur Nasr Eddin Hodja.

La religion universelle de la Dette comporte aussi l’impôt, la taxe : l’étatisme ou le dicta du pouvoir qui impose : c’est obligatoire, sinon prison. Cette dictature commence avec le capétien Saint Louis et le développement du business.

L’athée c’est la personne, dans tout le sens démocratique selon la franc-maçonnerie spéculative : UN MASQUE DE CHEZ MASQUE ou un humanisme de chez humanisme : la voix de Dieu se fait entendre à travers le masque. C’est-à-dire que maintenant et depuis 1789, le « personnalisme » ou trinité maçonnique de « liberté-égalité-fraternité » met l’accent sur le masque au détriment de la voix divine ! Ainsi le masque devient si épais et si plein de lui-même qu’on n’entend plus parler le divin.
Donc la personnalité n’est qu’un VAISSEAU, une apparence, en un mot : l’EGO. Cet ego qui doit être dompté par le pilote du Vaisseau.

Cette religion franc-maçonnique en forme de laïcité n’est que du liquide de travailleurs du chapeau : du mental pur, soit du matérialisme pur, et intégral comme le mondialisme qu’elle impose, une société mécanisée, notamment par l’informatique. Aussi il est logique que ce mondialisme ait sans arrêt à la bouche le mot de « Croissance », car il n’aura jamais assez de souffle pour concevoir et réaliser de grands desseins.

La Synagogue de Satan c’est aussi la thermodynamique : travailler à la sueur de son front, donc être salarié, être esclave, être écrasé par les tâches temporelles, d’où l’invention de machines tournantes et de la folie technologie pour apporter le CONFORT, la MODERNITÉ, en fait l’esclavage, puisque même la « fée électricité » si pratique n’a rien résolu du tout (problème énergie, etc.). Esclavage car c’est nous-mêmes qui construisons notre enfer, ou en d’autres mots/maux qui rendons nos tâches temporelles ou non confortables si pénibles. La Véritable Science est le Vrai Confort, car l’Instant y est présent. Le conflit dans lequel nous nous vautrons, dont l’un des bouts s’appelle thermodynamique, n’existe qu’au niveau de notre aveuglement ou pièges du mental. Tant qu’il n’y a pas réalisation de l’Instant ou Soi, soit la Vraie Science, on « perd son temps », comme on dit vulgairement !!! C’est pourquoi aujourd’hui où tout est inversé on dit souvent que « le temps c’est de l’argent », donc ON ACHÈTE DU TEMPS puisqu’avec l’argent on peut tout acheter, et surtout tout de suite. Par contre pour se faire rembourser, c’est souvent comme la machine à voyager dans le temps !

La Synagogue de Satan c’est bien-sûr cette maladie de l’égalité illustré par exemple avec le slogan « United Colors of Benniton ». Dans une société vraiment humaine, la vraie spécialité professionnelle est de nature organique, donc limitée : les métiers vitaux ne sont pas multipliables à l’infini. Par contre avec la fièvre égalitaire et l’uniformisation, nous avons la fausse spécialisation qui ne connaît pas de limite, toujours le quantitatif et la croissance : on peut diviser sans fin un corps indifférencié ! On a un paradoxe qui fait croître simultanément l’atomisation et l’uniformité.
Il en va de même des nations comme des professions : un artisan de village fabrique et vend lui même sa marchandise ; ainsi centré sur le Tout, elle sert tout le monde : c’est la spécialisation du microcosme. Le macrocosme lui est dans le Ciel, et certainement pas à la Fed ni à Wall street, ces synagogue du faux. Car la fausse spécialisation ou l’armée de diplômés qui ne veulent pas se salir les mains ne sont que des fantômes abstraits : aucun salut économique ne sera possible tant que les activités humaines continueront à se différencier suivant un rythme étranger à l’être et tant qu’être (Je suis CE JE SUIS), et aux besoins humains, autrement dit, tant que la « spécialisation » ne correspondra à aucune spécificité naturelle, ce qui rejoint un peu le non-agir de la Taoïcité.
La centralisation ou étatisme, le mondialisme, c’est la mort de l’Unité et le triomphe de l’égoïsme.
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 10-10-2013 01:53

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >