Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow La Pierre 2
La Pierre 2 Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 13-12-2022 10:50

Pages vues : 1716    

Favoris : 96

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Addiction, Aiguille, Amour, Argent, Artifictiche, Atlantide, Autorité, Banque, Christ, Collectifictif, Commerce, Convention, Croyance, Démocrapitaliste, Diable, Dragon, Echo, Egorgueil, Égrégore, Empire, Enfer, Essence, État, Feu, Guerre, HOTC, Images, Jardin, Loi, Marchandise, Marxengelsisme, Masque, Messianisme, Métal, Mieux, Nostalgie, Paradis, Peur, Pierre, Pinceau, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Russie, Scalaire, Serpent, Silence, Social, Spirale, Spontacratie, Tore, Transhumanisme, Verbopinion, Vie, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Yi King, Yokai

 
menhir_carrefour_shiva_christ.jpg
 
 
La Pierre 2
”Les noms-les-formes qui constituent le monde
changent continuellement et ont une fin.
C’est pourquoi on les qualifie de mythya [le faux].
Limiter le Soi [ou sombrer dans la laïcité et sa
division entre temporel ou matériel, et spirituel]
et le prendre pour ces noms-les-formes [l’opinion ou
la croyance en ces noms-les-formes,
croyance appelée ”réalité” seulement à
l’état de veille] est mythya [irréel, faux].
Considérer tout comme étant le Soi est la Réalité.
[appelée aussi LA PIERRE].
[…] Celui qui voit le Soi voit aussi uniquement
le Soi dans le monde” (Ramana Maharshi au jour
le jour, 12-9-1946).
 
LA PIERRE : CE QUI EST IMMUABLE, alors que les
images bougent, comme dans un film de Hollywood,
ou pire : comme en politisme du ”Plus ça change
et plus c’est la même chose [de l’ego]”
.
Nous subissons à ce hui la tyrannie de l’image,
comme cette ”civilisation de l’image” (informatique
ou smartphonique jusque ”sous l’édredon”) GRAND
SYMPTÔME DE CE MONDE LAÏCISÉ MATÉRIALISTE PERÇU
SEULEMENT À L’ÉTAT DE VEILLE PAR LES SENS,
ET DONC IMAGES NULLEMENT VISIONNAIRES MAIS
SEULEMENT CONSOMMATRICES, UTILITAIRES.

IMAGE signifie qui n’est pas du domaine de ce
monde de l’empirisme à la John Locke de la
perception sensible par les cinq sens, tout
en n’étant pas encore le monde de l’intuition
des purs Mâat [ce qui est direct et ne passe
pas par le calcul ou opinion, raisonnement].
IMAGE : monde non-ici, non-là, ni dans un
”réservoir” ou un ”gros disque dur” mais SANS
LEQUEL TOUS LES ÉVÉNEMENTS DE L’HISTOIRE
SACRALE ET PROPHÉTIQUE (ou de l’Éveil)
deviennent MYTHYA.
PARCE QUE C’EST EN CE MONDE ”LÀ” QUE LES
ÉVÉNEMENTS ONT ”LIEU” (LEUR ”LIEU” ou
LEUR PIERRE, LEUR SOI).
Il y a aussi à distinguer Imaginal et
Imagination [du domaine de l’opinion) par
rapport à l’Imaginaire...


INTUITION : ÊTRE MAÂT (comme la Déesse égyptienne)
car NOUS SOMMES TOUJOURS EN CETTE EXPÉRIENCE
DIRECTE, MAÂT (1), ALORS, QU’Y A-T-IL À ATTEINDRE
OU À ”ÉVOLUTIONNER” ?
”Nous prenons pour sâkshât [réalité] ce qui change
[ce qui n’est point Pierre], apparaît et disparaît,
mais qui n’est pas sâkshât. Nous existons en
permanence [Pierre] et rien ne peut être plus
immanent et direct (Maât, paratyaksha) que
Nous-mêmes ; et pourtant, Nous disons qu’avec
toutes ces sâdhana [méthodes, pratiques diverses
profanes et spirituels] Nous devons atteindre
la sâkshât-kâra [Libération, Connaissance ou
vision directe et donc Éveil].
Il n’y a rien de plus étrange.
On n’atteint pas le Soi en faisant quelque chose,
mais en restant tranquille et en étant
ce que l’on EST
” (4-10-1946).

QUE FONT LES CANCÉREUX DU POUR-VOIR de
cette ”civilisation” déglinguée ?
ILS ENTRETIENNENT TECHNO ET LOGIQUEMENT LA PEUR.
ET LA MEILLEUR PREUVE NOUS EST DONNÉ PAR LES
ANIMAUX, BEAUCOUP FUIENT LES HUMAINS PARCE
QUE LES HUMAINS LEUR FONT PEUR, ET D’AUTRES
PIQUENT LES HUMAINS OU LES TUENT, PARCE
QU’ILS ONT PEUR DES HUMAINS ET S’EN DÉFENDENT.

Bhagavân explique le 5-10-1946 : ”Il se promènent
sur vous [les scorpions] comme ils le font au
sol, sur un mur ou un arbre. Piquent-ils le mur
ou l’arbre ? C’est seulement quand on a
peur ET QUE L’ON INTERVIENT qu’ils prennent peur
aussi et se défendent”
.
LE VRAI CESSE D’ÊTRE VRAI DÈS QU’IL EST VU ET
DONC POSSÉDÉ : IL SE DÉFEND ET SE RETOURNE CONTRE
SON AGRESSEUR ET SE TRANSFORME EN FAUX.
VOILÀ POURQUOI L’HUMAIN ET SON MENTAL NE
SAVENT QUE FAIRE LA GUERRE (polluer, détourner,
mentir, calculer ou évaluer, organiser,
imaginer, etc.) en CROYANT se défendre, en
CROYANT RÉPARER OU TIQOUNISER IL DÉTRUIT TOUT
ET APRÈS IL CALCUL LE COUP DE LA ”RECONSTRUCTION”
DANS SA LOGIQUE DU « On va reconstruire en ”mieux” »
(cas applicable à l’actuelle ”guerre en Ukraine”).


Le Serpent représente le Guérisseur Divin et la Sagesse. On le retrouve même dans l’emblème des Pharmaciens où il crache son venin dans un récipient pour la préparation d’un remède [non dépendant de Bog Pharma]. Le Serpent médecine.
Le Serpent représente ce qui est rare, le souterrain, l’ondulation (Fréquence, Eau).
La Terre comme la peau du Serpent se renouvelle.
Ce sont les deux Serpents des deux courants cosmiques du Caducée d’Hermès (Mercure). L’ambivalence (les sens contraires) le Fixe et le Volatil qui se poursuivent et qui doivent “s’instanter” (ou s’actualiser).

[CATASTROFA]
J’en vois quatre !
1- La rentabilité
2- La compétition (winnerisme)
Ce que des forces négatives veulent inoculer dans la société de ces 150 dernières années.
3- La nuisance. Imposer quelque chose à une personne, ou à un groupe de personnes.
Ne pas nuire à la Terre.
4- Le fanatisme, cancer religieux, à y ajouter l’ego, cet état de veille appelé ”réalité”.
Il faut attendre la fin de la catastrophe pour entre voir ce passage à Isaïe 65,25 : Le loup et l’agnelet paîtront ensemble. Le lion comme le boeuf mangeront de la paille, et le serpent se nourrira de poussière. ET BIEN NON, ISAÏE FAIT DANS L’OPINION, NOTAMMENT À PROPOS DU SERPENT, IL N’EST PAS UN SERPENT LUI-MÊME ET NE PEUT PRÉTENDRE INVENTER CE QUE LE SERPENT MANGERA « À LA FIN DE SES TEMPS   DONC AU « GREAT RESET »
Compétition et rentabilité : sont dans la même paroisse où se trouvent les notations scolaires, qui encouragent la vanité et les jugements de supérieur ou inférieur (le winnerisme).
Il y a aussi la catastrophe du stockage des déchets nucléaires ; et en final, la catastrophe des intérêts politico financier au pouvoir (chez les ”usagers”).

Comment le Serpent, selon Isaïe, peut-il être ravalé par lui plus bas que terre puisque Isaïe la réduit en poussière ? À propos du Serpent, Bhagavân le 1-10-1946 lut une histoire publiée dans The New Times : « Au mont Abu, deux serpents luttaient l’un contre l’autre, l’un des deux fut vaincu et perdit connaissance. Un garçon qui avait observé cela, donna des soins au serpent vaincu en lui appliquant un bandage frais, si bien que le serpent blessé se remit peu a peu.
Le serpent vainqueur, voyant cela, se fâcha et mordit le garçon. Le serpent vaincu, entre-temps rétabli, rampa vers le garçon, lui suça le venin et ainsi le sauva ».
Bien-sûr des personnes de l’ashram se questionnèrent, comment cela est-il possible, comment un serpent pouvait savoir et faire tout cela ?
Bhagavân répondit : « Pourquoi pas ? C’est tout à fait possible. Le serpent avait tout observé et a fait sortit le venin du garçon. Les serpents voient, observent et peuvent faire ce genre de choses. Beaucoup d’histoires semblables ont été racontées sur les serpents ».

Par sa ”raison” ou son mental à l’état de veille, l’humain surtout occidental par tradition est celui qui méprise le plus l’humanité notamment par sa misérable loi de succion (cupidité ou faire du profit, et quand arrive la fameuse ”baisse du taux de profit” alors c’est la mal-à-dit quand le D.I.T., la déité est malade car seul compte le matérialisme ou l’ego consommateur et que les calculs baissent inexorablement, l’enrichissement de certains baissent : voir la forme sociale de l’”homme le plus riche du monde” qui est le grand symptôme de cette baisse du taux de profit), l’humain sous loi de succion, comme la laïcité à la française qui divise le temps en deux, oppose Nature et raison, et de ce fait invente ce qu’il appelle en Occident : « État de droit » (2).

L’ego-égoïsme semble une croyance récente. Car pour l’humanité de l’Homo sapience, l’ego ou le Moi-Individuel n’existait pas pendant des millions d’années. Il est probable que l’ego naisse au Néolithique avec le voie de l’Agriculture et la naissance des villes et des gouvernements-administrations et en conséquence DES CALCULS : LES PIERRES DU PETIT POUCET….. On va ainsi commencer à compter et conter, donc à temporiser, à ”mettre en valeur le temps”.
À partir de cette voie de l’Agriculture, la CUPIDITÉ OU LOI DE SUCCION POUVAIT NAÎTRE ET L’ATTRACTION ”UNIVERSELLE” DE MÊME, ET AVEC LA NOTION DE S’ENVOYER EN L’R, C’EST-À-DIRE : CONSOMMER, CONFORTER, CONSOLER, RÉCONFORTER OU RÉPARER, TIQOUNISER TALMUDIQUE (et inventer la Chute façon Ancien Testament avec l’adamisme boueux).

La loi de succion ou attraction ”universelle” est ANTI-HUMANITÉ. L’opinion occidentale de la nature animale de l’humain, suivant la mise en valeur du temps inventant le passage du singe à l’homme et faisant de ce fait de l’humain un ”animal évolué” (winner) que le transhumanisme veut « améliorer » se prenant pour Dieu ou pour ”la nature”, alors LA MONSTRUOSITÉ DE L’EGO HUMAIN EST LA PLUS GRANDE MYTHYA DU NÉOLITHIQUE.
« L’ego est comme notre ombre sur le sol. Tenter de l’enterrer serait une sottise. Le Soi n’est qu’un. S’il est limité, c’est l’ego. S’il est illimité, c’est l’Infini, la Réalité.
Les bulles sont différentes les unes des autres et innombrables, mais l’océan n’est qu’un. De même, les ego sont nombreux [la fameuse ”diversité” marchande de l’Union européenne], tandis que le Soi est UN, et seulement UN.
Quand on vous dit que vous n’êtes pas l’ego, réalisez la Réalité. Pourquoi vous identifiez-vous à l’ego ? C’est comme si on vous disait : « Ne pensez pas à un singe en avalant votre médicament ».
C’est impossible de ne pas y penser. Le fonctionnement des gens ordinaires est pareil. Quand on parle de la Réalité, pourquoi continuez-vous à méditer sur « shivo’ham » [Je suis Shiva] ou « aham brahmâsmi » [Je suis le brahman] ? Il vaudrait mieux en trouver le sens et le comprendre. Il n’est pas suffisant de répéter simplement les mots ou d’y penser ». (Ramana Maharshi, entretien 146 du 26-1-1936).

Pas de tiqouneries : RIEN DE NOUVEAU GAGNER, PAS DE ”RECONSTRUIRE EN MIEUX”.
Il n’y a rien de nouveau à gagner : « Si quelque chose de nouveau doit être obtenu, cela implique que c’était absent auparavant [concept du Big bang, et du commerce, et du corps : la naissance et la mort, la guerre et ses reconstructions, etc.]. Ce qui a été une fois absent peut disparaître encore. Ainsi, le salut ne serait pas permanent. Mais le salut est permanent parce que le Soi est ici et maintenant, et éternel [La Pierre].
Les efforts de l’homme sont donc dirigés vers la disparition de l’ignorance. La Sagesse semble survenir, alors qu’elle est naturelle et toujours présente ». (Entretien 61 du 6-7-1935).

Autre page sur La Pierre

Notes.
1. MAÂT : Plume de la Vérité (la plume ne fait pas fléchir le plateau de la balance, elle symbolise le FLÉAU). Ce qui est direct.
Maât : la “Femme de ménage“ du cosmos, le non-agir de Lao-Tseu : dans son aspect supérieur ou plume de Chou ; dans son aspect inférieur ou plume de Maât elle maintient la “tension“, l’équilibre suffisant entre les polarités. C’est aussi la Thémis grecque. La plume sur la tête de Maât peut rompre le juste Horizon si délicat du Fléau de la Balance. Et pourquoi n’aurait-elle pas un rapport avec la gravitation loi de succion ? Et avec le 3ème Feu alchimique : le Feu Contre Nature : un des principes matériels, le Portier du Palais : Saturne, matérialisation du mental, la chute dans la Matière terrestre, involution. Dans ce 3ème Feu se trouve le Feu naturel du Mercure philosophique, le Vase. Mais c’est la Nature elle-même qui façonne son propre vase, en amalgamant en des proportions toutes naturelles les principes complémentaires de la Matière : le Soufre et le Mercure. (Ce qu’on appelle le Poids de Nature ! Proche de la ”Signature” au sens de Jacob Boehme ; ”Poids de Nature”, autre nom pour le Soi, le EST, CELA).
Les emblèmes de Maât sont le Coin, la Base, la Plume. Thot est Scribe de Maât. Elle est la réalisatrice ; le Verbe divin est défini par elle et prend ses noms par elle.
La plume évoque une fibre, un fil, une voie, un flux. Dans de nombreuses civilisations la plume est un symbole lunaire et représente LA CROISSANCE (au sens de ne plus subir l’attraction ”universelle” ou loi de succion vulgaire).

2. ÉTAT DE DROIT (d’après le juriste et psychiatre Pierre Legendre) : fondé sur le principe de la « raison », donc sur la France des gens riches qui se voulaient « philosophes » : les « Lumières », et la ”France de Pasteur”, selon la leçon du Prof. Macron.
Pierre Legendre, dans Le crime du caporal Lortie : « Je dirais, c’est une construction culturelle [?] d’une image fondatrice [inconscient collectif ?], grâce à laquelle toute société définit son propre mode de rationalité [c’est-à-dire que si deux individus sont d’une même opinion, ils fondent déjà une société, UNE CONVENTION] », « c’est-à-dire l’attitude de l’IMAGE, DE L’ILLUSION devant le questionnement humain sur la causalité ».
Pour Legendre cette construction du mental produit un « certain type d’institutions, une politique de la causalité [surtout occidentale de la pure dualité guerrière ou d’opinion], dont procède ce montage de l’interdit [donc nécessairement de la LIMITATION PAR FRUSTRATION ET DE LA SOUMISSION] que nous appelons en Occident l’État et le Droit ».

« Selon cette perspective, le système institutionnel, porté par l’image fondatrice [causale genre Big Bang ou la Cause, la convention, LE CONTRAT, L’AGRÉGAT ou le faire comme tout le monde], a pour fonction de transmettre la Raison [la pensée si mortifère à l’état de veille et paradoxalement utilitaire… sens d’outil…], d’inscrire la reproduction humaine dans ses rapports de causalité, de perpétuer l’interdit [l’inceste et le cannibalisme principalement], à travers les générations [donc en réseau…]. Ainsi une société n’est-elle pas un bétail d’individus comptabilisables [là, ERREUR MONUMENTAL de Legendre puisque nous sommes tous devenus des marchandises-objets numérisables], mais dans le principe une composition historique [causisme et Histoire-Opinions-Temps] de sujets différenciés [non résolution du dilemme Moi-Individuel/Moi-Collectif]. De la sorte, nous naissons tous présumés raisonnables [le citoyen fameux ”responsable” ou devenu le ROI, le SPÉCIALISTE]. Cette condition impose à la folie statut de décomposition, soit, en termes de tradition européenne, statut de maladie de l’esprit [seulement point de vue de Legendre et non certitude]. À proprement parler, l’esprit se défait (de-mentia) ».
Nous retrouvons là le même principe de construction de grumeaux selon les deux Anglais qui s’harmonisent pour former en premier, un match de football, et en second, avec un troisième Anglais, former pourquoi pas un Empire. PREUVE DE LA FRAGILITÉ EXTRÊME DE L’ESPÈCE HUMAINE. Ainsi, dans un système étatique, pas de différence entre une « démocratie » à l’occidentale et « État de droit » et le régime stalinien, hitlérien ou maoïste, ou de Mussolini, ce n’est QU’UNE QUESTION DE DEGRÉ…
Qui dit ”État de droit” dit nécessairement ”démocratie” et conflits d’intérêts et donc condamnée à la frustration par ses propres limitations de consommation [et en cette fin de 2022 suffit de voir l’aliénation covidique transformée en aliénation économique : ”baissez votre chauffage, etc.” dans la même logique consommatrice ou de loi de succion du : ”Votre ceci, votre cela”. Nous subissons bien le ”Plus ça change et plus c’est la même chose” du capital ; seule la musique change, les images changent, mais ce sont toujours des images sur l’écran, qui lui, est IMMUABLE, PIERRE, PERMANENT ou le Père des Manants, des errants, des citoyens.

Page 51 du livre de Legendre cité, il considère en note de bas de page UNIQUEMENT LE CORPS, LE SPATIO-TEMPOREL, L’EGO ou POSSESSION : « Dans cette perspective [celle du politisme lié à l’étatisme et son social], il s’agit de notifier qu’aucun humain, en tant que sujet de la parole [donc seulement du mental et des cinq sens], n’a le pouvoir de se soustraire à son statut dans l’espèce »…. Encore la croyance, croyance… Et « Circulez ya rien à voir », c’est le ravage du fixisme, le ravage du langage sonore tout simplement. Legendre ne jure que par la causalité : « la Loi des lois », donc ce qu’il appelle comme les perruques poudrées : « la raison », le mental killer. Il associe ce mental à un PATRIARCAT, une paternité qui « institue la Raison des fils [sens du droit romain] ». Par contre Pierre Legendre reconnaît parfaitement en page 53 que « les sociétés techno-scientifiques sont prisonnières d’un engrenage [l’évolutionnisme et le socialisme] : des accès aveugles de moralisation [et de sentimentalisme en isme et conformisme] et de répression, entrecroisés dans le discours gestionnaire du sujet libre ».
 
 

Dernière mise à jour : 13-12-2022 11:22

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >