Accueil arrow News arrow Dernières news arrow NAÎTRE est une révolte contre la Vérité
NAÎTRE est une révolte contre la Vérité Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 02-04-2023 17:17

Pages vues : 1290    

Favoris : 86

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Addiction, Aiguille, Amour, Argent, Artifictiche, Atlantide, Autorité, Banque, Christ, Collectifictif, Commerce, Convention, Croyance, Démocrapitaliste, Diable, Dragon, Echo, Egopinion, Egorgueil, Égrégore, Empire, Enfer, Essence, État, Feu, Guerre, Hararielisme, HOTC, Images, Jardin, Loi, Marchandise, Marxengelsisme, Masque, Messianisme, Métal, Mieux, Nostalgie, Paradis, Peur, Pierre, Pinceau, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Russie, Scalaire, Serpent, Silence, Social, Spirale, Spontacratie, Tore, Transhumanisme, Utotalitarisme, Verbopinion, Vie, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Yi King, Yokai

 
frise_ouro1.jpg
 
 
NAÎTRE est une révolte contre la Vérité
Naître, comme s’il y avait quelque chose
à a-tteindre (toucher ou loi de succion,
attraction…. dans un avant et un après
qui n’existent pas ! On ne peut atteindre
quelque chose qui existe déjà en Nous.
 
NAÎTRE est une révolte contre la Vérité
Aussi le concept humain de ”Big Bang” est
une absurdité humaine.
Comme Nous sommes l’Univers, puisque l’humain
est le TOUT, la con-naissance de l’humain par
lui-même, appelée ”science humaine” est une
autre impossibilité puisqu’elle invente la
dualité d’un sujet étudiant un objet étudié,
comme l’humain est l’Univers, le Tout de l’existant
ou du Seul Réel, il se trouve dans l’impossibilité
de se poser comme sujet étudiant l’Univers qui lui
serait DEHORS !!!
”Le monde est-il à l’intérieur ou bien à l’extérieur
de vous-même ? Existe-t-il indépendamment de vous ?
Vient-il vous dire : “j’existe” ?” (Ramana Maharshi,
entretien 39 du 22-3-1935).
La « naissance » du Big Bang est une absurdité !
Tout au plus existe-t-il
UNE RESPIRATION DES UNIVERS…




« La naissance consiste dans le fait que l’ego oublie son origine, le Soi. On peut alors dire que la naissance de l’individu a tué la mère. Le désir de retrouver sa mère est en fait le désir de retrouver le Soi, c’est-à-dire de se réaliser soi-même, ce qui équivaut à la mort de l’ego ; cela signifie l’abandon à la mère, afin qu’elle vive éternellement ». (Ramana Maharshi, entretien 16 du 19-1-1935).
« Êtes-vous né actuellement ? Pourquoi pensez-vous à d’autres naissances ? Le fait est qu’il n’y a ni naissance ni mort. Laissez donc celui qui croit être né penser à la mort et à ses palliatifs ». (Ramana Maharshi, entretien 17 du 24-1-1935).
Aussi le concept de ”Big Bang” est une absurdité humaine puisqu’il n’y a pas de naissance dans le sens absolu.

« La perfection de l’ego est tout à coup brisée, suscitant un besoin qui donne naissance au désir d’obtenir quelque chose ou de faire quelque chose [loi de succion ou attraction dite ”universelle”]. Quand ce besoin est satisfait par l’accomplissement de ce désir, l’ego est heureux et la perfection originelle est rétablie. C’est pourquoi on peut dire que le bonheur est notre condition naturelle ou notre nature. Le plaisir et la douleur sont relatifs ; ils tiennent de notre état limité et se développent en fonction des satisfactions des désirs. Si ce développement relatif est stoppé et que l’âme s’immerge dans le brahman – dont la nature est la paix parfaite – cette âme cesse d’éprouver un plaisir relatif temporaire et jouit d’une paix parfaite : la Félicité. Ainsi on peut dire que la réalisation du Soi est Félicité ; c’est le Soi réalisé en tant que l’oeil spirituel sans limites (jnanadrishti) et non pas la clairvoyance ; c’est l’abandon de soi à son plus haut niveau. Tandis que le samsâra (le cycle du monde) est souffrance ». (Ramana Maharshi, entretien 28 du 4-2-1935).

- Q : Pourquoi le samsâra [cycle des naissances et des mort, monde phénoménal des noms-les-formes} – la création et la manifestation sur le plan du « fini » – est-il plein de souffrance et de mal ?
- M. : C’est la volonté de Dieu.
- Q. : Pourquoi Dieu veut-il qu’il en soit ainsi ?
- M. : C’est impénétrable. Aucun mobile ne peut être attribué à ce Pouvoir – ni désir ni finalité ne peuvent être conférés à ce seul Infini, cet Être omniscient et omnipotent. Dieu n’est pas affecté par les activités qui se déroulent en Sa présence ; tout comme le Soleil face aux activités du monde. Il n’y a aucun sens à vouloir attribuer à l’Unique une responsabilité ou une motivation, avant qu’il ne devienne le multiple. Mais la volonté de Dieu, régissant le cours prescrit des choses, fournit une bonne solution au problème du libre arbitre (vexata quaestio). Si notre mental est agité par le sentiment d’imperfection et d’insatisfaction de ce qui nous arrive ou de ce que nous avons commis ou omis, alors il est sage d’abandonner le sens de la responsabilité et du libre arbitre et de nous considérer comme l’instrument prédestiné de l’Omniscient et Omnipotent afin d’agir et de souffrir selon Son bon plaisir. C’est Lui qui se charge de tous les fardeaux et qui nous donne la paix.
(Ramana Maharshi, entretien 28 du 4-2-1935).

ÊTRE, et ne pouvoir être heureux qu’en consommant comme un goret, et ce par impuissance innée, depuis les 10.000 ans du Néolithique et de sa voie de l’Agriculture, ou Être et ne pas pouvoir NE PAS être malheureux, est ainsi mentionné dans l’entretien 28 ci-dessus.

Souffrir, est la condition humaine du faux ‘moi’ ou ego. Voilà ce qui Nous est AUTO-IMPOSÉ et tout bénéfice pour les inventeurs de besoins et du capitalisme. Ce que Nous prenons pour la cause modèle Big Bang n’est qu’un simple phénomène humain et cela déclenche la machine à s’auto-torturer (violences et guerres de toutes sortes et État er système politique y afférent).

Or l’Être uni au malheur, et uni à lui de façon nécessaire et par essence (entretien 28), est une chose directement contraire à Soi-même, à la perfection modèle transhumanisme et ”réalité augmentée” donc à a fin des temps propre ou à sa seule Félicité, donc une chose humaine qui se ravage elle-même et ainsi qui en est SA PROPRE ENNEMIE. Alors, comment le régime républicain, du moins ses membres cancéreux du pouvoir, peut-il encore inventer le concept de « SALUT », NON PLUS INDIVIDUEL AU SENS DU CHRIST GÉNÉRIQUE (LA CONSCIENCE INFINIE ÉTERNELLE), MAIS AU SENS DU « CONTRAT SOCIAL », CETTE FORME D’UN NOUVEAU MONOTHÉISME COMMERCIAL, CELUI DE LA RÉPUBLIQUE (de 1789 à nos jours), DONC LE « SALUT PUBLIC », LE RÉSEAU À LA PLACE SU RÉSEAU (de l’Église de Rome) ??? L’être humain, ou toute autre forme de vie, est dans un PARADOXE ou une CONTRADICTION divine ou naturelle essentielle et nécessaire avec soi-même : LE Moteur. Car le NAÎTRE est une révolte contre la Vérité, puisque le Vrai cesse d’être vrai dès qu’il est vu, ou qu’il naît, ou qu’il est possédé par une conscience.

ATTENTION : distinguer la PEUR du VIDE ou du NON-NÉCESSAIRE VRAIE FÉLICITÉ, de la PEUR DU VIDE de l’humain des derniers millénaires pris-au-nier de ses FAIRE/FER qui rouillent puisque qui dit naissance dit mort (même chez les transhumanistes….) ; par exemple l’« homme d’affaires » est ce type de pris-au-nier (de lui-même, de son Centrum Centri), il est ainsi un PRISONNIER.
PRISONNIER comme tous les humains PANiquant devant le NON-NÉCESSAIRE, qui va autoriser le capitalisme et les ”ismes” ou systèmes en tous genres chers au Grand Architecte de l’Univers ; qui va autoriser la soumission du citoyen à l’ordre imposé du citoyenisme du ”Salut public” de l’actuel MONOTHÉISME RÉPUBLICAIN. Ce refus du NON-NÉCESSAIRE, NON-ÊTRE, est l’aspect premier du refus du Seul Réel, parce que le Seul Réel sera considéré comme CRU-EL (entretien 28 ci-dessus).

C’est pourquoi, surtout les humains en Occident depuis la Renaissance, bourrent de mots/maux leur espace-temps, en partant TOUJOURS de prémisses incontrôlables, adoptés seulement pour le seul motif de  plaisirs sentimentaux très obscurs. Ces prémisses prennent valeur de vérité, qu’ils en soient conscient ou pas. Et cette, ce dogme sera d’autant plus intraitable qu’il en est inconscient, parce que tout danger de n’y plus croire crée la PANique devant la VACUITÉ, DEVANT LA POSSIBILITÉ DE NE PLUS AVOIR « RAISON » (de vivre), DEVANT LA POSSIBILITÉ DE NE PLUS AVOIR DE FAIRE/FER, DE SPEED D’ACTIVITÉS.

Car l’attitude de la génération humaine de l’après 1789 est totalement matérialiste, comme si toute chose était des objets, et donc seraient BÉNÉFICE-BÉNÉFIQUE. Si l’humain actuel était capable de percevoir que les choses-objets ne sont ni matérielles ni bénéfices-bénéfiques, alors PAN serait en lumière.

Pourquoi un individu a-t-il un jour lancé l’opinion que « l’oisiveté est la mère de tous les vices » ? Certainement un capitaliste, un entre-preneur ? Un damné du Faire/Fer. Mais FAIRE et OISIVETÉ atteignent leur MARIAGE en ÊTRE, en SANS POURQUOI : derrière le Faire/Fer ou action et son contraire se tient le NON-AGIR, LEQUEL SE MANIFESTE À TRAVERS ces deux contraires.
En temps ordinaire, visiblement Nous ne savons pas comme ÊTRE, puisque ce monde est construit sur la possession, le : « Votre ceci, votre cela ». Si Nous savions ÊTRE, toute nostre activité serait forcément AGIR (le travail ou énergie dans son sens pur) et toute nostre passivité ne serait PAS de l’oisiveté mais du NON-AGIR DYNAMIQUE.

PANique survient quand les humains sont confrontés à la possibilité de « n’avoir rien à faire », évidemment ce serait très mauvais pour le capital et ses commerces ! Et évidemment très mauvais pour leur EGO. Faire le travail (salaire) ou faire le plaisir (ou la distraction, de quoi ?) : le FAIRE constitue UN MASQUE ou RIDEAU entre le ‘je’ du spatio-temporel ou ego et le ‘Je’ du Soi. Si Faire/Fer devait tomber nez-à-nez avec le ‘Je’, le château de cartes du ‘je’ ou personnalité s’écroulerait ; les citoyenisés salariés SERAIENT NUS ET HUMILIÉS, CONSCIENT DE LEUR NULLITÉ, et ils ne sont pas préparés à comprendre qu’en cela réside LA VRAIE PUTRÉFACTION Gate Gate…. de la Vraie Libération, l’Éveil insurpassable authentique et parfait.

La vérité, lorsqu’elle est étalée en des mots, cesse par là même d’être vérité, la Réalité ne peut que devenir fausse dans le spatio-temporel des mots.

NAÎTRE est une révolte contre la Vérité, et « naître » c’est déjà POUR-VOIR ou LOI DE SUCCION, attraction ”universelle”, parce qu’un ‘Je’ est nécessaire pour engendrer l’attraction ou loi de succion (ici au sens d’Eucharistie). La Réalisation du Soi est justement la réalisation du fait qu’il n’y a AUCUN ‘Je’, qu’il n’y a AUCUN ‘Je’ pour posséder, saisir, ou tomber dans l’attraction ou loi de succion pour acquérir, donc rien qui ne puisse être acquis.
Pourtant, comme dit plus haut à l’entretien 28 du Maharshi, un ‘Je’-‘je’ est nécessaire afin de réaliser qu’il n’y a pas de ‘Je’, ou AUCUNE NAISSANCE….. COMMENT ALORS PEUT-IL Y AVOIR RÉALISATION, ET SEULEMENT À L’ÉTAT DE VEILLE ? Car il n’y a pas de naissance ! Et la Réalisation n’est pas l’acquisition de quelque chose (comme une voiture, une propriété quelconque…)

LES MOTS = ACQUISITION, PROPRIÉTÉ : monde des ignorants, ceux des « informations » enchaînés à leurs informations comme leur ”intelligence artificielle” l’est aussi… le discours ou opinions, donc les informations sont LA source de souffrance du la trinité veille, rêve, sommeil profond.
Le principe de ceux d’entre Nous qui écrivent, est que Nous savons trop et comprenons trop peu et devenons perdus !

« En fait, il n’est personne qui ne puisse dire : « Je suis ». La cause de tous les malheurs est la fausse croyance : « Je suis le corps ». Cette fausse croyance doit disparaître.
C’est cela la Réalisation. La Réalisation n’est pas l’acquisition de quelque chose de nouveau et ce n’est pas non plus une faculté nouvelle. C’est simplement la suppression de tout camouflage. […] Un homme se débarrasse de ses vêtements et devient libre et léger. Le Soi est illimité et n’est pas confiné au corps. Comment peut-on se débarrasser de son corps ? Où l’homme le laisserait-il ? Où qu’il soit, le corps restera toujours le sien ». (Ramana Maharshi, entretien 96 du 13-11-1935).

- M. : Si le chemin était extérieur, des indications seraient possibles, mais il est à l’intérieur de vous-même. Cherchez en vous-même. Le Soi est toujours réalisé. Seul quelque chose qui n’a pas encore été réalisé peut être recherché. Mais le Soi est à la portée de votre expérience.
- Q. : Oui. Je me réalise moi-même.
- M. : Je me…, dites-vous ? Y a-t-il deux entités – ‘je’ et ’me’ ?
- Q. : Ce n’est pas ce que je veux dire.
- M. : Qui est celui qui a réalisé ou n’a pas réalisé ?
- Q. : Il n’y a qu’un Soi.
- M. : La question ne peut se poser que s’il en existe deux. Abandonnez la fausse identification du Soi avec le non-Soi.
- Q. : Je parle du plus haut niveau de conscience.
- M. : Il n’y a pas de niveaux.
- Q. : Pourquoi l’homme n’obtient-il pas instantanément l’illumination ?
- M. : L’homme est lui-même illumination. Il illumine les autres.
- Q. : Votre enseignement est-il différent des autres ?
- M. : Il n’y a qu’une seule voie et qu’une seule Réalisation.
- Q. : Mais les gens parlent de beaucoup de méthodes différentes.
- M. : Elles dépendent de leur état mental.
(Entretien 164 du 24-2-1936).

- Q. : Comment obtenir la paix ?
- M. : Elle est votre état naturel. Le mental obstrue la paix innée ; c’est pour cela que notre investigation s’effectue sur le mental. Cherchez le mental ; il disparaîtra.
Il n’y a pas d’entité du nom de mental. À cause de l’émergence des pensées, nous supposons quelque chose à partir de quoi elles se manifestent. Et cela nous le dénommons mental. Quand nous cherchons à voir ce que c’est, il n’y a rien de tel. Quand il s’évanouit, la Paix se révèle comme éternelle.
(Entretien 238 du 20-7-1936).


Lorsqu’on parvient à pénétrer la Réalité ”derrière” la manifestation (monde des accidents ou spatio-temporel), on pourrait être en mesure de percevoir la Réalité ”derrière” le ‘moi’, le nôtre et celui des autres. Dans l’Instant, la non-réalité du ‘moi’ apparent devient évidente, car image déformée comme celle de la lune dans une flaque d’eau.

Tout concept humain est duel, de la pierre ou de la flèche lancée à la bombe atomique aussi lancée. En conséquence, pour Nous libérer, Nous devons transcender les concepts et cela est nommé dans l’Égypte Ancienne : MAÂT (ce qui est direct, atemporel).
Un concept c’est donner naissance à ; or ce qui apparaît nouvellement un jour doit aussi disparaître un autre jour. Seul ce qui est Réel doit exister toujours. C’est pourquoi le Seul Réel doit être apprivoisé AVANT la formation d’un atome de concept et donc EN MOUVEMENT (mais PAS d’idéation…).

L’acte de toute action est réel, mais l’effet, en son action, EST NON RÉELLE. Exemple chez Mazu par le ”Coup de pied” : « Lorsque le moine Shuiliao de la préfecture de Hong rendit visite pour la première fois à Mazu, il lui demanda : « Quelle était l’idée de celui qui est venu de l’Ouest ? » Mazu dit : « Prosternez-vous ». À peine le moine s’était-il prosterné que Mazu lui donna un coup de pied. Shuiliao eut aussitôt l’éveil suprême. Se relevant, il se frotta les mains, éclata d’un grand rire et dit : « Comme c’est merveilleux ! Comme c’est merveilleux ! Dans la racine d’un seul poil, on peut apercevoir la source et l’origine des centaines et des milliers de samâdhi [absorption totale dans la contemplation, expérience directe temporaire du Soi], des vues merveilleuses et innombrables ! » Après s’être prosterné, il se retira. Par la suite, il disait souvent à l’assemblée de ses auditeurs : « Depuis le coup de pied de Mazu jusqu’à maintenant, je n’ai cessé de rire ». (Extraits de Les entretiens de Mazu, traduit par Catherine Despeux. Mazu Daoyi (709-788), un des grands maîtres chan (Zen) de la dynastie des Tang (618-907)).

NOUS SOMMES L’UNIVERS : PAS DE DEDANS-DEHORS : du mirage au soleil à la montagne, leur seul degré d’existence, par la conscience relativiste, ne peut que résider DANS LE MENTAL. TOUTE DUALITÉ EST ILLUSION, MODE DE CONCEPTION MIS À NOSTRE DISPOSITION : le sujet percevant l’objet perçu, donc des contraires non-réels. Dans le Seul Réel la vision doit évidemment disparaître et l’unité ce celui qui perçoit et de ce qui est perçu doit être rétablie, C’EST LA FÉLICITÉ (au-delà de nos limitations dimensionnelles).
Tout, du mirage à la montagne, est non réel, cependant que tout, du mirage à la montagne, en peut qu’être un reflet du Seul Réel !
Alors pourquoi il y en a qui se tue en montagne en faisant du skie ou en chutant dans une crevasse ? Espace-temps et cause-effet + croyance à la naissance et au corps-mental. Ramène au concept freudien de la psychanalyse : une illusion traitant de la maladie illusoire d’une illusion malade ; c’est d’ailleurs pour ça que l’industrie de Big Pharma s’enrichie si facilement avec ses drogues légales…

Depuis la « Nuit des temps » comme on dit, aucun humain ne peut en posséder un autre, les esclaves étaient comme des meubles, des outils, des objets comme mon piano, mon lit, etc., et demain : ”mon robot”… TOUTE VIE HUMAINE EST SINGULARITÉ, IDIOTÈS au sens de SIMPLE, SANS DOUBLE. Mais avec le monothéisme de la république de 1789 et de son « Salut public », ça va changer : le Salut (sens de Félicité, naturelle, qui n’a pas à être une acquisition nouvelle) sera public, social, le ”Vivre ensemble” : on fera dans le chiffre, la quantité productiviste commerciale. Notons que ce concept de « Salut public » était déjà en place dans la Rome antique.
« Aucun humain ne peut en posséder un autre » : à rapprocher de la définition de l’Amour façon humain par Jacques Lacan et la Singularité, le ‘Je’ nécessairement sans copie : ”L'amour, c'est offrir à quelqu'un qui n'en veut pas quelque chose que l'on n'a pas“. Un homme avec une femme n’est pas plus solitaire dans son deux pièces-cuisine qu’un homme dans un harem !


À propos de « Salut public » et de conformisme révolutionnaire : ses propagatueurs sont tous enchaînés dans les mots/maux, DANS LES ADN !
Tous discours ou ”débats” étant une diarrhée d’opinions, la souffrance sera omniprésente, tous débats sera précisément une entrave à la suppression de l’ignorance et ainsi l’augmentation de nostre état normal de souffrance, comme résumé ci-dessus dans l’entretien 28.
De nos jours, la souffrance est stockées dans des tonnes et des tonnes de livres et de machines informatiques !
SOUFFRANCE : comme la preuve que ces informations servent au régime du monothéisme républicain comme naguère celui de l’Église de Rome servait à contrôler ses ouailles ! Et la souffrance va s’amplifier PARCE QUE LE CAPITALISME EST MOURANT (les couples climat-sanitaire, Russie-Occident en est un gros symptôme).
Souffrance par le passage de l’humain à la machine, AVEC L’IMMENSE DANGER QUE L’HUMAIN SI SOUFFRANT S’ABANDONNE CORPS ET ÂME À LA MACHINE ; C’EST PROBABLEMENT CE QUE SOUHAITE LE POUVOIR DU MONOTHÉISME RÉPUBLICAIN ET SON COMPAGNON LE CAPITALISME (créer le chaos et offrir une solution de protection et de rétablissement, identique au système mafieux).

Chez les Hébreux-Juifs la souffrance, la Chute, sera RACHETÉE par l’invention du temps et de l’argent : « Pour la première fois, une cosmogonie ne se vit pas comme cyclique [Tore, Circulus trinitaire, Ouroboros trinitaire] ; elle ne se donne pas pour but le retour du même [l’Éternel retour]. Elle fixe un sens au progrès ; elle fait de l’Alliance avec Dieu la flèche du temps [dans un seul sens et concept du mental par l’idéation] ; elle accorde à l’homme le choix de son destin : le libre arbitre [et par là l’individualisme, l’opinion, la démocratie et le consommateur et forcément des limites]. Ainsi est posé la fonction de l’économie : cadre matériel de l’exil et moyen de réinvention du paradis perdu [et ainsi l’entrée dans la souffrance]. L’humanité a désormais un objectif : dépasser sa faute [sic]. Elle dispose d’un moyen pour l’atteindre : mettre en valeur le temps ». (Jacques Attali, Les Juifs, le monde et l’argent, page 18).
Et à propos du « rachat du paradis ou de la faute » : « Pourquoi dites-vous que vous êtes un pécheur ? Votre confiance en Dieu suffit à vous dispenser de toute nouvelle naissance. Déchargez tout fardeau sur Lui ». (Ramana Maharshi, entretien 30 du 4-2-1935).


« Votre mental est le cycle des naissances et des morts (samsâra) ». (Ramana Maharshi, entretien 31 du 4-2-1935).
« …découvrez d’abord qui est né et qui subit à présent les ennuis de l’existence.
Quand vous dormez, est-ce que vous pensez à vos futures naissances ou à votre vie présente ? Tâchez donc de voir d’où vient ce problème ; c’est là que se trouve aussi la solution. Vous découvrirez qu’il n’y a pas de naissance et pas d’ennui ni de tristesse à présent. Tout est Cela ; tout est Félicité ; en fait, nous sommes libérés de toute renaissance (cycle des ”couches-culottes”]. Pourquoi alors se soucier de la souffrance des renaissances ? » (Ramana Maharshi, entretien 31).

« Avons-nous connu nos proches avant leur naissance pour que nous devions les connaître après leur mort ? » (Ramana Maharshi, entretien 36 : Yogi Ramiah relate ses expériences).
 
 

Dernière mise à jour : 02-04-2023 17:51

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >